Navigation – Plan du site

Au-delà des idées reçues

L’exemple de Li Mestère, réseau de semences wallon
Beyond preconceived ideas: The example of Li Mestère, a Walloon seed network
Sofia Baltazar, Marjolein Visser et Nicolas Dendoncker
p. 18-35

Résumés

Parmi les leviers actionnables pour stimuler les systèmes d’innovation agricole figure le soutien à l’interaction entre de multiples acteurs par des plateformes d’innovation, dont les réseaux de semences constituent un exemple. Li Mestère, premier réseau de ce type en Wallonie, rassemble une pluralité d’acteurs autour de la gestion de la diversité cultivée des céréales. Il favorise la circulation de semences, de savoirs et de savoir-faire, inaccessibles dans le système semencier formel. Cependant sa croissance rapide, combinée aux enjeux organisationnels et de récupération, le situe entre « idéalisation et réalisation ». En nuançant les idées reçues au sujet des réseaux de semences, cet article met en évidence les défis à relever pour amplifier leur action et favoriser la transition agroécologique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Émergence d’un réseau de semences de céréales dans un système verrouillé
Une recherche-action participative
Les réseaux paysans inefficaces pour la dissémination des semences
Remobiliser la diversité cultivée
Échanger voire co-construire des savoirs et savoir-faire
Dépasser la notion d’efficacité
Les réseaux de semences : des systèmes fermés et conservateurs
Rassembler une diversité d’acteurs
L’échange de semences : entre ancrage local et brassage
Les semences, l’affaire de toute la filière
Les réseaux d’agriculteurs garantissent un accès égalitaire et immédiat aux semences
Restreindre l’accès aux semences
Des réseaux plus complexes qu’ils n’y paraissent
« Les réseaux de semences paysannes sont destinés à s'affaiblir et à disparaître »
Conclusion

Aperçu du texte

Visite de collection de céréales chez un paysan membre de Li Mestère, Virton (Belgique), le 3 juillet 2016

Visite de collection de céréales chez un paysan membre de Li Mestère, Virton (Belgique), le 3 juillet 2016

Photo : S. Baltazar

Pour favoriser la transition agroécologique vers plus de durabilité et de résilience, l’approche des systèmes d’innovation agricole (SIA) a pris de l'ampleur en permettant de comprendre les points de blocage et de repérer les possibilités de renforcer la capacité d’adaptation des systèmes agricoles [Faure et al. 2013]. La Food and Agriculture Organization définit ces systèmes comme un regroupement :

d’individus, d’organisations ou d’entreprises œuvrant à procurer de nouveaux produits, processus et formes organisationnelles à usage social et économique pour réaliser la sécurité alimentaire et nutritionnelle, le développement économique et la gestion durable des ressources naturelles.

Les plateformes d’innovation figurent en bonne place parmi les leviers possibles à actionner pour multiplier les échanges au sein du monde alimentaire. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sofia Baltazar, Marjolein Visser et Nicolas Dendoncker, « Au-delà des idées reçues », Études rurales, 202 | 2018, 18-35.

Référence électronique

Sofia Baltazar, Marjolein Visser et Nicolas Dendoncker, « Au-delà des idées reçues », Études rurales [En ligne], 202 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/14553 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.14553

Haut de page

Auteurs

Sofia Baltazar

ingénieur agronome, Université de Namur (Belgique)

Marjolein Visser

agronome, professeur associé, Laboratoire d’agroécologie, Université libre de Bruxelles (Belgique)

Nicolas Dendoncker

géographe, professeur, Université de Namur (Belgique)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals