Navigation – Plan du site

Conserver les maïs mexicains 

La diversité bio-culturelle et ses ambiguïtés
Preserving Mexican maize: Biocultural diversity and its ambiguities
Jean Foyer et Nicolas Ellison
p. 120-139

Résumés

Cet article interroge les ambiguïtés des constructions identitaires, entre défense de l’environnement et défense des populations autochtones à travers l’exemple des semences de maïs chez les Nahua et les Totonaque (Sierra norte de Puebla, Mexique). Le maintien de l’agro-biodiversité n’est pas l’objectif poursuivi par ces populations autochtones mais il résulte de leur forme de reproduction socio-environnementale. La comparaison de cette conservation de « facto » des communautés rurales avec celle de « dicho » des scientifiques, des politiques ou des citoyens montre que le paradigme de la conservation de la diversité bio-culturelle repose sur un malentendu plus ou moins productif. Ce malentendu permet certes des formes de politisation contre hégémonique mais il peut sembler contre-productif quand les semences de maïs sont réduites à leur dimension symbolique (de la naturalité, de l’indianité, de la mexicanité…) qui masque les divergences du point de vue des épistémologies et des intérêts des acteurs.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Produire la communauté ou la conservation de facto
Politiques de la diversité bio-culturelle des maïs : la conservation de « dicho »
Conclusion

Aperçu du texte

Maison du maïs : banque de semences communautaire, Vierge de Guadalupe en épis.

Maison du maïs : banque de semences communautaire, Vierge de Guadalupe en épis.

Village de Zoatecpan, municipalité de Xochitlan, Sierra de Puebla (août 2016)

Photo : N. Ellison

La révolution verte, qui eut lieu au Mexique dans les années 1940, avait déjà suscité des interrogations scientifiques et politiques quant à ses conséquences sur la perte de diversité des semences, notamment dans le pays centre d’origine et de diversité du maïs [Fenzi et Bonneuil op. cit.]. Deux décennies plus tard, Efraím Hernández Xolocotzi, un des pères de l’ethnobotanique et de l’agro-écologie mexicaine, critiquait les conséquences de la modernisation agricole à marche forcée. Il montrait que le système de la milpa était, dans les conditions de vie sociales et environnementales marginales de la majeure partie des populations rurales mexicaines, un système optimal par rapport à celui diffusé par les tenants de la modernisation agricole. Il a ainsi contribué à une certaine revalor...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Foyer et Nicolas Ellison, « Conserver les maïs mexicains  », Études rurales, 202 | 2018, 120-139.

Référence électronique

Jean Foyer et Nicolas Ellison, « Conserver les maïs mexicains  », Études rurales [En ligne], 202 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/15306 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.15306

Haut de page

Auteurs

Jean Foyer

sociologue, chargé de recherche, CNRS, Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (UMR 7227), Paris

Nicolas Ellison

anthropologue, maître de conférences, EHESS, Centre d’études mexicaines et centraméricaines, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals