Navigation – Plan du site

Législation néolibérale et privatisation de la nature

L’irréversible assèchement des zones humides andines (nord du Chili)
Neoliberal legislation and the privatisation of nature: The irreversible dewatering of Andean wetlands in northern Chile
Manuel Méndez et Hugo Romero
p. 126-146

Résumés

Les régions chiliennes les plus riches en gisements miniers sont, à la fois, les plus arides au monde (le désert d’Atacama, nord du Chili) et le théâtre de profonds conflits autour de l’usage de l’eau. En effet, la législation néo-libérale a conduit l’État chilien à accorder aux compagnies minières l'exploitation des eaux d’Atacama. Ainsi, l’entreprise Cerro Colorado a obtenu dès 1982 les autorisations légales d'exploitation des eaux souterraines de Pampa Lirima (hauts plateaux andins, région de Tarapacá). L’asséchement de la zone humide de Lagunillas, constaté dès les années 2000, suite d’intensifs pompages, a également engendré de fortes tensions intercommunautaires. À partir de cet exemple, cet article montre le rôle des législations comme outils de colonisation territoriale porté par un discours d’utilité nationale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Un contexte hydro-climatique variable
Administration coloniale et État moderne dans les hauts plateaux de Tarapacá
Législation néolibérale, nature et privatisation de l’eau
Zone humide de Lagunillas : appropriation, dépossession et conflits communautaires
Conclusion

Aperçu du texte

Bergers avec leur troupeau de lamas à Cancosa (nord du Chili).

Bergers avec leur troupeau de lamas à Cancosa (nord du Chili).

Photo : M. Méndez.

À partir des années 1980 la production minière chilienne a explosé. Celle de cuivre a transformé le pays en l’un des principaux territoires miniers au monde et provoqué de multiples problèmes environnementaux, en particulier des conflits liés à l’eau [Folchi 2003 ; Romero et al. 2012]. En effet, les plus grands gisements exploités ou potentiels sont localisés dans le nord du Chili, dans le désert d’Atacama réputé pour être le plus aride de la Planète. Après avoir pris le contrôle de l’eau, les grandes exploitations minières à présent la surexploitent. Dans le même temps, l’assèchement des rivières, des cours d’eau et des zones humides ainsi que les conflits avec les communautés locales et autochtones n’ont été que peu médiatisés malgré leur récurrence et leur importance. Cependant, au fur et à mesure des années, la population chilienne s’est mobilisée pour demander à l’État ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Méndez et Hugo Romero, « Législation néolibérale et privatisation de la nature », Études rurales, 203 | 2019, 126-146.

Référence électronique

Manuel Méndez et Hugo Romero, « Législation néolibérale et privatisation de la nature », Études rurales [En ligne], 203 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/16320 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.16320

Haut de page

Auteurs

Manuel Méndez

doctorant du Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire (UMR 6566), Université de Rennes 2 et de l’Instituto de Arqueología y Antropología, Université catholique du Nord (Chili)

Hugo Romero

géographe, professeur associé au département de géographie, Université du Chili, Santiago du Chili

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals