Navigation – Plan du site

AccueilNuméros184Une lecture de la SahwĀ ou les mi...

Une lecture de la SahwĀ ou les mille et un visages du tribalisme irakien

An Interpretation of the SahwĀ: The Thousand and One Faces of Iraqi Tribalism
Myriam Benraad
p. 95-106

Résumés

RéSUMé
Né à l’automne 2006 de l’alliance de tribus sunnites de la province d’Al-Anbār avec les forces de la coalition étrangère contre Al-Qaida, le phénomène de la Sòahòwā (« réveil » tribal) reflète les mutations, décompositions et recompositions du champ tribal irakien. Alors que de nombreuses incertitudes continuent de peser sur la transition issue des ruines du régime de Saddam Hòussein et que s’amorce le retrait militaire américain, l’auteure propose quelques grilles de lecture de la Sòahòwā, et ce dans une perspective anthropologique, historique et sociopolitique. Elle revient sur les continuités et discontinuités du tribalisme irakien contemporain puis inscrit ce « réveil » tribal dans le contexte du conflit qui l’a opposé à la mouvance jihadiste radicale et, plus largement, dans le contexte de la guerre d’Irak et des formes de violence qu’elle a engendrées.

Haut de page

Texte intégral

1LA PLACE ET LE RÔLE DE LA TRIBU dans la société irakienne ont fait, ces dernières années, l’objet de multiples débats. Antérieur à la fondation de l’État moderne, le phénomène tribal en Irak a connu de profondes transformations, dont se fait l’écho, récemment, ce qu’on a qualifié de « réveil » tribal (« Sòahòwā » en arabe). Caractérisé par la mobilisation, dans les provinces centrales du pays, de larges segments tribaux sunnites alliés aux forces de la coalition étrangère contre la mouvance jihadiste radicale d’Al-Qaida, ce « réveil » se veut distinct des logiques propres au fonctionnement tribal irakien – n’étant ni un sous-système, ni un acteur parallèle ou concurrent, ni un objet unique dupliqué sur l’ensemble du territoire – mais emblématique d’une réactivation des espaces tribaux. Outre le fort intérêt médiatique qu’elle a suscité et le renforcement de la sécurité qu’elle a permis, la Sòahòwā interroge la problématique tribale irakienne dans ses dimensions à la fois anthropologique, historique et sociopolitique.

2Cet article propose quelques grilles de lecture selon trois perspectives. Une première partie revient sur le tribalisme irakien et ses mutations contemporaines afin d’en souligner les continuités et discontinuités. Une deuxième partie inscrit la Sòahòwā dans la dynamique propre à la période post-bacthiste et, plus particulièrement, dans le cadre du conflit qui l’a opposée aux partisans d’Al-Qaida. Enfin, une troisième partie tente de replacer ce phénomène au cœur de la guerre d’Irak et des recompositions sociopolitiques qu’elle a engendrées.

Un phénomène tribal entre continuité et rupture

QU’EST-CE QUE LA TRIBU EN IRAK ?

  • 1 Voir aussi, dans une optique politologique, P.S. Khoury et J. Kostiner eds. [1990].
  • 2 Mentionnons toutefois le travail singulièrement novateur de D. Baran [2004].

3Le regard que l’anthropologie et les sciences sociales modernes portent sur la tribu arabe a longtemps souffert des représentations essentialistes, voire « orientalistes », appliquées au monde arabo-musulman. Pour certains anthropologues, « la «tribalisation » des sociétés arabes, éliminant toute considération sur d’autres aspects de leur culture, a sans doute contribué à la marginalisation, jusqu’à une époque récente, des recherches anthropologiques qu’elles ont inspirées » [Bonte et al. 1991 : 14] 1. De manière plus symptomatique, les travaux sur la tribu arabe n’ont, le plus souvent, pas dépassé le présupposé d’archaïsme qui leur est habituellement attribué 2. Aujourd’hui encore, sur le plan scientifique mais aussi sur le terrain, cette perception empêche une approche plus fine de l’objet tribal. Comme dans d’autres pays

Principales provinces et villes d’Irak

4de la région, en Irak, les tribus demeurent ainsi largement méconnues.

  • 3 Comme cet article tente de le montrer, ces solidarités tribales ont largement été subverties lors d (...)

5Le tribalisme irakien se caractérise par son extrême segmentation et sa grande diversité. L’« cashīra » – ou « qabīla » dans le cas des grandes confédérations – est le terme le plus couramment utilisé pour évoquer la tribu irakienne. Conformément à la conception classique d’Ibn Khaldoun, cette notion recouvre une organisation disparate qui rassemble des individus et des groupes se revendiquant d’une origine patrilinéaire commune, de relations de consanguinité, réelles ou imaginées, et de liens de solidarité (casòabiyyāt) 3. Schématiquement, une cashīra se décompose en afkhādh (clans), hòawāmil (foyers), buyūt (maisons) et ‘awā’il (familles) et réunit plusieurs centaines à plusieurs milliers de membres. L’autre caractéristique fondamentale du tribalisme irakien tient à l’autorité exercée sur un territoire déterminé par le chef de tribu (cheikh), tenant tradiÍtionnel des intérêts et des valeurs du groupe [Batatu 1978 ; Baram 1997 ; Yaphe 2000 ; Dawod 2003 ; Jabar 2003 ; Dawod et Jabar eds. 2003].

6Proposer une nomenclature statique des tribus d’Irak est, à plus d’un titre, un exercice risqué, le tribalisme irakien étant loin d’être monolithique. Ses transformations historiques et l’absence d’une réalité sociopolitique et culturelle unifiée d’une zone géographique à l’autre sont autant d’obstacles auxquels se heurte inévitablement tout anthropologue. Par ailleurs, les variations de la question tribale sont d’autant plus difficiles à saisir que la société irakienne a, au cours des dernières décennies, été marquée par une grande opacité, tant à l’égard du monde extérieur qu’à l’intérieur de ses propres frontières.

7Cet article ne prétend pas éclairer la totalité du tribalisme irakien mais recourt plutôt à une syntaxe « médiane » pour en illustrer certaines composantes et dynamiques à la lumière d’une de ses manifestations actuelles : la Sòahòwā. Le « réveil » des tribus, tel qu’il s’est produit à l’époque post-bacthiste, aide, en effet, à mieux comprendre une réalité complexe et plurielle.

L’INFLUENCE éQUIVOQUE DU MONDE TRIBAL AVANT 2003

8On serait tenté de voir dans la Sòahòwā un retour en force des tribus sur le devant de la scène irakienne. Décrite comme telle par certains médias, « la réémergence des tribus » à partir de 2003 apparaît d’autant plus significative que l’autorité des shuyūkh (chefs de tribus), considérés comme « arriérés », a été mise à mal par les processus de construction étatique et de modernisation sociale. D’acteurs relativement influents sous l’Empire ottoman et dans les premiers temps du Mandat britannique, les tribus ont peu à peu perdu de leur influence, témoins résiduels d’une histoire émaillée de violents soubresauts [Bozarslan 2007 et 2008].

  • 4 L’application de ce code s’assortit de deux lois, adoptées en 1932 et 1933, portant respectivement (...)

9Le délitement des structures tribales a précédé la création, en 1921, de l’État-nation irakien. Pendant plusieurs siècles, les grandes confédérations établies dans les provinces qui composent aujourd’hui l’Irak se sont opposées au calife d’Istanbul lors de violentes rébellions conduites par des tribus alliées. L’instauration, en 1858, par la puissance ottomane, d’un code foncier favorisant un mode de vie plus sédentaire et permettant aux plus petits shuyūkh de s’affranchir des grandes tribus a contribué à la fragilisation de ces coalitions et à l’éclatement des solidarités traditionnelles en raison d’importants conflits fonciers 4. Cette dynamique de sédentarisation et la disparition des valeurs guerrières propres au monde tribal irakien se sont confirmées avec la dissolution de l’Empire ottoman et l’établissement d’un État sous tutelle étrangère.

  • 5 Cette rébellion voit, pour la première fois, s’allier le monde tribal, alors majoritairement rural, (...)
  • 6 De nouveaux conflits de classe s’ajoutent ainsi à la déstructuration du paysage tribal à travers la (...)

10Certes, les Britanniques et le roi Faysòal ibn Hòussein, soucieux de ne pas s’aliéner les tribus comme lors de la Grande Révolution de 1920 5, reconnaissent à ces dernières une certaine autorité dans l’administration des campagnes (levée de l’impôt agraire, recrutement militaire, fonctions policières). À l’époque, les tribus servent principalement d’intermédiaires entre les autorités centrales de Bagdad et le monde rural. Mais, à l’exception de quelques personnalités qui parviennent à intégrer les structures du pouvoir, le monde tribal demeure marginalisé. De façon plus décisive, l’exode rural qui accompagne l’édification du nouvel appareil d’État se traduit par une urbanisation forcenée, qui contribue encore davantage à la désagrégation des anciens liens de solidarité. Le fossé ne cesse de se creuser entre une classe de grands propriétaires terriens et une majorité de petits shuyūkh asservis 6.

  • 7 La remise en question de ces privilèges est relative étant donné les moyens limités dont dispose le (...)
  • 8 La loi agraire de 1970 radicalise les réformes de l’ère républicaine en abolissant définitivement l (...)

11Au lendemain du coup d’État républicain de 1958, le régime juridique établi dans les années 1930 connaît d’importantes modifications. Les réformes agraires, l’expropriation et la redistribution des terres aux petits paysans plus particulièrement réduisent quelque peu les privilèges dont jouissent les grands chefs tribaux 7. En 1968, la prise du pouvoir par le parti Bacth marque une nouvelle étape dans la décomposition des structures tribales irakiennes. Le nouveau régime s’immisce dans les affaires rurales par le biais d’agents du Parti infiltrés dans les coopératives, et parachève les réformes du gouvernement précédent 8. Plus généralement, le parti Bacth sape systématiquement l’influence des grands shuyūkh, ce qui a pour effet de supprimer les liens de subordination des paysans envers leurs patrons, en d’autres termes, des petits chefs envers les principaux dignitaires tribaux. Cette atteinte portée à l’ordre social établi dans les campagnes et l’émancipation des petits shuyūkh cadrent du reste parfaitement avec l’idéologie progressiste, révolutionnaire et centralisatrice dont se prévaut le nouveau régime. Sur le plan symbolique, le parti Bacth s’en prend systématiquement à la référence tribale comme manifestation ultime d’archaïsme.

  • 9 Formé à la même époque, le Comité des tribus (Lajnat al-cashā’ir) devient, pour le régime bacthiste (...)

12Au-delà du discours que tient le Parti, le rapport au registre tribal demeure cependant ambigu. Le régime reste tributaire des tribus, qui, bien qu’affaiblies, endossent un certain nombre de fonctions clés tandis que les casòabiyyāt continuent de façonner les structures du politique et l’ensemble du corps social. On ne rappellera jamais assez, à cet égard, le caractère profondément clanique du pouvoir exercé par Saddam Hòussein, derrière sa façade prétendument moderniste. Les membres de la tribu des al Bū Nāsòīr, dont est issu le raïs, occupent ainsi les plus hautes sphères de l’État, au premier rang desquelles l’armée et les services de sécurité. Cette contradiction fondamentale entre la syntaxe officielle du régime et sa nature tribale s’accentue dans les années 1980 à mesure que le Parti, dans son effort de guerre contre l’Iran, fait appel à toutes les ressources disponibles du pays. Saddam Hòussein s’appuie sur de nombreuses tribus, dont les représentants sont cooptés au sein du dispositif militaire et sécuritaire et sont envoyés en première ligne de front 9.

  • 10 Il semblerait que l’extrême personnalisation du pouvoir ait entraîné dans son sillage sa « tribalis (...)
  • 11 À cette « retribalisation par le haut » s’ajoute une « retribalisation par le bas », la population (...)
  • 12 On attend des tribus une allégeance absolue au régime, et aucune forme d’opposition n’est tolérée. (...)

13Sorti exsangue de huit années de conflit contre son voisin iranien et de sa débâcle au Koweït, et acculé par les sanctions internationales qui s’abattent sur lui, le régime irakien recourt, au début des années 1990, à un véritable « tribalisme d’État » consistant à élargir le cercle des tribus qui lui sont inféodées. Lorsqu’éclate, en 1991, dans le sud du pays, une rébellion que ni l’appareil de sécurité ni l’armée régulière ne peuvent mater, c’est vers les tribus que se tourne Saddam Hòussein. Outre cette visibilité retrouvée – le raïs se présentant lui-même sous les traits de chef tribal suprême 10 – les tribus sont fournies en armes pour assurer la protection des frontières et se voient dotées d’importantes prérogatives pour maintenir l’ordre dans leurs localités. Elles bénéficient des largesses financières et matérielles du régime (terres, rations alimentaires) et d’une tolérance envers leurs activités plus lucratives, la contrebande en particulier 11. Le pouvoir dont jouissent les tribus durant la décennie d’embargo doit néanmoins être relativisé en ce qu’il procède d’une instrumentalisation par le régime et s’accompagne d’importantes contreparties 12.

LA TRIBU IRAKIENNE à L’HEURE POST-BACTHISTE

14Au début de la guerre d’Irak, au printemps 2003, les tribus, bien que stratégiquement intégrées par Saddam Hòussein au sein des formations militaires et paramilitaires du régime, se montrent passives dans leur majorité. Elles sont de surcroît méconnues par la coalition menée par les États-Unis et, par conséquent, tenues à l’écart du processus de transition qui suit la chute du parti Bacth. À l’exception de Ghāzī Mash’al ‘Ajīl al-Yāwar, membre d’une importante confédération tribale et nommé en mai 2004 président du Conseil du gouvernement intérimaire, aucune personnalité tribale ne jouit d’une quelconque représentation au sein des institutions. De plus, le soulèvement naissant et son impact éclipsent largement les recommandations des leaders tribaux dans les provinces où se déploient les principales opérations militaires américaines.

15À l’évidence, l’opportunisme notoire des tribus, conjugué à leur collaboration avec la coalition, contribue à les discréditer auprès de la population irakienne dans les premiers temps de la présence étrangère. Par ailleurs, les efforts de certains chefs tribaux pour s’entendre avec les dignitaires religieux sunnites locaux et combler le vide politique créé par le renversement du parti Bacth ne débouchent sur aucune alternative viable mais sur une constellation de positions discordantes. L’ascendant que revendiquent certaines tribus sous prétexte de l’attachement de la population irakienne à son identité tribale n’occulte que superficiellement le manque d’assise sociale de ces dernières.

16La chute de Bagdad n’en est pas moins vécue par les tribus d’Irak comme une opportunité historique de refonder leur autorité, usant d’une kyrielle de stratégies pour se réapproprier les ressources dont le pouvoir central les a longtemps privées. Cette ambition est d’autant plus marquée que même les shuyūkh les moins influents voient dans l’occupation étrangère et dans la fuite des grands propriétaires terriens une occasion unique de dépasser les hiérarchies traditionnelles et d’asseoir leur influence. Ils deviennent ainsi, pour la coalition, des intermédiaires de premier plan. « Découvrant » la réalité tribale irakienne et les options qu’elle recèle, l’administration américaine engage, de fait, dès le printemps 2004, un dialogue actif avec les chefs tribaux de la province d’Al-Anbār, principal bastion de l’insurrection. Cette coopération, initialement rudimentaire, se renforce au fil des mois à mesure que les tribus prennent conscience qu’une participation aux nouvelles instances politiques peut se révéler à terme bien plus avantageuse qu’un soutien aveugle aux insurgés.

17La politisation accrue du paysage tribal de l’après-Saddam et les avancées sécuritaires réalisées grâce à la Sòahòwā ne doivent toutefois pas faire illusion. Si l’extrême visibilité et la médiatisation du phénomène l’ont fait apparaître comme une refondation de l’autorité déchue des tribus, sur le terrain il n’en est rien. Les privilèges dont disposent les chefs de tribus dépendent avant tout de la présence des forces étrangères.

L’opposition de la Sòahòwā à Al-Qaida

L’EMERGENCE DES « CONSEILS DU REVEIL »

  • 13 Alliance de représentants tribaux, dont la taille et la sociologie varient d’une localité à l’autre (...)
  • 14 Voir Sam Dagher, « Sunni Muslim sheikhs join US in fighting Al-Qaeda », Christian Science Monitor, (...)

18C’est en septembre 2006 que, sous la houlette du cheikh cAbd al-Sattār Iftīkhān al-Rīshāwī, est formé le premier « Conseil du réveil » (Majlīs as-Sòahòwā) 13. Ce cheikh, plus connu en Irak sous le nom d’Abū Rīshā, est membre du clan des Dulaīmī. Il est également le petit-fils d’un des principaux dirigeants de la Grande Révolution de 1920. Après plusieurs années d’un conflit ayant opposé les tribus d’Al-Anbār aux troupes américaines, Abū Rīshā est la première figure à opter pour une collaboration militaire et politique ouverte avec la coalition. Il ralliera progressivement à sa cause de nombreuses figures tribales 14.

  • 15 L’hospitalité que de nombreuses tribus offrent aux insurgés, irakiens comme étrangers à la localité (...)
  • 16 Soulignons que l’appellation « Triangle sunnite » a été élaborée par l’administration américaine et (...)

19La Sòahòwā s’associe ainsi à la réaction armée des tribus de la province contre Al-Qaida. À ce propos, il importe de souligner les raisons de la dégradation des relations entre les tribus d’Al-Anbār et la frange radicale de l’insurrection. Au cours des premières semaines suivant l’invasion militaire américaine de 2003, et tandis que s’organise le soulèvement armé contre les troupes étrangères, les dignitaires tribaux acquis à la résistance offrent soutien et hospitalité aux insurgés 15 : le « Triangle sunnite » 16 devient alors le principal sanctuaire du soulèvement irakien. À partir de 2005, leurs rapports se détériorent pour laisser la place à une défiance croissante : à l’instar des populations civiles, les chefs tribaux rejettent les méthodes extrêmes et aveugles de la mouvance jihadiste qui ternissent l’image de la résistance. En outre, Al-Qaida vise de plus en plus les tribus à travers plusieurs campagnes d’assassinats. À l’automne 2006, les tensions entre l’insurrection armée radicale et les tribus de la province atteignent leur point culminant et convainquent tribus et troupes américaines des avantages d’une alliance de circonstance.

  • 17 Bien que méconnue, la « salafisation » de la jeunesse sunnite est une dynamique essentielle de l’Ir (...)

20De nombreux shuyūkh n’acceptent pas non plus que les membres d’Al-Qaida « accueillis » dans leurs régions respectives les dépossèdent de leur influence et de leurs ressources au nom du « combat contre l’occupant » et dans une optique doctrinale salafiste que peu tolèrent car opposée à toute allégeance 17. Il s’agit d’un point essentiel de discorde : le soulèvement, par sa force militaire et symbolique, et en cristallisant une logique identitaire articulée autour d’un jihad qui transcende l’ensemble des réseaux traditionnels, bouleverse le tissu social des régions où il se déploie, reléguant au second plan l’influence déjà fragile des chefs de tribus. Issus de milieux modestes, et le plus souvent désocialisés, les insurgés constituent une menace directe à l’ordre local.

« SURSAUT » AMéRICAIN ET MOBILISATION TRIBALE

21Au printemps 2007, dans le contexte du « sursaut » (surge) militaire américain qui voit le renforcement des contingents étrangers, de nombreuses tribus d’Al-Anbār sont déjà ralliées à l’initiative d’Abū Rīshā et coopèrent avec les forces étrangères pour éradiquer Al-Qaida. Rapidement, cette mobilisation prend de l’ampleur, et les « Conseils du réveil » se multiplient.

  • 18 Dans une déclaration, le cheikh syrien cAbd al-Mu’mīn Mūstafā Halīma, plus connu sous le nom de Abū (...)
  • 19 Voir Greg Jaffe, « Tribal connections : how courting sheiks slowed violence in Iraq », Wall Street (...)

22La création de ces Conseils, outre qu’elle suscite la suspicion des populations locales – frappées par le revirement des tribus et perplexes quant aux véritables motivations d’Abū Rīshā –, décuple surtout l’hostilité des jihadistes, qui voient là une trahison majeure. Qualifiés de « collaborateurs » (cumāla), plusieurs chefs du mouvement, dont Abū Rīshā, sont assassinés. Le revirement tribal provoque aussi la colère du monde arabo-musulman et de personnalités politiques et religieuses sunnites favorables à la poursuite du jihad armé en Irak 18. La stratégie tribale ne s’en révèle pas moins fructueuse en conduisant à une amélioration de la sécurité qui surprend les plus sceptiques. Selon les estimations alors rendues publiques par le commandant des forces américaines, David Petraeus, le nombre moyen d’attaques insurgées dans la province d’Al-Anbār chute de moitié en l’espace d’un an. De plus, au fur et à mesure de ses succès 19, la Sòahòwā s’attache de nouveaux segments tribaux, créant une puissante dynamique à travers le pays. Le « modèle d’Al-Anbār », comme l’appellent les stratèges américains, gagne les provinces du Nord, où Al-Qaida s’est progressivement recentrée – Diyāla, Mūsul, Bagdad et Tanīm –, mais s’étend également au sud du pays où des chefs tribaux chiites décident de s’adosser au mouvement.

Un reflet de la conflictualité irakienne

LA SAHòWā, ACTEUR D’UN CONFLIT PLURIDIMENSIONNEL

23Les tribus n’ont pas échappé aux formes multiples de la violence, et la Sòahòwā est devenue un acteur à part entière du conflit irakien. Par ses velléités politiques, la mobilisation tribale nourrit d’importantes rivalités, et le sectarisme qui l’entoure attise la suspicion des principales forces chiites et kurdes au pouvoir. Celles-ci redoutent que la réussite de la stratégie tribale ne remette en cause leur propre assise politique et les relations privilégiées qu’elles entretiennent avec les forces américaines. Plus particulièrement, elles redoutent que le « réveil » tribal ne se traduise par un regain d’influence des Arabes sunnites, communément associés au diktat du régime déchu. En effet, la plupart des figures de la Sòahòwā sont de confession sunnite et ont de la foi une conception libérale, en phase avec la vision d’un Irak séculier et nationaliste, et hostile aux influences réputées sectaires.

  • 20 Entretien accordé au journal Awsat al-Iraq, 14 janvier 2008.
  • 21 Les miliciens de l’Armée du Mahdī prennent pour cibles des membres des Conseils. Voir « Special gro (...)
  • 22 L’article 140 de la Constitution irakienne de 2005 explicite la fin du processus d’arabisation des (...)

24En janvier 2008, se référant explicitement aux partis chiites dominants, Kamal Hòammād al-Mu’ājal Abū Rīshā, leader local de la Sòahòwā, déclare qu’il « rejette l’ingérence des dignitaires religieux dans les affaires politiques irakiennes » 20. Cette annonce soulève l’indignation des milieux cléricaux chiites et l’animosité des milices armées – l’Armée du Mahòdī de Moqtadā al-Sadr et les Brigades Badr d’cAbd al-cAzīz al-Hòakīm 21. Le pouvoir semi-autonome kurde s’oppose, pour sa part, au « réveil » tribal au motif que celui-ci représente une menace immédiate pour ses intérêts, notamment à Kirkūk, et pour le contrôle des ressources localisées dans le nord du pays. En outre, la composition ethnique arabe de la Sòahòwā ferait peser, sur les zones passées sous le contrôle de l’administration kurde après le renversement de Saddam Hòussein, l’ombre d’une ré-arabisation 22.

  • 23 Voir Hervé Bar, « Iraq’s Islamic Army rejects links with «Awakening » », Middle East Online, 8 janv (...)
  • 24 Dans la province d’Al-Anbār, la Sòahòwā s’oppose au Parti islamique irakien (al-Hizb al-Islāmī al-c(...)

25De surcroît, la Sòahòwā est également vue d’un mauvais œil par l’insurrection armée, ce qui tend à complexifier les clivages qui traversent déjà le champ sunnite. L’Armée islamique d’Irak, qui prend la tête du soulèvement à la suite du déclin d’Al-Qaida et incarne une tendance plus nationaliste, refuse ainsi de faire cause commune avec les dirigeants de la Sòahòwā, rappelant la nécessité de poursuivre la lutte contre l’occupant étranger 23. À ces dissensions de la Sòahòwā avec les insurgés s’ajoute une opposition aux principales forces politiques d’ancrage sunnite, qui craignent que la stratégie tribale ne s’affirme avant tout à leur détriment et ne fasse obstacle à la réintégration des Arabes sunnites irakiens dans le jeu politique post-bacthiste 24. En ce sens, la Sòahòwā crée de nouvelles lignes de fracture dans un paysage conflictuel déjà complexe.

ENTRE OPPORTUNISME ET INCONSTANCE

  • 25 Les chefs tribaux souhaitent notamment être intégrés dans les instances gouvernementales et les for (...)
  • 26 Abū Macrūf, membre de la puissante tribu des Zubaī à Fallūja et leader local de la Sòahòwā, déclare (...)

26La réémergence des tribus à travers la Sòahòwā se doit d’être nuancée. Tout d’abord, les tribus restent très dépendantes de la présence étrangère. Sans le soutien de leur tuteur américain, elles n’auraient pas remporté les succès qu’on leur connaît. Le « réveil » tribal ne peut se concevoir comme une force autosuffisante et risque d’être grandement ébranlé par le retrait militaire de la coalition. De plus, les rivalités au sein du mouvement menacent de causer son délitement [Benraad 2008]. Un retour de la Sòahòwā à l’insurrection ne serait ainsi pas à exclure si les aspirations de ses leaders n’étaient pas satisfaites 25. Pareil scénario semble d’autant plus probable que les rapports de nombreux chefs de tribus au soulèvement restent équivoques et que plusieurs personnalités du « réveil » ont déjà rejoint la lutte armée. Une déliquescence interne à la Sòahòwā est par ailleurs porteuse d’une exacerbation des rivalités intertribales et d’une redétérioration de la sécurité 26.

  • 27 Pour de nombreux Irakiens, aux chefs de tribus « des années 1990 » ou « made in Taiwan » se sont ai (...)
  • 28 Selon une hypothèse largement répandue, l’alliance d’Abū Rīshā avec les forces américaines résulter (...)

27D’un point de vue plus structurel se pose la question de la légitimité du « réveil ». Pour certains, le phénomène ne ferait qu’illustrer l’allégeance des tribus à un nouveau patron : les forces étrangères auraient ainsi « acheté » la loyauté des chefs tribaux, reprenant les pratiques clientélistes du parti Bacth. La Sòahòwā s’est souvent vue fustigée pour ses motivations matérielles et pour son opportunisme qui lui ont valu d’abondantes critiques 27. Ses membres ont, en effet, reçu des subsides et se sont vu attribuer d’importants contrats de reconstruction. On rapporte aussi qu’Abū Rīshā aurait été impliqué dans des affaires de contrebande et de rançonnage. L’élimination d’Al-Qaida aurait donc moins relevé d’un souci sécuritaire que d’une logique de profit économique 28.

28Concevoir la Sòahòwā comme un groupe de « citoyens impliqués » (« concerned citizens »), ou comme des « fils d’Irak » (« sons of Iraq »), pour reprendre le jargon de la coalition américaine, luttant avec patriotisme contre Al-Qaida, est en conséquence une erreur d’interprétation. Au-delà de l’absence de pratiques homogènes et d’une stratégie partagée par tous les « Conseils du réveil », les motifs de ses dirigeants restent obscurs. Le « réveil » s’est régulièrement vu reprocher de n’articuler aucun programme cohérent. Or, pour assurer sa survie, la Sòahòwā ne saurait faire l’économie de cette légitimité.

Conclusion

29À l’heure où de sérieuses incertitudes pèsent sur l’avenir de l’Irak, la Sòahòwā, et, avec elle, l’empreinte tribale, reste une pièce maîtresse du nouvel échiquier irakien. Une question se pose toutefois : face au déficit institutionnel qui continue à marquer l’après-Bacth, le tribalisme peut-il s’imposer comme un mode d’organisation sociopolitique distinct de l’appareil d’État ?

30Sur le plan historique, les tribus ont entretenu avec les autorités politiques officielles des rapports d’une grande ambiguïté. Si l’édification de l’État moderne en 1921 a constitué une véritable rupture avec le passé, ouvrant de nouveaux horizons à une population qui jusque-là n’avait expérimenté que des formes d’organisation patriarcales et tribales, cet État a échoué dans sa tentative d’éradication du tribalisme. Au contraire, en Irak, la culture tribale n’a jamais cessé d’infiltrer les structures sociales et politiques.

31La fragilité du processus né des ruines du régime de Saddam Hòussein, conjuguée au retrait militaire américain et à la permanence de la violence, offre ainsi aux tribus la possibilité d’avoir une vraie influence. Mais il est à craindre que l’opportunisme des chefs tribaux et, plus profondément, la décomposition historique du champ tribal, dont la Sòahòwā n’est qu’un reflet, ne relèguent, une fois de plus, les tribus d’Irak au rôle d’acteurs de second plan.

Haut de page

Bibliographie

Baram, Amatzia — 1997, « Neotribalism in Iraq : Saddam Hòussein’s tribal policies, 1991-1996 », International Journal of Middle East Studies 29 (1) : 1-31. — 2005, « Who are the insurgents ? Sunni Arab rebels in Iraq ». Rapport. United States Institute of Peace, Washington.

Baran, David — 2004, Vivre la tyrannie et lui survivre. L’Irak en transition. Paris, Éditions Mille et Une Nuits.

Batatu, Hanna — 1960, « The shaikh and the peasant in Iraq, 1919-1958 ». Thèse. Harvard University. — 1978, The old social classes and the revolutionary movements of Iraq. Princeton, Princeton University Press.

Benraad, Myriam — 2008, « Du phénomène arabe sunnite irakien. Recompositions sociales, paradoxes identitaires et bouleversements géopolitiques sous occupation (2003-2008) », Hérodote 130 : 59-75.

Bonte, Pierre, Édouard Conte, Constant Hamès et Abdel Wedoud Ould Cheikh — 1991, Al-Ansāb. La quête des origines. Anthropologie historique de la société tribale arabe. Paris, Éditions de la MSH.

Bozarslan, Hamit — 2007, « États, communautés et marges dissidentes en Irak », Critique internationale 34 : 17-27. — 2008, « L’Irak en perspective », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 117-118 : 13-29.

Dawod, Hosham — 2003, « Société et pouvoirs en Irak : une approche anthropologique », in H. Dawod et H. Bozarslan eds., La société irakienne. Communautés, pouvoir et violence. Paris, Karthala/IISMM (« Terres et gens d’Islam »).

Dawod, Hosham et Faleh Jabar eds. — 2003, Tribes and power. Nationalism and ethnicity in the Middle East. Londres, Saqi Books.

Jabar, Faleh — 2003, « Sheikhs and ideologues. Deconstruction and reconstruction of tribes under patrimonial totalitarianism in Iraq, 1968-1998 », in H. Dawod et F. Jabar eds., Tribes and power. Nationalism and ethnicity in the Middle East. Londres, Saqi Books : 103-105.

Khoury, Philip S. et Joseph Kostiner eds. — 1990, Tribes and state formation in the Middle East. Berkeley, University of California Press.

Yaphe, Judith — 2000, « Tribalism in Iraq, the old and the new », Middle East Policy 7 (3) : 51-58.

Haut de page

Notes

1 Voir aussi, dans une optique politologique, P.S. Khoury et J. Kostiner eds. [1990].

2 Mentionnons toutefois le travail singulièrement novateur de D. Baran [2004].

3 Comme cet article tente de le montrer, ces solidarités tribales ont largement été subverties lors de l’édification de l’État moderne irakien.

4 L’application de ce code s’assortit de deux lois, adoptées en 1932 et 1933, portant respectivement sur l’enregistrement des terres et sur le statut des paysans dans les zones irrigables, accélérant la sédentarisation des petits chefs tribaux. Voir à ce sujet la thèse d’Hanna Batatu [1960].

5 Cette rébellion voit, pour la première fois, s’allier le monde tribal, alors majoritairement rural, avec les populations urbaines contre la présence coloniale britannique.

6 De nouveaux conflits de classe s’ajoutent ainsi à la déstructuration du paysage tribal à travers la dépossession de petits paysans surexploités et leur aliénation aux grands dignitaires. Cette situation renforce, de toute évidence, l’exode massif qui caractérise cette période.

7 La remise en question de ces privilèges est relative étant donné les moyens limités dont dispose le nouveau pouvoir et, plus significativement, son incapacité à remplacer les grands propriétaires.

8 La loi agraire de 1970 radicalise les réformes de l’ère républicaine en abolissant définitivement les privilèges des grands shuyūkh. Sur fond de mutation de la société, l’insertion du parti Bacth dans les campagnes se traduit par une transformation profonde du tissu tribal, de ses structures patriarcales et clientélistes. Ce qui consolide ce processus, c’est le fait que le parti Bacth exerce une emprise totale sur les coopératives et les ressources agraires et que les villageois recrutés comme fonctionnaires et soldats voient, dans ce nouveau régime, l’opportunité, enfin, de s’émanciper.

9 Formé à la même époque, le Comité des tribus (Lajnat al-cashā’ir) devient, pour le régime bacthiste, l’un des principaux instruments de contrôle. Plus tard, la stratégie politique de Saddam Hòussein aboutit à la création, en 1996, d’un Haut Conseil des chefs de tribus.

10 Il semblerait que l’extrême personnalisation du pouvoir ait entraîné dans son sillage sa « tribalisation ».

11 À cette « retribalisation par le haut » s’ajoute une « retribalisation par le bas », la population se repliant sur ses valeurs identitaires et ses réseaux de sociabilité.

12 On attend des tribus une allégeance absolue au régime, et aucune forme d’opposition n’est tolérée. C’est ainsi que plusieurs rébellions armées sont violemment réprimées.

13 Alliance de représentants tribaux, dont la taille et la sociologie varient d’une localité à l’autre, et chargés, avec l’appui de l’armée américaine, de rétablir la sécurité dans les bastions insurgés.

14 Voir Sam Dagher, « Sunni Muslim sheikhs join US in fighting Al-Qaeda », Christian Science Monitor, 3 mai 2007.

15 L’hospitalité que de nombreuses tribus offrent aux insurgés, irakiens comme étrangers à la localité, relève essentiellement des valeurs de fierté et d’honneur propres au monde tribal irakien et exacerbées par l’humiliation qu’engendre la présence américaine [Baram 2005].

16 Soulignons que l’appellation « Triangle sunnite » a été élaborée par l’administration américaine et n’est jamais utilisée dans le language courant irakien.

17 Bien que méconnue, la « salafisation » de la jeunesse sunnite est une dynamique essentielle de l’Irak sous embargo.

18 Dans une déclaration, le cheikh syrien cAbd al-Mu’mīn Mūstafā Halīma, plus connu sous le nom de Abū Basīr al-Tartūsī et figure de proue de la mouvance salafiste réfugiée à Londres, condamne les acteurs de la Sòahòwā pour collaboration avec l’ennemi.

19 Voir Greg Jaffe, « Tribal connections : how courting sheiks slowed violence in Iraq », Wall Street Journal, 8 août 2007.

20 Entretien accordé au journal Awsat al-Iraq, 14 janvier 2008.

21 Les miliciens de l’Armée du Mahdī prennent pour cibles des membres des Conseils. Voir « Special groups supported by the Iranian Quds have started armed activities against elements of the Awakening forces in various parts of Baghdad », Al-Sharqiyah, 28 janvier 2008.

22 L’article 140 de la Constitution irakienne de 2005 explicite la fin du processus d’arabisation des zones kurdes.

23 Voir Hervé Bar, « Iraq’s Islamic Army rejects links with «Awakening » », Middle East Online, 8 janvier 2008.

24 Dans la province d’Al-Anbār, la Sòahòwā s’oppose au Parti islamique irakien (al-Hizb al-Islāmī al-cIrāqī) pour le contrôle des ressources et l’attribution des contrats de reconstruction. Voir Jawdat Kadhim, « Les tribus d’Al-Anbār réitèrent leur menace d’exclure le Parti islamique par la force », Al-Hayat, 10 mai 2008.

25 Les chefs tribaux souhaitent notamment être intégrés dans les instances gouvernementales et les forces de sécurité, ce à quoi le gouvernement irakien se montre réticent.

26 Abū Macrūf, membre de la puissante tribu des Zubaī à Fallūja et leader local de la Sòahòwā, déclare en janvier 2008 : « Si les Américains pensent qu’ils peuvent nous utiliser pour écraser Al-Qaida et ensuite nous rejeter : ils se trompent. » Voir également Mark Kukis, « The limits of an Iraq tribal strategy », Time, 10 juillet 2007.

27 Pour de nombreux Irakiens, aux chefs de tribus « des années 1990 » ou « made in Taiwan » se sont ainsi substitués les chefs de tribus « des années 2000 », référence explicite à leur dévoiement.

28 Selon une hypothèse largement répandue, l’alliance d’Abū Rīshā avec les forces américaines résulterait d’un conflit économique l’opposant à Al-Qaida pour ce qui est du contrôle de la contrebande pratiquée le long de l’autoroute Bagdad-Amman.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Principales provinces et villes d’Irak
URL http://journals.openedition.org/etudesrurales/docannexe/image/10501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Benraad, « Une lecture de la SahwĀ ou les mille et un visages du tribalisme irakien », Études rurales, 184 | 2009, 95-106.

Référence électronique

Myriam Benraad, « Une lecture de la SahwĀ ou les mille et un visages du tribalisme irakien », Études rurales [En ligne], 184 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/10501 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.10501

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search