Navigation – Plan du site
Typifications discursives, sociales et politiques des migrants

Les stéréotypes linguistiques et les expressions au sens métaphorique

L’étude du terme migrant dans les discours politique et médiatique
Yulia Yurchenko
p. 267-303

Résumés

Nous souhaitons nous interroger sur les propriétés qualificatives du terme migrant et sur les mécanismes de la combinatoire du mot migrant et de ses dérivés avec d’autres mots employés au sens métaphorique (par exemple, flou migratoire). Aussi, nous cherchons à identifier les mécanismes qui permettent d’examiner les expressions métaphoriques qui remplacent le terme migrant dans les textes médiatiques et politiques en russe, en français et en espagnol. Nous voudrions donc proposer une analyse linguistique des caractéristiques stéréotypiques qui s’associent, au cours des dix dernières années, à la notion du sujet migrant en tant qu’« autre », et qui rendent possible la genèse des métaphores.

Haut de page

Texte intégral

1La compréhension scientifique du stéréotype en tant que noyau conceptuel (le « préconstruit » selon Michel Pêcheux ou le « stéréotype de pensée » dans la terminologie de Charlotte Schapira) et l’approche sémantique de la stéréotypie conçue par Hilary Putnam et développée par Bernard Fradin et Jean-Claude Anscombre, sont des conceptions fondamentalement différentes et multidirectionnelles.

  • 1 Bernard Fradin, « Anaphorisation et stéréotypes nominaux », Lingua, n° 64, 1984, p. 326.
  • 2 Par exemple, chez Henri Boyer, De l’autre côté du discours. Recherches sur le fonctionnement des re (...)

2Les deux principes, ou compréhensions, (a) le stéréotype en tant que représentation conventionnelle, schématique de l’objet, (b) le stéréotype en tant que « suite ouverte (c’est-à-dire non finie) d’énoncés » associée à une unité lexicale1, affectent l’un comme l’autre à la fois le cadre conceptuel et l’expression linguistique matérielle. Cependant, les recherches dans le cadre de ces deux approches scientifiques vont, si l’on peut dire, dans des directions opposées : (a) de l’idée abstraite du sujet à l’ensemble de ses expressions linguistiques matérielles ; (b) du signe linguistique à la découverte de sa signification – des « phrases stéréotypées », des connotations, de l’intension. Autrement dit, les chercheurs pour lesquels un stéréotype est une image mentale stable, simplifiée, émotionnellement colorée, passent d’une représentation mentale standardisée de la réalité donnée à une incarnation linguistique du concept en question. Dans les ouvrages consacrés principalement à l’analyse du discours politique et de sa sémiologie, nous pouvons constater que les stéréotypes sont examinés par les auteurs précisément en tant que structures de l’imaginaire ethnosocioculturel collectif2. Ainsi, les chercheurs acceptent une idée abstraite existante d’une chose quelconque, et, à partir de ce préconstruit, ils observent, dans le domaine de la politique, son éventuelle forme linguistique et sa représentation visuelle. Il s’agit donc de l’étude des phénomènes de figement représentationnel, de l’observation du fonctionnement des « images dans nos têtes », de la création et de la modification, par les auteurs de textes politiques et médiatiques, des stéréotypes de pensée et de leurs incarnations dans la langue.

  • 3 Pour l’explication du terme « phrase stéréotypique », cf. Jean-Claude Anscombre, « Le rôle du lexiq (...)
  • 4 On peut nommer à ce titre quelques ouvrages classiques de référence : Igor A. Mel’čuk, André Clas, (...)
  • 5 En linguistique, il existe une compréhension très productive du stéréotype en tant qu’expression st (...)

3En contraste avec ceci, dans le cadre de l’approche linguistique sémantique, le stéréotype est plutôt l’outil de recherche. À partir de l’idée qu’un lexème est porteur d’une liste non-finie de propriétés stéréotypiques (ou « phrases stéréotypiques », selon Anscombre3) qui forme son stéréotype, le contenu des lexèmes et des phrasèmes est étudié, ainsi qu’un large éventail de questions liées à la compatibilité, à la combinatoire, à la formation des unités phraséologiques et d’autres expressions figées4. En tant que concept linguistique, le stéréotype indique que le contenu et/ou la forme d’une unité lexicale est stable5.

4Compte tenu de la différence fondamentale de « direction » des deux conceptions principales, il nous semble nécessaire, tout d’abord, de choisir une seule approche pour l’étude du phénomène de stéréotypie : les observations que nous présentons ci-après s’inscrivent dans le cadre de la conception sémantique.

5L’article mettra en relief les propriétés qualificatives formant le stéréotype du nom migrant, ensuite, nous observerons les éléments linguistiques métaphoriquement repensés qui se combinent avec le terme migrant, ainsi que les éléments au sens métaphorique qui n’entrent pas en relation combinatoire, mais qui sont utilisés pour remplacer complètement le mot migrant et ses dérivés. Après avoir défini la notion du modèle métaphorique, nous montrerons par quelques exemples comment le fonctionnement de la métaphore peut être examiné dans un texte politique, et comment les propriétés qualificatives formant le stéréotype, attribuées au même mot, peuvent varier en fonction de l’idéologie de l’énonciateur.

6Travaillant surtout dans le domaine des Études Slaves, nous avons essentiellement concentré le corpus ayant servi de base au présent travail autour de la langue russe et de la réalité socio-politique en Russie. Nous souhaitions cependant enrichir l’analyse par une approche comparative et avons également introduit plusieurs exemples tirés de textes en langues espagnole et française. Il s’agissait ainsi de mieux mettre en évidence la manière dont ces trois systèmes de langues reflètent les représentations mentales liées au terme migrant.

  • 6 La liste des institutions journalistiques et des organismes publics dont nous avons consulté les re (...)
  • 7 La liste des institutions et des organismes publics dont nous avons utilisé les ressources au cours (...)

7Lesdits exemples sont extraits du corpus constitué d’articles issus des médias d’orientation socio-politique, ainsi que de textes médiatiques qui citent les discours des représentants de différentes institutions et forces politiques de l’État6. Tous les textes analysés sont liés à la thématique de la migration. Ils ont été publiés au cours des dix dernières années en russe, en espagnol ou en français, ils sont adressés au grand public et peuvent être considérés en tant qu’expressions linguistiques d’une certaine action politique. Afin de mieux comprendre l’objet de notre étude linguistique et les facteurs extralinguistiques associés, nous avons également étudié des articles issus d’organisations non-gouvernementales et (inter)gouvernementales, ainsi que des documents qui portent sur les données statistiques7. Les méthodes de travail avec le corpus ont été les suivantes : analyse discursive, analyse contextuelle, description sémantique, classification et méthode de comparaison des faits linguistiques observés. Les noms et certains fragments du corpus en cyrillique sont translittérés selon la norme dite scientifique.

  • 8 Le potentiel pragmatique du texte est défini comme une capacité du texte à exercer une influence su (...)

8Grâce à l’analyse des caractéristiques stéréotypiques, et à travers l’étude de la métaphore et des concepts connexes (constructions métonymiques, synecdoques, comparaisons), on peut suivre l’évolution sémantique globale des textes politiques, étudier leur potentiel pragmatique8et les fonctions que les stéréotypes de pensée et de langue – anciens, nouveaux, très récemment apparus ou artificiellement et intentionnellement créés – peuvent remplir dans le discours politique et médiatique afin d’influencer l’opinion publique.

  • 9 Cf. en particulier les travaux des auteurs Daniel Katz, Kenneth W. Braly, Uta Quasthoff, Jerzy Bart (...)
  • 10 Un commentaire de Walter Lippmann suffira pour se convaincre de l’importance des représentations st (...)

9En linguistique, plusieurs ouvrages significatifs et détaillés ont été consacrés spécifiquement aux modèles de représentation des stéréotypes ethniques9. Des études ont été réalisées en tenant compte des autostéréotypes et des hétérostéréotypes, sur la base de textes journalistiques et littéraires, des données des dictionnaires et des résultats des sondages. Dans l’étude de la « stéréotypie ethnique », les chercheurs accumulent et typologisent des modèles linguistiques de représentation des stéréotypes issus des images et des schémas culturels préexistants qui filtrent et qui organisent la réalité qui nous entoure10.

  • 11 Ruth Amossy, Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société, Paris, Arm (...)

Selon Lippmann, ces images sont indispensables à la vie en société. Sans elles, l’individu resterait plongé dans le flux et le reflux de la sensation pure : il lui serait impossible de comprendre le réel, de le catégoriser ou d’agir sur lui11.

  • 12 А. П. Чудинов, Политическая лингвистика, Москва, Флинта, Наука, 2008, c. 46. (Anatolij Čudinov, La (...)

10Les stéréotypes émergent par la force de deux tendances de la conscience humaine : le désir de spécificité, à savoir la convergence des entités abstraites avec des images concrètes, et la tendance à la simplification, au réductionnisme, dont l’essence est de mettre en valeur quelques caractéristiques pour désigner des phénomènes complexes12. C’est-à-dire que le stéréotype fait partie intégrante des mécanismes de la conscience et de la langue. On voudrait, cependant, émettre deux observations :

– un recours excessif aux caractéristiques stéréotypiques des objets et des sujets, ainsi que l’usage excessif des formules et des clichés dans le discours, provoquent la critique de la part du récepteur de l’énoncé, jusqu’au rejet complet ;
– en termes d’éthique, l’étude des stéréotypes ethniques est une affaire délicate et sensible, surtout si l’étude aborde des stéréotypes ethniques issus des systèmes linguistiques et sémiotiques de pays se trouvant dans une relation de conflit.

Analyse de corpus provenant de différentes sources : problème de la variabilité et du manque de clarté des propriétés qualificatives

  • 13 Nous reprenons ce résumé de l’approche théorique du stéréotype par Anscombre et par Fradin à Vladim (...)

11La variété des langues existantes témoigne de la diversité des représentations de la réalité objective, et de la diversité de la réalité objective même. Dans le contexte de différentes langues utilisées dans différents pays, les traits stéréotypiques attribués au terme migrant seront radicalement différents. C’est un fait évident. Mais à part cela, lorsqu’on a affaire à une masse relativement importante de textes, il devient clair qu’il existe une variation considérable et une fluctuation de ce que contient le terme migrant au sein de la même communauté linguistique. Cette observation empirique est parfaitement conforme aux propositions théoriques d’Anscombre et de Fradin, selon lesquelles la représentation sémantique associée à un nom ne se réduit pas à un nombre fini de propriétés mais représente une liste ouverte de caractéristiques sémantiques qui construisent le stéréotype d’un terme et définissent sa signification13.

12Les textes médiatiques se concentrant sur les questions politiques et sociales offrent à leurs lecteurs un regroupement complexe d’unités mentales telles que les concepts, les scénarios, les clichés, les représentations, qu’on peut analyser à travers l’étude de la stéréotypie linguistique, de la combinatoire et des expressions au sens métaphorique. Dans le cadre de cette étude, nous avons examiné des textes dans lesquels il était question de politique migratoire et des différents problèmes des migrants. Les difficultés rencontrées pour cataloguer les caractéristiques stéréotypiques du terme migrant se présentent non seulement au moment de la comparaison des données de plusieurs langues mais aussi lorsqu’on travaille avec une seule langue. « Le déjà dit » de la mémoire discursive est différent selon les énonciateurs, pour plusieurs raisons. Souvent, le terme général migrant est utilisé pour désigner des représentants d’un groupe ethnique très spécifique. Si l’on parle de l’immigration en Russie, le discours d’un leader politique ou le texte d’un article de presse peuvent couvrir la question des migrants venus des républiques d’Asie centrale ou des républiques du Caucase, ou encore d’Ukraine, de Biélorussie, etc. Pour autant, les signes stéréotypiques liés au terme migrant seront très différents. Les propriétés varient également si l’auteur parle de la migration de l’Amérique du Sud vers l’Espagne ou s’il évoque la présence africaine dans les villes espagnoles. En d’autres termes, dans certains cas, on attribue au terme migrant des propriétés qualificatives liées aux noms Chinois, Azerbaïdjanais, Tadjike, Biélorusse, Argentin, Équatorien, Marocain, etc. Les caractéristiques stéréotypiques peuvent rapidement être modifiées, même pour les migrants d’une nationalité donnée, en fonction de l’évolution de la situation politique. Ainsi, faire des recherches trop généralisées dans le domaine du stéréotype et de la métaphore peut induire certains risques. Le traitement non détaillé ou trop généralisé du terme migrant, sans prendre en considération la dimension ethnique, peut conduire à l’obtention de résultats chaotiques et contradictoires.

13De plus, il faut prendre en considération le fait que les représentants des différents courants politiques ainsi que les différents médias appartenant aux groupes de médias publics et privés ont des idéologies et des objectifs différents, et attribuent au terme migrant des caractéristiques stéréotypiques qui diffèrent beaucoup – en fonction des effets de communication que ces représentants veulent imposer à leur auditoire.

14Dans les textes des médias russes et dans les discours officiels des hommes politiques russophones, on peut trouver toute une palette de caractéristiques stéréotypiques attribuées au mot migrant. L’image du migrant, comme nous l’avons indiqué plus haut, forme une mosaïque, car la zone russophone est vaste et la diversité ethnique des populations autochtones et des immigrés est très grande. En outre, les médias produisent des textes médiatiques qui reflètent toute une variété de positions idéologiques. Toutefois, lorsqu’une masse significative de ces textes est accumulée, il devient possible de tirer quelques conclusions générales. Par exemple, nous avons constaté que pour les questions relatives aux réfugiés en provenance d’Asie et d’Afrique et se dirigeant vers les pays d’Europe occidentale et centrale, au cours des cinq dernières années, le discours du gouvernement russe et des médias pro-gouvernementaux a été similaire au discours des partis européens de centre droite et de droite – pour un certain nombre de déclarations principales et pour le choix des expressions linguistiques. Les organes de droite adoptent une posture idéologique dans laquelle le terme migrant est associé à une liste de phrases stéréotypiques aux valeurs négatives. Les caractéristiques stéréotypiques d’évaluation négative circulent dans les médias et, comme elles apparaissent dans des phrases et des expressions métaphoriques (ainsi que dans des images visuelles), ont un impact sur l’opinion publique.

Les stéréotypes et métaphores comme outils dans les discours politique et médiatique

  • 14 E. Бартминьский, Языковой образ мира: очерки по этнолингвистике, Москва, Индрик, 2005, c. 165. (Jer (...)

15Le linguiste et ethnologiste polonais Jerzy Bartmiński considère la généralisation subjective inexacte – attribution inconsciente d’une certaine propriété à tous les objets d’une même classe, réunis sous un nom donné – comme étant l’une des caractéristiques essentielles du stéréotype sémantique14. Parmi les fonctions des stéréotypes sémantiques, Bartmiński souligne : 1) la représentation culturelle de la réalité et son évaluation sociale ; 2) la stabilisation de l’image du monde ; 3) la programmation du comportement au sein d’un groupe social.

  • 15 Encore une fois, nous nous référons, à cet égard, à l’ouvrage de Lippmann : « He is learning to see (...)

16Si dans les textes des médias aussi bien que dans les discours des dirigeants politiques, on répète sans cesse les mêmes expressions, phrases, clichés langagiers qui reflètent certaines propriétés qualificatives des noms, celles-ci, au fil du temps, se stabilisent, se fixent au niveau de la langue et de la conscience. Les locuteurs natifs cessent de réfléchir au contenu des phrases stéréotypées prononcées par un dirigeant politique charismatique ou répétées de très nombreuses fois dans les médias. Le public commence à percevoir les idées diffusées comme un fait établi, automatiquement, sans pensée critique ou analyse basée sur sa propre expérience ou sur d’autres sources d’information15. La dimension dénotative du sens d’une unité linguistique (d’un mot, des éléments individuels d’une expression figée, ou bien d’une expression figée ou semi-figée dans son ensemble) s’efface progressivement, d’autres éléments de la sémantique du mot commencent à prévaloir. La mise en place d’instruments linguistiques ayant une valeur émotive forte accélère ce processus cognitif.

  • 16 Laure Gabus, « Migrant ou réfugié : le délicat choix des mots », Tribune de Genève, 15.10.2016. URL (...)

17Une approche synchronique et contrastive peut mettre en lumière les fonctions (cognitive, axiologique, persuasive) que l’actualisation des traits stéréotypiques d’un terme remplit dans les discours politique et médiatique. Les stéréotypes rattachés à tel ou tel terme, sont censés, dans ces types de discours, contribuer à la réalisation de certaines fonctions pragmatiques des textes politiques et médiatiques. Dans certains textes médiatiques, nous avons été témoins d’une inquiétude et d’une « déstéréotypisation » volontaire du terme migrant. Dans l’un des articles se trouvant sur le site de la revue Tribune de Genève, des organisations de défense des droits de l’homme expriment leur inquiétude par rapport à la question de la manipulation linguistique16. L’article soulève le problème du choix des mots – et de leur sens –, et comporte deux sous-rubriques : « Vivre Ensemble a organisé une table ronde pour sensibiliser les journalistes aux mots utilisés pour parler asile et migration » et « Migrants, réfugiés, déplacés ? L’information doit être correcte, ne pas alimenter les peurs ou les stéréotypes ». Il s’agit donc d’un article à caractère explicatif et indicatif offrant à un large lectorat les définitions de termes tels que migrant, réfugié, demandeur d’asile, débouté, sans-papiers, sans statut légal. Pour notre analyse compositionnelle sémantique, il est important de remarquer que, dans ce cas, les auteurs de l’article donnent des définitions encyclopédiques, juridiques, basées sur le savoir.

Propriétés qualificatives relevant des croyances communautaires attribuées au terme travailleur migrant. Observations de la combinatoire lexicale

  • 17 Jean-Claude Anscombre, op. cit., p. 59.
  • 18 Hilary Putnam, « Signification, références et stéréotype », Philosophie, n° 5, 1985, p. 21-44 ; Hil (...)

18Passons maintenant à l’examen des traits qualificatifs relevant des opinions communautaires, qui forment précisément le stéréotype de la séquence travailleur migrant. En reprenant le concept du stéréotype de Fradin et d’Anscombre, nous présenterons « une suite non-finie de propriétés associées à un nom, qui peuvent être éventuellement fausses ou contradictoires17 ». Cette suite ouverte de « phrases de la langue », qui constitue le stéréotype, n’aura pas de lien avec la terminologie juridique et les définitions encyclopédiques. Un consommateur « normal » de productions médiatiques et politiques d’une communauté donnée ne se réfère pas à la signification encyclopédique des mots : nous fonctionnons avec des connaissances sémantiques non spécialisées et un éventail de traits stéréotypiques associés à des mots. Selon la conception soutenue par Hilary Putnam en 1985 et 199018, la signification et la fonction référentielle d’un mot sont séparées, et ne se confondent qu’accidentellement :

  • 19 Vladimir Beliakov, op. cit., p. 23. Du même auteur, l’ouvrage consacré exclusivement à la typologie (...)

« […] ce point de vue ramène à nier que la signification d’un mot puisse fournir les propriétés nécessaires et suffisantes pour identifier son référent. D’après H. Putnam, la signification n’est pas composée à partir d’un ensemble inné de primitifs sémantiques, mais de ce qui est dans notre environnement et de la manière dont nous interagissons avec cet environnement19. »

  • 20 De nombreuses études menées dans le domaine de l’ethnolinguistique montrent que les traits stéréoty (...)
  • 21 Selon les données des organismes de recherche non étatiques à but non lucratif tels que le Centre a (...)

19Un des paramètres importants pour l’inférence des propriétés qualificatives stéréotypiques du mot migrant s’impose inévitablement : l’opposition « nous » vs « autres » (« we/ingroup » et « they/outgroup »). Le comportement d’un sujet migrant en tant que représentant d’un groupe culturel étranger (« outgroup ») peut causer le sentiment d’hostilité chez un représentant d’une communauté « ingroup ». Ce dernier cherchera donc à expliquer un comportement qui lui est incompréhensible en attribuant à des personnes étrangères des qualités et des motivations sur la base des caractéristiques stéréotypiques associées aux migrants (en général), et aux membres de certains groupes ethniques (en particulier), qui circulent dans la société et notamment dans les médias20. Un sujet juge les autres en partant de sa propre façon de comprendre les valeurs de la culture spirituelle et matérielle, de sa propre façon d’établir le modèle de la communication et d’utiliser la langue ; les écarts sont considérés comme quelque chose de négatif ou inapproprié21. L’étude des stéréotypes ethniques en tant que hétérostéréotypes (contrairement aux autostéréotypes) nous fournit beaucoup de matériel linguistique négatif sur le plan axiologique. Souvent, nous constatons un déplacement du champ sémantique de « l’étranger » vers le champ sémantique de « l’ennemi ».

  • 22 А. П. Романова, « Образ “чужого” на постсоветском пространстве », Каспийский регион: политика, экон (...)

20En ce qui concerne l’espace post-soviétique, les chercheurs remarquent que l’image de l’« autre » a été considérablement modifiée après la perestroïka et l’effondrement de l’Union Soviétique : la nature du clivage a changé, passant du plan idéologique (socialiste, soviétique vs. capitaliste, non-soviétique) pour aller vers le plan culturel-national et religieux. Dans ce cas, l’analyse des usages du terme migrant montre qu’il y a eu un déplacement dans l’échelle des concepts, allant de l’« autre » vers l’« ennemi », autrement dit, du travailleur et victime vers l’agresseur22.

21Quelles sont les propriétés qualificatives attribuées à ce jour en Russie au terme migrant ? Citons l’avis de la présidente du comité exécutif du Forum des organisations de migrants, la militante des droits de l’homme Lidia Grafova :

  • 23 « Чаще всего, это обладатель азиатской или кавказской внешности, малограмотный работяга, как правил (...)

Le plus souvent, il s’agit de quelqu’un d’apparence asiatique ou caucasienne, travailleur analphabète, généralement sans-papier, porteur d’un certain nombre de menaces inconnues pour les peuples autochtones qui, en tant que détenteurs de passeports russes, ont une supériorité incontestable sur ceux qui « débarquent sans qu’on leur ait demandé ». Les migrants sont perçus par la société comme une source de problèmes, pas comme un bien pour l’État23.

  • 24 Il convient de préciser que les traits stéréotypiques que l’on définit ici sont assez approximatifs (...)
  • 25 Les paramètres de choix du corpus sont explicités dans la première partie de l’article.
  • 26 Карина Пипия, « Отношение к трудовым мигрантам », Аналитический центр Юрия Левады, 28.04.2017. (Kar (...)
  • 27 « Отношение к мигрантам », Аналитический центр Юрия Левады, 03.07.2013. (« Attitude par rapport aux (...)

22On peut inférer les listes généralisées des phrases stéréotypiques associées au terme travailleur migrant24 non seulement en se basant sur des textes journalistiques25 mais aussi sur les données statistiques des centres de recherches sociologiques. Voici des exemples issus de deux de ces listes publiées sur le site du Centre analytique de Yuri Levada à Moscou. La répartition des réponses est donnée en pourcentage du nombre total de répondants. /1/ Les données sont issues du sondage mené du 17 au 20 février 2017 sur un échantillon national représentatif de la population urbaine et rurale de 1 600 personnes âgées de 18 ans ou plus, dans 137 localités de 48 régions de la Fédération de Russie26. La question était formulée comme suit : « Quelles qualités, selon vous, sont les plus typiques des travailleurs migrants ? » Voici les réponses : ce sont, en règle générale, des gens peu instruits, qui ne sont que de la main-d’œuvre non spécialisée – 32 % ; ce sont, en règle générale, des personnes malheureuses qui souffrent de beaucoup de difficultés et de privations – 28 % ; ce sont, en règle générale, des personnes travailleuses et prêtes à beaucoup travailler – 26 % ; ce sont, en règle générale, des gagne-pain qui se soucient du bien-être de leurs familles – 25 % ; en règle générale, beaucoup d’entre eux sont des escrocs, des délinquants, etc. – 21 % ; ce sont, en règle générale, des personnes actives et entrepreneuses qui veulent améliorer leur vie – 16 % ; ce sont, en règle générale, des personnes provenant des couches sociales défavorisées de la population – 15 %; ce sont, en règle générale, des perdants qui ne sont pas en mesure de trouver leur voie dans leur propre pays – 11 % ; autre – 1 % ; n’ont pas répondu – 10 %. /2/ Les données sont issues du sondage réalisé du 20 au 24 juin 2013 sur un échantillon national représentatif de la population urbaine et rurale de 1601 personnes âgées de 18 ans ou plus, dans 130 localités de 45 régions de la Russie27. La question était formulée comme suit : « À votre avis, quelles sont les qualités caractérisant le plus souvent les migrants ? » Voici les réponses : un manque de connaissance de la langue russe, des difficultés de communication – 53 % ; un manque de compétences dans l’exercice de leur travail – 42 % ; une tenue vestimentaire négligée, une apparence repoussante – 35 % ; l’imposition, la démonstration de leur culture et de leurs coutumes – 28 % ; une efficacité élevée au travail, une attitude responsable malgré les salaires bas – 27 % ; l’impolitesse, l’indélicatesse – 19 % ; la sociabilité – 5 % ; la politesse, la délicatesse – 4 % ; la rigueur – 4 % ; l’empathie, la volonté d’aider – 4 %, autre – 3 % ; je ne sais pas/je ne veux pas répondre – 10 %.

  • 28 Сулаймон Шохзода, « Социальная адаптация и интеграция: взгляд со стороны мигрантских сообществ », М (...)
  • 29 Герман Петелин, « Соседи подельников Джалилова жаловались в ФСБ: Соседи возможных подельников смерт (...)

23Le lexème migrant entre dans des relations sémantiques et syntaxiques – avec un composant axiologique ou sans aucune appréciation, avec un degré de fixité plus ou moins élevé – en accord avec les propriétés qualificatives, les « phrases stéréotypiques » ci-dessus visées, composant son stéréotype. Voici quelques exemples des associations lexicales du lexème migrant et de ses dérivés : en russe « трудовой мигрант » (le travailleur migrant, le migrant de travail), « бесправный иммигрант » (immigrant sans droits), « миграционный кризис » (la crise migratoire), « мигрантские ниши » (la niche de migrants), « мигрантская квартира » (l’appartement de migrants) ; en espagnol « crisis migratoria » (la crise migratoire), « migrante criminal » (le migrant criminel), « inmigrante clandestino » (l’immigrant clandestin), « cerco migratorio » (le barrage, la barrière migratoire) ; en français « le parcours de migrant », « les chemins de migrants », « la chasse aux migrants ». Si les collocations comme « crise migratoire » et les associations lexicales comme « chasse aux migrants » sont largement répandues dans les médias des trois langues, la séquence « мигрантская квартира » (appartement de migrants) ne l’est qu’en langue russe. Il s’agit de la dénomination d’un appartement urbain de taille normale où peuvent habiter des dizaines de personnes et où peuvent être domiciliées officiellement plus de cent personnes qui sont, d’une façon générale, travailleurs immigrés de la République d’Ouzbékistan, du Tadjikistan ou de la République kirghize. En employant l’adjectif d’appartenance « мигрантская » (de migrants), les locuteurs peuvent mettre l’accent sur les traits classifiants du terme « migrant », ou bien sur les traits stéréotypiques issus des représentations communautaires. Dans ce dernier cas, la séquence « мигрантская квартира » (appartement de migrants) peut être employée au sens métaphorique – habituellement en langue parlée – désignant un appartement quelconque surpeuplé et désordonné. Nous illustrerons cette affirmation avec deux exemples : (a) « …было выявлено, что практически каждая мигрантская квартира в Москве имеет компьютер и доступ к Интернету28.» (...il a été révélé que presque tous les appartements de migrants à Moscou disposent d’un ordinateur et d’un accès à Internet.) (b) « Я пришел домой и обнаружил, что у меня подоконник весь в трещинах. Какие-то окурки. Поднялся выше, постучался, а там полная квартира азиатов, окна разбиты. Потом выяснилось, что еще несколькими этажами выше есть одна такая же мигрантская квартира29. » (En rentrant chez moi, j’ai découvert que le rebord de ma fenêtre avait plein de fissures. Des mégots de cigarettes. Je suis monté un étage plus haut, j’ai frappé à la porte : c’était un appartement plein d’Asiatiques, les fenêtres étaient cassées. Puis il s’est avéré que quelques étages plus haut, il y avait un appartement de migrants identique.) Dans l’exemple (a), la séquence « мигрантская квартира » (appartement de migrants) est employée au sens littéral. Toutefois, l’actualisation d’un ensemble de caractéristiques stéréotypiques associées au terme « migrant » dans les communautés russophones ne permettrait pas de former une collocation comme « palais de migrants » ou « villa de migrants ». Dans l’exemple (b), le co(n)texte permet de percevoir l’usage de la séquence « мигрантская квартира » (l’appartement de migrants) de deux manières : en tant qu’usage littéral et en tant qu’emploi métaphorique.

24Citons un passage doté des éléments d’appréciation négative très marquée, qui montre également la dépendance entre la combinatoire lexicale et l’éventail des caractéristiques stéréotypiques des mots Caucasien, Tadjike, Chinois qui sont les représentants ethniques typiques de l’immigration en Russie :

  • 30 « Самостоятельной угрозой обществу становится мигрантофобия, создание и манипулирование образами “к (...)

Ce qui devient une menace per se dans la société, c’est la migrantophobie, la création et la manipulation des images du « Caucasien criminel », du « Tadjik trafiquant de drogue », de la « triade chinoise », etc. Les xénophobies et les hystéries de masse pavent le chemin direct vers les pogromes. Et cela n’est qu’une remise en cause de la santé publique et de la force de l’État30.

25Ici, nous observons le caractère émotif et axiologique des composantes sémantiques des termes qui se rapportent à la notion de migrant, c’est-à-dire que les caractéristiques stéréotypiques actualisées dans ce contexte véhiculent une appréciation d’un groupe social et ethnique donné.

  • 31 « Преступность среди мигрантов: позиция власти, данные статистики и мнения экспертов », Информацион (...)

26Si on parle d’une appréciation générale – dans les médias en Russie – d’un sujet migrant sans relation à son appartenance ethnique, on revient à l’essentiel : « плохие мигранты31 » (de méchants migrants). Cette dernière association lexicale provient de la déclaration de Renat Karimov, Président du syndicat des migrants travailleurs de Russie, qui reprend dans son discours une séquence qui semble être employée fréquemment : « Что делать? Во всяком случае – не делить людей на хороших коренных и плохих мигрантов и не считать, что преступления приезжих страшнее, чем преступления, совершаемые гражданами России ». (Que devrait-on faire ? Dans tous les cas, ne pas diviser les gens en gentils autochtones et méchants migrants, et ne pas considérer que les crimes des migrants sont plus terribles que les crimes commis par les citoyens de Russie). Cette séquence apparaît encore une fois dans le texte du même article, mais dans le discours appartenant à Vjačeslav Postavnin, Président de la fondation Migration XXIe siècle.

  • 32 À titre de comparaison, voir l’article de Vincent Capt, Jérôme Jacquin, Stéphanie Pahud, « La figur (...)

27Compte tenu des différences fondamentales dans les systèmes juridiques des États de l’Europe occidentale et de la Russie, les conditions d’accueil des migrants sont très différentes. Le soutien financier accordé aux migrants par les agences gouvernementales en Russie est beaucoup moins important qu’en Europe occidentale (ou absent), et le niveau de migration de travail illégale reste assez élevé. Par conséquent, le discours de notre corpus en langue russe ne configure pas activement la caractéristique stéréotypique des migrants arrivant sur le territoire de la Russie comme « personnes abusant de leurs droits », « personnes profiteuses à l’égard de nos œuvres sociales », « une source de charge excessive sur le budget de la Russie (pour l’éducation publique et les systèmes de santé32). » Néanmoins, dans la société russe d’aujourd’hui, de telles propriétés qualificatives peuvent être attribuées au terme réfugié.

  • 33 Екатерина Иващенко, « Мусульманская миграция в Россию: интеграция возможна », Информационное агентс (...)
  • 34 Les commentateurs, les observateurs, les experts et les hommes politiques de gauche insistent sur l (...)

28Comme nous l’avons déjà mentionné, l’analyse des données linguistiques conduit à la conclusion qu’il y a une similitude entre les idées transmises sur les chaînes médiatiques centrales en Russie et les déclarations des partis européens de droite en ce qui concerne la politique migratoire actuelle en Europe. Ce genre de dispositions est perçu dans la société russe de façon très aléatoire car la Russie est un pays multinational et multiconfessionnel depuis plusieurs siècles. Par exemple, dans la Russie prérévolutionnaire, en URSS et dans la Russie post-soviétique, les musulmans ont toujours fait partie du paysage culturel interne du pays : environ 8 % de la population autochtone de la Fédération de Russie appartient actuellement à cette confession. Les bouddhistes constituent 1 % de la population de la Russie, le judaïsme est pratiqué par environ 0,2 % de la population. Au cours du XXe siècle, plus d’une centaine de nations et nationalités ont cohabité, se sont déplacées (ou ont parfois été déplacées dans le territoire du pays par la force), se sont mélangées en URSS qui était proclamée la « grande maison des peuples », ce qui permet aux chercheurs d’arriver à la conclusion suivante : « ...феномен, именуемый « иммиграцией» в российском случае, по сути является не миграцией, а географической мобильностью в пределах бывшего Советского Союза33 ». (...le phénomène appelé « immigration », dans le cas de la Russie, n’est pas, en effet, la migration, mais la mobilité géographique au sein des frontières de l’ex-Union soviétique.) Pourtant on peut observer qu’à ce moment-là le terrain pour l’assimilation des caractéristiques stéréotypiques divergentes du terme migrant est fertile. Il y a des tensions dans la société et un sentiment de confusion ou de dissonance : le destinataire « ordinaire » des discours politique et médiatique reçoit des informations contradictoires, et ne peut pas se décider à faire un choix entre les idéaux humanistes et la peur de la crise économique et sociale34. La circulation non contrôlée des traits stéréotypiques dans les médias peut conduire à la radicalisation de l’opinion publique et à une résurgence des sentiments anti-immigrés.

Migrant et migratoire  : combinatoire et procédés métaphoriques. La notion de modèle métaphorique

29Dans cette partie, nous souhaitons nous interroger sur les mécanismes de la combinatoire du mot migrant et de son dérivé migratoire avec d’autres mots employés au sens métaphorique. Dans la partie suivante, seront soumis à l’analyse les lexèmes et les syntagmes employés au sens métaphorique qui remplacent le mot migrant et ses dérivés.

  • 35 Хосе Ортега-и-Гассет, « Две великие метафоры », in Н. Д. Арутюнова (общ. ред.), М. А. Журинская (об (...)
  • 36 Н. Д. Арутюнова, « Метафора и дискурс », in Н. Д. Арутюнова (общ. ред.), М. А. Журинская (общ. ред. (...)

30Les inférences que l’on peut obtenir à partir des expressions métaphoriques contenant le mot migrant (migratoire) sont nombreuses ; elles dépendent de la tâche pragmatique de l’auteur d’un texte politique (à savoir l’effet que l’auteur souhaite produire sur le destinataire) et de l’interprétation par le destinataire du texte. Les locuteurs natifs, en fonction de leurs compétences culturelles et linguistiques, perçoivent les informations sociales et culturelles à travers les phrases figuratives et stéréotypées, souvent à réinterprétation métaphorique. José Ortega y Gasset considérait que la métaphore est probablement la seule façon de capturer et d’identifier le sens des objets avec un haut degré d’abstraction35. Nina Arutyunova – grâce à qui la linguistique russe a acquis la branche de « l’analyse logique de la langue » –, écrivait que les personnes non seulement révèlent des similitudes, mais les créent. Par la définition d’Arutjunova, la métaphore – sous sa forme la plus évidente – est une transposition du lexique identificateur (descriptif et sémantiquement diffus), conçu pour déterminer l’objet du discours, dans la sphère des prédicats destinés à montrer ses caractéristiques et ses propriétés36.

31Le discours politique, en mettant en œuvre sa fonction incitative, manipule les caractéristiques stéréotypiques de l’objet afin de relier des concepts ayant souvent peu de liens entre eux. La métaphore joue un des rôles principaux dans le processus de rapprochement associatif. Dans le discours politique et médiatique, l’utilisation des expressions métaphoriques est particulièrement importante, car elles peuvent, à la fois, renforcer et affaiblir les propriétés qualitatives positives et négatives attribuées à l’objet, pour l’ensemble d’une communauté linguistico-culturelle.

  • 37 George Lakoff, Mark Johnson, Les métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1985.
  • 38 А. Н. Баранов, Ю. Н. Караулов, Словарь русских политических метафор, Москва, Помовский и партнёры, (...)
  • 39 Е. И. Шейгал, Семиотика политического дискурса, Волгоград, Перемена, 2000. (Elena Šejgal, La sémiot (...)
  • 40 А. П. Чудинов, Россия в метафорическом зеркале: когнитивное исследование политической метафоры, Ека (...)
  • 41 О. Л. Михалёва, Политический дискурс: специфика манипулятивного воздействия, Москва, Либроком, 2008 (...)
  • 42 Parmi les ouvrages en langue française qui élucident certaines questions relatives au rôle et aux f (...)

32Dans le discours politique, l’un des principaux outils d’analyse de la métaphore reste la théorie linguistique cognitive de la métaphore conceptuelle de George Lakoff et Mark Johnson37. Pour la linguistique russe, c’est la sortie à Moscou en 1991 et en 1994 du Slovar russkix političeskix metafor (Dictionnaire des métaphores politiques russes) d’Anatolij Baranov et Jurij Karaulov qui a joué un rôle éminent38. Des études du discours politique dans le cadre de la sémiologie sont menées par Elena Šejgal et ses disciples à Moscou39, et le centre scientifique russe le plus actif consacré à l’étude théorique et méthodologique de la métaphore politique s’est formé à Ekaterinbourg autour d’Anatolij Čudinov et Èduard Budaev40. Dans les études appliquées sur la métaphore politique, l’intérêt principal est de savoir comment le sujet politique (une personne, une institution, un parti) interprète la réalité politique, et comment il tente de l’influencer41. La métaphore est étudiée en tant qu’outil par lequel le sujet politique injecte dans la société – à son avantage – telles ou telles opinions politiques42.

  • 43 Anatolij Baranov, Jurij Karaulov, op. cit., p. 6. Voir également : А. Н. Баранов, « О типах сочетае (...)

33La théorie descriptrice (deskriptornaja teorija) de la métaphore de Baranov décrit la métaphore comme un cortège (« tuplets ») de descripteurs significatifs et dénotatifs représentant la zone-source et la zone-cible de la projection métaphorique. En fonction de cela, la métaphore est considérée comme un phénomène linguistique formé par l’interaction du complexe sémantique [contenu/focus/source] et du complexe sémantique [enveloppe/frame/target]43. Un « frame » est une description d’une situation typée, en d’autres termes, c’est une structure de données qui sert pour représenter une situation typée. Un ensemble de métaphores issues d’un champ conceptuel spécifique du discours politique relève du modèle métaphorique – catégorie épistémologique universelle. Ainsi, la dimension significative (le modèle métaphorique) et la dimension dénotative (la zone des objets soumis à l’interprétation métaphorique) sont opposées.

34À partir de l’idée selon laquelle ce ne sont pas les caractéristiques référentielles des termes, mais les traits stéréotypiques qui jouent le rôle primordial dans la formation des métaphores et des expressions avec un élément métaphoriquement réinterprété, nous supposons qu’une partie des outils pratiques utilisés pour la classification des métaphores politiques peut être appliquée à l’analyse des stéréotypes linguistiques.

  • 44 Les essais de systématisation des modèles métaphoriques qui circulent dans le discours politique, s (...)

35Au cours de l’analyse des textes des articles formant le corpus, nous avons identifié plusieurs sphères conceptuelles de l’expansion métaphorique dans les syntagmes nominaux et verbaux avec le terme migrants (migration) et un élément réinterprété44 :

  • 45 Анна Семкина, « Собянин нашёл в Москве армию гастарбайтеров », Вести.ру, 24.11.2010. (Anna Semkina, (...)
  • 46 « Венгрия готова окружить себя забором ради защиты от мигрантов из Африки », Государственный погран (...)
  • 47 Елена Смирнова, Оксана Карпенко, « Равный доступ », Эксперт Северо-Запад, n° 1-2 (599), 2012. (Elen (...)
  • 48 « Ciudad de Agadez, paso obligado para la migración africana ilegal », NTR Periodismo crítico, 15.1 (...)
  • 49 « Aumenta pobreza extrema entre los “sin techo” suecos que viven en España », Telesur TV, 02.09.201 (...)
  • 50 Cf. Esteve Espelt, « La construcción del discurso racista hacia “los inmigrantes” », Revista MUGAK, (...)

36Modèle métaphorique avec la sphère-source « guerre » : les sujets migrants sont représentés comme une menace extérieure, comme des envahisseurs de certaines sphères sociales et économiques de l’État « hôte ». Les frames actualisés sont les suivants : « l’organisation du service militaire », « les opérations militaires et les armes », « l’espace de guerre », « l’image de l’ennemi », en russe : « армия гастарбайтеров » (l’armée de Gastarbeiter, de travailleurs migrants), « двухмиллионная армия мигрантов45 » (une armée de deux millions de migrants [à Moscou]), « орды мигрантов46 » (les hordes de migrants), « мигрирующие легионы » (les légions migrantes), « эшелоны трудовых мигрантов » (les convois des travailleurs migrants), « в рядах мигрантов » (dans les rangs des travailleurs migrants), « оккупация мигрантами » (l’occupation par les migrants), « мигранты штурмуют рынок » (les migrants partent à l’assaut du marché), « захват рынка труда мигрантами » (la conquête du marché du travail par les migrants), « мигранты захватывают рабочие места коренных петербуржцев47 » (les migrants saisissent les emplois des résidents indigènes de Saint-Pétersbourg), « штаб по миграции » (l’état-major des questions de migration), « мигрантский лагерь » (le camp de migrants). Dans les deux derniers cas, les métaphores reflètent des actions « de défense » de la part des peuples autochtones contre l’arrivée des migrants. En espagnol « ejército de migrantes48 », « pequeño ejército de migrantes escandinavos49 » (une petite armée de migrants scandinaves), « invasión de inmigrantes en la Península Ibérica50 » (l’invasion des immigrés en péninsule ibérique).

  • 51 « Директор завода торгует гастарбайтерами », Деловая газета. Юг, 14.08.2008. (« Un directeur d’usin (...)
  • 52 Дарья Катина, « Сколько стоят мигранты. Образование и лечение приезжих оплачивают россияне », Аргум (...)
  • 53 Михаил Прохоров, « Настоящее и будущее », предвыборная программа, Forbes, 2012. (Mixail Proxorov, « (...)
  • 54 Ирина Склярова, « Мигранты – двигатель торговли. Розничные рынки в России продолжают редеть », Наро (...)
  • 55 Cf. l’entretien (en russe) avec l’expert de l’intégration et de l’extrémisme de droite Aleksandr Tè (...)
  • 56 Nacho Carretero, « Ocho cifras para entender la tragedia de las migraciones en África », El País, 0 (...)

37Modèle métaphorique avec la sphère-source « économie », frames « opérations économiques effectuées avec les marchandises » et « caractéristiques qualitatives des marchandises ». Un travailleur migrant est représenté comme un objet de l’échange économique, en tant que victime des actions économiques souvent immorales de la part des organismes gouvernementaux, des entreprises privées ou des groupes mafieux. En russe : « живой товар » (la marchandise vivante), « продал приезжих гастарбайтеров в рабство51 » (a vendu les travailleurs migrants dans l’esclavage), « сколько стоят мигранты52 » (combien coûtent les migrants), « импорт трудовых мигрантов53 » (l’importation de travailleurs migrants), « экспорт граждан » (l’exportation des citoyens), « мигранты двигатель торговли54 » (les migrants propulsent le commerce), « граждане второго сорта55 » (les citoyens de seconde classe) ; en espagnol « compra-venta de migrantes » (l’achat-vente des migrants), « precio de un migrante56 » (le prix d’un migrant) ; en français « trafic des migrants ».

  • 57 Марина Луковцева, « Игорь Баринов: мигранты – легкая добыча для экстремистов », РИА Новости, 13.10. (...)

38Modèle métaphorique « crime » : « мигранты – легкая добыча для экстремистов57 » (les migrants sont des proies faciles des extrémistes) : cette définition a été donnée au terme migrants par Igor’ Barinov, chef de l’Agence Fédérale des Nationalités de Russie, ce qui témoigne du degré de prévalence, dans la société russe, de cette caractéristique par rapport aux sujets migrants.

39Modèle métaphorique avec la sphère-source « théâtre » : en russe « трагедия мигрантов » (la tragédie des migrants) ; en espagnol « drama migratorio » (le drame migratoire), « tragedia de las migraciones » (la tragédie des migrations) ; en français « scènes tragiques des migrants clandestins ».

  • 58 Екатерина Иващенко, « Москва глазами мигрантов: город надежд, опасностей и карьерных возможностей » (...)
  • 59 « Насилие охватило мигрантское гетто Эр-Рияда », BBC Русская служба, 10.11.2013. (« La violence s’e (...)
  • 60 Иван Яковина, « Мигранты в Европе: главные риски », Colta, 09.11.2015. (Ivan Jakovina, « Les migran (...)
  • 61 Arturo Puente, « El PP hace campaña repartiendo octavillas xenófobas en el barrio con más inmigraci (...)
  • 62 Sara Prestianni, « Algérie », La CIMADE, 2011, p. 51-56. URL : http://www.lacimade.org/wp-content/u (...)

40Modèle métaphorique spatial : en russe « мигрантские кварталы » (les quartiers de migrants), « мигрантские предместья58 » (les banlieues de migrants), « мигрантское гетто59 » (le ghetto de migrants), « миграционные пути» (les voies de migration), « соискатели на пути в Европу60 » (les candidats en chemin vers l’Europe) ; en espagnol « el Raval no puede convertirse en un gueto islámico61 » (le Raval ne peut pas devenir un ghetto islamique) ; en français « voies de migration », « ghetto de migrants62 ». Arrêtons-nous sur l’expression « ghetto de migrants ». Ici, le locuteur n’entend pas le mot ghetto au sens enregistré dans les dictionnaires encyclopédiques. La transposition métaphorique repose sur un éventail de propriétés qualificatives, chargées de valeurs émotives et axiologiques, qui relèvent de l’imaginaire communautaire sur le ghetto. On observe le même phénomène sémantique dans l’exemple en espagnol tiré des brochures d’Alberto Fernández Díaz, le candidat conservateur au poste de maire de Barcelone, qui a donné une tournure particulière à son discours anti-immigration avec le slogan « el Raval no puede convertirse en un gueto islámico » (le Raval ne peut pas devenir un ghetto islamique).

  • 63 Анатолий Вишневский, Михаил Денисенко, « Мигрантов нужно активнее интегрировать в общество », Нацио (...)
  • 64 Ibidem.
  • 65 Ibidem.
  • 66 « Первый секретарь МК КПРФ Н. И. Васильев: зачем власти гастарбайтеры? », веб-сайт Коммунистической (...)
  • 67 Ibidem.
  • 68 Anatolij Višnevskij, Mixail Denisenko, op. cit.
  • 69 Владимир Путин, « Вступительное слово на заседании Совета Безопасности Российской Федерации », 31.0 (...)
  • 70 « Путин призвал помогать “добропорядочным” мигрантам адаптироваться в России », НТВ, 31.03.2016. (« (...)
  • 71 Кира Латухина, « Окно для честных: Владимир Путин призвал сделать выводы из миграционного кризиса в (...)
  • 72 Марина Петрова, « Трудовой мигрант: каков он и чем грозит его приезд рядовому россиянину », Политоб (...)

41Modèle métaphorique avec la sphère-source « phénomènes naturels » et, en particulier, modèle métaphorique hydronymique : en russe « фильтрация беженцев » (le filtrage des réfugiés), « миграционное давление63 » (la pression migratoire), «колоссальный миграционный взрыв64 » (l’explosion de migration colossale), « миграционные вспышки65 » (les éclats migratoires), « мигрантские/антимигрантские силы » (les forces des migrants/des anti-migrants), « масса гастарбайтеров66 » (la masse des travailleurs immigrés), « открыть ворота для потока трудовых мигрантов67 » (ouvrir la porte au flux de travailleurs migrants), « динамика миграционных потоков » (la dynamique des flux de migration), « приток мигрантов » (l’afflux des migrants), « наплыв мигрантов » (l’afflux des migrants), « наплыв беженцев » (l’afflux des réfugiés), « отток мигрантов » (le reflux des migrants), « неуправляемые миграционные потоки68» (les flux migratoires incontrôlés), « неконтролируемые потоки беженцев69 » (les flux incontrôlés de réfugiés), « рост потока беженцев70 » (l’augmentation du flux de réfugiés), « нелегальные каналы миграции71» (les canaux de migration illégale), « резервуар мигрантов » (le réservoir de migrants, à propos des immigrés de travail l’Ouzbékistan et du Tadjikistan), « всплеск трудовых миграций из государств СНГ72» (un sursaut d’affluence des migrations de main-d’œuvre des pays de la CEI), « миграционные реки » (les fleuves de la migration), « миграционные волны » (les vagues ou les ondes de migration) ; en espagnol « la masa de migrantes » (la masse des migrants), « oleadas de emigrantes del campo»  (les vagues d’émigrants de la campagne) ; en français « pressions migratoires », « absorber les migrants », « flux migratoire », « afflux massif de migrants », « un large flot de réfugiés ».

  • 73 Les deux définitions apparaissent sur le site du CNRTL.
  • 74 Т. Ф. Ефремова, Современный толковый словарь русского языка, т. 1, Москва, АСТ, 2005. (Tatjana Efre (...)
  • 75 Д. Н. Ушаков, Толковый словарь русского языка, Москва, Альта-Принт, 2005. (Dmitrij Ušakov, Le Dicti (...)
  • 76 Ань Хуен, « Европа сталкивается с серьёзными вызовами безопасности из-за волны миграции », VOVworld (...)

42Le nom russe « волна » se traduit en français comme « vague », « flot », ou bien « onde ». La première définition dans l’article lexicographique consacré au nom « vague » dans le dictionnaire du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL) est la suivante : « mouvement ondulatoire qui apparaît à la surface d’une étendue liquide sous l’action du vent ou d’autres facteurs ». La quatrième entrée dans la section Étymologie et Histoire représente la signification du nom « vague » enregistrée à partir de 1892 : « masse importante de personnes qui déferlent en un lieu (Zola, Débâcle, p. 234) ». Quant au nom « onde », le CNRTL donne deux définitions essentielles : « modification se produisant à la surface de l’eau, consistant en une alternance de soulèvements et d’abaissements qui donnent l’illusion d’un déplacement » ; (en science et technique) « modification de l’état physique d’un milieu quelconque se propageant à la suite d’une perturbation initiale73 ». Le Dictionnaire moderne de la langue russe de Tatiana Yefremova74 présente la définition suivante en quatrième position, avec une remarque « sens figuré »: « масса, поток людей, движущихся друг за другом на некотором расстоянии » (la masse, le flux de personnes en mouvement, qui se suivent à distance). Le Dictionnaire explicatif de la langue russe de Dmitrij Ušakov75 propose, en quatrième position également, la définition suivante avec un exemple : « движущаяся толпа, множество. […] Новая волна беженцев » (la foule en déplacement, multitude. […] Une nouvelle vague de réfugiés). Ainsi, il y a des raisons de croire que les métaphores hydronymiques avec le mot « волна » (la vague) s’appuient sur la conceptualisation cognitive essentielle de l’espace, et sont des métaphores usées. Quoiqu’il en soit, le transfert métaphorique est possible non grâce aux connaissances de l’énonciateur en science et technologie, mais à cause de l’actualisation des caractéristiques stéréotypiques (ou phrases stéréotypiques) associées au mot « волна » (la vague) qui peuvent être les suivantes : « la vague se déplace », « la vague est fluide », « on ne peut pas arrêter une vague », « une vague peut couvrir quelqu’un ou quelque chose », « la vague est dangereuse », etc. Voici le fonctionnement de quelques séquences nominales avec le nom « волна » (une vague, une onde) dans le co(n)texte : « Европа сталкивается с серьёзными вызовами безопасности из-за волны миграции76 » (l’Europe affronte de sérieux défis de sécurité en raison de la vague de migration), « миграционные волны столкнулись » (les vagues de migration se sont entrechoquées).

  • 77 Ces types de nœuds métaphoriques sont analysés en détail dans l’article suivant : И. М. Кобозева, « (...)
  • 78 Cf. la définition sur le site du CNRTL.
  • 79 Pour ce genre de cas, Anatolij Baranov soulève la problématique de la « compatibilité interne des m (...)

43Considérons le syntagme « миграционные волны столкнулись » (les vagues de migration se sont entrechoquées)77. En plus d’une fusion métaphorique « миграционные волны » (les vagues de migration), nous observons ici le prédicat « столкнулись » (se sont entrechoquées) qui exprime une interaction puissante entre un objet solide en mouvement et un autre objet solide se trouvant sur sa trajectoire, et qui a pour définition « se heurter l’un à l’autre, les uns aux autres78 ». La séquence « миграционные волны » (les vagues de migration), dans son interprétation métaphorique « déplacement fluide d’une masse humaine », n’est pas tout à fait conforme aux exigences sémantiques qu’impose le prédicat « столкнулись » (se sont entrechoquées) dans une lecture littérale par rapport à son actant79. Par conséquent, dans ce cas, le prédicat « столкнулись » (se sont entrechoquées) actualise ses caractéristiques stéréotypiques « se rencontrer de façon inattendue », « rallier des relations hostiles », « se rencontrer dans le combat », et non pas sa signification référentielle qui est une interaction entre un objet solide en mouvement et un autre objet solide se trouvant sur sa trajectoire.

  • 80 Кристоффер Хекет, « Восточная Европа – это не 25 одинаково серых, бетонных государств, населенных п (...)

44Modèle métaphorique avec la sphère-source « maladie » : « паразитирующие мигранты80 » (les migrants parasitaires). Le terme migrant forme une collocation avec l’adjectif « parasitaire » en fonction des caractéristiques stéréotypiques (qualificatives) associées aux mots « migrant » et « parasitaire » sur la base des croyances et opinions qui circulent dans une communauté sociolinguistique donnée. Par exemple, s’il s’agit des immigrés de travail d’Ouzbékistan ou du Tadjikistan en Russie, une telle collocation ne serait pas employée car les traits stéréotypiques communément associés à la séquence « migrants de travail ouzbeks et tadjiks » sont les suivants : « ils travaillent dur dans des chantiers », « leurs horaires de travail sont irréguliers », « ils vivent dans une extrême pauvreté », « souvent ils travaillent sans avoir de contrat et sans être payés dûment », etc.

  • 81 Азиза Насырова, « По имени “мигрант” », Ориёно, n° 48, 06.12.2007. (Aziza Nasyrova, « Du nom de « m (...)
  • 82 Alejandro Suversa, « Migrantes, en manos de los “coyotes del sur” », El Universal, 28.11.2010. (Ale (...)

45Modèle métaphorique zoomorphe : le sujet migrant peut être représenté métaphoriquement en tant qu’animal agressif, ou bien en tant que bête faible, acculée, chassée par des structures étatiques de sécurité ou par des groupes mafieux ; dans ce dernier cas, la métaphore aura un impact émotionnel positif sur le locuteur et sera conçue pour susciter son empathie. Voici les exemples qui illustrent les deux cas : en russe « вожаки мигрантов » (les meneurs des migrants), « мигранты, попавшиеся на крючок81 » (les migrants qui ont mordu à l’hameçon) ; en espagnol « rebaño de migrantes82 » (le troupeau de migrants) ; en français « chasse aux migrants ».

Remplacements du terme migrant par une métaphore

46Dans cette section nous voudrions mettre en relief la correspondance entre les caractéristiques qualificatives associées au terme migrant et les caractéristiques qualificatives associées aux éléments qui remplacent complètement, en tant qu’énoncés métaphoriques, le terme migrant. En ce qui concerne la typologie des modèles métaphoriques, nous allons appliquer le même principe : la répartition dans les cases de modèle militaire, modèle économique, modèle criminel, modèle « espace », « phénomènes naturels », « famille », « amitié », « maladie », modèle physiologique et modèle zoomorphe. Nous y observerons principalement les métaphores de dépersonnification qui conceptualisent les personnes en tant que nature inanimée.

  • 83 Ici, nous citons les unités linguistiques dont l’usage au sens métaphorique est très fréquent, ou d (...)
  • 84 Juan Carlos Velasco, « La migración es cosa de metáforas », El País, 28.03.2014. (Juan Carlos Velas (...)
  • 85 « Une seconde chance pour les orphelins de la guerre en Syrie », Sputnik, 02.09.2016. URL : https:/ (...)

47Modèle métaphorique avec la sphère-source « guerre » : en russe « армия83 » (l’armée), « орда » (la horde), « татаро-монгольское иго » (le joug tatar-mongol), « непроницаемая группа » (groupe impénétrable), « новая колонизация » (une nouvelle colonisation), « наступление » (l’attaque), « спичка у пороховой бочки » (le feu à la poudrière), « лагерь для перемещённых лиц » (le camp des personnes déplacées), « молодежные бунты » (les émeutes de la jeunesse) ; en espagnol « invasión » (invasion), « infiltración » (infiltration), « desembarco84 » (débarquement) ; en français « le camp des personnes déplacées85 ». Les émeutes peuvent être prétendument considérées comme une conséquence de l’incompatibilité civilisationnelle des descendants de migrants et de la population autochtone.

  • 86 « Первый секретарь МК КПРФ Н. И. Васильев: зачем власти гастарбайтеры? », веб-сайт Коммунистической (...)
  • 87 Ibidem.
  • 88 Ibidem.
  • 89 Anatolij Višnevskij, Mixail Denisenko, op. cit.
  • 90 Анна Королёва, « Миграция как фактор роста », Эксперт Онлайн, 2015. (Anna Koroljova, « La migration (...)
  • 91 Nacho Carretero, « Subastas de esclavos a las puertas de Europa », El País, 02.07.2017. (Nacho Carr (...)

48Modèle métaphorique avec la sphère-source « économie » : en russe « заприлавочники » (les boutiquiers du marché), « живой товар » (la marchandise vivante, le commerce de l’humain), « рабы » (les esclaves), « рынок рабов » (le marché des esclaves), « рабочая сила » (la main-d’œuvre, litt. la force de travail), « бесправная рабочая сила86 », « дешёвая рабочая сила87 » (la main-d’œuvre bon marché), « рынок низкоквалифицированной рабочей силы88 » (le marché de main-d’œuvre, litt. force de travail peu qualifiée), « богатство » (la richesse), « человеческий капитал89 » (le capital humain), « инструмент роста экономики » (un outil de croissance économique), « фактор роста90 » (le facteur de croissance) ; en espagnol « mercado de esclavos » (le marché des esclaves), « mercancía91 » (la marchandise) ; en français « main d’oeuvre bon marché ».

49Modèle métaphorique « crime » : en russe « неправовая зона » (la zone illégale), « нелегалы » (les sans-papiers), « преступная сеть » (le réseau criminel), « торговцы людьми » (les trafiquants de personnes), « вершина криминального айсберга » (le sommet d’un iceberg criminel [il est question des groupes criminels spécialisés en passage et en vente des réfugiés]), « [...]официальных центров содержания мигрантов, отмечая, что такие центры это лишьвершина айсберга » ([...] centres officiels de maintien des migrants, tout en remarquant que de tels centres ne sont que « la partie émergée de l’iceberg »), « ...циничным соучастием в организованном бизнесе, который делает из людей товар в руках контрабандистов » ([...] une complicité cynique dans un business organisé qui fait des personnes des marchandises entre les mains de contrebandiers), « обращаться с людьми как с товаром, который можно упаковать и продать » (traiter les personnes comme des marchandises qu’on peut emballer et vendre) ; en espagnol « violencia de los barrios periféricos » (la violence des quartiers périphériques) ; en français « clandestins [immigration clandestine] », « brûleurs de frontières92 ».

  • 93 « Врачи без границ: политика ЕС играет на руку торговцам людьми в Ливии », РИА Новости, 07.09.2017. (...)

50Les trois derniers exemples en langue russe ont été tirés de l’article qui propose des citations issues de la lettre ouverte de Joanne Liu, Présidente de l’Association humanitaire internationale d’aide médicale Médecins sans frontières93. Dans cette lettre ouverte adressée aux gouvernements des pays membres de l’Union européenne, il est question du système criminel qui abuse des migrants en Libye, c’est pourquoi nous examinons le fragment « la partie émergée de l’iceberg » dans le cadre du modèle métaphorique « crime » tout en tenant compte de la métaphore hydronymique.

  • 94 Ekaterina Ivaščenko, op. cit.

51Pour illustrer le modèle métaphorique « crime », nous citerons aussi les exemples de remplacement métaphorique du terme migrant et de ses dérivés, qui peuvent paraître révoltants, mais qui circulent dans certains types de discours politique et médiatique et qui méritent une attention pointue : « теракт » (l’acte terroriste), « террористы » (les terroristes). Le directeur du Centre de la politologie théorique et appliquée de l’Académie russe d’Économie nationale et du service public auprès du Président de la Fédération de Russie, le professeur Vladimir Malaxov, essaye d’expliquer pourquoi l’immigration des pays de religion musulmane prédominante peut être perçue comme un défi en Europe : il identifie trois blocs de problèmes – le terrorisme, les banlieues dépressives et le sécularisme. En ce qui concerne le terrorisme, il s’agit ici de la projection de conflits géopolitiques sur les migrants du monde islamique vivant en Occident. Si la population « autochtone » ne les associe pas au terrorisme, certains peuvent leur imputer quand même la responsabilité morale des actes de violence94.

52Des observations des textes des médias montrent que si le vocable « terroriste » est employé dans un contexte idéologique relativement neutre, c’est le sens dénotatif du mot qui est actualisé : « membre d’une organisation politique qui exécute des actes de terrorisme pour imposer ses conceptions idéologiques95 ». Autrement dit, l’auteur du texte médiatique parlera effectivement d’un criminel qui mène des activités terroristes. En revanche, dans le discours journalistique nationaliste ou d’extrême droite, on peut rencontrer l’emploi du lexème « terroriste » désignant, d’une manière généralisante, des masses non précisées de réfugiés et de migrants : « ... недовольство неофициальной части Европы, раздрай между местными и приехавшими, среди которых явно полным-полно террористов, будут только увеличиваться. С каждой новой жертвой терактов и каждым новым мигрантом96.» ([...] le mécontentement de la partie non officielle de l’Europe, le désaccord entre les locaux et les nouveaux arrivants, parmi lesquels il y a manifestement plein de terroristes, ne feront qu’augmenter. Avec chaque nouvelle victime des attentats terroristes et chaque nouveau migrant.). Dans ce cas, le mot est utilisé au sens métaphorique désignant, d’une manière opaque, une partie considérable des « migrants de l’Asie centrale » ou des « réfugiés des pays de religion musulmane ». En actualisant le stéréotype négatif du terme, le discours politique et journalistique d’extrême droite ou nationaliste crée ainsi un champ négatif en général autour du terme migrant. Le terme migrant, par une métaphore répétée, reçoit une nouvelle interprétation stéréotypée : « danger pour la vie et la paix dans le pays d’accueil », « personnes arrivant sur un territoire qu’elles considèrent territoire ennemi ». Les propriétés stéréotypiques se transposent du terme « terroriste » vers le terme « migrant », cette transposition ne se réalisant que verbalement, sur le niveau de la langue. Ainsi, à travers les procédés discursifs, la peur face à la migration est injectée dans la société.

  • 97 Tomeu Ferrer, « Lo que esconde el cartel “Limpiando Badalona”, de García Albiol », El Diario.es, 12 (...)
  • 98 Àngels Piñol, « El PP lanza en l’Hospitalet una campaña de tintes xenófobos », El País, 15.04.2015. (...)

53Modèle métaphorique spatial: en russe « деревня » (village [en nommant les migrants originaires de petits villages]), « аул » (aoul [en nommant les migrants arrivant des aouls situés dans le Caucase ou en Asie Centrale]) ; en espagnol «  limpiando Badalona97 » (en nettoyant Badalona), « limitar la proliferación de locutorios, bazares y kebabs98 » (limiter la prolifération des taxiphones, bazars et kébabs). Pour qu’on associe linguistiquement une personne avec un coin perdu dans le Caucase ou avec un kébab, on n’a pas besoin de savoir que la personne en question est effectivement originaire d’un aoul ou qu’elle mange des kébabs : il suffit de constater qu’il s’agit, probablement, d’un sujet migrant provenant des anciens mondes ottoman et perse. Les propriétés qualificatives stéréotypiques (qui permettent la métaphorisation, dans nos cas) ne sont pas fondées – ou pas en premier lieu – sur le savoir encyclopédique, elles relèvent principalement de l’imaginaire communautaire, elles sont approximatives et comportent souvent des erreurs.

54En ce qui concerne l’éventuel « nettoyage » de Badalona, il s’agit de l’affiche publiée par la section catalane du Parti Populaire, parti politique libéral-conservateur espagnol. Le PP catalan promettait de « nettoyer les localités », faisant un lien sémantique entre l’immigration, la saleté et l’insécurité. À travers ce genre de textes, le sujet migrant est perçu en tant que sous-homme, ou bien il est complètement déshumanisé et vu en tant qu’instrument, fonction.

  • 99 Дмитрий Мигунов, « Свежая кровь. Мигранты высасывают деньги из Германии », Лента.ру, 01.09.2017. (D (...)
  • 100 Миграционный кризис в Европе, n° 6, Москва, ФГБОУ ВО Российский экономический университет им. Г. В. (...)
  • 101 Андрей Колесников, интервью в программе Особое мнение, радиостанция Эхо Москвы, 21.09.2017. (Andrej (...)
  • 102 Blandine Le Cain, « Le témoignage d’un père de migrant, “désemparé” et impuissant », Le Figaro, 18. (...)

55Modèle métaphorique avec la sphère-source « phénomènes naturels » et, en particulier, modèle métaphorique hydronymique : en russe « сила » (la force), « нагрузка99 » (la charge), « гуманитарная катастрофа100 » (la catastrophe humanitaire), « хаос » (le chaos), « очаги чужой культуры и религиозности » (les foyers, les sièges de la culture et de la religion/religiosité étrangère), « поток рабочей силы » (le flux de main-d’œuvre), « Россия все равно столкнется с волной рабочей силы из разных стран, прежде всего азиатских101 » (La Russie, dans tous les cas, s’entrechoquera avec une vague de main-d’œuvre provenant de différents pays, principalement asiatiques) ; en espagnol « flujo» (le flux, l’écoulement), « corriente» (le courant), « ola» (la vague), « oleada» (la vague), « marea» (la marée), « avalancha» (l’avalanche), « riada» (la montée de l’eau), « tsunami» (tsunami) ; en français « poids », « instabilité croissante », « chaos », « jungle de Calais102 », « flux de main-d’œuvre », « vague ».

  • 103 Dmitrij Migunov, op. cit.
  • 104 Elena Smirnova, Oksana Karpenko, op. cit.

56Modèle métaphorique avec la sphère-source « famille », « amitié »: en russe « дорогие гости103 » (chers invités), « распоясавшийся гость104 » (un invité, un visiteur déchaîné), « братья » (les frères [employé entre guillemets et sans guillemets]).

  • 105 Dmitrij Migunov, op. cit.
  • 106 Виктория Волошина, « Нужны рабы, а не мигранты. Демографы о парадоксах отношения москвичей к приезж (...)

57Modèle métaphorique avec la sphère-source « maladie » ou « médecine »: en russe « жёлтая чума » (la peste jaune [par rapport aux migrants provenant de Chine]), « тяжёлый симптом » (un symptôme lourd), « признак болезни экономики » (le signe de la maladie de l’économie), « инъекции миллиона потенциальных работников105 » (les injections d’un million de travailleurs potentiels), « социальная зараза106 » (une infection sociale).

  • 107 Ibidem.
  • 108 Владимир Кара-Мурза, « Грани Времени. Мигранты в России – пот и кровь? », Радио Свобода, 21.09.2017 (...)
  • 109 Dmitrij Migunov, op. cit.
  • 110 Cette séquence a été empruntée sur le site web de La Fédération internationale des travailleurs du (...)

58Modèle métaphorique physiologique: en russe « узкоглазые107 » (chinetoques), « луноликие » (visage lunaire), « смуглые граждане » (les citoyens à la peau sombre), « золотые руки » (les mains d’or), « пот и кровь108 » (la sueur et le sang), « свежая кровь109 » (du sang frais [pour des groupes mafieux ou pour l’état accueillant]), « свежие человеческие ресурсы » (des ressources humaines fraîches) ; en espagnol « espalda mojada » (dos mouillé, prolo, sans papier) ; en français « ajouter du nouveau sang au troupeau », « la main d’œuvre immigrée injecte du sang nouveau aux sociétés des pays industrialisés110 ».

  • 111 Владимир Скрипов, « Летят перелётные птицы », Эксперт Северо-Запад, n° 40 (197), 2004. (Vladimir Sk (...)
  • 112 Dmitrij Migunov, op. cit.

59Modèle métaphorique zoomorphe: en russe « перелетные птицы111 » (les oiseaux migrateurs), « своры азиатов » (les meutes des asiatiques), « кровососущие насекомые112 » (les insectes hématophages).

  • 113 Irina Kobozeva, op. cit., p. 44.
  • 114 Ibidem, p. 43.

60Considérons les exemples de plusieurs utilisations métaphoriques appartenant aux différents modèles dans le cadre d’une seule proposition : « волна миграции сталкивается » (la vague de migration s’entrechoque), « сливание бесплатной рабочей силы » (le dépotage de la main-d’œuvre libre), « переварить поток мигрантов » (digérer le flux de migrants), « инструмент роста экономики » (un outil de la croissance économique), etc. Irina Kobozeva fait une remarque inductive à ce sujet : si deux ou plusieurs expressions métaphoriques, qui se rapportent à différentes sphères-sources et qui ne se trouvent pas dans une relation de coordination, se rencontrent dans le cadre d’une seule unité de discours élémentaire (d’une seule clause), une seule de ces deux expressions métaphoriques peut être l’indicateur de la métaphore vivante, et non lexicalisée113. Une métaphore vivante est également appelée « nouvelle » ou « créative » ; une métaphore lexicalisée est appelée « classique » ou « usée ». La marque distinctive (признак) de la métaphore vivante est la présence d’un effet sémantique de réinterprétation de la situation (et du changement de l’impact potentiel sur le récepteur) dans le cas du remplacement de l’expression métaphorique par son synonyme littéral ou par une métaphore synonymique usée114. Voici une illustration de cet effet sémantique : on remplace la métaphore « орда » (la horde) ou « оккупанты » (les occupants) par une phrase au sens littéral « les migrants qui sont venus d’Asie centrale dans la Fédération de Russie » ou par la métaphore usée « гости столицы » (les visiteurs de la capitale).

61En ce qui concerne la question des valeurs émotives, nous sommes arrivée à la conclusion qu’avec l’utilisation métaphorique des unités linguistiques, une série de possibilités se dessine :

  1. l’actualisation des caractéristiques stéréotypiques appréciatives et descriptives en même temps : ainsi, l’expression « жёлтая саранча » (le criquet jaune) transmet une appréciation péjorative des immigrés de la Chine tout en faisant référence par association à certaines caractéristiques physiques – ou imaginaires – des personnes dénotées.

  2. l’actualisation des caractéristiques stéréotypiques descriptives, sans les éléments appréciatifs : « перелётные птицы » (les oiseaux migrateurs) pour désigner les travailleurs saisonniers en provenance de Chine.

Conclusions

  • 115 Cette courte esquisse pourrait être utile, sur le plan méthodologique, à un examen comparatif plus (...)

62Le terme migrant et les expressions ayant un certain degré de figement qui se rapportent à ce terme, concentrent des représentations communes qui circulent, qui se créent et qui s’apprennent dans les discours. Parler des mécanismes de la stéréotypie linguistique, c’est avoir recours à l’expérience de l’autre, évoquer la mémoire collective d’une communauté donnée. Notre objectif n’était pas d’entreprendre une recherche politologique avec une analyse des paramètres issus de l’opinion publique115. Dans cet article, nous avons

  • brièvement mis en lumière plusieurs approches du fonctionnement de la stéréotypie en linguistique ;

  • révélé quelques phrases stéréotypiques liées au terme migrant en trois langues, en montrant que la représentation sémantique du mot migrant est constituée a) des caractéristiques classifiantes qui sont basées sur les connaissances encyclopédiques et b) des caractéristiques stéréotypiques qui proviennent des idées conventionnelles, non vérifiées, probablement erronées sur le comportement, l’aspect physique, moral et idéologique de différents groupes de migrants ;

  • nous avons montré, avec quelques exemples, comment les propriétés qui forment le stéréotype, sous forme de « phrases » définitoires non vérifiées, mais reconnues par tous les membres de la communauté linguistique, expliquent et entraînent en partie la nature de leur combinatoire ;

  • nous avons montré la façon dont le mot migrant peut être combiné avec des unités linguistiques métaphoriquement repensées dans le discours politique et médiatique ;

  • nous avons cité des exemples de remplacement métaphorique du mot migrant dans les textes politiques et médiatiques, en exposant ainsi un lien entre le stéréotype et la métaphore. Autrement dit, nous avons montré que le mécanisme de genèse des métaphores est basé sur les caractéristiques stéréotypiques non référentielles – issues des idées partagées et des croyances – associées aux noms dans le cadre d’une communauté sociolinguistique.

63En consommant la production textuelle des médias et des organisations politiques, il est parfois difficile de comprendre si c’est le sens littéral du mot qui circule dans le discours, ou bien si ce sont les informations inhérentes au stéréotype qui sont actualisées. Plus les métaphores sont présentes dans un texte politique ou médiatique, plus les « phrases stéréotypiques libres » liées au mot sont actualisées, et non les composantes dénotatives du sens, ainsi le potentiel pragmatique manipulateur du texte politique augmente.

64L’analyse des catégories sémantiques des structures – des stéréotypes et des modèles métaphoriques – permet d’effectuer un suivi linguistique des représentations qui circulent dans la société, et d’en extraire les composantes stables et les composantes fluctuantes. Dans les trois systèmes linguistiques observés, les métaphores avec les sphères-sources « guerre », « phénomènes naturels », « économie » et « crime » sont les plus répandues. Le « militarisme métaphorique » fait ressortir l’opposition de forces dans la société, reflète l’intensité de la lutte politique, et fait également son effet sur la conscience humaine en orientant les personnes vers le conflit. Le « militarisme métaphorique » et « le commerce métaphorique » ne se révèlent pas propres à une mentalité nationale concrète, mais sont des modèles expansionnistes globaux de la politique contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Bernard Fradin, « Anaphorisation et stéréotypes nominaux », Lingua, n° 64, 1984, p. 326.

2 Par exemple, chez Henri Boyer, De l’autre côté du discours. Recherches sur le fonctionnement des représentations communautaires, Paris, L’Harmattan, 2003.

3 Pour l’explication du terme « phrase stéréotypique », cf. Jean-Claude Anscombre, « Le rôle du lexique dans la théorie des stéréotypes », Langages, vol. 35, n° 142, 2001, p. 60 : « Le stéréotype d’un terme est une suite ouverte de phrases attachées à ce terme et en définissant la signification. Chaque phrase du stéréotype est, pour le terme considéré, une phrase stéréotypique. ». À consulter également : Jean-Claude Anscombre, « Dénomination, sens et référence dans une théorie des stéréotypes nominaux », Linguistique de la dénomination, Cahiers de praxématique, n° 36, 2001, p. 43-72.

4 On peut nommer à ce titre quelques ouvrages classiques de référence : Igor A. Mel’čuk, André Clas, Alain Polguère, Introduction à la lexicologie explicative et combinatoire, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1995 ; Gaston Gross, Les expressions figées en français, noms composés et autres locutions, Paris, Ophrys, 1996 ; Salah Mejri, « Séquences figées et expression de l’intensité. Essai de description sémantique », Cahiers de lexicologie, n° 65, 1994, p. 111-122.

5 En linguistique, il existe une compréhension très productive du stéréotype en tant qu’expression stable, ou formule qui se reproduit dans la langue. Charlotte Schapira, Maurice Kauffer et d’autres chercheurs travaillent dans ce sens. Schapira évoque une bipartition entre les « stéréotypes de pensée » et les « stéréotypes de langue », en définissant les stéréotypes de langue comme des locutions stéréotypées, ou formules, qui se divisent en locutions syntagmatiques expressives, expressions idiomatiques ou idiotismes, et énoncés stéréotypés qui regroupent toutes les formes parémiques : proverbes, dictons, formules de politesse, formules rituelles, phrases de routine, slogans. Cf. Charlotte Schapira, Les stéréotypes en français : proverbes et autres formules, Gap, Ophrys, 1999. Dans des études ultérieures, Schapira met l’accent sur l’idée que « la phraséologie en général et les stéréotypes de langue en particulier véhiculent pour la plupart des stéréotypes de pensée : des idées rebattues, des opinions et des jugements non vérifiés. » Sauf indication contraire, toutes les traductions ont été effectuées par nos soins. Cf. Charlotte Schapira, « Les stéréotypes : stéréotypes de pensée et stéréotypes de langue », 4e Congrès Mondial de Linguistique Française, SHS Web of Conferences, vol. 8, 2014, p. 65. URL : http://dx.doi.org/10.1051/shsconf/20140801398 [12/12/2017].

6 La liste des institutions journalistiques et des organismes publics dont nous avons consulté les ressources textuelles au cours de cette étude, est classée par ordre alphabétique ascendant, d’abord en alphabet latin puis en caractères cyrilliques : BBC http://www.bbc.com ; El Diario.es http://www.eldiario.es ; El Mundo http://www.elmundo.es ; El País https://elpais.com ; El Universal http://www.eluniversal.com.mx ; Forbes Russia http://www.forbes.ru ; La Razón http://www.larazon.es ; Le Figaro http://www.lefigaro.fr ; Le Monde http://www.lemonde.fr ; Libération http://www.liberation.fr ; Sputnik https://fr.sputniknews.com  ;Tribune de Genève https://www.tdg.ch ; Аргументы и факты (Argumenty i fakty, Arguments et faits) http://www.aif.ru    ;Вести.ру (Vesti.ru, Les Nouvelles ru) http://www.vesti.ru ; Взгляд, деловая газета (Vzgljad, delovaja gazeta, Regard, le journal d’affaires) https://vz.ru ; Газета.ру (Gazeta.ru, Le Journal ru) http://www.gazeta.ru ; Деловая газета. Юг (Delovaja gazeta. Jug, Le journal d’affaires. Sud) http://www.dg-yug.ru  ; Демоскоп Weekly (Demoscope Weekly) http://www.demoscope.ru ; ИноСМИ.ру (Inosmi.ru, Les médias étrangers) http://www.inosmi.ru  ;Кольта.ру (Colta.ru) http://www.colta.ru ; Коммерсант (Kommersant, Le commerçant) http://www.kommersant.ru ; Лента.ру (Lenta.ru) http://www.lenta.ru ; Миграция XXI век, независимый информационно-аналитический журнал, Москва, Союз журналистов России (Migracija XXI vek, Migration XXIe siècle, le journal indépendant d’information et d’analyse, Moscou, l’Union des journalistes de Russie) http://migrant.ru/archive-migraciya-xxi-vek ; Народы России (Les peuples de Russie) http://www.narodru.ru ; Политобразование (Politobrazovanie, L’éducation politique, la revue d’information et d’analyse) http://lawinrussia.ru ; Президент России, официальные сетевые ресурсы (Le Président de la Russie, sources web officielles) http://www.kremlin.ru ; РИА Новости (RIA Novosti, Agence Russe d’Information Les Nouvelles) http://www.ria.ru ; Российская газета (Rossijskaja gazeta, Le quotidien russe) http://www.rg.ru ; Россия сегодня, международное агентство новостей (Rossija segodnja, Agence Internationale d’Information La Russie aujourd’hui) http://россиясегодня.рф/ ; Санкт-Петербургские ведомости (Sankt-Peterburgskie vedomosti, Les Nouvelles de Saint-Pétersbourg) http://www.spbvedomosti.ru ; Радио Свобода (Radio Svoboda, Radio Liberté) https://www.svoboda.org ; Фергана (Agence Internationale d’Information Fergana, l’une des sources d’information les plus populaires consacrées à la vie des pays d’Asie centrale de l’ex-URSS) http://www.fergananews.com ; Фонтанка.ру (Fontanka ru) http://www.fontanka.ru ; Чархи Гардун (Čarxi Gardun, Gazeta tj) http://www.gazeta.tj ; Эксперт Северо-Запад (Ekspert Severo-Zapad, Expert Nord-Ouest) http://www.expertnw.ru ; Этноинфо (Agence d’information Ethnoinfo, Centre Interethnique d’Information) http://www.ethnoinfo.ru ; Эхо Москвы (Èxo Moskvy, station de radio Écho de Moscou) https://echo.msk.ru

7 La liste des institutions et des organismes publics dont nous avons utilisé les ressources au cours de cette étude, est également classée par ordre alphabétique ascendant, d’abord en alphabet latin puis en caractères cyrilliques : Commission économique pour l’Europe des Nations Unies, statistiques http://www.unece.org/stats/stats_h.html ; Conseil européen, Conseil de l’Union Européenne http://www.consilium.europa.eu/fr/ ; La CIMADE (Comité Intermouvement auprès des Évacués) http://www.lacimade.org ; Аналитический центр Юрия Левады (Analitičeskij centr Jurija Levady, Centre Analytique de Yuri Levada situé à Moscou) https://www.levada.ru ; Государственный пограничный комитет Республики Беларусь (Comité national des frontières de la République de Bélarus) http://gpk.gov.by ; Единая Россия (Edinaja Rossija, Russie Unie, parti politique libéral-conservateur russe) http://er.ru ; Информационно-аналитический центр « СОВА » (Informacionno-analitičeskij centr « SOVA », Centre d’information et d’analyse « SOVA », organisation non gouvernementale située à Moscou, assurant un suivi autour du respect des droits humains en Russie et des actes qui relèvent de l’extrémisme) http://www.sova-center.ru/en ; Комитет гражданского содействия (Komitet graždanskogo sodejstvija, Comité d’assistance civique, organisation caritative régionale russe dont l’objectif est de venir en aide aux réfugiés ainsi qu’aux migrants déplacés de force) http://refugee.ru/fr/a-propos-de-l-organisation ; Коммунистическая партия Российской Федерации, КПРФ (Kommunističeskaja partija Rossijskoj Federacii, KPRF, Le Parti communiste de la fédération de Russie) https://kprf.ru ; Мигрант.ру, Форум переселенческих организаций, Международное общественное движение содействия мигрантам и их объединениям (Migrant.ru, Forum des organisations des migrants, Mouvement social international de soutien des migrants et de leurs associations en Russie) https://www.migrant.ru ; Миграция XXI век, Фонд поддержки социальных проектов (Migracija XXI vek, Migration XXI siècle, Fonds de soutien des projets sociaux en Russie et en autres pays de l’ex URSS) http://www.mirpal.org ; Центр независимых социологических исследований, ЦНСИ (Centr nezavisimyx sociologičeskix issledovanij, Centre de Recherches Sociologiques Indépendantes situé à Saint-Pétersbourg) http://www.cisr.ru

8 Le potentiel pragmatique du texte est défini comme une capacité du texte à exercer une influence sur le récepteur (ou le destinataire), à provoquer chez lui une réaction intellectuelle ou émotionnelle face au message transmis, cf. В. Н. Комиссаров, Теория перевода (лингвистические аспекты), Москва, Высшая школа, 1990, c. 249. (Vilen Komissarov, La théorie de la traduction (aspects linguistiques), Moscou, École Supérieure, 1990, p. 249).

9 Cf. en particulier les travaux des auteurs Daniel Katz, Kenneth W. Braly, Uta Quasthoff, Jerzy Bartmiński, Marie-Christine Munoz, Leonid Krysin, Irina Kobozeva, Olga Belova, Elena Berezovič, Viktorija Krasnyx, Vladimir Plungjan, Ekaterina Raxilina et autres.

10 Un commentaire de Walter Lippmann suffira pour se convaincre de l’importance des représentations stéréotypées dans le fonctionnement de la société : « We shall assume that what each man does is based not on direct and certain knowledge, but on pictures made by himself or given to him. If his atlas tells him that the world is flat he will not sail near what he believes to be the edge of our planet for fear of falling off. […] what is propaganda, if not the effort to alter the picture to which men respond, to substitute one social pattern for another? » In Walter Lippmann, Public opinion, New York, The Macmillan Company, 1947, p. 25-26.

11 Ruth Amossy, Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société, Paris, Armand Colin, 1997, p. 26.

12 А. П. Чудинов, Политическая лингвистика, Москва, Флинта, Наука, 2008, c. 46. (Anatolij Čudinov, La linguistique politique, Moscou, Flinta, 2008, p. 46.)

13 Nous reprenons ce résumé de l’approche théorique du stéréotype par Anscombre et par Fradin à Vladimir Beliakov, Introduction à la lexicologie et à la sémantique lexicale russes, Toulouse, PUM, 2014, p. 27.

14 E. Бартминьский, Языковой образ мира: очерки по этнолингвистике, Москва, Индрик, 2005, c. 165. (Jerzy Bartmiński, L’image linguistique du monde : essais sur l’ethnolinguistique, Moscou, Indrik, 2005, p. 165.)

15 Encore une fois, nous nous référons, à cet égard, à l’ouvrage de Lippmann : « He is learning to see with his mind vast portions of the world that he could never see, touch, smell, hear, or remember. […] The pictures inside the heads of these human beings, the pictures of themselves, of others, of their needs, purposes, and relationship, are their public opinions. », in Walter Lippmann, op. cit., p. 29.

16 Laure Gabus, « Migrant ou réfugié : le délicat choix des mots », Tribune de Genève, 15.10.2016. URL : https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Migrant-ou-refugie-le-delicat-choix-des-mots/story/17274051 [12/12/2017].

17 Jean-Claude Anscombre, op. cit., p. 59.

18 Hilary Putnam, « Signification, références et stéréotype », Philosophie, n° 5, 1985, p. 21-44 ; Hilary Putnam, Représentation et réalité, Paris, Gallimard, 1990.

19 Vladimir Beliakov, op. cit., p. 23. Du même auteur, l’ouvrage consacré exclusivement à la typologie des stéréotypes linguistiques en langue russe : Vladimir Beliakov, Les stéréotypes linguistiques en russe : sémantique et combinatoire, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2012.

20 De nombreuses études menées dans le domaine de l’ethnolinguistique montrent que les traits stéréotypiques attribuées aux « autres » ont tendance à graviter vers des extrêmes : ces caractéristiques sont soit très positives, soit très négatives.

21 Selon les données des organismes de recherche non étatiques à but non lucratif tels que le Centre analytique de Yuri Levada situé à Moscou, et le Centre de recherches sociologiques indépendantes situé à Saint-Pétersbourg, les attitudes les plus intolérantes au sein de la population (multiethnique !) de Russie sont enregistrées à l’égard des travailleurs migrants originaires du Caucase du Nord et d’Asie centrale.

22 А. П. Романова, « Образ “чужого” на постсоветском пространстве », Каспийский регион: политика, экономика, культура. Философская антропология, философия культуры, n° 4 (49), 2016, c. 159-166, с. 162. (Anna Romanova, « L’image de l’“autre” dans l’espace postsoviétique », Région Caspienne : politique, économie, culture. Anthropologie philosophique, philosophie de la culture, n° 4 (49), 2016, p. 159-166, p. 162.)

23 « Чаще всего, это обладатель азиатской или кавказской внешности, малограмотный работяга, как правило, нелегал, несущий в себе неведомое количество угроз коренным жителям, которые, будучи обладателями российских паспортов, имеют бесспорное превосходство перед “понаехавшими”. Мигранты воспринимаются обществом как источник проблем, а не блага для государства ». Лидия Графова, « МЫ и ОНИ: о мигрантах, языке вражды и агрессивной ментальности », Движение мигрант.ру, 10.06.2015. (Lidija Grafova, « NOUS et LES AUTRES : à propos des migrants, du discours de haine et de la mentalité agressive », Le mouvement migrant.ru, 10.06.2015.) URL : http://migrant.ru/my-i-oni-o-migrantax-yazyke-vrazhdy-i-agressivnoj-mentalnosti [12/12/2017].

24 Il convient de préciser que les traits stéréotypiques que l’on définit ici sont assez approximatifs car ils ne figurent pas dans les dictionnaires ni dans les documents institutionnels, et sont de caractère instable.

25 Les paramètres de choix du corpus sont explicités dans la première partie de l’article.

26 Карина Пипия, « Отношение к трудовым мигрантам », Аналитический центр Юрия Левады, 28.04.2017. (Karina Pipija, « Attitude par rapport aux migrants de travail », Centre Analytique de Yuri Levada, 28.04.2017). URL : https://www.levada.ru/2017/04/28/otnoshenie-k-trudovym-migrantam [12/12/2017].

27 « Отношение к мигрантам », Аналитический центр Юрия Левады, 03.07.2013. (« Attitude par rapport aux migrants », Centre Analytique de Yuri Levada, 03.07.2013). URL : https://www.levada.ru/2013/07/03/otnoshenie-k-migrantam [12/12/2017].

28 Сулаймон Шохзода, « Социальная адаптация и интеграция: взгляд со стороны мигрантских сообществ », Миграция XXI век : независимый информационно-аналитический журнал, n° 3 (12), 2012, c. 61-63. (Sulajmon Šoxzoda, « Adaptation sociale et intégration : un regard du point de vue des communautés de migrants », Migration XXIe siècle : journal indépendant d’information et d’analyse, n° 3 (12), 2012, p. 61-63). URL : http://migrant.ru/Files/XXIvek/migraciaXXI-12.pdf [12/12/2017].

29 Герман Петелин, « Соседи подельников Джалилова жаловались в ФСБ: Соседи возможных подельников смертника Джалилова жаловались на мигрантов », Газета.ру, 10.04.2017. (German Petelin, « Les voisins des complices de Džalilov se sont plaints au Service fédéral de sécurité : Les voisins des complices présumés du kamikaze Džalilov se plaignaient des migrants », Le Journal ru, 10.04.2017). URL : https://www.gazeta.ru/social/2017/04/10/10620137.shtml [12/12/2017].

30 « Самостоятельной угрозой обществу становится мигрантофобия, создание и манипулирование образами “криминального кавказца”, “таджика-наркоторговца”, “китайской триады” и т. д. Ксенофобии и массовые истерии - прямой путь к погромам. А это подрыв общественного здоровья и силы государства ». В. И. Дятлов, « Внешние миграции и “новые диаспоры” в современной России: криминальный аспект », Владивостокский центр исследования организованной преступности, 23.12.2005. (Viktor Djatlov, « Migration externe et les « diasporas nouvelles » en Russie moderne : l’aspect criminel », Centre de recherche du crime organisé de Vladivostok, 23.12.2005). URL : http://www.crime.vl.ru/index.php?p=1004&more=1&c=1&tb=1&pb=1, [12/12/2017].

31 « Преступность среди мигрантов: позиция власти, данные статистики и мнения экспертов », Информационное агентство Фергана, 01.04.2016. (« La délinquance parmi les migrants : position du pouvoir, données statistiques et opinions des experts », Agence d’Information Fergana, 01.04.2016). URL : http://www.fergananews.com/articles/8923 [12/12/2017].

32 À titre de comparaison, voir l’article de Vincent Capt, Jérôme Jacquin, Stéphanie Pahud, « La figure de l’étranger dans les discours d’un parti politique suisse nationaliste : modes de désignation, traits stéréotypiques et émotions visées », Textes et Contextes, n° 5, 2010. URL : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/textes&contextes [12/12/2017].

33 Екатерина Иващенко, « Мусульманская миграция в Россию: интеграция возможна », Информационное агентство Фергана, 01.11.2017. (Ekaterina Ivaščenko, « Migration musulmane en Russie : l’intégration est possible », Agence d’Information Fergana, 01.11.2017). URL : http://www.fergananews.com/articles/9615 [12/12/2017].

34 Les commentateurs, les observateurs, les experts et les hommes politiques de gauche insistent sur le fait que l’UE et la Russie portent une obligation morale d’accueillir les personnes dont la vie a été menacée en raison des actions militaires dans leurs pays ou à cause de catastrophes environnementales (par exemple la menace absolue de la pénurie d’eau dans des régions de l’Afrique et les inondations côtières de l’Asie du Sud), d’où tout un autre portrait linguistique des termes migrant et réfugié.

35 Хосе Ортега-и-Гассет, « Две великие метафоры », in Н. Д. Арутюнова (общ. ред.), М. А. Журинская (общ. ред.), Теория метафоры, Москва, Прогресс, 1990, с. 68-81. (José Ortega y Gasset, « Las dos grandes metáforas », in Nina Arutjunova (éd.), Marina Žurinskaja (éd.), La théorie de la métaphore, Moscou, Progress, 1990, p. 68-81).

36 Н. Д. Арутюнова, « Метафора и дискурс », in Н. Д. Арутюнова (общ. ред.), М. А. Журинская (общ. ред.), op. cit., c. 19. (Nina Arutjunova, « Metafora i diskurs », in Nina Arutjunova (dir.), Marina Žurinskaja (dir.), op. cit., p. 19).

37 George Lakoff, Mark Johnson, Les métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1985.

38 А. Н. Баранов, Ю. Н. Караулов, Словарь русских политических метафор, Москва, Помовский и партнёры, 1994. (Anatolij Baranov, Jurij Karaulov, Dictionnaire des métaphores politiques russes, Moscou, Pomovskij i partnëry, 1994.) Ce dictionnaire dans lequel le matériel linguistique est structuré et interprété dans le cadre d’une approche cognitive, reste à ce jour une référence importante pour les chercheurs en langue de la politique en Russie. Les éléments du dictionnaire sont divisés en deux parties : les réalités politiques dénotatives (descripteurs dénotatifs) et les modèles métaphoriques (descripteurs significatifs).

39 Е. И. Шейгал, Семиотика политического дискурса, Волгоград, Перемена, 2000. (Elena Šejgal, La sémiotique du discours politique, Volgograd, Peremena, 2000).

40 А. П. Чудинов, Россия в метафорическом зеркале: когнитивное исследование политической метафоры, Екатеринбург, УГПУ, 2001. (Anatolij Čudinov, La Russie dans le miroir métaphorique : l’étude cognitive de la métaphore politique, Ekaterinbourg, UGPU, 2001).

41 О. Л. Михалёва, Политический дискурс: специфика манипулятивного воздействия, Москва, Либроком, 2008. (Olga Mixalëva, Le discours politique : la spécificité de l’influence manipulatrice, Moscou, Librokom, 2008).

42 Parmi les ouvrages en langue française qui élucident certaines questions relatives au rôle et aux fonctions de la métaphore dans le discours politique, on peut nommer Anne-Marie Gingras, « Les métaphores dans le langage politique », Politique et Sociétés, n° 30, 1996, p. 159-171 ; Patrick Charaudeau, Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert, 2005, et autres.

43 Anatolij Baranov, Jurij Karaulov, op. cit., p. 6. Voir également : А. Н. Баранов, « О типах сочетаемости метафорических моделей », Вопросы языкознания, n° 2, 2003, c. 73-94. (Anatolij Baranov, « Sur les types de compatibilité de modèles métaphoriques », Questions de la linguistique, n° 2, 2003, p. 73-94).

44 Les essais de systématisation des modèles métaphoriques qui circulent dans le discours politique, sont présentés dans les œuvres de linguistes tels qu’Anatolij Baranov, Anatolij Čudinov, Èduard Budaev, Tatjana Skrebcova, Ljudmila Vesnina, Tatjana Sokolovskaja, Ruslan Zaripov et autres. Ljudmila Vesnina a construit une classification ramifiée des modèles métaphoriques, frames et slot qui se rapportent aux notions de la migration et du migrant, en se basant sur un corpus d’articles des médias de la Russie des années 2000 : Л. Е. Веснина, « Метафорическое моделирование миграции в российских печатных СМИ », Политическая лингвистика, n° 1 (31), 2010, p. 84-89. (Ljudmila Vesnina, « Modélisation métaphorique de la migration dans la presse écrite russe », Linguistique politique, n° 1 (31), 2010, p. 84-89). Cf. également sur cette thématique deux articles de Tatjana Skrebcova : Т. Г. Скребцова, « (Транс)формирование социальных стереотипов в современном российском публичном дискурсе (на примере трудовых мигрантов и беженцев) », Политическая лингвистика, n° 1 (51), 2015, c. 224-230. (Tatjana Skrebcova, « La (trans)formation des stéréotypes sociaux dans le discours public russe contemporain (par l’exemple des migrants de travail et des réfugiés) », Linguistique politique, n° 1 (51), 2015, c. 224-230.) ; Т. Г. Скребцова, « Образ мигранта в современных российских СМИ », Политическая лингвистика, n° 3 (23), 2007, c. 115-118. (Tatjana Skrebcova, « L’image du migrant dans les médias russes contemporains », Linguistique politique, n° 3 (23), 2007, c. 115-118).

45 Анна Семкина, « Собянин нашёл в Москве армию гастарбайтеров », Вести.ру, 24.11.2010. (Anna Semkina, « Sobjanin [maire de Moscou] a découvert à Moscou une armée de travailleurs migrants », Vesti.ru, 24.11.2010). URL : http://www.vesti.ru/doc.html?id=408870 [12/12/2017].

46 « Венгрия готова окружить себя забором ради защиты от мигрантов из Африки », Государственный пограничный комитет Республики Беларусь, 21.08.2015. (« La Hongrie est prête à s’entourer d’une barrière pour se protéger des migrants d’Afrique », Comité national des frontières de la République de Bélarus, 21.08.2015). URL : http://gpk.gov.by/news/za-rubezhom/18862 [12/12/2017].

47 Елена Смирнова, Оксана Карпенко, « Равный доступ », Эксперт Северо-Запад, n° 1-2 (599), 2012. (Elena Smirnova, Oksana Karpenko, « Égalité d’accès », Expert Nord-Ouest, n° 1-2 (599), 2012). URL : http://expert.ru/northwest/2012/02/ravnyij-dostup [12/12/2017].

48 « Ciudad de Agadez, paso obligado para la migración africana ilegal », NTR Periodismo crítico, 15.11.2015. (« La ville d’Agadez, étape obligatoire de la migration illégale en Afrique », NTR Periodismo crítico, 15.11.2015). URL: http://ntrzacatecas.com/2015/11/15/ciudad-de-agadez-paso-obligado-para-la-migracion-africana-ilegal [12/12/2017].

49 « Aumenta pobreza extrema entre los “sin techo” suecos que viven en España », Telesur TV, 02.09.2014. (« La pauvreté extrême augmente chez les “sans-abri” suédois vivant en Espagne », Telesur TV, 02.09.2014). URL : https://www.telesurtv.net/news/Aumentan-indigentes-suecos-en-Espana--20140902-0040.html [12/12/2017].

50 Cf. Esteve Espelt, « La construcción del discurso racista hacia “los inmigrantes” », Revista MUGAK, Centro de documentación sobre racismo y xenofobia, n° 57. (Esteve Espelt, « La construction du discours raciste envers les “immigrés” », revue MUGAK, Centre de documentation sur le racisme et la xénophobie, n° 57.) URL : http://mugak.eu/revista-mugak/no-57/la-construccion-del-discurso-racista-hacia-los-inmigrantes [17/12/2017].

51 « Директор завода торгует гастарбайтерами », Деловая газета. Юг, 14.08.2008. (« Un directeur d’usine fait commerce des travailleurs migrants », Journal d’affaires. Sud, 14.08.2008). URL : http://www.dg-yug.ru/a/2008/08/14/Direktor_zavoda_torguet_g

52 Дарья Катина, « Сколько стоят мигранты. Образование и лечение приезжих оплачивают россияне », Аргументы и факты, n° 19, 07.05.2014. (Dar’ja Katina, « Combien les migrants coûtent-ils. L’éducation et le traitement médical sont payés par les Russes », Arguments et faits, n° 19, 07.05.2014). URL : http://www.aif.ru/money/economy/1163358 [12/12/2017].

53 Михаил Прохоров, « Настоящее и будущее », предвыборная программа, Forbes, 2012. (Mixail Proxorov, « Le présent et le futur », programme électoral, Forbes, 2012). URL : http://www.forbes.ru/sites/default/files/propoints-111229071827-phpapp02.pdf [12/12/2017].

54 Ирина Склярова, « Мигранты – двигатель торговли. Розничные рынки в России продолжают редеть », Народы России, 19.04.2007. (Irina Skljarova, « Les migrants sont le moteur du commerce. Les marchés de bétail en Russie continuent à diminuer », Les peuples de Russie, 19.04.2007). URL : http://www.narodru.ru/smi9110.html [12/12/2017].

55 Cf. l’entretien (en russe) avec l’expert de l’intégration et de l’extrémisme de droite Aleksandr Tèvda-Burmuli qui éclaire le problème de la combinaison complexe du sens pragmatique et des principes humanistes en politique migratoire. Дмитрий Пашинский, « Миграционная политика Европы – это проблема, не имеющая решения », Colta, 09.11.2015. (Dmitrij Pašinskij, « La politique migratoire en Europe c’est un problème qui n’a pas de solution », Colta, 09.11.2015). URL : http://www.colta.ru/articles/society/8497 [12/12/2017].

56 Nacho Carretero, « Ocho cifras para entender la tragedia de las migraciones en África », El País, 02.07.2017. (Nacho Carretero, « Huit chiffres pour comprendre la tragédie de la migration en Afrique », El País, 02.07.2017.) URL : https://elpais.com/internacional/2017/06/30/actualidad/1498817146_918767.html [12/12/2017].

57 Марина Луковцева, « Игорь Баринов: мигранты – легкая добыча для экстремистов », РИА Новости, 13.10.2017. (Marina Lukovceva, « Igor’ Barinov : les migrants sont des proies faciles des extrémistes », Agence Russe d’Information Les Nouvelles, 13.10.2017). URL : https://ria.ru/interview/20171013/1506764681.html [12/12/2017].

58 Екатерина Иващенко, « Москва глазами мигрантов: город надежд, опасностей и карьерных возможностей », Информационное агентство Фергана, 05.07.2017. (Ekaterina Ivaščenko, « Moscou à travers les yeux des migrants : la ville des espoirs, des dangers et des opportunités de carrière », Agence d’Information Fergana, 05.07.2017). URL : http://www.fergananews.com/articles/9469 [12/12/2017].

59 « Насилие охватило мигрантское гетто Эр-Рияда », BBC Русская служба, 10.11.2013. (« La violence s’est propagée dans le ghetto des migrants de Riyad, BBC Service russe, 10.11.2013). URL : http://www.bbc.com/russian/international/2013/11/131110_saudi_clashes [12/12/2017].

60 Иван Яковина, « Мигранты в Европе: главные риски », Colta, 09.11.2015. (Ivan Jakovina, « Les migrants en Europe : les principaux risques », Colta, 09.11.2015). URL : http://www.colta.ru/articles/society/8494 [12/12/2017].

61 Arturo Puente, « El PP hace campaña repartiendo octavillas xenófobas en el barrio con más inmigración de Barcelona », El Diario.es, 14.05.2015. (Arturo Puente, « Pendant la campagne du PP, on distribue des tracts xénophobes dans le quartier barcelonais où l’immigration est la plus présente », El Diario.es, 14.05.2015). URL : http://www.eldiario.es/catalunya/PP-repartiendo-octavillas-inmigracion-Barcelona_0_387762217.html [12/12/2017].

62 Sara Prestianni, « Algérie », La CIMADE, 2011, p. 51-56. URL : http://www.lacimade.org/wp-content/uploads/2011/01/fiche_algerie.pdf [12/12/2017].

63 Анатолий Вишневский, Михаил Денисенко, « Мигрантов нужно активнее интегрировать в общество », Национальный исследовательский университет « Высшая школа экономики », 21.04.2016. (Anatolij Višnevskij, Mixail Denisenko, « Il faut intégrer les migrants dans la société plus activement », Université nationale de recherche « École supérieure d’économie », 21.04.2016). URL : https://iq.hse.ru/news/181034277.html [12/12/2017].

64 Ibidem.

65 Ibidem.

66 « Первый секретарь МК КПРФ Н. И. Васильев: зачем власти гастарбайтеры? », веб-сайт Коммунистической партии Российской Федерации, 24.08.2011. (« Le premier secrétaire du Comité de Moscou du Parti communiste de la fédération de Russie, N. I. Vasil’ev : pourquoi le pouvoir a-t-il besoin des travailleurs étrangers ? », site web du Parti communiste de la fédération de Russie, 24.08.2011). URL : https://kprf.ru/crisis/edros/96001.html [12/12/2017].

67 Ibidem.

68 Anatolij Višnevskij, Mixail Denisenko, op. cit.

69 Владимир Путин, « Вступительное слово на заседании Совета Безопасности Российской Федерации », 31.03.2016. (Vladimir Poutine, « Allocution d’ouverture à une réunion du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie », 31.03.2016). URL : http://www.kremlin.ru/events/president/news/51618 [12/12/2017].

70 « Путин призвал помогать “добропорядочным” мигрантам адаптироваться в России », НТВ, 31.03.2016. (« Poutine appelé à aider les migrants “respectables” à s’adapter en Russie », chaîne de télévision NTV, 31.03.2016). URL : http://www.ntv.ru/novosti/1618048, [12/12/2017].

71 Кира Латухина, « Окно для честных: Владимир Путин призвал сделать выводы из миграционного кризиса в Европе », Российская газета, Столичный выпуск, n° 6937 (69), 31.03.2016. (Kira Latuxina, « Une fenêtre pour les gens honnêtes : Vladimir Poutine a appelé à tirer des conclusions de la crise migratoire en Europe », Rossijskaja gazeta/Le quotidien russe, Édition de la capitale, n° 6937 (69), 31.03.2016). URL : https://rg.ru/2016/03/31/putin-prizval-sdelat-vyvody-iz-migracionnogo-krizisa-v-evrope.html [12/12/2017].

72 Марина Петрова, « Трудовой мигрант: каков он и чем грозит его приезд рядовому россиянину », Политобразование, 29.10.2016. (Marina Petrova, « Un migrant de travail : qu’est-ce qu’il est et comment son arrivée menace-t-elle un citoyen russe ordinaire », Politobrazovanie, L’éducation politique, 29.10.2016). URL : http://lawinrussia.ru/content/trudovoy-migrant-kakov-i-chem-grozit-ego-priezd-ryadovomu-rossiyaninu [12/12/2017].

73 Les deux définitions apparaissent sur le site du CNRTL.

74 Т. Ф. Ефремова, Современный толковый словарь русского языка, т. 1, Москва, АСТ, 2005. (Tatjana Efremova, Le Dictionnaire moderne de la langue russe, vol. 1, Moscou, AST, 2005).

75 Д. Н. Ушаков, Толковый словарь русского языка, Москва, Альта-Принт, 2005. (Dmitrij Ušakov, Le Dictionnaire explicatif de la langue russe, Moscou, Alta-Print, 2005).

76 Ань Хуен, « Европа сталкивается с серьёзными вызовами безопасности из-за волны миграции », VOVworld, государственный канал радио « Голос Вьетнама », 10.09.2015. (An’ Xuen, « l’Europe s’affronte à de sérieux défis de sécurité en raison de la vague de migration », VOVworld, chaîne de radio d’état « La Voix du Vietnam », 10.09.2015). URL : http://vovworld.vn/ru-RU/комментарии/европа-сталкивается-с-серьезными-вызовами-безопасности-изза-волны-миграции-366898.vov [12/12 /2017].

77 Ces types de nœuds métaphoriques sont analysés en détail dans l’article suivant : И. М. Кобозева, « Лексико-семантические заметки о метафоре в политическом дискурсе », Политическая лингвистика, n° 2 (32), 2010, c. 41-46. (Irina Kobozeva, « Les observations lexicales et sémantiques sur la métaphore dans le discours politique », Linguistique politique, n° 2 (32), 2010, p. 41-46).

78 Cf. la définition sur le site du CNRTL.

79 Pour ce genre de cas, Anatolij Baranov soulève la problématique de la « compatibilité interne des modèles métaphoriques » dans l’article : Анатолий Баранов, « О типах сочетаемости метафорических моделей », Вопросы языкознания, n° 2, 2003, p. 73-94. (Anatolij Baranov, « Sur la compatibilité des types de modèles métaphoriques », Questions de la linguistique, n° 2, 2003, p. 73-94).

80 Кристоффер Хекет, « Восточная Европа – это не 25 одинаково серых, бетонных государств, населенных паразитирующими мигрантами », ИноСМИ.ру, 24.12.2016, переведено с датского языка, оригинальный текст: Berlingske, 24.12.2016. (Kristoffer Hecquet, « L’Europe de l’Est, ce ne sont pas 25 états identiques gris en béton peuplés de migrants parasitaires », Inosmi.ru, Les médias étrangers, 24.12.2016, traduit du danois, texte original : Berlingske, 24.12.2016). URL : http://inosmi.ru/politic/20161224/238426229.html [12/12/2017].

81 Азиза Насырова, « По имени “мигрант” », Ориёно, n° 48, 06.12.2007. (Aziza Nasyrova, « Du nom de « migrant » », Oriono, n° 48, 06.12.2007). URL : http://old.news.tj/ru/news/press-obzor-53-011207-071207 [12/12/2017].

82 Alejandro Suversa, « Migrantes, en manos de los “coyotes del sur” », El Universal, 28.11.2010. (Alejandro Suversa, « Les migrants entre les mains des “coyotes du sud” », El Universal, 28.11.2010).

83 Ici, nous citons les unités linguistiques dont l’usage au sens métaphorique est très fréquent, ou dont l’emploi a déjà été commenté dans la partie précédente. Par conséquent, nous n’indiquons pas les données de source pour chacune des expressions.

84 Juan Carlos Velasco, « La migración es cosa de metáforas », El País, 28.03.2014. (Juan Carlos Velasco, « La migration est une question de métaphores », El País, 28.03.2014).
URL : https://elpais.com/elpais/2014/03/25/opinion/1395776188_012122.html [17/12/2017].

85 « Une seconde chance pour les orphelins de la guerre en Syrie », Sputnik, 02.09.2016. URL : https://fr.sputniknews.com/international/201609021027588141-syrie-enfants-orphelins-villages-refuge [12/12/2017].

86 « Первый секретарь МК КПРФ Н. И. Васильев: зачем власти гастарбайтеры? », веб-сайт Коммунистической партии Российской Федерации, 24.08.2011. (« Le premier secrétaire du Comité de Moscou du Parti communiste de la fédération de Russie, N. I. Vasil’ev : pourquoi le pouvoir a-t-il besoin des travailleurs étrangers ? », site web du Parti communiste de la fédération de Russie, 24.08.2011). URL : https://kprf.ru/crisis/edros/96001.html [12/12/2017].

87 Ibidem.

88 Ibidem.

89 Anatolij Višnevskij, Mixail Denisenko, op. cit.

90 Анна Королёва, « Миграция как фактор роста », Эксперт Онлайн, 2015. (Anna Koroljova, « La migration comme facteur de croissance », Expert Online, 2015). URL : http://expert.ru/2015/03/27/migratsiya-kak-sredstvo-globalizatsii 12/12/2017].

91 Nacho Carretero, « Subastas de esclavos a las puertas de Europa », El País, 02.07.2017. (Nacho Carretero, « Enchères d’esclaves aux portes de l’Europe », El País, 02.07.2017). URL : https://elpais.com/internacional/2017/06/29/actualidad/1498753080_705940.html [12/12/2017].

92 Ali Bensaâd, « Les brûleurs de frontières », Libération, 28.05.2008. URL : http://www.liberation.fr/tribune/2008/05/28/les-bruleurs-de-frontieres_72722 [12/12/2017].

93 « Врачи без границ: политика ЕС играет на руку торговцам людьми в Ливии », РИА Новости, 07.09.2017. (« Médecins sans frontières : la politique de l’UE fait le jeu des trafiquants de personnes en Libye », Agence Russe d’Information RIA Novosti, 07.09.2017). URL : https://ria.ru/world/20170907/1501939458.html [12/12/2017].

94 Ekaterina Ivaščenko, op. cit.

95 Cf. la définition sur le site du CNRTL : http://www.cnrtl.fr/definition/terroriste

96 L’opinion du journaliste Èduard Birov a été citée dans l’article suivant : « Общественное мнение: Бельгию предупреждали », Взгляд, деловая газета, 22.03.2016. (« L’opinion publique : la Belgique a été avertie », Regard, le journal d’affaires, 22.03.2016). URL : https://vz.ru/opinions/2016/3/22/800938.html [12/12/2017].

97 Tomeu Ferrer, « Lo que esconde el cartel “Limpiando Badalona”, de García Albiol », El Diario.es, 12.05.2015. (Tomeu Ferrer, « Ce qui se cache derrière l’affiche “En nettoyant Badalona” de García Albiol », El Diario.es, 12.05.2015). URL : http://www.eldiario.es/catalunya/esconde-Limpiando-Badalona-Garcia-Albiol_0_387062257.html [12/12/2017].

98 Àngels Piñol, « El PP lanza en l’Hospitalet una campaña de tintes xenófobos », El País, 15.04.2015. (Àngels Piñol, « Le PP lance une campagne aux nuances xénophobes à l’Hospitalet », El País, 15.04.2015). URL : https://elpais.com/ccaa/2015/04/14/catalunya/1429042608_257547.html [12/12/2017].

99 Дмитрий Мигунов, « Свежая кровь. Мигранты высасывают деньги из Германии », Лента.ру, 01.09.2017. (Dmitrij Migunov, « Du sang frais. Les migrants sucent l’argent de l’Allemagne », Lenta.ru, 01.09.2017). URL : https://lenta.ru/articles/2017/09/01/nichtwillkommen/ [12/12/2017].

100 Миграционный кризис в Европе, n° 6, Москва, ФГБОУ ВО Российский экономический университет им. Г. В. Плеханова, 2016, с. 21. (La crise migratoire en Europe, n° 6, Moscou, FGBOU VO Université russe d’économie G. V. Plekhanov, 2016, p. 21).

101 Андрей Колесников, интервью в программе Особое мнение, радиостанция Эхо Москвы, 21.09.2017. (Andrej Kolesnikov, interviewé dans l’émission L’opinion spéciale, radio Écho de Moscou, 21.09.2017). URL : https://echo.msk.ru/programs/personalno/2059016-echo [12/12/2017]. Andrej Kolesnikov est responsable du programme « Politique intérieure » du Centre Carnegie de Moscou.

102 Blandine Le Cain, « Le témoignage d’un père de migrant, “désemparé” et impuissant », Le Figaro, 18.08.2015. URL : http://www.lefigaro.fr/international/2015/08/18/01003-20150818ARTFIG00141-le-temoignage-d-un-pere-de-migrant-desempare-et-impuissant.php [12/12/2017].

103 Dmitrij Migunov, op. cit.

104 Elena Smirnova, Oksana Karpenko, op. cit.

105 Dmitrij Migunov, op. cit.

106 Виктория Волошина, « Нужны рабы, а не мигранты. Демографы о парадоксах отношения москвичей к приезжим », Газета.ру, 11.09.2014. (Viktorija Vološina, « On a besoin d’esclaves, pas de migrants. Les démographes parlent des paradoxes de l’attitude des Moscovites envers les nouveaux arrivants », Gazeta.ru, 11.09.2014). URL : https://www.gazeta.ru/comments/2014/09/10_a_6208957.shtml [12/12/2017].

107 Ibidem.

108 Владимир Кара-Мурза, « Грани Времени. Мигранты в России – пот и кровь? », Радио Свобода, 21.09.2017. (Vladimir Kara-Murza, « Les facettes du temps. Les migrants en Russie – la sueur et le sang ? », Radio Liberté, 21.09.2017). URL : https://www.svoboda.org/a/28764283.html [12/12/2017].

109 Dmitrij Migunov, op. cit.

110 Cette séquence a été empruntée sur le site web de La Fédération internationale des travailleurs du textile, URL : http://www.global-unions.org [12/12/2017]. Le site web n’offre pas de possibilités techniques pour avoir plus de précisions par rapport à ce texte.

111 Владимир Скрипов, « Летят перелётные птицы », Эксперт Северо-Запад, n° 40 (197), 2004. (Vladimir Skripov, « Les oiseaux migrants volent », Expert Nord-Ouest, n° 40 (197), 2004). URL : http://expert.ru/northwest/2004/40/40no-srin1_49793 [12/12/2017]

112 Dmitrij Migunov, op. cit.

113 Irina Kobozeva, op. cit., p. 44.

114 Ibidem, p. 43.

115 Cette courte esquisse pourrait être utile, sur le plan méthodologique, à un examen comparatif plus large de la stéréotypie linguistique et des métaphores : il serait intéressant d’étudier la façon dont les différentes langues « réagissent » à une même situation extralinguistique, et la manière dont les modèles discursifs propres à différents partis politiques représentent le même phénomène politique ou la même situation sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yulia Yurchenko, « Les stéréotypes linguistiques et les expressions au sens métaphorique », Cahiers d’études romanes, 36 | 2018, 267-303.

Référence électronique

Yulia Yurchenko, « Les stéréotypes linguistiques et les expressions au sens métaphorique », Cahiers d’études romanes [En ligne], 36 | 2018, mis en ligne le 02 octobre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/7678 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.7678

Haut de page

Auteur

Yulia Yurchenko

Aix Marseille Univ, ECHANGES, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals