Navigation – Plan du site
Varia

Des cultures foncièrement différentes

Usages de la terre chez les Amérindiens et les migrants haïtiens en Guyane
Different cultural approaches: Agricultural land use by indigenous people and Haitian migrants in French Guiana
Marianne Palisse et Damien Davy
p. 158-177

Résumés

Cet article analyse et compare les stratégies d’accès au foncier agricole des Amérindiens et des migrants haïtiens en Guyane française, et interroge la manière dont s’organise dans l’espace la multiculturalité guyanaise. Les Amérindiens revendiquent la propriété collective de la terre comme une reconnaissance de leur autochtonie et de leur différence culturelle. Les Haïtiens, pour leur part, s’efforcent d’accéder individuellement au foncier pour cultiver des jardins qui sont parfois leur seule source de revenus et qui peuvent devenir le support d’une insertion sociale et économique. Au-delà de ces différences, les deux groupes pratiquent une agriculture mélangée sur de petites parcelles bien adaptée au milieu amazonien mais peu encouragée par les pouvoirs publics.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Terres domaniales, autochtones et migrants
L’emprise foncière de l’État
Les Amérindiens et le dispositif des zones de droits d’usage collectifs
Migrants haïtiens : un accès à la terre inscrit dans l’informalité
Reconnaissance de la différence ou insertion sociale ?
Les spécificités culturelles au cœur des revendications amérindiennes
Pour les Haïtiens, l’accès à la terre comme une insertion économique
Divergences des objectifs et des stratégies
Les convergences
Reconnaissance et redistribution : deux dimensions inséparables de la justice
Une agriculture familiale, un autre modèle économique ?

Aperçu du texte

La question foncière apparaît à plusieurs reprises dans les revendications portées par le collectif Pou Lagwiyann Dekole lors du mouvement social de mars-avril 2017 en Guyane [Mam Lam Fouck et Moomou 2017]. Cependant, une lecture des différents cahiers de revendications amène rapidement à percevoir des tensions entre les acteurs de la scène guyanaise. Ainsi, le collectif des Autochtones de Guyane enjoint le gouvernement dans un communiqué « de surseoir à la demande du collectif Pou la Gwiyann Dekole concernant la rétrocession totale des terres du domaine de l’État à la collectivité territoriale de Guyane » et précise que « cette légitimité revient aux seuls peuples amérindiens de Guyane au sens de la convention n°169 de l’OIT » (Organisation internationale du travail). Ce collectif s’oppose ainsi à la transmission du foncier aux collectivités locales, pourtant réclamée par d’autres acteurs du mouvement social.

Ce désaccord n’est qu’un exemple des nombreux débats que suscite la questi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Palisse et Damien Davy, « Des cultures foncièrement différentes », Études rurales, 202 | 2018, 158-177.

Référence électronique

Marianne Palisse et Damien Davy, « Des cultures foncièrement différentes », Études rurales [En ligne], 202 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/15134 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.15134

Haut de page

Auteurs

Marianne Palisse

anthropologue, maître de conférences, Université de Guyane, Laboratoire écologie, évolution, interactions des systèmes amazoniens (USR 3456), Cayenne

Damien Davy

anthropologue, ingénieur de recherche, Laboratoire écologie, évolution, interactions des systèmes amazoniens (USR 3456), Cayenne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals