Navigation – Plan du site
Époques moderne et contemporaine

Le Peuple : notion, conscience et progrès

Francesco Faà di Bruno (1825-1888) dans la Turin du Risorgimento
Rémy Fuentes
p. 369-384

Résumés

Dernier des douze enfants du marquis de Bruno prêt d’Alexandrie du Piémont, né en 1825, Francesco Faà di Bruno sera formé dans la Turin de l’Ancien Régime de la Restauration post-napoléonienne. Brillant étudiant de l’Académie militaire royale de Turin puis de la Sorbonne, lieutenant d’état-major, il prendra part activement aux batailles de 1848 et de 1849 du Risorgimento italien. Acteur de l’unité géographique et politique de la péninsule italienne, par son action éducatrice, Francesco Faà di Bruno sera aussi un des acteurs éminents de la création et de l’unification du Peuple italien.

Haut de page

Notes de l’auteur

Sigles:
FFB pour Francesco Faà di Bruno.
AFFBTO pour Archives Francesco Faà di Bruno à Turin.
AFCB pour Archives Familiales du Château de Bruno.
ASCT pour Archivio Storico della Città di Torino.

Texte intégral

1Qui est donc Francesco Faà di Bruno ? Voilà la première question qui s’impose lorsque l’on entend ce nom peut-être pour la première fois, et qu’au premier abord l’on ne saurait peut-être pas orthographier tout à fait correctement.

  • 1 Les deux versions s’entrelacent régulièrement dans les documents généalogiques. Olivero, Genealogia (...)
  • 2 Olivero, Genealogia della nobile famiglia dei Faà Marchesi di Bruno…, p. 5.
  • 3 Ibid., p. 18.

2Francesco Faà naît en 1825 à Alexandrie du Piémont, sous le règne de Charles-Felix de Savoie. Il est le fils de Ludovico (ou Luigi1) Faà (1782‑1848), patricien d’Alexandrie, seigneur de Fontanile, comte de Carentino et marquis de Bruno2 et de Carolina Sappa de’ Milanesi (1789-1834)3. Francesco Faà di Bruno recevra sa première éducation auprès de son grand-père, le marquis François Faà de Brun (1759-1834), comme il l’écrivait lui-même. Formé par les Pères Somasques avant d’entrer à l’Académie militaire royale de Turin, il participera aux guerres du Risorgimento au sein de l’État-Major général. Quittant la capitale sarde pour Paris, à la Sorbonne, Francesco Faà di Bruno obtiendra une licence en sciences mathématiques puis un doctorat en sciences mathématiques et astronomiques. De retour à Turin, il entamera une carrière universitaire qu’il poursuivra toute sa vie, il publiera plus de soixante-dix œuvres scientifiques, contribuera activement à la découverte de la planète Neptune par Le Verrier (1811-1877) de l’Observatoire de Paris, il inventera une demi-douzaine d’instruments scientifiques et sera un des pionniers de la météorologie actuelle. Il sera aussi le père de nombreuses structures de formation professionnelle, intellectuelle et spirituelle au cœur de la Turin populaire du Risorgimento.

3La perspective biographique de Francesco Faà di Bruno nous interroge tout d’abord sur l’origine de la naissance du concept de « Peuple » qu’il développera suite à sa formation intellectuelle, humaine et spirituelle. Nous interrogerons aussi la relation entre Francesco Faà di Bruno et le contexte qui l’entourait pour mesurer combien et comment cette réalité a permis la maïeutique d’une prise de conscience certaine du « Peuple », de ses conditions, de ses problèmes et de ses nécessités propres. Enfin, nous verrons que cette prise conscience engendrera en lui son profond désir de progrès des « Peuples ». Partons pour Turin au temps des rois Charles-Albert (1798-1849) et Victor-Emanuel II (1820-1878).

Formation : naissance d’une notion, origines d’un concept

  • 4 Ibid.
  • 5 Ces œuvres sont encore inédites et sont conservées à l’état de manuscrit dans les Archives familial (...)

4Peu d’informations nous sont parvenues au sujet de la marquise Carolina, la mère de Francesco Faà di Bruno, si ce n’est sa grande connaissance de la littérature française, des arts et des lettres ainsi que sa profonde piété nourrie par l’École française de spiritualité : celle de de Bérulle (1575-1629), de saint Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716), de saint Jean Eudes (1601‑1680) et de Jean-Jacques Olié (1608-1657). Par contre, plus d’informations nous sont parvenues sur son père, le marquis Ludovico. Il est dit qu’il était homme d’esprit et d’action : plusieurs fois maire de Bruno, il fut aussi le premier magistrat de Solero (localité près de Bruno dont les Faà avaient hérité le titre par la grand-mère de Francesco, Maria Giacoma Guasco Gallarate di Solero) et d’Alexandrie. C’est à Alexandrie d’ailleurs que le marquis Ludovico réformera le Mont de Piété, fondera l’Institut des Dames de la Charité dont il rédigera lui-même la règle, contribuera aux travaux du creusement du canal « Carlo Alberto » et soutiendra le projet de création de la Caisse d’Épargne locale4. Il écrira aussi des essais en politique et en économie portant sur le libre-échange5. Une vie d’aristocrate donc tournée vers le bien de ses peuples : irrigation des terres, Dames de la Charité pour porter assistance aux plus pauvres, Mont de Piété et Caisse d’Épargne pour une plus grande circulation des liquidités. En quelque sorte, la vie du père nous introduit déjà à celle du fils et laisse apparaître en filigrane quel sera le concept de peuple que Francesco découvrira dans ses premières années.

  • 6 Sacra Rituum Congregatione, Taurinem, Beatificationis et Canonizationis Servi Dei Francisci Faà di (...)
  • 7 Padre Caimotto, Lettera di accompagnamento per la relazione sul Faà ed i suoi rapporti coi Padri So (...)
  • 8 [s.n.] [s.d.], Regolamento del Collegio Reale di Novi Ligure, AFFBTO, 1 Doc 1.
  • 9 Commandant Pettinengo, Certificat d’obtention du grade de lieutenant avec détails des examens prése (...)

5En effet, après avoir reçu les rudiments d’une première formation intellectuelle au château de Bruno par les soins d’un prêtre, un certain don… Garibaldi6 (!), Francesco Faà, alors âgé de 10 ans, entre en 1835 au Collège San Giorgio des Pères Somasques à Novi Ligure, non loin d’Alexandrie du Piémont7. Il y fait ses humanités, y découvre les sciences mathématiques, la danse, l’escrime et les langues anciennes. Il y est aussi formé au sens de « la gloria di Dio, il bene della società e della Patria, l’onesto decoro e il vantaggio della famiglia8 », devise et programme qui apparaît dans le règlement du Collège San Giorgio. En 1840, Francesco Faà di Bruno entre à l’Académie militaire royale de Turin d’où il ne sortira que six ans plus tard, en 1846, promu au grade de lieutenant d’État-Major général9. Dans cette première et longue étape de formation, l’on peut dire que Francesco Faà di Bruno ne fréquenta somme toute qu’un milieu extrêmement privilégié, choisi et fermé : celui de San Giorgio où toute la jeunesse noble du Sud-Piémont était formée, celui de l’Académie réservé aux fils de la noblesse, lieu où au fond, la seule place donnée au peuple, c’est-à-dire à ces personnes qui ne sont ni aristocrates ni clercs, semble être celle de la domesticité.

  • 10 FFB, lettre à la comtesse Maria Luigia Radicati Talice di Passerno, sa sœur, S[an] Giovanni della C (...)
  • 11 « Ora sono stabilito nel paese di S[an] Maurizio, Quartier Generale del Duca di Genova, Comandante (...)

61848 : Francesco Faà di Bruno prend part aux mouvements belliqueux d’indépendance aux côtés de l’alors duc Victor-Emmanuel, futur roi de Sardaigne puis d’Italie10. L’année suivante Faà di Bruno prend encore part aux guerres du Risorgimento aux côtés du duc de Gênes11. Ici aussi, à travers sa correspondance, malgré la guerre, il semble que nous soyons bien loin de tout ce qui n’est pas salons, dorures, soies, musique, salles de bal, livres, chasses et balades équestres. Citons en effet un extrait de la lettre qu’il écrivit à sa sœur Maria Luigia Radicati Talice di Passerano (1821-1879) depuis San Giovanni della Croce le 6 avril 1848 :

  • 12 FFB, lettre à Maria Luigia Radicati, San Giovanni della Croce, 6 avril 1848. AFFBTO, 1 FFB 1.
  • 13 Ibid.

À Crémone, nous fûmes logés chez le Marquis Araldi, riche Seigneur, de grande courtoisie et gentillesse ; la Marquise plus encore ; elle fit d’ailleurs un hymne en l’honneur du Duc Victor […] ; je l’ai moi-même mis en musique ; […] Pendant trois soirs consécutifs nous eûmes de la musique sous nos fenêtres ; le premier soir ce fut l’orchestre italien qui joua, celui-là même qui servait déjà l’Autriche. […] Le deuxième soir c’est l’orchestre de la Garde Civile qui joua ; le troisième l’orchestre du théâtre. […] J’ai accompagné la Marquise à cheval seul à seul12, 13.

  • 14 FFB, lettre à Maria Luigia Radicati, Casale, 27 Marzo 1848. AFFBTO, 1 FFB 1.

7Et de conclure dans une autre lettre à sa même sœur : « Se la guerra consistesse solo nel passare dei bei giorni come a Cremona, la sarebbe la più bella cosa del mondo14. » Tout ceci est donc bien loin de l’image que nous pouvons avoir du peuple piémontais de la seconde moitié du XIXe siècle. Cependant ces éléments sont les fondements de la définition du concept de peuple chez Faà di Bruno.

  • 15 FFB, lettre à Ludovico Trotti-Bentivoglio di Milano, Cavriana, 21 avril 1848.

8Toutefois, c’est au cours de cette année 1849 que Francesco Faà di Bruno se trouve assailli par une grande amertume. La raison : son grand amour pour la Patrie (nous renvoyons notre lecteur à la lettre au cousin Trotti15) et son grand amour pour l’Église, toutes deux en tension l’une envers l’autre et en très forte opposition : source de souffrance et de désillusion pour Faà di Bruno. Il écrira en effet, à son frère Alessandro Faà di Bruno (1809-1891) :

  • 16 FFB, lettre à son frère le marquis Alessandro Faà di Bruno, Paris, 8 mai 1850, AFCB, liasse « Abate (...)

Depuis la loi Siccardi je crois que la main de Dieu s’est retirée du Piémont. Déjà ce misérable pays est devenu le jouet des nations ; l’Autriche l’accuse de trahison, la France de jactance, l’Angleterre de folie, le clergé d’infidélité, les hommes politiques d’incapacité […]. Ici le Ministère ne se donne presque plus la peine de répondre à nostre Ambassadeur. Tout cela donne bien à penser pour le Piémont. Enfin je ne veux plus continuer, car je perdrais la tête16.

  • 17 Ministero della Guerra, Dispense du service militaire, Turin, 5 octobre 1849. AFFBTO, 3 FFB 19 ; Am (...)

9Les modèles du passé sont en effet ébréchés, ébranlés et désormais gravement vacillants. Il se trouve devant un choix à faire : œuvrer au service de l’une ou de l’autre puisque œuvrer pour l’une n’est plus forcément œuvrer aussi pour l’autre. Mais voilà que le Gouvernement l’envoie en « mission spéciale » à Paris, de 1849 à 1851, pour compléter ses études en préparation d’une éventuelle charge de précepteur des Enfants royaux17. Cet envoi en « mission spéciale » à Paris constitue l’issue de secours rêvée à cette impasse psychologique dans laquelle Faà di Bruno était enfermé : devoir choisir entre son amour pour la Patrie et celui pour l’Église. Son départ lui permettra précisément de ne pas choisir.

  • 18 « Depuis le 15 du mois passé je suis les cours de la Sorbonne ; maintenant aussi ceux de l’École Po (...)
  • 19 Rémy Fuentes, FFB, traces d’une vie, édition critique et commentée de la correspondance originale d (...)
  • 20 Matthieu Bréjon de Lavergnée, La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle (1833‑1871), Paris (...)

101849-1851 : Paris. Dans la capitale française, outre sa fréquentation des bancs de la Sorbonne et de l’église Saint-Sulpice, Faà di Bruno sera un fidèle assidu du Collège de France et de l’École polytechnique18. Il y rencontrera des personnes qui seront à l’origine de toute son action future dans le domaine des sciences mais aussi dans celui de l’action sociale. Ainsi, entre autres, il fera la connaissance des mathématiciens Charles Hermite (1822-1901) et François Moigno (1804‑1884), et se liera d’amitié avec le baron Augustin Cauchy19 (1789‑1857) qui, non seulement le formera aux mathématiques (il dirigera en effet ses travaux de thèse de doctorat) mais l’initiera aussi aux Conférences de Saint-Vincent-de-Paul fondées par l’universitaire Frédéric Ozanam (1813‑1853) quelques années auparavant, en 183320.

11À cette occasion, immergé dans les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul, Francesco Faà di Bruno vivra une expérience qui le marquera profondément pour toute la vie et qui sera un tournant dans sa existence : l’expérience de la réalité du peuple, pour reprendre les termes d’alors, de la « masse laborieuse », de la « classe misérable ». En effet, aux côtés du baron Cauchy, il visitera les pauvres et leur apportera un soutien matériel, moral et spirituel. Ici la définition de la notion de « Peuple » semble être complétée par une expérience. Lors des guerres de 1848 et de 1849, Francesco Faà di Bruno avait certainement aperçu des jeunes gens issus du peuple mais sans trop les fréquenter depuis la Division de réserve de la Garde. Ici, avec les Conférences, le peuple n’est plus seulement le domestique ou le fermier des terres de Bruno, de l’Académie ou du palais royal de Turin, c’est celui qui travaille, qui lutte pour nourrir sa famille et qui peine à le faire. C’est celui qui a besoin de nourriture, de réconfort et de culture.

  • 21 République française, ministère de l’Instruction publique, diplôme de licence ès sciences mathémati (...)
  • 22 Nomination au poste de professeur de géodésie auprès de l’École Royale d’Application du Corps d’Éta (...)
  • 23 FFB, Memoria sopra lo stabilimento di un Osservatorio magnetico e meteorologico in Torino presentat (...)
  • 24 Rémy Fuentes, François Faà di Bruno, un géant de la foi et de la charité, ouvrage publié avec le co (...)

12En 1851, licencié ès sciences mathématiques21, « François Faà de Brun », comme il l’écrivait lui-même sur toutes ses lettres en français de la période parisienne, quitte alors Paris pour retrouver brièvement Turin. Il reprend ses fonctions auprès de l’état-major. Pour ce dernier, il réalisera l’altimétrie géodésique de la Ligurie ; la géodésie, matière qu’il enseignera plus tard à l’École royale d’application de Turin22. Pour l’Académie royale des sciences de Turin il travaillera au projet de création d’un observatoire magnétique et météorologique23. Faà di Bruno commence à publier des articles scientifiques, des notes et des mémoires24. Cependant, entre 1848 et 1850, Francesco Faà di Bruno passe de l’enthousiasme patriotique à la désillusion et enfin à ce qui commence déjà à être une prise de conscience forte qui entraînera une réaction absolument inattendue au contact de la réalité rencontrée : le peuple.

13En effet ses sentiments de désillusion et de trahison iront croissant à cause d’un procès mené autour de la publication de cartes topographiques qui auraient dû servir aux guerres du Risorgimento et d’une traduction de l’ouvrage du maréchal autrichien Hess dans lequel ce dernier décrivait avec une grande précision et lucidité les raisons stratégiques pour lesquelles les Piémontais perdirent les batailles de 1848. Affaire juridique qui conduit donc à son apogée le sentiment d’amertume et de désillusion de Francesco Faà di Bruno. Trahi par son propre camp, par son propre monde, il démissionne de l’état-major.

  • 25 Ibid., Index des publications musicales de FFB, p. 230‑235.
  • 26 Thèses présentées à la Faculté des Sciences de Paris pour obtenir le grade de docteur ès sciences, (...)
  • 27 « […] all’Osservatorio di Parigi il Sig[nor] Leverrier […] mi vi riceveva qual Astronomo aggiunto.(...)
  • 28 Francesco Faà di Bruno, Écritoire Bruno pour les aveugles, Paris, 1856, Musée FFB à Turin, n. inv. (...)
  • 29 Empire français, diplôme de docteur ès sciences mathématiques, Paris, 23 décembre 1866. AFFBTO, 3 F (...)

14Depuis Turin, il travaille à ses publications musicales25 puis, au mois de mai 1854, il décide de retourner à Paris. Dans la capitale de Louis-Napoléon Bonaparte, dont Faà di Bruno au travers de sa correspondance sera le témoin des métamorphoses engagées par le baron Haussmann, notre étudiant piémontais retrouve les bancs de la Sorbonne ainsi que ses fréquentations et ses amitiés scientifiques et chrétiennes. Il prend à nouveau une part active aux entreprises des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul et renouvelle ainsi son expérience auprès des plus démunis. Avec sa domestique anglaise, il vit impasse des Feuillantines, près de Saint-Sulpice. Il travaille à sa thèse de doctorat en sciences mathématiques et astronomiques sous la direction du baron Cauchy26. Nommé astronome associé au Bureau des Longitudes de Paris, il collabore avec Le Verrier (1811-1877)27. En cheville avec l’Institut Saint-Paul de Paris qui accueillait les religieuses aveugles et pour sa sœur Virginia, frappée de cécité, Francesco Faà di Bruno invente ce qu’il appellera l’« Écritoire Bruno pour aveugles28 », instrument qu’il soumettra aux Académies des sciences de Paris et de Turin et qui obtiendra des médailles à plusieurs Expositions industrielles. À la fin de l’année 1856, désormais docteur ès sciences29, Faà di Bruno rentre à Turin à nouveau très fortement et très profondément marqué par son expérience au service des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul.

  • 30 Sa première nomination de « Docente straordinario » n’arrivera qu’en 1871 et sera renouvelée chaque (...)

15Début 1867, il entame sa carrière universitaire auprès de l’Université royale de Turin et dispense son cours libre d’analyse mathématique supérieure et d’astronomie physique comme professeur volontaire30. Il s’engage en politique dans les rangs du parti conservateur.

16La notion de peuple pour Faà di Bruno est complexe. Son premier contact avec ce dernier se fait par le corps des domestiques du château de Bruno, par son précepteur, par les paysans qui travaillent aux terres de Bruno et de Solero. Puis son rapport avec cette vaste réalité se fait par l’intermédiaire des Conférences.

17Tout au long de sa formation : des salons du château de Bruno décorés à fresques par l’école de Mantegna (1431-1506) dont Faà di Bruno fera couvrir la nudité, à la Sorbonne et au Collège de France en passant par le Collège San Giorgio, l’Académie militaire royale et l’École royale d’application, Francesco Faà di Bruno développera sa conceptualisation du peuple. Cette notion au commencement de sa formation seulement illustrée par quelques domestiques ou paysans le sera plus tard par ces visages auxquels il rendra régulièrement visite dans le cadre des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul. Ainsi, le peuple n’est plus seulement cette sorte de tiers état au service de la noblesse mais bel et bien cette multitude de personnes qui habitent villes et campagnes. La notion de peuple chez Faà di Bruno est tout à fait caractéristique d’un aristocrate catholique et conservateur du XIXe siècle. Le peuple est donc pour lui cet état à qui l’on doit protection et réconfort, à qui l’on doit, pour être en accord avec l’esprit d’alors, charité. Cependant, parfois, au-delà de la notion, du concept même, il y a la réalité. Voyons maintenant combien le contexte historique et politique a en quelque sorte forcé Francesco Faà di Bruno à prendre conscience de la réalité qu’est véritablement le peuple.

Contexte historique, élément d’une prise de conscience particulière

18Le siècle de Francesco Faà di Bruno (1825-1888) est donc le XIXe siècle. C’est celui qui arrive après la Révolution Française, c’est le siècle napoléonien mais c’est aussi le siècle de la Restauration, celui du Congrès de Vienne (1815). Ce XIXe siècle sera pour l’Italie celui du Risorgimento, ce processus d’unité qui changera profondément le visage politique de la péninsule italique et qui s’étendra de 1848 à 1871. Le siècle de Francesco Faà di Bruno est donc celui de 1848, celui qui sera marqué par les batailles et les guerres contre l’Empire d’Autriche pour l’inhibition de l’Italie et pour sa totale indépendance. Le siècle de Faà di Bruno est aussi celui des papes Pie IX (1792-1878, dates de pontificat : de 1846 à sa mort) et Léon XIII (1810-1903, dates de pontificat : de 1878 à sa mort), celui de l’émergence des problèmes politico-religieux qui prendront plus tard le nom de « Questione Romana », et de ceux suscités par la curie de Pie IX portant sur la responsabilité de l’éducation des jeunes générations. C’est aussi le siècle de l’œuvre des Congrès qui se réuniront en 1878. Le XIXe siècle sera aussi celui de la perte progressive mais inévitable et irrémédiable des privilèges du clergé. C’est le siècle de la « confiscation » et de la nationalisation des biens de l’Église.

19Les années 1848-1852 sont des années de combat durant lesquelles un vieux modèle de société affronte un modèle nouveau de société mais aussi d’État. Il s’agit d’une lutte politico-religieuse entre une société civile et une société chrétienne. En Piémont, ce sont des années de réformes : celles du Statuto Albertino, l’équivalent italien de la Constitution que Louis-Philippe donna aux Français. La bourgeoisie libérale et démocratique commence son ascension fulgurante vers le pouvoir. Ce sont les années de la guerre de Novara, de la ruine économique du Piémont, de l’instabilité des gouvernements qui se succèdent avec une rapidité folle, ce sont enfin les années de la menace pesante de révolutions. Ce sont les années du roi Charles-Albert et de son fils Victor-Emmanuel II, celles aussi de Massimo d’Azeglio (1798-1866) et de Cavour (1810-1861).

20Ces problèmes politiques étroitement liés à une perspective « pseudo-religieuse » créeront une opposition au sein même de la noblesse puis au sein du peuple, tous deux catholiques : opposition entre un pays qui se voudrait « légal » (celui des aristocrates et grands bourgeois émergents, gouvernants et du haut clergé) et un pays qui se voudrait « réel » (celui du peuple [à entendre ici comme les populations laborieuses et démunies] et celui des aristocrates et bourgeois actifs dans le domaine social, pour ne pas dire caritatif). Ici commencent donc à s’affronter deux concepts opposés : celui de la société de la Religion, société donc de la morale, du bien-être, de la paix sociale ; et celui du modèle nouveau : celui de l’immoralité, du désordre, de la fracture et de la guerre (vision des choses exprimée depuis le balcon du parti conservateur, évidemment). Époque par conséquent de fiers contrastes entre les vieilles et les nouvelles structures.

21En effet, pour les conservateurs comme pour le haut clergé, l’éloignement de beaucoup de la religion traditionnelle et cléricale et des traditions ecclésiastiques semble être la raison précise de la diminution de l’ordre et de la stabilité sociale alors pensés comme de l’ordre idéal (d’autant plus que ce soi-disant ordre et cette soi-disant paix étaient contrôlés par la religion elle-même) ; l’éloignement, source des désordres donc et de l’instabilité sociale. Ainsi, la société apparaît comme une réalité à sauver. L’intention sociale précède ici l’action spirituelle.

22Si le but était de sauver la société par une religion vécue profondément il faudrait alors distinguer les œuvres religieuses des œuvres catholico-sociales, caritatives et d’assistance. Les unes sont l’apanage direct des clercs, les autres davantage celui des laïcs « instrumentalisés ». Je jette ici un pavé dans la mare ; mais prenons donc l’exemple de monseigneur Fransoni (1789-1862), l’archevêque métropolitain de Turin exilé à Lyon qui gouvernait son diocèse par le biais de son vicaire général à qui il écrivait :

  • 31 Giacomo Brachet-Contol, Miscellanea, Turin, Bottega d’Erasmo, 1977, p. 238-239.

[…] in tutte le occasioni bisogna cercare di costringere il governo ad usare la forza bruta, per mettere le cose in iscandalo » et encore « Bisogna cercare tutti i modi di rendere la persecuzione odiosa il più possibile in faccia al pubblico, perchè l’effetto ne è indubitatamente buono31.

23Le prélat définit bien le peuple par le terme « public »… Public, spectateur. Le but de Fransoni était de toujours mettre en évidence devant le peuple les paradoxes du gouvernement. Laïcs fidèles instrumentalisés donc : le peuple est considéré instrument de pression, juge entre deux partis : puissance d’ascension pour les uns et garant du maintien des privilèges pour les autres.

24La fracture entre l’État et l’Église est consommée. Mgr Tommaso Ghilardi (1800-1873), évêque de Mondovì en Piémont de 1843 à sa mort, dans sa Nota di alcune leggi e disposizioni governative emananti in pregiudizio della Chiesa, énumère près de dix-huit dispositions prises par l’État piémontais à l’encontre du pouvoir ecclésiastique dont voici quelques exemples :
– abolition de la censure ecclésiastique préventive sur la presse (30 octobre 1847);
– émancipation des Vaudois et des Juifs (respectivement 17 février et 27 mars 1848)
;
– expulsion des Jésuites et des Dames du Sacré Cœur (25 août 1848)
;
– hégémonie de l’État sur l’enseignement (y compris sur les facultés de théologie) (4 et 12 octobre 1848, 28 décembre 1849, 13 mai 1851)
;
– permission de donner des spectacles pendant le carême (19 février 1849)
;
– abolition des privilèges ecclésiastiques et du droit d’asile dans les églises (9 avril 1850).

25Ces dispositions intéressent directement le peuple et sa liberté de penser : abolition de la censure ecclésiastique, sa liberté de culte et sa liberté d’accès à la culture. De quel côté doivent donc se ranger le peuple, et celui qui veut le bien du peuple, qui œuvre véritablement à son bien-être ? Nous ne savons plus.

26L’opposition entre le vieil État confessionnel et le nouvel État fondé par le Statuto Albertino, État moderne et laïc, prend désormais l’apparence d’une véritable guerre ouverte. Les concordats et la préservation des privilèges sont désormais dépassés par l’évolution sociale et politique.

27Naissent les Amicizie Cattoliche, mouvement de semblant d’unité politique des croyants face aux évolutions de la société. Le haut clergé instrumentalise aussi l’action caritative des fidèles laïcs afin de maintenir son pouvoir et ses privilèges. L’instrumentalisation éminemment polémique, flagrante et scandaleuse du peuple de la part des ecclésiastiques ou de leurs adversaires de tout ce qui pourrait être utile au conservatisme ou au contraire, à l’innovation sont donc à leur comble.

28La presse joue alors un rôle important dans le positionnement de l’Église piémontaise ; d’une part : Il Fischietto, L’Opinione, Il Risorgimento, journaux hautement anticléricaux et libéraux et, d’autre part : L’Armonia, Lo Smascheratore, La Campana, La Civiltà Cattolica, L’Unità Cattolica, journaux cléricaux, émanation de la dynamique créée par L’Amicizia cattolica per la diffusione de’ buoni libri qui fut la bête noire des libéraux à laquelle Faà di Bruno prendra activement part.

29Francesco Faà di Bruno prend conscience des enjeux de l’un et de l’autre parti. Il prend conscience du peu d’intérêt pour le peuple et, pire, de son instrumentalisation. En effet, pour Francesco Faà di Bruno, le peuple, pour les milieux dirigeants (qu’ils soient libéraux ou conservateurs) est devenu celui qu’il faut avoir de son côté, de crainte des soulèvements, des abandons, des trahisons, de peur qu’il agisse enfin selon ses propres intérêts ! Les uns en ont impérativement besoin pour la conservation de leurs privilèges, les autres pour leurs succès politiques et entrepreneuriaux. Voilà donc une prise de conscience qui se révèle extrêmement dure et certainement douloureuse pour le jeune aristocrate, lieutenant d’état-major honoraire, conservateur et profondément chrétien. Il se reconnaît à nouveau trahi dans ses convictions par les deux partis auxquels il avait consacré les débuts de son existence : la cause de l’État et celle de l’Église.

30En plus de prendre conscience du peuple et de ses conditions sociologiques et matérielles, Francesco Faà di Bruno se rend aussi compte des problématiques au sein desquelles ce peuple se trouve emporté : problématiques dont il est le cœur et dont il est trop souvent la victime.

31Ainsi, pour Faà di Bruno, le peuple a désormais le visage du camarade d’université, du compagnon d’armes avec qui il a combattu et qu’il a même peut-être vu tomber, de la jeune domestique, du pauvre visité dans le cadre des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul ; mais le peuple a aussi le visage de cette masse de personnes que l’on instrumentalise depuis les sphères dirigeantes, le visage des personnes qui travaillaient dans cette Turin de la révolution industrielle. Le peuple pour Francesco Faà di Bruno, c’est alors l’homme qui, dans une extrême simplicité essaie de travailler, tous les jours, comme ouvrier, comme journalier, père de famille qui, malgré son travail, ne réussit pas à entretenir cette famille. Cette prise de conscience entraînera une réaction que l’on pourrait qualifier d’absolue, un changement du tout au tout.

Lorsque la prise de conscience entraîne une prise de décision drastique : faire progresser le peuple

32Dans les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul Francesco Faà di Bruno avait trouvé et reconnu un instrument privilégié de progrès du peuple. En effet, outre porter assistance aux plus démunis, à Paris, les Conférences organisaient des cours de lecture et d’écriture, des conférences sur l’histoire, des ateliers et des lieux de formations professionnelles. En lien avec des instituts religieux, les Conférences organisaient des garderies pour permettre aux mères de famille de travailler. Francesco Faà di Bruno avait trouvé dans les Conférences parisiennes le modèle à importer et à appliquer à Turin.

  • 32 FFB, lettre à Adolphe Baudon, président des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul, Alexandrie, 12 fé (...)
  • 33 FFB, lettre au marquis Alessandro Faà di Bruno, [Turin], 13 janvier 1854, AFCB, fascicule « Abate F (...)
  • 34 AFFBTO, 1 Doc 8 et Rémy Fuentes, François Faà di Bruno…, p. 90-99.

33Ainsi, en 1850, entre ses deux séjours parisiens, Francesco Faà di Bruno fonde la première Conférence de Saint-Vincent-de-Paul à Alexandrie du Piémont32. Toujours à cette époque, Francesco Faà di Bruno crée un chœur vocal auprès de l’église San Massimo du Borgo Nuovo à Turin, un chœur entièrement consacré aux domestiques femmes en congé le dimanche après-midi33. Ce lieu de rencontre leur permettait de ne pas se retrouver seules mais aussi de se lier d’amitié les unes avec les autres. Également sur le modèle des Conférences parisiennes, Faà di Bruno institue à Turin les Fourneaux économiques, sorte de « Restos du cœur » des années cinquante du XIXe siècle, proposés par les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul34. Dans ces lieux, les plus démunis pouvaient venir acheter à prix dérisoire (c’était de l’ordre de quelques centimes) des victuailles déjà cuisinées. La seule opposition à ce projet vint de la mairie de Turin qui déplorait

  • 35 Délibération du Conseil municipal du 8 avril 1868, ASCT.

[…] l’inconvenance de voir quantité de va-nu-pieds usés et crasseux consommer leur soupe, entassés sur le seuil des portes, près des fourneaux [les Fourneaux économiques], à l’intérieur des vestibules et, jusque dans les escaliers des habitations voisines ce qui à la seule vision, non seulement dégoûterait les citadins mais pourrait encore offrir aux étrangers de passage une appréciation quelque peu erronée de la propreté de Turin et de l’état de la mendicité dans notre Ville35.

34Toutefois, les Fournaux économiques ouvriront à l’hiver 68 dans le quartier de San Donato et, l’hiver d’après, cinq Fournaux ouvriront.

  • 36 FFB, Memorie del Conservatorio, [Turin], « dal 2 febbraio 1859 », AFFBTO, 1 Zita 6.
  • 37 AFFBTO, Fondo Opera Pia di Santa Zita et Rémy Fuentes, François Faà di Bruno…, p. 105‑113.
  • 38 AFFBTO, 16 FFB 81 et ibid., p. 99-105.
  • 39 AFFBTO, 1 Doc 10 et ibid., p. 52-55.
  • 40 AFFBTO, 16 FFB 87 et ibid., p. 55-61.
  • 41 Ibid., Index des publications de FFB, p. 223-241.
  • 42 AFFBTO, 16 FFB 86 et ibid., p. 195-200.
  • 43 AFFBTO, 9 Zita 50-52 et ibid., p. 204-208.
  • 44 Ibid., p. 158-166.

35En 1858, Francesco Faà di Bruno avait fait l’acquisition de terrains situés Borgo San Donato à Turin36 ; c’est le début de la Pia Opera di Santa Zita consacrée à la formation des jeunes filles d’origines modestes arrivant des campagnes dans l’espoir de devenir domestiques37. Faà di Bruno fonde les premiers bains et lavoirs publics de Turin38, l’Œuvre pour le respect des jours fériés39, celle des « bonnes publications » : il rachète deux revues catholiques pour la diffusion de la dévotion mariale et la connaissance des travaux des missionnaires en Amérique, en Asie et en Afrique40. Il continue son activité de publication musicale, scientifique et apologétique41. Il enseigne à l’université mais aussi dans les salons aristocratiques turinois comme celui de la princesse Maria Vittoria dal Pozzo della Cisterna (1847-1876), épouse du duc d’Aoste, future reine d’Espagne. Faà di Bruno fonde aussi la Biblioteca Mutua Circolante42, relance l’École de l’Annunziata43 pour la formation des maîtresses d’école et invente de nombreux instruments curieux pour l’époque mais non moins nécessaires, tels que… le premier réveil électrique44 !

36Tous les moyens de progrès sont bons : éducation, hygiène, lecture, culture, science. Faà di Bruno découvre une lacune sociologique et sociale : il la comble par une œuvre.

37En 1876, par vocation ou afin de pérenniser ce qu’il avait créé, il recevra le sacrement de l’Ordre. Ainsi, la dernière décennie de sa vie sera celle d’un homme de science, de lettres, d’art, d’un prêtre dont l’action sociale est déjà très dense. Il mourra subitement en 1888.

38La prise de conscience de la réalité du peuple et de ses problèmes a suscité chez Francesco Faà di Bruno une réaction peut-être originale mais non moins violente, radicale même et efficace. Sa réaction en effet, par le truchement de la technologie et de la science a contribué au progrès du peuple, qui fut en fin de compte l’obsession de toute sa vie.

Pour conclure

39Francesco Faà di Bruno était l’archétype de l’aristocrate catholique et conservateur. Il a reçu toute son éducation sous l’ère de l’absolutisme de la Restauration, dans le monde de l’ordre organisé selon le droit divin. C’est le monde du château Bruno, du collège San Giorgio et de l’Académie militaire royale de Turin. Sa notion de peuple est bien particulière, elle est celle d’un jeune aristocrate qui n’est guère jamais sorti de ses salons : le peuple selon les concepts d’Ancien Régime : tiers état au service de la noblesse à qui l’on doit protection.

40Cependant, Turin et le Piémont prendront la tête du mouvement d’Unité, celui de l’ordre nouveau, de la démocratie, de l’ascension sans limites de la bourgeoisie, du libéralisme, de la révolution industrielle, de l’avènement d’une société moderne.

41Francesco Faà di Bruno vit pleinement 1849 : l’explosion de l’anticléricalisme, du libéralisme, du radicalisme et du démocratisme : transformations radicales et sans retour des rapports sociaux qui sont le fait de la « révolution bourgeoise ». Ces réalités constituent à ses yeux de véritables agressions portées à l’ordre établi. Cependant Faà di Bruno gardera en tête les modèles sociaux de son enfance : ainsi, les certitudes pacifiques du passé où la religion et la morale apparaissaient comme les garants du bien-être et de la paix sociale se confrontent aux violences, aux turbulences et aux incertitudes du présent. Faà di Bruno est bouleversé par ces changements et par son expérience parisienne. Le peuple est celui ou celle qu’il a vu, visité et qui a besoin de secours, de réconfort, de soutien et de culture. Dans son action, Faà di Bruno conservera les anciens modèles et les appliquera : il est le noble qui vient au secours de ses peuples.

42D’abord rebuté par le ministère de la Guerre, par l’État puis par l’Église, Faà di Bruno choisira de consacrer sa vie au progrès du peuple ou des peuples après avoir pris conscience de leurs conditions et de leurs difficultés.

43Ainsi, pour Francesco Faà di Bruno le peuple aura été la personne à aider, à soutenir, à former, celle à qui les biens nés doivent apporter subside et culture. Le peuple s’incarne alors en la jeune fille arrivant des campagnes piémontaises qu’il faut former à l’économie domestique et aux métiers de la domesticité, en la jeune fille handicapée que ses parents n’arrivent pas à assumer, en les dames âgées qui ne trouvent pas de lieu de retraite du monde, en les vieux prêtres qui après les lois Siccardi doivent trouver une autre manière de vivre, fait impossible vu leur âge. Le peuple prend aussi chair en ces mères célibataires, bannies de leur famille et de leur village à cause de ces grossesses hors-la-loi et que Francesco Faà di Bruno installera à l’abri des regards dans un vaste appartement de Via della Consolata dont Juliette Colbert, marquise de Barolo (1785-1864) était propriétaire afin qu’elles puissent vivre sereinement leur grossesse et leur accouchement.

44L’action de Francesco Faà di Bruno aura été un véritable apostolat social au service de la défense et de la conquête de la société post-1848 au message chrétien. La Conférence de Saint-Vincent-de-Paul d’Alessandria, l’Oratoire féminin et toute l’œuvre de Santa Zita constituent la réponse laïque et attentive aux problèmes sociaux du Piémont des années cinquante dans le contexte d’une civilisation encore chrétienne.

45La conception de l’acte caritatif pour les chrétiens du XIXe siècle est celle de sa sanctification personnelle avant même d’être un moyen de soulager le pauvre. Le laïcat de l’œuvre sociale dut subir une cléricalisation afin d’assumer sa pérennité, fait symptomatique du rôle du clergé dans les œuvres sociales à l’instigation des chrétiens. Réalité que vivra Francesco Faà di Bruno et qu’il incarnera même par sa propre ordination sacerdotale. Il deviendra prêtre pour pérenniser son œuvre de Santa Zita florissante aujourd’hui encore.

46Francesco Faà di Bruno est donc l’exemple de l’acteur militaire, sociologique et social du Risorgimento du Peuple, de la naissance même d’un nouveau Peuple : le Peuple italien.

Haut de page

Notes

1 Les deux versions s’entrelacent régulièrement dans les documents généalogiques. Olivero, Genealogia della nobile famiglia dei Faà Marchesi di Bruno, Conti di Carentino, Signori di Fontanile, Patrizi di Alessandria, Alessandria, Pane, 1913. Archives Francesco Faà di Bruno à Turin (par la suite dénommées « AFFBTO »), Fam 1, p. 18.

2 Olivero, Genealogia della nobile famiglia dei Faà Marchesi di Bruno…, p. 5.

3 Ibid., p. 18.

4 Ibid.

5 Ces œuvres sont encore inédites et sont conservées à l’état de manuscrit dans les Archives familiales du château de Bruno (dénommées par la suite : « AFCB »).

6 Sacra Rituum Congregatione, Taurinem, Beatificationis et Canonizationis Servi Dei Francisci Faà di Bruno, Sacerdotis saecularis, Fundatoris Conservatorii B[eatam] M[ariam] V[irginis] de Suffragio et S[anctae] Ziatae. Positio super virtutibus, Roma, Guerra e Belli, 1968, 858 p., Depositiones testium ex processu ordinario taurinem, Déposition de Giuseppe Bezzi, Chanoine de la Collégiale de Notre-Dame du Mont Carmel d’Alexandrie, p. 473.

7 Padre Caimotto, Lettera di accompagnamento per la relazione sul Faà ed i suoi rapporti coi Padri Somaschi nell’ambito del processo di beatificazione, Gênes, 6 septembre 1988. AFFBTO, 1 Doc 1.

8 [s.n.] [s.d.], Regolamento del Collegio Reale di Novi Ligure, AFFBTO, 1 Doc 1.

9 Commandant Pettinengo, Certificat d’obtention du grade de lieutenant avec détails des examens présentés auprès de l’Académie militaire de Turin, Turin, 24 septembre 1850. AFFBTO, 3 FFB 19.

10 FFB, lettre à la comtesse Maria Luigia Radicati Talice di Passerno, sa sœur, S[an] Giovanni della Croce, 6 avril 1848. AFFBTO, 1 FFB 1.

11 « Ora sono stabilito nel paese di S[an] Maurizio, Quartier Generale del Duca di Genova, Comandante di tutto il campo di cui fo parte. » FFB, lettre au marquis Alessandro Faà di Bruno, son frère, Campo di S[an] Maurizio, 14 mai 1849, AFCB, fascicule « Abate Francesco ».

12 FFB, lettre à Maria Luigia Radicati, San Giovanni della Croce, 6 avril 1848. AFFBTO, 1 FFB 1.

13 Ibid.

14 FFB, lettre à Maria Luigia Radicati, Casale, 27 Marzo 1848. AFFBTO, 1 FFB 1.

15 FFB, lettre à Ludovico Trotti-Bentivoglio di Milano, Cavriana, 21 avril 1848.

16 FFB, lettre à son frère le marquis Alessandro Faà di Bruno, Paris, 8 mai 1850, AFCB, liasse « Abate Francesco ».

17 Ministero della Guerra, Dispense du service militaire, Turin, 5 octobre 1849. AFFBTO, 3 FFB 19 ; Ambasciata di Sua Maestà il Re di Sardegna in Parigi, Certificat de la mission spéciale d’étude à Paris, Paris, 20 août 1850. AFFBTO, 3 FFB 19.

18 « Depuis le 15 du mois passé je suis les cours de la Sorbonne ; maintenant aussi ceux de l’École Polytechnique et du Collège de France. » FFB, lettre au marquis Alessandro Faà di Bruno, son frère, Paris, 3 décem[bre] [18]49, rue du Petit Bourbon, 18. AFCB, fascicule « Abate Francesco».

19 Rémy Fuentes, FFB, traces d’une vie, édition critique et commentée de la correspondance originale de FFB (titre provisoire), thèse de doctorat sous la direction de Mme le professeur Théa Picquet, Aix-Marseille Université, École doctorale Lettres, Arts, Cultures et Sociétés.

20 Matthieu Bréjon de Lavergnée, La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle (1833‑1871), Paris, Cerf, 2008, 713 p.

21 République française, ministère de l’Instruction publique, diplôme de licence ès sciences mathématiques, Paris, 24 avril 1851. AFFBTO, 3 FFB 22.

22 Nomination au poste de professeur de géodésie auprès de l’École Royale d’Application du Corps d’État-Major général de Turin, Turin, 30 septembre 1864. AFFBTO, 3 FFB 23.

23 FFB, Memoria sopra lo stabilimento di un Osservatorio magnetico e meteorologico in Torino presentata all’Accademia delle Scienze nell’Inverno 1853 dal Cavaliere Francesco Faà di Bruno, Torino, Tip[ografia] scolastica di Sebastiano Franco e Figli, 1854. AFFBTO, 5 FFB 27.

24 Rémy Fuentes, François Faà di Bruno, un géant de la foi et de la charité, ouvrage publié avec le concours du Centre d’Études Francesco Faà di Bruno, Turin, Fratelli Scaravaglio, 2012, 253 p., Index des publications scientifiques de FFB, par ordre chronologique, p. 223-230.

25 Ibid., Index des publications musicales de FFB, p. 230‑235.

26 Thèses présentées à la Faculté des Sciences de Paris pour obtenir le grade de docteur ès sciences, par le Chevalier François Faà de Bruno, capitaine honoraire d’état-major dans l’Armée sarde. Thèse d’Analyse – Théorie de l’Élimination ; thèse d’Astronomie – Développement de la fonction perturbatrice et des coordonnées d’une planète dans son mouvement elliptique, soutenue en 1856 devant la Commission d’examen : MM. Cauchy, Président, Lamé, Delaunay, Paris, Mallet-Bachelier, 1856. AFFBTO, 3 FFB 22.

27 « […] all’Osservatorio di Parigi il Sig[nor] Leverrier […] mi vi riceveva qual Astronomo aggiunto. » FFB, lettre à « Ill[ustrissim]o Sig[no]r Rettore », Turin, 16 nov[embre] 1864, Archivio Centrale di Stato, Roma, EUR, Min. P.I., Personale, Busta “Faà di Bruno”.

28 Francesco Faà di Bruno, Écritoire Bruno pour les aveugles, Paris, 1856, Musée FFB à Turin, n. inv. 243. FFB l’accompagna de ses Presentazioni ed Istruzioni per l’uso dello Scrittoio Bruno per ciechi, Turin [1858]. Médaille d’argent à l’Exposition des Produits de l’Industrie de Turin de 1858 ; « Menzione Onorevole » à l’Exposition internationale de Dublin de 1865.

29 Empire français, diplôme de docteur ès sciences mathématiques, Paris, 23 décembre 1866. AFFBTO, 3 FFB 22.

30 Sa première nomination de « Docente straordinario » n’arrivera qu’en 1871 et sera renouvelée chaque année académique par décret du ministère italien de l’Instruction publique jusqu’en 1887 : Minsitero della Pubblica Istruzione, Decreti di nomina a Docente straordinario di Analisi superiore del Cav[aliere] Francesco Faà di Bruno presso la Regia Università di Torino, per gli anni accademici 1871-1887, AFFBTO, 3 FFB 25.

31 Giacomo Brachet-Contol, Miscellanea, Turin, Bottega d’Erasmo, 1977, p. 238-239.

32 FFB, lettre à Adolphe Baudon, président des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul, Alexandrie, 12 février 1853, Archives de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, Paris. Reportée in Rémy Fuentes, François Faà di Bruno…, op. cit.

33 FFB, lettre au marquis Alessandro Faà di Bruno, [Turin], 13 janvier 1854, AFCB, fascicule « Abate Francesco».

34 AFFBTO, 1 Doc 8 et Rémy Fuentes, François Faà di Bruno…, p. 90-99.

35 Délibération du Conseil municipal du 8 avril 1868, ASCT.

36 FFB, Memorie del Conservatorio, [Turin], « dal 2 febbraio 1859 », AFFBTO, 1 Zita 6.

37 AFFBTO, Fondo Opera Pia di Santa Zita et Rémy Fuentes, François Faà di Bruno…, p. 105‑113.

38 AFFBTO, 16 FFB 81 et ibid., p. 99-105.

39 AFFBTO, 1 Doc 10 et ibid., p. 52-55.

40 AFFBTO, 16 FFB 87 et ibid., p. 55-61.

41 Ibid., Index des publications de FFB, p. 223-241.

42 AFFBTO, 16 FFB 86 et ibid., p. 195-200.

43 AFFBTO, 9 Zita 50-52 et ibid., p. 204-208.

44 Ibid., p. 158-166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémy Fuentes, « Le Peuple : notion, conscience et progrès », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 369-384.

Référence électronique

Rémy Fuentes, « Le Peuple : notion, conscience et progrès », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/6220 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.6220

Haut de page

Auteur

Rémy Fuentes

Aix Marseille Univ, CAER, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals