Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Mémoires artistiques de soiMadrid et Valence

Mémoires artistiques de soi

Madrid et Valence

Deux villes au cœur de l’œuvre espagnole de Bernard Plossu
Jacques Terrasa
p. 25-42

Résumés

Le photographe français Bernard Plossu (Dalat, Vietnam, 1945) construit depuis bientôt un demi-siècle une œuvre espagnole, constituée de milliers d’images prises dans ce pays depuis son premier voyage à Madrid, en 1974. Après une longue éclipse américaine, il revient en Espagne où il s’installe fin 1988 pour y vivre avec sa famille durant cinq ans. Depuis, il n’a jamais cessé d’y retourner et d’en photographier les gens et le territoire, avec une mention spéciale pour deux grandes villes qui ont beaucoup compté pour lui : Madrid et Valence. C’est leur présence dans son œuvre qui est analysée ici, autant celle des lieux que celle des amis qui y habitent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Philippe Arbaïzar, «  Bernard Plossu  », in Dictionnaire de la photo, Paris, Larousse, 1996, p. 5 (...)
  • 2 Ibidem, p. 513.

1L’œuvre du photographe français Bernard Plossu (Dalat, Vietnam, 1945) fait partie des références indispensables pour ceux qu’intéresse une photographie a minima, sans effets spectaculaires, presque sans technique. Les dictionnaires nous disent que pour lui «  la photographie rythme sa vie  : il note des lieux, il capte les atmosphères, les sentiments qui naissent devant une route déserte qui se perd à l’infini  »1. Et en effet, depuis son séjour au Mexique, en 1965-66, il n’a plus cessé d’aller «  vers de nouveaux territoires et de nouveaux êtres, pour saisir la vie dans le cours de l’action, en alliant la spontanéité et la rapidité  »2. Ce photographe discret est l’un des «  grands  » de la photographie européenne, et ses publications se comptent par centaines. Voyageur infatigable, ses images du Mexique, de France ou d’Italie ont fait l’objet d’expositions importantes. Cependant, l’Espagne est restée jusqu’à présent un continent relativement secret pour ce qui est de la connaissance de son œuvre.

  • 3 Bernard Plossu, Jacques Terrasa, Barcelona 1974, Barcelone, Sd. edicions, 2012.
  • 4 Bernard Plossu, Juan Manuel Bonet, Bernard Plossu habla con Juan Manuel Bonet, Madrid, La Fábrica (...)
  • 5 Bernard Plossu, Los años almerienses con cámaras juguete 1987-1994, Madrid, Comunidad de Madrid, (...)
  • 6 Quelques années plus tard, il fera aussi connaissance, à Paris, du frère de Javier, Miguel Ángel (...)

2Ce n’est qu’au printemps 1974 que Bernard Plossu découvre brièvement l’Espagne3, avant de repartir vivre aux États-Unis, jusqu’au début des années 1980, époque où il rencontre la photographe Françoise Núñez, qui deviendra quelques années plus tard son épouse. Le photographe et sa famille s’installent alors près d’Almería. Ces années-là, entre 1987 et 1994, ont été désignées par Rafael Doctor Roncero Los años almerienses, («  Les années à Almería  »), lors de la première grande exposition de Plossu dans la capitale – Sala del Canal de Isabel II –, vingt ans après sa première exposition de 1976 au PhotoCentro. Il serait plus juste d’en parler comme des «  années madrilènes  », selon l’expression de son ami photographe Juan Pedro Clemente4. En ce temps-là, il s’y rendait constamment pour son travail, de sorte que – écrit-il – «  La estación de Atocha, en Madrid, que pisé tantas veces, era para mí el centro mundial de viajes  »5. Au début, Clemente venait l’accueillir, probablement dans une autre gare, celle de Chamartín  ; c’est l’époque où il fait la connaissance de Javier Campano6 (un excellent photographe) et de son épouse Pilar. Il rencontre aussi Luis Baylón, vers 1994, alors qu’il est venu donner une conférence dans la capitale. Baylón raconte dans un court texte – »  Un giro decisivo  » – comment il est allé ensuite accueillir Plossu à Madrid  :

  • 7 Luis Baylón, Bernard Plossu, En Valencia, Valence, Universitat de València – Col.legi Major Recto (...)

Son las ocho de la mañana en la estación de Chamartín. Llega Bernard. Como era la primera vez que iba a recogerle, estaba atento a ser puntual. Él venía con un bolsón de equipaje, su cámara colgada y una gran sonrisa en la cara (me recordó India) y nos fuimos a desayunar7.

3Ensuite, ils partent photographier, sans trajet prémédité  :

  • 8 Ibidem, p. 5  : «  C’est tout un art, que de se perdre dans les villes. Plossu et Baylón, sans do (...)

Es todo un arte perderse por las ciudades – écrit Salvador Albiñana dans En Valencia, le catalogue de l’exposition des deux photographes, qu’il organisera en 2008 –. Plossu y Baylón, sin duda, saben perderse, son virtuosos en el arte de dejarse llevar, de callejear8.

  • 9 Bernard Plossu, Juan Manuel Bonet, Nord-Sud. Madrid, Galería José R. Ortega, 2011, n. p.

4Quelques années plus tard, c’est toujours Baylón qui est venu l’attendre, en juin 2011, à la gare d’Atocha, lorsque Plossu s’est rendu à Madrid pour l’exposition Nord-Sud, un choix de trente photographies associées à trente poèmes de Juan Manuel Bonet, sous le commissariat de Fernando Castillo Cáceres, à la galerie d’art José R. Ortega, dans le très bourgeois barrio de Salamanca9. J’ai eu le plaisir d’être à Madrid le soir du vernissage, et j’ai pu constater combien Madrid est d’abord pour lui une ville d’amitiés durables.

  • 10 Bernard Plossu, Jacques Terrasa, Barcelona 1974, op. cit., p. 36-37.

5Celles-ci sont nées dès 1974, lorsqu’après sa première exposition espagnole, à Barcelone, le photographe rejoint à Madrid Carlos Serrano et Pablo Pérez Mínguez, qu’il connaissait depuis qu’ils étaient venus le voir une année plus tôt à Paris, pour un article dans la revue Nueva Lente. C’est sur ce socle que s’est construit un solide réseau amical. Même s’il vit principalement dans l’Ouest des États-Unis durant la décennie qui suit, il est toujours resté en contact avec Carlos et Pablo – qui lui ont consacré en 1979 tout un numéro de Nueva Lente10.

  • 11 Bernard Plossu, Los años almerienses con cámaras juguete 1987-1994, Madrid, Comunidad de Madrid, (...)
  • 12 Bernard Plossu, Juan Manuel Bonet, Bernard Plossu habla…, op. cit., p. 31  : «  […] nous passions (...)

6Que reste-t-il des photographies prises à Madrid, au printemps 1974, lors de son séjour chez Pablo Pérez Mínguez  ? Des dix-neuf rouleaux de négatifs 24 x 36 rapportés d’Espagne cette année-là, trois seulement concernent Madrid – le reste ayant été impressionné à Barcelone. On y trouve, parmi quelques scènes de rue et quelques images d’architecture urbaine d’où suinte tout l’ennui que produisait encore, en cette fin de dictature, la capitale de l’État franquiste, quelques images cocasses, comme ce couple vu de dos, formé par une religieuse toute de noir vêtue, donnant le bras à un homme en costume et chapeau gris. Mais c’est dans les portraits de ses deux amis que se manifeste, avec humour et un brin d’impertinence, tout le talent de Plossu  : Carlos, lunettes noires, affalé dans un fauteuil, posant à côté d’un double de lui-même, une photographie découpée, grandeur nature, où le jeune graphiste prend une pose très dandy  ; ou le visage en gros plan de Pablo, cheveux longs et barbe noire, tout flou, coiffé d’une des sculptures qui surmontent les immeubles bourgeois du secteur de la Gran Vía, visible à l’arrière-plan et comme posé sur son crâne, toutes ailes déployées. C’était il y a quarante-cinq ans  ; les deux compères, comme lui, avaient moins de trente ans, et toute une créativité qu’ils mettaient à diriger Nueva Lente, en particulier. Pablo est décédé en 2012, et Carlos est aujourd’hui âgé. Mais ils l’auront accompagné durant toutes les années espagnoles, constituant un noyau auquel se sont agrégés, au fil des ans, ces «  vieux amis  », comme il les désigne dans la préface à Los años almerienses  : Juan Manuel Bonet, Gabriel Cualladó, Antonio et Víctor Tabernero, Manuel Sonseca, Alejandro Castellote, Paco Salinas11… Ce sont des amitiés d’abord photographiques, comme celle qu’il a avec Baylón  : «  […] nos pasábamos todo el día andando y haciendo fotos  »12. Mais des amitiés presque invisibles pour le grand public, car ces photos n’ont pratiquement jamais été publiées.

Madrid  : l’image absente  ?

  • 13 Bernard Plossu, Fotografía, Valence, IVAM - Instituto Valenciano de Arte Moderno, 1997.
  • 14 Bernard Plossu, Gilles Mora, Rétrospective 1963-2006, Paris, Les Éditions des Deux Terres, 2006.
  • 15 Bernard Plossu, Plossu Couleur Fresson, Nice, Théâtre de la Photographie et de l’Image, 2007.
  • 16 Bernard Plossu, Marc Donnadieu, Couleurs Plossu. Séquences photographiques 1953-2013, Paris, Haza (...)

7En feuilletant les deux ouvrages correspondant à ses grandes expositions rétrospectives, celle que lui organise Juan Manuel Bonet à l’IVAM (Valence - Espagne) en 1997, et celle conçue par Gilles Mora pour le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg en 2007, on n’en trouve, sur un total de près de deux cents photographies pour le premier13 et deux cent quatre-vingts pour le second14, qu’une seule, dans le catalogue de l’IVAM, qui montre Madrid. Et si l’on fait de même pour les deux livres sur ses photographies en couleurs, Plossu Couleur Fresson et Couleurs Plossu, sur quatre-vingt-dix-sept reproductions pour le premier15 et cent quarante-trois pour le second16, il n’y a là aussi qu’une seule image prise à Madrid, que l’on retrouve d’ailleurs dans les deux livres  : Le sofa rouge de Carlos Serrano, photographié en 1975. Cela peut sembler contradictoire, lorsqu’on sait que Plossu – comme lui fait remarquer Juan Manuel Bonet – considère Madrid comme «  [su] gran ciudad favorita  ». Bonet lui pose alors la question  : «  ¿ Qué ves en Madrid  ? ¿ Te parece una ciudad muy dinámica  ?  ». La réponse est claire  :

  • 17 Bernard Plossu, Juan Manuel Bonet, Bernard Plossu habla…, op. cit., p. 30  : «  Parmi les grandes (...)

Sí. El dinamismo de Madrid no es pretencioso como el de Nueva York. Me gusta por los mismos motivos que Bruselas, son ciudades por las que puedes pasear de noche, hay gente por todas partes y suceden cosas constantemente. Disfruto mucho con el ritmo que tiene17.

  • 18 Ibidem, p. 3  : «  Il se trouve que j’ai un tas de photographies de Madrid, des années 70, 80 et (...)

8Sur ses photographies de la ville, il précise  : «  El caso es que tengo un montón de fotografías de los 70, 80 y 90 de Madrid que nunca he revelado  »18. Avant de changer de sujet, Bonet lui demande quelle est sa photographie préférée de Madrid. La réponse est là aussi surprenante  :

  • 19 Ibidem  : «  Un mur blanc avec une ombre abstraite, que je n’ai jamais publiée, mais qui parle de (...)

Un muro blanco con una sombra abstracta que nunca se publicó, pero que habla de lo que me gusta de Madrid, la violencia de su luz. Una luz más violenta que en Italia, porque esta ciudad es más seca. ¡Muy blanco y negro !19.

9C’est là le paradoxe  : comment écrire sur sa vision d’une ville qu’il a si souvent photographiée mais dont les clichés – jusqu’en 2018 tout au moins – ne sont pas visibles  ? Ville d’amitiés  ; ville de rencontres et d’expériences partagées avec d’autres photographes  ; ville d’expositions et d’édition de ses principaux ouvrages espagnols – comme nous allons le voir plus loin –  ; mais une ville absente de son œuvre publique, celle que l’on connaît à travers les catalogues et les accrochages. Pourtant, dès 2012, alors que nous avions publié ensemble Barcelona 1974, le projet d’un livre consacré à Madrid a été envisagé par un de ses meilleurs amis madrilènes. Mais si une demi-douzaine d’années plus tard, rien n’est achevé, cela ne doit pas nous surprendre  ; Plossu travaille sur la durée, et de nombreuses boîtes remplies de photographies ou simplement de planches de contact sont en attente du bon moment pour qu’elles se matérialisent sous la forme d’une exposition. On a vu, pour ce qui est de l’Espagne uniquement, que les photos de Barcelone ont attendu près de quarante années avant de «  naître  » en tant qu’ouvrage. Celles prises sur l’île de Tenerife au début des années 1990 sont dans le même état de latence – même si un certain nombre d’entre elles sont déjà connues –, et parions que l’ensemble verra le jour dans un avenir plus ou moins proche. C’est bien là une caractéristique d’une œuvre qui se forme comme un puzzle, décennie après décennie, et dont la cohérence ne fera que grandir avec le temps.

10Peut-être est-ce à cause de ce corpus apparemment réduit, que Juan Manuel Bonet écrivait en 2002  :

  • 20 Ibidem, p. 30  : «  Mais si je voulais donner une vision rétrospective, même brève, de tes photos (...)

Pero si yo hiciera una antología muy corta de tus fotos, no encontraría una que definiera Madrid. Es curioso que tu relación sea distinta a la que tienes con otras ciudades. Tienes fotos representativas de Marsella, Bruselas o Roma, pero no de Madrid…20

11J’ai cependant retrouvé une série d’images madrilènes que Bernard Plossu m’avait proposées en mars 2011 pour une conférence-entretien sur son œuvre hispanique, que j’avais organisée au Colegio de España (Cité universitaire internationale de Paris) le 18 mars 2011. On a vu que dès le départ, Madrid, ce sont les amis qui lui sont associés, et qui composent, par métonymie, un portrait de la ville – un tiers des images qu’il m’avait proposées alors les concernent. La plus intéressante est celle formée par un bout de pellicule 35 mm composé de deux clichés successifs  ; on est en bout de film (n° 36), et Plossu veut garder un souvenir de ses camarades avant de recharger son Nikkormat. Il prend une photo de Luis Baylón et Nacho Fernández (un ami poète), installés devant lui dans un bar de la capitale  ; puis il tend l’appareil à Baylón, qui prend alors la deuxième photo, celle de Bernard et Carlos Serrano. On est en 2003, et la séquentialité de ce champ-contrechamp traduit en image le plaisir de se retrouver, le temps que l’on passe à bavarder dans un de ces lieux de convivialité où les Madrilènes passent une bonne partie de leur vie.

  • 21 Une reproduction de cette photographie accompagne le présent article. Toutes les photographies de (...)

12Les années passent mais les bonnes habitudes restent. Comme nous l’avons signalé plus haut, Juan Clemente – qui a proposé l’expression les années madrilènes – venait l’accueillir dès 1987 à la gare d’Atocha. C’est cette gare d’Atocha, vue en plongée, la nuit, peut-être lors d’une de ces arrivées dans la capitale, après une journée de voyage propice à contempler l’Espagne vue du train, que Bernard a photographiée en 199321 – onze ans avant les attentats. On y ressent l’influence d’un peintre qu’il admire  : Magritte. Et les lignes de fuite de la promenade qui jouxte la gare convergent vers le centre historique de la ville, au fond, où l’on peut lire l’enseigne lumineuse de l’Hotel Mediodía – une touche d’ironie en cette nuit tranquille, propice à la déambulation paisible de quelques promeneurs. Clemente publie en 1987, dans La Luna de Madrid, l’emblématique revue créée cinq ans plus tôt au plus fort de la Movida, un entretien avec Plossu à l’occasion du retour en Europe de celui-ci, après plusieurs années passées au Nouveau-Mexique où il a pu voir grandir Shane, son fils américain. Il a changé de vie et vient d’avoir un second fils, Joaquim, avec sa nouvelle compagne. Il accompagne d’ailleurs l’article de La Luna d’une de ses plus belles photos de Françoise Núñez, pieds nus, lavant du linge quelques années plus tôt, au Mexique – une de ses images les plus simples et sensuelles, pour un photographe si pudique. Il y a là une «  atmosphère  », un bonheur palpable  :

Se suele decir que mis fotografías captan el clima : es verdad. El doble clima : el interior, del alma, y el atmosférico, del lugar. Los dos juntos hacen una fotografía. El reportaje exterior y el interior no son más que uno solo : uno ve lo que uno busca. […] Y ésto lo traslado hasta fotografiar cosas sin importancia ; la fotografía es, precisamente, eso : todas esas cosas sin importancia que, de hecho, tienen tanta importancia.

13Et il précise plus loin dans le même entretien  :

  • 22 Juan Clemente, «  Bernard Plossu. Viajes, clima y pasión  », La Luna de Madrid, n° 37, mars 1987, (...)

El único estilo es no tener estilo. Hago imágenes vividas, totalmente vividas. Mis mejores fotos son las de mis hijos Shane y Joaquim. Nada más difícil que fotografiar la vida de todos los días22.

  • 23 Une reproduction de cette photographie accompagne le présent article.
  • 24 Pablo Pérez-Mínguez, «  La atmósfera Plossu  », La Luna de Madrid, n° 37, mars 1987, p. 28  : «   (...)

14Dans une autre photographie de ces années madrilènes, datée de 1991, il réussit à capter aussi l’atmosphère de l’âme et du lieu. On y voit une jeune fille en peignoir, à son balcon, qui étend du linge23  ; elle est très concentrée, et offre au voyageur le beau profil qu’il a su voir et saisir, en levant les yeux. Placardées au-dessous du balcon, deux photographies de jeunes femmes, de face, arborant des cheveux courts savamment ébouriffés (nous sommes probablement au-dessus d’un salon de coiffure), dévisagent le passant. Le contraste avec la grâce de la jeune fille est saisissant  ; il est vrai qu’à son étage, une plaque indique que nous sommes calle del Divino Pastor, «  rue du Divin Berger  ». Aucun artifice ne vient troubler la paix de ce moment sans importance. Car c’est cela, la déambulation urbaine de Bernard Plossu  ; dans un court portrait de lui qui accompagne l’entretien avec Clemente, son ami Pablo Pérez-Mínguez se souvient, en mars 1987, de leurs premières promenades dans Madrid, en avril 1974  : «  Los dos muy a gusto, fotografiando todo  : el parque, la cúpula, el reflejo, la esquina, el aire, la monja…  »24. Ici, en 1991, quel était le bon pasteur qui l’accompagnait dans les rues du centre-ville  ? Nous n’avons pas le contrechamp de la jeune fille au balcon, aux connotations goyesques – celles des majas au balcon. Mais une chose est sûre  : l’amitié, celle qu’il a tissée avec le photographe qui déambule avec lui, au gré des rues, est une composante essentielle de la dérive urbaine de Bernard Plossu.

  • 25 Une reproduction de cette photographie accompagne le présent article.
  • 26 Luis Baylón, Bernard Plossu, En Valencia, op. cit., p. 8.

15Dix ans ont passé. C’est un soir d’été. Trois jeunes femmes sont installées sur une placette de la vieille ville, à la recherche d’un peu de fraîcheur25. Deux sont assises, décontractées, et regardent la troisième qui s’est arrêtée un moment pour bavarder, nonchalamment appuyée contre le réverbère qui éclaire le feuillage d’un arbre et modèle les trois beaux visages, vus de profil. Un sourire à peine esquissé sur les lèvres de celle de droite montre que les trois belles ont peut-être senti la présence du promeneur qui a si vite cadré la scène avec son Nikkormat et saisi le moment de grâce. «  Él está ahí haciendo fotos, pero tú no te alteras. No agrede. Fluye con absoluta naturalidad  », nous dit Baylón26. Elles semblent effectivement l’ignorer, libres, indépendantes, sereines dans cette nuit tranquille où il fait bon vivre. C’est cela, Madrid, en ce début de siècle  : une complicité discrète, le plaisir de partager la douceur nocturne.

Madrid-Valence  : deux lieux pour exposer, pour éditer

  • 27 C’est à cette occasion qu’il fait la connaissance de Emmanuel Guigon, qui était à l’époque conser (...)

16Madrid est aussi pour Plossu une capitale où il expose et publie. Tout comme Valence. Deux villes presque toujours liées aux amis dont il vient d’être question. Commençons par les expositions qui ont marqué son rapport à l’Espagne dans les années 1990. La première est celle de 1996, à Madrid, deux ans avant la création de PhotoEspaña, mais déjà dans la Sala del Canal, un des lieux emblématiques du futur festival international de photographie. Los años almerienses con cámaras juguete sont un de ses grands livres. Par son contenu d’abord, la parenthèse merveilleuse du bonheur partagé avec Françoise et leurs enfants au Cabo de Gata  ; par le choix d’une photographie pauvre, faite avec des appareils à trois sous, qui ont tous des imperfections, comme le présent qu’ils enregistrent – ce présent si fragile qu’il n’y a rien d’autre à faire que le vivre pleinement. Livre important par les amis qu’il réunit  : Carlos Serrano, pour la qualité graphique et le suivi de l’impression, qui en ont fait un objet culte, aujourd’hui introuvable  ; et Rafael Doctor, brillant commissaire de moins de trente ans, qui suivra ensuite Plossu dans ses principaux projets espagnols. L’année suivante, c’est à Valence qu’il retrouve Juan Manuel Bonet, qui était alors directeur de l’Instituto Valenciano de Arte Moderno, le musée d’art contemporain le plus important à l’époque en Espagne, après le musée Reina Sofía de Madrid. La rétrospective de 1997 à l’IVAM – Centre Julio González marque dans ce pays la consécration de Plossu comme l’un des grands photographes contemporains  ; cela près de dix ans après sa rétrospective au M.N.A.M. – Centre Georges Pompidou et son Grand Prix National de la Photographie, en 1988, dans son pays d’origine. Avec près de trois cents pages grand format et une qualité d’impression admirable, ce livre-catalogue, simplement intitulé Fotografía, reste l’une des meilleures références de sa bibliographie27.

  • 28 Bernard Plossu, Marcelo Fuentes, Ciudades y Paisajes, Valencia, Iseebooks, 2006.
  • 29 Le peintre Charris et l’architecte Martín Lejarraga ont organisé en 2013 dans la galerie La Naval (...)

17Quelques années plus tard, et dans un autre musée valencien – le MuVIM, Museu Valencià de la Il.lustració i de la Modernitat –, c’est de la rencontre avec la peinture qu’il s’agit, celle qui a toujours existé dans l’esprit de Plossu, grand admirateur de Corot, Malevitch, Kandinsky, Klee, Magritte, Mondrian, Hopper, Morandi… Mais autant que la peinture, c’est un peintre qu’il trouve – le Valencien Marcelo Fuentes –, et aussi un commissaire d’expositions, l’universitaire Salvador Albiñana. Deux longues journées de travail des trois compères, à La Ciotat, au domicile du photographe (auxquels est venu se joindre l’écrivain Farid Abdelouhab, spécialiste des artistes voyageurs français), aboutiront à un choix d’environ quatre-vingts photographies inédites, qui sera complété ensuite dans l’atelier de Fuentes par autant de peintures, dessins et aquarelles, l’ensemble montrant des paysages urbains et naturels dans les divers pays que ces artistes voyageurs ont parcourus  : Espagne, France, Italie, États-Unis, Belgique, Maroc, Suède, Turquie. L’exposition, après le MuVIM en 2006, sera montrée en France en 2007, organisée par Nathalie Lamire-Fabre dans l’immense base sous-marine de Bordeaux28. Elle aura une conséquence indirecte en 2013 avec l’organisation par Solange Triger de l’exposition collective Sur/Sud. La nouvelle figuration en Espagne, dans la Villa Tamaris centre d’art, à La Seyne-sur-Mer, pas très loin du lieu où habite Plossu. Et c’est précisément le photographe qui en est le commissaire, montrant une peinture figurative espagnole apparue dans les années 1980. On y retrouve Marcelo Fuentes, parmi les artistes exposés, et Juan Manuel Bonet et Salvador Albiñana comme auteurs des textes du catalogue. Plossu milite ici pour une peinture figurative – que Bonet qualifie de métaphysique –, peu connue du grand public, où l’on trouve plusieurs peintres valenciens (Rosa Artero, Enric Balanzá, Ángel Mateo Charris29) mais aussi madrilènes (Dis Berlin, Damián Flores Llanos), barcelonais (Isabel Esteva) ou de Carthagène (Ángela Acedo, Juana Jorquera).

18Retour à la capitale. Bernard Plossu y publie, en ce début de siècle, deux nouveaux livres avec Rafael Doctor – toujours en collaboration avec Carlos Serrano pour la conception graphique. C’est d’abord en 2002 Forget me not, Bernard Plossu inédito, chez TF Editores, une suite de fragments de vie où se condense la fragilité du souvenir  ; puis en 2010, le très beau livre Europa, co-édité par La Fábrica et la Fundación Santander 2016 – dont Rafael Doctor était à l’époque le directeur –, dans le cadre de la campagne de cette ville au titre de Capitale européenne de la culture 2016. Quinze villes espagnoles étaient en lice, et c’est Donostia-San Sebastián qui sera finalement choisie  ; le succès du livre de Plossu sera plus grand que celui de la capitale cantabrique, puisque Europa recevra le Prix PhotoEspaña 2011 attribué au meilleur livre espagnol de photographie. Constitué de cent-soixante photographies surtout nocturnes ou crépusculaires, ce sont des paysages ruraux ou urbains – avec de beaux portraits de passants, croisés aux quatre coins de l’Europe. On y trouve même (n° 129) les trois jeunes femmes aperçues sur la placette madrilène, décrite plus haut  !

  • 30 Signalons que Eduardo Momeñe était venu à La Isleta del Moro dès 1989, pour y filmer Bernard Plos (...)
  • 31 Max Pam, Bernard Plossu, Pam - Plossu. Una correspondencia fotográfica entre Max Pam y Bernard Pl (...)

19En 2013, c’est un autre ami de longue date, Eduardo Momeñe30, qui publie à Madrid un livre réunissant les photos de l’Australien Max Pam et du Français Bernard Plossu  : une correspondance entre ces deux photographes qui se connaissent depuis plus de quarante ans31.

  • 32 Bernard Plossu, La hora inmóvil, Madrid, La Fábrica, 2016, n. p  : «  […] chantiers, magasins, au (...)
  • 33 Ibidem  : «  Les horloges s’arrêtent alors afin de saisir le soupir du temps […]  ».

20Le dernier livre publié à Madrid par Plossu date de 2016, toujours aux éditions La Fábrica. La hora inmóvil est un travail autour de la métaphysique de la Méditerranée, conçue par Ricardo Vázquez – commissaire de l’exposition qui s’est tenue au Jardin botanique royal de Madrid dans le cadre du festival PhotoEspaña – et Juan Manuel Bonet. On y trouve l’Italie – et l’influence des peintres de la Scuola Romana italienne –, mais aussi la France, l’Espagne, la Grèce ou la Turquie, sans qu’aucune précision de date ou de lieu ne soit donnée. On parcourt un territoire méditerranéen où «  construcciones, tiendas, carreteras, zaguanes, vagones de tren, fábricas, orillas de mar o bordillos de acera se convierten en puertas que nos permiten pasar al otro lado del espejo  »32, comme l’écrit Ricardo Vázquez dans son «  Introducción  », avant de conclure  : «  Los relojes se detienen entonces en un intento por atrapar el suspiro del tiempo…  »33.

Valence  : la couleur méditerranéenne

  • 34 Ces trois photos sont aux pages 19, 35 et 38 de En Valencia, le catalogue déjà cité de l’expositi (...)

21Avant d’être en couleurs, Valence a été une ville en noir et blanc. Il la photographie dès les années 1990, mais ses images les plus connues datent de 2006. J’en ai retenu trois34. La plus belle est celle qu’il prend à l’intérieur de la Plaza Redonda  ; elle échappe aux clichés associés à ce lieu si prisé des touristes, pour n’en garder qu’un fragment, une moitié de la fontaine centrale où se reflète une colombe blanche immobilisée dans son vol à un mètre au‑dessus de la surface de l’eau, les ailes déployées se détachant sur l’obscurité de l’arrière‑plan. Nous étions habitués aux hirondelles ou aux aigles, surpris dans leur vol dans tant d’autres clichés où se révèle la rapidité du tir photographique de Bernard Plossu. Ici, la fontaine se fait métaphysique  : l’impermanence et l’immatérialité des choses – fragilité du reflet et fugacité du vol – témoignent du presque-rien qui, pour lui, en dit tant sur l’essence des êtres et des lieux.

22Un bout de trottoir, des arbustes mal taillés, un mur blanc, irrégulier, où se projette une ombre, le haut de bâtiments composant une architecture cubiste, un bon tiers de ciel… Le cocktail dépend du talent de celui qui équilibre, dans le viseur, ces composantes urbaines. On ne saurait dire pourquoi, mais on reste fasciné par l’image. La beauté est intuitive… La beauté est aussi dans l’élégance construite d’une silhouette de jeune femme qui traverse le viseur, pour cette autre photo dérobée à travers une ouverture floue qui surcadre l’image. De l’autre côté de la rue, elle marche avec l’assurance fière qu’apporte une robe serrée et des talons aiguilles, à l’aplomb de l’enseigne d’une agence du Banco Santander qui nous propose des dépôts à 8 %. Nous sommes en 2006  : bientôt la crise. Mais le monde avance, avec assurance, comme cette belle brune, saisie au centième de seconde avant que le charme ne se brise dans le hors-champ.

  • 35 Luis Baylón, Bernard Plossu, En Valencia, op. cit., p. 15 et p. 53.
  • 36 Bernard Plossu, Plossu Couleur Fresson, op. cit.
  • 37 Luis Baylón, Bernard Plossu, En Valencia, op. cit., p. 15.

23Deux photographies en noir et blanc présentes dans En Valencia35 ont aussi leur équivalent en couleurs. D’abord, une affiche de Santa Rita de Casia, avec une étoile collée sur le visage qui l’empêche de voir le crucifix qu’elle tient entre ses bras, et placardée sur un mur lépreux  ; les textures du mur créent de subtiles variations de gris. La version en couleurs, d’un cadrage à peine plus serré, a été tirée selon le procédé Fresson, un procédé de tirage pigmentaire dont le rendu des couleurs et la qualité du grain ont séduit Plossu dès 1967, même si ces tirages au charbon (effectués au départ par Michel Fresson, selon le procédé inventé en 1890 par le grand-père, Théodore Henri Fresson, et adapté à la couleur par le père, en 1952) sont longtemps restés son jardin secret… jusqu’à l’exposition Couleur Fresson, à Nice, où il a montré une centaine de ces tirages36. L’autre image en deux versions qui nous intéresse ici est un portrait du peintre Marcelo Fuentes, datant de la même époque, celle de leur exposition commune de 2007. Mais les compositions sont très différentes. Dans En Valencia37, Fuentes est vu en plan rapproché, le visage tourné vers la droite  ; il porte des lunettes noires et regarde, l’air sérieux, vers le hors-champ. Mais selon une façon de procéder qui lui est habituelle, Plossu fait le point sur l’arrière-plan, un imposant bâtiment moderne qui dresse ses verticales derrière le visage totalement flou de Fuentes. La tour en question, qui a été auparavant le siège du tribunal d’instance de Valence, venait tout juste d’être achetée, en janvier 2006, par le groupe immobilier LUBASA, dont on peut lire le nom au sommet de l’édifice. Marcelo Fuentes peint à l’huile ou à l’aquarelle des architectures urbaines aux contours fragiles et aux tonalités ocres  ; ici, l’imposante dureté de la tour – liée pour quelques mois encore à l’arrogance des entreprises immobilières espagnoles d’avant la crise de 2008 – contraste avec la fragilité floue du visage du peintre. Prévalence de l’humain sur la froideur urbaine.

  • 38 Bernard Plossu, Plossu Couleur Fresson, op. cit., p. 133.

24Dans le portrait «  Fresson  » intitulé Marcelo Fuentes, Valence, Espagne, 200738, le peintre regarde vers la gauche, légèrement vers l’arrière  ; sa silhouette noire se détache sur un mur ocre tirant sur le saumon – qui rappelle la palette chromatisme de Fuentes. Le fort contre‑jour supprime tout détail du modèle, comme le faisait le flou dans l’autre portrait. Le procédé reste toutefois le même  : ne donner des êtres proches qu’un minimum d’indices, car en limitant, aussi par pudeur, l’information visuelle qu’apportent ces portraits, Bernard Plossu nous dit que l’essentiel – la relation amicale dont témoignent ses photographies – demeure invisible à l’œil nu.

  • 39 En 2017, Salvador Albiñana a aussi assuré le commissariat et préfacé le catalogue d’une autre exp (...)

25La couleur, pour Valence, c’est surtout près de deux-cents images imprimées par jet d’encre en 2010, et exposées au MuVIM, où avait déjà eu lieu quatre ans plus tôt l’exposition avec Fuentes. Son ami Salvador Albiñana en est toujours le commissaire39, et comme à Madrid, tout commence dans une gare où l’attendent ses amis  :

  • 40 Bernard Plossu, Valencia color, en directo, dépliant de dix cartes postales en couleur, Valence, (...)

A Valencia suele llegar en ferrocarril, en un talgo que inicia su viaje en Montpellier al despuntar el día y alcanza la Estación del Norte a primeras horas de la tarde. Le he ido a recoger alguna que otra vez – explique Albiñana dans son introduction au dépliant Valencia color, en directo –, acompañado de otro amigo, de Marcelo Fuentes. En uno de esos viajes, creo que hace dos años, cuando dejábamos atrás la Estación y entrábamos en la ciudad ésta, de golpe se le reveló en color40.

  • 41 En 2010, Chantal Grande a publié vingt-deux pages de photographies au tirage Fresson de Plossu, d (...)
  • 42 Quelques mois plus tard, Plossu exposera à Valence, dans la librairie - galerie photographique Ra (...)

26Plossu a donc choisi de tirer ses paysages valenciens au format «  carte postale  » (8,5 x 13 cm), format qui évoque le voyage et qui est mieux adapté aux vues de la ville saisies au hasard des promenades, alors que les tirages Fresson, généralement au format 18 x 27 cm, sont trop grands pour ces paysages urbains41. Enfin, l’utilisation d’un papier mat et la texture des encres en tirage numérique ont un rendu assez proche de celui des tirages Fresson, malgré le siècle qui sépare l’invention des deux techniques42.

27Limitons à trois exemples ces déambulations urbaines. Pour la première, nous sommes dans la vieille ville, près d’un coin de rue à pan coupé où l’on lit, en grosses lettres noires découpées dans le béton, le mot «  REFUGIO  ». Devant, un tronc d’arbre occupe l’espace ainsi dégagé. À droite, à l’entrée d’une ruelle, un panneau de sens interdit apporte sa touche de couleur à l’ensemble, écho d’un bout de façade du même rouge, presque hors-champ, sur la droite. Une grosse flèche nous oriente vers la gauche, vers un refuge pour le passant égaré. Psycho-géographie à la manière de Guy Debord  : où nous conduira notre dérive urbaine  ? Droite, gauche  ? Se perdre pour mieux se trouver.

  • 43 Une reproduction de cette photographie accompagne le présent article.

28Nos pas nous ont menés vers les limites du territoire urbain, entre ville et campagne. L’image, qui a servi de couverture au dépliant Valencia color, montre en son centre un fascinant carré rouge – moitié droite d’un corps de ferme dont l’autre partie a gardé la texture ocre de son enduit, en écho à celle d’un champ labouré, au premier plan. Des non-couleurs, un palmier vert, et le rouge intense du pan de mur. Non, ce n’est pas Vermeer, sa Vue de Delft et son petit pan de mur jaune qui séduisait tant Marcel Proust  ; c’est juste la périphérie valencienne au xxie siècle. Juste du Plossu, et sa rencontre avec un paysan-poète qui a écoulé des excédents de peinture rouge au milieu du paysage43.

29Jetons un dernier coup d’œil sur le vide, après nos errances dans Madrid et Valence, grandes villes saturées de gens, de bruits et de façades chargées d’histoire. Nous sommes à présent en bord de mer, sur une immense plage de sable ocre vue en plongée, qui rappelle les étendues vides des déserts que Plossu a souvent parcourues. Dans l’étroite frange supérieure de l’image, on voit des grues dressées comme d’immenses insectes, surmontées d’un ciel gris plomb. Et tout près du bord inférieur, un oiseau noir chemine sur le sable  ; les empreintes de ses pattes viennent du hors-champ où nous nous trouvons. Quelles traces effacera le vent  ? Quels mots allons-nous écrire sur le sable humide  ? Combien d’histoires resteront associées, pour le photographe, à ce vagabondage urbain des années 1990-2000  ? Combien d’amis pour s’en souvenir  ? Le «  photographe libre  » – comme on l’a parfois désigné – a toujours le Nikkormat en bandoulière, pour que ne cesse l’errance, pour que le port qui nous attend reste toujours au loin.

1.Bernard Plossu, Atocha, Madrid, 1993.

1.Bernard Plossu, Atocha, Madrid, 1993.

2.Bernard Plossu, Madrid, calle del Divino Pastor, 1991.

2.Bernard Plossu, Madrid, calle del Divino Pastor, 1991.

3.Bernard Plossu, Madrid, 2001.

3.Bernard Plossu, Madrid, 2001.

4.Bernard Plossu, Valencia (1), 2006.

4.Bernard Plossu, Valencia (1), 2006.

5.Bernard Plossu, Valencia (2), 2006.

5.Bernard Plossu, Valencia (2), 2006.

6.Bernard Plossu, Valencia, 2009-2011.

6.Bernard Plossu, Valencia, 2009-2011.
Haut de page

Notes

1 Philippe Arbaïzar, «  Bernard Plossu  », in Dictionnaire de la photo, Paris, Larousse, 1996, p. 512.

2 Ibidem, p. 513.

3 Bernard Plossu, Jacques Terrasa, Barcelona 1974, Barcelone, Sd. edicions, 2012.

4 Bernard Plossu, Juan Manuel Bonet, Bernard Plossu habla con Juan Manuel Bonet, Madrid, La Fábrica, coll. «  Conversaciones con fotógrafos  », 2002, p. 30  : «  La gare d’Atocha, à Madrid, dont j’ai foulé si souvent le sol, était devenue pour moi le centre mondial des voyages  ».

5 Bernard Plossu, Los años almerienses con cámaras juguete 1987-1994, Madrid, Comunidad de Madrid, 1996, n. p.

6 Quelques années plus tard, il fera aussi connaissance, à Paris, du frère de Javier, Miguel Ángel Campano (un des grands peintres de la génération des Barceló, Sicilia, Broto…), qui restera toujours son ami, jusqu’à sa récente disparition, en août 2018.

7 Luis Baylón, Bernard Plossu, En Valencia, Valence, Universitat de València – Col.legi Major Rector Peset, 2008, p. 7  : «  Il est huit heures du matin, gare de Chamartín. Bernard arrive. Comme c’était la première fois que j’allais l’accueillir, j’étais attentif au fait d’être à l’heure. Il venait avec son sac de voyage, son appareil en bandoulière et un grand sourire sur le visage (il m’a rappelé l’Inde) et nous sommes allés prendre le petit déjeuner  ».

8 Ibidem, p. 5  : «  C’est tout un art, que de se perdre dans les villes. Plossu et Baylón, sans doute, savent se perdre  ; ce sont des virtuoses dans l’art de se laisser porter, de flâner  ».

9 Bernard Plossu, Juan Manuel Bonet, Nord-Sud. Madrid, Galería José R. Ortega, 2011, n. p.

10 Bernard Plossu, Jacques Terrasa, Barcelona 1974, op. cit., p. 36-37.

11 Bernard Plossu, Los años almerienses con cámaras juguete 1987-1994, Madrid, Comunidad de Madrid, 1996, n. p. 

12 Bernard Plossu, Juan Manuel Bonet, Bernard Plossu habla…, op. cit., p. 31  : «  […] nous passions nos journées à marcher et à faire des photos  ».

13 Bernard Plossu, Fotografía, Valence, IVAM - Instituto Valenciano de Arte Moderno, 1997.

14 Bernard Plossu, Gilles Mora, Rétrospective 1963-2006, Paris, Les Éditions des Deux Terres, 2006.

15 Bernard Plossu, Plossu Couleur Fresson, Nice, Théâtre de la Photographie et de l’Image, 2007.

16 Bernard Plossu, Marc Donnadieu, Couleurs Plossu. Séquences photographiques 1953-2013, Paris, Hazan, Montpellier, Direction de la culture et du patrimoine, 2013.

17 Bernard Plossu, Juan Manuel Bonet, Bernard Plossu habla…, op. cit., p. 30  : «  Parmi les grandes villes, Madrid est ma favorite. […] Que vois-tu dans Madrid  ? Elle t’apparaît comme ville très dynamique  ? […] Oui. Le dynamisme de Madrid est sans prétentions, contrairement à New York. Elle me plaît pour les mêmes raisons que Bruxelles, ce sont des villes où tu peux te promener la nuit, il y a des gens partout et il s’y passe des choses en permanence. J’apprécie beaucoup leur rythme  ».

18 Ibidem, p. 3  : «  Il se trouve que j’ai un tas de photographies de Madrid, des années 70, 80 et 90, que je n’ai jamais révélées  ».

19 Ibidem  : «  Un mur blanc avec une ombre abstraite, que je n’ai jamais publiée, mais qui parle de ce qui me plaît à Madrid, la violence de sa lumière. Une lumière plus violente que celle d’Italie, car cette ville est plus sèche. C’est très noir et blanc  !  ».

20 Ibidem, p. 30  : «  Mais si je voulais donner une vision rétrospective, même brève, de tes photos, je n’en trouverais pas une qui définisse Madrid. C’est curieux comme ta relation est différente de celle que tu as avec d’autres villes. Tu as des photos représentatives de Marseille, Bruxelles ou Rome, mais pas de Madrid […].  »

21 Une reproduction de cette photographie accompagne le présent article. Toutes les photographies de Bernard Plossu reproduites ici le sont avec l’aimable autorisation du photographe.

22 Juan Clemente, «  Bernard Plossu. Viajes, clima y pasión  », La Luna de Madrid, n° 37, mars 1987, p. 28  : «  On peut dire que mes photographies saisissent un climat  : c’est vrai. Le double climat  : l’intérieur, celui de l’âme, et l’atmosphérique, celui du lieu. Les deux réunis font une photographie. Le reportage extérieur et l’intérieur ne sont qu’une seule et même chose  : on ne voit que ce que l’on recherche. […] Et c’est quelque chose qui m’accompagne jusqu’à photographier des choses sans importance  ; la photographie est précisément cela  : toutes ces choses sans importance qui, en réalité, ont tant d’importance. […] L’unique style que j’ai, c’est de ne pas avoir de style. Je fais des images vécues, totalement vécues. Mes meilleures photos sont celles de mes fils Shane et Joaquim. Rien de plus difficile, que de photographier la vie de tous les jours  ».

23 Une reproduction de cette photographie accompagne le présent article.

24 Pablo Pérez-Mínguez, «  La atmósfera Plossu  », La Luna de Madrid, n° 37, mars 1987, p. 28  : «  Les deux très à l’aise, photographiant tout  : le parc, le dôme, le reflet, le coin de rue, l’air, la religieuse…  ».

25 Une reproduction de cette photographie accompagne le présent article.

26 Luis Baylón, Bernard Plossu, En Valencia, op. cit., p. 8.

27 C’est à cette occasion qu’il fait la connaissance de Emmanuel Guigon, qui était à l’époque conservateur à l’IVAM. Ils resteront très proches, et Guigon contribuera à exposer par la suite plusieurs fois l’œuvre de Bernard Plossu, d’abord à Strasbourg, en 2007, lorsqu’il travaillait au Musée d’Art Moderne et Contemporain (Bernard Plossu, Gilles Mora, op. cit.), puis au Musée des Beaux-Arts, d’Archéologie de Besançon, que Guigon a dirigé par la suite (exposition Versant d’Est en 2009, puis Les voyages mexicains en 2011).

28 Bernard Plossu, Marcelo Fuentes, Ciudades y Paisajes, Valencia, Iseebooks, 2006.

29 Le peintre Charris et l’architecte Martín Lejarraga ont organisé en 2013 dans la galerie La Naval, à Carthagène (province de Murcie), l’exposition de Bernard Plossu, Isabelle Huppert (catalogue avec un texte de Dominique Païni).

30 Signalons que Eduardo Momeñe était venu à La Isleta del Moro dès 1989, pour y filmer Bernard Plossu peu après son installation dans la région du Cabo de Gata, dans le cadre d’une série de films sur l’histoire de la photographie.

31 Max Pam, Bernard Plossu, Pam - Plossu. Una correspondencia fotográfica entre Max Pam y Bernard Plossu, edición de Eduardo Momeñe, Madrid, AfterPhoto, 2013.

32 Bernard Plossu, La hora inmóvil, Madrid, La Fábrica, 2016, n. p  : «  […] chantiers, magasins, autoroutes, entrées de maison, wagons de train, usines, bords de mer ou de trottoir, deviennent alors des portes qui nous permettent de passer de l’autre côté du miroir  ».

33 Ibidem  : «  Les horloges s’arrêtent alors afin de saisir le soupir du temps […]  ».

34 Ces trois photos sont aux pages 19, 35 et 38 de En Valencia, le catalogue déjà cité de l’exposition organisée en 2008 par Salvador Albiñana au Col.legi Major Rector Peset, de l’Université de Valence. Des reproductions de la première et la troisième accompagnent cet article.

35 Luis Baylón, Bernard Plossu, En Valencia, op. cit., p. 15 et p. 53.

36 Bernard Plossu, Plossu Couleur Fresson, op. cit.

37 Luis Baylón, Bernard Plossu, En Valencia, op. cit., p. 15.

38 Bernard Plossu, Plossu Couleur Fresson, op. cit., p. 133.

39 En 2017, Salvador Albiñana a aussi assuré le commissariat et préfacé le catalogue d’une autre exposition valencienne de Bernard Plossu, Portraits d’écrivains, qui s’est tenue dans les locaux de l’Institut Français.

40 Bernard Plossu, Valencia color, en directo, dépliant de dix cartes postales en couleur, Valence, MuVIM, 2010  : «  Il a l’habitude d’aller à Valence en train, dans un Talgo qui commence son voyage à Montpellier au lever du jour et atteint la Estación del Norte au début de l’après-midi. Je suis allé souvent l’attendre, accompagné d’un autre ami, de Marcelo Fuentes. Lors d’un de ces voyages, il y a deux ans de cela, me semble-t-il, alors que nous laissions la gare derrière nous et que nous pénétrions dans la ville, celle-ci, soudain, lui est apparue en couleur  ».

41 En 2010, Chantal Grande a publié vingt-deux pages de photographies au tirage Fresson de Plossu, dans l’ouvrage collectif Genius Loci. Tarragona revelada (Grande, 2010).

42 Quelques mois plus tard, Plossu exposera à Valence, dans la librairie - galerie photographique Railowsky, un choix de dix-huit tirages Fresson de diverses provenances (Mexique, États-Unis, Sri Lanka, Maroc, France). Un texte de Juan Pedro Font de Mora, le responsable de la galerie, accompagne le petit catalogue publié à l’occasion (Bernard Plossu, Plossu Color Fresson, Valencia, Librería Railowsky, 2011). Plossu exposera plusieurs fois dans cette galerie, et Font de Mora est l’une des personnes qui ont le plus compté pour lui à Valence.

43 Une reproduction de cette photographie accompagne le présent article.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1.Bernard Plossu, Atocha, Madrid, 1993.
URL http://journals.openedition.org/etudesromanes/docannexe/image/9579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre 2.Bernard Plossu, Madrid, calle del Divino Pastor, 1991.
URL http://journals.openedition.org/etudesromanes/docannexe/image/9579/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre 3.Bernard Plossu, Madrid, 2001.
URL http://journals.openedition.org/etudesromanes/docannexe/image/9579/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre 4.Bernard Plossu, Valencia (1), 2006.
URL http://journals.openedition.org/etudesromanes/docannexe/image/9579/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre 5.Bernard Plossu, Valencia (2), 2006.
URL http://journals.openedition.org/etudesromanes/docannexe/image/9579/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre 6.Bernard Plossu, Valencia, 2009-2011.
URL http://journals.openedition.org/etudesromanes/docannexe/image/9579/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Terrasa, « Madrid et Valence », Cahiers d’études romanes, 39 | 2019, 25-42.

Référence électronique

Jacques Terrasa, « Madrid et Valence », Cahiers d’études romanes [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 10 mars 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/9579 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesromanes.9579

Haut de page

Auteur

Jacques Terrasa

Sorbonne Université, CRIMIC EA 2561

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search