Navigation – Plan du site
Époques moderne et contemporaine

La « Bibliothèque démocratique » (1869-1877)

Une collection éditoriale au service de l’instruction du peuple
Barbara Dimopoulou
p. 351-368

Résumés

Dans une perspective entre l’histoire de l’édition et l’histoire des idées, nous nous proposons d’étudier le catalogue de la collection « Bibliothèque démocratique » qui met au centre de son programme la question de l’instruction du peuple. Ce débat, ouvert pendant la Révolution française, rejoint celui sur l’alphabétisation massive de la population au cours du XIXe siècle, et se poursuit bien au-delà des lois Jules Ferry sur l’instruction publique, laïque et obligatoire. Le projet éditorial de la collection étudiée, sous-tendu d’un projet politique et idéologique clairement affiché, prend corps sous l’impulsion de Victor Poupin (1838-1906), son directeur-fondateur, homme de lettres engagé et député de la gauche radicale du Jura (1885-1898). La collection, qui compte une centaine de titres, accueille cinq ouvrages de son fondateur, ainsi que des ouvrages d’auteurs contemporains plus ou moins célèbres… Nous tenterons d’évaluer, par l’examen de titres phares de la collection, les enjeux intellectuels qui justifient l’inscription de telle ou telle œuvre dans la collection, ainsi que l’apport de ces œuvres à la réflexion autour d’une instruction « utile » plutôt qu’« utilitaire ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cité par Isabelle Olivero, L’Invention de la collection. De la diffusion de la littérature et des s (...)

L’instruction du peuple est considérée par tous comme un devoir ou du moins comme une nécessité […], tous les partis politiques parlent au peuple et lui apprennent quelque chose […]. Le catholicisme s’emploie à répandre ce qu’il appelle les « bons livres » ; le républicanisme dissémine ses enseignements […], les manuels pleuvent de toutes parts ; nous sommes inondés de livres élémentaires ; c’est un chorus universel et sans fin de leçons, de méthodes et de théories ; tous les esprits sont remués, jusqu’aux plus incultes ; partout on lit, on raisonne, on discute ; fiat lux !

Jules Lerminier, La Littérature pour le peuple, 18341

Pour commencer : contexte historique et orientation idéologique de la collection

1Les sujets qui traitent de l’histoire des collections éditoriales traitent simultanément – et fatalement – de l’histoire culturelle. Le nôtre, traitant de la « Bibliothèque démocratique », collection de propagande républicaine et anticléricale, se placera davantage dans l’histoire des idées. Cette collection mettait au centre de son programme la question de l’instruction du peuple. Ce débat, ouvert pendant la Révolution française, rejoint celui sur l’alphabétisation massive de la population au cours du XIXe siècle, et se poursuit bien au-delà des lois de Jules Ferry sur l’instruction publique, laïque et obligatoire (1881-1882), qui était déjà l’une des réalisations de la Commune de 1871, reprise par la IIIe République.

2Isabelle Olivero dresse un panorama des « milieux porteurs de collections » au XIXe siècle qui permet de donner sommairement le cadre dans lequel s’épanouissent les collections comme la « Bibliothèque démocratique » :

  • 2 Ibid., p. 46.

Ainsi, il existe bien […] les collections patronnées par l’État allié soit aux libéraux, soit à l’Église pendant la première moitié du XIXe siècle et jusqu’à 1848 ; les collections commerciales des éditeurs en accord avec les aspirations de la IIe République ; les collections des éditeurs du Second Empire, parfois liées au développement des bibliothèques populaires ; et, à partir de 1859, les collections plus militantes des ouvriers, hommes politiques et publicistes qui répandent les idéaux qui seront ceux de la IIIe République. Il s’avère donc impossible de séparer les objectifs militants des stratégies économiques et les stratégies politiques des visées culturelles qui sont à l’origine de ces collections. […] Au niveau […] strictement éditorial, des modèles de collection se forment et se perpétuent en fonction des textes publiés2.

  • 3 Le poète lui adresse un exemplaire dédicacé de l’édition originale de ses Poèmes saturniens (1866).
  • 4 Sur la vie et l’œuvre de V. Poupin, voir : « Les Hommes d’aujourd’hui », no 39, A. Cinqualbre, s. d (...)

3Le projet éditorial de la collection qui nous intéresse ici, sous-tendu d’un projet politique et idéologique clairement affiché dans sa dénomination, prenait corps sous l’impulsion de Victor Poupin (Paris, 1838 – Châtelneuf, Jura, 1906). Cet ami de Verlaine3, avocat, écrivain engagé (romancier, essayiste, dramaturge), journaliste et traducteur d’auteurs latins inclut ses activités d’éditeur dans sa vie de militant républicain à multiples facettes. En 1870, il crée l’Union démocratique anticléricale avec Victor Hugo, Garibaldi et Louis Blanc. Avec Jean Macé et Emmanuel Vauchez, il contribue à la création de la Ligue de l’enseignement. En 1879, il est l’un des quatre secrétaires de son Cercle parisien. En 1881, il organise le premier Congrès anticlérical du Grand Orient de France avec Maria Deraismes, sous la présidence de V. Schœlcher. Plus tard, il sera député de la gauche radicale du Jura (1885-1898), pays de ses origines familiales où il finira ses jours auprès de la sculpteure Syamour, pseudonyme de la fille de l’une des auteurs de la « Bibliothèque démocratique », M.-L. Gagneur, épouse de Wladimir. Grand promoteur de la lecture publique, Poupin aura soutenu la création de bibliothèques populaires dans le Jura qui accueilleront de nombreux titres de sa collection4.

4En cette période charnière entre la fin du Second Empire et le début de la IIIe République, période caractérisée par l’affrontement entre catholiques ultramontains et républicains démocrates, Poupin, dans son rôle d’éditeur, souhaitait proposer au peuple des lectures qui feraient de lui un peuple citoyen lucide et actif. Dans l’avertissement du volume qui inaugure la collection en 1870, signé par l’éditeur, on lit :

  • 5 Louis Blanc, Napoléon, une page d’histoire, Paris, Bibliothèque démocratique, 1870, p. xiii‑xiv.

Le peuple des villes a compris la nécessité, la grandeur de l’émancipation par l’instruction. Il reste à conquérir aux idées nouvelles le peuple des campagnes, et la Bibliothèque démocratique entreprend avec confiance cette croisade légitime contre l’inertie des uns, contre l’égoïsme ou l’obscurantisme des autres5.

  • 6 Isabelle Olivero, op. cit., p. 45.

5Le volume en question n’est autre que Napoléon, une page d’histoire, qui constitue une sélection de textes à partir du Nouveau Monde, journal historique et politique (no 3), rédigé par Louis Blanc en septembre 1849. Poupin prend le soin de signaler ses sources, comme il le fera pour tous les ouvrages qu’il va rééditer ou adapter pour les besoins de sa collection. Selon I. Olivero, avec les collections comme celle de Poupin : « La librairie de propagande, telle qu’elle existait sous la IIe République, renaît6. »

  • 7 Il avait déjà publié : Un mariage entre mille, Michel Lévy, 1862 ; Don Pèdre, comédie-bouffe en un (...)

6La collection qui annonce au fur et à mesure de sa courte existence une petite centaine de titres, accueillera cinq ouvrages de son fondateur7, ainsi que des ouvrages d’auteurs célèbres et moins célèbres tels Alphonse Esquiros, Garnier-Pagès, Victor Schœlcher, Louis Viardot, Jules Simon, Martin Nadaud, Godin, André Léo, Émile Acollas, Morin et d’autres… Les noms retentissants annoncés d’Arago, Michelet, Barthélemy Saint-Hilaire, Gambetta, Quinet, auteurs sur la collaboration desquels Poupin a dû compter un moment ne figureront finalement pas dans le catalogue. Nous tenterons d’évaluer, par l’examen de quelques titres phares de la collection ainsi que par l’examen du péritexte de certains volumes, les enjeux intellectuels qui justifient l’inscription de tel ou tel titre dans la collection, ainsi que l’apport de ces œuvres à la réflexion autour d’une instruction populaire « utile » plutôt qu’« utilitaire », deux orientations différentes qui divisent ceux qui font figure de porteurs et propagateurs du savoir au début de la IIIe République.

Une collection de propagande

7Arrêtons-nous sur ces notions qui sont au fondement de la démarche éditoriale et de la sélection de titres pour le catalogue de Poupin. Nous empruntons à nouveau à I. Olivero, ces lignes éclairantes sur la notion d’« utilité » :

  • 8 Isabelle Olivero, op. cit., p. 181.

Au XIXe siècle, « l’utile » est bien le produit de ce que David Vincent nomme une semantic confusion. En effet, si tous – ouvriers, savants, éditeurs – emploient apparemment cette notion dans une acception commune, chacun lui donne en réalité un sens qui lui est propre. Les philanthropes, bourgeois et notables, lui attribuent un sens « utilitaire », lié à un processus d’échange de savoirs et de compétences dans le but de créer dans la société une identité commune d’intérêts. Est utile pour les ouvriers autodidactes, français ou anglais, tout ce qui concourt à l’émancipation intellectuelle et morale du peuple, de même que les livres « utiles » doivent converger vers un but de self-instruction en France comme en Angleterre. […] Ainsi l’encyclopédisme se différencie-t-il de « l’utile » exclusivement tourné vers une morale au service d’objectifs économiques et politiques précis : ceux du radicalisme et du libéralisme. Cette notion d’« utile », fortement chargée d’idéologie, rendra fort mince la frontière entre les collections d’encyclopédies populaires et les collections de propagande qui suivront8.

8Sous cet aspect, la « Bibliothèque démocratique » est ouvertement une collection de propagande qui cible prioritairement le peuple des campagnes, sans exclure la classe émergente des ouvriers de ville que l’on appelle déjà depuis un moment des « prolétaires ». Notons d’ailleurs que la « Bibliothèque démocratique », ne s’éteindra que pour devenir, en 1876, la « Bibliothèque des prolétaires », toujours sous la direction de Poupin qui dirigera aussi la « Bibliothèque des libres-penseurs », à partir de 1877.

9En 1850, Jean-Pierre Drevet, serrurier mécanicien, arrêté en juin 1848, après avoir été délégué à la Commission du Luxembourg dirigée, on le sait, par Louis Blanc, rédigea, au retour de sa transportation, un ouvrage sous le titre Le Socialisme pratique dans lequel nous lisons :

  • 9 Cité par Alain Faure et Jacques Rancière, La parole ouvrière, Paris, La Fabrique, 2007, p. 7.

J’ai fait mon instruction comme ceux qui n’ont été à l’école que bien juste assez pour pouvoir lire les prières de la messe et chanter les vêpres avec le curé de la commune les dimanches et fêtes. Il a fallu que les journaux, les petits livres que nous avons lus, continssent des vérités bien simples, bien convaincantes sur notre organisation sociale, pour que nous, pauvres déshérités, ayons pu nous débarrasser de tous les mensonges, de tous ces contes fabuleux de revenants, de loups-garous, du diable, de l’enfer, du purgatoire, des rois et des princes, des nobles, des riches bourgeois, des merveilles des hommes de guerre, de leurs exploits dans la destruction9.

  • 10 V. Poupin, Les Labourdière (1789-1859), Paris, Bibliothèque nationale, 1864 (1re éd. : Marpon, 1861 (...)
  • 11 Isabelle Olivero, op. cit., p. 163.

10Poupin faisait siennes les idées des hommes du peuple qui s’exprimaient ainsi. Auteur de la célèbre et emblématique collection « Bibliothèque nationale » (1863-1905) de Nicolas David, typographe, l’un de ses modèles, Poupin était certainement sensible à ce discours10. Il souhaitait se faire l’auxiliaire de ceux qui désiraient s’extraire de l’ignorance dans laquelle les maintenaient leurs conditions de vie, bien que des avancées réelles – mais inégalitaires – de l’alphabétisation et de l’évolution des habitudes de lecture marquées par la loi Guizot (1833) donnassent leurs fruits. Poupin et les auteurs qu’il publiait se devaient alors d’aller, par la forme et par le contenu de leurs écrits, à l’essentiel sous peine de manquer leur but : satisfaire le besoin grandissant de lecture, en facilitant par des moyens matériels et intellectuels l’accès du peuple au livre. La mission qu’ils devaient remplir était de le conduire à l’émancipation intellectuelle et politique. C’était bien « la conception défendue par l’élite ouvrière, qui revendique le droit pour le peuple de tout lire, de tout connaître, et de pouvoir se former un jugement11 ».

J.-E. Alaux, La République, Paris, Bibliothèque démocratique, 1871
(plat supérieur ; cote BNF : 8-LB57-2879).

  • 12 Publié en grand format dans la coll. « Droit et liberté », par Sausset, Libraire-Éditeur, 1865, 160 (...)
  • 13 Publié par Furne et Cie, éditeurs, 1856, 378 p.

11Pour ses livres, Poupin choisit donc un petit format, un in-32 jésus (9 × 14 cm), de 192 pages (nombre scrupuleusement respecté à quelques exceptions près), une composition généralement serrée pour optimiser l’espace imprimé par rapport à la quantité de texte (l’interligne et la taille de caractère peuvent occasionnellement varier), une typographie très lisible, des caractères arrondis à empattements, une couverture souple de couleur jaune pâle, avec un simple liseré en bordure et surtout un prix modique : 30 centimes (avec quelques écarts allant exceptionnellement jusqu’à 60 centimes, ce qui reste très bon marché). Ces caractéristiques matérielles, courantes pour l’époque et pour une collection de propagande, standardisent pleinement la collection afin de rendre les livres reconnaissables, et surtout maniables. Elles sont annoncées sur la quatrième de couverture du tout premier volume qui renseigne aussi sur le rythme, très ambitieux, de publication : un volume par mois, ce qui obligera peut-être l’éditeur, parallèlement aux textes inédits d’auteurs contemporains qu’il commande ou qu’il accueille spontanément dans son catalogue, à avoir recours à l’adaptation ou à la réédition de textes déjà publiés chez d’autres éditeurs. Deux exemples, entre autres : le livre d’Émile Acollas, Les Enfants naturels (1871), qui est une révision par l’auteur de L’enfant né hors mariage. Recherche de la paternité12, et celui d’Henri Martin, Jeanne Darc (1871), extrait d’un ouvrage homonyme13, pour lequel Poupin remercie les éditeurs de lui avoir gracieusement cédé les droits de reproduction. À la standardisation formelle qui n’a pas uniquement un but d’identification, mais aussi une visée pédagogique, contribue la présence systématique de notices biographiques des auteurs, rédigées par l’éditeur. Ces notices, claires et concises, occupent toujours les deux pages d’ouverture dans chaque ouvrage (v et vi) et abordent sous des angles variés l’œuvre et la personnalité de l’auteur en insistant sur sa renommée, son dévouement aux causes défendues par la collection, sur la solidité de son raisonnement, sur son autorité dans le monde des lettres, de la science ou de la politique. L’éditeur cherche à gagner la confiance du lecteur tout en faisant, parfois, sa propre publicité par l’annonce ponctuelle des publications disponibles ou à venir de son auteur. Ces notices sont le lieu où l’éditeur joue pleinement son rôle de médiateur et de pédagogue apportant à son lecteur des précisions d’ordre bibliographique, historique, idéologique… Là encore, en termes de longueur, les exceptions sont rares et mériteront notre attention.

  • 14 Jean-Yves Mollier, « La police de la librairie (1810-1881) », in Patricia Sorel, Frédérique Leblanc (...)

12Poupin pense profiter de l’assouplissement du régime impérial sur le contrôle de l’imprimé, moment favorable pour la librairie qui verra disparaître sous la République (10 septembre 1870) l’obligation du brevet, ce qui permet l’éclosion de nombre de nouveaux libraires et éditeurs, surtout dans la capitale. Une simple déclaration à la préfecture les libérera du régime contraignant du brevet, sans les soustraire complètement à la surveillance de certains commissaires de police qui s’adapteront mal aux nouvelles mœurs. Très vite d’ailleurs, selon J.-Y. Mollier, l’échec de la Commune qui amènera l’état de siège sur la moitié du territoire jusqu’en 1876, autorisera le rétablissement de la loi de 1849 sur le colportage qui interdit « la propagande socialiste, en fait tout simplement républicaine dans la plupart des cas14 ».

Les principes de la collection

  • 15 En plus de son roman dont nous avons parlé, Poupin préface dans la « Bibliothèque nationale » De la (...)

13L’Avertissement du premier volume de la collection, acte fondateur qui vaut déclaration d’intention est signé « V. Girardot, administrateur » (p. v-xv). Il est certainement de la plume de Poupin qui le signera dans la 2e édition du même ouvrage en 1875, paru dans la nouvelle série de la collection. Cette seconde version de l’avertissement datée de « juillet 1871 » est, à quelques lignes près, la reprise fidèle du texte de la première édition. Nous citons les passages les plus révélateurs des objectifs que se donne la collection et de l’esprit qui anime son fondateur. On y décèle la posture critique de la nouvelle collection face au contexte éditorial de l’époque, notamment en matière de lectures destinées au peuple. On y observe aussi les filiations revendiquées par l’éditeur – celle de la « Bibliothèque nationale » surtout15 –, les opportunités qu’il saisit et les espoirs qu’il place dans les nouvelles conditions d’expression politique.

Les petits journaux, il y a quelques années, appartenaient exclusivement aux drames des cours d’assises. Les refrains licencieux avaient pris faveur. Histoire, religion, science, les publications soi-disant populaires se contentaient à cet égard de trois types : l’Art de tirer les cartes, les Douze journées, les Mérites du sacré cœur de Jésus ! Et le bon marché de semblables sottises aidant à un besoin de lecture insatiable, le public glissait, chaque jour, du mauvais goût au goût des choses mauvaises.
C’est alors que fut fondée, par un groupe de typographes, la Bibliothèque Nationale, dans le but de lutter, aux prix les plus modiques, et par la vulgarisation des chefs-d’œuvre de toutes les littératures, contre les productions malsaines d’une spéculation sans vergogne ou d’un abêtissement prémédité.
[…] Le peuple ne se jetait sur tous ces ouvrages niais ou corrupteurs que faute de meilleures publications à portée de ses ressources.

  • 16 Louis Blanc, op. cit., p. v-viii et p. xiii-xv, pour les citations suivantes.

Aujourd’hui, la Bibliothèque Nationale, sous la direction littéraire de M. N. David, a déjà publié cent soixante volumes environ, tirés chacun à des milliers d’exemplaires. Plutarque, Cicéron, Épictète, Suétone ; – Rousseau, Voltaire, Molière, Mirabeau, Lamennais ; – Swift, Cervantes, Alfieri, Goethe et Schiller ; – voilà quelques-uns des noms avec lesquels cette collection eut l’honneur de ramener aux grands modèles du style et de la pensée tout un public reconnaissant, et de donner à de nouvelles publications, vraiment populaires cette fois, un élan digne de leur mission, l’École Mutuelle, par exemple, et la Bibliothèque utile. […]
À notre tour nous entrons donc en lice, et puisse la Bibliothèque Démocratique, animée des mêmes intentions, obtenir les mêmes résultats heureux, faire pénétrer, elle aussi, au sein des plus modestes foyers les œuvres des Maîtres de la Démocratie et de la Libre Pensée16.

14S’éloigner de la médiocrité et suivre en l’amplifiant l’exemple de ses pairs, telles sont les aspirations de Poupin qui place son œuvre d’éditeur-pédagogue sous le patronage de Louis Blanc, auquel il emprunte l’essentiel des idées. Occuper le terrain de l’édition politique, asséché jusque-là par une législation répressive, convoquer des auteurs nouveaux, des « jeunes talents désireux de combattre […] au nom de l’esprit humain, au nom de la dignité humaine, au nom de la vérité », sans négliger les « morts illustres » de la pensée politique – Fourier, Proudhon, Enfantin –, voilà le programme qu’il promet à ses lecteurs qu’il exhorte à l’émancipation : « On était autrefois habitué à toujours compter sur l’État ; habituons-nous à compter d’abord sur nous-mêmes. » Le dernier paragraphe de cet avertissement aux allures de manifeste précise, dans un langage clair et enthousiaste, la mission de la collection par un message dont l’universalité reste intacte :

L’instruction pour tous, l’instruction par tous ! Des livres partout ! Nous en sommes profondément convaincus : la suppression de la misère intellectuelle est la seule solution pacifique de la crise qui agite la France, et tel est le but auquel vont tendre tous les efforts de la Bibliothèque Démocratique.

  • 17 Avec N. Blanpain, épigraphe générale par L. Gambetta, A. Cinqualbre, 1879.

15Le terrain était beaucoup moins libre que ne le croyait Poupin. Ses livres, subversifs, portaient sur des polémiques qui faisaient rage. Ils n’ont pas circulé aussi librement qu’il a pu l’imaginer au moment du lancement de sa collection. Ceux qui avaient le mieux compris les intentions de l’auteur qu’il était, entre autres, de L’Internationale noire : histoire populaire illustrée des Jésuites17, étaient évidemment ses adversaires : les milieux monarchiques et catholiques militants, telle la Société bibliographique, fondée en 1868, qui se donnait pour but de défendre « les intérêts de la religion » (cf. son règlement). Dans un premier rapport, sous le titre « Le mouvement de la propagande démocratique », publié dans le Bulletin de la société en 1873, les rapporteurs signalaient le grand danger de ces publications, dont, au premier chef, celles de la « Bibliothèque démocratique ». Un deuxième rapport surviendra trois ans plus tard portant le titre « La propagande catholique et la propagande radicale ». Sa lecture permet de compléter la présentation de la collection à travers sa réception critique. Particulièrement virulent, exact et détaillé, ce rapport rend compte de la force du combat idéologique aux allures de guerre de publications. Le rapporteur, G. du Fresne de Beaucourt, commençait sa démonstration par le programme de la « Bibliothèque démocratique ».

  • 18 « La propagande catholique et la propagande radicale », in Bulletin de la Société bibliographique, (...)

Le programme était vaste, il s’affichait hautement : instruction gratuite et obligatoire, organisation du travail, coopération et participation aux bénéfices, abolition de la peine de mort, suppression des octrois, répartition normale des impôts, suppression des armées permanentes, séparation de l’Église et de l’État, réformes sociales, administratives, judiciaires, etc. « connaissance parfaite » donnée au peuple des « droits et des devoirs civiques, » conquête de la liberté de la presse, des libertés individuelles, des droits de réunion, d’association, d’élection, – voilà ce que, dès lors, on se proposait pour but18.

16Force citations à l’appui, le rapporteur renonce aux analyses, tant les extraits cités se suffisent à eux-mêmes et le font frémir.

On a osé nier l’existence de Dieu, son gouvernement providentiel et sa justice, l’immortalité de l’âme, et présenter Dieu comme une hypothèse, l’âme comme une fonction du système nerveux [Louis Viardot, La Science et la Conscience, p. 24 et 31].
On a eu l’infamie d’écrire ces lignes : « Les prêtres de toutes les religions sont des marchands trafiquant, banquiers de la dévotion, exploitant tour à tour les appâts des félicités célestes et la peur des tourments de l’enfer » [J.-M. Cayla, Histoire de la messe, p. 8. et 9]. […]
On a osé insulter de la sorte à la vérité historique : « L’influence civilisatrice du clergé, dont toutes les maximes de morale sont empruntées aux philosophes de l’antiquité, a été beaucoup exagérée. Humble avec le fort, despote avec le faible, il a surtout poursuivi un but à travers les siècles, l’intérêt de sa caste. Pour triompher, tout lui est bon, Jacques Clément ou le Père Lachaise qui fouille les déjections du roi, Ravaillac ou le légat du Saint-Père se faisant honneur au petit-lever de la du Barry de lui présenter ses pantouffles [sic]. Pas une conquête intellectuelle à laquelle le clergé ait contribué, ou plutôt pas une manifestation du genre humain qu’il ait opiniâtrement combattue » [Victor Poupin, Le droit divin, p. 137].

17Fortement émue de tant d’outrances, la Société bibliographique riposte. Peu inventifs, ses membres révèlent avec sincérité leur plan d’action :

Mais, à ce travail purement négatif, il convenait d’en faire succéder un autre ; il fallait provoquer la création d’une collection populaire destinée à combattre celles de nos adversaires et spécialement la plus nombreuse et la plus répandue de toutes, la Bibliothèque démocratique. […] La Société Bibliographique a donc voulu opposer à cette littérature populaire, anarchique et impie, une autre littérature populaire, honnête et chrétienne. Et depuis le mois de décembre 1874, une commission spéciale, choisie dans son sein parmi les hommes les plus compétents, travaille à former une Bibliothèque à 25 centimes, composée de volumes in-32 de 128 pages, tirés à dix mille exemplaires, dans lesquels seront reprises toutes les thèses de religion, d’économie sociale, de morale et d’histoire dénaturées par nos adversaires.

18Le rapporteur propose un « plan d’organisation » :

Dans chaque ville, soit chef-lieu de département, soit chef-lieu d’arrondissement, il y aura :
1o Un groupe de catholiques militants, se chargeant de former une liste de catholiques auxiliaires des campagnes et qui leur adresseront régulièrement, tous les quinze jours, une circulaire les invitant à venir prendre une petite quantité de brochures qu’ils devront répartir dans les campagnes ;
2o Un dépositaire ou acquéreur d’une quantité de brochures jouissant de fortes remises […].

19L’efficacité de ce plan ayant été prouvée, le rapporteur n’hésite pas à indiquer l’origine de son inspiration :

Ce plan n’est point nouveau. Il a été mis en avant en 1871 par la Société d’instruction républicaine ; il a été appliqué depuis sur la plus vaste échelle. Je l’ai emprunté à une lettre, en date du 12 juin 1872, produite au cours d’un procès célèbre, et n’ai guère eu d’autre changement à y apporter que la substitution du mot catholique à celui de républicain. Si nous parvenons à réaliser ce qu’ont fait depuis quatre ans nos adversaires, nous serons, nous aussi, en possession d’une « puissance homogène, toute dévouée et très-active, » nous aurons mis au service du bien des ressources qui semblaient jusqu’ici appartenir trop exclusivement au mal.

20Ce rapport nous apprend également que la collection a subi des procès et que certains ouvrages ont été saisis. Les journaux catholiques qualifiaient ces publications de « propagande du poison ».

Quelques auteurs emblématiques

21Poupin ne pouvait donc pas agir impunément. La droite orléaniste, légitimiste, bonapartiste, incarnée par le maréchal de Mac-Mahon et le duc de Broglie, coalisée contre le radicalisme démocratique, est soutenue par l’Église catholique qui pouvait compter sur les journaux d’une large circulation comme L’Univers de Veuillot. « Sur les dénonciations quotidiennes et virulentes de MM. Paul de Cassagnac, Veuillot et de Pène, alors tout-puissants, six des volumes de la Bibliothèque démocratique furent saisis », lisons-nous dans Les Hommes d’aujourd’hui. L’éditeur ne manquera pas d’arborer sur ses quatrièmes de couverture où figurent les titres numérotés de son catalogue, la mention « SUPPRIMÉ » (en capitales italiques) à l’endroit des titres frappés d’interdit. Il s’agit de Cayla, La Fin du papisme (1873) et de cinq titres d’André-Saturnin Morin (anagramme de Miron) : Séparation de l’État et de l’Église (1869), La Confession (1873), Le Mariage des prêtres (1874), La Superstition (1875), La Providence et la Politique (1875).

Godin, La Politique du travail et la Politique des privilèges, Paris, Bibliothèque démocratique, 1875 (plat inférieur ; cote BNF : 8-LB57-5358 [A])

22Morin, homme de 1848, auteur actuellement oublié, est caractéristique de la première période de la IIIe République. Son éditeur lui consacre des notices éloquentes et va jusqu’à rapprocher son œuvre de celle du célèbre pamphlétaire anticlérical et éminent helléniste de la Restauration, Paul-Louis Courier (cf. Le Mariage des prêtres). Il verra en lui le porteur des idées libératrices sur lesquelles la France, pionnière un temps, semblait reculer. Ces notices, sans prétention scientifique, sont précieuses au même titre qu’un article de journal, car elles sont des véritables baromètres des opinions politiques. Enracinées dans l’actualité, elles se font une humble tribune d’expression des craintes et des espoirs qui traversent les esprits.

  • 19 A.-S. Morin, La Confession, Paris, Bibliothèque démocratique, 1873, p. vi.

[…] notre infatigable et dévoué collaborateur poursuit dans chacune de ses œuvres le même but : guerre à toutes les erreurs par lesquelles le cléricalisme s’efforce d’égarer l’opinion publique.
Depuis quelque temps, des menaces nous sont adressées. En quoi les Jésuites peuvent-ils espérer qu’ils nous effraieront ? Nous avons, nous autres républicains, la raison pour une arme et pour drapeau le progrès19.

M. A.-S. Morin, qui fut en 1848 sous-commissaire de la République, sous-préfet, puis conseiller général de département d’Eure-et-Loir, n’a jamais cessé de combattre, dans la Démocratie, le Rationaliste (de Genève), le Libre Examen (de Bruxelles), la Pensée Nouvelle, le Progrès du Nord, etc., en faveur de la liberté.

  • 20 Id., Séparation de l’Église et de l’État, 3e éd., Paris, Bibliothèque démocratique, 1874, p. v-vi.

Un grand mouvement s’opère en Europe. L’Angleterre, la Suisse, l’Allemagne, réclament la séparation de l’État et de l’Église. Comment n’avons-nous pas obtenu déjà cette réforme si légitime ? C’est qu’en France, où jusqu’à présent on pouvait se dire saint-simonien, fouriériste, icarien et honnête homme, on ne pouvait être tout simplement un philosophe économiste, et demander dès lors la liberté des cultes et l’abolition de leur salariat, sans passer d’emblée pour un utopiste dangereux, un démagogue, bref un mauvais citoyen.
Mais les vœux des conseils généraux de 1871 vont faire époque dans notre histoire. Ils sont unanimes, aujourd’hui, pour demander cette mesure, si parfaitement équitable ! L’Assemblée nationale pourra-t-elle rester sourde à la volonté formelle du pays ? Cette question de la séparation de l’État et de l’Église est de celles que la France, reprenant sa place à la tête de l’Europe, ne saurait tarder à résoudre affirmativement, l’heure étant venue de nous dégager enfin des vieux langes sacerdotaux, en même temps que nous brisons les dernières chaînes des traditions monarchiques20.

  • 21 La Guerre de 1870-1871. I. L’Empire (1871), Les Princes d’Orléans (1872), Le Mandat impératif (1873 (...)

23Martin Nadaud est un autre auteur phare du catalogue de la « Bibliothèque démocratique ». C’est encore un homme de 1848 et célèbre maçon creusois. Pourtant, contrairement à Morin, qui en donne cinq, autant que Poupin lui-même21, Nadaud ne donne qu’un seul titre à la collection : Les Sociétés ouvrières (1873). La longueur exceptionnelle de la notice biographique qui lui est consacrée (4 pages au lieu de 2 qui était la règle de la collection) nous fait penser que son éditeur lui vouait une grande estime. Y sont exposés ses origines paysannes, sa formation et son action politiques, ses engagements et leurs conséquences : l’exil londonien sous l’Empire, son œuvre d’historien. Par son statut d’intellectuel autodidacte, Nadaud, en plus de sa qualité de penseur militant, semble représenter un idéal pour Poupin. L’exemplarité de son cas est liée à une problématique qui lui tient particulièrement à cœur : la question ouvrière. Dans la notice, l’éditeur défend le modèle coopératif des sociétés de production qu’il considère comme la seule solution concrète au problème de l’exploitation des ouvriers par leurs patrons. Le tout sur ce ton directif et enflammé qui lui est propre et qui l’est également au genre de l’écriture militante.

  • 22 Martin Nadaud, Les Sociétés ouvrières, Paris, Bibliothèque démocratique, 1873, p. v-viii.

Les écrits de Buchez, de Charles Teste, de Cabet, de Louis Blanc, de Proudhon, enthousiasmèrent Nadaud, qui ouvrit en 1838 une école à l’usage des ouvriers du bâtiment, école où les cours techniques alternaient avec les discussions socialistes, et où se formèrent les premiers ouvriers républicains parmi les maçons. […]
Il fut nommé préfet, au 4 septembre, dans son département natal. Mais, à la nouvelle de la capitulation de Paris, il donna sa démission, et commença d’écrire plusieurs ouvrages de littérature et de politique. C’est ainsi qu’il a publié récemment une Histoire des classes ouvrières en Angleterre, et que, depuis trois mois, il fait des conférences publiques, très-suivies, très-instructives, très-applaudies, sur la situation comparée des prolétaires anglais et français. […]
La question capitale, aujourd’hui, c’est l’émancipation de la classe ouvrière. Ce progrès, au point de vue politique, a été pour partie obtenu par la conquête du suffrage universel. La solution économique doit désormais nous occuper tout particulièrement.
L’industrie et le commerce sont, en effet, organisés sur des bases absolument contraires à celles qui prévalent dans l’ordre politique, puisque la monarchie, et la monarchie absolue, y est encore la règle. […] Mais la république, la république démocratique n’existe presque nulle part en industrie, quoique là, comme en politique, elle soit la justice, la logique, et doive devenir la règle.
Le patronat spéculateur, employant des salariés, reste la base de notre organisation économique. Eh bien, à notre époque de démocratie, une pareille situation est une source de conflits et de dangers permanents ! Pour que le mal disparaisse, il faut une nouvelle organisation industrielle, répartissant les produits du travail d’une façon équitable entre tous les coopérateurs de l’œuvre commune, et en proportion de la part qu’ils y ont prise.
La Société coopérative, résultat des recherches des différentes écoles socialistes, peut seule, jusqu’à ce jour, résoudre ce problème22.

  • 23 A. Léo, amie d’Élisée Reclus, au plus fort de la Commune publiait avec Benoît Malon, autre communar (...)
  • 24 P. vi.
  • 25 Notamment : L. Richer, Le Livre des Femmes (1872), L.-M. Gagneur, Le Divorce (1872), Legouvé, La Fe (...)
  • 26 Selon K. Ross s’appuyant sur les mémoires de Kropotkine, en 1878, seules 200 personnes assistaient (...)

24Le modèle de l’homme du peuple autodidacte qui met au service de la communauté son savoir est aussi mis en valeur dans l’unique ouvrage présent dans la collection du républicain modéré Jules Simon, ministre de l’instruction, évincé par Thiers. L’Instruction gratuite et obligatoire (1873) prend la forme d’une biographie romancée qui a valeur de parabole. Ouvrons ici une parenthèse pour signaler que le genre du conte allégorique, faiblement représenté dans une collection qui comprend des ouvrages de philosophie politique et d’histoire, par La Commune de Malenpis d’André Léo (1874), est un autre type de récit qui se rapprocherait de la biographie romancée de J. Simon. Poupin présente discrètement cette romancière communarde et féministe23 : « André Léo est en exil. Combien de calomnies, répandues sur son compte ! André Léo attend avec confiance l’heure de mettre à néant toutes ces infamies24. » Le thème féministe est très présent dans le catalogue de la collection25, mais la mémoire de la Commune est encore trop vive pour apparaître autrement que sous couvert d’une naïve allégorie dans le livre de Léo. Il ne s’agit pas d’infantiliser le lecteur, mais de le préserver26.

25Revenons à J. Simon. Poupin, après avoir présenté le parcours politique de son auteur, introduit ainsi son ouvrage :

  • 27 Jules Simon, L’Instruction gratuite et obligatoire, Paris, Bibliothèque démocratique, p. vi et pour (...)

Les pages qu’on va lire étaient écrites en 1870, avant la guerre. Nous voulions les faire paraître au moment où le Corps législatif aurait discuté le projet de loi déposé par Jules Simon sous l’Empire. Nous avons ensuite attendu la discussion du projet de loi déposé par lui sous la République. Mais, puisque l’Assemblée ajourne indéfiniment la question de l’enseignement obligatoire, nous croyons utile de la rappeler au public27.

26Il s’agit de l’histoire de Jean Le Flô, enfant trouvé, devenu maître d’école, que son biographe et supposé ami aurait connu en Bretagne. Au début du livre, avant de commencer le récit, l’auteur apostrophe son héros :

Je t’ai consulté bien souvent quand j’avais à parler ou à écrire sur l’instruction populaire. Tu parleras toi-même cette fois-ci, et tu parleras pour nous deux. Comme il y a maintenant, grâce à toi, beaucoup de gens qui parlent français à Saint-Jean-Brévelay, tu leur liras ceci le dimanche, et ils rendront témoignage à la fidélité de ma mémoire.

27Le chapitre ii, « Discours de Jean Le Flô sur la nécessité de l’instruction », met en scène le personnage dans le rôle du candidat au conseil municipal où il ne sera pas élu. La paysannerie bretonne n’est pas encore prête à l’entendre, mais il aura contribué à son éveil qui viendrait un jour. Se retrouvent dans ce discours tous les grands principes prônés par les républicains auxquels la collection dans son ensemble ouvre ses portes. Énoncés par un homme du peuple qui s’adresse aux siens, ces principes ont une plus grande chance d’être favorablement accueillis qu’ils sont médiatisés. Telle est, au fond, la tâche minutieuse et laborieuse de la collection : reformuler les messages dont le sens a souvent été déformé :

Dès que l’on parle de réunions publiques, tout le monde voit le club des Jacobins, les échafauds, la terreur. J’aime, pour ma part, les réunions publiques ; je les regarde comme une excellente école, et comme un moyen de discussion et de contrôle qui fait un peu, pour le peuple, le même office que la presse.

Et pour finir : la mission de la collection fictionnalisée

28Ce livre sur Jean Le Flô et son discours, précisément, pourraient avoir une fonction métonymique au sein de la collection. À cet égard, le dernier paragraphe du livre aurait une importance toute particulière en ce qu’il soulignerait la constance et la cohérence du discours éditorial par une mise en abîme qui mettrait la notion même de collection au cœur d’un projet qui déborderait ses limites éditoriales pour participer à un projet de société plus vaste. Dès lors, ce paragraphe, qui est à nouveau une adresse de l’auteur à son héros, et par là même de l’éditeur à son public, nous servira de fermeture :

Au revoir, mon vieil ami. Je t’ai envoyé, l’année dernière, une partie de mon histoire [La Peine de mort] ; c’est la tienne que je t’envoie aujourd’hui, et je te donne en même temps une occupation qui te plaira : répands autour de toi notre bibliothèque démocratique. Ce sera une autre manière de faire l’école et de rester fidèle à ta vocation.

Haut de page

Notes

1 Cité par Isabelle Olivero, L’Invention de la collection. De la diffusion de la littérature et des savoirs à la formation du citoyen au XIXe siècle, Paris, IMEC / Maison des sciences de l’homme, 1999, p. 31. Cet ouvrage a grandement guidé notre réflexion.

2 Ibid., p. 46.

3 Le poète lui adresse un exemplaire dédicacé de l’édition originale de ses Poèmes saturniens (1866).

4 Sur la vie et l’œuvre de V. Poupin, voir : « Les Hommes d’aujourd’hui », no 39, A. Cinqualbre, s. d. [1879] ; Jacqueline Lalouette, La Libre Pensée en France, 1848-1940, Paris, Albin Michel, 2001, p. 509 ; et Annie Bachelard, Jeannine et Alain Bockenmeyer, « Les bibliothèques populaires du Jura » [http://bai.asso.fr/wordpress/wp-content/uploads/2015/03/VAUDIOUX-Bib-Populaires.pdf, consulté en août 2016].

5 Louis Blanc, Napoléon, une page d’histoire, Paris, Bibliothèque démocratique, 1870, p. xiii‑xiv.

6 Isabelle Olivero, op. cit., p. 45.

7 Il avait déjà publié : Un mariage entre mille, Michel Lévy, 1862 ; Don Pèdre, comédie-bouffe en un acte, en vers, L. Marpon, 1862 ; Les Eaux illustrées. Enghien et ses environs, en collaboration avec E. de Girardin et Ch. Brainne, dessins de M. Gaudry, 1862 ; Un bal d’opéra, A. Bouret, 1864 ; Un chevalier d’amour, Michel Lévy, 1865 ; La Dot de Madame. Un boulet. La Tuerie, A. Lacroix, Verboekhoven, 1869.

8 Isabelle Olivero, op. cit., p. 181.

9 Cité par Alain Faure et Jacques Rancière, La parole ouvrière, Paris, La Fabrique, 2007, p. 7.

10 V. Poupin, Les Labourdière (1789-1859), Paris, Bibliothèque nationale, 1864 (1re éd. : Marpon, 1861). Il s’agit d’un roman historique et de mœurs qui tente de dépeindre l’évolution de la société française à travers l’histoire d’une famille du Jura : montée de la bourgeoisie, guerres civiles, spéculations. Dans un style chargé et rébarbatif, invraisemblances et retournements de situation se succèdent, des biographies historiques et fictives s’entremêlent, dans le but d’instruire et d’éduquer à travers le vécu des personnages à la psychologie sommaire. À ce roman qui est une exception dans un catalogue constitué d’auteurs classiques, N. David consacre un long avertissement : « C’est pourquoi nous nous sommes demandé si nous devions user du droit qui nous était donné de puiser dans la coupe pleine qui nous était tendue de toutes parts, et de chercher là encore de nobles sentiments à répandre sous une forme aimée du lecteur moderne. Nous avouerons cependant qu’il ne nous était pas permis de débuter, dans cet ordre d’idées, par un livre qui n’eût pas déjà reçu le baptême du feu. Nos lecteurs jugeront, après avoir lu les Labourdière, si cette consciencieuse étude de mœurs rurales, à travers laquelle se font jour les raideurs de la jeunesse, l’enthousiasme des grandes et belles choses et la sainte horreur de la trahison, est digne des suffrages qui, au début, ont accueilli l’œuvre et l’auteur. Pour justifier notre confiance, celui-ci s’est courageusement résigné à un travail de remaniements judicieux qui ont rendu au drame cette rapidité d’allures et cet intérêt sans cesse renaissant, à si juste titre recherchés aujourd’hui. » (p. v-vi)

11 Isabelle Olivero, op. cit., p. 163.

12 Publié en grand format dans la coll. « Droit et liberté », par Sausset, Libraire-Éditeur, 1865, 160 p.

13 Publié par Furne et Cie, éditeurs, 1856, 378 p.

14 Jean-Yves Mollier, « La police de la librairie (1810-1881) », in Patricia Sorel, Frédérique Leblanc, Histoire de la librairie française, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 2008, p. 25.

15 En plus de son roman dont nous avons parlé, Poupin préface dans la « Bibliothèque nationale » De la République de Cicéron. J.-M. Cayla, auteur publié par Poupin, introduit aussi dans cette collection De la destruction des Jésuites en France de D’Alembert.

16 Louis Blanc, op. cit., p. v-viii et p. xiii-xv, pour les citations suivantes.

17 Avec N. Blanpain, épigraphe générale par L. Gambetta, A. Cinqualbre, 1879.

18 « La propagande catholique et la propagande radicale », in Bulletin de la Société bibliographique, 1876, p. 33 et pour les citations suivantes : p. 135-136, 138, 140 et 141.

19 A.-S. Morin, La Confession, Paris, Bibliothèque démocratique, 1873, p. vi.

20 Id., Séparation de l’Église et de l’État, 3e éd., Paris, Bibliothèque démocratique, 1874, p. v-vi.

21 La Guerre de 1870-1871. I. L’Empire (1871), Les Princes d’Orléans (1872), Le Mandat impératif (1873), Les Homélies de Voltaire, t. I (1874) et Le Droit divin (1874).

22 Martin Nadaud, Les Sociétés ouvrières, Paris, Bibliothèque démocratique, 1873, p. v-viii.

23 A. Léo, amie d’Élisée Reclus, au plus fort de la Commune publiait avec Benoît Malon, autre communard, une lettre-brochure intitulée « Au travailleur des campagnes ». Pendant un temps, ils se sont réfugiés dans le Jura. Nous avons vu que la collection de Poupin se donnait comme but principal de toucher le peuple rural. Citons un extrait de cette brochure : « Frère on te trompe. Nos intérêts sont les mêmes. Ce que je demande, tu le veux aussi ; l’affranchissement que je réclame, c’est le tien. […] Paris demande que ce soient les députés, les sénateurs et les bonapartistes, auteurs de la guerre, qui paient les cinq milliards à la Prusse, et qu’on vende pour cela leurs propriétés, avec ce qu’on appelle les biens de la couronne, dont il n’est plus besoin en France. […] Ce que Paris veut, en fin de compte, c’est la terre au paysan, l’outil à l’ouvrier, le travail pour tous » (in B. Malon, La Troisième Défaite du prolétariat français, Neuchâtel, G. Guillaume fils, 1871, p. 169-171, cité par Kristin Ross, L’Imaginaire de la Commune, Paris, La Fabrique, 2015, p. 107-108). E. Acollas est un autre communard accueilli dans la collection.

24 P. vi.

25 Notamment : L. Richer, Le Livre des Femmes (1872), L.-M. Gagneur, Le Divorce (1872), Legouvé, La Femme en France au XIXe siècle (1873).

26 Selon K. Ross s’appuyant sur les mémoires de Kropotkine, en 1878, seules 200 personnes assistaient à la première commémoration de la Commune, alors que deux ans plus tard, ils étaient des milliers (op. cit., p. 120).

27 Jules Simon, L’Instruction gratuite et obligatoire, Paris, Bibliothèque démocratique, p. vi et pour les citations suivantes : p. 8, 44 et 191.

Haut de page

Table des illustrations

Légende J.-E. Alaux, La République, Paris, Bibliothèque démocratique, 1871 (plat supérieur ; cote BNF : 8-LB57-2879).
URL http://journals.openedition.org/etudesromanes/docannexe/image/6164/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende Godin, La Politique du travail et la Politique des privilèges, Paris, Bibliothèque démocratique, 1875 (plat inférieur ; cote BNF : 8-LB57-5358 [A])
URL http://journals.openedition.org/etudesromanes/docannexe/image/6164/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Dimopoulou, « La « Bibliothèque démocratique » (1869-1877) », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 351-368.

Référence électronique

Barbara Dimopoulou, « La « Bibliothèque démocratique » (1869-1877) », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/6164 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.6164

Haut de page

Auteur

Barbara Dimopoulou

Aix Marseille Univ, CIELAM, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals