Navigation – Plan du site
Revendications mémorielles

Street art et mémoire

La série réalisée par Alto dans l’espace public espagnol
Anne Puech
p. 171-182

Résumés

Le retour au pouvoir de la droite espagnole en 2011 a entraîné un gel progressif des aides dédiées à l’application de la Loi sur la mémoire historique de 2007. En conséquence, des artistes publics ont investi la rue pour y projeter des images liées à des préoccupations mémorielles. En 2013, Ze Carrión a reproduit l’image télévisuelle de Carlos Arias Navarro accompagnée de l’inscription « Españoles, Franco ha vuelto »1. Noaz a participé, en 2014, à une campagne de récolte de fonds pour aider à l’exhumation et à l’identification des quatre cents corps situés dans le Monte Estépar2. La même année, le projet d’Alto, autour de la mémoire historique, était sélectionné pour occuper un des murs extérieurs de la Tabacalera, à Madrid. Nous proposons de nous engager sur un jeu de piste et d’étudier les empreintes laissées par Alto dans l’espace public espagnol.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Madrid

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

Contra la impunidad de los crímenes franquistas

1. Alto, Contra la impunidad de los crímenes franquistas, Madrid, rue Miguel Servet, mai 2014 © Alto

1. Alto, Contra la impunidad de los crímenes franquistas, Madrid, rue Miguel Servet, mai 2014 © Alto
  • 3 Dictionnaire en ligne de la Real Academia Española, consulté le 12 septembre 2018.

“ALTO1
Del lat. altus.
1. adj. Levantado, elevado sobre la tierra.
2. adj. De gran estatura.
3. adj. Más elevado, en relación con otro término inferior. [...]
12. adj. Dicho de una persona: de gran dignidad.
ALTO2.
Del al. Halt ‘parada’, der. del verbo halten ‘detener’.
1. m. Detención o parada en la marcha o cualquier otra actividad.
3. interjec. U. para ordenar a alguien que se detenga o que suspenda lo que está haciendo3”.

1En 2014, Alto s’exerçait au sein de El Keller, le groupe de peinture murale de la Tabacalera. Il y développait, notamment, un projet lié à la question de la mémoire historique. Un appel à contribution avait été lancé pour occuper les murs extérieurs de l’ancienne fabrique de tabac, située sur le rond-point Embajadores. Alto présenta une proposition d’intervention qui fut retenue.

  • 4 Le 14 avril 2010, une plainte a été déposée au Tribunal de Buenos Aires par plusieurs association (...)
  • 5 Entretien en date du 22 octobre 2018. « Nous avons beaucoup échangé à ce sujet, pour savoir sur q (...)
  • 6 Une fissure dans le mur de l’impunité. Le documentaire peut être consulté ici : https://www.flick (...)

2Au même moment, il avait développé un travail iconographique autour de la mémoire avec Manuela Bergerot, une réfugiée politique argentine, dont le père avait été emprisonné durant la dictature militaire. Engagée dans des activités politiques et associatives liées à la mémoire historique, dont la Querella Argentina contra los Crímenes del Franquismo4, elle va accompagner le travail d’Alto sur les murs de la Tabacalera et filmer le processus de réalisation. « Fueron muchas charlas sobre dónde queríamos poner el foco (denunciar, visibilizar, proponer...)5 », nous a expliqué Manuela Bergerot. Finalement, ils se mettront d’accord sur l’esquisse d’un portrait de famille. De leur collaboration naîtra un documentaire intitulé Una brecha en el muro de la impunidad qui présente le travail en accéléré du peintre6.

  • 7 Coordinadora Estatal de Apoyo a la Querella Argentina contra crímenes del franquismo.

3L’œuvre de grande dimension (3,5m x 4,5m) représente le portrait d’une famille espagnole dans les années trente, composée de neuf personnes sans visage : trois femmes – dont une veuve –, deux hommes et quatre enfants. Sous leurs pieds sont dispersés des ossements humains. L’œil attentif remarquera qu’il y a autant de crânes enfouis sous terre que de personnes représentées à sa surface et que leur taille et leur emplacement renvoient aux visages manquants. Sur la partie inférieure de l’image apparaît le titre de l’intervention, accompagné de la mention à la page web de la CEAQUA7 et de la signature du peintre. Tout renvoie à une époque antérieure : les vêtements, le travail monochromatique semblable à un virage sépia et les fines projections de peinture à la bombe, qui reproduisent le grain d’une vieille photographie. Ces figures fantomatiques, entourées d’un halo de lumière, hantent le présent et semblent nous transmettre une douleur persistante.

4L’absence de visage peut faire de cette peinture une allégorie et renvoyer à la société espagnole qui a « perdu la tête » durant le conflit de 1936-1939. Son existence sur les murs de l’espace public madrilène au xxie siècle laisserait penser à la survivance de cette folie au présent. La représentation de ces corps humains génériques, qui, une fois sous terre, sont parfaitement identiques, n’inviterait-elle pas le spectateur à comprendre la terrible absurdité d’un conflit armé ?

5Ces individus sans visage peuvent aussi être interprétés comme des représentations des victimes encore non identifiées.

  • 8 Ignacio Martín Jiménez, « Estragos de un drama colectivo », in La memoria de los olvidados…, p. 4 (...)

6En effet, comme le faisait remarquer l’historien Ignacio Martín Jiménez, la transmission du nom de famille était difficile dans le cas des paseados. La disparition du corps, l’impossibilité de mener à bien le processus de deuil, la douleur infligée aux familles des victimes qui, parfois, n’osaient plus assumer leur filiation, les plongeaient « en un proceso de convivencia con un fantasma: alguien incorpóreo, que no ha dejado bien resuelto ese asunto crucial de la experiencia humana, la muerte del padre como Freud lo postuló8 ».

  • 9 Emilio Silva, Pancho Salvador, María Socorro, Asunción Esteban Recio, Javier Castán (coord.), La (...)

7Le titre, Contra la impunidad de los crímenes franquistas, oriente davantage l’interprétation. Alto dénonce les conséquences actuelles de la loi d’amnistie de 1977 et invite à questionner la validité de ce texte que Paul Preston, dans l’introduction qu’il a rédigée pour l’ouvrage La memoria de los Olvidados, appelle « Pacto del olvido9». L’oubli est mis en image, ici, à travers ces individus sans tête et l’explication donnée par Alto au journaliste Alberto G. Palomo va dans ce sens :

  • 10 Entretien avec Alto mené par Alberto G. Palomo, « El grafitero que pinta la memoria histórica ahí (...)

Pillé una foto real, de una familia de la guerra, y quería que se vieran dos cosas: la cantidad de gente enterrada sin que los reconozcamos y la reflexión de cómo hemos perdido la cabeza porque no queremos revisar el pasado10.

8Il est intéressant de retrouver, dans les propos du peintre, ces mêmes allées et venues entre passé et présent, ces mouvements pendulaires propres à l’exercice de la mémoire. En effet, il commence par évoquer les années trente, la Guerre Civile avant d’ériger un pont avec le présent (« no queremos revisar el pasado »). L’impossibilité de revenir, au moment présent, sur des faits passés, le conduit à mettre en image cette famille sans identité et dans laquelle chacun pourrait se reconnaître.

9Cette intervention va opérer un déclic chez le peintre et être le point de départ d’une série intitulée Fosas comunes qu’il va réaliser sur tout le territoire espagnol :

  • 11 Traduction : « Après l’intervention, j’ai conscience que cette démarche n’est pas terminée et que (...)

Después de la intervención soy consciente que el proceso no ha terminado y que las fosas tienen que continuar apareciendo, por diferentes lugares, nous a-t-il déclaré, dans un entretien réalisé le 12 octobre 201811.

10Relevons, dans cette citation, la notion d’obligation morale que semble avoir déclenché à la fois son travail à la Tabacalera et l’interaction avec les spectateurs, sur laquelle nous reviendrons dans un troisième point.

Le déploiement des ossements

2. Alto, fosa común n°0423, Madrid, rue de la madera, février 2015 © Alto

2. Alto, fosa común n°0423, Madrid, rue de la madera, février 2015 © Alto

11Entre mai 2014 et février 2015, des ossements humains vont donc envahir les murs de l’espace public espagnol. Ces fragments de corps sont accompagnés d’un paratexte orientant l’interprétation de l’œuvre, de sorte que le passant n’ayant pas vu le travail imposant d’Alto sur les murs de la Tabacalera parviendra, malgré tout, à en saisir le sens. De nouveau, la palette est réduite, Alto travaille le noir et le blanc qu’il projette sur la surface brute avec ses bombes de peinture. Outre le fait que la bombe soit un outil pratique – et qu’elle soit privilégiée, de fait, par les artistes publics –, elle permet à l’auteur de réaliser des coulures. Ces dernières donnent une impression de mouvement aux éléments iconiques présents sur le mur, comme si les squelettes étaient animés. Elles nous évoquent aussi des larmes qui continuent de couler, des plaies ouvertes, le sang qui se déverse. Tout cela nous renvoie à la persistance d’une souffrance ou au souvenir douloureux et vif de cet être dont on n’a pas encore fait le deuil. Les coulures renvoient, enfin, à l’inachevé, à ce qui a été fait de façon sommaire, sans autre forme de procès.

3. Alto, fosa común n°0034, Costa Brava, juillet 2014 © Alto

3. Alto, fosa común n°0034, Costa Brava, juillet 2014 © Alto

12L’étude de ces interventions, toutes réalisées selon le même schéma – représentation figurée d’ossements épars ; numéro de fosse ; parfois, précision temporelle – « año 1937 », « año 1938 » –, laissent deviner les intentions du peintre. En effet, il reproduit, à la fois, le désordre que suppose l’entassement de corps jetés dans des fosses et le minutieux travail de recensement réalisé, dans l’actualité, par des archéologues, des historiens, des médecins légistes, des familles de victimes et des volontaires pour exhumer et identifier les corps des personnes disparues, victimes des rebelles ou de leurs partisans.

13Les crânes humains et les os sont réalisés à échelle 1:1, c’est-à-dire grandeur nature. Le peintre a probablement souhaité, par là, accroître le niveau d’identification du passant et l’interpeller visuellement sur ce qui le préoccupe, à savoir, la persistance de près de 120 000 corps enfouis dans le territoire espagnol, individuellement ou dans des fosses communes. Quant à savoir si l’emplacement qu’il a choisi correspond à une localisation précise, il a eu la gentillesse de nous éclairer à ce sujet, pour la rédaction de ce travail :

  • 12 Entretien avec Alto réalisé le 12 octobre 2018 : « Alors que je suis en train de peindre une foss (...)

Mientras estoy pintando una fosa me preguntan si es cierto que se encuentra esa fosa ahí debajo, respondo que sí, realmente hablamos de cerca de 2600 fosas repartidas por el territorio nacional, así que puede ser que se encuentre una fosa en ese lugar12.

  • 13 Un travail de cartographie a été réalisé, afin d’indiquer l’emplacement des fosses connues. La ca (...)

14En d’autres termes, l’emplacement de ses interventions ne correspond pas à la localisation exacte d’une fosse. Son projet initial était de les désigner précisément, en s’appuyant sur le travail de recensement rigoureux mené par le Ministère de la Justice espagnol (sous le mandat socialiste), des scientifiques, certaines municipalités, des associations et la société civile13. Mais, très vite, il s’est aperçu qu’il souhaitait atteindre l’opinion publique et décida, alors, d’investir des lieux fréquentés, comme le centre-ville de Madrid ou un front de mer, sur la Costa Brava.

  • 14 L’ARMH, Asociación para la Recuperación de la Memoria Histórica, créée en 2000, accompagne les fa (...)

15En ce sens, il donne de la visibilité au travail mené depuis 2000 par l’Association pour la Récupération de la Mémoire Historique14 pour tâcher d’identifier les fosses, connaître l’identité et les conditions de mort des personnes enterrées et leur attribuer un lieu de repos digne. Par extension, ces actions ont une double fonction : sociale et historique.

16Tout d’abord, elles permettent aux familles de comprendre ce qui a pu se passer, d’identifier et de récupérer le corps du défunt, d’enclencher un processus de deuil et de panser une plaie ouverte depuis des décennies.

  • 15 Ignacio Martín Jiménez, « Estragos… », op. cit., p. 45.
  • 16 Nous empruntons ces mots à Jesús María Palomares, « La depuración de la historia », in La memoria (...)

17Par ailleurs, les actions menées par l’association permettent d’approcher de la vérité, de reconstruire un événement de façon objective et non partielle. Comme l’a souligné l’historien Ignacio Martín Jiménez, tandis que les vainqueurs ont imposé un récit historique monodique, on a condamné les « vaincus » à transmettre, en les murmurant, des anecdotes filtrées et incomplètes. La peur des représailles, qui perdurera bien après la fin de la dictature, la douleur suscitée par ces épisodes terribles ont provoqué des failles dans la construction des événements15. Ce travail associatif, qui met en avant la parole individuelle tout comme celui d’Alto dans l’espace public, invite donc à « superar la cultura del silencio16 ». En effet, l’intérêt de faire émerger les récits de mémoire individuelle réside en sa capacité à ronger l’imposant édifice « historique » construit par quarante années de dictature et à remettre en question la lecture univoque des événements. Le peintre déterre facticement ces corps, les ranime. Il les soumet à l’opinion publique dans le but de la sensibiliser à la question mémorielle. Il convient donc de s’interroger, à présent, sur les réactions des passants.

La réception des œuvres

18Si la sociologie est un sport de combat, l’histoire peut parfois l’être tout autant. Parler des fosses communes – et, plus généralement, de la Guerre Civile – en Espagne, peut se révéler chose délicate. Le sujet est encore tabou pour une grande partie de la population. Pourtant, le public a accueilli plutôt favorablement les interventions d’Alto. Celle qui est présente sur les murs de la Tabacalera a été réalisée de jour et a nécessité plusieurs journées de travail. C’est la raison pour laquelle Alto a pu nous transmettre ces éléments :

  • 17 Entretien avec Alto réalisé le 12 octobre 2018. « De nombreuses personnes passaient à côté et me (...)

Pasaba mucha gente y preguntaban por qué les faltaba la cabeza a la familia. Cuando aparecen enterradas es cuando se empieza a hablar de fosas comunes, percibes en la gente que es un tema incómodo, pero se crea debate. Muchas personas sensibles al tema me agradecen que les dé voz, incluso me llegan a saludar víctimas del franquismo. Un activista me graba con su cámara durante casi toda la intervención, posteriormente contactará conmigo un documentalista que ha elaborado una pequeña pieza con mi pintura que posteriormente presenta en festivales17.

19Ce que l’on peut retenir de ces mots, outre la gêne causée par le sujet représenté, ce sont les nombreuses personnes qui ont tenu à remercier le peintre. L’œuvre semble acquérir, ici, une fonction de médium mémoriel et de porte-parole d’un collectif qui s’estime peu entendu. Aucun incident n’est rapporté. Il faut dire que le quartier de Lavapiés est de tradition populaire et de gauche. Seul le titre a fini par être barré d’un timide trait de peinture qui n’empêchait pas la lecture des mots inscrits par le peintre. Il est intéressant de constater que ce sont les mots qui ont été attaqués, pas les figures humaines.

20Manuela Bergerot qui filmait la scène pour la réalisation de son documentaire a, elle aussi, rapporté, sur son blog, certains éléments permettant de comprendre l’interaction produite avec les passants.

  • 18 Manuela Bergerot, qui a accompagné le travail d’Alto sur les murs de la Tabacalera. http://www.ma (...)

Cada lectura – dit-elle – re-semantiza el mensaje. La transmisión implica una re-elaboración a partir del artista en su intención de hacerlo accesible a los ciudadanos y una re-elaboración por parte de éstos, a partir de sus propias historias y de sus intentos por apropiarse de ellos. Antes de que estuviera escrita la frase de abajo, la gente que pasaba (niños, mayores…) comentaban: « les ha comido la cabeza Rajoy », « hemos perdido la cabeza todos » […] las lecturas eran muy divertidas, nos hubiera encantado grabarlas18.

21Nos observations de terrain, réalisées en août 2014, nous ont amenée à constater que cette intervention attirait des visiteurs chaque jour et que, sur les vingt-cinq œuvres présentes, elle était l’une des plus photographiées. Sur internet, plusieurs blogs l’ont commentée et l’on peut consulter, encore aujourd’hui, un nombre révélateur de clichés. La peinture restera ainsi deux années, jusqu’en 2016, au moment du renouvellement des façades extérieures, après appel à candidature passé par la Tabacalera.

22Les Fosas comunes n’ont pas toujours connu la même destinée. Certaines ont été effacées très rapidement, ce qui traduit souvent l’embarras de celui qui la fait disparaître. Les quelques peintures murales qui subsistent encore dans l’espace public se trouvent dans le quartier de Lavapiés. Ce qui nous amène à relever, de nouveau, la bienveillance réservée à ce type d’intervention dans ce quartier madrilène.

La constitution de lieux de mémoire

23La multiplication des représentations de fosses par Alto répond à une logique de ré-équilibrage des lieux de mémoire. Avec le maintien de certains symboles franquistes dans l’espace public espagnol, l’imposante charge symbolique du Valle de los Caídos et la réticence assumée par le gouvernement du Partido Popular à appliquer la Loi de mémoire historique, certains artistes publics ont donc investi, eux aussi, l’espace collectif pour opérer un contrepoids et élaborer des lieux de mémoire dédiés aux « vaincus ».

24Les témoignages rapportés par le peintre, alors qu’il réalisait le travail à la Tabacalera et nos observations de terrain nous indiquent que plusieurs personnes, victimes plus ou moins directes du conflit des années 1936-1939, ont apprécié de voir se projeter sur un mur ce manifeste pour la reconnaissance des victimes des rebelles et du franquisme. La peinture sur le mur délimite un espace précis et le protège. La réalisation in situ fait office de rituel. Ainsi, l’artiste, par son intervention, sacralise-t-il le lieu. En ce sens, la peinture acquiert une fonction cathartique et performative.

25On peut avancer que la réalisation des ossements dans l’espace public espagnol a suscité les mêmes réactions. De nombreuses personnes sont restées à observer le travail en cours du peintre. Les rassemblements et les échanges qui ont eu lieu autour de ces peintures ont permis de constituer un lieu de mémoire. Ces espaces ont été investis ponctuellement et ils ont pu développer ce que Pierre Nora appelait une « aura symbolique ».

26À la fois matériels et immatériels, ces lieux de mémoire soulèvent des questions pratiques – sur la localisation, l’exhumation et l’identification des corps, par exemple – et éthiques – à propos de la mémoire individuelle, de l’histoire ou encore de la révision d’une loi ayant fondé la démocratie. Alto, en les délocalisant, en les important dans l’espace public de façon « aléatoire », parvient à extraire les enjeux liés à ces fosses. Il conceptualise ce qui, dans un premier temps, relevait du matériel, du lieu pratiqué. La représentation de ces fosses fait donc à la fois référence aux morts de la Guerre Civile, mais aussi, par extension, aux enjeux de cette guerre, à la gestion de ces espaces enfouis, à l’identification de ces corps.

Conclusion

27La série mémorielle réalisée par Alto met en évidence la terrible condition de ces corps anonymes empilés, sur lesquels on marche quotidiennement sans jamais y penser. Dans un contexte politique peu favorable aux victimes, le peintre pointe l’injustice subies par les familles qui, quatre-vingts ans après le conflit, n’ont toujours pas droit au même traitement que celui dont ont bénéficié les rebelles dont les corps, en majorité, reposent dans des lieux spécifiques. Les interventions d’Alto agissent donc comme un monument, bien qu’éphémère. À ce propos, Jesús Alonso Carballés expliquait la fonction cathartique de ce type d’objet :

  • 19 Jesús Alonso Carballés, « Memoria(s) de piedra y de acero: Los monumentos a las víctimas de la Gu (...)

Ante la imposibilidad de suministrar una justicia efectiva, el monumento actúa hoy como un sucedáneo de la misma, cuya finalidad es mantener vivo en el espacio público el recuerdo de la injusticia cometida19.

28Ce manifeste est communiqué par le biais du street art, ce qui permet de « desempolvar el pasado » et de renouveler les modalités de transmission de la mémoire. L’utilisation de ce nouveau langage n’est pas anodin. Il permet de sensibiliser un public jeune, qui n’est pas toujours au fait de l’histoire récente de son propre pays. L’initiative d’Alto occupe de nouveaux terrains (dont le numérique, avec la diffusion du webdocumentaire en ligne) et actualise une revendication vieille de plusieurs décennies.

29Enfin, les interventions d’Alto démontrent que la société civile se mobilise et investit l’espace public en donnant une présence physique et symbolique à la mémoire. L’action a permis de consolider un collectif, fédéré autour d’une lecture du passé, d’actions à mener au présent et d’une vision prospective, constituée d’espoirs futurs.

Haut de page

Notes

1 L’intervention peut être vue ici dans son processus de réalisation : https://www.youtube.com/watch?v=D4tcczwTiJs Quant à la vidéo de l’annonce de la mort du dictateur, datée du 20 novembre 1975, elle est mise en ligne par les archives de la Televisión Española : http://www.rtve.es/alacarta/videos/fue-noticia-en-el-archivo-de-rtve/espanoles-franco-muerto/362530/

2 http://www.montedeestepar.org/proyecto.html

3 Dictionnaire en ligne de la Real Academia Española, consulté le 12 septembre 2018.

4 Le 14 avril 2010, une plainte a été déposée au Tribunal de Buenos Aires par plusieurs associations espagnoles et argentines, afin qu’une enquête puisse être ouverte au sujet des crimes de lèse-humanité perpétrés durant la guerre civile espagnole et la dictature franquiste. La juge María Servini de Cubría s’est heurtée à plusieurs refus de coopérer des autorités espagnoles, notamment pour l’audition de témoins, sous le mandat de Mariano Rajoy.

5 Entretien en date du 22 octobre 2018. « Nous avons beaucoup échangé à ce sujet, pour savoir sur quel point nous souhaitions attirer l’attention (dénoncer, donner de la visibilité, proposer…) ».

6 Une fissure dans le mur de l’impunité. Le documentaire peut être consulté ici : https://www.flickr.com/photos/lacucania/23244479484/in/album-72157643104643153/

7 Coordinadora Estatal de Apoyo a la Querella Argentina contra crímenes del franquismo.

8 Ignacio Martín Jiménez, « Estragos de un drama colectivo », in La memoria de los olvidados…, p. 48-49 : « Dans un mécanisme de cohabitation avec un fantôme : un être dépourvu de corps, qui n’a pas permis de résoudre cet élément crucial de l’expérience humaine, la mort du père, tel que Freud l’a postulé ».

9 Emilio Silva, Pancho Salvador, María Socorro, Asunción Esteban Recio, Javier Castán (coord.), La memoria de los olvidados: un debate sobre el silencio de la represión franquista, Valladolid, Ámbito Ediciones, 2004.

10 Entretien avec Alto mené par Alberto G. Palomo, « El grafitero que pinta la memoria histórica ahí donde está », Yorokobu, https://www.yorokobu.es/grafitis-alto-fosas-comunes, 19 décembre 2017, consulté le 18 septembre 2018 : « J’ai trouvé une photo authentique, d’une famille pendant la guerre et je voulais que l’on puisse voir deux choses : la quantité de personnes enterrées sans que cela ne soit reconnu et une réflexion sur notre folie à ne pas vouloir revenir sur le passé ».

11 Traduction : « Après l’intervention, j’ai conscience que cette démarche n’est pas terminée et que les fosses doivent continuer d’apparaître dans différents endroits ».

12 Entretien avec Alto réalisé le 12 octobre 2018 : « Alors que je suis en train de peindre une fosse, on me demande si c’est vrai, s’il y a réellement une fosse ici, sous terre. Je réponds que oui. En réalité, on parle de près de 2600 fosses réparties sur tout le territoire espagnol. Il est donc possible qu’une fosse se trouve à cet endroit ».

13 Un travail de cartographie a été réalisé, afin d’indiquer l’emplacement des fosses connues. La carte peut être consultée en suivant ce lien : https://desmemoria.eldiario.es/mapa-fosas/

14 L’ARMH, Asociación para la Recuperación de la Memoria Histórica, créée en 2000, accompagne les familles et les municipalités dans la recherche des corps enfouis.

15 Ignacio Martín Jiménez, « Estragos… », op. cit., p. 45.

16 Nous empruntons ces mots à Jesús María Palomares, « La depuración de la historia », in La memoria de los olvidados…, op. cit., p. 38. « Surmonter la culture du silence ». Pour lui, cette démarche est à la fois une nécessité historique et un devoir moral.

17 Entretien avec Alto réalisé le 12 octobre 2018. « De nombreuses personnes passaient à côté et me demandaient pourquoi les membres de cette famille n’avaient pas de tête. Lorsqu’elles sont apparues sous terre, les gens ont commencé à évoquer les fosses communes. Tu sens que c’est un sujet délicat mais ça fait naître des discussions. De nombreuses personnes, sensibles à la question, me remerciaient de leur donner la parole. Certaines victimes du franquisme allaient même jusqu’à me saluer. Un activiste m’a également filmé. Plus tard, un réalisateur de documentaire m’a contacté, pour me dire qu’il avait réalisé un court documentaire sur ma peinture, qu’il présentait dans des festivals ».

18 Manuela Bergerot, qui a accompagné le travail d’Alto sur les murs de la Tabacalera. http://www.margenesdelamemoria.org/. « Chaque lecture apporte une nouvelle interprétation. La transmission implique à la fois une réélaboration de la part de l’artiste, dans son intention de rendre son message accessible aux citoyens et une réélaboration de ces derniers, basée sur leur histoire personnelle et leurs démarches pour se l’approprier. Avant que n’apparaisse la phrase du bas, les gens qui passaient (des enfants, des personnes âgées) commentaient : ‘‘c’est Rajoy qui leur a pris la tête’’, ‘‘on a tous perdu la tête’’… Les lectures étaient très amusantes, nous aurions adoré pouvoir les enregistrer ».

19 Jesús Alonso Carballés, « Memoria(s) de piedra y de acero: Los monumentos a las víctimas de la Guerra Civil y del franquismo en el País Vasco », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, 16 juillet 2017, http://ccec.revues.org/6577 ; DOI : 10.4000/ccec.6577, consulté le 12 juin 2018 : « Face à l’impossibilité d’apporter une réponse juridique concrète, le monument agit, aujourd’hui, comme un palliatif de ce manque, dont le but est de maintenir, dans l’espace public, le souvenir de l’injustice commise ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Alto, Contra la impunidad de los crímenes franquistas, Madrid, rue Miguel Servet, mai 2014 © Alto
URL http://journals.openedition.org/etudesromanes/docannexe/image/9934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre 2. Alto, fosa común n°0423, Madrid, rue de la madera, février 2015 © Alto
URL http://journals.openedition.org/etudesromanes/docannexe/image/9934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre 3. Alto, fosa común n°0034, Costa Brava, juillet 2014 © Alto
URL http://journals.openedition.org/etudesromanes/docannexe/image/9934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Puech, « Street art et mémoire », Cahiers d’études romanes, 39 | 2019, 171-182.

Référence électronique

Anne Puech, « Street art et mémoire », Cahiers d’études romanes [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 10 mars 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/9934

Haut de page

Auteur

Anne Puech

Université de Rennes 2, ERIMIT et 3.LAM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals