Navigation – Plan du site
Varia

« Berger, point barre »

Jalons pour une redéfinition pastorale de l’élevage bas-alpin
“Shepherd, period”. Markers for a pastoral redefinition of sheep farming in France’s Alpes de Haute Provence
Lucie Dupré, Jacques Lasseur et Julia Sicard
p. 218-239

Résumés

Cet article est consacré à l’analyse d’une figure singulière de l’élevage méditerranéen que l’on observe depuis les années 2000, celle des éleveurs ovins pastoraux dans les Alpes du Sud. Après avoir souligné la spécificité des parcours biographiques de ces derniers, nous montrons en quoi leur rhétorique professionnelle se cristallise autour de trois éléments : la nécessité de l’herbe pour le troupeau, comme lieu de vie et comme mode d’alimentation, la passion et la liberté. Nous analysons la façon dont les éleveurs pastoraux objectivent leurs pratiques, les confrontant à celles des éleveurs agropastoraux qui incarnent la norme locale. Faisant valoir un point de vue original sur le troupeau, critiquant certaines pratiques des agropastoraux et revendiquant leur proximité avec les bergers, ils font valoir une façon originale de s’engager dans les activités d’élevage. Notre analyse vise à poser quelques jalons dans l’analyse de ce modèle émergent, qui nous aide à comprendre les enjeux et les dynamiques de renouvellement de l’élevage bas-alpin.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Avoir été berger et devenir éleveur
Des éleveurs pastoraux « agrandis » et spécialisés
Passion et spécialisation
Une liberté décisionnelle, technique et économique
La culture et l’ethos du berger
« Que de l’herbe »
« Toujours dehors »
L’éleveur pastoral : être (berger) et avoir (un gros troupeau)

Aperçu du texte

Éleveur pastoral avec son troupeau dans les Alpes de Haute-Provence.

Éleveur pastoral avec son troupeau dans les Alpes de Haute-Provence.

Photo : Pascal Bonnet

« Moi, je ne suis pas complexé, je me dis berger. Berger, point barre ». « Moi, je suis bergère ». « Je suis éleveur-berger ». C’est en ces termes que des éleveurs pastoraux des Alpes de Haute-Provence répondaient à la question qui leur était posée en fin d’entretien les invitant à indiquer la façon dont ils s’identifiaient. Ces « formes d’appellation de soi » [Dubar 2007 : 19] ont en commun de mentionner le terme « berger ». Elles renvoient à une figure professionnelle qui s’affirme depuis une vingtaine d’années dans les Alpes du Sud, l’éleveur pastoral qui nourrit toute l’année son troupeau au pâturage. Toute identification, ici professionnelle, est grandement « affaire de langage » [ibid. : 23]. Elle demande donc à prendre au sérieux les pratiques discursives visant à mettre en mots la façon dont chacun définit sa place et son activité. Les identifications profes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Dupré, Jacques Lasseur et Julia Sicard, « « Berger, point barre » », Études rurales, 201 | 2018, 218-239.

Référence électronique

Lucie Dupré, Jacques Lasseur et Julia Sicard, « « Berger, point barre » », Études rurales [En ligne], 201 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/12799

Haut de page

Auteurs

Lucie Dupré

anthropologue, chargée de recherche, Inra, SadApt (UMR 1048), AgroParistech, Université Paris Saclay, Ivry-sur-Seine

Jacques Lasseur

zootechnicien, ingénieur, Inra, Systèmes d'élevages méditerranéens et tropicaux (UMR 0868), Montpellier SupAgro, Montpellier

Julia Sicard

agronome, Confédération générale de l’agriculture, Laxou

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals