Navigation – Plan du site

Des semences en commun pour gérer les maladies

Étude comparative de rizières dans le Yuanyuang (Chine)
Shared seeds for managing diseases: A comparative study of rice fields in Yuanyang (China)
Mourad Hannachi et Tom Dedeurwaerdere
p. 76-97

Résumés

À travers l’étude d’un agrosystème traditionnel rare, celui des rizières du Yuanyuang en Chine, cet article montre qu’une agriculture plus durable, basée sur une large biodiversité cultivée peut être mise en œuvre dans un territoire agricole et permettre un contrôle des maladies sans pesticide. L’enquête qualitative et quantitative, menée dans neuf villages, met au jour une gestion en bien commun des semences, c’est-à-dire un système sociotechnique qui repose sur un régime de semences non marchandes et de sélection polycentrique. Le fonctionnement de ce système nécessite un accès libre aux semences et l’absence de pression au conformisme pour le choix variétal. Nous montrons que cette gestion en bien commun est viable mais aussi fragile en cas de confrontation au régime dominant de la semence marchande et de polarisation des activités de sélection.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Un échantillon de neuf villages
Des institutions sociologiques permettant la conservation in situ de la biodiversité
Arrivée des semences modernes et de l’économie marchande des semences
Appauvrissement de la biodiversité et effets sur les maladies
Transformation des normes et institutions sociales
Des semences gérées en bien commun ?
Conclusion

Aperçu du texte

L’organisation moderne de l’agriculture et ses institutions induisent une réduction drastique de la biodiversité cultivée [Porceddu et al. 1988 ; Singh 1999]. Basée sur un modèle marchand (où l’économie marchande des ressources génétiques détermine la biodiversité) et polarisée (où l’activité d’entretien et de création des ressources génétiques est l’affaire de quelques acteurs spécialisés dans ces activités et protégés par des règles de propriétés intellectuelles), cette organisation et ses institutions excluent la participation de plusieurs acteurs dans les activités d’entretien de la biodiversité et réduisent le spectre de la biodiversité existante en priorisant la vitesse de l’amélioration génétique de quelques ressources génétiques focales [Cleveland et Solieri 2002 ; Bonneuil et Thomas 2009].

Agriculteurs de l’ethnie Hani durant la récolte du riz dans le Yuanyuang (septembre 2015).

Agriculteurs de l’ethnie Hani durant la récolte du riz dans le Yuanyuang (septembre 2015).

Photo : E. Fournier.

En réponse à ces limites du modèle institutionne...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mourad Hannachi et Tom Dedeurwaerdere, « Des semences en commun pour gérer les maladies », Études rurales, 202 | 2018, 76-97.

Référence électronique

Mourad Hannachi et Tom Dedeurwaerdere, « Des semences en commun pour gérer les maladies », Études rurales [En ligne], 202 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/14862 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.14862

Haut de page

Auteurs

Mourad Hannachi

chargé de recherche en sciences de gestion, Sciences action développement – Activités produits territoires (UMR 1048), Inra, Grignon

Tom Dedeurwaerdere

philosophe, professeur, Centre de philosophie du droit, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals