Navigation – Plan du site

Verrouillage du système semencier et enjeux de sa réappropriation

Julie Hermesse, Corentin Hecquet et Pierre M. Stassart
p. 8-17

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Un paradigme fixiste
Enjeux de la réappropriation du système semencier

Aperçu du texte

La sélection et la multiplication des semences font l’objet d’activités expérientielles et expérimentales depuis des siècles. Paysans, aristocrates, moines, chamans, prêtres et, plus tard, scientifiques et entreprises semencières, s’y sont attelés. La période suivant la Deuxième Guerre mondiale marque, pour une large proportion du système agricole mondial, le passage de l’agriculture domestique à la modernisation agricole aux visées productivistes [Bonneuil et Thomas 2009]. Les semences deviennent un bien marchand, un produit dont les paramètres sont garantis, prédéfinis et circonscrits (entre autres afin de limiter les risques de fraudes des agriculteurs). Dès le xixe siècle déjà, afin de cerner et de définir les variables d’une semence, les maisons de semences et les scientifiques développent la notion de « variété ». Pour y parvenir, au sein de leur laboratoire, ils analysent, classent, sélectionnent ce que produisent leurs champs expérimentaux et créent des banques de semences. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Hermesse, Corentin Hecquet et Pierre M. Stassart, « Verrouillage du système semencier et enjeux de sa réappropriation », Études rurales, 202 | 2018, 8-17.

Référence électronique

Julie Hermesse, Corentin Hecquet et Pierre M. Stassart, « Verrouillage du système semencier et enjeux de sa réappropriation », Études rurales [En ligne], 202 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/14909

Haut de page

Auteurs

Julie Hermesse

politiste, chargée de recherche, Laboratoire d’anthropologie prospective, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve

Corentin Hecquet

sociologue, doctorant, unité Socio-économie, environnement et développement, université de Liège, Arlon

Pierre M. Stassart

agronome et sociologue, unité Socio-économie, environnement et développement, université de Liège, Arlon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals