Navigation – Plan du site
Époques moderne et contemporaine

Peuple parisien, peuple cisalpin

Discours et représentations des élites directoriales sur le peuple en France et en Italie : une perspective comparée (XVIIIe siècle)
Cécile Massoni
p. Pagination

Résumés

Sous la Révolution française, le concept de peuple s’enrichit considérablement. Devenu acteur politique et souverain, le peuple français se voit attacher de nouvelles représentations par les élites politiques. Mais la Révolution française touche d’autres peuples en Europe, tels que les peuples italiens.
Dans cet article nous proposons une comparaison du discours des élites parisiennes sous le Directoire sur deux peuples dominés selon des modalités différentes : le peuple parisien est un peuple à encadrer mais qui reste un acteur nécessaire à la légitimité démocratique des représentants ; le peuple cisalpin est un peuple étranger à la Nation française que le gouvernement français domine dans le seul but de garantir ses propres intérêts. Ces logiques de domination différentes aboutissent à la construction de deux réalités distinctes sous le terme de peuple.

Haut de page

Texte intégral

1Sous la Révolution française, le concept de peuple s’enrichit considérablement puisque la naissance de la Nation et de la souveraineté nationale ainsi que les débats qui entourent leurs différentes conceptions sont associés à de nouvelles représentations sur le peuple.

2L’évocation de ce dernier est pour les hommes politiques une source de légitimité : alors que le monarque d’Ancien Régime agissait pour son bon peuple, mais non pas en son nom, les représentants des assemblées législatives successives ne se contentent plus d’agir pour lui. Ils représentent le peuple. Dès lors, à la tribune, les discours s’émaillent d’appel au peuple, voire d’identifications, le représentant s’autoproclamant porte-parole du peuple tout entier. Sous la Révolution, mentionner le peuple c’est donner du poids aux arguments avancés en invoquant le nouveau souverain. Cependant, l’usage du terme ne se limite pas à cette légitimation de la parole et de l’action politiques. Dans le contexte révolutionnaire, la maîtrise, le contrôle voire la condamnation des actions populaires sont aussi au centre des discussions. Les conceptions divergentes du terme naissent d’ailleurs largement des débats qui entourent le degré d’encadrement des actions populaires et de restriction du corps civique. Enfin, le peuple est porteur d’identités nouvelles qui englobent un éventail de possibilités nombreuses, allant de la Nation glorifiée au bas peuple méprisé. En fonction de l’orateur, du contexte d’énonciation et de l’effet recherché, une identité s’impose plutôt qu’une autre. Dès lors, légitimation politique, encadrement du peuple et identités populaires enrichissent la polysémie du terme.

  • 1 Pierre Serna, La République des girouettes. 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la Franc (...)

3La Révolution française, et notamment le Directoire, sont donc des périodes particulièrement riches pour l’étude des liens entre image du peuple et projet politique. En effet, les cinq années qui séparent la Terreur et le Consulat sont un moment charnière dans l’évolution du concept : alors que le gouvernement révolutionnaire de l’an II glorifie le peuple et prétend appuyer son pouvoir sur l’action populaire incarnée par les sections parisiennes et le mouvement sans-culotte, le Directoire impose une image plus négative du peuple qui sert de matrice aux régimes politiques du xixe siècle. Cette image nouvelle est associée à un objectif : le Directoire est pensé comme une tentative de remise en ordre de la société garantie par la nouvelle Constitution de l’an III. Mais, dans les faits, l’équilibre politique que le texte devait assurer est rompu par les coups d’État successifs soit contre les royalistes, soit contre la gauche jacobine. Les épurations ou les invalidations d’élections permettent à « l’extrême centre1 » d’assurer sa stabilité.

  • 2 La République cisalpine s’effondre au printemps 1799 avec la reconquête autrichienne.

4De plus, sous le Directoire, la France voit son influence s’étendre en Europe. Les conquêtes des généraux républicains aboutissent à la création de Républiques-sœurs. Parmi celles-ci, l’étude de la République cisalpine est intéressante pour le propos, malgré la brièveté de l’expérience2. Créée par Bonaparte en juillet 1797, la République cisalpine occupe un vaste territoire au nord de la péninsule italienne. Sa Constitution prend pour modèle la Constitution française de l’an III : deux Conseils exercent le pouvoir législatif, un Directoire de cinq membres détient le pouvoir exécutif. En théorie, des élections permettent à la République cisalpine de fonctionner indépendamment de la France. En réalité, ces élections ne sont jamais organisées : les Directeurs et les représentants sont nommés par les Français. De plus, la vie politique de la cisalpine est marquée par des coups d’État qui suivent ceux du second Directoire à Paris. En 1798, quatre coups d’État sont ainsi organisés par le personnel diplomatique français selon la logique de « l’extrême centre » en vigueur dans la vie politique française. Ils sont la répercussion directe des conflits politiques parisiens. À Paris et à Milan, l’ordre institutionnel est donc bafoué à plusieurs reprises.

5La France directoriale et la république cisalpine sont donc deux expériences institutionnelles proches gérées par le gouvernement central français. Cependant, nous le verrons, elles constituent deux projets républicains différents. La comparaison des représentations des élites directoriales sur les peuples parisien et cisalpin doit permettre de rendre compte de l’interconnexion qui lie projet politique et construction des représentations des élites sur le peuple.

Le rôle des intermédiaires dans la construction des représentations

6Les sources utilisées pour cette comparaison sont produites par les intermédiaires entre le pouvoir central et la population : les autorités chargées de l’encadrement des peuples au nom du gouvernement français.

7À Paris, ces intermédiaires sont les agents du Bureau central, responsables de la police et de l’approvisionnement de la capitale. Au nombre de trois, nommés par l’administration départementale et confirmés par le Directoire, ils dressent quotidiennement des rapports de surveillance qu’ils envoient au gouvernement. Ces textes sont une sélection d’informations contenues dans les procès-verbaux des commissaires de sections et dans les rapports quotidiens des mouchards envoyés sur le terrain. Les groupes et attroupements publics étant perçus comme potentiellement séditieux, ce sont les propos tenus en leur sein qui sont soigneusement retranscrits. Les rapports du Bureau central nous entraînent ainsi de cafés en promenades en passant par les limonadiers, les jardins, les théâtres et les rues de Paris.

  • 3 Virginie Martin a cependant nuancé cet aspect en montrant leur rôle de médiateurs entre les Cisalpi (...)

8À Milan, les autorités qui produisent les sources utilisées sont le personnel diplomatique et militaire envoyé par le Directoire. Malgré le statut des premiers, l’action de ces hommes n’est pas celle d’ambassadeurs à l’étranger. Leur mission est de « conseiller » le gouvernement cisalpin, c’est-à-dire qu’ils sont les agents de l’ingérence française en Cisalpine3. Contrairement aux archives du Bureau central, leurs rapports ne sont pas centrés sur l’observation de la population, mais sur la description des attitudes politiques des élites cisalpines et des membres de l’administration française sur place. L’opinion publique fait régulièrement l’objet de réflexions dans les rapports, mais elle n’est pas le centre de leur attention.

9Dans les deux espaces, le regard de ces hommes est fondamental pour comprendre la construction du lien entre projet politique et représentations des élites directoriales. En effet, il y a un va-et-vient permanent entre le gouvernement central et ce personnel politique : les seconds répondent à une exigence des premiers, mais ils produisent aussi un discours particulier sur la population encadrée qui participe à l’élaboration du discours élitiste. En effet, ce sont ces intermédiaires qui offrent aux élites politiques un regard sur le peuple par le biais de ces rapports écrits. Or, ce regard n’est pas objectif. Les rapports du Bureau central sont empreints de jugements de valeur et de commentaires sur les individus croisés révélateurs des représentations et des idées préconçues des rédacteurs. Les informations recueillies sont largement sélectionnées, analysées, interprétées, classées et expliquées à la lumière des préjugés de l’auteur. Selon le même processus, les rapports et lettres envoyés par les diplomates français de Cisalpine laissent ouvertement paraître les préjugés de leurs auteurs.

10En sens inverse, les agents du Bureau central et de la diplomatie française se conforment à une demande venue d’en haut : la surveillance d’un groupe jugé comme suffisamment dangereux et/ou dépendant pour justifier son encadrement. L’existence de ces documents naît donc d’abord d’une demande du gouvernement central et de la conception qu’il se fait des peuples administrés. Les textes sont construits en conformité à cette demande, particulièrement dans le cas du Bureau central puisque la rédaction des rapports quotidiens est une manière pour les agents de rendre compte de leur propre service : catégoriser le peuple et classer ses composantes selon des critères intelligibles pour les élites donne l’illusion de connaître et de contrôler la masse populaire anonyme.

11Les représentations complémentaires ou partagées des élites se nourrissent donc mutuellement et se construisent dans un mouvement de va-et-vient permanent entre autorité centrale et autorités locales. Dans ce cadre, les conceptions différentes du peuple sont le résultat d’un projet partagé : l’encadrement des populations dominées.

Le peuple parisien : contrôler le peuple dans une démocratie représentative

12L’historiographie du Directoire reprend à son compte l’opposition entre peuple et bourgeoisie. Cette dernière est supposée retranscrire la manière dont les élites pensent l’espace social issu de la Révolution. Or, s’il est vrai que la bourgeoisie directoriale construit une image du peuple opposée à celle qu’elle donne d’elle-même, en fait les représentations liées à l’ordre social ne se limitent pas à deux groupes radicalement antithétiques. Le modèle est plus complexe.

13Les élites directoriales mettent en fait en scène trois personnages systématiquement mobilisés dans les rapports de surveillance du Bureau central de Paris : le « bon citoyen », le « malveillant » et, entre ces deux figures, le « peuple ».

  • 4 C’est ce que dispose l’article 4 de la Déclaration des devoirs de l’homme et du citoyen de 1795 («  (...)

14La bourgeoisie directoriale ne se dit pas « bourgeoisie », mais elle adopte des critères d’appartenance à un groupe qu’elle nomme les « bons citoyens ». Pour être intégré à ce groupe, il faut remplir trois critères cumulatifs : le premier critère est économique : la fortune d’un individu est perçue comme une garantie de sa valeur puisque ce sont ses capacités personnelles et son éducation qui ont assuré son ascension sociale ou le maintien à un rang. Le deuxième critère, indissociable du premier, est l’éducation. C’est cette dernière qui permet aux citoyens d’affiner leur conscience politique et de comprendre les enjeux de la cité républicaine. Le « bon citoyen » est un citoyen éclairé. Enfin, un troisième critère vient s’ajouter aux deux premiers : l’adhésion à un mode de vie que les historiens qualifient aujourd’hui de « bourgeois ». La raison guidant ses actes, le bon citoyen contient ses passions, adopte un mode de vie sobre, est bon fils, bon père, bon frère, bon ami, bon époux4.

15Contrairement à ce qu’affirme le schéma utilisé par les historiens de la « République bourgeoise », le personnage en tous points opposé au bon citoyen n’est pas le « peuple », mais le « malveillant ». Les malveillants sont toutes les personnes qui agitent le peuple, non pas par conviction politique, mais uniquement par désir de désordre. Ne possédant rien, ni biens, ni emploi, guidés par leur nature violente, ils se complaisent dans le chaos. La cinquième édition du Dictionnaire de l’Académie française, éditée en 1798, propose cette définition du malveillant : « c’est celui qui veut du mal à quelqu’un, qui est malintentionné pour quelque chose ». L’auteur ajoute cet exemple : « les malveillants font courir de fausses nouvelles, pour augmenter le mécontentement ». Le choix de cette illustration montre que les malveillants sont une figure habituelle du discours politique. En effet, ils se retrouvent dans tous les rapports de surveillance du Bureau central. Ils « troublent l’ordre », « tentent de corrompre l’ordre public » ou « aigrissent les esprits ». Ainsi, le rapport du 19 prairial an III (7 juin 1795) raconte :

  • 5 AN, F1 CIII, Seine, 16.

[…] la masse des bons citoyens a dans le fond du cœur les meilleures intentions, nous sommes assurés, d’après nous-mêmes, que pas un n’hésiterait à faire encore les plus grands sacrifices pour la liberté et que généralement tous sont animés des sentiments les plus purs et les plus reconnaissants envers la Convention dont ils savent apprécier les travaux et les bienfaits. Mais d’après ce qui vient de se passer, nous est-il permis d’avoir absolument la même opinion sur ce qu’on appelle la multitude, ne savons-nous pas que cette classe, ne fixant jamais son attention que sur le moment présent et qu’aussi peu éclairée qu’imprévoyante, elle est par sa versatilité comme par son impéritie, destinée à être le jouet et l’instrument de tous les malveillants qui ne flattent que pour en abuser et ensuite l’opprimer5.

  • 6 La population parisienne menace d’ailleurs régulièrement de se soulever et d’atteindre physiquement (...)
  • 7 Il convient tout de même de nuancer le rôle déterminant de cette réaction en soulignant les innovat (...)

16Ce rapport fait suite aux journées des 1er et 2 prairial an III (20 et 21 mai 1795) au cours desquelles le peuple parisien se soulève une dernière fois et envahit la Convention nationale aux cris de : « du pain et la Constitution de l’an I ». Cet extrait montre très bien l’opposition entre « bons citoyens » et « malveillants » qui encadrent la « multitude » populaire prise entre l’attitude raisonnable et exemplaire des premiers et la manipulation des seconds. Il faut ici souligner le rôle fondamental des événements de germinal dans la finalisation de l’image populaire : alors que les débats parlementaires sur le futur texte constitutionnel interrogent la place à accorder à la masse populaire, cette éruption de violence fait basculer la Convention du côté de la réaction. Le discours des élites politiques se cristallise à ce moment pour deux raisons. La première est la peur engendrée par la proximité physique du peuple parisien qui entoure les institutions nationales. Les violences parisiennes sont une menace pour les membres des institutions qui justifie d’ailleurs la surveillance organisée par le Bureau central6. La seconde raison doit être lue dans le cadre de la rédaction d’une nouvelle Constitution. Dans l’esprit des Conventionnels, ce nouveau texte doit garantir l’équilibre institutionnel : le bicamérisme et la collégialité du pouvoir exécutif doivent empêcher la confiscation du pouvoir par un seul et limiter la précipitation dans le processus législatif. Ce texte est construit en réaction au gouvernement révolutionnaire7. Or, cette réaction se fait autant contre les réalités de l’an II que contre l’image que les Conventionnels construisent de la Terreur. Ce sont eux qui restreignent la responsabilité de la violence à un nombre d’acteurs limités : Robespierre, les Jacobins et le peuple parisien, soutien et marionnette des deux premiers. Les Conventionnels instrumentalisent ici un discours né en l’an II puisque les Montagnards prétendaient s’appuyer sur le peuple pour justifier leurs décisions politiques. Les représentants reprennent ce discours, s’appuient sur cette image et la caricaturent afin d’en créer une nouvelle. Dans cette reconstruction, l’action politique populaire est réduite à la violence, symptomatique de l’ignorance de la masse. Les Conventionnels sont quant à eux exonérés de toute responsabilité : c’est la peur de la guillotine et la pression populaire qui les ont obligés à voter les lois de Terreur. Les Conventionnels peuvent dès lors conserver leurs sièges, l’élimination de Robespierre est justifiée, l’encadrement du peuple devient une nécessité. L’opposition quotidiennement répétée entre deux groupes, les malveillants et les bons citoyens, construits de toute pièce par les élites a donc en fait un rôle précis : elle doit justifier l’exclusion politique de la masse populaire dans la nouvelle République.

  • 8 Kare D. Tonnesson, La défaite des sans-culottes : mouvement populaire et réaction bourgeoise en l’a (...)

17En effet, la réaction thermidorienne qui précède le Directoire est un processus rapide d’exclusion de la démocratie directe telle qu’une partie des jacobins l’avait envisagée en l’an II. Au cours de cette année, le mouvement sans-culotte qui symbolisait l’exercice de la démocratie à l’échelle locale est ainsi démantelé8 et le corps civique est réduit.

18Deux éléments montrent en particulier la volonté de rupture avec le régime de l’an II : le nouveau texte constitutionnel encadre strictement la participation politique du peuple : les attroupements armés ou non sont condamnés (article 365) et l’exercice des droits politiques du peuple est restreint aux assemblées primaires (article 463). Contrairement à l’an II, aucune initiative politique n’est laissée à la population. Les sociétés populaires qui polarisaient les revendications politiques et qui donnaient leur impulsion aux actions populaires sont interdîtes (article 361), de même que les sections parisiennes qui constituaient un pouvoir local fort dans la capitale. Le second élément est l’instauration du suffrage censitaire à deux degrés. Cette réforme réduit le corps électoral puisque le cens exclut un septième de la population masculine des assemblées primaires et peu de citoyens détiennent les biens fonciers nécessaires à l’accès aux assemblées électorales.

19La Constitution de l’an III instaure donc un régime strictement représentatif qui repose sur l’idée que seuls les « bons citoyens », les « honnêtes gens » tels que définis plus haut peuvent assurer « la conservation et la prospérité de la République » (art. 376 de la Constitution). La construction de la figure populaire permet de justifier son exclusion de l’exercice du pouvoir. Cependant, le peuple reste nécessaire à la vie politique puisque l’élection légitime le pouvoir des représentants. La figure du malveillant permet donc concrètement d’exclure « les plus basses classes » et de justifier l’encadrement du peuple tout en lui conservant un rôle politique réduit à l’élection.

20Associé à cette restriction des droits politiques populaires, un discours sur le peuple s’affirme, plus conforme au projet revendiqué comme une remise en ordre de la société, plus apte à justifier l’exclusion d’une catégorie de la population : le peuple est manipulable parce qu’il est ignorant. Contrairement aux malveillants, il n’est pas violent par nature, mais, enfantin, guidé par ses instincts, il est incapable de décider seul ce qui est bon pour lui. Dans ce nouveau schéma de pensée, la raison est le caractère exclusif des « bons citoyens ». Ces derniers sont donc les seuls capables de comprendre les enjeux de la vie politique et de garantir le maintien de l’ordre. C’est à eux que revient la responsabilité d’encadrer le peuple.

  • 9 Haïm Burstin fait une description de cette figure du sans-culotte jusqu’en l’an II ; Haïm Burstin, (...)

21Les élites élaborent donc une construction en miroir : la définition du peuple permet à la bourgeoisie de se définir ; cette définition naissante de la bourgeoisie permet de définir le peuple. L’idéal révolutionnaire n’est plus celui du sans-culotte populaire. La dimension morale du personnage9 est conservée, mais le suffrage censitaire impose le nouveau modèle socio-économique du « bon citoyen ».

Le peuple cisalpin, ethnotype et domination étrangère

22La République cisalpine constitue une autre expérience républicaine pour un gouvernement qui n’avait pas choisi de dominer ce territoire. Au départ simple entreprise de diversion dans les territoires autrichiens, la campagne d’Italie aboutit à la formation de Républiques-sœurs. C’est Bonaparte, en général victorieux, qui impose la rédaction de la Constitution cisalpine et la création de la République par l’agrégation des territoires qui entourent Milan. Face à cette situation de fait, le Directoire met alors en place le système diplomatique qui lui permet de contrôler cet espace sans adopter la forme d’une annexion simple. Cependant, les forces militaires sont maintenues et conservent un pouvoir fort. La correspondance se multiplie alors entre les agents diplomatiques et militaires envoyés en Italie et le gouvernement central français. Cette correspondance vise à informer les Directeurs et le ministre des Relations extérieures, Talleyrand, de la situation en Cisalpine.

23Comme dans le cas des rapports du Bureau central de Paris, ces correspondances sont empreintes de préjugés et de stéréotypes sur la population dominée dans la nouvelle République.

  • 10 Michel Vovelle, Les Républiques-sœurs sous le regard de la Grande Nation. 1795-1803. De l’Italie au (...)

24Dans Les Républiques-sœurs sous le regard de la Grande Nation, Michel Vovelle énumère ces préjugés10. Deux traits de caractère se dégagent de l’ensemble : les Italiens sont superstitieux et mous. Ces représentations se retrouvent dans tous les écrits des acteurs de la diplomatie française en Italie. Tous reprennent la mollesse et la superstition primaire comme des caractéristiques majeures du peuple qu’ils surveillent ; tous ajoutent la cause de ces traits particuliers : l’ignorance généralisée. Le 13 ventôse an VI (3 mars 1798), Talleyrand écrit ainsi ses recommandations à Trouvé, futur ambassadeur de la République française en Cisalpine. Dès le premier paragraphe, l’image est claire :

  • 11 Archives diplomatiques, Correspondances politiques, Milanais 77CP/46.

Vous saurez les [les personnages influents] empêcher de proposer des lois qui, sous prétexte de détruire le fanatisme et la superstition, ne tendraient qu’à enflammer la tête des hommes simples et crédules, toujours les instruments passifs mais dangereux dont se servent les prêtres11.

25Le portrait est dressé. Il intègre la faiblesse d’esprit et la superstition dans une phrase qui résume parfaitement la pensée qu’il exprime dans tous les écrits qu’il partage avec ses agents. Le 28 germinal an VI (17 avril 1798), c’est au tour de David d’écrire à son ministre. Dans une comparaison peu flatteuse avec le peuple parisien, le secrétaire d’ambassade assure :

  • 12 Id., Milanais 77CP/78. Cette comparaison avec le peuple parisien est la seule de tout le corpus. Au (...)

Il n’y a point encore d’esprit public dans ce pays. Il n’y en aura pas de longtemps si, par une éducation républicaine, par des fêtes nationales, par des prix décernés aux vertus, aux talents, on ne donne point d’essor à cet imaginaire indolent12.

26Ces propos ne sont jamais étayés d’exemples concrets. Ils sont toujours donnés comme une évidence, une vérité qu’il n’est pas nécessaire de justifier puisqu’elle est partagée par tous. En cela, ces propos sont réellement des préjugés communs aux élites politiques. Le peuple cisalpin est donc ignorant. C’est cette ignorance qui explique tous les traits de caractère des Cisalpins qui, du point de vue des élites républicaines françaises, sont des défauts puisqu’ils s’opposent à leur conception du républicanisme : la superstition alors que le régime directorial est le premier régime laïc français ; la mollesse qui contraste selon eux avec la vitalité de la Nation française libérée seule de l’Ancien Régime.

27Ce discours sur les Italiens est en partie hérité du XVIIIe siècle, notamment des écrits de certains philosophes des Lumières français. Déjà, dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, le Chevalier de Jaucourt utilise les vers de Mylord Hervey pour décrire l’Italie « de nos jours » :

  • 13 Chevalier de Jaucourt, « L’Italie (Géographie moderne) », L’Encyclopédie.

La nature en vain bienfaisante,
Veut enrichir ces lieux charmans,
Des prêtres la main désolante,
Étouffe ses plus beaux présens ;
Les monsignors, soi disans grands,
Seuls dans leurs palais magnifiques,
Y sont d’illustres fainéans,
Sans argent, & sans domestiques.
Pour les petits, sans liberté,
Martyrs du joug qui les domine,
Ils ont fait vœu de pauvreté,
Priant Dieu par oisiveté,
Et toujours jeûnant par famine13.

28La diffusion de ces vers est révélatrice de la force de ces préjugés. L’Encyclopédie est annoncée comme une synthèse des connaissances issues de l’esprit scientifique du temps, mais l’auteur intègre ici des informations relevant de stéréotypes partagés par les élites intellectuelles. Les propos des autorités françaises envoyées en République cisalpine montrent donc qu’elles sont héritières de ce discours construit au cours des décennies précédentes. Tous les agents, sans exception, reprennent la mollesse, la faiblesse d’esprit et la superstition comme les caractères principaux des Italiens. Ce sont d’ailleurs les seuls traits distinctifs qui leur sont alloués. Aucune autre caractéristique ne vient enrichir ce portrait collectif. Dans le cas du peuple cisalpin, le discours est donc bien plus simplificateur et caricatural que dans le cas de Paris où les stéréotypes visent à construire deux groupes sociaux en soulignant et en expliquant leurs différences. Dans le cas cisalpin, l’enjeu n’est pas la construction d’identités sociopolitiques. C’est réellement un ethnotype qui est plaqué sur le peuple cisalpin et, plus généralement, sur les peuples italiens.

  • 14 Michel Vovelle, op. cit.

29Afin de comprendre cette simplification à l’extrême, il ne faut pas restreindre l’analyse à l’héritage du XVIIIe siècle, mais souligner le rôle de la présence française en Italie. En effet, selon Michel Vovelle, c’est à partir de 1796 que les préjugés laissent place à un véritable ethnotype14. Or, 1796 est aussi la date qui marque les premiers succès français en Italie. Cette concordance dans la chronologie peut amener à penser qu’il y a un lien entre la conquête et cette mutation du discours.

  • 15 Archives diplomatiques, Correspondances politiques, Milanais 77CP/84.

30Tout d’abord, il existe une différence fondamentale avec le peuple parisien : les préjugés véhiculés par les autorités françaises ne sont pas réservés à la classe populaire cisalpine, ils intègrent les élites politiques. Le 6 floréal an VI (25 avril 1798), David écrit à Talleyrand : « J’ai vu les Directeurs, les Ministres, plusieurs représentants, des militaires et de simples citoyens. […] Ces hommes ont généralement peu de ressources dans l’esprit15. » Le 7 messidor (25 juin 1798), Faipoult va plus loin :

  • 16 Id., Milanais 77CP/144.

[…] je vois seulement que les autorités constituées y présentent ce qui est à peu près inévitable en Italie, des hommes faibles, peu instruits, n’ayant rien de cette expérience qui rend tout aisé par la régularité et la simplicité des moyens qu’elle suggère. Les cinq Directeurs de Milan, quoique les aînés des cinq consuls de Rome, sont aussi remarquables par leur faiblesse16.

31En réalité, le petit peuple cisalpin est exceptionnellement évoqué dans les rapports des agents et ce sont surtout les membres de l’élite politique qui sont victimes des préjugés des autorités françaises. Or, cette vision des élites cisalpines est une réelle rupture avec le XVIIIe siècle puisque, malgré l’existence du discours cité plus haut, il y avait une réelle proximité entre les élites françaises et les élites italiennes.

32Cette dépréciation passe aussi par une absence symptomatique de la voix des élites politiques cisalpines dans les rapports. En effet, ces dernières auraient pu jouer un rôle d’intermédiaire, notamment dans la connaissance de la population encadrée, mais les agents français leur refusent cette place. Le 15 germinal an VI (4 avril 1798), David écrit à Talleyrand. Il raconte sa première conférence avec le ministre des Affaires étrangères de la République cisalpine, le citoyen Testi :

  • 17 Id., Milanais 77CP/68.

[Le ministre] m’observait qu’en général les Italiens passent pour plus dévots qu’ils ne le sont. Je suis entré dans sa pensée, mais je l’ai fait convenir que ces peuples étaient très attachés, sinon à la religion en elle-même, du moins au culte extérieur, à ses formes, à ses ministres et que les prêtres exerçaient encore un grand empire sur les esprits17.

33Plus loin au cours de l’entretien, le ministre Testi revient sur le sujet de la religiosité des Italiens. Il affirme que ces derniers sont favorables à la tolérance des cultes. David lit alors l’argument dans le sens de ses préjugés : si les Italiens sont favorables à la tolérance religieuse, c’est « pour conserver le libre exercice » de leur propre religion.

34Chaque opinion exprimée par les membres de l’élite politique et retranscrite dans la correspondance diplomatique est ainsi systématiquement dénigrée et réinterprétée à l’aune des préjugés de l’agent français.

  • 18 Archives diplomatiques, Correspondances politiques, Milanais 77CP/147.

35Cette stigmatisation des élites qui pourtant sont choisies par les Français a un rôle précis : justifier les coups d’État et l’ingérence française dans les affaires courantes. L’exemple du coup d’État du 13 fructidor an VI (30 août 1798) est révélateur : le Directeur La Revellière fait nommer Trouvé quelques mois avant à l’ambassade française de la République cisalpine. Il lui donne pour mission de surveiller les jacobins cisalpins et, au besoin, de les éliminer. Afin de l’assister, le Directoire envoie à Milan Faipoult, commissaire du Directoire exécutif à Rome. Les deux hommes préparent l’exclusion des représentants jacobins au moment où le mouvement antijacobin parisien a déjà éliminé les représentants jacobins élus en avril. En effet, alors que le premier coup d’État du Directoire français visait les royalistes, celui du 22 floréal an VI (11 mai 1798) est dirigé contre les jacobins vainqueurs des élections. Le Directoire, dominé par les modérés, n’accepte pas ce résultat et invalide les élections. Les représentants cisalpins, qui avaient été choisis par les élites françaises ne tardent pas à subir le même sort. Le 12 messidor (30 juin), dans ce contexte, Faipoult écrit au Directoire exécutif français. Il prescrit l’exclusion de la « très grande majorité des Directeurs et des législateurs ». Le commissaire considère pour différentes raisons que cette épuration ne peut être menée par les autorités cisalpines, mais doit être faite par la France. Il conclut son argumentation par cette phrase, qui vise explicitement les élites politiques : « On ne manie pas d’ailleurs aisément des têtes italiennes, pleines ou de faux savoirs ou de vanité et de passionnettes de tout genre, et presque toujours vides d’instructions et de vues générales18. » Dans ce cas, comme dans celui des autres coups d’État, l’incapacité des élites cisalpines justifie l’ingérence française.

  • 19 Id., Milanais 77CP/251.
  • 20 Id., Milanais 77CP/79.

36L’exemple des coups d’État peut paraître extrême, mais il est en fait révélateur du mode de domination en Cisalpine. En effet, suite à la conquête, une ingérence réelle s’installe. Dans tous les écrits des diplomates français, les représentations sur le peuple cisalpin permettent de justifier la non-application de la Constitution cisalpine. Dans une lettre adressée au Directoire français, datée du 17 fructidor an VI (3 septembre 1798), l’ambassadeur français Trouvé justifie ainsi l’absence d’élections au sein de la République par l’ignorance du peuple qui composerait les assemblées primaires en cas de convocation. Selon lui, les citoyens cisalpins risquent d’être manipulés par les étrangers : « Comment prévenir de leur part [des étrangers] toute espèce d’influence dans ces réunions d’hommes ou ignorants, ou apathiques ou intéressés19 ? » Cette attitude des autorités françaises est tout à fait consciente puisque la nécessité de faire croire à l’indépendance cisalpine tout en imposant les intérêts de la France est constamment réaffirmée. David explique ainsi : « C’est, je crois en adoptant ces formes douces qu’on parviendra à le convaincre qu’il est indépendant20. »

37Les Français maintiennent donc la fiction d’une République indépendante, mais les institutions ne sont pas le résultat d’élections. Elles ne sont qu’une vitrine qui vise à maintenir l’illusion de l’autonomie. Une fois les autorités constituées par les Français eux-mêmes, les fluctuations de la vie politique parisienne sont ainsi immédiatement retranscrites par des coups d’État en Cisalpine. La logique de l’extrême centre, qui pousse les représentants français à éliminer leurs opposants politiques, tant à droite qu’à gauche, est appliquée dans le territoire dominé.

38Dans les Républiques sœurs, la logique politique est celle d’une domination qui doit garantir les intérêts de la France avant tout. Dès le départ, le rapport du Directoire exécutif français sur le projet de traité entre les deux républiques commence par expliciter son but. Ce rapport l’affirme, il faut que la puissance politique et commerciale de la République cisalpine soit constamment subordonnée aux intérêts de la France :

  • 21 Id., Milanais 77CP/11.

Une politique raisonnable doit nous porter à profiter des premiers instants de sa reconnaissance pour établir à notre plus grand avantage nos relations avec elle, pour y assurer par des traités l’influence due à nos victoires, enfin pour valoir à ce nouvel État de la consistance en Italie, telle néanmoins que sa puissance politique et sa force commerciale soient constamment subordonnées à nos intérêts21.

39Cette nécessité de subordonner les volontés et l’indépendance de la République cisalpine aux intérêts français est systématiquement affirmée. À son entrée en fonction, chaque ambassadeur confirme ce principe comme « une feuille de route » donnée par Talleyrand.

40Cette attitude correspond à une évolution générale de la politique étrangère révolutionnaire. En effet, en l’an IV, les élites directoriales ont définitivement abandonné l’idéal universaliste de la Révolution : l’intérêt national devient le principe unique de la diplomatie française.

  • 22 Id., Milanais 77CP/34.

41Dans les faits, effectivement, chaque décision française est motivée par l’intérêt de la « grande Nation », la France. La République cisalpine peut prendre des initiatives tant qu’elles ne gênent pas les projets français. Le cas des prétentions d’agrandissement du territoire cisalpin est révélateur de cette politique. Le 28 pluviôse an VI (16 février 1798), Talleyrand écrit à Berthier, le général en chef de l’armée d’Italie. Il le met en garde contre les actions de la République cisalpine sans l’aval de la France et ajoute : « Si elle est appelée à recevoir un jour des agrandissements, que ce soit par nous et non par elle22. »

42Or, les élites cisalpines aimeraient acquérir les territoires qui les entourent : les baillages suisses, les territoires des États du roi de Sardaigne situés au-delà du Pô, le territoire de Lucques, une partie de la Toscane, le duché d’Urbin et la marche d’Ancome. Les autorités françaises s’opposent vigoureusement à cette volonté pour plusieurs raisons. Dans le cas du Paresan, des pays de Voghère et de Bobbis, leur possession amènerait à créer un contact entre la République cisalpine et sa voisine, la République ligurienne, elle aussi sous domination française. Ce contact risquerait de provoquer un regroupement des deux Républiques dont les atouts se compléteraient alors. En effet, la Cisalpine est une puissance continentale qui dispose de richesses agricoles importantes, tandis que la République ligurienne est une puissance maritime. L’alliance de Milan et de Gênes diminuerait donc la dépendance des deux Républiques vis-à-vis de la France puisque Milan fournirait à Gênes les produits de la terre, tandis que Gênes fournirait à Milan tous les objets issus du commerce maritime. En empêchant ce rapprochement, les autorités françaises espèrent maintenir la nécessité d’un commerce privilégié avec la France.

43En Cisalpine, les élites françaises prétendent donc imposer une domination tout en conservant la fiction d’une démocratie indépendante. La construction de l’image du peuple cisalpin répond aux exigences de cette contradiction : c’est l’ignorance des Cisalpins qui oblige les élites françaises à intervenir dans la vie politique locale. Dans ce cas, la nécessité constamment affirmée de maintenir la domination étrangère dans l’intérêt de la France elle-même est justifiée par un ethnotype qui n’englobe plus seulement le peuple au sens socio-économique du terme mais aussi les élites cisalpines.

44L’analyse et la comparaison de deux discours sur deux espaces distincts géographiquement et institutionnellement adoptés par un même groupe, celui des élites politiques parisiennes, permettent de démontrer l’importance du projet politique dans la construction des représentations. Alors que le peuple parisien est nécessaire à la légitimité démocratique des représentants au sein des Conseils, le peuple cisalpin est un peuple étranger à la Nation, strictement dominé malgré l’illusion offerte par le maintien d’institutions républicaines. Les deux groupes sont donc soumis à une même autorité mais les enjeux de la domination ne sont pas identiques, ce qui produit l’élaboration de deux discours différents : le peuple parisien doit être encadré par les « bons citoyens » parce qu’il est ignorant mais il peut tout de même participer à la vie politique de façon indirecte ; le peuple cisalpin ne bénéficie pas de cette figure du « bon citoyen » qui le guiderait puisque ses élites sont intégrées dans l’ignorance généralisée des Italiens. Le terme de peuple recouvre donc ici deux conceptions distinctes : face à la construction d’un groupe sociopolitique qui correspond à l’affirmation du groupe bourgeois parisien répond un véritable ethnotype qui sert l’affirmation de la Nation française dominante.

Haut de page

Notes

1 Pierre Serna, La République des girouettes. 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la France de l’extrême centre, Paris, Champ Vallon, 2005.

2 La République cisalpine s’effondre au printemps 1799 avec la reconquête autrichienne.

3 Virginie Martin a cependant nuancé cet aspect en montrant leur rôle de médiateurs entre les Cisalpins et le gouvernement français ; Virginie Martin, « Du modèle à la pratique ou des pratiques aux modèles : la diplomatie républicaine du Directoire », in Pierre Serna (dir.), Républiques sœurs. Le Directoire et la Révolution atlantique, Rennes, PUR, 2009, p. 87-100.

4 C’est ce que dispose l’article 4 de la Déclaration des devoirs de l’homme et du citoyen de 1795 (« Nul n’est bon citoyen, s’il n’est bon fils, bon père, bon frère, bon ami, bon époux »).

5 AN, F1 CIII, Seine, 16.

6 La population parisienne menace d’ailleurs régulièrement de se soulever et d’atteindre physiquement les représentants tout au long du Directoire.

7 Il convient tout de même de nuancer le rôle déterminant de cette réaction en soulignant les innovations contenues dans ce texte et la réelle réflexion sur le droit constitutionnel.

8 Kare D. Tonnesson, La défaite des sans-culottes : mouvement populaire et réaction bourgeoise en l’an III, Clavreuil, 1959.

9 Haïm Burstin fait une description de cette figure du sans-culotte jusqu’en l’an II ; Haïm Burstin, L’invention du sans-culotte. Regard sur le Paris révolutionnaire, Paris, Odile Jacob, 2005.

10 Michel Vovelle, Les Républiques-sœurs sous le regard de la Grande Nation. 1795-1803. De l’Italie aux portes de l’Empire ottoman, l’impact du modèle républicain français, Paris, L’Harmattan, 2000.

11 Archives diplomatiques, Correspondances politiques, Milanais 77CP/46.

12 Id., Milanais 77CP/78. Cette comparaison avec le peuple parisien est la seule de tout le corpus. Aucun agent ne reprend ce parallèle.

13 Chevalier de Jaucourt, « L’Italie (Géographie moderne) », L’Encyclopédie.

14 Michel Vovelle, op. cit.

15 Archives diplomatiques, Correspondances politiques, Milanais 77CP/84.

16 Id., Milanais 77CP/144.

17 Id., Milanais 77CP/68.

18 Archives diplomatiques, Correspondances politiques, Milanais 77CP/147.

19 Id., Milanais 77CP/251.

20 Id., Milanais 77CP/79.

21 Id., Milanais 77CP/11.

22 Id., Milanais 77CP/34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Massoni, « Peuple parisien, peuple cisalpin », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, Pagination.

Référence électronique

Cécile Massoni, « Peuple parisien, peuple cisalpin », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/6124 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.6124

Haut de page

Auteur

Cécile Massoni

Université de Paris 1

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals