Navigation – Plan du site

Mal traitée, la biodiversité agricole ?

Six principes invariables pour un « commun global des semences »
Is agricultural biodiversity poorly treated?: Six invariable principles for a “global commons of seeds”
Christine Frison
p. 56-75

Résumés

Le Traité international sur les ressources phyto-génétiques pour l’alimentation et l’agriculture, adopté en 2001, vise la sécurité alimentaire et une agriculture durable. Cet article évalue la gestion commune des semences au regard de la littérature sur les communs. Deux constats sont posés : le traité maintient un déséquilibre de droits (exclusif/individuel pour les multinationales versus inclusif/collectif pour les agriculteurs) et repose sur une dualité de discours entre d’un côté le souhait d’un commun global des semences ouvert à tous les acteurs et, de l’autre, la pratique d’un système adapté aux chercheurs et aux sélectionneurs. De là, six principes invariables sont identifiés comme indispensables pour créer un commun politique global des semences et atteindre les objectifs de ce texte.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Méthodologie : une approche transdisciplinaire en trois étapes
Résultats : six principes invariables de gestion commune des semences
Conclusion

Aperçu du texte

Variétés de maïs non génétiquement modifiées, octobre 2011, à Alfarcito (province de Jujuy, Argentine)

Variétés de maïs non génétiquement modifiées, octobre 2011, à Alfarcito (province de Jujuy, Argentine)

Photo : M. Vieira. Source : https://creativecommons.org/​licenses/​by/​2.0/​legalcode

La gestion commune des semences renvoie à nos modes de production agricole qui visent la sécurité alimentaire et une agriculture durable. Elle concerne aussi la protection de l’environnement et la conservation de la biodiversité agricole, nécessaires à la production alimentaire. L’agriculture intensive anéantit cette biodiversité en ne favorisant la culture que de quelques variétés réduites. Cette tendance à l’homogénéisation [Goffaux et al. 2011 ; pour un rapport plus nuancé voir Girard et Noiville 2014] concerne tous les fruits et légumes et participe à l’uniformisation des modes agricoles [Frison Émile 2016]. La perte de milliers de variétés traditionnelles, constituant pourtant un réservoir de gènes utiles pour améliorer les variétés cultivées, a connu une accélérat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Frison, « Mal traitée, la biodiversité agricole ? », Études rurales, 202 | 2018, 56-75.

Référence électronique

Christine Frison, « Mal traitée, la biodiversité agricole ? », Études rurales [En ligne], 202 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/14809 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.14809

Haut de page

Auteur

Christine Frison

juriste, chargée de recherche, FWO, Faculté de droit, Université d'Anvers, Anvers

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals