Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Pierre Sauvanet, L’insu. Une pensée en suspens, Paris, Arlea, 2011, p. 25.

Et puis, relisant son texte, comme si c’était celui d’un autre, on s’arrête, on rajoute, on rature ; relisant un livre, comme si c’était le sien, on s’arrête à d’autres passages que ceux qu’on avait d’abord cochés. Comme si chaque moment de la vie exigeait de nouveaux intérêts. Comme si chaque nouvel intérêt exigeait de nouveaux moments de vie, une nouvelle vie.1

1Ainsi le philosophe esthéticien Pierre Sauvanet intègre-t-il la réécriture à sa réflexion, parlant à la fois d’exigence et de vie. L’autre même retrace ces variations vitales, exigeantes, qui sont la vie même du texte : changer en étant soi, changer pour rester soi, tel est le lot du vivant – et si le texte a une vie, c’est dans cette oscillation de l’autre au même. L’autre même, c’est à la fois le même texte qui varie un peu, devient un peu autre, dans une nouvelle version, variante de la première, et le texte autre que l’écrivain s’approprie, car il y décèle une part de soi.

  • 2 De même qu’ils doivent beaucoup à notre collaborateur Francis Saura, que je tiens à remercier pou (...)

2Mais si les travaux que nous poursuivons ici sur la Réécriture prennent ce titre, c’est aussi comme une promesse faite à Brigitte Urbani, directrice du Centre Aixois d’Études Romanes qui achève son mandat et bientôt sa carrière. Les cinq ans pendant lesquels elle a supervisé les axes de recherches du CAER ont été féconds en publications. Pour avoir pris la responsabilité de l’axe « Pratiques d’écriture », au moment même où elle prenait ses fonctions de directrice, j’ai mesuré à quel point elle a travaillé dans un contact permanent avec les responsables d’axe, et donné un élan aux publications de notre centre de recherches. Hommage lui soit rendu pour ses patientes relectures, son travail méticuleux d’editing, son souci de présentation impeccable pour la mise en valeur de nos travaux, son initiative de mise en ligne de nos revues (c’est chose faite pour « Italies », et cela le sera bientôt également pour les « Cahiers d’études romanes »). Brigitte Urbani aura ainsi marqué le paysage de l’italianisme et des études romanes en France, au-delà de ses propres recherches, par son dévouement. Ce volume double est le dernier qu’elle aura supervisé et, tout en ayant assuré l’édition de ces deux tomes, je sais ce qu’ils doivent à sa scrupuleuse collaboration2. Ce n’est pas sans émotion que je pense qu’il nous faudra continuer sans elle ce travail d’édition, et, comme sans doute l’ensemble des responsables d’axe le feraient, je lui promets que nous essaierons, tout comme elle, de transmettre cette exigence vitale et, sous l’autorité de notre nouveau directeur, de faire en sorte, pour notre activité éditoriale, que le changement s’effectue dans la continuité de qu’elle nous a appris à faire. L’autre même, ce sera alors aussi le souvenir de Brigitte.

  • 3 Cf. « Cahiers d’études romanes », n° 2, La citation, 1999, 192 p. ; et « Cahiers d’études romanes (...)
  • 4 Colloque « Les belles infidèles » consacré aux reprises dans les arts de la Jérusalem délivrée, 2 (...)
  • 5 Colloque « Échos de Tabucchi », 12-13 janvier 2007. Actes in « Italies », numéro spécial, Echi di (...)
  • 6 « Cahiers d’études romanes », n° 20, 2009, 524 p.

3Dans ce nouveau numéro, nous poursuivons donc nos travaux sur la Réécriture. Dans le droit fil d’un intérêt ancien pour certaines pratiques telles que la citation3, l’adaptation4, et l’intertextualité post-moderne5, les journées d’études de l’Axe « Pratiques d’écriture » se sont organisées autour de la Réécriture depuis que j’en suis responsable (2006). Avec quatorze journées d’études organisées à ce jour sur le thème, cet axe de recherche s’avère fertile et, certes, non encore épuisé. L’année 2009 avait vu la publication de deux premiers volumes consacrés au sujet réunis sous le titre Traces d’autrui et retour sur soi6 : La Réécriture 1, Le modèle et le métier ; La Réécriture 2 : Jeux, échanges et hommages. Comme les deux précédents, les deux présents volumes traitent de la Réécriture sous tous ses aspects : texte retravaillé par l’auteur, intertextualité, translation, adaptation, parodie, tranfert culturel… Sous le titre L’autre même, on a voulu continuer à rechercher la traçabilité de la littérature dans l’aire romane. Si rien ne naît de rien, mettre au jour les influences et contaminations ; si tout enrichit tout, montrer les apports d’auteur à auteur, de culture à culture ; si rien ne sort indemne des translations de langue à langue ou de genre à genre, mettre en lumière les écarts et leur charge créative.

  • 7 Fanny Eouzan fait sa thèse sur le Roland furieux réécrit à l’opéra au XVIIIe siècle. Carole Julie (...)
  • 8 Leur parution est prévue au premier trimestre 2012 dans la revue aixoise « Italies ». Le colloque (...)

4Le thème continue à donner du sens à l’interdisciplinarité du CAER et à produire des journées d’études foisonnantes et très ouvertes. Remercions ici les membres invités, venus d’universités françaises et italiennes, d’avoir contribué à nos travaux. La vitalité de ce creuset de recherches est confirmée par les nombreuses thèses qu’il suscite7, et certains des doctorants avancés ont présenté leurs premières communications avec déjà beaucoup de rigueur et de passion. Enfin, la thématique trouve aussi un prolongement naturel dans des manifestations monographiques : cette année le colloque Italo Calvino, l’écriture, le dessin, l’image (20-21-22 janvier), dont les Actes paraîtront très bientôt8, a étudié les rapports de Calvino avec les arts figuratifs, leur absorption dans son écriture, forme d’interculturalité montrant que la Réécriture n’est pas seulement reprise de textes mais plus largement reprise d’influences culturelles.

5Les deux volumes du présent ouvrage répartissent la matière par genres : le premier, La Réécriture 3, Varier en vers, est consacré à la poésie ; le second, La Réécriture 4, Varier en prose et en images, s’intéresse aux formes du récit – roman, nouvelle, compte rendu épistolaire, film.

6Varier en vers nous oriente vers la notion de variation. Celle-ci peut être le fait de la traduction poétique, comme dans les articles d’Antonio Prete, traducteur de Baudelaire ; de Muriel Gallot, traductrice de D’Annunzio ; d’Adriana Coelho Florent, à propos de la traduction d’une chanson brésilienne par Moustaki ; ou dans mon propre article, sur les traductions italiennes de chansons de Brassens. Mais elle peut être aussi le fait de l’imitation, comme le montrent l’article d’Alessandro Marignani à propos de Leopardi et de Pascoli imitateurs de l’antiquité, ainsi que celui de Yannick Gouchan qui étudie l’imitation en poésie des livres de famille du passé. Ailleurs, la variation est aussi le résultat d’une nécessité de genre, comme le montrent Christine Resche, en analysant des livrets d’opéras de Verdi adaptés d’œuvres littéraires, et Anna Proto Pisani, en étudiant le passage d’un récit de vie à la forme livre puis à la forme chantée ; ou elle est une conséquence née de l’intention, comme le montrent Stefano Magni, qui nous réjouit avec des pastiches parodiques de Luciano Folgore, ou Stéphane Pagès, qui analyse comment Michel Leiris impose un séisme ironique aux mots eux-mêmes.

7Varier en prose et en images, le deuxième volume, nous conduit davantage vers l’idée de variante. D’abord à proprement parler les variantes qu’un auteur impose à son propre texte, pour l’améliorer ou en changer le sens profond : c’est ce qu’étudient Denis Ferraris à propos de Goffredo Parise, Giovanni Palmieri à propos d’Italo Svevo, Claire Vialet Martinez à propos de Juan Marsé, et, sur un tout autre plan, Magali Flesia à propos de lettres d’ambassadeurs de la Renaissance. Mais il peut s’agir aussi d’une variante par rapport à un autre ouvrage : ainsi Pasolini a-t-il tenté de réécrire l’Orestie d’Eschyle en la transposant en Afrique, comme l’expose José Guidi, et Martín Vigil refond un roman français pour lui donner une portée idéologique opposée dans le contexte espagnol, ce que démontre Elena Chamorro. Il peut encore s’agir d’une esthétique de la variante, comme c’est le cas pour le roman analysé par Catarina Vaz Warrot, dont la deuxième partie est une variante de la première. Quant à l’image, elle impose elle aussi son empreinte. Certains s’en servent comme d’un instrument-source, reconnu ou masqué, pour créer un effet de réel – c’est le cas des ekphrasis utilisées par Umberto Eco pour nous plonger dans une époque historique, comme le montre Jacqueline Testanière. D’autres font de la littérature la source de constructions filmiques, et le rythme cinématographique impose alors des variantes par rapport au texte, précisément pour ne pas en changer le sens – tout changer, pour que rien ne change, comme le dit Magali Vogin en traitant de l’adaptation du Guépard.

8Ainsi, le changement – varier – et la constance restent-ils les deux pôles dialectiques de notre problématique. L’autre même, c’est la synthèse de cet intérêt pour ce qui demeure en se renouvelant, pour ce qui innove dans la récurrence.

9On le voit, ces volumes qui parlent de variations et de variantes sont eux-mêmes très variés dans les sujets abordés, tout en gardant une visée commune. Deux particularités nous réjouissent par rapport aux volumes précédents : l’affirmation de la présence de l’image (trois articles, en écho à notre colloque calvinien qui l’a mise au centre de nos préoccupations), et l’émergence d’un sillon de recherche sur la chanson (pas moins de trois articles, également) qui montre que ce genre peu exploré est une mine de réécritures : lieu de traductions, réductions, transpositions, creuset d’autres arts et des échos de l’actualité, de la civilisation qui évolue, elle nous paraît un terrain qu’il faut continuer à parcourir.

10Tout en nous intéressant de près à ces genres de la modernité, nous restons attachés à vérifier la présence dans nos littératures de l’aire romane d’éléments de toujours, et leur changement dans leur permanence. C’est ainsi que les deux prochains volumes sur la Réécriture, que nous mettons déjà en préparation, porteront sur un cas de figure plus ciblé : la réécriture du mythe. Ils montreront, s’il en était besoin, que la Réécriture est une façon de revivifier l’éternel, de manifester l’admiration et le rejet de ce qui a marqué la mémoire individuelle et collective, d’aimer en respectant, en trahissant, en métamorphosant les traces écrites que nous portons en nous. L’autre même : un peu d’amour et de littérature…

Aix-en-Provence, 17 novembre 2011

Haut de page

Notes

1 Pierre Sauvanet, L’insu. Une pensée en suspens, Paris, Arlea, 2011, p. 25.

2 De même qu’ils doivent beaucoup à notre collaborateur Francis Saura, que je tiens à remercier pour sa patience et sa compétence.

3 Cf. « Cahiers d’études romanes », n° 2, La citation, 1999, 192 p. ; et « Cahiers d’études romanes », n° 85, La citation 2, 2001, 169 p.

4 Colloque « Les belles infidèles » consacré aux reprises dans les arts de la Jérusalem délivrée, 24-26 octobre 2002. Actes in La fortune du poème du Tasse, XVIe-XXe siècles, Aix-en-Provence, PUP, 2004, 268 p., et leur complément in « Cahiers d’études romanes », n° 13, 2005, 164 p.

5 Colloque « Échos de Tabucchi », 12-13 janvier 2007. Actes in « Italies », numéro spécial, Echi di Tabucchi/Échos de Tabucchi, 2007, 433 p.

6 « Cahiers d’études romanes », n° 20, 2009, 524 p.

7 Fanny Eouzan fait sa thèse sur le Roland furieux réécrit à l’opéra au XVIIIe siècle. Carole Julien travaille sur les peintures de Vasari qui, au Palazzo Vecchio, mettent en images la gloire des Médicis. Giovanni Privitera étudie la chanson italienne comme creuset des autres arts. Sandrine Granat-Robert analyse Les Villes invisibles de Calvino comme une réécriture poétique de la réflexion esthétique que l’auteur mène dans ses essais. Jacqueline Testanière travaille sur l’intertextualité des romans historiques d’Umberto Eco. Sandra Gondouin vient de soutenir une thèse sur la réécriture des mythes par les poétesses centre-américaines. Andrea Natali en commence une sur la réécriture des mythes par Leopardi.

8 Leur parution est prévue au premier trimestre 2012 dans la revue aixoise « Italies ». Le colloque a également donné l’occasion de créer un DVD (Les images de Calvino, Télé Campus Provence, 2001), expérience montrant que ce support est particulièrement intéressant pour la thématique dont nous traitons, qui pourrait être renouvelée dans l’avenir par notre Axe de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perle Abbrugiati, « Avant-propos », Cahiers d’études romanes, 24 | 2011, 9-13.

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « Avant-propos », Cahiers d’études romanes [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 22 janvier 2013, consulté le 18 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/953 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesromanes.953

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search