Navigation – Plan du site

AccueilNuméros197Nature, culture, même combat ? Sc...

Nature, culture, même combat ? Sciences et conservation sur le campus d’Addis-Abeba (1950-1974)

Nature, culture, the same battle? Science and conservation on the Addis Ababa campus (1950-1974)
Thomas Guindeuil
p. 125-146

Résumés

Le développement des institutions universitaires éthio­piennes de 1950 à la Révolution de 1974 s’est appuyé sur le recrutement d’enseignants-chercheurs étrangers. Tout en développant des connaissances inédites dans des domaines variés, ces derniers ont construit des col­lections d’étude qui ont rapidement donné lieu à la créa­tion d’un musée universitaire, bientôt scindé en deux institutions, l’une dédiée à la culture matérielle, l’autre à la zoologie. L’objet de cette contribution est de mettre en lumière l’évolution de ces projets qui ont oscillé entre diffusion de la recherche et promotion d’une poli­tique de conservation dédiée autant à l’environnement qu’à la culture. Il s’agit en particulier d’attirer l’attention sur les racines communes et les liens qui s’ensuivent entre d’une part les praticiens des sciences de l’homme et des sciences naturelles et d’autre part l’institutionnali­sation de la notion de patrimoine en Éthiopie.

Haut de page

Texte intégral

More important, still, perhaps, the attack on the wildlife conservation situation may have far-reaching effects in educating the public to greater appreciation of the need for a widely based conservation policy in Ethiopia, including forests, scenery, habitats for animals, plants, and man - and historical and religious monuments, with all of which Ethiopia is so richly endowed [Brown 1966: 9].

1Cette citation de Leslie H. Brown, expert écossais de la conservation environnementale, qui vient conclure ici une longue présentation du plan appuyé par l’Unesco pour la mise en place d’une politique de protection du patrimoine naturel en Éthiopie, exprime assez bien l’esprit qui souffle dans les années 1960 sur la commu­nauté universitaire d’Addis-Abeba. Dans la capitale, l’acquisition et la production de nou­veaux savoirs scientifiques sur ce pays, réali­sées par un personnel universitaire expatrié souvent nouveau sur ce terrain, donnent pro­gressivement lieu à l’expression d’un lobby dédié à la formalisation d’une politique de conservation nationale multi-domaines. Celle-ci serait vouée à la préservation des espèces animales et végétales comme à la protection de ce qui se conçoit alors progressivement comme le patrimoine culturel éthiopien (arte­facts archéologiques et ethnographiques, pro­ductions artistiques). L’un des membres actifs de ce groupe, Leslie H. Brown, détaché auprès du gouvernement impérial, est également un expert du World Wide Fund (WWF), qui collabore avec l’université éthiopienne dès le début des années 1960, notamment au travers de l’East African Natural Society qu’il pré­side de 1961 à 1963. En 1971, il est un pro­fesseur invité de l’Haile Sellassie I University (HSIU) [Brown 1973 : ii]. Son statut témoigne du double rôle joué par les universitaires expatriés dans ce pays à cette époque : ini­tiateurs d’une science made in Ethiopia, au sens littéral, mais également promoteurs de la notion nouvelle de patrimoine (héritage) dans le pays.

2La construction du patrimoine éthiopien, que celui-ci soit entendu comme culturel ou naturel, est intimement liée à l’histoire institu­tionnelle du second règne d’Hailé Sélassié Ier, revenu sur le trône en 1941 après une éprou­vante période d’occupation italienne (1936­1941) [Clapham 1969 : 21-27, 36-44 ; Bahru Zewde 2002 : 178-189, 201-215]. Des années 1950 à la Révolution, le gouvernement impé­rial met sur pied un système d’enseignement supérieur, une bibliothèque nationale et des musées calqués sur des modèles européens ou nord-américains (distinguant musée archéo­logique, ethnographique et d’histoire naturelle). Un département public des antiquités est mis en place par le gouvernement. Il supervise la Section d’archéologie, peuplée d’experts fran­çais, qui se commue en Institut éthiopien d’archéologie et ouvre un éphémère musée, dédié aux collections nationales constituées par les missions françaises [Anfray 1963 : 15­16]. Les années 1960 voient l’Ethiopian Wild­life Conservation Organisation prendre en charge la protection de la faune et de la flore. La décision de la création des premiers parcs nationaux est actée en 1965 et se concrétise à la fin des années 1960 [Blanc 2015 : 22-23]. Dans les domaines du patrimoine culturel comme naturel, l’État valide des démarches initiées ou construites en relation avec le monde universitaire de la capitale. La pre­mière institution d’enseignement supérieur d’Éthiopie, l’Addis Ababa University College (AAUC), est créée en 1950. Dirigé par un jésuite québécois, Lucien Matte, qui opère les recrutements du corps enseignant pour le compte du gouvernement, le collège universi­taire est dédié à la formation des futurs cadres du régime impérial. Les contenus des ensei­gnements, qu’ils soient dispensés au sein de la faculté des arts ou des sciences, sont alors généralistes et donnés en quasi exclusivité par des étrangers. Randi R. Balsvik a proposé quelques statistiques sur cette population. Jus­qu’en 1955, les étrangers constituent l’inté­gralité du personnel universitaire de l’AAUC. En 1961, ils représentent les trois quarts des effectifs de l’HSIU et finalement un peu plus de la moitié en 1971 - ils sont alors 242 sur 520 enseignants et administrateurs. Ce per­sonnel est majoritairement originaire d’Amé­rique du Nord et d’Europe (surtout d’Europe du Nord et du Nord-ouest) [Balsvik 1985 : 28-29]. Si la majorité d’entre eux n’auront été que de passage, plusieurs personnages se dis­tinguent par leur longévité dans le paysage universitaire éthiopien ou par leur empreinte sur les institutions du pays - notamment les enseignants dont les itinéraires sont discutés dans cet article.

3En 1961, l’AAUC se fond dans l’HSIU. C’est à l’AAUC puis à l’HSIU que les enseignants-chercheurs expatriés se mettent à produire de nouveaux savoirs sur l’Éthiopie, construisent des collections composées d’arte­facts et de spécimens conservés par l’univer­sité, et non directement par l’État, et conçoivent également des institutions destinées à promou­voir leur démarche. Dans la capitale éthio­pienne, deux musées universitaires encore en activité témoignent de cette période : celui de l’Institute of Ethiopian Studies (IES), musée ethnographique créé en 1963 [Kassa Wolde Mariam 1963], et celui d’Histoire naturelle, instauré en 1964 - mais qui ne semble pas totalement ouvert au public jusqu’au début des années 1970 [NatHist s. d.]. Créés par un personnel universitaire expatrié travaillant au service du gouvernement éthiopien, ils ont la même origine. Ils ont ensuite évolué séparé­ment, mais en parallèle, durant les années 1960. Ils sont dans la foulée devenus les vitrines d’une politique patrimoniale nationale dédiée autant à la nature qu’à la culture. Alors que la Révolution signifie pour le personnel étranger un départ soudain et le remplacement systématique par un personnel local, collec­tions et musées ont été laissés en place par les gouvernements postrévolutionnaires comme les vestiges d’une démarche universitaire ayant associé collecte, recherche et conservation au musée et in situ. La Révolution a figé le musée d’Histoire naturelle (qui reste en cela un lieu témoin) tandis que le musée de l’IES a connu par la suite plusieurs remaniements.

  • 1 Cette enquête a été menée entre janvier et mars 2014 à Addis-Abeba et réalisée avec le soutien de l (...)

4À travers une enquête1 sur les années fon­datrices des musées universitaires d’Addis-Abeba, de leur origine commune à leur spé­cialisation vers une volonté affichée de pro­motion des politiques de conservation, cette étude entend souligner l’imbrication des dé­marches ayant visé à appuyer d’un côté une politique de préservation de la faune (et dans une moindre mesure de la flore), et de l’autre des mesures visant à protéger le patrimoine culturel (ethnographique, historique et artis­tique). Il s’agit donc ici de suivre la circulation d’idées dans l’univers étroit des universitaires étrangers installés à Addis-Abeba. Dans ce lieu atypique qu’est l’université éthiopienne prérévolutionnaire, le projet général d’une Éthiopie-conservatoire se dessine et gagne du terrain sur le plan de la politique nationale. Si dans cette optique l’Homme et la nature ont rapidement fait l’objet de combats scienti­fiques, institutionnels et politiques distincts, ces derniers ont suivi des itinéraires extrême­ment proches durant toute la période étudiée.

À la bibliothèque de l’AAUC, naissance d’un cabinet de curiosités (1952-1963)

  • 2 Le bulletin, devenu difficile à trouver, a été réédité en un volume en 2002 [Pankhurst (A.) 2002b].

5La première collection universitaire éthiopienne comprenant des objets ethnographiques autant que des animaux naturalisés est initiée par le bibliothécaire de l’AAUC, Stanislaw Chojnacki, futur premier conservateur du musée de l’IES. Sa trajectoire dans ce jeune monde universi­taire des années 1950 jusqu’à la Révolution révèle une figure d’autodidacte déraciné, ayant fait de l’Éthiopie sa terre d’accueil et de mis­sion professionnelle. D’origine polonaise, expa­trié en Italie puis brièvement au Canada après la Seconde Guerre mondiale, diplômé de droit, sans lien avec l’Éthiopie avant son arrivée à Addis-Abeba en 1950, il est recruté au Québec par Lucien Matte pour servir de biblio­thécaire à l’AAUC [CV s. d. ; Chojnacki 2010 : 1-2]. Sur place, il fait partie des contestataires du contenu des enseignements généralistes et sans prise avec la réalité locale. En 1951, il réunit sur la base du volontariat un groupe d’étudiants dans ce qui constitue l’une des toutes premières associations de ce genre du pays, l’Addis Ababa University College Ethno­logical Society, dont les membres, parmi les premiers diplômés de l’AAUC, sont promis aux plus hautes fonctions, notamment univer­sitaires. À titre d’exemples, les présidents de l’HSIU Aklilu Habte (1969-1974) et Duri Mohammed (1977-1985 et 1993-1995) furent respectivement adhérents de la Société de 1953 à 1954 et de 1955 à 1958. Taddesse Tamrat, directeur de l’IES pendant le régime postrévolutionnaire du darg et historien de renommée internationale, le fut également de 1958 à 1961 [Pankhurst (A.) 2002a : xiv-xxiii]. L’association, qui perdure jusqu’en 1964 et que S. Chojnacki accompagne en tant que « conseiller » jusqu’en 1958, publie la pre­mière revue de sciences sociales éthiopiennes, l’Addis Ababa University College Ethno­logical Society Bulletin, qui paraît de 1953 à 1961 (11 volumes)2. Celle-ci comporte des comptes rendus d’enquêtes de terrain, effec­tuées par des groupes d’étudiants ou à titre individuel. Les textes publiés témoignent de faits culturels et sociaux et initient une véri­table entreprise d’inventaire ethnographique.

6Dès 1952, S. Chojnacki commence à mettre en œuvre un projet parallèle à celui de la bibliothèque. Il rassemble des artefacts ethno­graphiques (des éléments de mobilier, des outils, de l’habillement) et devient le conser­vateur d’un musée embryonnaire regroupant des dons personnels (notamment d’enseignants), mais également des objets issus de ses propres collectes effectuées lors de ses voyages dans le pays et de celles des étudiants de la Société d’ethnologie [NewsViewsTenYears 1962 : 11]. L’exposition permanente est installée dans les locaux de la bibliothèque universitaire amé­nagés à cet effet. Le lien entre la Société et le musée n’est officialisé qu’en 1960, date à laquelle un comité réduit est chargé d’assister le conservateur dans son projet [Ethnological Society 1960 : 8]. Si une grande partie des dons enregistrés par S. Chojnacki durant les années 1950 concerne des objets ethnographiques, ce dernier ne semble pas donner de limite disci­plinaire à un musée qui n’a pas de nom et d’orientation prédéfinie. En 1955, l’institution accueille une collection d’animaux (surtout d’oiseaux) naturalisés constituée sous l’occu­pation italienne et retrouvée dans un bâtiment du ministère de l’Agriculture à l’occasion des préparatifs des célébrations du jubilée de l’empereur [NewsViewsTenYears 1962 : 11 ; Chojnacki 1990 : 30]. Les archives de la biblio­thèque de l’IES (constituées par S. Chojnacki lui-même) nous mettent sur la piste des ori­gines de cette collection ornithologique, ras­semblée par Saverio Patrizi, et publiée en 1940 à Addis-Abeba dans le Bollettino di idrobiologia, caccia e pesca dett’Afnca Orien­tale Italiana [Patrizi 1940]. Initiée en 1938, elle a alors pour origine une demande de la Surintendance de la chasse du gouvernement colonial. Le projet : établir à Addis-Abeba un musée destiné à la sensibilisation des colons à la faune éthiopienne, avec le double objectif d’illustrer le potentiel cynégétique du pays et d’attiser l’« intérêt pour la conservation de la nature » [Patrizi 1940 : 94-95]. La collection italienne regroupe alors plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux. Si S. Chojnacki insiste dans ses écrits autobiographiques postérieurs sur le caractère naturel et spontané de la trans­action qui affecte au musée universitaire un ensemble de spécimens zoologiques naturali­sés [Chojnacki 1990 : 30 ; Chojnacki 2010 : 20], le conservateur omet (ou ignore) l’exis­tence plausible, dès 1952, d’une demande de la faculté des sciences adressée au ministère éthiopien de l’Éducation et visant à l’obten­tion de fonds pour établir une « exposition zoologique » sur le campus de l’AAUC. Des années plus tard, cette demande est retenue par le directeur du musée d’Histoire naturelle, Malcolm J. Largen, comme la première trace d’une initiative en ce sens [Largen : 1969 : 38].

7Par son action de collecte, S. Chojnacki trace les contours de son projet muséo­graphique. Le conservateur est précédé dans le milieu universitaire d’Addis-Abeba d’une réputation d’infatigable chasseur de papillons, dont il constitue des collections destinées à son musée [EthObsUnivCollege 1958 : 199­200 ; Chojnacki 2010 : 20]. Dans les pages de l’éphémère University College Review, dont l’unique volume est publié par l’AAUC en 1961, il témoigne de son intérêt pour les modalités pratiques de la collecte zoologique dans la première moitié du XIXe siècle - il admire notamment la façon dont le voyageur allemand Eduard Rüppell a su convaincre les Éthiopiens de la valeur de son travail d’accu­mulation de spécimens d’animaux [Chojnacki 1961 : 86-87]. En 1961, S. Chojnacki participe directement à une mission naturaliste yougo­slave sur le littoral érythréen destinée à re­censer et à rapporter de nouveaux spécimens zoologiques [ZooYougo 1961]. Ceci contredit d’ailleurs ses propos postérieurs, contenus dans ses mémoires publiées en 2010, où il affirme avoir cessé la collecte naturaliste en 1959 et cédé les collections zoologiques à la faculté des sciences - en vue de la création du musée d’Histoire naturelle - ainsi qu’au Peabody Museum de Yale [Chojnacki 2010 : 20]. Plus tôt, et ailleurs dans ses mémoires, il évoque une séparation survenue au moment de la création de l’Institute of Ethiopian Stu­dies (inauguré en 1963) [Chojnacki 1990 : 32­33, 2010 : 38].

  • 3 Voyageur français, Paul Soleillet (1842-1886) est à la fois à l’origine d’une collection ethnograph (...)

8Quoi qu’il en soit, cette séparation apparaît tardivement et surtout contrainte - ce qui explique peut-être la confusion entretenue par S. Chojnacki. Le conservateur a dû, lors de la création du musée de l’IES, abandonner l’idée d’un cabinet de curiosités mêlant animaux et productions humaines. Du fait de la forme prise par son projet initial, le conservateur du musée universitaire éthiopien apparaît en décalage avec son temps. Il apparaît beaucoup plus en ligne directe avec des projets de collectes ethnographiques déjà datés (comme celui de la mission Dakar-Djibouti (1931-1933), amalgamant dans une même collection d’étude des objets et des animaux (et notamment des insectes) [Bondaz 2011, 2013]) plutôt qu’avec les projets de musées et d’expositions ethno­graphiques développés en Europe ou aux États-Unis depuis la fin du XIXe siècle, qui ont opéré une séparation distincte entre la nature et les productions des hommes [Dias 1991 ; Arnoldi 1999]. Sa référence aux activités de collecte du XIXe siècle - à Eduard Rüppell, mais on pourrait penser à d’autres voyageurs européens en Éthiopie instigateurs de collections à la fois ethnographiques et zoologiques, comme Paul Soleillet 3 - révèle un projet personnel marqué par des pratiques du passé, c’est-à-dire la collecte généraliste, sans nécessairement de spécialisation scientifique, la collection ayant ici surtout une valeur de témoignage (les objets et les spécimens servant de « preuves » de la réalité de l’exploration).

  • 4 Voir, par exemple, la description de la route de Zeqwala dans le premier volume [Demissie Adefrisow (...)

9La Société d’ethnologie, étroitement asso­ciée aux activités de S. Chojnacki, est néan­moins peu impliquée dans ce débordement des activités de collecte sur les sciences naturelles. La publication de l’association se concentre strictement sur des faits culturels. Dans le Bulletin, les comptes rendus de field trips col­lectifs accordent nettement moins d’impor­tance à l’environnement « naturel » qu’au bâti et aux conditions matérielles d’existence des populations. Les descriptions de la campagne éthiopienne des environs d’Addis-Abeba té­moignent également d’une distance, peut-être recherchée, entre les étudiants et le monde rural4. Cette distance tient autant au caractère désormais urbain de ces jeunes qu’à la nature de la publication, universitaire, anglophone, et résolument tournée vers la « modernité » mal­gré son intérêt pour les « traditions ».

10En 1960, la Société, déjà en perte de vitesse, publie un Information Bulletin destiné à clarifier son rôle et son organisation. C’est également l’occasion, pour les membres, d’ex­primer un objectif politique :

To preserve and, if needed, to revive traits of Ethiopian culture that have a lasting value. Modernization, we do not eschew; rather we realize that, if it is to be really successful, it should not be for­ced from the outside but implanted in the good soil of Ethiopian culture and firmly rooted in it. To build a bridge between past and present and thereby to promote harmony among the people of a growing Ethiopia, is a major aim of the Society [EthnologicalSociety 1960: 3].

11La même publication officialise également le lien entre la Société et le musée de l’univer­sité, où sont conservés objets ethnographiques, papillons, mammifères et oiseaux naturalisés. Si les membres de la Société ne disent mot sur la nature mixte de la collection, elle donne son appui et valide ainsi, sur le plan de la démarche scientifique et intellectuelle, l’initia­tive de S. Chojnacki. La défense et la promo­tion de l’enracinement de la « modernisation » dans le « bon sol de la culture éthiopienne » semblent désormais passer par l’incorporation des humains et des animaux dans un même bien commun à préserver.

Projets scientifiques parallèles et naissance d’un axe conservateur à l’AAUC

12Le projet suranné de S. Chojnacki apparaît en décalage avec la démarche de certains membres du corps de la faculté des sciences.

13Dès la seconde moitié des années 1950, l’AAUC se dote de centres de recherche dans deux domaines - les sciences de la terre et la botanique - qui assurent à la communauté universitaire expatriée et à l’enseignement supérieur éthiopien un rayonnement inter­national, notamment à travers la coopération avec des institutions étrangères. Dans les deux domaines, la crédibilité au-delà des frontières semble recherchée.

14Du côté des sciences de la terre, l’absence d’enseignement spécialisé à la fondation de l’AAUC en 1950 n’incite pas à la constitution immédiate d’une collection géologique [Univ-College s. d.]. Son existence est néanmoins attestée en 1980 dans une brochure célébrant les trente années de la faculté des sciences, sans qu’il ne soit précisé quand elle a été ini­tiée [SciFaculty 1980 : 81]. L’intérêt pour les sciences de la terre de la part du collège uni­versitaire comme du gouvernement éthiopien remonte à la fin des années 1950, la direction de l’AAUC installant au sein de la faculté des sciences l’Observatoire géophysique entre 1957 et 1959 [SciFaculty 1980 : 137-138]. Ce centre de recherche, créé à la suite d’une sollicitation de l’Union internationale de géo­désie et de géophysique, est intégré à un réseau international de stations sismiques, dont il se doit d’adopter les standards d’équipement et de traitement des données. Son personnel - étranger - compile des données publiées systématiquement dans un Bulletin of Geo­physical Observatory. En 1978, après plu­sieurs années de flottement consécutif à la Révolution, l’Observatoire est repris en main par des spécialistes éthiopiens [SciFaculty 1980 : 138].

15Du côté de la botanique, c’est un projet plus individuel, celui d’un Herbier national, porté par un expert irlandais en ingénierie forestière, Herbert F. Mooney, qui devient à la fin des années 1950 le lieu d’une produc­tion scientifique nouvelle et remarquée. Après avoir servi le gouvernement britannique aux Indes et au Moyen-Orient, H. F. Mooney effec­tue régulièrement des missions en Éthiopie dès le début des années 1950 [NewsViewsMooney 1961]. En 1956, il publie un premier glossaire vernaculaire des plantes du pays [Mooney 1956]. Il entre la même année au service de l’AAUC pour y développer un département des sciences forestières, et continuer son projet d’herbier inauguré en 1959 à partir de sa collection personnelle [HortSocHerbarium 1978-1979]. À l’instar de l’Observatoire géo­physique, l’Herbier national est une institu­tion de recherche suffisamment crédible pour justifier des partenariats à l’étranger - comme avec le jardin botanique de Kew, au Royaume-Uni, qui réalise l’identification des spécimens [Mooney 1963 : vi]. En 1959, les presses uni­versitaires de l’AAUC publient le contenu des cours d’ingénierie forestière d’Herbert F. Mooney, sous le titre militant de The Need for Forestry in Ethiopia. L’auteur y explique comment et pourquoi le gouvernement et les populations éthiopiennes devraient s’emparer de la question forestière : « There is still time to save the remaining forests of this country from destruction, in spite of the devastation of past centuries, and to build up a valuable heritage for future generations [...] » [Mooney 1959 : 5-6]. Affirmant que le pays a subi une déforestation récente du fait de l’action de ses paysans, l’ouvrage de H. F. Mooney consti­tue la référence des décennies à venir sur le sujet. Cette idée est déjà reprise en 1961 dans un rapport sur l’agriculture éthiopienne de l’Organisation des nations unies pour l’alimen­tation et l’agriculture [Huffnagel 1961 : 395, 405-406]. Cette assertion, largement remise en cause par une série de travaux plus récents [McCann 1995 : 31-38, 1997 ; Crummey 1998 ; Gascon 1998] a durablement influencé les représentations nationales et internationales de l’environnement des hauts plateaux et de sa dégradation par les populations locales. La fabrique de ce récit « dégradationniste » dans les années 1950-1960 se fait dans la continuité et en lien - par le biais de la circulation des experts (H. F. Mooney a acquis son expérience dans l’Empire colonial britannique) - avec un discours déjà bien établi dans l’Afrique colo­niale, qu’elle soit sous domination française ou britannique. Ce discours trouve ses ori­gines dans l’essor de la science coloniale à la fin du XIXe siècle et connaît un succès et une diffusion sans précédent dans les années 1950 [Fairhead et Leach, 1997 ; Leach et Fairhead, 2000].

  • 5 Revue internationale éthiopienne créée en 1963 à la suite de l’IES.

16Sur le campus d’Addis-Abeba, de Herbert F. Mooney à la Société d’ethnologie de S. Chojnacki, il semblerait qu’une convergence tacite vers la promotion d’une politique éthio­pienne de conservation se dessine au tournant des années 1960. D’un côté, la culture « tradi­tionnelle » serait menacée par la « moder­nité » et mériterait à ce titre d’être préservée. De l’autre, c’est bien le mode de vie tradition­nel des Éthiopiens qui est mis en accusation, et la forêt qu’il faudrait donc protéger - dans l’optique, néanmoins, d’en permettre une exploitation raisonnée. Contradictoires, les deux préoccupations se retrouvent dans la même revue, l’Ethiopia Observer, magazine anglophone publié en Grande-Bretagne et distribué en Éthiopie, édité par Richard Pankhurst - historien britannique installé à Addis-Abeba et futur premier directeur de l’Institute of Ethiopian Studies. Ce périodique est alors l’un des forums où se rencontrent, du moins par articles interposés, élites et intel­lectuels éthiopiens et universitaires étrangers établis dans le pays. À travers les articles de l’Ethiopia Observer (qui couvrent les arts, l’his­toire, la géographie, les sciences naturelles, etc.) se dévoile, de la fin des années 1950 aux années 1960, l’existence d’une sociabilité scien­tifique transdisciplinaire ; le plus souvent étran­gers, les auteurs sont des collègues impliqués dans la vie universitaire d’Addis-Abeba. Le magazine se fait ainsi la vitrine bienveillante de la Société d’ethnologie et en même temps du projet muséal de S. Chojnacki en 1958 [EthObsUnivCollege 1958 : 199-200, 217-220]. En 1961, H. F. Mooney y expose ses recherches sur la végétation, sans toutefois développer ses arguments sur la déforestation [Mooney 1961]. Ceux-ci se retrouveront dans les écrits posté­rieurs de Richard Pankhurst et de S. Chojnacki. Ce dernier, en particulier, se montre particu­lièrement sensible à cette question au cours des années 1960 et 1970. Membre actif de la Société d’horticulture éthiopienne, il la pré­side même de 1968 à 1973. La bibliothèque de cette Société, qui regroupe quelques Éthio­piens mais également un grand nombre d’expatriés de la capitale, est installée dans le bâtiment de l’Institute of Ethiopian Studies [HortSocLibrary 1973-1974]. Dans les pages du premier Journal of Ethiopian Studies5[Chojnacki 1963] comme du Bulletin of the Horticultural Society of Ethiopia (en 1975) [Chojnacki 1975], le conservateur popularise les thèses d’H. F. Mooney en écrivant un article sur l’histoire de la déforestation dans le pays. En 1963, c’est le directeur de l’IES, R. Pankhurst, qui rebondit sur le sujet dans les pages de l’Ethiopia Observer en citant S. Chojnacki et H. F. Mooney [Pankhurst (R.) 1963].

17Après le départ à la retraite d’H. F. Mooney en 1961, la collection de l’Herbier national est provisoirement reversée à celle du musée de l’AAUC mais, explique-t-on alors dans le journal du campus News and Views, unique­ment en attendant le retour d’un botaniste éthiopien en formation à Kew [NewsViews Mooney 1961]. Pour un temps seulement, S. Chojnacki est le conservateur de l’essentiel des collections universitaires éthiopiennes. L’Herbier national continue de se développer dans les années 1960 sous l’action de directeurs à nouveau étrangers [Mesfin Tadesse 1979 : 1]. Il abrite une collection de 6 000 spécimens en 1968 [SciFaculty 1980 : 28] et survit sans difficulté apparente aux turbulences de la Révolution. L’Herbier national de l’Université d’Addis-Abeba reste, après 1974, une inter­face privilégiée de collaboration scientifique internationale, notamment avec l’Université d’Uppsala, en Suède, avec laquelle est élabo­rée une inédite et exhaustive série d’ouvrages de descriptions botaniques de la flore de l’Éthiopie dans les années 1980 et 1990.

Les musées universitaires éthiopiens : des collections d’étude à la pédagogie de la conservation

18L’émergence d’institutions dont la réputation et les réseaux scientifiques sont internationaux sur le campus d’Addis-Abeba offre un arrière-plan révélateur de la « réforme » du musée universitaire qui s’opère avec la naissance de l’Haile Sellassie I University, en 1963. Pour la zoologie et l’ethnologie, jusqu’ici canton­nées au cabinet de curiosités de S. Chojnacki, le modèle inauguré par l’Observatoire géo­physique et l’Herbier national - celui d’ins­titutions scientifiques liées à la communauté universitaire mondiale - semble désormais devoir s’appliquer aux domaines qui étaient pour l’instant restés marqués par un certain amateurisme. La décision de la création de l’Institut des études éthiopiennes, qui revient au dernier directeur de l’AAUC, l’israélien Zvi Yabetz [Pankhurst (R. et R.) 2013 : 107], et celle de créer dans la foulée un musée d’Histoire naturelle sur le campus de la faculté des sciences, concrétisent une même volonté de mise en conformité des infra­structures universitaires avec les objectifs de modernisation institutionnelle affichés par le gouvernement impérial. Si leurs créateurs et premiers administrateurs, surtout du côté de la zoologie, revendiquent une approche scien­tifique - les collections sont des supports d’étude - c’est surtout la dimension « conser­vatoire » et pédagogique des deux nouveaux musées universitaires qui valide leur démarche, notamment auprès des autorités du pays.

19Du côté des sciences humaines, la créa­tion de l’Institute of Ethiopian Studies traduit au niveau institutionnel les objectifs de la Société d’ethnologie de l’AAUC, en faisant de la « promotion de l’étude de la culture éthiopienne » [Tereffe Asrat 1969 : 15] une mission déclinée en trois activités : adminis­trer une bibliothèque de recherche, créer un musée ethnographique (les collections consti­tuées par S. Chojnacki) et publier une revue de sciences humaines internationale (Journal of Ethiopian Studies). L’institution est encore dirigée par un étranger (R. Pankhurst) et son conservateur n’est autre que S. Chojnacki. Le nouveau musée, dédié exclusivement à la culture matérielle (habillement, petit mobilier et outils issus de la production artisanale des populations), affiche une spécialisation qui rompt avec le projet initial du musée de l’AAUC. Pour le conservateur, cet abandon semble compensée par les circonstances favo­rables qui entourent la création du musée de l’IES.

20Le musée de l’IES bénéficie d’abord d’un cadre prestigieux : l’empereur a laissé son ancien palais à l’université, qui en a fait son siège et celui de l’institut. De ce fait, il consti­tue un lieu idéal pour les visites officielles des personnalités politiques internationales de passage dans la capitale et au siège de l’Orga­nisation de l’unité africaine, créée en 1963 (fig. 1).

21Sans que le soutien ne soit direct, du moins les premières années, le musée de l’IES intéresse l’empereur pour son potentiel de mise en valeur de la culture de son pays notamment lorsqu’il y emmène ses hôtes de marque [Chojnacki 2010 : 35-36].

Fig. 1. L’assistant de Stanislaw Chojnacki, Girma Fisseha, conduit la visite du musée de l’IES pour la reine Sofia de Grèce, reine d’Espagne

Fig. 1. L’assistant de Stanislaw Chojnacki, Girma Fisseha, conduit la visite du musée de l’IES pour la reine Sofia de Grèce, reine d’Espagne

(cliché : coll. personnelle Girma Fisseha).

22La collection ne cesse de s’étendre jusqu’à la Révolution, en particulier sous l’effet de nombreuses donations du ministère de l’Agri­culture, ce qui suggère des consignes venues du sommet de l’État [IESLivreAcquisitions s. d.]. Parallèlement, les nouvelles orientations de la collecte, qui s’affirment dès le milieu des années 1960, traduisent la double recherche d’une légitimité scientifique et d’une justifica­tion patrimoniale - dans la veine des objectifs défendus par la Société d’ethnologie. Le rappro­chement d’ethnologues étrangers (David Turton, Loren Bliese, Ivo Strecker), qui ouvrent alors de nouveaux terrains en Éthiopie et documentent des zones jusqu’ici largement absentes des collections universitaires, permet notamment au musée de l’IES de se constituer une collec­tion plus exhaustive et de revendiquer un statut scientifique international (du fait des collaborations). Dès lors, la vallée de l’Omo, la dépression Afar et leurs sociétés pastorales et agro-pastorales - qui tranchent avec les sociétés agraires des hauts plateaux éthio­piens - deviennent les nouvelles « stars » de la muséographie de S. Chojnacki. Ainsi l’expo­sition d’anthropologie s’organise-t-elle autour d’une tente afar [IESLivreAcquisitions s. d. vol. 1 ; Chojnacki 2010 : 55] et encore aujour­d’hui. Ces collections d’artefacts, qui se veulent le reflet le plus complet possible des popula­tions (tous les domaines de la vie sont concer­nés), sont enfin dignes de servir de matière à des études anthropologiques sur la culture matérielle. Afin de faire du musée un lieu de production de savoirs, S. Chojnacki édite une série (interrompue par la Révolution) de cata­logues critiques offrant descriptions et typologies [Hecht 1969 ; Moore 1971]. Le conservateur défend alors à la fois le discours scientifique avec l’idée d’une certaine unité des cultures matérielles éthiopiennes - qui contraste avec la diversité culturelle, notamment religieuse et linguistique du pays, les vertus éducatives - et la dimension conservatoire de son musée. Il répète alors dans les publications des années 1960 que son entreprise vise à léguer aux nouvelles générations les témoignages de l’Éthiopie d’hier ou « traditionnelle » [Chojnacki 1965 ; Tereffe Asrat 1969 : 16].

23Comme pour donner plus de poids à cette dernière dimension, le conservateur du musée de l’IES adopte, dans la seconde moitié des années 1960, et cette fois-ci en relation directe avec des membres de la famille et de l’entou­rage de l’empereur, une politique d’acquisi­tion d’objets religieux anciens (icônes, croix de procession, etc.) auprès des antiquaires d’Addis-Abeba. Cette action de sauvegarde, rendue publique dans les milieux mondains de la capitale par la mobilisation d’un réseau de donateurs impliquant à la fois l’élite sociale éthiopienne et les expatriés, réunis au sein de la Society of Friends of the Institute of Ethio­pian Studies [Chojnacki 2007], est destinée à éviter la sortie du pays de ces objets qui auraient alors acquis une valeur importante sur le marché international de l’art [Tereffe Asrat 1969]. En même temps qu’elle offre au musée une collection prestigieuse, elle en fait la vitrine d’une politique volontariste de protection d’un certain type d’antiquités. Elle valorise l’ancrage de l’Éthiopie dans une ancienne histoire chrétienne - un objectif vers lequel tend la politique patrimoniale du gou­vernement depuis la fin du XIXe siècle [Hirsch et Fauvelle-Aymar 2001 ; Chekroun 2011].

24Le terme héritage apparaît bientôt sous la plume de S. Chojnacki et devient le mot d’ordre de son action à la tête du musée, qu’il explicite dans les pages du magazine italophone Sestante et de la revue Dialogue, desti­née aux enseignants de l’université [Chojnacki 1970, 1971]. Traduit par Eredita dans la ver­sion italienne de son texte, il est employé sans que le lien ne soit fait avec une notion éthio­pienne, comme celle (en langue amharique) de « qers » (« ce qui reste »), qui fut toutefois utilisée par la suite par les institutions éthio­piennes en charge du patrimoine. Le terme heritage s’impose à celui d’« antiquités », que s’était approprié le gouvernement dès les années 1920 [Chekroun 2011 : 31]. Ce chan­gement de vocable, plus englobant, traduit la diversité des objectifs de conservation de l’époque. En menant à bien cette opération de « sauvetage » du patrimoine chrétien avec la collaboration des cercles du pouvoir (patrons de banques, membres de la famille impériale), S. Chojnacki court-circuite aussi bien le dépar­tement des antiquités - qui peine à agir tant sur le plan légal que sur celui du contrôle de la circulation des biens - que l’Église éthio­pienne, dont l’incapacité à conserver son propre patrimoine est mise en lumière. En effet, les biens acquis auprès des antiquaires ont été « sortis » des trésors ecclésiastiques et monas­tiques, avec la probable complicité de ceux qui étaient chargés de les surveiller [Chojnacki 2007, 2010 : 56-57]. Le 25 octobre 1968, l’empereur lui-même assiste à l’inauguration de la première exposition d’acquisitions d’anti­quités religieuses réalisée par S. Chojnacki avec l’aide de son réseau de donateurs, et donne ainsi son aval officiel à l’initiative du conservateur [Chojnacki 2010 : 62].

  • 6 Il s’agit de l’African Wildlife Leadership Foundation [Largen 1969 : 40].

25Du côté des sciences naturelles, et plus particulièrement, ici, de la zoologie, la créa­tion du nouveau musée universitaire est actée dès 1964, mais la concrétisation du projet prendra beaucoup plus de temps. Si cette institution est bien une composante de la faculté des sciences de l’HSIU, elle est un département à part entière, confié par la prési­dence de l’université à la direction de l’ento­mologiste danois Jprgen Birket-Smith jusqu’à son départ en 1968. Il sera remplacé par deux zoologues, Emil K. Urban et Malcolm J. Largen [Largen 1969 ; NatHist s. d.]. Le premier est ornithologue spécialiste de l’avifaune africaine et éthiopienne, en particulier. Quant au second, il est l’auteur de publications sur les amphi­biens et les mammifères d’Éthiopie. Tous deux travaillent à l’inventaire des espèces animales. Le musée d’Histoire naturelle est le reflet de leur activité. Le projet défini en 1964 compre­nait l’annexion de l’Herbier national - jamais concrétisée - et la réalisation d’un jardin botanique et d’un parc zoologique, avec un aquarium, des extensions avortées dès la fin des années 1960, faute de moyens et, à la suite de la Révolution, de suivi ou de volonté institutionnels. Le musée se concentre donc, tout au long de son histoire, sur sa seule col­lection d’animaux naturalisés. Constituée sous l’ère Chojnacki, d’abord remise en réserve à la suite de la réorganisation du campus uni­versitaire, elle est réinstallée en 1964 dans le bâtiment de la faculté des sciences. Entre 1966 et 1967, l’université fait construire, notamment grâce au financement d’une fon­dation américaine6, un bâtiment provisoire en métal sur le campus d’Arat Kilo : c’est le véritable acte de naissance du musée.

26S’il ne semble pas bénéficier des mêmes auspices que celui de l’IES (pas de palais, pas de visites officielles mentionnées dans les écrits de la direction), il affiche de grandes ambitions, concrétisées par la réalisation de collections d’étude par de véritables biologistes. Dans une correspondance de 1967 à l’Eastern African Natural History Society, E. K. Urban explique comment une soixantaine d’ensei­gnants de l’université - venus notamment d’autres départements de la faculté des sciences - ont réalisé la plus grande collection au monde d’amphibiens d’Éthiopie et comment elle est alors étudiée pour identification à Chicago, en vue d’un retour au musée d’His­toire naturelle d’Addis-Abeba [Urban 1967]. Crédible, internationalisée, disposant d’une collection de référence unique pour l’Éthiopie, la galerie zoologique reste néanmoins modeste en termes de taille et d’infrastructure. Mais M. J. Largen n’entend pas en rester là. En 1969, dans les colonnes de la revue Walia, lancée cette année par l’Ethiopian Wildlife Conservation Organisation, les objectifs du musée d’Histoire naturelle s’affichent sous la plume du directeur. Il place l’institution, qu’il dirige, sous le signe de la conservation en en faisant un instrument de sensibilisation des publics éthiopiens à la protection de la faune, même s’il ne semble être tourné, dans ses projets pédagogiques, qu’essentiellement vers les étudiants en sciences. Finies les étagères : M. J. Largen annonce la généralisation des dioramas, ce procédé ingénieux utilisé depuis longtemps dans les musées européens et amé­ricains et qui vise, à peu de frais, à donner vie, en quelque sorte, aux animaux empaillés en les présentant dans un environnement peint [Largen 1969 : 40]. Cette démarche muséo­graphique est éminemment tournée vers la pédagogie (fig. 2 et 3).

Fig. 2. La galerie des oiseaux du musée d’Histoire naturelle d’Addis-Abeba et son crocodile.

Fig. 2. La galerie des oiseaux du musée d’Histoire naturelle d’Addis-Abeba et son crocodile.

(cliché : Thomas Guindeuil, mars 2014).

Fig. 3. Détail de diorama dans la galerie des oiseaux, musée d’Histoire naturelle d’Addis-Abeba.

Fig. 3. Détail de diorama dans la galerie des oiseaux, musée d’Histoire naturelle d’Addis-Abeba.

(cliché : Thomas Guindeuil, mars 2014).

27La muséographie du musée d’Histoire naturelle semble s’être figée à la Révolution. Elle reprend la structure classique d’une gale­rie zoologique : une exposition des grandes familles d’animaux avec surtout un grand espace dédié aux invertébrés marins et ter­restres, aux mammifères et aux oiseaux. Elle comprend également une salle introductive, explicitant les objectifs de sensibilisation du musée, lequel est présenté à la fois comme un lieu de production scientifique (étude et conservation de spécimens) et d’éducation à la biologie et aux enjeux de la conservation (fig. 4).

Fig. 4. Vue de la salle introductive du musée d’Histoire naturelle d’Addis-Abeba

Fig. 4. Vue de la salle introductive du musée d’Histoire naturelle d’Addis-Abeba

(cliché : Thomas Guindeuil, mars 2014).

28On y recommande d’accompagner la visite par un voyage dans le parc national de l’Awash, créé en 1966 et qui a également l’avantage d’être proche d’Addis-Abeba. Les différents parcs nationaux sont présentés avec leurs animaux emblématiques. Le braconnage et l’exploitation économique de la faune sau­vage y sont considérés comme ses principales menaces. Ces menaces ne sont pas explicite­ment associées à des « méthodes tradition­nelles » mais traitées en termes très généraux. Le discours se focalise sur les méthodes de protection des espèces et, en particulier, sur la nécessité de cartographier et d’étudier dans le temps leur évolution et leur comportement, ainsi que de considérer faune et flore comme partie d’un tout indissociable. L’introduction s’achève sur une présentation des enjeux de la conservation pour l’éducation, le tourisme, les loisirs et la science. Ce propos très simple dans sa forme paraît préférer convoquer des arguments très rationalistes (l’argument éco­nomique est souvent appuyé) plutôt que des concepts plus flous dans l’Éthiopie d’alors - comme celui de heritage. On évoque avant tout la « conservation », ses avantages et ses méthodes.

29Le propos semble largement tiré des écrits de Leslie H. Brown, l’expert qui accompagne tout au long des années 1960 et au début des années 1970 la mise en place de la politique de conservation de l’environnement du gou­vernement éthiopien sous l’égide de l’Unesco. Ce dernier, collaborateur de M. J. Largen, qu’il remercie dûment, en introduction de son ouvrage, publie en 1973 le contenu des leçons qu’il a données en 1971 à l’HSIU sous le titre Conservation for Survival. Ethiopia’s Choice. Publié aux presses universitaires, il est pré­facé par le ministre de l’Agriculture, Kassa Wolde Mariam, qui valide ainsi la démarche de L. H. Brown et de la faculté des sciences en faveur d’une politique de conservation envi­ronnementale, dont le musée d’Histoire natu­relle se veut l’outil pédagogique. Le ministère est également l’un des soutiens du musée de l’IES, les deux politiques - l’une en faveur d’un conservatoire de la culture matérielle éthiopienne « traditionnelle », l’autre à l’appui de la protection de la faune - semblant aller de pair.

  • 7 Le Walia ibex est un bouquetin dont la population résiduelle est aujourd’hui cantonnée au parc nati (...)

30En incorporant en particulier le discours de L. H. Brown dans sa muséographie au moment où il semble justement s’ouvrir à un public plus large que celui des étudiants, le musée d’Histoire naturelle s’installe dans le paysage éthiopien comme un instrument d’accompagnement des mesures de protection de l’environnement, et en particulier de la création des parcs nationaux. Ce statut, qui légitime la démarche de longue haleine des créateurs du musée, est peut-être envié par les acteurs d’autres domaines de l’enseignement scientifique à Addis-Abeba. Ainsi le directeur de l’Herbier national, Michael G. Gilbert, qui a pris la suite de H. F. Mooney, publie entre 1973 et 1974 des tribunes faisant valoir l’inté­rêt de son activité pour la définition d’une politique de conservation plus particulière­ment dédiée à la flore. Il y oppose la popula­rité, notamment en Éthiopie, du Walia ibex7comme icône des espèces animales menacées, et le manque généralisé de connaissance sur les espèces végétales également menacées [Gilbert 1973-1974, 1974]. En creux, c’est l’inexistence d’un outil pédagogique spé­cifique à la flore qui est mise en lumière, l’Herbier national étant depuis le début une institution de recherche qui n’affiche aucune vocation d’ouverture au public. Le directeur entend bien raccrocher son institution à une thématique valorisée par les institutions inter­nationales (comme l’Unesco) ce qui lui per­mettrait un dialogue plus direct avec les auto­rités éthiopiennes. Il faut néanmoins attendre l’année 1976-1977, après la Révolution, pour qu’un botaniste éthiopien, Getachew Aweke, défende dans les pages du Bulletin of the Horticultural Society of Ethiopia, l’idée de la création d’un arboretum et de serres destinés au public éthiopien à son retour d’un long séjour d’étude à l’Université de Wageningen, aux Pays-Bas [Getachew Aweke 1976-1977]. Sans succès.

Conclusion

31Dans les années qui précèdent directement la Révolution, les deux musées universitaires, dont les gestionnaires respectifs se sont atta­chés à séparer nettement leurs domaines de compétences, restent associés dans la promo­tion de mesures parallèles de protection d’un patrimoine éthiopien nouvellement désigné comme tel. Ces institutions portent en elles un message de sensibilisation aux enjeux de la conservation, que celle-ci concerne les espèces animales sauvages ou les productions matérielles humaines, anciennes ou contem­poraines. Ayant accompagné, et quelquefois précédé, l’intérêt croissant du gouvernement pour ces questions, les musées universitaires ont finalement acquis une mission pédago­gique dans ce domaine. Si leurs objets sont différents, les combats sont partagés au sens où le mode opérationnel est exactement le même. Lorsqu’en 1969 M. J. Largen définit les objectifs du musée d’Histoire naturelle, ceux-ci se résument à trois points : établir des collections de référence, promouvoir des publications spécialisées et grand public sur la faune, et développer le rôle éducatif du musée, à destination des étudiants en biologie, des écoliers, et enfin du public non scolaire [Largen 1969 : 41-44]. En 1973, l’IES définit les activités de son musée par la collecte et l’étude de la vie matérielle éthiopienne, mais envisage comme principal développe­ment l’élargissement de son public, l’organi­sation de visites, etc. [IESOutline 1973]. Au tournant des années 1970, S. Chojnacki com­munique autour du rôle que doit jouer le musée dans l’éducation des jeunes générations et vise en particulier le rapprochement avec les milieux scolaires [Chojnacki 1971 : 7-9].

  • 8 Pour aller plus loin sur le rôle des « experts en patri­moine » dans l’Éthiopie contemporaine, voir (...)

32Si les années 1960 et 1970 sont marquées par le soutien des institutions internatio­nales - (Unesco pour les parcs nationaux et Fonds international des antiquités à Lalibela [Chojnacki 1971 : 11]) - à la politique patri­moniale du gouvernement, la communauté universitaire étrangère du campus d’Addis-Abeba apparaît à la pointe du combat pour la promotion de la conservation de la part du gouvernement, qui prendrait la forme de mesures de protection (notamment vis-à-vis des espèces animales, par la création de parcs naturels) et de collectes (par la création de col­lections nationales). Ce groupe d’enseignants-chercheurs, devenus des experts, apparaît comme une interface efficace entre l’Éthiopie et le monde extérieur. Formés à l’étranger, ils maîtrisent le langage international du patri­moine et bénéficient de la marge de manœuvre nécessaire pour agir auprès du gouvernement, quitte à lui emboîter le pas s’ils l’estiment nécessaire8. Leurs chantiers muséaux ouvrent la voie à l’accélération de l’institutionnalisation d’un patrimoine national éthiopien protégé par la loi nationale, et immédiatement inter­nationalisé, symbolisé par l’entrée en 1978 de deux sites - les églises de Lalibela et le parc national des Simien Mountains - sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco : l’un « culturel » et l’autre « naturel ». Dans ce contexte postrévolutionnaire, les experts étran­gers ne sont plus dans l’université éthiopienne mais conservent à travers l’institution inter­nationale et ses relais sur place un rôle déterminant.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Documents d’archives, articles de journaux et bro­chures sans auteurs, notés sous abréviation dans le corps du texte

[CV] — s. d., Bibliothèque de l’IES, Chojnacki Miscellanea 2, « CV » (document inédit).

[EthnologicalSociety] — I960, Ethnological Society U.C.A.A. Information Bulletin.

[EthObsUnivCoMege] — 1958, « The University College of Addis Ababa », Ethiopia Observer 2 (6), Special issue on education 3, juillet: 195-207 et 210-213.

[HortSocHerbarium] — 1978-1979, « Questions and Answers: The National Herbarium », Bulletin of the Horticultural Society of Ethiopia 4 (1): 37.

[HortSocLibrary] — 1973-1974, « Questions and Answers: The Society’s Library », Bulletin of the Horticultural Society of Ethiopia 3 (4): 19.

[IESLivreAcquisitions] — s. d., Livre des acquisitions du musée de l’IES, 4 vol. (document manuscrit inédit).

[IESOutline] — 1973, Bibliothèque de l’IES, HSIU Miscellanea 5, « Institute of Ethiopian Studies. Out­line of functions » (document inédit).

[NatHist] — s. d., Bibliothèque de l’IES, HSIU Mis­cellanea 3, « Haile Sellassie I University, Department of Biology, The Natural History Museum » (docu­ment inédit).

[NewsViewsMooney] — 1961, News and Views 4 (16), 23 février: 2-3.

[NewsViewsTenYears] — 1962, « Ten years of U.C.A.A. Museum », News and Views 6 (11), 21 décembre : 11.

[SciFaculty] — 1980, Science Faculty. 30 years in perspective. Addis Ababa, Addis Ababa University Press (brochure).

[UnivCollege] — s. d., University College. Addis Ababa. Addis Ababa, Addis Ababa University College (brochure).

[ZooYougo] — 1961, News and Views 4 (12), 26 janvier : 4.

Bibliographie

Anfray, Francis — 1963, « L’Institut éthiopien d’archéologie », Tarik 1 : 15-16.

Arnoldi, Mary Jo — 1999, « From the Diorama to the Dialogic: A Century of Exhibiting Africa at the Smithsonian’s Museum of Natural History », Cahiers d’Études africaines XXXIX (3-4), 155-156: 701-726.

Bahru Zewde — 2002, A History of Modern Ethio­pia, 1855-1991. Oxford, Athens et Addis Ababa, James Currey-University of Ohio Press-Addis Ababa University Press.

Balsvik, Randi Ronning — 1985, Haile Sellassie’s Students: The Intellectual and Social Background to Revolution, 1952-1977. East Lansing, African Studies Center-Michigan State University.

Blanc, Guillaume — 2015, Une histoire environne­mentale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France. Paris, Publications de la Sorbonne.

Blanc, Guillaume et Marie Bridonneau — 2015, « Conseiller, expert et consultant en patrimoine : la construction d’une figure de l’Éthiopie contem­poraine », EchoGéo 31 (<http://echogeo.revues.org/14128>).

Bondaz, Julien — 2011, « L’ethnographie comme chasse. Michel Leiris et les animaux de la mission Dakar-Djibouti », Gradhiva, nouvelle série 13 (1) : 163-181. — 2013, « L’ethnographie parasitée ? Anthropologie et entomologie en Afrique de l’Ouest (1928-1960) », L’Homme 206 (2) : 121-150.

Bourguignat, Jules René — 1885, Mollusques ter­restres et fluviatiles recueillis par M. Paul Soleillet dans son voyage au Choa (Éthiopie méridionale). Paris, Tremblay.

Brown, Leslie Hilton — 1966, « Wildlife Conserva­tion in Ethiopia », Nature and resources 2 (1), mars: 5-9. — 1973, Conservation for Survival. Ethiopia’s Choice. Addis Ababa, Haile Sellassie I University.

Chekroun, Amélie — 2011, « Un archéologue capu­cin en Éthiopie (1922-1936): François Bernardin Azaïs », Afriques. Débats, méthodes et terrains d’his­toire, varia (<http://afriques.revues.org/785>).

Chojnacki, Stanislaw — 1961, « Some Notes on Early Travelers in Ethiopia », University College Review 1 (1): 71-89. — 1963, « Forests and Forestry Problem as Seen by Some Travellers In Ethiopia », Journal of Ethiopian Studies 1 (1): 32-39. — 1965, « Il Museo etnologico », Sestante 1 (2): 31-37. — 1970, « La preservazione dell’eredità nazionale dell’ Etiopia », Sestante 6 (2): 71-85. — 1971, « The Pre­servation of Ethiopia’s Cultural Heritage », Dialogue 3 (2), juillet : 7-18. — 1975, « Droughts and Defores­tation », Bulletin of the Horticultural Society of Ethio­pia 3 (5): 10-13. — 1990, « Some Notes on the Occasion of the 25th Anniversary of the Institute of Ethiopian Studies », in R. Pankhurst, Taddese Beyene eds., Silver jubilee anniversary of the Institute of Ethiopian Studies. Proceedings of the symposium, Addis Ababa, November 24-26, 1988. Addis Ababa, Institute of Ethiopian Studies-Addis Ababa Univer­sity: 27-38. — 2007, « Foundation of the Society of Friends of the Institute of Ethiopian Studies », Journal of Ethiopian Studies 40 (1-2): 359-360. — 2010, Twenty Years of Service at the University College and the Institute of Ethiopian Studies, Addis Ababa, between 1950 and 1975. Toronto.

Clapham, Christopher — 1969, Haile-Selassie’s Government. Londres/Harlow, Longmans.

Crummey, Donald — 1998, « Deforestation in Wallo: Process or illusion? », Journal of Ethiopian Studies 31 (1), Special issue on environment and development in Wallo, juin : 1-41.

Demissie Adefrisow — 2002 [1953-1961], « Field trip to Z’quala », in A. Pankhurst ed., Addis Ababa University College Ethnological Society Bulletin vol. I, no 1-10 et vol. II, no 1. Addis Ababa, Addis Ababa University : 2-4.

Dias, Nélia — 1991, Le musée d’ethnographie du Trocadéro : 1878-1908. Anthropologie et muséo­logie en France. Paris, CNRS Éditions.

Fairhead, James et Melissa Leach — 1997, « Defo­restation in Question : Dialogue and Dissonance in Ecological, Social and Historical Knowledge of West Africa. Cases from Liberia and Sierra Leone », Paideuma 43 : 193-225.

Gascon, Alain — 1998, « La forêt perdue d’Éthiopie, un mythe contemporain », in M. Chastanet ed., Plantes et paysages d’Afrique. Une histoire à explo­rer. Paris, Karthala: 383-409.

Getachew Aweke — 1976-1977, « An Arboretum for Ethiopia? », Bulletin of the Horticultural Society of Ethiopia 3 (6): 18-19.

Gilbert, Michael G. — 1973-1974, « Plants in dan­ger », Bulletin of the Horticultural Society of Ethiopia 3 (4): 17-18. — 1974, « Plants in danger », Walia 5: 6-8.

Hecht, Elisabeth Dorothea — 1969, The Pottery Collection. Addis Ababa, The Museum of the Insti­tute of Ethiopian Studies-Haile Sellassie I University.

Hirsch, Bertrand et François-Xavier Fauvelle-Aymar — 2001, « Aksum après Aksum. Royauté, archéo­logie et herméneutique chrétienne de Ménélik II (r. 1865-1913) à Zar’a Ya’eqob (r. 1434-1468) », Annales d’Éthiopie 17 : 59-109 (<www.persee.fr/doc/ethio_0066-2127_2001_num_17_1_991>).

Huffnagel, H. P. — 1961, Agriculture in Ethiopia. Rome, FAO.

Kassa Wolde Mariam — 1963, « The Institute of Ethiopian Studies », The Journal of Modern African Studies 1 (3), septembre: 383-384.

Largen, Malcolm J. — 1969, « A Report on the Present Status of the Natural History Museum Addis Ababa », Walia 1: 38-45.

Leach, Melissa et James Fairhead — 2000, « Chal­lenging neo-Malthusian Deforestation Analyses in West Africa’s Dynamic Forest Landscapes », Popula­tion and Development Review 26(1): 17-43.

McCann, James C. — 1995, People of the Plow. An Agricultural History of Ethiopia, 1800-1990. Madi­son, The University of Wisconsin Press. — 1997, « The Plow and the Forest: Narratives of Deforesta­tion in Ethiopia, 1840-1992 », Environmental History 2 (2): 138-159.

Mesfin Tadesse (en collaboration avec Getachew Aweke) — 1979, Herbarium Accession List of the Plants of Ethiopia. Addis Ababa University, Faculty of Science.

Mooney, Herbert F. — 1956, A Preliminary List of Ethiopian Plant Names with their Botanical Equi­valents. Beirut. — 1959, The Need for Forestry in Ethiopia. A Series of Lectures Given at University College, Addis Ababa. Addis Ababa, University College Press. — 1961, « The Natural Vegetation of Ethiopia », Ethiopia Observer 5 (3): 203-206. — 1963, A Glossary of Ethiopian Plant Names. Dublin, Dublin University Press.

Moore, Eine — 1971, Ethiopian Processional Crosses. Addis Ababa, The Institute of Ethiopian Studies-Haile Sellassie I University.

Pankhurst, Alula — 2002a [1953-1961], « The Ethnological Society Bulletin, an Age of "Cultural Renaissance"? », in A. Pankhurst ed., Addis Ababa University College Ethnological Society Bulletin, vol. I, no 1-10 et vol. II, no 1. Addis Ababa, Addis Ababa University: xiv-xxiii.

Pankhurst, Alula ed. — 2002b [1953-1961], Addis Ababa University College Ethnological Society Bulle­tin, vol. I, no 1-10 et vol. II, no 1. Addis Ababa, Addis Ababa University.

Pankhurst, Richard — 1963, « Wild life and forests in Ethiopia », Ethiopia Observer 7 (3): 241-256.

Pankhurst, Richard et Rita Pankhurst — 2013, Ethiopian Reminiscences. Early days. Los Angeles, Tsehai Publishers.

Patrizi, Saverio — 1940, « La raccolta zoologica della Sovraintendenza alla Caccia in Addis Abeba », Bollettino di idrobiologia, caccia e pesca dell’Africa Orientale Italiana 1 (1) : 94-106.

Tereffe Asrat — 1969, « 15th century Ethiopian art », Addis Reporter 14 février : 15-16.

Urban, Emil K. — 1967, « Notes on a Collection of Amphibians from Ethiopia », Journal of the Eastern African Natural History Society 26 (2): 85-86.

Haut de page

Notes

1 Cette enquête a été menée entre janvier et mars 2014 à Addis-Abeba et réalisée avec le soutien de l’Institut des mondes africains et du Centre français des études éthio­piennes (CFEE), dans le cadre d’un contrat de recherche post-doctoral avec le Labex CAP (« Création, Arts et Patri­moines »). Elle a été présentée au colloque « Spécimens de collection » (Institut national du patrimoine/École du Louvre) à Paris les 3 et 4 novembre 2014, puis en Éthiopie dans le cadre du colloque Coping with Climate and Envi­ronmental Changes in Ethiopia and the Horn of Africa (CFEE/Institut Français/The Horn of Africa Regional Environment Center and Network) du 7 au 9 avril 2015. Mes remerciements vont à Anaïs Wion et à Guillaume Blanc pour leurs relectures attentives et leurs conseils.

2 Le bulletin, devenu difficile à trouver, a été réédité en un volume en 2002 [Pankhurst (A.) 2002b].

3 Voyageur français, Paul Soleillet (1842-1886) est à la fois à l’origine d’une collection ethnographique éthio­pienne déposée au Musée ethnographique du Trocadéro et d’une collection de mollusques éthiopiens qui fut étudiée au Muséum national d’histoire naturelle [Bourguignat 1885].

4 Voir, par exemple, la description de la route de Zeqwala dans le premier volume [Demissie Adefrisow 2002 : 2-4].

5 Revue internationale éthiopienne créée en 1963 à la suite de l’IES.

6 Il s’agit de l’African Wildlife Leadership Foundation [Largen 1969 : 40].

7 Le Walia ibex est un bouquetin dont la population résiduelle est aujourd’hui cantonnée au parc national du Simien.

8 Pour aller plus loin sur le rôle des « experts en patri­moine » dans l’Éthiopie contemporaine, voir l’article de Guillaume Blanc et Marie Bridonneau [2015].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. L’assistant de Stanislaw Chojnacki, Girma Fisseha, conduit la visite du musée de l’IES pour la reine Sofia de Grèce, reine d’Espagne
Crédits (cliché : coll. personnelle Girma Fisseha).
URL http://journals.openedition.org/etudesrurales/docannexe/image/10679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 2. La galerie des oiseaux du musée d’Histoire naturelle d’Addis-Abeba et son crocodile.
Crédits (cliché : Thomas Guindeuil, mars 2014).
URL http://journals.openedition.org/etudesrurales/docannexe/image/10679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 3. Détail de diorama dans la galerie des oiseaux, musée d’Histoire naturelle d’Addis-Abeba.
Crédits (cliché : Thomas Guindeuil, mars 2014).
URL http://journals.openedition.org/etudesrurales/docannexe/image/10679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 4. Vue de la salle introductive du musée d’Histoire naturelle d’Addis-Abeba
Crédits (cliché : Thomas Guindeuil, mars 2014).
URL http://journals.openedition.org/etudesrurales/docannexe/image/10679/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Guindeuil, « Nature, culture, même combat ? Sciences et conservation sur le campus d’Addis-Abeba (1950-1974) », Études rurales, 197 | 2016, 125-146.

Référence électronique

Thomas Guindeuil, « Nature, culture, même combat ? Sciences et conservation sur le campus d’Addis-Abeba (1950-1974) », Études rurales [En ligne], 197 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/10679 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.10679

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search