Navigation – Plan du site

Variétés végétales et races animales

De l’accès libre à l’appropriation, et à la (re)mobilisation des communs
Plant varieties and animal breeds: From free access to appropriation and (re)turning to the commons
Fréderic Thomas, Julie Labatut et Gilles Allaire
p. 98-119

Résumés

Cet article compare les régimes d’accès aux ressources génétiques végétales et animales. Les premières relèvent de régimes qui en garantissent le libre accès, tandis que les secondes font plutôt l’objet d’actions collectives s’apparentant à des commons au sens de Elinor Ostrom. Alors que le libre accès aux ressources génétiques végétales est en crise à cause de la brevetabilité des gènes qui réclame des mécanismes de compensation et de partage des avantages difficiles à mettre en place, l’article montre que les commons autour des « races animales » constituent une importante source d’inspiration pour sortir de la crise du libre accès aux ressources génétiques végétales.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Gouverner l’accès et l’utilisation des ressources génétiques
Les ressources génétiques végétales : le modèle de l’accès libre au domaine public
La gestion des races animales entre communs, patrimoine et intérêt général
Érosion du domaine public et résilience des communs
La brevetabilité des plantes et l’érosion du domaine public
Les effets de la génomique animale
Les commons contre l’exclusivisme de la propriété intellectuelle ?
Les systèmes traditionnels d’échange de semence, des commons en devenir
Les réseaux polycentriques des commons locaux globaux
Articulation des communs locaux avec l’ordre public du libre accès
Conclusion

Aperçu du texte

Brebis de race locale Manech Tête Noire (Pyrénées atlantiques, 2011)

Brebis de race locale Manech Tête Noire (Pyrénées atlantiques, 2011)

Photo : M. Lupepe

La professionnalisation des activités de sélection génétique des animaux et des plantes constitue un des leviers de la forte croissance de la production agricole au xxe siècle. Son revers a été une grave érosion de la biodiversité en général et, particulièrement, de celle des plantes cultivées et des races animales. Ceci explique que la conservation des ressources génétiques soit devenue une « préoccupation commune de l’humanité » (Convention sur la diversité biologique : CDB) à partir de la deuxième moitié du siècle dernier et ait fait l’objet de grandes conventions internationales comme la CDB en 1992 et le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’agriculture et l’alimentation (Tirpaa) en 2001. À côté de ces grandes conventions, les États et les différents utilisateurs des ressources génétiques s’organisent également pour les gérer en combinant g...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fréderic Thomas, Julie Labatut et Gilles Allaire, « Variétés végétales et races animales », Études rurales, 202 | 2018, 98-119.

Référence électronique

Fréderic Thomas, Julie Labatut et Gilles Allaire, « Variétés végétales et races animales », Études rurales [En ligne], 202 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/14997 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.14997

Haut de page

Auteurs

Fréderic Thomas

historien, chargé de recherche, Patrimoines locaux et gouvernance (UMR 208), Institut de recherche pour le développement, Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Julie Labatut

chargée de recherche en sciences de gestion, Agir (UMR 1248), Institut national de recherche agronomique, Toulouse

Gilles Allaire

économiste, directeur de recherche honoraire, nstitut national de recherche agronomique

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals