Navigation – Plan du site
Époques moderne et contemporaine

« Peuple », utopie révolutionnaire et construction des nations dans l’Amérique hispanique

Discours et représentations du XIXe au XXIe siècle
Michèle Guicharnaud-Tollis
p. 405-418

Résumés

Cette réflexion sur le concept de « pueblo » dans l’Amérique hispanique se centre sur l’étude diachronique de ses occurrences dans différents discours et divers pays hispano-américains, du début du XIXe au XXIe siècle. À travers des discours foncièrement utopiques, l’élite des grands Libérateurs et idéologues du XIXe siècle cherchèrent à lisser les clivages socio-ethniques. À l’opposé, d’autres ne voyaient dans le « bas peuple », qu’une masse inerte, que seules les Lumières européennes seraient capables de civiliser. Sur ce terreau idéologique s’est construit au XXe siècle un discours dynamique fondé sur l’utopie révolutionnaire d’inspiration marxiste. Puis les discours populistes ont pris le relais en perpétuant l’illusion de cette utopie. L’analyse diachronique montre donc un concept de « peuple » en constante évolution.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Argentine, Cuba, Vénézuela

Index chronologique :

XIX-XX-XXIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Églantine Samouth, Yeni Serrano, Jean-Paul Honoré (éds.), « Discours d’Amérique latine. Identit (...)
  • 2 « Pueblo: 1 – Conjunto de personas que vive en una población, región o país determinados: el pueblo (...)

1L’extension du populisme et du néo-populisme dans l’Amérique hispanique tend à faire croire à l’importance du peuple (pueblo) dans les discours. On ne s’étonne donc pas du grand nombre d’études dont ces discours ont fait l’objet1, que ce soit pour y rechercher les occurrences et cooccurrences du terme, ou pour délimiter son très large champ sémantique, comme le révèle déjà la pluralité de ses définitions2. À partir d’une sélection de ces discours, qu’ils soient politiques ou littéraires, nous proposons ici d’aborder diachroniquement et/ou thématiquement la façon dont le peuple y apparaît du XIXe au XXIe siècle, selon le rôle qu’on a bien voulu lui accorder ou au contraire lui dénier dans la vie du pays ou du sous-continent, et selon la place qu’il a occupée dans les imaginaires collectifs. Sans pour autant songer à recourir à une typologie des discours qui s’avérerait vite artificielle, pour tenter d’y voir plus clair nous distinguerons au moins trois périodes et trois grandes orientations, en fonction des stratégies auxquelles ils correspondent et de l’image du peuple qu’ils privilégient, même si leur relation est plutôt de continuité que de rupture.

De Francisco Miranda à José Martí, peuple et émergence d’une conscience nationale : discours émancipateurs et rêves unitaires

  • 3 Le statut de citoyen représentait un enjeu majeur : il était accordé à celui qui avait un certain r (...)

2Au sortir de la période coloniale, au moment de la naissance des États-nations et des jeunes républiques indépendantes, les Constitutions dont s’accompagna leur formation accordèrent au peuple toute sa souveraineté et lui reconnurent l’ensemble des droits attachés à la citoyenneté, sans distinction de race ni de classe. Ainsi, le discours révolutionnaire d’émancipation latino-américain repose tout entier sur son unité autour de valeurs fondamentales communes. Avant même la Constitution espagnole de 1812, le premier texte local fondateur de ces nouveaux États devenus d’Amérique latine est la Proclamation de Coro du 2 août 1806, dans laquelle le précurseur Francisco de Miranda, s’adresse aux peuples « américano-colombiens » concernés et les invite à se soulever. Son discours pose à la fois la question de leur diversité, de leurs liens culturels communs avec l’Espagne, mais aussi de leur légitime aspiration à conquérir leurs propres droits politiques. Anticipant très largement sur les textes à venir de Simón Bolívar, et notamment le plus célèbre d’entre eux, de 1815, cette Proclamation mirandienne reste dans la mémoire collective hispano-américaine un modèle de projet qui garantissait prioritairement la citoyenneté3 à tous les habitants, sans distinction de couleur ni de classe, à l’exception des esclaves :

  • 4 Souligné par nous. L’orthographe initiale a été respectée. Francisco de Miranda, Discurso de Coro d (...)

La recuperación de nuestros derechos como Ciudadanos, y de nuestra Gloria nacional como Americanos Colombianos, serán acaso los menores beneficios que recojamos de esta tan justa como necesaria determinación […]. Que los buenos é inocentes Yndios, así como los bizarros Pardos, y Morenos libres crean firmemente, que somos todos Conciudadanos, y que los Premios pertenecen exclusivamente al mérito, y à la Virtud – en cuya suposición obtendrán en adelante infaliblemente, las recompensas militares y Civiles, por su mérito solamente4.

  • 5 Ce nom de Colombia – dont Carmen Bohorquez a montré d’ailleurs toute l’ambiguïté dans la mesure où, (...)
  • 6 Francisco de Miranda, Obras completas, publicadas por la Academia Nacional de Historia de Caracas E (...)

3En fait, avant Bolívar, Miranda a déjà tout dit et tout formulé. Dans son texte tous les thèmes hispano-américains convergent et atteignent un étonnant niveau théorique et programmatique : le symbole d’une Colombie5 au fondement même d’une future entité politico-culturelle indépendante, réunissant les peuples des anciennes colonies espagnoles ; la défense du droit à l’autodétermination ; l’appropriation de l’histoire américaine pour un projet de nation continentale ; l’idée d’institutionnaliser une confédération des États émancipés. « Todo depende de nuestra voluntad solamente y así como el querer constituirá indudablemente nuestra independencia, la unión nos asegurará permanencia y felicidad perpetua6 », dit encore Francisco de Miranda. Comme l’analyse Estela María Fernández Nadal dans sa réflexion sur cette unité territoriale continentale,

  • 7 « El proyecto de unidad continental en el siglo xix. Realidad y utopia », in Arturo Andrés Roig (éd (...)

Su discurso [el discurso de Miranda] apunta a destacar la presencia de una instancia política que quiebra la unidad cultural entre España y América […]. En los textos mirandinos, se perfila así una clara prioridad de lo político respecto de la herencia cultural; su manifestación más inmediata es el imperativo de sumar, a los factores de unidad y homogeneidad recibidos del pasado, la decidida determinación por la emancipación7.

  • 8 Escritos Políticos, Madrid, Alianza Editorial, « El Libro de Bolsillo », 1975, p. 84.

4Héritier de la Révolution française et des grands principes sur lesquels s’est fondée l’Indépendance des États-Unis, Bolívar reprendra un peu plus tard l’idée d’un peuple américain territorialement et culturellement aussi bien identifié que celui de l’Amérique espagnole. Dans sa fameuse « Lettre de la Jamaïque » de 1815, il soulignera la nécessité d’associer à l’héritage espagnol – langue, religion, coutumes – la volonté politique de libération, véritable moteur du processus d’unification : « […] lo que puede ponernos en actitud de expulsar a los españoles y de fundar un gobierno libre : es la unión, ciertamente; mas esta unión no nos vendrá por prodigios divinos sino por efectos sensibles y esfuerzos bien dirigidos8 ».

  • 9 Comme il le dit dans le Discours d’Angostura (1819) : « Uncido el Pueblo Americano al triple yugo d (...)
  • 10 « Es una idea grandiosa pretender formar de todo el Mundo Nuevo una sola nación, con un solo víncul (...)

5Mais lorsqu’il s’adressait ainsi aux législateurs, il était conscient que le peuple américain, divisé, soumis à l’ignorance, à la tyrannie et au vice9, affaibli par des différences ethniques, était loin de remplir les conditions de cohésion souhaitables pour réaliser une unité nationale. C’est pourquoi il renonça finalement à l’idée de fonder un seul État, et nourrit plutôt le rêve utopique de construire une sorte d’unité qui respecte les spécificités de chacune de ses composantes, une association ou une confédération américaine10.

  • 11 « La présence du terme pueblo dans le discours [de Bolívar] est constante et capitale… Il l’emploie (...)
  • 12 « […] Dans la Constitution de l’État vénézuélien de 1830, la souveraineté ne résida plus dans le “p (...)

6Enfin, par son projet d’abolir l’esclavage et de redistribuer des biens nationaux, Bolívar s’éloigna progressivement de l’oligarchie et se rapprocha du peuple, dont, avec le temps et selon les circonstances, il se fit une conception variable : ses discours des années 1820-1825 n’ont plus grand-chose à voir avec ceux des années 1810-181511. Finalement, méfiance réciproque entre les nouveaux pays, ingérence d’intérêts étrangers, instabilité politique étalée sur des décennies, absence de liens économiques entre les anciennes colonies espagnoles, tout s’unit pour priver le Congrès de Panamá de 1826 des effets escomptés. Ce fut l’échec les projets unionistes bolivariens et du grand rêve d’un peuple américain uni12.

7Dans la seconde moitié du XIXe siècle, dans les discours de Martí on voit le mot pueblo couvrir également l’ensemble des peuples hispano- et même latino-américains. Son périmètre sémantique, géographique et culturel est précisé par les adjectivations dont il fait l’objet. Pour Martí, le peuple est celui de « Notre Amérique », comme il le dit explicitement dans un discours de 1889, c’est-à-dire vivant précisément au sud du Río Bravo, métissé et multiculturel, héritier de Benito Juárez. Dans son discours de 1891 prononcé lors de la conférence devant les délégués d’Amérique latine, par opposition à son voisin du Nord, le peuple de Lincoln, il l’évoque comme homogénéisé par la langue, la religion et les traditions, et amené à s’émanciper politiquement et à s’arracher à la tutelle de l’héritage colonial et à la menace étasunienne.

Le peuple et les couches populaires : conscience de classe et préjugés ethnoraciaux

  • 13 Voir aussi sur le gaucho argentin : « Se nos habla de gauchos… La lucha ha dado cuenta de ellos, de (...)

8Les grands libérateurs du XIXe siècle ne rêvaient pas seulement d’unité pour le « peuple » hispano-américain ; parfois préoccupés d’égalité, ils cherchèrent aussi à en lisser les clivages socio-ethniques, à lutter contre les injustices, les disparités sociales et pour le respect des droits humains les plus élémentaires que leur refusait l’ordre colonial. Néanmoins, la question socioraciale divisait ces idéologues sur l’idée qu’ils s’en faisaient. Le rêvant d’une solidarité idéale, certains souhaitaient effacer ou estomper sa diversité socio-ethnique, défavorable à la cohésion réclamée par l’émergence d’une unité nationale. À l’opposé, d’autres le réduisirent au « bas peuple », « ignorant » et « soumis », masse inerte et méprisable, horde sauvage quasiment infrahumaine, que ne parviendraient même pas à civiliser les Lumières européennes. Cela ne manque pas de rappeler, plusieurs décennies plus tôt, le programme politique que Sarmiento avait présenté dans Facundo. Civilización o barbarie, de 1845 (avant le Manifeste de K. Marx de 1848), en même temps que sa vision contrastée de la population argentine, profondément divisée face à la très barbare dictature de Rosas. Pour Sarmiento, également auteur du Dogma socialista tout imprégné des Lumières, ce bas peuple s’incarnait exactement dans le monde des Indiens, dans une Argentine rurale, ignorante et arriérée, incapable d’assimiler la civilisation urbaine, la culture, la rationalité et l’idée de progrès des élites de Buenos Aires. Pour en éradiquer la barbarie, c’étaient particulièrement les Indiens qu’il fallait donc détruire. Cette posture élitaire de radicale exclusion sociale des masses populaires a de quoi choquer ; elle n’en est pas moins en totale conformité avec les conceptions positivistes discriminatrices du XIXe siècle13. Dans cette autre attitude, le peuple n’est plus engagé dans un projet fédérateur de construction d’une nation fondé sur l’union de toutes ses composantes raciales ou sociales : ici, il donne au contraire lieu à un discours discriminant hostile aux gens de couleur et aux Indiens, et, de façon plus globale, aux couches populaires.

  • 14 Allusion aux rivalités qui ont opposé les deux partis argentins : le Parti unitaire, incarné princi (...)
  • 15 « Oíanse a menudo […] palabras inmundas y obscenas, vociferaciones preñadas de todo el cinismo best (...)

9Par ailleurs, le texte profondément symbolique El Matadero d’Esteban Echeverría de 1826 faisait déjà s’affronter sans pitié le monde des « fédéralistes » qu’incarnaient d’un côté, les gauchos, les voleurs de chevaux, les Indiens et, plus généralement, le bas peuple, et de l’autre les « unitaires14 » et l’élite blanche. La métaphore manichéenne de l’abattoir donne l’image d’une population argentine fortement contrastée sous le double effet des préjugés socio-ethniques et de l’opposition politique entre unitaires et fédéralistes sous Rosas. Echeverría ne se limite pas à déclarer la bestialité de ces derniers, il affiche son plus profond mépris pour le petit peuple, celui des gens de couleur et des Indiens, populace (chusma federal) dont il stigmatise le parler vulgaire et grossier15, et dont, à ses yeux, l’intégration compromettrait toute chance de redressement.

10En revanche, certains penseurs, certains politiciens et idéologues de couleur, quelquefois issus des couches populaires, il est vrai, notamment parmi ceux qui avaient participé aux guerres de libération cubaines de la seconde moitié du XIXe siècle, se montrèrent particulièrement sensibles aux décalages socio-ethniques et aux malheurs qui s’abattaient sur les plus défavorisés. Ainsi, le mulâtre cubain Rafael Serra y Montalvo (1899) affiche une conscience de classe aiguë et même une forte empathie avec les plus humbles, notamment les travailleurs, éventuellement les « prolétaires » (sic) – dans une terminologie qui peut surprendre à cette date. Il les incitait à se mobiliser, à lutter et à s’unir contre l’ignorance, l’analphabétisme, « l’apathie » et la relégation par les classes dirigeantes à l’écart des centres de pouvoir :

  • 16 Souligné par nous. Rafael Serra y Montalvo, « Filantropía (New York, 2 setiembre de 1896) », in Esc (...)

También las « clases desheredadas » deben moverse, y no esperarlo todo de la Providencia y sus milagros. Destrozadas ellas mismas entre sí por el infausto antagonismo originado de su educación defectuosa y servil, contribuyen, con su desunión lamentable, con su ignorancia poco combatida, con su apatía empobrecedora, y con su falta de aspiraciones elevadas, a remachar la ominosa cadena con que se las esclavizará en todas partes, mientras no den señales de escudarse contra todos los ultrajes y demuestren con la razón y el poder de las fuerzas unidas, con la cultura de sus facultades naturales, con su organización juiciosa y ordenada, y con su espíritu colectivo, que las « clases trabajadoras » son tan buenas y capaces como los que les niegan incapacidad para el decoro16.

  • 17 Il faut signaler l’énorme travail qu’il a accompli au sein de La Liga, Sociedad Protectora de Instr (...)

11Contrairement à Echeverría, qui ne jugeait pas opportun d’améliorer leur sort, en misant sur leur éducation et leur formation scolaire, maintenant que l’esclavage venait d’être aboli depuis 1886, Serra y Montalvo proposait un programme politique destiné à rendre leur dignité aux travailleurs, souvent noirs ou de couleur, désormais émancipés, et à les arracher à l’analphabétisme dans lequel on les avait trop longtemps maintenus. La création de la société La Liga17, fondée en 1890, était destinée à veiller à la réalisation de ce projet humaniste.

Discours et révolution populaire dans la mouvance marxiste

  • 18 Voir les travaux de Gilles Bataillon sur les gauches latino-américaines et le marxisme en Amérique (...)
  • 19 Cf. José Carlos Mariátegui, Siete ensayos de interpretación de la realidad peruana, Lima, Amauta, 1 (...)

12Si le XIXe siècle tendait à s’en remettre à l’héritage des Lumières, le XXe a vu apparaître une pensée politique fortement influencée par les idées révolutionnaires de Marx – son Manifeste du parti communiste était paru à Londres en 1848 mais Le Capital ne fut traduit en espagnol par Juan B. Justo qu’en 1895 –, qui pèseront d’un grand poids mais assez tardivement sur l’esprit de nombreux intellectuels latino-américains18 : José Carlos Mariátegui (1894‑1930) marque l’entrée de la pensée marxiste en Amérique latine19. Marx introduisait la dialectique prolétariat-peuple en la soumettant à l’examen précis de ce qu’elle est dans chaque situation historique. Cependant, selon Gilles Bataillon, en Amérique latine le décalage entre ses idées et la réalité sociopolitique d’avant la Seconde Guerre mondiale les faisaient paraître complètement utopiques. Les ouvriers ne devenant nombreux qu’avec l’industrialisation des années 1940-1950, on y assiste plutôt à un lent processus de maturation du marxisme, même s’il est néanmoins perceptible chez certains grands penseurs et écrivains avant l’explosion de la Révolution castriste.

  • 20 Pablo Neruda devint membre du parti communiste chilien le 8 juillet 1945.
  • 21 « Y me dicen: “Tu pueblo, / tu pueblo desdichado, / entre el monte y el río, / con hambre y con dol (...)

13Par exemple, dans plusieurs poèmes du Chant général (1950), Pablo Neruda20 engage un vrai dialogue avec le peuple chilien, et répond à son appel21 en le rejoignant dans la lutte et la résistance : ainsi, le poème « El pueblo victorioso » associe le poète-narrateur à son combat. L’hésitation entre le singulier collectif (« el pueblo ») et les différents pluriels (« Y entre ellos en la piedra que tocaron / Estuve… » ou encore « Y aislados eran como trozos rotos ») se solde finalement par la fusion et l’immersion des individualités dans la terre et la nature américaines, chiliennes en l’occurrence, et par le triomphe de la communauté sur la solitude des individus :

  • 22 Obras Completas, Canto General, XI (« Las Flores de Punitaqui »), XIV (« El Pueblo »), Buenos Aires (...)

Juntos en la unidad hecha en silencio,
Eran el fuego, el canto indestructible,
El lento paso del hombre en la tierra
Hecho profundidades y batallas.
Eran la dignidad que combatía
Lo que fue pisoteado
22 […].

14Mais la lutte populaire relève encore du futur, même s’il s’annonce couronné de victoires :

  • 23 Ibid., Canto General, V (« La Arena traicionada »), « Crónica de 1948 (América) », p. 479. Plus prè (...)

Está mi corazón en esta lucha.
Mi pueblo vencerá. Todos los pueblos
Vencerán, uno a uno
[…].
Pero está cerca el tiempo victorioso23.

  • 24 Ernesto Cardenal, Salmos, Medellín, Editorial de la Universidad de Antioquia, 1964, 47 p. ; Buenos  (...)

15Dans une perspective chrétienne mais également marxiste, Ernesto Cardenal, chantre de la Théologie de la Libération, affirme sa foi dans l’une des vertus cardinales, l’espérance en un monde meilleur. Sa réécriture des Psaumes24 propose une vision eschatologique du futur : à l’aube festive d’une ère nouvelle, le combat révolutionnaire du peuple (des humbles et des déshérités) « élu de Dieu » conduit à la résurrection du monde :

  • 25 Salmo 21 « ¿Por qué me has abandonado? », cité par Paul W. Borgeson J. R., Hacia el hombre nuevo: p (...)

Pero yo podré hablar de ti a mis hermanos
Te ensalzaré en la reunión de nuestro pueblo
Resonarán mis himnos en medio de un gran pueblo
Los pobres tendrán un banquete
Nuestro pueblo celebrará una gran fiesta
El pueblo nuevo que va a nacer
25.

16Dans cette perspective marxiste, la Révolution cubaine et l’intervention de Fidel Castro à Cuba (1959) changea fondamentalement la donne en montrant que, sous la houlette d’un noyau de militants décidés, une révolution socialiste était possible : Cuba et la guérilla renversant la dictature – celle de Batista, en l’occurrence – firent figure de modèle aux yeux de nombreux intellectuels et politiciens ; les textes d’Ernesto Guevara et de Castro à Cuba ne tardèrent pas à imprégner les discours d’idéologie marxiste à commencer par celui de Mario Santucho (1936-1976) en Argentine (MIR-EGP), et les slogans du Sentier Lumineux au Pérou.

  • 26 Voir les études du projet de recherche « Analyse du discours politique en Amérique latine » (ADisPA (...)
  • 27 Serge de Sousa, « Le peuple dans le discours de Fidel Castro », Colloque international Représentati (...)
  • 28 Résumées en ces termes : « Un peuple qui est et qui construit la Révolution », « Un peuple qui sait (...)
  • 29 Discours de Fidel Castro du 26 juillet 1962.

17Il faut donc absolument les aborder dans cette perspective révolutionnaire. Ceux des deux premiers souvent programmatiques, qui portaient les transformations de la société par le peuple rendu à sa dignité, ont fait l’objet d’études approfondies à partir des outils et des méthodes de la statistique lexicale26. Par exemple, dans les textes de Castro, Serge de Sousa27 a dégagé à la fois la fréquence d’emploi du mot peuple et sa variation avec le temps. Il est le plus utilisé de tous de 1959 à 1964 – à l’exclusion des mots grammaticaux –, il a le deuxième rang entre 1965 à 1969, le troisième entre 1970 et 1974, à nouveau le premier entre 1975 et 1979, mais le cinquième entre 1980 et 1984, et recule ensuite (sauf la période 1990-1994, où il retrouve le quatrième rang). De même, l’étude de ses occurrences permet d’approcher la ou les représentations28 qui s’y attachai(en)t, d’autant que, selon les périodes, on le voit éclipsé par país, nosotros ou estados. Pour Castro, le peuple légitime la Révolution et, compte tenu du principe de sa souveraineté, il se définit même par son adhésion à elle : « El Pueblo fue el que hizo la Revolución » (discours du 17 janvier 1959) ou encore : « […] porque la Revolución la siente muy hondamente el pueblo, porque la revolución es del pueblo, porque la revolución es el pueblo29 ». Ce peuple idéalisé – « lucide, confiant, héroïque, juste, digne » –, ainsi auréolé de toutes les vertus, cristallise les valeurs universelles qui élèvent l’Homme à son plus haut niveau. L’amalgamant symbiotiquement à la nation et à sa propre personne, chez Castro il se transmue en un nosotros origine et responsable des décisions politiques :

  • 30 Discours de Fidel Castro de 1959.
  • 31 Discours de Fidel Castro à Santiago de Cuba, le 1er janvier 1959.

Somos un pueblo libre, somos un pueblo soberano30.
Había que conquistar la libertad a fuerza de sacrificio del pueblo, porque no hacíamos nada con que dieran un golpe mañana y otro pasado y otro dentro de dos años y otro dentro de tres años; porque aquí quien tiene que decidir, definitivamente, quién debe gobernar es el pueblo y nadie más que el pueblo
31.

  • 32 Gilles Bataillon, « La prise du pouvoir par Fidel Castro », L’Histoire, no 338, 2009, p. 8. Disponi (...)

18Il en découle presque infailliblement une fascination magique, d’autant mieux que Castro s’adressait à des milliers de Cubains sur la Place de la Révolution, aux côtés de la statue de Martí dont il a toujours revendiqué l’héritage. Comme le dit Bataillon, il est devenu « l’ordonnateur d’une nouvelle institution du social. Le peuple et la nation sont comme remodelés par cette symbiose avec leur chef. Le peuple et la société cubaine existent par lui32 ». Le discours fortement chargé sur le plan idéologique se double de stratégies de conquête qui anticipent sur la littérature populiste.

Utopie révolutionnaire, discours (néo)populistes et fusion du leader dans le peuple : le cas d’Hugo Chávez

  • 33 Pour une étude générale, voir Gérard Gómez, « Les vecteurs de l’expression politique en Amérique la (...)
  • 34 Voir la contribution de Serge de Sousa, « Peuple et populisme chez Hugo Chávez et Evo Morales (1999 (...)
  • 35 Voir aussi Serge de Sousa, « Bolívar et le bolivarisme dans le discours d’Hugo Chávez (1999-2006) » (...)
  • 36 Frédérique Langue, « De la Révolution bolivarienne au socialisme du XXIe siècle au Venezuela », in (...)

19En effet, avec les politiciens populistes, la béance ouverte par l’utopie révolutionnaire entre mythe et réalité s’est largement élargie. Faute de pouvoir aborder ici l’ensemble de cette littérature33, on évoquera au moins l’un de ses modèles, Hugo Chávez34, choisi pour son exemplarité. Elvira Narvaja de Arnoux, par exemple, explique que ses discours s’inscrivent à leur tour dans ce qu’elle appelle la matrice du discours révolutionnaire latino-américain et la recherche de l’unité latino-américaine telle qu’en rêvèrent les Bolívar, Martí ou Castro. La référence aux grandes figures latino-américaines n’empêche nullement le leader vénézuélien de revendiquer aussi l’influence de Mao-Tsé-Toung ou de Jésus-Christ… Comme le précise Frédérique Langue, « le chavisme n’a rien d’une idéologie mais procède de références multiples, non marxistes – selon H. Chávez lui-même – mais bolivariennes (“l’arbre aux trois racines” fortement présent dans l’imaginaire populaire national : Simón Bolívar35, Simón Rodríguez et Ezequiel Zamora, “général du peuple souverain”)36 ».

20Dans la ligne de la Révolution bolivarienne, Chávez a fréquemment rendu hommage au héros de l’indépendance et au père de la patrie, Bolívar justement, mais aussi et surtout au peuple victorieux. D’où ce discours du 7 octobre 2012 dans lequel, depuis le balcon du peuple du palais de Caracas, il célèbre à la fois sa réélection, la victoire bolivarienne et celle du peuple :

Miren. Aquí está la espada de Bolívar, la espada libertadora de América, la espada de los Pueblos, una espada que no se quedó en el pasado sino que está con nosotros hoy y estará en el futuro. Para que podamos vivir en paz en esta tierra bendita de Dios y del Pueblo. Con esta espada aquí en el balcón del Pueblo, acá en la Caracas del Bolívar rindo tributo a Simón Bolívar el padre de la Patria, Viva Bolívar ! Bolívar ha vivido hoy, como seguirá viviendo en el corazón del pueblo bolivariano que ha despertado, ustedes saben que nuestro padre Bolívar, poco antes de morir lo dijo « la independencia es el único bien que hemos conquistado a costa de los demás, pero esa independencia decía bolívar, con esta misma espada en las manos en enero de 1830 en la hermana ciudad de Bogotá, decía después de 20 años de revolución el único bien que hemos conservado o conquistado es la independencia ». […] Una victoria del pueblo en todas las líneas de batalla, la batalla perfecta y la victoria perfecta37.

21Pour lui, héritier des grands fondateurs de l’unité latino-américaine et admirateur du modèle de l’Union européenne, l’heure de la construction d’une nation latino-américaine était (re)venue : s’érigeant en porte-parole du peuple et vilipendant les gouvernements qui ne surent pas prendre les mesures nécessaires pour parvenir à sa réalisation, il n’eut de cesse de promouvoir l’union du Sud. D’où son immense succès lorsque, le 9 décembre 2007, sous son impulsion, fut signé à Buenos Aires l’acte de création de la Banque du Sud, que tous les présidents approuvèrent en exaltant la vocation latino-américaniste du chef vénézuélien et en considérant ce geste symbolique comme marquant un changement décisif.

  • 38 « Yo no podría pedirle al pueblo el apoyo para otra cosa, pero para eso le pido y deseo el apoyo to (...)
  • 39 Jorge Eliécer Gaitán fut candidat aux élections présidentielles colombiennes de 1946.
  • 40 Souligné par nous. Elvira Narvaja de Arnoux, El Discurso latinoamericanista de Hugo Chávez, Buenos  (...)
  • 41 Patrick Charaudeau, « Réflexions pour l’analyse du discours populiste », Mots. Les langages du poli (...)

22Mais au-delà de ces résonances bolivariennes unionistes, le discours de Chávez adopte ses propres stratégies discursives : il s’ancre dans une tradition populiste, peut-être celle d’un Perón38 cherchant déjà explicitement le soutien du peuple. Le Vénézuélien appelle ses concitoyens à se fondre dans une âme collective, mais aussi à faire corps avec lui dans une relation fusionnelle, comme il le fit en citant Jorge Eliécer Gaitán39 : « Porque Chávez no es Chávez. Chávez es el pueblo venezolano. Vuelvo a recordar al gran Gaitán cuando dijo […] : “Yo no soy yo, yo soy un pueblo”40 ». Le discours n’est plus ni politique ni programmatique, comme chez Bolívar ou Martí. Comme le rappelle Patrick Charaudeau en se référant aussi à Alexandre Dorna, le populisme ne doit pas se définir comme un régime politique mais comme une stratégie de conquête ou d’exercice du pouvoir sur fond de démocratie, une stratégie qui joue sur le mécanisme de la fascination, de la « fusion du soi avec un tout exaltant qui cristallise un idéal41 ».

23Ce rapide panorama montre la labilité du contenu du terme peuple, dont le périmètre sémantique se révèle assez flou, mobile et en constante évolution. La construction mentale dont s’alimente son signifié se nourrit de représentations sociales, de mythes, de préjugés et de la psyché personnelle de chaque auteur, déterminantes mais mouvantes. Comme il est difficile à dissocier d’autres termes tels que nation, État, citoyen, des questions délicates se posent sur leurs relations, notamment celle de savoir si la nation est composée du « peuple » ou des « citoyens », question surgie dès la formation des nouveaux États-nations hispano-américains indépendants. C’est sans doute ce qui a rendu la notion de peuple alternativement compatible, à partir du XIXe siècle, avec des projets fédérateurs de construction de la nation et une recherche identitaire, ou au contraire avec une politique discriminatoire.

24Sauf lorsqu’on lui a dénié toute capacité à progresser lui-même ou à contribuer au progrès de la société ou de l’humanité – c’est le cas de Sarmiento ou d’Echeverria –, les utopies politiques autant que les prophéties poétiques ont fondé sur le peuple leurs espoirs d’amélioration, leur attente d’une révolution et d’une mutation de la société latino-américaine qui éradique les injustices et les inégalités sociales les plus criantes. Du moins quand elle ne va pas de pair avec un certain déclinisme, la notion de peuple en armes, souvent attachée à un idéal de souveraineté et de démocratie, a donc servi de base aux toutes-puissantes utopies révolutionnaires à partir des années 1960, confiantes en la capacité de l’homme à assurer le Progrès ou, en surplomb, en la puissance du divin. Avec leur effondrement, ce sont les idéologies populistes qui prirent le relais après avoir eu aussi leurs heures de gloire – entre autres avec Perón : inversant les perspectives et le « Moi » du leader se substituant au peuple, leurs discours l’ont plutôt instrumentalisé et mis au centre de slogans politiques. Dans tous les cas, cristallisant tous les espoirs, y compris les plus désespérés, il a souvent été l’indispensable tremplin de la quête et du discours identitaires.

Haut de page

Notes

1 Cf. Églantine Samouth, Yeni Serrano, Jean-Paul Honoré (éds.), « Discours d’Amérique latine. Identités et conflits », Mots. Les langages du politique, 2015/3, 109, disponible à l’adresse : http://www.cairn.info/revue-mots-2015-3.htm  ; ainsi que Morgan Donot, Michèle Pordeus Ribeiro (éds.), Discours politiques en Amérique latine. Représentations et imaginaires [Journées d’étude de l’ADAL], Paris, L’Harmattan, « Recherches Amériques latines », 2012, 300 p.

2 « Pueblo: 1 – Conjunto de personas que vive en una población, región o país determinados: el pueblo mexicano; el pueblo chileno. 2 – Conjunto de personas que forman una comunidad y están unidas por una misma raza, religión, idioma o cultura y la conciencia de pertenecer a un mismo grupo: el pueblo cristiano; los pueblos celtas. 3 – Conjunto de habitantes de un país que no forma parte de la clase dirigente: tras el recuento de votos se leyó la lista de los gobernantes elegidos por el pueblo » (Oxford Dictionaries Online [ODO], Oxford University Press, 2014, disponible à l’adresse : http://es.oxforddictionaries.com/definicion/pueblo )

3 Le statut de citoyen représentait un enjeu majeur : il était accordé à celui qui avait un certain revenu, des biens ou une profession, qui savait lire et écrire ou qui possédait un grade militaire. Pour s’attirer les faveurs du peuple, et notamment des gens de couleur, esclaves et libres, les Libérateurs ont joué sur l’argument de la citoyenneté à conquérir : « Todos los que prefieran la libertad al reposo, tomarán las armas para sostener sus derechos sagrados, y serán ciudadanos » (Simón Bolívar, Escritos del Libertador, IX, Caracas, 1973, Documento 1529, Proclama del Libertador a los habitantes de la Costa Firme fechada en Villa del Norte el 23 de mayo de 1816, por la que anuncia la próxima salida hacia Tierra firme e invita a que se unan a la lucha por la libertad, p. 178).

4 Souligné par nous. L’orthographe initiale a été respectée. Francisco de Miranda, Discurso de Coro del 6 de agosto de 1806, Don Francisco de Miranda, Comandante General del Exército Colombiano, a los Pueblos habitantes del Continente Americo-Colombiano, disponible à l’adresse : servicios.abc.gov.ar/docentes/efemerides/25demayo/htmls/descargas/proclama2deagosto.pdf.

5 Ce nom de Colombia – dont Carmen Bohorquez a montré d’ailleurs toute l’ambiguïté dans la mesure où, de fait, avec Colomb il ramenait le sous-continent à son héritage culturel – cristallisait tous les projets et les idéaux d’une Amérique hispanique nouvelle, indépendante, et en même temps unie.

6 Francisco de Miranda, Obras completas, publicadas por la Academia Nacional de Historia de Caracas Edición dirigida por V. Dávila, Editorial Sur-América, 1929-1950, 24 tomos (1-15 en Caracas, 16-24: Editorial Lex, La Habana), vol. XVII, p. 339.

7 « El proyecto de unidad continental en el siglo xix. Realidad y utopia », in Arturo Andrés Roig (éd.), El Pensamiento social y político iberoamericano del siglo xix, Madrid, Trotta, 2000, p. 41‑63.

8 Escritos Políticos, Madrid, Alianza Editorial, « El Libro de Bolsillo », 1975, p. 84.

9 Comme il le dit dans le Discours d’Angostura (1819) : « Uncido el Pueblo Americano al triple yugo de la ignorancia, de la tiranía y del vicio, no hemos podido adquirir, ni saber, ni poder, ni virtud » (op. cit., p. 97).

10 « Es una idea grandiosa pretender formar de todo el Mundo Nuevo una sola nación, con un solo vínculo que ligue sus partes entre sí y con el todo. Ya que tiene un origen, una lengua, unas costumbres y una religión, debería, por consiguiente, tener un solo gobierno que confederase los diferentes estados que hayan de formarse; mas no es posible, porque climas remotos, situaciones diversas, intereses opuestos, caracteres desemejantes, dividen a la América. ¡Qué bello sería que el ismo de Panamá fuese para nosotros lo que el ismo de Corinto para los griegos! » (ibid., p. 81).

11 « La présence du terme pueblo dans le discours [de Bolívar] est constante et capitale… Il l’emploie cependant selon plusieurs acceptions sémantiques et à partir de positions interprétatives qui, bien qu’en interrelation, varient en fonction des circonstances ; ces acceptions s’enrichissent au gré des nouvelles réalités qui marquent des changements profonds dans la pensée du Libérateur » (Lorena Escudero, El Pueblo latinoamericano: ¿Sujeto de su historia?, México, D.R., Unión de Universidades de América latina, « Idea latinoamericana », 1998, p. 97, citée par Georges L. Bastin, « Traduction et révolution à l’époque de l’indépendance hispano-américaine », Meta : Journal des traducteurs / Meta: Translator’s Journal, 2004, 49/3, p. 562‑575, disponible à l’adresse : id.erudit.org/iderudit/009379ar.

12 « […] Dans la Constitution de l’État vénézuélien de 1830, la souveraineté ne résida plus dans le “peuple” comme en 1811 mais dans la “nation”. Le double concept de “nation” joue donc un rôle de premier plan dans les premières Constitutions américaines. L’idée de “nation” comme somme d’individus entraînera les droits politiques subjectifs, alors que le concept de “nation” comme somme de provinces ouvrait la voie au fédéralisme », Alicia B. Ríos, « La idea de nación y cultura nacional en las primeras constituciones venezolanas », cité dans William Luis, Julio Rodríguez-Luis (eds.), Translating Latin America: Culture as Text, Binghamton, State University of New York, 1991, p. 238-239.

13 Voir aussi sur le gaucho argentin : « Se nos habla de gauchos… La lucha ha dado cuenta de ellos, de toda esa chusma de haraganes. No traté de economizar sangre de gauchos. Este es un abono que es preciso hacer útil al país. La sangre de esta chusma criolla incivil, bárbara y ruda, es lo único que tienen de seres humanos » (Carta de Sarmiento a Mitre del 20/09/1861). Voir encore ses remarques sur les masses populaires : « Tengo odio a la barbarie popular… La chusma y el pueblo gaucho nos es hostil… Mientras haya un chiripá no habrá ciudadanos, ¿son acaso las masas la única fuente de poder y legitimidad? El poncho, el chiripá y el rancho son de origen salvaje y forman una división entre la ciudad culta y el pueblo, haciendo que los cristianos se degraden… Usted tendrá la gloria de establecer en toda la República el poder de la clase culta aniquilando el levantamiento de las masas » (Carta de Sarmiento a Mitre del 24/09/1861).

14 Allusion aux rivalités qui ont opposé les deux partis argentins : le Parti unitaire, incarné principalement par les élites intellectuelles et économiques de la capitale Buenos Aires, et le Parti fédéraliste incarné par la province et par des potentats locaux (caudillos) réfractaires à la modernisation du pays.

15 « Oíanse a menudo […] palabras inmundas y obscenas, vociferaciones preñadas de todo el cinismo bestial que caracteriza a la chusma de nuestros mataderos, con los cuales no quiero regalar a los lectores », Esteban Echeverría, La Cautiva. El Matadero, Buenos Aires, Huemul, 1967, p. 115.

16 Souligné par nous. Rafael Serra y Montalvo, « Filantropía (New York, 2 setiembre de 1896) », in Escritos Políticos, New York, 1899, Imprenta de A. W. Howes, p. 50-51.

17 Il faut signaler l’énorme travail qu’il a accompli au sein de La Liga, Sociedad Protectora de Instrucción para la gente de color fondée à New York en 1890.

18 Voir les travaux de Gilles Bataillon sur les gauches latino-américaines et le marxisme en Amérique latine.

19 Cf. José Carlos Mariátegui, Siete ensayos de interpretación de la realidad peruana, Lima, Amauta, 1928.

20 Pablo Neruda devint membre du parti communiste chilien le 8 juillet 1945.

21 « Y me dicen: “Tu pueblo, / tu pueblo desdichado, / entre el monte y el río, / con hambre y con dolores, / no quiere luchar solo, /te está esperando, amigo” » (« El monte y el río » [« Las vidas »], in Versos del capitán, Naples, 1952, p. 24, disponible à l’adresse : http://ww2.educarchile.cl/UserFiles/P0001%5CFile%5Carticles-101761_Archivo.pdf

22 Obras Completas, Canto General, XI (« Las Flores de Punitaqui »), XIV (« El Pueblo »), Buenos Aires, Losada, 1957, p. 578-579.

23 Ibid., Canto General, V (« La Arena traicionada »), « Crónica de 1948 (América) », p. 479. Plus près de nous, l’une des chansons des Quilapayún (1973) s’inscrit dans ce prolongement : « Y ahora el pueblo que se alza en la lucha / Con voz de gigante gritando: ¡Adelante! / El pueblo unido jamás será vencido, / ¡El pueblo unido jamás será vencido! »

24 Ernesto Cardenal, Salmos, Medellín, Editorial de la Universidad de Antioquia, 1964, 47 p. ; Buenos Aires, Carlos Lohlé, 1974, 68 p. ; Madrid, Ed. Trotta, 1998, 78 p.

25 Salmo 21 « ¿Por qué me has abandonado? », cité par Paul W. Borgeson J. R., Hacia el hombre nuevo: poesía y pensamiento de E. Cardenal, London, Tamesis, 1984, p. 93.

26 Voir les études du projet de recherche « Analyse du discours politique en Amérique latine » (ADisPAL).

27 Serge de Sousa, « Le peuple dans le discours de Fidel Castro », Colloque international Représentations du peuple (6-7 novembre 2009), Reims, 2009, disponible à l’adresse : adispal.edispal.com/2009/10/peuple-discours-fidel-castro.html.

28 Résumées en ces termes : « Un peuple qui est et qui construit la Révolution », « Un peuple qui sait et qui veut » et « Un peuple idéalisé : conscient, confiant, juste, capable, volontaire, digne et fort… ».

29 Discours de Fidel Castro du 26 juillet 1962.

30 Discours de Fidel Castro de 1959.

31 Discours de Fidel Castro à Santiago de Cuba, le 1er janvier 1959.

32 Gilles Bataillon, « La prise du pouvoir par Fidel Castro », L’Histoire, no 338, 2009, p. 8. Disponible à l’adresse : http://www.histoire.presse.fr/actualité/evenement/la-prise-du-pouvoir-par-fidel-castro-01-01-2009-6155

33 Pour une étude générale, voir Gérard Gómez, « Les vecteurs de l’expression politique en Amérique latine (XXe-XXIe siècles) », Cahiers d’études romanes, 30, 2015, p. 247-270. Disponible à l’adresse : http://etudesromanes.revues.org/4880, DOI : 10.4000/etudesromanes.4880

34 Voir la contribution de Serge de Sousa, « Peuple et populisme chez Hugo Chávez et Evo Morales (1999-2009) », in Morgan Donot, Michèle Pordeus Ribeiro (éds.), Discours politiques en Amérique latine. Représentations et imaginaires [Journées d’étude de l’ADAL], Paris, L’Harmattan, « Recherches Amériques latines », 2012, 300 p.

35 Voir aussi Serge de Sousa, « Bolívar et le bolivarisme dans le discours d’Hugo Chávez (1999-2006) », América : Cahiers du CRICCAL, vol. 42, no 1, 2013, p. 103-115. Disponible à l’adresse : http://www.persee.fr/doc/ameri_0982-9237_2013_num_42_1_1955

36 Frédérique Langue, « De la Révolution bolivarienne au socialisme du XXIe siècle au Venezuela », in Gilles Bataillon, Marie-France Prévôt-Schapira (éds.), Problèmes d’Amérique latine, 71, « Mutations des gauches latino-américaines», 2008-2009, p. 37.

37 In Correo del Orinoco, 7 de octubre de 2012, disponible à l’adresse : http://www.correodelorinoco.gob.ve/tema-dia/vea-discurso-chavez-7-octubre-balcon-pueblo-video

38 « Yo no podría pedirle al pueblo el apoyo para otra cosa, pero para eso le pido y deseo el apoyo total y sincero del pueblo. Ese apoyo ha de ser para combatir a los malos argentinos y para combatir también a los malos peronistas y a muchos que se mueven entre nosotros disfrazados de peronistas. Para eso, especialmente, necesitamos el apoyo del pueblo, el apoyo desinteresado, el apoyo sincero, el apoyo que nos pueda llevar a una depuración de la República y a una depuración de nuestras propias fuerzas » (Discours de Péron devant la Place de Mai, 1953).

39 Jorge Eliécer Gaitán fut candidat aux élections présidentielles colombiennes de 1946.

40 Souligné par nous. Elvira Narvaja de Arnoux, El Discurso latinoamericanista de Hugo Chávez, Buenos Aires, Biblos, 2008, p. 46.

41 Patrick Charaudeau, « Réflexions pour l’analyse du discours populiste », Mots. Les langages du politique, no 97, 2011, disponible à l’adresse : mots.revues.org/20534 ; Alexandre Dorna, « Qu’est-ce que le discours populiste ? », Dossier Marc Lits, Médiatiques, 38, Bulletin de l’observatoire du récit médiatique, Louvain-la-Neuve, 2006, 44 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Guicharnaud-Tollis, « « Peuple », utopie révolutionnaire et construction des nations dans l’Amérique hispanique », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 405-418.

Référence électronique

Michèle Guicharnaud-Tollis, « « Peuple », utopie révolutionnaire et construction des nations dans l’Amérique hispanique », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/6281 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.6281

Haut de page

Auteur

Michèle Guicharnaud-Tollis

Université de Pau

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals