Navigation – Plan du site

Suivre la voie fluviale

Politiques environnementales au Canada sous le Régime français (1663-1760)
Following river routes. Environmental policies in Canada under French rule (1663-1760)
Benjamin Furst
p. 62-81

Résumés

Alors que l’abondance de l’hydrographie est mentionnée dans de nombreuses sources décrivant le Canada, colons et administrateurs s’accommodent des réalités environnementales de la colonie. De fait, dans ses tentatives pour faciliter la circulation fluviale, l’État se heurte à un manque de moyens qui limite les capacités d’aménagement. Contrairement à d’autres territoires français, il concentre son action sur les rivières et, en dépit de l’omniprésence de l’eau, il privilégie l’adaptation des pratiques plutôt que la transformation du milieu. Les mesures de gestion de l’hydrographie révèlent ainsi l’importance des initiatives locales et le contraste entre les volontés politiques affichées et les réalisations concrètes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le modèle colonial de la vallée laurentienne
D’une économie de la traite à une colonie de peuplement
La valorisation des terres dans la vallée laurentienne : défricher plutôt qu’assécher
Des canots plutôt que des canaux
« Rendre communicables tous les commerces de ces grands et vastes pays »
L’échec du canal de Lachine
L’omniprésence de la navigation
L’hydrographie du bas Saint-Laurent : une vision maritime du fleuve
Les débuts de l’hydrographie canadienne
Un besoin de cartes marines
Une intervention qui demeure limitée
Conclusion

Aperçu du texte

Le Canada est « sans contredit le pays du monde où il y a le plus d’eau », écrit Pierre François-Xavier de Charlevoix en 1744 dans son Histoire et description générale de la Nouvelle-France [1744 : 168]. Au cœur du troisième tome, au côté des descriptions des Amérindiens et de la vie des colons de Nouvelle-France, on trouve une présentation qui se veut exhaustive de l’environnement canadien, issue de l’expérience personnelle du jésuite vingt ans plus tôt. Les populations, la flore et la faune y figurent en bonne place, mais P. F.-X. Charlevoix présente également le climat, le relief et l’hydrographie de ce territoire encore mal connu des Européens.

L’intérêt du jésuite pour le réseau hydrographique n’est pas inhabituel. Dès les voyages de Samuel de Champlain, au début du xviie siècle, les cours d’eau sont omniprésents dans les récits des explorateurs, voyageurs et administrateurs, parce qu’ils le sont aussi dans leur périple. La première rencontre avec l’environnement canadien se fai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Furst, « Suivre la voie fluviale », Études rurales, 203 | 2019, 62-81.

Référence électronique

Benjamin Furst, « Suivre la voie fluviale », Études rurales [En ligne], 203 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/16049 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.16049

Haut de page

Auteur

Benjamin Furst

historien, ingénieur d'études, Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (Creast), Université de Haute-Alsace, Mulhouse

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals