Navigation – Plan du site

La conversion d’une zone humide en région agricole

La colonisation de la vallée centrale de Californie 1769-1873
Turning wetlands into farms: The colonisation of the Central Valley in California, 1769-1873
Emmanuelle Perez-Tisserant
p. 82-101

Résumés

La vallée centrale de Californie est aujourd'hui l’une des régions où l’agriculture est une des plus intensives et productives des États-Unis. Paradoxalement, au xixe siècle, il s’agissait d’une immense zone humide, d’abord évitée par la colonisation espagnole puis mexicaine, puis progressivement peuplée par des immigrants étatsuniens avant et après l’annexion de la Californie par les États-Unis en 1848. C’est à ce moment-là, à la faveur aussi de la ruée vers l’or, à proximité, que les populations amérindiennes sont éliminées ou écartées de la région. L’appropriation et l’exploitation de ces zones humides sont prises dans les débats sur les rôles respectifs des acteurs locaux, des États fédérés et de l’État fédéral dans le développement du pays. Les dispositions retenues favorisent la concentration des terres et l’appropriation de l’eau, ce qui conduit aussi à un assèchement et à une disparition de la zone humide dans la vallée centrale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La vallée centrale de Haute-Californie, repoussoir de la colonisation espagnole
L’attrait d’une région à l’écart de la colonisation mexicaine
Le développement des zones humides
Irrigation, appropriation des ressources et développement des très grandes propriétés
Conclusion

Aperçu du texte

Grues du Canada, réserve de Cosummes River, Californie (août 2015)

Grues du Canada, réserve de Cosummes River, Californie (août 2015)

Photo : B. Wick, Bureau of Land Management. Source : https://www.flickr.com/​photos/​mypubliclands/​16152979335/​

La vallée centrale de Californie est aujourd’hui l’une des régions où l’agriculture est la plus intensive et la plus productive des États-Unis. Cela s’explique notamment par les grands projets hydrauliques menés au xxe siècle, lesquels ont montré leurs limites avec la sécheresse de ces dernières années. Jusqu’à la fin du xixe siècle, cette vallée comptait pourtant lacs, deltas et rivières divisées en chenaux mouvants et marais, pouvant se transformer lors de crues en une immense étendue d’eau. Ces zones humides contrastaient avec un territoire environnant aride. Le lancement de ces grands projets comme l’aménagement de la vallée découlent de la colonisation et de l’appropriation foncière qui eurent lieu avant et surtout après l’annexion de la Californie par les États-Unis (1848)...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Perez-Tisserant, « La conversion d’une zone humide en région agricole », Études rurales, 203 | 2019, 82-101.

Référence électronique

Emmanuelle Perez-Tisserant, « La conversion d’une zone humide en région agricole », Études rurales [En ligne], 203 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/16116 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.16116

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Perez-Tisserant

maîtresse de conférences, Université Toulouse Jean Jaurès, Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals