Navigation – Plan du site
Varia

Comment les temps changent

Discordances de la temporalité chez les Businenge (Guyane française)
How times change: Temporal discordance among the Bushinengues in French Guiana
Jean Moomou
p. 148-167

Résumés

L’article propose d’examiner le rapport au temps chez les populations guyanaises de la vallée du Maroni-Lawa et du Tapanahoni des années 1960 jusqu’aux années 2000. Reposant sur une ethnographie fouillée, il analyse comment l’expérience temporelle rurale des Businenges est confrontée aux évolutions socio-économiques, politiques et culturelles portées par la ville. Il ressort de l’analyse, deux aspects du temps : le premier relève de l’immuabilité et de l’irréversibilité (« temps déjà-là ») et le second (temps des hommes) renvoie au « changeant » ou à une succession de changements, en relation avec le vécu biologique, psychologique et social. Ce texte insiste aussi sur les causes et les conditions éventuelles de résolution des conflits de temporalité, issus notamment de cette interférence entre deux espaces culturels (monde businenge versus monde urbain) aux modes de vie opposés.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Considérations d’ordre méthodologique et premiers signes d’une mutation du temps social
Le rapport à la ville, comme condition de reformulation du temps social
« Un pied au village, un pied dans la ville » : conflits de temporalités
Conditions d’une possible négociation des temps

Aperçu du texte

Des kapiten (chefs) devant le hangar mortuaire lors d'une levée de deuil, le 23 avril 2017 (Boniville, Guyane française).

Des kapiten (chefs) devant le hangar mortuaire lors d'une levée de deuil, le 23 avril 2017 (Boniville, Guyane française).

Photo : J. Moomou.

La société de consommation et son rythme accéléré se sont imposés au monde occidental [Josèphe 2008], dont la France et les Pays-Bas. Il en est allé de même dans les régions côtières des Guyanes (Guyane française et République du Surinam) où la vie des Businenge (littéralement « Noirs des bois ») a été transformée avec l’apparition du moteur hors-bord dans les années 1960. Le terme « Businenge » désigne un ensemble de groupes socioculturels, comprenant notamment les Saamaka, les Matawai, les Kwinti, les Dyuka, les Pamaka (Paamaka) et les Boni. Il s’agit de descendants d’esclaves africains, ayant fui les plantations et le régime Hollandais développé au Surinam (1712-1830). À partir de la seconde moitié du xixe siècle, ces hommes et ces femmes ont réinterprété leur mode de vie à partir des réminiscences ouest-africaine...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Moomou, « Comment les temps changent », Études rurales, 203 | 2019, 148-167.

Référence électronique

Jean Moomou, « Comment les temps changent », Études rurales [En ligne], 203 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/16217 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.16217

Haut de page

Auteur

Jean Moomou

historien, maître de conférences, Université des Antilles, Archéologie industrielle, histoire et patrimoine / géographie, développement, environnement de la Caraïbe, Martinique

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals