Navigation – Plan du site
Époques moderne et contemporaine

Le peuple italien vu par un intellectuel (dés)engagé

Pavese, Nietzsche et la naissance de « l’âme nationale »
Francesca Belviso
p. 461-476

Résumés

Cette contribution propose une analyse ponctuelle du concept de peuple et de nation telle qu’elle est élaborée à un moment clé de l’histoire du XXe siècle par l’un des intellectuels les plus emblématiques et controversés de l’histoire culturelle de l’Italie moderne. Cesare Pavese était un écrivain de gauche qu’une abondante littérature critique a longtemps exalté comme l’un des militants culturels antifascistes les plus engagés pendant et après la chute du régime mussolinien. Cette image a été pourtant écornée par la publication posthume d’un carnet secret recueillant de nombreuses pensées de philosophie politique dont le caractère ouvertement philofasciste a soulevé un débat auprès des spécialistes et d’un vaste public. Le sens et la valeur de ces méditations peuvent être parfaitement compris et expliqués à la lumière du parcours de traduction et d’appropriation de textes de Nietzsche effectué par Pavese entre 1940 et 1945.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Thierry Hentsch, Les Amandiers, Guimaëc, CapLan & Co éditeur, 2002, p. 31-32.

Au bout de cette marche, la manière dont j’accomplis ce dernier pas n’est-elle pas alors ce qui compte le plus : don ultime, crucial, de mon apprentissage1 ?

Le crépuscule d’une idole

  • 2 Eugenio Garin, La cultura italiana tra ’800 e ’900. Studi e ricerche, Bari, Laterza, 1962.
  • 3 Angelo d’Orsi précise que l’« européisme » de la génération de Piero Gobetti était un phénomène ess (...)
  • 4 Il suffit d’évoquer les deux revues fondées par Piero Gobetti, La Rivoluzione liberale et Il Barett (...)
  • 5 Pour un approfondissement de la thématique, voir Francesca Belviso, « Pavese et les traducteurs d’E (...)
  • 6 Norberto Bobbio, Trent’anni di storia della cultura italiana a Torino (1920-1950), Torino, CRT, 197 (...)

1Cesare Pavese a été longuement reconnu par une riche littérature critique non seulement comme l’un des écrivains majeurs du XXe siècle en Italie, mais également comme un fin essayiste et traducteur de l’anglo-saxon qui participa activement au militantisme culturel dans la période de l’entre-deux-guerres. Ce modèle de militantisme, défini et développé par Eugenio Garin2, fait référence aux stratégies adoptées par le milieu culturel antifasciste turinois afin d’échapper à l’emprise du régime. L’une de ces stratégies traduit une vocation pour « l’européisme » de la génération dite « gobettienne » en référence à l’activisme politique de Piero Gobetti3. Les nombreux articles sur la littérature étrangère parus dans les pages des revues turinoises4 ainsi que la traduction et la diffusion d’ouvrages de littérature étrangère réalisées par une floraison de maisons d’édition (Utet, Slavia, Frassinelli ou Einaudi) constituèrent autant d’étapes dans l’ouverture progressive de la culture italienne jusqu’alors étouffée par l’autarcie du régime. Au sein de ce contexte socioculturel de l’ancienne capitale du royaume d’Italie, il est indéniable que Pavese joua un rôle de premier plan5. Il participa en effet au processus de dépoussiérage d’un pays de plus en plus sclérosé et replié sur lui-même pendant les années sombres du ventennio au cœur d’une ville, Turin, étiquetée par l’historiographie officielle comme un bastion de l’antifascisme6.

  • 7 Ibid., p. 21-22.
  • 8 Angelo d’Orsi, La cultura a Torino tra le due guerre, op. cit., p. 357-358.
  • 9 Dans cette minorité de vrais résistants Leone Ginzburg fit figure de héraut. Voir Angelo d’Orsi, «  (...)
  • 10 « […] L’apolitico Pavese, vive chiuso in un mondo segreto, toccato da un’atmosfera mitica, un mito (...)

2En effet, une solide littérature critique a exalté sans réserve non seulement l’indépendance de la culture militante turinoise, mais aussi – et surtout – l’absence d’une culture fasciste à Turin7. Toutefois, cette image édulcorée que la littérature critique a donnée du militantisme culturel turinois semble s’estomper. Aujourd’hui, tout un pan de l’historiographie la plus « engagée » s’emploie à remettre lourdement en question cette vulgate officielle. Le panorama culturel mis au jour par l’historien Angelo d’Orsi serait en l’occurrence bien plus complexe et hétérogène. Concomitamment à une culture ouvertement antifasciste, une culture du non-consentement et une culture de la fière indifférence réussirent à cohabiter dans ces mêmes années à Turin. Au sein du vaste panorama de l’intelligentsia turinoise, il est désormais judicieux de faire une nette distinction entre une large majorité « silencieuse8 » de pseudo-antifascistes et une petite minorité de vrais résistants9. Dans l’entre-deux-guerres, très peu d’intellectuels eurent en effet le courage de mettre en pratique la célèbre devise de Piero Gobetti : « Salvare la dignità prima della genialità ». Le parcours de Pavese fut sans nul doute emblématique de cette tendance d’une large partie des intellectuels italiens à s’emmurer dans leur turris eburnea afin de poursuivre leur travail sans trop de heurts. L’appellation d’« impolitique », voire d’« apolitique » serait alors la plus susceptible de définir la position de l’écrivain face aux bouleversements imposés par l’Histoire10.

  • 11 Dans la nuit du 27 août 1950 Pavese se suicida avec une dose massive de somnifères dans une chambre (...)
  • 12 Cesare Pavese, Il mestiere di vivere, Torino, Einaudi, 1952.
  • 13 Il suffit de penser au jugement sévère de Moravia qui eut un rôle majeur dans l’histoire de la réce (...)
  • 14 Dans cette perspective, voir surtout Carlo Muscetta, Per una storia di Pavese e dei suoi racconti, (...)

3À vrai dire, dès le lendemain de sa mort11, mais plus encore au moment de la publication posthume de son journal intime en 195212, une campagne de presse13 vint déjà ternir l’image de cet intellectuel communiste qu’une partie de la littérature critique, essentiellement marxiste, avait exalté comme l’un des écrivains et poètes les plus actifs, du moins sur le plan culturel, pendant et après la chute du régime14.

  • 15 Lorenzo Mondo, « Pavese, il Taccuino segreto », La Stampa, 8 agosto 1990, p. 15-17. Les critiques n (...)

4Or, une sorte de statue de sel sculptée par une tradition critique qui s’est révélée au mieux laconique, au pire idéologiquement orientée, se brisa définitivement en 1990 lorsque le journaliste Lorenzo Mondo publia dans le quotidien turinois La Stampa un inédit pavésien. Il s’agissait d’un carnet composé de 29 feuilles de notes rédigées dans une période s’étalant du mois d’août 1942 à décembre 1943 lorsque Pavese, ayant fui Turin, se réfugia sur les hauteurs de la campagne piémontaise jusqu’en avril 194515.

  • 16 Voir, à ce propos : Mario Baudino, « Pavese fu un vero antifascista ? Nei ricordi di Fernanda Pivan (...)
  • 17 « Un giorno, al ritorno da una di quelle spedizioni, trovai fra altre cose un bloc-notes a carta qu (...)
  • 18 Après la mort de Pavese en 1950, Italo Calvino joua un rôle de plus en plus important au sein de la (...)
  • 19 « Una rapida scorsa mi lasciò turbato. […] quello scritto andava al di là di ogni aspettativa, colp (...)
  • 20 Angelo d’Orsi, « Il caso Pavese-Nietzsche », in Francesca Belviso, Amor fati. Pavese all’ombra di N (...)
  • 21 Cesare Pavese, « La volontà di potenza », in Francesca Belviso, Amor fati, op. cit., p. 41-178.
  • 22 Voir Lorenzo Mondo, « Pavese, verrà il Superuomo e avrà i tuoi occhi », La Stampa, 29 marzo 2016, p (...)
  • 23 Cf. Angelo d’Orsi, « Il caso Pavese-Nietzsche », art. cit., p. xvii. Pour un approfondissement de l (...)

5La publication de ce document, rebaptisé à l’époque le carnet secret, enflamma la presse et déclencha une campagne diffamatoire d’une violence inouïe16. L’histoire rocambolesque du repérage et de la publication posthume de ce carnet suffisait d’ailleurs à soulever un tourbillon de questionnements et d’hypothèses contradictoires. Ce document avait été retrouvé par Mondo en 1962 lorsque, jeune thésard, il puisait dans l’abondant matériel de manuscrits de Pavese en vue d’un travail systématique sur sa vie et son œuvre17. Bouleversé par cette découverte, il ne tarda pas à se rendre au siège de la maison d’édition Einaudi pour montrer le carnet à Italo Calvino18. Celui-ci, après avoir parcouru rapidement le carnet, prit aussitôt la décision de « le ranger dans un coffre-fort » afin de sauvegarder l’image et la mémoire de l’écrivain19. Lorenzo Mondo affirma en outre avoir fait des photocopies des pages du carnet qu’il aurait cependant égarées pendant des décennies. C’est seulement grâce à la redécouverte fortuite de ces pages que le journaliste se serait enfin persuadé de rendre public le texte quarante ans après la mort de l’écrivain. Le caso Pavese qui s’ouvrit brusquement au mois d’août 1990 s’avéra, somme toute, une affaire sombre et douteuse, l’une parmi tant d’autres dans la longue histoire des « extravagances de l’histoire culturelle italienne20 ». Notre découverte récente d’un autre inédit pavésien21 semblerait d’ailleurs rouvrir des plaies anciennes et relancer un débat épineux22 concernant ce qui a été défini, sur un mode ouvertement critique, comme l’activisme culturel résolument « désengagé » de Pavese23.

Le fascisme, une discipline bienfaisante pour les Italiens

  • 24 « Stupido come un antifascista, chi è che lo diceva ? […] Una cosa fa rabbia. Gli antifascisti sann (...)
  • 25 « Il fascismo è questa disciplina. Gli italiani mugugnano, ma insomma gli fa bene […]. Se soltanto (...)
  • 26 « Gli intellettuali hanno contato troppo nella vita italiana. Essi sono vili, litigiosi, vanitosi » (...)
  • 27 « Lo sanno gli italiani che gli inglesi si dicono che dove è caduto un inglese “is forever english” (...)
  • 28 « I generali fanno i fessi se non peggio, i semplici caporali o i soldati scelti fanno la storia. E (...)
  • 29 « Bisogna tornare allo Stato, alle personalità politiche, superiori a quelle della cultura. Dicono (...)
  • 30 « In fondo era un enorme malinteso. Il manifesto di Verona – purché sia sincero – mostra la tendenz (...)

6Les vicissitudes liées à la publication tardive de cet inédit étaient dues au caractère fortement problématique de nombreux passages du texte. En effet, un simple échantillon de quelques fragments de ce carnet fournit la teneur de certains propos que l’on ne peut hésiter à définir non seulement de réactionnaires, mais également d’ouvertement philofascistes. On y trouve notamment de violentes invectives à l’encontre des antifascistes qualifiés de « sots24 » ; des méditations sur le fascisme considéré comme une sorte de discipline de vie bienfaisante et nécessaire pour les Italiens25 ; ou encore des réflexions sur les intellectuels taxés de « lâches, querelleurs, vaniteux26 » qui auraient joué un rôle bien trop important dans la société italienne. Enfin, nous découvrons des pensées pavésiennes concernant la notion de peuple et de nation en temps de guerre. Dans les premières pages du carnet on peut lire : « Les Italiens qui meurent – ça pourrait être toi demain – rendent cette terre à jamais italienne27. » En effet, le conflit armé aurait la faculté, comme l’explique Pavese plus loin, d’exalter au plus haut degré la capacité d’expression de tout un peuple. Ainsi le peuple allemand aurait-il su trouver la forme d’expression la plus sublime grâce à des hommes-soldats capables de lire et de méditer jusque dans leurs tranchées les vers des plus grands poètes, et de se transformer eux-mêmes en soldats-écrivains, comme Hitler auteur de Mein Kampf28. Dans leur ensemble, ces pages portent les traces d’une forme d’exaltation de l’image des Italiens en guerre, dans une perspective proprement futuriste (voire marinéttienne), et témoignent d’une admiration prononcée pour le fascisme qui aurait eu le grand mérite de donner enfin au peuple italien non seulement de l’ordre, mais également une vraie vision de l’État29. Dans un autre passage saisissant du carnet, Pavese évoque la République de Salò et souhaite qu’elle puisse sortir gagnante de l’expérience de la guerre car ce deuxième fascisme représenterait un retour au projet initial du premier manifeste mussolinien30.

  • 31 Les déclarations les plus intransigeantes furent sans doute celles de Pajetta qui n’hésita pas à dé (...)

7Sans surprise, ces notes déclenchèrent des réactions virulentes, notamment de la part de ceux qui avaient participé activement à la Résistance. Les déclarations les plus tranchantes fusèrent de la part des anciens amis ou collègues de Pavese tels que Fernanda Pivano ou Giancarlo Pajetta, qui n’hésitèrent pas à taxer Pavese de fasciste, de traître et de déserteur. Autrement dit, l’écrivain fut soumis à un véritable procès d’inquisition au cours duquel de nombreux camarades de jeunesse voulurent témoigner leur part de vérité31.

  • 32 Voir Mariarosa Masoero, « Cesare Pavese e la guerra : piccola antologia », in Mariarosa Masoero, An (...)
  • 33 Cesare Pavese, Le Métier de vivre, édition intégrale établie sur manuscrit accompagnée d’un choix d (...)

8Au-delà des propos plus ou moins ouvertement réactionnaires, ce qui frappe dans ces pages est l’aisance, et même la désinvolture avec laquelle Pavese semble manier des concepts de morale et de politique qui sont quasiment absents du reste de son œuvre publiée ou des paratextes. En effet, les réflexions peu nombreuses autour du concept de guerre, de nation et de peuple qui parsèment les écrits de l’écrivain s’avèrent pour le moins peu originales32. Elles sembleraient plutôt en phase avec une vulgate remontant à la plus pure tradition futuriste exprimant le plus souvent une dichotomie radicale entre camps adverses, comme on le lit dans une note du journal : « Un homme vrai, à notre époque, ne peut admettre avec des restrictions l’ananké de la guerre. Ou bien c’est un pacifiste absolu, ou bien c’est un guerrier impitoyable. L’atmosphère est dure : ou saints ou bourreaux33. »

9Dans d’autres rares passages qui portent sur cette même thématique, les réflexions pavésiennes se révèlent également peu surprenantes car elles se bornent à définir de nouvelles valeurs qu’impose le contexte de la guerre :

  • 34 Ibid., p. 1522.

La guerre rend barbare parce que, pour la combattre, il faut se durcir envers tout regret et tout attachement à des valeurs délicates, il faut vivre comme si ces valeurs n’existaient pas ; et, une fois la guerre finie, on a perdu toute latitude de revenir à ces valeurs34.

10En réalité, les méditations élaborées dans le Taccuino ne semblent nullement hétérogènes par rapport au matériel présent dans le journal intime. La nouveauté des réflexions exprimées par Pavese dans son carnet apparaît somme toute atténuée à la loupe d’une analyse plus approfondie. Pour commencer, l’idée que la guerre amplifierait chez les Italiens une sorte de stimmung surhumaine se trouve déjà esquissée dans un autre passage du journal à la date du 12 juin 1940 :

  • 35 Ibid., p. 1552.

La guerre hausse le ton de la vie parce qu’elle organise la vie intérieure de tous autour d’un schéma d’action très simple – les deux camps – et, comme elle sous-entend que l’idée de la mort est toujours là, elle donne aux actions les plus banales un sceau de gravité plus qu’humaine35.

  • 36 Cesare Pavese, Il Taccuino segreto, op. cit., p. 17.

11Le germe initial de cette réflexion était donc présent dans une note du journal mais dans le carnet secret il semble éclore dans un terrain plus fertile. Ici l’écrivain pousse plus loin son analyse, allant jusqu’à tisser les éloges de la guerre car elle aurait la vertu d’inoculer chez les Italiens l’esprit de sacrifice et de patrie dont ils ont tant besoin36. Cette pensée paraît complétée et approfondie par la certitude que le sentiment d’union face au drame de l’Histoire permettrait au peuple italien de découvrir son « âme nationale », comme on le lit dans une autre note du carnet :

  • 37 « Noi siamo entrati in guerra poco preparati eppure resistiamo da due anni (ag.’42). Chi l’avrebbe (...)

Nous sommes entrés en guerre peu préparés, mais nous résistons depuis deux ans (ag.’42). Qui l’aurait cru ? Quand tout sera fini tu devras revoir toutes tes idées sur l’âme nationale. Tu ne savais pas qu’elle existait, et pourtant, la voilà37 !

  • 38 Filippo Tommaso Marinetti, Manifestes du Futurisme, présentation de Giovanni Lista, Paris, Séguier, (...)

12L’hypothèse que la guerre apporterait un esprit de renouvellement à tout un peuple, une réflexion qui semble faire écho à la célèbre formule de Marinetti « la guerre est la seule hygiène du monde38 », se retrouve dans le journal à la date du 5 octobre 1946 :

  • 39 Cesare Pavese, Le Métier de vivre, op.cit., p. 1705-1706.

Il se peut qu’il soit vrai que la guerre assainit le monde en le renouvelant. Cela proviendrait du fait qu’en temps de guerre, on réapprend à vivre en souhaitant le lendemain, la fin du présent, et que l’on est plus attaché au temps comme des avares. C’est-à-dire qu’on vit comme les jeunes gens. Ce qui est l’effet en général de n’importe quelle douleur39.

  • 40 À titre illustratif, nous choisissons deux affirmations lapidaires mais l’on pourrait multiplier le (...)

13En définitive, de nombreux passages du carnet secret ne seraient que le prolongement, l’approfondissement, voire l’amplification, sans aucune autocensure de la part de l’écrivain, de pensées qui avaient déjà trouvé leur place au sein du journal ou bien qui furent reprises après le cataclysme de 1943. Si ces notes du carnet ne s’avèrent pas extravagantes à la lumière d’une patiente confrontation textuelle avec plusieurs pages du Métier de vivre, la place qu’il faudrait assigner à ces écrits dans le parcours intellectuel de Pavese peut au mieux prêter le flanc à des spéculations d’ordre idéologique, au pire à des jugements lourds de conséquences. En tout état de cause, ces réflexions de morale et de politique élaborées par un écrivain qui s’est à maintes reprises targué de ressentir un désintérêt total pour la politique40 poussent à un questionnement légitime et invitent à mener une recherche sérieuse sur leur genèse et leurs principales sources d’inspiration.

Pavese à l’épreuve de Nietzsche

14L’une des pistes qui offriraient sans doute une clé de lecture du Taccuino segreto nous oriente vers un fragment auquel nous sommes tentés de donner une place privilégiée dans l’économie générale du discours pavésien :

  • 41 « Perché nel ’40 ti sei messo a studiare il tedesco ? Quella voglia che ti pareva soltanto commerci (...)

Pourquoi en 1940 tu t’es mis à apprendre l’allemand ? Cette envie qui te paraissait uniquement commerciale était l’impulsion de ton inconscient te dictant d’entrer dans une nouvelle réalité. Un destin. Amor fati41.

  • 42 Francesca Belviso, Amor fati…, op. cit., p. 4.
  • 43 Ibid., p. 13 (n.).

15Un volet très peu connu de la biographie pavésienne révèle que l’écrivain fut un passionné de la langue et de la culture allemandes. Pourtant, dans l’histoire de la réception pavésienne, la germanophilie inhérente au parcours de l’écrivain ne semble pas avoir attiré particulièrement l’intérêt des chercheurs. Comme nous avons déjà eu l’occasion de le souligner, les raisons idéologiques d’une telle lacune constituent un chapitre problématique dans l’histoire de la littérature critique pavésienne42. Pourtant, Pavese avait appris l’allemand en autodidacte dès son plus jeune âge et cette passion se prolongea à l’âge adulte. Elle est confirmée par les traductions que Pavese réalisa de plusieurs ouvrages de philosophes allemands et surtout par la découverte d’un manuscrit contenant 270 aphorismes nietzschéens que Pavese traduisit entre 1940 et 194543.

  • 44 Pour un témoignage récent de ce chapitre de la biographie pavésienne, voir Franco Ferrarotti, Al sa (...)
  • 45 Friedrich Nietzsche, Der Wille zur Macht. Versuch einer Umwertung aller Werte, Leipzig, Neumann, 19 (...)

16Pendant les mois sombres qui suivirent l’armistice italien en 1943, Pavese vécut caché dans le monastère Trevisio de Casale Monferrato sous une fausse identité et se consacra entièrement au travail de traducteur44. Parmi les textes qui firent l’objet d’un travail particulièrement attentif de la part de l’écrivain, on compte les deux premiers livres de Der Wille zur Macht (La Volonté de puissance) de Nietzsche45.

17Ce qu’il nous importe de souligner ici est que les pages du carnet secret portent les traces de références implicites et explicites à des concepts de morale et de politique appartenant à la dernière philosophie de Nietzsche, alors que dans les pages bien plus nombreuses du journal intime (ainsi que dans les paratextes), les références directes au philosophe allemand sont rares, d’ordre plus général, empreintes d’une prudence indéniable.

  • 46 Dans l’Italie fasciste, bien que la culture officielle ne se réclamât jamais d’un véritable héritag (...)

18Plusieurs fragments du carnet secret se rattacheraient donc directement au parcours de lecture effectué par l’écrivain jusqu’en 1943. On y retrouve sans surprise l’influence profonde de la lecture du philosophe de Bâle, notamment de La généalogie de la morale que Pavese avait lu et partiellement traduit en 1941 et de La volonté de puissance. Dans la question qui nous occupe, il est possible d’affirmer, suivant une patiente confrontation textuelle, que les notes du carnet révèlent l’appropriation de la langue du nietzschéisme fasciste46 et peuvent s’expliquer parfaitement sur la base de la filiation Nietzsche-Pavese.

19La thématique de la discipline capable de fournir un cadre et un socle aux hommes contre le chaos du monde fait l’objet d’une vaste réflexion de Nietzsche dans son analyse de la généalogie des pensées morales. Comme le christianisme, l’ordre de l’État permettrait aux hommes de retrouver leur essence grégaire sous le joug d’une force de domination.

  • 47 « E mostra ben che alla virtù latina o nulla manca o sol la disciplina… Il fascismo è questa discip (...)

20Selon la même logique, s’il est vrai comme l’affirme Pavese, qu’à la vertu latine ne manquait plus que le sens de la discipline, le fascisme (en tant que structure étatique forte et ordonnée) permettrait aux masses de vivre harmonieusement et aux Italiens de prospérer47. Ce constat pavésien puise ses racines dans la réflexion sur la naissance de « l’instinct grégaire » et l’importance de « la formation du troupeau » au sein de la civilisation occidentale élaborée dans un passage de La généalogie de la morale souligné, annoté et partiellement traduit par Pavese :

  • 48 Friedrich Nietzsche, La généalogie de la morale, in id., Œuvres philosophiques complètes, VII, text (...)

La « volonté de mutualité » qui n’est ainsi, volonté de former des troupeaux, des « communautés », des « cénacles », est vouée à faire réapparaître avec une force toute nouvelle la volonté de puissance qu’elle n’avait fait que réanimer : la formation des troupeaux est un progrès essentiel et une victoire dans la lutte contre la dépression. La croissance de la communauté fortifie aussi dans l’individu un renouveau d’intérêt qui le purge souvent de ce qu’il y a de plus personnel dans son découragement, son dégoût de lui-même48.

  • 49 « Forse il vero difetto di noi italiani è che non sappiamo essere atroci », Cesare Pavese, Il Taccu (...)

21Dans le prolongement de ces réflexions, Pavese annote à plusieurs reprises dans son carnet secret des pensées concernant la problématique de la cruauté et évoque notamment la difficulté pour le peuple italien de dépasser un seuil de dégoût face à des atrocités sans doute fatales, mais nécessaires. Le défaut des Italiens, aux yeux de l’écrivain, serait même de ne pas « savoir être atroces49 ». Cette assertion semble faire écho à un passage de La généalogie de la morale également souligné, annoté et traduit par l’écrivain :

  • 50 Friedrich Nietzsche, La généalogie de la morale, op. cit., p. 261.

Peut-être est-il permis d’admettre que le plaisir de la cruauté n’a pas vraiment disparu : il aurait seulement besoin, puisque aujourd’hui la douleur fait souffrir davantage, d’une certaine sublimation, d’un certain affinement, il lui faudrait notamment se présenter traduit en termes d’imagination et d’âme, paré de noms si rassurants qu’ils n’éveillent aucun soupçon chez l’hypocrite le plus délicat50.

  • 51 « Perfino Dostojevskij, il poeta della pietà, fa nel Diario d’uno scrittore l’elogio della guerra. (...)
  • 52 « Adesso sappiamo […] che cosa sia un’esperienza storica », ibid.

22Si Nietzsche avait parfaitement réussi à saisir l’essence du sentiment de la cruauté chez les hommes et à dresser une généalogie de la morale dans l’histoire, il ne serait pas allé assez loin dans son éloge de la guerre, selon Pavese. Dostoïevski, dans son Journal d’un écrivain aurait su comprendre et définir bien mieux que le philosophe de Bâle « la leçon de discipline, de sacrifice, de patrie que donne la guerre51 ». Dans un autre passage de son carnet, Pavese s’interroge sur le sens véritable de l’expérience historique qu’il est en train de vivre : « Nous savons maintenant […], ce qu’est une expérience historique52. » Les réflexions pavésiennes sur ce que représente la guerre pour lui et pour le peuple italien doivent être insérées sans doute dans une plus vaste analyse de l’histoire de la nation italienne et seraient encore une fois redevables de la lecture de Nietzsche, plus précisément de La volonté de puissance.

  • 53 « Tutte queste storie di atrocità naz.[ziste] che spaventano i borghesi, che cosa sono di diverso d (...)
  • 54 Cette réflexion prendrait son essor précisément à partir de la lecture du fragment 869 de La volont (...)

23La conception de l’histoire comprise comme répétition aveugle des mêmes typologies humaines et culturelles se niche dans plusieurs aphorismes nietzschéens et notamment dans le premier livre de La Volonté de puissance consacré à l’histoire du nihilisme européen qui a fait l’objet d’une traduction complète de la part de Pavese. Suivant cette même interprétation, il ne s’agira plus, comme l’explique l’écrivain turinois, de considérer tout conflit armé comme une lutte entre peuples et nations ; il s’agira plutôt de concevoir tout conflit comme une joute entre « âmes nationales » qui s’affrontent dans un cycle continu au sein de l’Histoire universelle. C’est précisément dans cette logique que, selon Pavese, les atrocités d’Hitler peuvent être parfaitement comparées à celles des protagonistes de la Terreur sous la Révolution française53, car elles s’insèrent dans une plus vaste perspective métahistorique dans laquelle on assiste à l’opposition entre différentes typologies de « volonté de puissance »54.

Pour une « transmutation » du peuple italien

  • 55 Pour un efficace panorama de la problématique, voir, entre autres, Wolfgang Müller-Lauter, Nietzsch (...)
  • 56 Gianni Vattimo, I significati della volontà di potenza, in id., Il soggetto e la maschera. Nietzsch (...)
  • 57 « Ce ne sont plus alors seulement les fonctions de la vie organique qui sont redevables de la volon (...)
  • 58 Ibid., p. 35.
  • 59 Friedrich Nietzsche, Fragments posthumes. Automne 1887-mars 1888, textes et variantes établis par G (...)
  • 60 « La volonté de puissance est la multiplicité des forces dont le mode relationnel est la lutte », W (...)
  • 61 Friedrich Nietzsche, Fragments posthumes. Automne 1887-mars 1888, op. cit., p. 23.
  • 62 Ibid., p. 84-85.

24À ce stade avancé de notre enquête, la notion de « volonté de puissance » nécessite une ébauche d’analyse55. Loin de faire référence à une simple volonté de suprématie sur les autres, elle serait une entité autrement plus complexe. La « volonté de puissance » est d’abord le nom que Nietzsche donne à tout phénomène du monde, car elle serait l’essence même de la vie56, une essence commune à tout ce qui est57. Toutefois cette essence « n’est pas un sujet ou une chose mais l’être comme relation des forces58 ». Autrement dit, ce concept doit être compris d’abord comme une relation d’action et réaction, d’attaque et de résistance entre différentes forces : « La volonté de puissance ne peut se manifester qu’au contact de résistances ; elle recherche ce qui lui résiste – tendance originelle du protoplasme59. » La « volonté de puissance » fait donc d’abord référence à un monde de relations et elle est essentiellement un processus ; elle est en outre et surtout un processus sans sujet60. Mais si la « volonté de puissance » n’a pas de sujet à proprement parler, elle possède en revanche une orientation précise : elle tend vers un accroissement. Finalement cette « volonté », ce processus sans sujet et visant un accroissement permanent n’est rien d’autre pour Nietzsche que « l’expression des formes de croissance de la puissance61 ». Il s’agit en l’occurrence d’une notion extrêmement riche qui est concevable sur le mode d’une lutte, mais d’une lutte particulière, car le triomphe n’est pas l’anéantissement de l’autre mais son assimilation visant l’auto-accroissement. Comme l’explique Nietzsche : « L’appropriation et l’incorporation constituent avant tout un vouloir surmonter, former, qui transforme et adapte, jusqu’à ce qu’enfin le surmonté soit totalement passé dans la puissance de l’agresseur et ait augmenté celui-ci62. »

  • 63 Ibid., p. 85.

25Pour le problème qui nous occupe, la « volonté de puissance » est un processus visant une forme particulière d’enrichissement, celui de l’âme d’un peuple, afin que soient réalisées les conditions pour l’avènement d’une « espèce plus forte63 ».

  • 64 Francesca Belviso, Amor fati…, op. cit., p. 56.
  • 65 « Questa è la guerra delle personalità. Gli italiani di M[ussolini], i tedeschi di H[itler], gli sp (...)
  • 66 Ibid., p. 43-112.
  • 67 Cf. Patrick Wotling, Nietzsche et le problème de la civilisation, Paris, PUF, 1991, p. 358.
  • 68 Friedrich Nietzsche, Fragments posthumes. Automne 1887 – mars 1888, p. 30. La version italienne de (...)

26On comprend alors mieux la conception d’une « volonté de puissance » appliquée à ce que Pavese définit dans son carnet comme l’« âme nationale » ou, dans sa traduction nietzschéenne, comme « la misura dell’altezza dell’anima64 ». Celle-ci serait à comprendre exactement comme un amas d’entités donnant lieu à une « personnalité ». Un chef d’État ne serait que la provisoire et transitoire incarnation de la personnalité particulière de tout un peuple65. Or, s’il est vrai que la détermination centrale de la volonté de puissance serait la capacité à assimiler pour « dépasser », ce qui doit être surmonté selon Nietzsche est précisément la fixation de la civilisation, et donc de chaque peuple qui la compose, dans une personnalité particulière, à savoir le « nihiliste passif » prédominant dans la culture occidentale. L’attaque violente de Pavese contre la faiblesse et la lâcheté des Italiens pourrait s’expliquer et se comprendre suivant cette logique. En effet, comme l’explique Nietzsche dans un chapitre de La volonté de puissance portant sur les causes du nihilisme européen entièrement traduit par Pavese66, le problème qui se pose à l’Europe est un choix de culture67, à savoir quel type d’homme faut-il éduquer pour qu’il puisse intégrer le projet de transvaluation des valeurs, impliquant que « leur modification [est] fonction de l’accroissement de puissance de celui qui institue les valeurs68 ».

  • 69 Friedrich Nietzsche, Fragments posthumes. Automne 1887 – mars 1888, op. cit., p. 110. Ce passage es (...)
  • 70 Cette interprétation de la volonté de puissance comme processus sélectif qui semble la plus proche (...)

27Véritable antithèse du modèle nihiliste issu de la culture platonico-chrétienne qui refuse les conditions fondamentales de l’existence, le peuple italien, renouvelé par l’expérience vivifiante de la guerre, devra incarner en ce sens l’accord parfait avec les exigences (parfois terrifiantes) de la vie, en acceptant même les aspects les plus « affreux et suspects de l’existence69 ». L’âme italienne, comme cette âme allemande tant admirée par Pavese, ne pourra surgir qu’au sein d’un peuple qui croit profondément en sa destinée, et qui garde l’espoir de graver son nom dans l’Histoire en s’annulant perpétuellement dans l’action. Ce projet d’amélioration et d’évolution de tout un peuple aurait donc une visée éminemment sélective et créatrice70. Comme l’explique Pavese dans un passage particulièrement saisissant du carnet :

  • 71 « Ach ! Quando mai si vuole un destino ? – Ci vuole l’amor fati di Nietzsche. La guerra è destino c (...)

Ach ! Quand est-ce qu’on veut une destinée ? Il faut l’Amor fati de Nietzsche. La guerre est une destinée comme l’amour […]. Maintenant tu as tout simplement découvert en toi – sous l’impulsion du dégoût – ton vrai intérêt […], la destinée d’un peuple dont tu fais partie. Boden und Blut. C’est ainsi qu’on dit ? Ces gens ont su trouver la vraie expression71.

  • 72 « Come nella grande poesia bisogna aver toccato il fondo del dolore per salire alle vette, così in (...)
  • 73 Ibid., p. 17. Cette interprétation serait redevable de la lecture de Karl Löwith. L’importante étud (...)

28La jonction profonde entre la « volonté de puissance » et la naissance possible d’une âme nationale selon la conception pavésienne exprimée dans ses notes du carnet – dans la ligne droite de la leçon nietzschéenne – apparaîtrait donc au grand jour. Seul un peuple italien qui saura toucher le fond de sa propre douleur72 pourra sortir véritablement gagnant de l’expérience inouïe d’une guerre mondiale. C’est ainsi que les Italiens seront à même non seulement de « vouloir », mais aussi, et surtout, d’« aimer » (Amor fati, martèle Pavese dans son carnet) leur « transmutation » définitive vers « une grande destinée imminente73 ».

Haut de page

Notes

1 Thierry Hentsch, Les Amandiers, Guimaëc, CapLan & Co éditeur, 2002, p. 31-32.

2 Eugenio Garin, La cultura italiana tra ’800 e ’900. Studi e ricerche, Bari, Laterza, 1962.

3 Angelo d’Orsi précise que l’« européisme » de la génération de Piero Gobetti était un phénomène essentiellement culturel ; il impliquait d’un côté l’ouverture à la littérature étrangère (en opposition à la fermeture de la propagande culturelle fasciste) et de l’autre un fort sentiment moral. L’antifascisme culturel turinois était interprété par certains de ses plus insignes représentants tels que Norberto Bobbio, comme un phénomène qui plongea ses racines dans la tradition inaugurée par Gobetti. Voir Angelo d’Orsi, La cultura a Torino tra le due guerre, Torino, Einaudi, 2000, p. 73-96.

4 Il suffit d’évoquer les deux revues fondées par Piero Gobetti, La Rivoluzione liberale et Il Baretti.

5 Pour un approfondissement de la thématique, voir Francesca Belviso, « Pavese et les traducteurs d’Einaudi : un exemple de militantisme culturel sous le fascisme », Traduire, no 233, décembre 2015, p. 85-95.

6 Norberto Bobbio, Trent’anni di storia della cultura italiana a Torino (1920-1950), Torino, CRT, 1977.

7 Ibid., p. 21-22.

8 Angelo d’Orsi, La cultura a Torino tra le due guerre, op. cit., p. 357-358.

9 Dans cette minorité de vrais résistants Leone Ginzburg fit figure de héraut. Voir Angelo d’Orsi, « Un suscitatore di cultura », in Nicola Tranfaglia (dir.), L’itinerario di Leone Ginzburg, Torino, Bollati Boringhieri, 1996, p. 68-111.

10 « […] L’apolitico Pavese, vive chiuso in un mondo segreto, toccato da un’atmosfera mitica, un mito che spazia dall’Ellade lontana fino a Moby Dick », Angelo d’Orsi, La cultura a Torino tra le due guerre, op.cit., p. 309-310. Les pôles extrêmes de l’histoire de l’engagement politique de l’écrivain peuvent se réduire schématiquement à trois dates significatives. En 1932 Pavese prit sa carte au parti fasciste ; en 1934 il fut arrêté pour militantisme culturel antifasciste ; en 1945 il prit sa carte au Parti communiste. Bien qu’apparemment contradictoires, ses choix répondaient en réalité à une même tendance de fond. Pavese fut à la fois un fasciste, un antifasciste, puis un communiste malgré lui.

11 Dans la nuit du 27 août 1950 Pavese se suicida avec une dose massive de somnifères dans une chambre de l’hôtel Roma, à Turin, à l’âge de 42 ans.

12 Cesare Pavese, Il mestiere di vivere, Torino, Einaudi, 1952.

13 Il suffit de penser au jugement sévère de Moravia qui eut un rôle majeur dans l’histoire de la réception pavésienne. Cf. Alberto Moravia, Pavese decadente, in id., L’uomo come fine e altri saggi, Milano, Bompiani, 1964, p. 187-191.

14 Dans cette perspective, voir surtout Carlo Muscetta, Per una storia di Pavese e dei suoi racconti, in id., Letteratura militante, Firenze, Parenti, 1953, p. 120-145.

15 Lorenzo Mondo, « Pavese, il Taccuino segreto », La Stampa, 8 agosto 1990, p. 15-17. Les critiques ne sont pas pour autant unanimes sur la datation exacte de ce document et certains arrivent même à mettre en doute son authenticité à cause de la perte des supports originaux.

16 Voir, à ce propos : Mario Baudino, « Pavese fu un vero antifascista ? Nei ricordi di Fernanda Pivano, Luisa Sturani, e Giancarlo Pajetta », La Stampa, 9 agosto 1990, p. 15 ; Pierluigi Battista, « A colloquio con Carlo Muscetta », Tuttolibri, n. 715, 11 agosto 1990, p. 1 ; Giancarlo Pajetta, Gianni Vattimo, « Pavese i dubbi, il fascismo, la guerra. Dobbiamo davvero stupirci di quegli appunti ? La discussione tra Pajetta e Vattimo », La Stampa, 12 agosto 1990, p. 16 ; Bruno Schacherl, « Quel vizio assurdo di essere poeta, A colloquio con Natalia Ginzburg », L’Unità, 12 agosto 1990, p. 15-17.

17 « Un giorno, al ritorno da una di quelle spedizioni, trovai fra altre cose un bloc-notes a carta quadrettata, scritto per lo più a matita, in cui compariva la grafia inconfondibile dello scrittore », Lorenzo Mondo, « Pavese, il Taccuino segreto », art. cit., p. 15.

18 Après la mort de Pavese en 1950, Italo Calvino joua un rôle de plus en plus important au sein de la maison d’édition turinoise Einaudi jusqu’au milieu des années 1960.

19 « Una rapida scorsa mi lasciò turbato. […] quello scritto andava al di là di ogni aspettativa, colpiva come un pugno nello stomaco. Andai da Calvino che stava dietro la sua scrivania. Mentre sfogliava il taccuino, la sua faccia mi pareva ancora più pallida e magra. Disse che non ne sapeva niente e stette a guardarmi in silenzio meditabondo. Pensai, a grande velocità, che per il momento era opportuno mantenere il riserbo sul testo. Al di là delle probabili e legittime opposizioni della famiglia, c’era da esporsi alle accuse e al rischio delle speculazioni volgari. Non lo meritava la famiglia, non lo meritava Pavese », Lorenzo Mondo, « Pavese, il Taccuino segreto », art. cit., p. 15.

20 Angelo d’Orsi, « Il caso Pavese-Nietzsche », in Francesca Belviso, Amor fati. Pavese all’ombra di Nietzsche. La volontà di potenza nella traduzione di Cesare Pavese, Torino, Aragno, 2015, p. ix.

21 Cesare Pavese, « La volontà di potenza », in Francesca Belviso, Amor fati, op. cit., p. 41-178.

22 Voir Lorenzo Mondo, « Pavese, verrà il Superuomo e avrà i tuoi occhi », La Stampa, 29 marzo 2016, p. 34-35.

23 Cf. Angelo d’Orsi, « Il caso Pavese-Nietzsche », art. cit., p. xvii. Pour un approfondissement de la thématique du désengagement de Pavese, voir Monica Lanzillotta, La parabola del disimpegno. Cesare Pavese e un mondo editoriale, Rende, Centro editoriale e Librario, 2001.

24 « Stupido come un antifascista, chi è che lo diceva ? […] Una cosa fa rabbia. Gli antifascisti sanno tutto, superano tutto, ma quando discutono, litigano soltanto. […] Solo gli antif[ascisti] sanno il pregio del f[ascismo] : tutto ciò che loro manca. E s’è visto che mancavano di tutto. » Cesare Pavese, Il Taccuino segreto, op. cit., p. 16-17.

25 « Il fascismo è questa disciplina. Gli italiani mugugnano, ma insomma gli fa bene […]. Se soltanto il fascismo troncasse veramente gli indugi e si liberasse degli sfruttatori, come non seguirlo ? », ibid.

26 « Gli intellettuali hanno contato troppo nella vita italiana. Essi sono vili, litigiosi, vanitosi », ibid., p. 17.

27 « Lo sanno gli italiani che gli inglesi si dicono che dove è caduto un inglese “is forever english” ? Gli italiani che muoiono – domani potresti essere tu – rendono per sempre italiana quella terra », ibid., p. 16.

28 « I generali fanno i fessi se non peggio, i semplici caporali o i soldati scelti fanno la storia. E sono scrittori (Diario e M. Kampf) », ibid.

29 « Bisogna tornare allo Stato, alle personalità politiche, superiori a quelle della cultura. Dicono che sarebbe barbarie, ma non è vero. Sarebbe ordine », ibid., p. 17.

30 « In fondo era un enorme malinteso. Il manifesto di Verona – purché sia sincero – mostra la tendenza che qualcuno auspicava da anni. Nessuno può negare che di fronte all’inconcludenza di agosto, esso affronti la responsabilità. Purché sia sincero. Perché non dovrebbe esserlo ? Siamo in un momento in cui non abbiamo più nulla da perdere », ibid.

31 Les déclarations les plus intransigeantes furent sans doute celles de Pajetta qui n’hésita pas à définir son ami d’hypocrite, lâche et déserteur et Fernanda Pivano qui parla de « coup de poignard dans le dos ». Voir Mario Baudino, « Pavese fu vero antifascista ? », art. cit., p. 15.

32 Voir Mariarosa Masoero, « Cesare Pavese e la guerra : piccola antologia », in Mariarosa Masoero, Angelo d’Orsi (dir.), Pavese e la guerra, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2004, p. 3-14.

33 Cesare Pavese, Le Métier de vivre, édition intégrale établie sur manuscrit accompagnée d’un choix de lettres, traductions de Michel Arnaud et Gilbert Moget, nouvelles traductions et révisions par Martin Rueff, in id., Œuvres, Paris, Gallimard, 2008, p. 1437.

34 Ibid., p. 1522.

35 Ibid., p. 1552.

36 Cesare Pavese, Il Taccuino segreto, op. cit., p. 17.

37 « Noi siamo entrati in guerra poco preparati eppure resistiamo da due anni (ag.’42). Chi l’avrebbe detto ? Quando sarà finita dovrai rivedere tuttte le tue idee sull’anima nazionale. Non sapevi che esisteva, eppure eccola ! », ibid., p. 16.

38 Filippo Tommaso Marinetti, Manifestes du Futurisme, présentation de Giovanni Lista, Paris, Séguier, « Carré d’art », 1996.

39 Cesare Pavese, Le Métier de vivre, op.cit., p. 1705-1706.

40 À titre illustratif, nous choisissons deux affirmations lapidaires mais l’on pourrait multiplier les exemples. Le premier aveu se trouve dans une lettre de 1935 : « Unico mio disinteresse – ab aeterno e parlo colla mano sul cuore – la letteratura politica », Cesare Pavese à Alberto Carocci, in id., Lettere 1924-1944, a cura di Lorenzo Mondo, Torino, Einaudi, 1966, p. 454. La deuxième référence se lit dans une lettre datant de 1945 : « Per “sentire” la politica devo fare uno sforzo », Cesare Pavese à Bianca Garufi, in Una bellissima coppia discorde, il carteggio tra Cesare Pavese e Bianca Garufi (1945-1950), a cura di M. Masoero, Firenze, Olschki, 2011, p. 16.

41 « Perché nel ’40 ti sei messo a studiare il tedesco ? Quella voglia che ti pareva soltanto commerciale, era l’impulso del subcosciente a entrare in una nuova realtà. Un destino. Amor fati», Cesare Pavese, Il Taccuino segreto, op. cit., p. 17.

42 Francesca Belviso, Amor fati…, op. cit., p. 4.

43 Ibid., p. 13 (n.).

44 Pour un témoignage récent de ce chapitre de la biographie pavésienne, voir Franco Ferrarotti, Al santuario con Pavese. Storia di un’amicizia, Bologna, Edizioni Dehoniane, 2016.

45 Friedrich Nietzsche, Der Wille zur Macht. Versuch einer Umwertung aller Werte, Leipzig, Neumann, 1906. Depuis le travail philologique fourni par Giorgio Colli et Mazzino Montinari qui ont réalisé la première édition critique des œuvres complètes de Nietzsche, nous savons que cet ouvrage a été le fruit d’une manipulation patente de la part de ses éditeurs, Elisabeth Förster-Nietzsche et Peter Gast. À présent les pseudo-aphorismes de La volonté de puissance sont redistribués dans l’ordre chronologique dans les douze volumes des fragments posthumes de l’édition critique Colli-Montinari parue chez Gallimard. Voir Mazzino Montinari, « La volonté de puissance » n’existe pas, Paris, Éd. de l’Éclat, 1996.

46 Dans l’Italie fasciste, bien que la culture officielle ne se réclamât jamais d’un véritable héritage nietzschéen, le philosophe de Bâle était perçu comme l’un des inspirateurs, et même l’un des précurseurs de l’idéologie politique mussolinienne par une vulgate solidement répandue. Cf. Antimo Negri, Nietzsche nella pianura : gli uomini e la città, Milano, Spirali / Vel, 1993, p. 209‑225.

47 « E mostra ben che alla virtù latina o nulla manca o sol la disciplina… Il fascismo è questa disciplina. Gli italiani mugugnano, ma insomma gli fa bene », Cesare Pavese, Il Taccuino segreto, op. cit., p. 16.

48 Friedrich Nietzsche, La généalogie de la morale, in id., Œuvres philosophiques complètes, VII, textes et variantes établis par Giorgio Colli et Mazzino Montinari, traduits de l’allemand par Cornélius Heim, Isabelle Hildenbrand et Jean Gratien, Paris, Gallimard, 1971, p. 323.

49 « Forse il vero difetto di noi italiani è che non sappiamo essere atroci », Cesare Pavese, Il Taccuino segreto, op. cit., p. 16.

50 Friedrich Nietzsche, La généalogie de la morale, op. cit., p. 261.

51 « Perfino Dostojevskij, il poeta della pietà, fa nel Diario d’uno scrittore l’elogio della guerra. Come mai ? Capiva la lezione di disciplina, di sacrificio, di patria che la guerra dà. In questo è più completo di Nietzsche, e a lui superiore », Cesare Pavese, Il Taccuino segreto, op. cit., p. 16.

52 « Adesso sappiamo […] che cosa sia un’esperienza storica », ibid.

53 « Tutte queste storie di atrocità naz.[ziste] che spaventano i borghesi, che cosa sono di diverso dalle storie sulla rivoluzione francese che pure ebbe la ragione dalla sua ? Se anche fossero vere, la storia non va coi guanti », ibid., p. 16.

54 Cette réflexion prendrait son essor précisément à partir de la lecture du fragment 869 de La volontà di potenza qui présente, dans l’exemplaire de Pavese, d’abondantes marques de lecture, des notes écrites en marges, des listes de lexique et un partiel exercice de traduction. Le livre est conservé aujourd’hui au Centro interuniversitario di studi di letteratura italiana in Piemonte Guido Gozzano-Cesare Pavese à Turin.

55 Pour un efficace panorama de la problématique, voir, entre autres, Wolfgang Müller-Lauter, Nietzsche. Physiologie de La Volonté de puissance, traduit de l’allemand par Jeanne Champeaux, textes réunis et précédés de Le Monde de la Volonté de puissance par Patrick Wotling, Paris, Allia, 1998.

56 Gianni Vattimo, I significati della volontà di potenza, in id., Il soggetto e la maschera. Nietzsche e il problema della liberazione, Milano, Bompiani, 2007, p. 357.

57 « Ce ne sont plus alors seulement les fonctions de la vie organique qui sont redevables de la volonté de puissance, mais l’ensemble de ce qui est », Pierre Montebello, La volonté de puissance, Paris, PUF, 2001, p. 11.

58 Ibid., p. 35.

59 Friedrich Nietzsche, Fragments posthumes. Automne 1887-mars 1888, textes et variantes établis par Giorgio Colli et Mazzino Montinari, traduits de l’allemand par Pierre Klossowski, in id., Œuvres philosophiques complètes, XIV, Paris, Gallimard, 1976, p. 84.

60 « La volonté de puissance est la multiplicité des forces dont le mode relationnel est la lutte », Wolfgang Müller-Lauter, Nietzsche. Physiologie de La Volonté de puissance, op. cit., p. 47. Il est utile de rappeler que le plus important dans la formule der Wille zur Macht (volonté vers la puissance) est précisément ce « zur », qui traduit le processus du phénomène.

61 Friedrich Nietzsche, Fragments posthumes. Automne 1887-mars 1888, op. cit., p. 23.

62 Ibid., p. 84-85.

63 Ibid., p. 85.

64 Francesca Belviso, Amor fati…, op. cit., p. 56.

65 « Questa è la guerra delle personalità. Gli italiani di M[ussolini], i tedeschi di H[itler], gli spagnoli di F[ranco]. Si torna alla concezione epica. Ricorso vichiano », Cesare Pavese, Il Taccuino segreto, op. cit., p. 16. Dans cette même perspective, voir la traduction pavésienne de l’aphorisme 135 de La volonté de puissance, in Francesca Belviso, Amor fati…, op. cit., p. 112‑113.

66 Ibid., p. 43-112.

67 Cf. Patrick Wotling, Nietzsche et le problème de la civilisation, Paris, PUF, 1991, p. 358.

68 Friedrich Nietzsche, Fragments posthumes. Automne 1887 – mars 1888, p. 30. La version italienne de ce passage rédigée par Pavese est la suivante : « I valori e il loro mutarsi sono in rapporto con gli incrementi di potenza di chi pone il valore », La volontà di potenza nella traduzione di Cesare Pavese, in Francesca Belviso, Amor fati…, op. cit., p. 50.

69 Friedrich Nietzsche, Fragments posthumes. Automne 1887 – mars 1888, op. cit., p. 110. Ce passage est souligné et partiellement traduit par Pavese.

70 Cette interprétation de la volonté de puissance comme processus sélectif qui semble la plus proche de la pensée pavésienne se trouve dans Gilles Deleuze, Nietzsche, Paris, PUF, coll. « Philosophes », 1965, p. 37.

71 « Ach ! Quando mai si vuole un destino ? – Ci vuole l’amor fati di Nietzsche. La guerra è destino come l’amore. […] Semplicemente ora hai scoperto dentro – sotto la spinta del disgusto – il vero interesse […] il destino di un popolo di cui fai parte, Boden und Blut – si dice così ? Questa gente ha saputo trovare la vera espressione », Cesare Pavese, Il Taccuino segreto, op. cit., p. 16.

72 « Come nella grande poesia bisogna aver toccato il fondo del dolore per salire alle vette, così in questa nostra Italia », ibid., p. 16.

73 Ibid., p. 17. Cette interprétation serait redevable de la lecture de Karl Löwith. L’importante étude de ce dernier sur Nietzsche était en effet connue par Pavese qui en possédait un exemplaire dans sa bibliothèque. Cf. Karl Löwith, Da Hegel a Nietzsche, traduzione di Giorgio Colli, Torino, Einaudi, 1949 [Karl Löwith, Von Hegel bis Nietzsche, Zurich, Europa Verlag, 1941]. Cet ouvrage sera publié en France seulement en 1969 [De Hegel à Nietzsche, traduit de l’allemand par Rémi Laureillard, Paris, Gallimard, 1969].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesca Belviso, « Le peuple italien vu par un intellectuel (dés)engagé », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 461-476.

Référence électronique

Francesca Belviso, « Le peuple italien vu par un intellectuel (dés)engagé », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/6397 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.6397

Haut de page

Auteur

Francesca Belviso

Université de Picardie Jules Verne / LECEMO, Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals