Navigation – Plan du site
Dossier

Après la sédentarisation

Le pastoralisme intensif et ses conséquences au Kazakhstan soviétique (1960-1980)
Isabelle Ohayon
p. 130-155

Résumés

La modernisation du pastoralisme au Kazakhstan soviétique fait suite à un épisode de sédentarisation meurtrier provoqué par la collectivisation stalinienne et la famine. Dans les années 1950, le cheptel de la République socialiste soviétique du Kazakhstan recouvre des effectifs significatifs mais l’élevage pastoral se trouve alors confronté à la contraction du territoire des pâturages. L’essor de l’agriculture céréalière dans les « Terres vierges » et dans les zones arrosées relègue le pastoralisme aux zones steppiques et désertiques les plus arides. Pourtant, le prométhéisme soviétique ne renonce pas à développer ce secteur au prix d’une surexploitation des prairies, de l’intensification de la production fourragère et d’une intervention agronomique et technique ambitieuse sur les sols et les ressources hydriques. Cet article documente ce processus et met l’accent sur l’implication des administrations politiques et économiques, sur les bergers et sur les scientifiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’émergence d’un modèle pastoral intensif (1941-1964)
Le retour à la mobilité pastorale 
Un pastoralisme techniquement et socialement encadré
Vers la mise en valeur d’autres Terres vierges (années 1960-1980)
À la conquête des pâturages en zone aride
La course à la production de fourrage
Face à la dégradation des pâturages : les bergers et les savants
Des bergers sans marge de manœuvre
L’expertise : un entrelacs d’acteurs accompagnant la production ?
Conclusion

Aperçu du texte

Durant le second xxe siècle, les mesures de modernisation et d’optimisation du pastoralisme nomade ont essentiellement ressorti à deux types d’intervention politique : d’une part au prométhéisme socialiste né du projet soviétique qui a affecté principalement le territoire de l’URSS et de la République populaire de Chine jusqu’à nos jours et, de l’autre, aux politiques postcoloniales développementalistes menées dans les pays nouvellement indépendants de la ceinture sahélienne [Merkle 2013, Behnke 2008, Khazanov et Shapiro 2001, Humphrey et Sneath 1999, Thébaud 1995]. Portés par des idéaux de progrès économique et social et le recours à l’expertise scientifique, ces interventionnismes ont profondément transformé les sociétés nomades et l’économie du pastoralisme, en provoquant diversement la sédentarisation, le développement de l’agriculture mixte, l’urbanisation et la dégradation des écosystèmes pastoraux. Cet article traite du cas des steppes kazakhes, territoire, qui de colonies de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Ohayon, « Après la sédentarisation », Études rurales, 200 | 2017, 130-155.

Référence électronique

Isabelle Ohayon, « Après la sédentarisation », Études rurales [En ligne], 200 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/11702 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.11702

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals