Navigation – Plan du site

Présentation

De la Chine à l’Amérique en passant par la Palestine, l’Afrique ou les pays européens, Études rurales explore les nombreux aspects de la « ruralité » à travers les territoires, les activités, les genres de vie, les organisations politiques, les représentations, les croyances, les héritages et les perspectives. Grâce à la contribution d’auteurs venus d’horizons divers, la revue parle du monde en s’appuyant, pour toutes les disciplines (humaines, sociales et naturalistes), tant sur l’enquête scientifique que sur la réflexion, historique, philosophique ou anthropologique.

Les numéros récents sont disponibles sur le portail Cairn

Les numéros 1 à 152 (1961-1999) sont disponibles sur Persée

Dernier numéro en ligne
201 | 2018
Sur les terrains du foncier

Les gouvernances plurielles de la terre
Couverture 201
Informations sur cette image
Crédits : Valéry Joncheray

Ce numéro soutient l’idée que les formes de gouvernances foncières se renouvellent sans que ne disparaissent les asymétries de pouvoir avec de nouveaux acteurs qui s’invitent dans le partage et le contrôle du foncier. Au Sud, ce sont des investisseurs qui spéculent sur ce nouvel « or brun », certains n’hésitant pas à déplacer des populations autochtones, arguant de la nécessité de « nourrir le monde » ou de générer une activité économique bénéfique au développement des zones concernées. Au Nord, de nouveaux habitants et usagers investissent les espaces ruraux pour des besoins de logement, de loisirs ou des désirs de campagne, tandis que les champs périurbains font l’objet d’attentions inédites des villes pour les préserver en tant qu’espaces nourriciers ou paysagers. Avec son approche éminemment pluridisciplinaire, ce dossier explore les gouvernances plurielles de la terre du Québec à l’Algérie, en passant par le Pays Basque, la Provence, la métropole lilloise, la vallée de Chamonix ou Lausanne. Àcette diversité géographique s’ajoute une diversité thématique à travers trois approches : celle des conflits d’appropriation du sol prenant corps dans les territoires ; celle de la recomposition des politiques publiques – avec leurs emboîtements d’échelles – qui tentent d’encadrer l’usage du foncier, et enfin celle de la préservation des terres pour nourrir les citadins. Les auteurs, géographes, politistes, économistes ou sociologues, suivent les fils qui font la trame des gouvernances plurielles de la terre.

  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals