Navigation – Plan du site
Dossier

Bêtes et gens

Techniques pastorales dans deux aouls kazakhs
Carole Ferret
p. 156-197

Résumés

L’évolution des techniques kazakhes d’élevage est décrite depuis le pastoralisme nomade du XIXe siècle, en passant par la rationalisation et la professionnalisation soviétiques, jusqu’à la crise du secteur, liée à la décollectivisation, et sa reprise au XXIe siècle. Deux études de terrain menées entre 1994 et 2013 dans deux aouls, un village sédentaire et une estive nomade, montrent au niveau micro dans quelle mesure les manières d’agir sur et avec le bétail, notamment ovin, traduisent une transformation du rapport à la nature : relâchement du contrôle sur la reproduction et la mobilité animales, recul de l’interventionnisme zootechnique en faveur d’actions plus opportunistes, mais sans retour à la polyvalence des espèces ni regain d’extensivité. Si le pastoralisme est un modèle d’exploitation durable des steppes, les éleveurs kazakhs le pratiquent non par souci écologique, mais pour entretenir la relation essentielle entre bêtes et gens.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le pastoralisme kazakh 
Le bétail, moyen de subsistance essentiel
Mobilité pastorale et complémentarité des élevages des cinq espèces
Rationalisation et professionnalisation de l’élevage soviétique
Crise et reprise de l’élevage depuis l’indépendance
Un aoul de 40 maisons et 2 000 moutons
Voisins, parents et bétail
Petite histoire de la privatisation
Usages et gardiennage du bétail de l’aoul
Une estive de gros troupeaux
Conclusion

Aperçu du texte

La Jigouli file sur une route toute droite et peu fréquentée, faisant un écart de temps à autre pour éviter un nid de poule. Dans la steppe, l’ocre le dispute déjà au vert en cette fin de printemps. Le paysage est largement ouvert, seuls les poteaux électriques régulièrement plantés et de lointaines collines viennent rompre la platitude. De nombreuses taches blanches parsèment les pâtures : « Tu vois tous ces perce-neige ? C’est nouveau ici », me dit le chauffeur. La saison est évidemment trop avancée pour les perce-neige, et même pour les fameuses tulipes des steppes. Ce ne sont pas non plus des moutons disséminés au pacage, car la race locale à queue grasse est de robe sombre. Non, ces taches sont des sacs plastiques, signes de la modernité apparus après l’indépendance du Kazakhstan, dans les steppes peu éloignées des zones urbaines.

Moutons au pacage sur une des collines entourant l’aoul (district de Tôle Bi, avril 2008)

Moutons au pacage sur une des collines entourant l’aoul (district de Tôle Bi, avril 2008)

Photo : C. Ferret.

Dans ce pays, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Ferret, « Bêtes et gens », Études rurales, 200 | 2017, 156-197.

Référence électronique

Carole Ferret, « Bêtes et gens », Études rurales [En ligne], 200 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/11728 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.11728

Haut de page

Auteur

Carole Ferret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals