Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Idéologisations du souvenirBenedetto Varchi et Charles Quint

Idéologisations du souvenir

Benedetto Varchi et Charles Quint

Théa Picquet
p. 103-118

Résumés

Charles Quint maître du monde est le titre du livre que Juan Carlos D’Amico consacre à l’empereur du Saint Empire. Notre propos s’intéresse à cet éminent personnage à travers le regard d’un historiographe de la Renaissance italienne, Benedetto Varchi (Florence 1503-1565) et sa Storia fiorentina. Nous analyserons le portrait brossé par le Républicain florentin, pour considérer ensuite l’action de l’empereur dans les guerres d’Italie en étudiant ses relations avec ses homologues, François Ier, le pape et en particulier la ville de Florence.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Juan Carlos D’Amico, Charles Quint maître du monde, entre mythe et réalité, Caen, Presses univers (...)
  • 2 Édition de référence : Storia fiorentina in Opere di Benedetto Varchi, Trieste, Lloyd Adriatico, (...)

1Charles Quint maître du monde est le titre du livre que Juan Carlos D’Amico consacre à l’empereur1. C’est justement à cet éminent personnage que nous nous intéressons aujourd’hui, à travers le regard d’un historiographe de la Renaissance italienne, Benedetto Varchi (Florence 1503-1565) et sa Storia fiorentina2.

2Aussi, après avoir présenté l’auteur et l’œuvre, notre propos se donnera pour objectif de considérer l’image que Varchi donne de Charles Quint (Gand 1500-Yuste 1558).

3Pour ce faire, nous analyserons tout d’abord le portrait brossé par le Républicain florentin, nous considèrerons ensuite l’action de l’empereur dans les guerres d’Italie en étudiant ses relations avec ses homologues, François Ier, le pape et en particulier la ville de Florence.

  • 3 Pour plus de précisions, voir Théa Picquet, « Espace, langage, éthique : La Storia fiorentina de (...)

4Benedetto Varchi3 (Florence 1503-1565) est un contemporain de Charles Quint (1500-1558). Fils de notaire, il est attiré par les études de latin, mais se dirige vers des études de Droit selon les vœux de son père, qui souhaitait en faire son successeur. En contact avec les jeunes patriciens de la ville, il se lie d’amitié avec Machiavel. Au service de la République, il participe à la milice citadine de 1529. Aussi, au retour des Médicis, il est compté parmi les « Fuorusciti », ces Républicains florentins exilés car opposés à la célèbre famille. En 1537, il compose des vers en l’honneur de Lorenzino, le Lorenzaccio de Musset, et participe à l’expédition belliqueuse menée par Piero Strozzi. Il devient ensuite précepteur des enfants de Filippo Strozzi, éminente figure de l’opposition, Lorenzo, Alessandro et Giulio.

  • 4 Leandro Perini, Benedetto Varchi Storico di Firenze in Storia fiorentina di Benedetto Varchi con (...)
  • 5 Rudolf von Albertini, Firenze dalla repubblica al principato, Torino, Einaudi, 1970, p. 339-346 ; (...)

5Auteur4 de rimes variées, de chapitres, d’une comédie, La Suocera (La Belle-mère), publiée posthume en 1569, Benedetto Varchi est également célèbre pour le dialogue L’Ercolano, composé dans les années 1560-1565 et publié posthume en 1570, où il défend la thèse de la priorité de l’usage de la langue sur les autorités. Dans les Errori di Paolo Giovio (les Erreurs de Paul Jove), il relève les erreurs de l’historien et dénonce ses jugements tendancieux, en particulier contre la dernière République. Mais son œuvre principale est sa Storia fiorentina5, son histoire de Florence.

  • 6 Angelo Baiocchi (dir.), Storici e politici fiorentini del Cinquecento, op. cit., p. 743.

6Pour ce qui est des conditions d’écriture, il convient de noter qu’en 1543, Côme de Médicis le rappelle à Florence dans le but de relancer la politique culturelle de la ville. Dans les années 1546-1547, le duc le charge d’écrire une Histoire de Florence. Véritable paradoxe : un Médicis confie l’historiographie de la Cité du Lys à un vieux Républicain qui affiche ouvertement ses idées politiques, même si, comme le déclare à juste titre Angelo Baiocchi6, la situation de Varchi est maintenant celle d’un écrivain officiel du régime. Cette Storia se différencie donc des précédentes « histoires » de Florence et marque un tournant décisif puisqu’elle ouvre la voie à l’historiographie courtisane de la monarchie.

  • 7 Théa Picquet, « Donato Giannotti et son public », in Écrire à la fin du Moyen Âge. Le pouvoir et (...)

7Cela dit, le dessein de l’historiographe est de narrer l’histoire de la dernière République de Florence (1527-1530), mais il poursuivra jusqu’en 1537. Pour ce faire, il bénéficie des archives et de la documentation officielle mises à sa disposition, mais aussi de la consultation de « Ricordi » et de témoignages de l’époque, notamment de ceux de Giovanni Battista Busini, Jacopo Nardi et Donato Giannotti7. Il est donc très proche des sources et peut faire un véritable travail d’historien.

8Les idées qu’il révèle à travers son écriture sont cependant teintées de pessimisme. Il déclare en effet que le monde politique n’est que rivalité entre individus, dans le seul but d’obtenir le pouvoir et que les motifs éthiques ou religieux dissimulent leurs intentions véritables. Il considère en outre que le monde est soumis à la « Fortune », à ses lois incompréhensibles. Comme l’homme ne peut pas dominer le monde ni par son action ni par sa pensée, il conseille de s’adapter aux circonstances. Par ailleurs, Benedetto juge son siècle décadent : les individus sont corrompus, le clergé tout particulièrement, tout comme les conditions de vie à Florence. Il refuse alors logiquement le contenu religieux de la dernière République.

  • 8 Rudolf von Albertini, Firenze dalla repubblica al principato, op. cit., p. 345.

9Quant à sa position par rapport à la famille Médicis, Varchi reste fidèle à ses idées républicaines modérées. Il se permet de critiquer les Médicis de la première restauration, le cardinal Passerini et surtout le pape Clément VII, Jules de Médicis. Il vante les qualités du gonfalonier Niccolò Capponi, mais rend les Optimates responsables de l’instabilité du gouvernement. Il accuse le gouvernement tyrannique des « Arrabbiati » (les « Enragés »), alors qu’il exalte Francesco Ferrucci, héros de la République de Florence, comme il souligne l’efficacité de la milice citadine. Dans ce sens, il est l’élève de Machiavel. Il justifie toutefois la restauration de la célèbre famille, en partant justement du gouvernement tyrannique de la dernière République. Mais il dénonce sévèrement les persécutions contre les Républicains et présente Alexandre de Médicis comme un tyran illégitime qui plonge sa patrie dans la servitude. À la tyrannie de la République et à celle d’Alexandre il oppose logiquement le gouvernement légitime et juste de Côme. Son œuvre s’achève ainsi avec l’éloge du nouveau maître de Florence. Il constitue, comme l’affirme Rudolf Von Albertini8, une figure typique de la transition entre République et monarchie.

10À sa mort, en 1565, Giambattista Adriani est chargé de continuer son œuvre. Considéré comme le dernier historiographe florentin, il appartient à la nouvelle génération, puisque le sujet de ses écrits n’est plus la crise de Florence, mais le gouvernement de Côme de Médicis. Cela dit, dans les seize livres de la Storia fiorentina, une place est réservée à Charles Quint.

11Varchi ne brosse pas vraiment le portrait physique de l’empereur, même s’il souligne sa prestance, par exemple lors de son entrée triomphale à Florence le 29 avril 1536 (XIV 73) alors qu’il monte un magnifique destrier blanc. L’accent est mis particulièrement sur l’élégance de son apparence : l’empereur porte une tunique de velours violet foncé, une petite chaîne en or autour du cou, sur la tête un couvre-chef de velours violet foncé, orné d’un panache blanc sur le côté gauche.

  • 9 « […] il connaissait ses forces et voulait tout ce qu’il voulait […] ». Toutes les traductions so (...)
  • 10 « cette bonté d’âme [qui est la sienne] ».
  • 11 « sa piété et sa religion ».
  • 12 D’autres sources donnent le 10 mars ou le 11 mars.
  • 13 « signes d’allégresse ».
  • 14 « sous une très bonne étoile».

12L’historiographe s’attache davantage au portait moral de Charles Quint. Il le présente comme un être ferme, énergique et volontaire : « […] conosceva le forze sue e voleva tutto quello che egli voleva […]9 » écrit-il (XII 38). Il glorifie sa loyauté et l’estime un « vrai chevalier » (V 26). C’est aussi un être bon et pieux ; ainsi, Jacopo Nardi en appelle à « questa bontà dell’animo [suo]10 » et à « la sua pietà e religione11 » (XIV 54). D’ailleurs, le prince prend Dieu à témoin qu’il ne désire que la paix universelle, l’honneur de Jésus-Christ, le repos de l’Italie et le bien commun de toute l’Italie. Il prie encore le tout-puissant pour que le roi d’Angleterre ne lui donne plus l’occasion de faire la guerre (V 26). L’empereur apparaît dans toute son humanité. Benedetto évoque son mariage à Séville avec l’infante Isabelle, sœur du roi Jean III de Portugal, et indique la date : le 25 mars 152612 (II 15). Il souligne la joie du nouveau père à la naissance de son premier fils, le 21 mai 1527 aux environs de dix-neuf heures trente, à Valladolid. Celui‑ci est ému et donne des « segni di letizia13 ». L’enfant, né « sotto felicissime stelle14 », prend le nom de son grand-père paternel, Philippe (V 1).

  • 15 « […] bien qu’il s’ingéniât grandement à masquer cette volonté par ses dires et à l’occulter, éta (...)
  • 16 Comment les princes doivent tenir leur parole.
  • 17 « […] disons que vous avez menti effrontément, et vous mentirez autant de fois que vous le direz (...)

13Cependant, cette humanité s’accompagne de défauts et notre écrivain les relève sans aucune indulgence. Varchi cite les propos de l’un de ses contemporains, Domenico Canigiani, selon lequel le grand empereur est très familier de la simulation et de la dissimulation, par sa nature mais aussi par l’éducation qu’il a reçue(IV 19) : « Se bene colle parole grandemente di ricuoprire questa sua volontà (de maître de l’Italie) e di nasconderla s’ingegnava ; avendo egli non solo per natura, ma eziandio dall’arte e per educazione il simulare e il dissimulare familiarissimo [...]15 ». Et il conseille la prudence dans les négociations avec lui, rappelant Machiavel et le Chapitre XVIII du Prince, Quomodo fides a principibus sit servanda16. François Ier l’accuse d’ailleurs ouvertement de mensonge (V 26) : « Diciamo che avete mentito per la gola, e tante quante volte il direte, mentirete [...]17 ».

  • 18 « son incroyable force et sa merveilleuse hardiesse ».
  • 19 « après avoir pris Tunis, il était arrivé victorieux à Naples ».
  • 20 « fort du nombre de ses heureux succès ».
  • 21 « […] tous les princes d’Europe […] craignaient leur propre [mésaventure] considérant combien la (...)
  • 22 « […] avec grand dommage, et perte d’hommes, et non sans encourir le blâme […] ».

14Cela dit, c’est surtout le chef de guerre qui apparaît dans la Storia. Benedetto évoque l’« incredibil forza e meravigioso ardir18 » de la nouvelle armée impériale (II 15) ; il le montre fier de la victoire de Tunis : « Poiché aveva preso Tunisi, era vittorioso arrivato a Napoli19 » (XIV 51), comblé par ses nombreux succès : « Dalla felicità di tanti prosperi successi innalzato20 » (II 1). En fait, sa puissance est imputée à la bienveillance de la Fortune (II 9) : « Tutti i principi dell’Europa […] temevano della loro propria [sventura] considerando quanto grande fosse e quanto tremenda così la potenza come la fortuna dell’imperatore21 ». Mais la roue de la Fortune tourne pour lui aussi et l’armée la plus grande et la plus courageuse jamais connue est mise en déroute par Anne de Montmorency qui pratique la politique de la terre brûlée et l’empereur est contraint de se retirer à Gênes : « […] Con gran danno, e con perdita d’uomini, e non senza biasimo suo […]22 » (IV 78).

  • 23 « Que l’intention de César n’était pas autre chose, puisqu’il aspirait sans aucun doute à la mona (...)

15Ses ambitions d’hégémonie sont donc déçues. Faisant preuve d’une grande lucidité, l’historiographe note que Charles Quint entendait s’approprier du Milanais pour se faire plus aisément seigneur de l’Italie entière (II 9), qu’il aspirait à la monarchie universelle, raison pour laquelle il voulait aussi dominer l’Église et le pape (IV 19) : « Che l’intendimento di Cesare altro non era, aspirando egli senza alcun dubbio alla monarchia, che opprimere Roma e la Chiesa, e tenere l’Italia soggiogata […]23 », selon les propos de Canigiani, où l’on remarque le poids des mots « opprimer », « assujettir ».

16C’est justement dans ce contexte des guerres d’Italie que Benedetto Varchi étudie les relations de Charles Quint avec François Ier, puis avec le pape.

  • 24 Jean-Louis Fournel, Jean-Pierre Zancarini, Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe (149 (...)
  • 25 « […] et après une longue et vaillante défense, le jour de la Saint Matthieu le vingt-quatre févr (...)

17En effet, comme l’écrivent à juste titre Jean-Louis Fournel et Jean-Pierre Zancarini24, l’Italie est « le principal champ clos du heurt » entre Charles Quint et François Ier, dès le début des années 1520. Les Français, voulant reconquérir le royaume de Naples, sont battus à La Bicoque, aux environs de Milan, le 29 avril 1522, perdent le Milanais où Francesco Sforza est installé par les forces impériales. De plus, le plus grand chef de guerre, le connétable Charles de Bourbon, se révolte contre le roi et passe dans le camp adverse en septembre 1523. La campagne est désastreuse pour les armées françaises et leur retraite sans gloire. François Ier reprend l’offensive en octobre 1524 et occupe la ville de Milan, alors que les Espagnols s’enferment dans les deux places fortes de Pavie et de Lodi. Trois mois durant, l’armée française assiège Pavie, au secours de laquelle se porte l’empereur. La nuit du 23 au 24 février 1525, les fantassins ouvrent une brèche dans les murs de la ville et François Ier est fait prisonnier. Cette victoire impériale tombe le jour anniversaire de Charles Quint (né le 24 février 1500) et Varchi de relever : « […] E dopo lunga e gagliarda difesa, il giorno di S. Matteo alli ventiquattro di febbraio, che era appunto il natale dell’imperadore, nel mille cinquecento ventiquattro, gli ruppe, morti e presi quasi tutti i primi capitani e i maggiori personaggi della Francia […]25 » (II 8).

  • 26 « […] entre l’empereur et le roi Très chrétien [il y avait] une haine immortelle qui durait fort (...)
  • 27 « les mauvaises intentions de ce roi envers lui ».
  • 28 « […] il n’y a pas de doute que si César ne lui avait pas rendu visite, comme il le fit, et si av (...)
  • 29 « […] accompagnant le roi, en chevauchant toujours à sa gauche ; ce roi, ayant épousé Dame Éléono (...)
  • 30 En 1530, François Ier épouse Éléonore de Habsbourg, sœur de Charles Quint, « donna della grandezz (...)

18Autant dire, comme le souligne notre historiographe, qu’entre les deux rivaux court une haine immortelle, nuisible à toute la Chrétienté (XV 22) : « […] Tra lo imperadore e ‘l re Cristianissimo [stava di mezzo un] odio immortale che già tant’anni crudelissimamente ardeva tra questi due principi, con infinito danno di tutta la Cristianità […]26 ». Charles Quint est d’ailleurs tout à fait conscient des sentiments de François Ier à son égard, de « l’acerbo animo di quel re inverso di lui27 » (XIII 13). De son côté, le roi, prisonnier en Espagne dans la forteresse de Madrid, se sent trompé et se plaint de sa mauvaise Fortune, alors qu’il attend depuis deux mois la visite promise par son adversaire (II 11). Il serait même sur le point de trépasser, ajoute Varchi (II 12) : « […] Non è dubbio che se Cesare visitato non l’avesse, come fece, e con molte e molte buone parole datogli ferma speranza di doverlo totalmente liberare, egli portava rischio grandissimo di morire28 ». Enfin, le roi signe les accords de capitulation le 12 janvier 1526 et l’historiographe insiste bien sur le fait qu’il promet tout et qu’il prête serment. Il montre aussi l’empereur accompagnant le roi (II 15) : « […] Accompagnando il re, sempre a mano sinistra di lui cavalcando; il qual re sposato donna Leonora, ed i capitoli dell’appuntamento di Madrille giurato, se ne tornava [...] nella Francia […]29 », pour mieux relever que non seulement François Ier ne respecte pas les accords mais qu’en plus il se plaint de son beau-frère30 (II 23) :

  • 31 « […] non seulement il ne voulut pas renouveler sa promesse et ratifier l’accord de Madrid, comme (...)

Non solo non volle rinnovare la fede e ratificare l’accordo di Madrille, come aveva con giuramento promesso, ma cominciò tra sè e cogli altri a dolersi agramente del cognato, il quale vergognato non si fosse a tante e così non pure dannose, ma vergognose e inique condizioni imporgli per liberarlo. L’empereur de son côté en est « attonito et tutto confuso » (II 15)31.

  • 32 « […] il [le roi] apprenait qu’ils étaient maltraités, et même très maltraités […] ».
  • 33 « […] César, fort indigné que les promesses faites lors de la capitulation de Madrid… ne fussent (...)

19Les mêmes difficultés se présentent lorsque le roi de France entreprend les négociations pour la libération de ses deux fils laissés en otages par le traité de Madrid de janvier 1526 : le dauphin François, alors âgé de huit ans, et son cadet, le futur Henri II, de sept ans. Les petits princes seraient maltraités : « Egli (le roi) intendeva loro essere male, anzi pessimamente trattati32 », écrit le nôtre (V 1), en ajoutant que le souverain français ne cesse d’envoyer des ambassadeurs en Espagne pour chercher une solution. Mais Charles Quint, indigné de voir que les accords n’ont pas été respectés, fait mine de tergiverser : « Il quale Cesare sdegnatosi fortemente che le promesse fattegli nella capitolazione di Madrille… osservate non gli fussono… andava per mezzo degli agenti suoi, mettendo tempo in mezzo, quando una condizione quando un’altra, ora proponendo ora rifiutando [...]33 ». Enfin, le 3 août 1529, par le traité de Cambrai, il accepte de libérer les petits princes contre deux millions d’écus d’or, qui sont réunis des mois plus tard. Le 1er juillet 1530, la somme est enfin remise en échange des enfants royaux (V 1).

  • 34 « élevée jusqu’au ciel ».
  • 35 « […] qu’elle seule et femme ait, en peu de temps, conclu cette paix ; ce que de nombreux hommes (...)
  • 36 « […] on fit une fête merveilleuse avec des feux et d’autres manifestations de joie, non seulemen (...)
  • 37 « offensées par eux ».

20En outre, la « Paix des dames », négociée par Louise de Savoie, mère de François Ier, sœur du duc Philippe II de Savoie, et Marguerite d’Autriche, tante de l’empereur et veuve du même Philippe II de Savoie, met fin à la deuxième guerre entre les deux éminents protagonistes, François Ier et Charles Quint. Elle fait l’objet des éloges de Benedetto Varchi. La mère du roi est « innalzata fino al cielo34 », tout comme Madama Margherita, dont il s’étonne « ch’ella sola e donna, avesse in poco tempo quella pace conchiuso, la quale molti uomini in molt’anni conchiudere potuto non avevano [...]35 » (IX 11). Et l’écrivain d’insister sur la joie éprouvée en France, en Espagne et en Italie : « Si fece maravigliosa festa con fuochi ed altri segni d’allegrezza, non solamente nella Francia e nella Spagna, ma eziandio nell’Italia [...]36 » (IX 2). Cependant, il souligne la faiblesse des Républiques qui s’allient aux grands princes pour être défendues par eux, car l’expérience montre que la plupart du temps elles sont « da loro offese37 », et que tout état dépourvu d’armes propres finira par être occupé par ses amis ou par ses ennemis (IX 11).

21Les relations entre Charles Quint et François Ier sont donc celles de deux rivaux qui s’affrontent sur l’échiquier politique de la péninsule italienne. Quant à celles avec le pape, elles paraissent bien plus ambiguës.

  • 38 Jules de Médicis (Florence 1478-Rome 1534), fils de Julien, le frère de Laurent le Magnifique, et (...)
  • 39 « choisit la voie médiane ».
  • 40 « […] qui, alors que rarement elle oblige vos ennemis à devoir vous aimer, elle dispense toujours (...)
  • 41 « […] les intentions de Sa Majesté impériale envers Sa Béatitude et ce très saint siège ne pouvai (...)
  • 42 « […] Canigiano, au contraire, l’avertissait toujours et le mettait en garde très librement, l’en (...)
  • 43 « […] en apparence de très grandes manifestations d’amour l’un envers l’autre […] ».
  • 44 « l’esprit ».
  • 45 « dans sa bienveillance simulée ».
  • 46 « […] craignant […] que le pontife ne se mette du côté des Français, il tendait l’oreille […] ».

22En effet, Varchi déclare que Clément VII, Jules de Médicis38, ne veut prendre parti ni pour François Ier ni pour Charles Quint : « elesse la via di mezzo39 » et sa sévérité est sans appel : « La quale come rade volte obbliga i nimici a doverti amare, così disobbliga sempre gli amici dell’amore che ti portano40 » (II 9). Plus loin, il rapporte les opinions contraires de deux de ses contemporains. Selon Baldassare Castiglione, l’empereur serait un ami du souverain pontife : « [...] la mente della maestà Cesarea verso Sua Beatitudine e quella santissima seggia non poteva essere né più amica né più pia ch’essa si fosse41 ». Selon Domenico Canigiano, le pape doit faire preuve de méfiance : « Il Canigiano per lo contrario l’avvertiva sempre e liberissimamente l’ammoniva, che non volesse a patto niuno, che che altri si dicesse, né credergli né fidarsi42 » (IV 19). Les deux grands personnages ont la même attitude hypocrite, ils manifestent « di fuora grandissimi segni d’amore dell’uno verso l’altro43 » et les causes en seraient la qualité des temps mais aussi « l’animo44 » du pape, dont la fausse bienveillance est notoire : « In quelle simulazioni di benevolenza45 », précise le nôtre (XIV 16). En fait, Charles Quint n’obtient rien de lui, ni la convocation d’un Concile ni le mariage de Catherine de Médicis avec le duc de Milan (XIII 13). Il est donc très méfiant dans les tractations pour les noces entre sa fille naturelle, Marguerite d’Autriche, et Alexandre de Médicis : « Temendo […] che il pontefice si gettasse dalla parte de’Franzesi, vi porgeva orecchie46 » (XIV 16).

  • 47 « Devant une nouvelle aussi importante et si inattendue, certains écrivent que César se troubla, (...)
  • 48 « peiné ».
  • 49 « de la douleur et de la peine ».
  • 50 « louée grandement, et désirée par bon nombre ».
  • 51 « […] la crosse et l’épée n’allant pas bien ensemble, le pape devait retourner chanter la messe à (...)

23Mais, au moment du Sac de Rome de 1527, lorsque les troupes impériales envahissent la cité des papes et retiennent Clément VII prisonnier au Château Saint-Ange, Charles Quint se trouve à Valladolid. Benedetto rapporte les propos de certains de ses contemporains qui relèvent la forte émotion du souverain qui fait arrêter les festivités données en l’honneur de la naissance de son premier fils Philippe : « A così grande e non aspettata novella scrivono alcuni che Cesare si conturbò, e fece subitamente comandamento, che tutte le feste si dismettessero […]47 » (V 1). Et Varchi d’ajouter que l’empereur s’en est toujours excusé, déclarant que cette action a été entreprise à son insu, contre son intention et sa volonté. En outre, dans une lettre qu’il aurait adressée à Henri VIII, il se dit « dispiaciuto48 » de ce regrettable événement, dû plutôt au jugement de Dieu qu’aux forces de l’homme, ressent « dolore e cordoglio49 » pour les dommages causés au Saint-Siège. Mais ceci ne pourrait être que pure invention, écrit notre auteur, car on ne trouve aucune trace d’une réponse éventuelle (V 1). Cela dit, la cruauté inouïe du Sac entraîne la réaction des premiers personnages d’Espagne, séculiers comme réguliers, qui refusent de dire la messe tant que le pape sera retenu. L’empereur leur ordonne alors de continuer à célébrer leur office comme auparavant (V 1). La délibération de ce dernier visant à « restituer à la papauté son ancienne simplicité », lorsque les papes ne se mêlaient pas des affaires temporelles mais s’occupaient uniquement du domaine spirituel, rencontre la faveur générale ; elle est « lodata grandemente, e desiderata da molti50 », peut-on lire (V 15). Et même les plébéiens souhaitaient que « non istando bene il pastorale e la spada, il papa doveva tornare in San Giovanni Laterano a cantar la messa »51 (V 15).

  • 52 « à contre-cœur ».
  • 53 « […] qu’il lui semblait raisonnable qu’on libère le pape du Château Saint-Ange et qu’il soit rév (...)

24Et quand Charles Quint fait libérer le souverain pontife, il est de notoriété publique qu’il le fait « mal volentieri52 » et contre une importante somme d’argent. Il recommande en outre de redoubler d’attention pour que le pape ne puisse pas se venger. C’est dans ce sens qu’il écrit à ses agents, à Ferdinand Alarcon en particulier : « Ragionevol cosa parergli, che il papa di Castel Sant’Agnolo si cavasse, e fosse, comme alla sua dignità conveniva, riverito ed onorato ; ma che avvertissero però, che ciò di maniera si facesse, ch’egli quando o per vendicarsi, o per altra cagion volesse, o a lui o alle sue cose nuocere non potesse [...]53 » (V 15).

  • 54 « la tranquillité de l’Italie et pour la paix universelle de toute la Chrétienté ».

25Le traité de Barcelone de juin 1529 marque la fin du conflit entre Charles Quint et Clément VII. Et Varchi de rappeler les engagements de chacun des partis. Que l’empereur promette de restaurer les Médicis à Florence, de restituer au pape Cervia, Ravenne, Modène, Reggio Emilia et Rubiera, qu’il récupère Ferrare, que les Luthériens retrouvent la voie de l’Église catholique, que le duché de Milan s’approvisionne en sel auprès des états pontificaux. En contrepartie, que le pape s’engage à couronner l’empereur, qu’il autorise le passage des troupes impériales dans ses territoires, qu’il lui accorde l’investiture du royaume de Naples, qu’il autorise la croisade et que le quart des revenus de l’Église soit réservé à la guerre contre les Turcs. De plus, Charles Quint promet de donner la main de sa fille naturelle, Marguerite, à Alexandre de Médicis, neveu du pape. Tout ceci pour « la quiete di Italia e per pace universale di tutta la Cristianità54 » (IX 11).

  • 55 « […] où il fut accueilli par le pape et par l’ensemble de la grande noblesse de la ville avec la (...)
  • 56 « […] ayant été très longuement écrite par bon nombre, il n’est pas nécessaire que j’en parle […] (...)

26Cependant, Varchi ne donne pas beaucoup de détails sur l’entrée de l’empereur à Bologne le 5 novembre 1529. Il précise seulement qu’il est reçu en grande pompe par le pape et par tous les gentilshommes : « Dove fu dal pontefice ricevuto, e da tutta quella nobilissima cittadinanza con quella pompa o dimostrazione d’amore e di benevolenza, che ad un tanto imperadore si conveniva [...]55 » et il s’arrête là car, dit-il, la question a été déjà bien développée par d’autres : « La quale essendo stata da molti molto lungamente scritta, non accade ch’io ne favelli56 » (X 60).

  • 57 Juan Carlos D’Amico, op. cit., p. 163-215.
  • 58 « […] ayant déjà été écrit en latin et en toscan par bon nombre, dans tous les détails […] ».
  • 59 « […] avait convergé toute la noblesse non seulement d’Italie, mais de toute la Chrétienté […] ».
  • 60 « […] la pompe, la magnificence, plus grande maintenant que je la lis qu’elle ne me semblait quan (...)

27Le 23 février 1530, Clément VII lui remet la couronne de fer et le lendemain, jour de son trentième anniversaire, Charles Quint est sacré empereur des Romains57. Ici non plus, l’historiographe n’est pas très prolixe car tout a déjà été rapporté : « Essendo stato e latinamente e toscanamente scritto da tanti e tanto particolarmente […]58 », si ce n’est qu’il présente le public : « Era concorsa tutta la nobiltà non solamente d’Italia, ma di tutta la Cristianità59 » et souligne a posteriori le faste de la cérémonie : « La pompa e magnificenza, maggiore ora quando io la leggo, che non mi pareva quando io la vidi60 » (XI 23). Le couronnement a lieu à Bologne et non à Rome, comme le voulait la coutume, pour deux raisons. La première est qu’on ne souhaitait pas que l’empereur remarquât l’état désastreux dans lequel ses armées avaient laissé la ville ; la seconde est que l’empereur était pressé de rentrer en Allemagne, par les Catholiques comme par les Protestants, pour venir en aide à son frère Ferdinand qui se trouvait en difficulté (XI 23).

28Les accords avec Charles Quint sont renouvelés à Bologne en 1532 lors de la constitution de la ligue qui regroupe les chefs d’États italiens, à l’exception de Venise et de Florence (III 15).

  • 61 « […] avec une grande méfiance envers les intentions du pape […] ».

29À la suite de quoi, le 25 février, l’empereur quitte cette ville en direction de Gênes, où il embarque pour l’Espagne, et Varchi de préciser : « Pien di sospetto dell’animo del papa61 » (XIII 16).

  • 62 Giorgio Vasari, Opere, a cura di Gaetano Milanesi, Firenze, Sansoni, 1981, II p. 244 n. 2. Référe (...)
  • 63 Du verbe « battere », frapper. Les « Battuti » étaient une confraternité de laïques qui pratiquai (...)
  • 64 « Ces méchantes sottises trop licencieuses déplaisaient aux plus prudents, mais ils n’osaient ni (...)

30En somme, les relations entre Charles Quint et Clément VII apparaissent entachées d’ambiguïté. D’ailleurs, Varchi décrit un tableau satirique, œuvre de Vittorio di Buonaccorso Ghiberti62, peint en 1530 dans son palais florentin de la Via Larga (aujourd’hui Via Cavour) contre Clément VII. Pour cette raison, il dut quitter la ville au retour d’Alexandre de Médicis. Vasari fut son élève et son ami. Clément VII y est représenté en habit pontifical, coiffé de la tiare, sur le point d’être exécuté par Niccolò della Magna, archevêque de Capoue, qui le pousse pour que ses pieds pendent dans le vide et qu’une corde l’étrangle, pendant que Jacopo Salviati, revêtu de la tenue des membres de la confraternité des « Battuti63 », lui met devant les yeux la tablette avec l’effigie du Christ, comme on le faisait pour inciter les condamnés au repentir. L’empereur Charles Quint assiste à la scène, assis, brandissant son épée, sur la pointe de laquelle on lit : « Amice, ad quid venisti ? », « Oh l’ami, pourquoi es-tu venu ? ». Benedetto ajoute : « Dispiacevano queste tali troppo licenziose e malvage sciocchezze a’più prudenti, ma eglino non ardivano, non che correggerle, biasimarle64 » (X 76). Cette anecdote, que l’historiographe aurait très bien pu passer sous silence, symbolise bien les relations entre Charles Quint et Clément VII.

  • 65 « […] les deux parties agissaient avec d’infinies simulations et dissimulations ».
  • 66 « malgré la vieillesse et la ruse de Paul III, son habileté ne dépassait pas celle de Charles Qui (...)

31Il en va de même avec Paul III Farnèse. Varchi montre que le pape ne craint pas l’empereur et qu’il le reçoit sans armes, contrairement à ses prédécesseurs. Puis il souligne son ambiguïté. En effet, le souverain pontife embrasse Charles Quint, le prie d’oublier les discordes passées et d’accueillir François Ier comme un frère, l’assurant que lui, en sa qualité de « père de tous les Chrétiens », ferait tout ce qui est en son pouvoir. Mais la réalité est tout autre : la rivalité entre les deux princes accroîtrait la réputation du pape auprès de chacun d’eux et ce qu’il n’obtiendrait pas de l’un il l’aurait de l’autre. De plus, si l’empereur attaquait la Provence, la guerre se déplacerait hors de la péninsule italienne (XIV 72). En fait, même si pour gagner l’amitié du pape, l’empereur donne à son fils, Pier Luigi Farnèse, la ville de Novarre (XV 22), tous les deux cherchent à se tromper réciproquement : « Si procedeva da tutte e due le parti con infinite simulazioni e dissimulazioni65 » et dans ce domaine Paul III n’excelle pas moins que Charles Quint : « Non essendo l’arte di Paolo III, ancora che vecchio ed astutissimo, maggiore di quella di Carlo Quinto, ancora che giovane…66 » (XVI 1). En bref, les relations entre l’empereur et les deux papes se caractérisent par leur ambiguïté. Cela dit, Varchi est florentin et il porte une attention particulière à l’attitude de Charles Quint envers la Cité du Lys.

  • 67 « des hommes nobles et de grande autorité ».
  • 68 « […] mais de nature et de coutumes très différentes, et par conséquent pas très amis l’un de l’a (...)
  • 69 « Les ayant entendus César leur donna congé sans vouloir les écouter davantage ».

32Il rapporte que les Florentins ont mandaté des ambassadeurs auprès de l’empereur alors à Bologne. Il précise la date, le 24 août 1529, leurs noms : Tommaso Soderini, Matteo Strozzi, Raffaello Girolami e Niccolò Capponi, expose leurs qualités : « Uomini nobili e di grande autorità67 », mais aussi leur faiblesse : « ma molto diversi di natura e di costumi, e per conseguenza non molto amici l’uno all’altro68 ». Leur message est l’allégeance du peuple florentin et sa demande de conserver sa liberté. Cependant, l’empereur leur répond que la ville a perdu ses anciens privilèges pour avoir soutenu le roi de France. Ils rétorquent que Florence a toujours été libre mais ils n’obtiennent rien de plus : « Il che udito Cesare, fece dar loro commiato, senza volergli più ascoltare69 » (IX 17). La démarche d’un autre ambassadeur, Lottieri di Iacopo Gheradi, subit le même sort : l’empereur ne veut pas l’entendre (X 32).

  • 70 Nom donné aux Républicains florentins bannis pour leur opposition aux Médicis.
  • 71 « dans de mauvaises dispositions ».
  • 72 « il semblait bien disposé ».
  • 73 « il les écouterait avec bienveillance ».
  • 74 « […] de rendre la liberté à l’une des premières villes d’Italie et leur patrie à de nombreux pau (...)
  • 75 « […] un bon gouvernement et la justice, pour la paix et le bien commun et la sécurité nécessaire (...)
  • 76 « […] il répondit brièvement et en général : “Le duc viendra (c’est-à-dire Alexandre de Médicis) (...)
  • 77 « […] il sembla entendre très volontiers les demandes des bannis, et se montra vers eux le plus b (...)
  • 78 « […] ceux-ci ne veulent pas la liberté de leur patrie, mais leur propre grandeur, et ils voudrai (...)
  • 79 « les grands cadeaux ».
  • 80 « très cher gendre ».
  • 81 Voir à ce propos : Théa Picquet, « Le langage politique dans la Storia Fiorentina de Benedetto Va (...)
  • 82 « […] ceci apporta la preuve manifeste du mépris et de la haine qu’il éprouvait pour la ville de (...)

33En 1535, après la mort de leur héraut, le cardinal Hippolyte de Médicis, les « Fuorusciti70 » en appellent eux aussi à la clémence de Charles Quint pour mettre fin à leur bannissement et rentrer dans une patrie libre. Ils mandatent Salvestro Aldobrandini pour sonder les sentiments de l’empereur alors à Naples et sa réponse pourrait donner quelque espoir, puisqu’au départ il semble « mal disposto71 », mais ensuite « pareva di buon animo72 » et « benignamente gli udirebbe73 » (XIV 51). Ils bénéficient d’ailleurs du soutien d’Ascanio Colonna et d’Alfonso d’Avalos, qui considèrent légitime de « rendere la libertà a una delle prime città d’Italia, e la patria di tanti poveri gentiluomini che andavano dispersi per lo mondo […]74 » (XIV 53). Une première réponse de l’empereur révèle sa volonté de paix pour toute la Chrétienté, pour l’Italie et pour Florence : « Un buon governo e giustizia, a riposo e beneficio comune e convenevole sicurtà e ragionevole contento de’ nobili di detta città, così di quelli che in quella abitano, come de’ fuorusciti […]75 » (XIV 36). En outre, la longue intervention de Jacopo Nardi est rapportée dans son intégralité (XIV 54). Ce dernier insiste sur le non respect des promesses faites au nom de l’empereur, en 1530 par Ferrante Gonzaga, en 1531 par son secrétaire Muscetola, et n’obtient qu’une vague réponse : « Rispose brevemente ed in universale : ‘Verrà il duca (c’est-à-dire Alexandre de Médicis) e faremo quello sarà di giustizia’76 ». En fait, l’empereur ne leur vient pas en aide et Varchi souligne l’ambivalence de son attitude. D’une part, il semble écouter volontiers les « Fuorusciti », se montre bienveillant et leur donne de grands espoirs : « […] Mostrò d’udire molto volentieri le domande dei fuorusciti, e mostrosi più benigno e grato verso loro che potette, e fece dar loro speranze grandissime da’ suoi ministri […]77 ». D’autre part, selon Varchi, il agit ainsi pour mieux manipuler le duc Alexandre et obtenir de lui tout ce qu’il souhaite (XIV 67). De plus, l’empereur croit que les « Fuorusciti » n’aspirent pas à la liberté de leur ville, mais à en prendre le gouvernement : « […] Costoro non vogliono la libertà della lor patria, ma la lor propria grandezza, e vorrebbono eglino esser signori di Firenze, se noi levassimo il duca […]78 ». Autre raison encore : les « gran doni79 », que le duc fait aux principaux agents impériaux (XI 68). Bref, l’empereur soutient manifestement Alexandre de Médicis. Ainsi, Charles Quint se dit heureux de voir Alexandre qu’il aime non seulement comme gendre mais comme un fils (IX 11). Il le couvre de présents : des bijoux, des armes, des chevaux (XII 52) et par décret remet les Médicis à la tête de Florence. Le texte est lu dans le palais de la Seigneurie alors que sur la place fusent les cris « Palle, Medici, Medici » (XII 53). Notons que l’accord du pape y est spécifié et qu’Alexandre est qualifié de « dilettissimo genero80 ». Le duc de Florence rencontre l’empereur à Mantoue, puis l’accompagne à Bologne en 1532 (XIII 13), ensuite, à Milan, puis à Gênes (XIII 16). C’est encore dans cette ville qu’il est chaleureusement accueilli par lui en août 1536 (XIV 79). Mais c’est surtout lors de son entrée dans la Cité du Lys que Charles Quint se montre très proche du duc de Florence (XIV 73)81. La ville fait un triomphe à l’empereur dans un décor éphémère conçu par Giorgio Vasari, mais les Florentins sont déçus de l’attitude du souverain envers eux. En effet, il quitte la ville le 4 mai 1536 sans lui avoir accordé aucun privilège, contrairement à ses prédécesseurs, remarque l’historiographe ; ce qui marque le mépris et même la haine qu’il éprouverait pour la Cité du Lys : « […] Questo dette manifesto indicio dello sdegno e dell’odio ch’egli avea colla città di Firenze […]82 » (XIV 74). En somme, Charles Quint est manifestement plus proche des Médicis que des Florentins.

34Pour conclure, la Storia fiorentina de Benedetto Varchi témoigne de l’importance de Charles Quint sur l’échiquier politique italien. Elle met en exergue l’ambiguïté des relations de l’empereur avec François Ier et avec le pape et son soutien manifeste aux Médicis. L’historiographe ne le dépeint pas vraiment comme le « maître du monde », mais plutôt comme un homme, avec ses qualités et ses défauts.

35Cela dit, un autre Italien, vénitien cette fois, exalte toute la grandeur de l’empereur victorieux à la bataille de Mühlberg. Il s’agit du Titien qui, avec sa toile Ritratto di Carlo V a cavallo (Portrait de Charles Quint à cheval), de 1548, conservé au Musée du Prado, participe à le faire entrer dans le mythe.

Haut de page

Notes

1 Juan Carlos D’Amico, Charles Quint maître du monde, entre mythe et réalité, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004.

2 Édition de référence : Storia fiorentina in Opere di Benedetto Varchi, Trieste, Lloyd Adriatico, 1858, volume I. Cette édition a le mérite de diviser les différents livres en chapitres. Leandro Perini, Storia fiorentina di Benedetto Varchi con aggiunte e correzioni tratte dagli autografi e corredata di note a cura e opera di Lelio Arbib, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2003, 3 volumes. Voir aussi : Benedetto Varchi e il suo tempo, Atti del convegno a cura di Leandro Perini, Firenze, CD &V editori, 2009.

3 Pour plus de précisions, voir Théa Picquet, « Espace, langage, éthique : La Storia fiorentina de Benedetto Varchi, dans LIA XIII, Pise-Rome, Serra », in Letteratura Italiana Antica (LIA), no XIII, 2012, p. 455-464 et Théa Picquet, « Le texte entre chronique et histoire : Benedetto Varchi, Storia fiorentina, livre XV 1-6 », in Rinascimento, seconda serie, volume LI, Firenze, Olschki, MMXI, p. 223-236.

4 Leandro Perini, Benedetto Varchi Storico di Firenze in Storia fiorentina di Benedetto Varchi con aggiunte e correzioni tratte dagli autografi e corredata di note per cura e opera di Lelio Arbib, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2003, tomo III, p. iii xxvi.

5 Rudolf von Albertini, Firenze dalla repubblica al principato, Torino, Einaudi, 1970, p. 339-346 ; Angelo Baiocchi (dir.), Storici e politici fiorentini del Cinquecento, Milano, Ricciardi 1994, p. 733-825 et Alessandro Montevecchi, Storici di Firenze. Studi su Nardi, Nerli e Varchi, Bologna, Patron, 1989, p. 105-156.

6 Angelo Baiocchi (dir.), Storici e politici fiorentini del Cinquecento, op. cit., p. 743.

7 Théa Picquet, « Donato Giannotti et son public », in Écrire à la fin du Moyen Âge. Le pouvoir et l’écriture en Espagne et en Italie, (1450-1530), Aix-en-Provence, PUP, 1990, p. 151-167 et Théa Picquet, Donato Giannotti, « Della Repubblica fiorentina », Roma, Aracne, 2011.

8 Rudolf von Albertini, Firenze dalla repubblica al principato, op. cit., p. 345.

9 « […] il connaissait ses forces et voulait tout ce qu’il voulait […] ». Toutes les traductions sont miennes.

10 « cette bonté d’âme [qui est la sienne] ».

11 « sa piété et sa religion ».

12 D’autres sources donnent le 10 mars ou le 11 mars.

13 « signes d’allégresse ».

14 « sous une très bonne étoile».

15 « […] bien qu’il s’ingéniât grandement à masquer cette volonté par ses dires et à l’occulter, étant familier de la simulation et de la dissimulation non seulement par sa nature, mais aussi par son habileté et par son éducation […] ».

16 Comment les princes doivent tenir leur parole.

17 « […] disons que vous avez menti effrontément, et vous mentirez autant de fois que vous le direz […] ».

18 « son incroyable force et sa merveilleuse hardiesse ».

19 « après avoir pris Tunis, il était arrivé victorieux à Naples ».

20 « fort du nombre de ses heureux succès ».

21 « […] tous les princes d’Europe […] craignaient leur propre [mésaventure] considérant combien la puissance comme la fortune de l’empereur étaient grandes et terribles […] ».

22 « […] avec grand dommage, et perte d’hommes, et non sans encourir le blâme […] ».

23 « Que l’intention de César n’était pas autre chose, puisqu’il aspirait sans aucun doute à la monarchie, qu’opprimer Rome et l’Église, et assujettir l’Italie […] ».

24 Jean-Louis Fournel, Jean-Pierre Zancarini, Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe (1494-1559), Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 2003.

25 « […] et après une longue et vaillante défense, le jour de la Saint Matthieu le vingt-quatre février, qui était justement la date de l’anniversaire de l’empereur, en mille cinq cent vent-quatre, il vainquit, tua et fit prisonniers presque tous les premiers capitaines et les plus grands personnages de France […] ».

26 « […] entre l’empereur et le roi Très chrétien [il y avait] une haine immortelle qui durait fort cruellement depuis de nombreuses années déjà entre ces deux princes, avec un dommage infini pour toute la Chrétienté […] ».

27 « les mauvaises intentions de ce roi envers lui ».

28 « […] il n’y a pas de doute que si César ne lui avait pas rendu visite, comme il le fit, et si avec de très nombreuses bonnes paroles il ne lui avait donné le ferme espoir de devoir lui rendre une totale liberté, il courait un très grand risque de mourir […] ».

29 « […] accompagnant le roi, en chevauchant toujours à sa gauche ; ce roi, ayant épousé Dame Éléonore et accepté par serment les accords de la rencontre de Madrid, s’en retournait [...] en France […] ».

30 En 1530, François Ier épouse Éléonore de Habsbourg, sœur de Charles Quint, « donna della grandezza e splendore de’suoi maggiori » (XII 39), « dame dotée de la grandeur et de la splendeur de ses ancêtres ».

31 « […] non seulement il ne voulut pas renouveler sa promesse et ratifier l’accord de Madrid, comme il l’avait juré, mais il commença à se plaindre amèrement de son beau-frère, seul et avec les autres, qui n’avait pas eu honte de lui imposer des conditions déshonorantes et injustes pour le libérer ». L’empereur de son côté en est « stupéfait et tout confus ».

32 « […] il [le roi] apprenait qu’ils étaient maltraités, et même très maltraités […] ».

33 « […] César, fort indigné que les promesses faites lors de la capitulation de Madrid… ne fussent pas tenues…, temporisait par l’intermédiaire de certains de ses agents, posant tantôt une condition tantôt une autre, tantôt proposant tantôt refusant […] ».

34 « élevée jusqu’au ciel ».

35 « […] qu’elle seule et femme ait, en peu de temps, conclu cette paix ; ce que de nombreux hommes n’avaient pas réussi à faire en de nombreuses années [...] ».

36 « […] on fit une fête merveilleuse avec des feux et d’autres manifestations de joie, non seulement en France et en Espagne, mais aussi en Italie [...] ».

37 « offensées par eux ».

38 Jules de Médicis (Florence 1478-Rome 1534), fils de Julien, le frère de Laurent le Magnifique, et cousin de Léon X, Jean de Médicis, devient pape sous le nom de Clément VII en 1523, succédant à Adrien VI.

39 « choisit la voie médiane ».

40 « […] qui, alors que rarement elle oblige vos ennemis à devoir vous aimer, elle dispense toujours vos amis de l’amour qu’ils vous portent […] ».

41 « […] les intentions de Sa Majesté impériale envers Sa Béatitude et ce très saint siège ne pouvaient être ni plus amicales ni plus pieuses qu’elles ne l’étaient ».

42 « […] Canigiano, au contraire, l’avertissait toujours et le mettait en garde très librement, l’enjoignant à ne le croire en aucun cas, ni à lui faire confiance, malgré les dires des autres […] ».

43 « […] en apparence de très grandes manifestations d’amour l’un envers l’autre […] ».

44 « l’esprit ».

45 « dans sa bienveillance simulée ».

46 « […] craignant […] que le pontife ne se mette du côté des Français, il tendait l’oreille […] ».

47 « Devant une nouvelle aussi importante et si inattendue, certains écrivent que César se troubla, et donna aussitôt l’ordre d’arrêter toutes les fêtes […] ».

48 « peiné ».

49 « de la douleur et de la peine ».

50 « louée grandement, et désirée par bon nombre ».

51 « […] la crosse et l’épée n’allant pas bien ensemble, le pape devait retourner chanter la messe à Saint Jean de Latran […] ».

52 « à contre-cœur ».

53 « […] qu’il lui semblait raisonnable qu’on libère le pape du Château Saint-Ange et qu’il soit révéré et honoré, selon sa dignité ; mais qu’ils veillent à ce que cela se fasse de telle manière que, si le pape le voulait, par vengeance ou pour toute autre raison, il ne pût nuire ni à l’empereur ni à ses biens […] ».

54 « la tranquillité de l’Italie et pour la paix universelle de toute la Chrétienté ».

55 « […] où il fut accueilli par le pape et par l’ensemble de la grande noblesse de la ville avec la pompe, les manifestations d’amour et de bienveillance dignes d’un si grand empereur […] ».

56 « […] ayant été très longuement écrite par bon nombre, il n’est pas nécessaire que j’en parle […] ».

57 Juan Carlos D’Amico, op. cit., p. 163-215.

58 « […] ayant déjà été écrit en latin et en toscan par bon nombre, dans tous les détails […] ».

59 « […] avait convergé toute la noblesse non seulement d’Italie, mais de toute la Chrétienté […] ».

60 « […] la pompe, la magnificence, plus grande maintenant que je la lis qu’elle ne me semblait quand je la vis […] ».

61 « […] avec une grande méfiance envers les intentions du pape […] ».

62 Giorgio Vasari, Opere, a cura di Gaetano Milanesi, Firenze, Sansoni, 1981, II p. 244 n. 2. Référence rappelée par Antonio Lanza que nous remercions ici.

63 Du verbe « battere », frapper. Les « Battuti » étaient une confraternité de laïques qui pratiquaient la pénitence de la flagellation.

64 « Ces méchantes sottises trop licencieuses déplaisaient aux plus prudents, mais ils n’osaient ni les corriger et ni les blâmer ».

65 « […] les deux parties agissaient avec d’infinies simulations et dissimulations ».

66 « malgré la vieillesse et la ruse de Paul III, son habileté ne dépassait pas celle de Charles Quint, pourtant plus jeune […] ».

67 « des hommes nobles et de grande autorité ».

68 « […] mais de nature et de coutumes très différentes, et par conséquent pas très amis l’un de l’autre […] ».

69 « Les ayant entendus César leur donna congé sans vouloir les écouter davantage ».

70 Nom donné aux Républicains florentins bannis pour leur opposition aux Médicis.

71 « dans de mauvaises dispositions ».

72 « il semblait bien disposé ».

73 « il les écouterait avec bienveillance ».

74 « […] de rendre la liberté à l’une des premières villes d’Italie et leur patrie à de nombreux pauvres gentilshommes qui erraient par le monde […] ».

75 « […] un bon gouvernement et la justice, pour la paix et le bien commun et la sécurité nécessaire et la raisonnable satisfaction des nobles de la ville, de ceux qui y résident comme des bannis […] ».

76 « […] il répondit brièvement et en général : “Le duc viendra (c’est-à-dire Alexandre de Médicis) et nous agirons selon la justice” […] ».

77 « […] il sembla entendre très volontiers les demandes des bannis, et se montra vers eux le plus bienveillant et le plus agréable possible, et leur fit donner de très grands espoirs par ses ministres […] ».

78 « […] ceux-ci ne veulent pas la liberté de leur patrie, mais leur propre grandeur, et ils voudraient être les seigneurs de Florence, si nous démettions le duc […] ».

79 « les grands cadeaux ».

80 « très cher gendre ».

81 Voir à ce propos : Théa Picquet, « Le langage politique dans la Storia Fiorentina de Benedetto Varchi : l’entrée de Charles Quint à Florence (1536) », in Arad, n° IX-1, Université de Cluj-Napoca, 2013, p. 55-66.

82 « […] ceci apporta la preuve manifeste du mépris et de la haine qu’il éprouvait pour la ville de Florence ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « Benedetto Varchi et Charles Quint », Cahiers d’études romanes, 39 | 2019, 103-118.

Référence électronique

Théa Picquet, « Benedetto Varchi et Charles Quint », Cahiers d’études romanes [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 03 avril 2020, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/9801 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesromanes.9801

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER, UMR TELEMME, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search