Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Classe, genre et représentation p...

Classe, genre et représentation politique,

Saint-Laurent du Maroni, Guyane (1949-1983)
Political representation, in St-Laurent du Maroni (French Guiana) from 1949 to 1983
Stéphanie Guyon
p. 22-41

Résumés

Cet article porte sur l’évolution de la représentation politique locale à Saint-Laurent du Maroni (Guyane) de 1949 à 1983. En vertu de la supériorité des Créoles consacrée dans la période coloniale, l’espace politique a d’abord été investi et aménagé par eux. Toutefois les élites coloniales créoles ne conservent pas le pouvoir politique dans la commune. Le niveau de diplôme, la compétence administrative et l’affiliation à un parti politique viennent ainsi concurrencer les ressources traditionnelles de la grande bourgeoisie commerçante créole et permettent aux membres des classes moyennes d’être élus. Ce renouvellement du personnel politique a modifié la place des femmes créoles dans les institutions politiques locales. Si du temps des notables, elles faisaient campagne dans les maisons, dans la sphère privée et à travers leur réseau catholique, elles apparaissent désormais dans l’espace public et accèdent au mandat.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Du bourgeois au directeur d’école
Déclin de la domination politique de la bourgeoisie antillaise
Genre et mobilisation électorale notabiliaire
Genre et hiérarchies coloniales à l’épreuve de la politisation
La spécialisation politique des femmes du patronage
L’adhésion des classes populaires créoles d’origine antillaise au PSG
Conclusion

Aperçu du texte

Avenue du Général-de-Gaulle, Saint-Laurent du Maroni en 1966.

Avenue du Général-de-Gaulle, Saint-Laurent du Maroni en 1966.

Photo : @ Fonds A. Heurtet.

L’abolition française de l’esclavage a provoqué, l’effondrement progressif de l’économie de plantation en Guyane dans la seconde moitié du xxe siècle et le départ des colons blancs. Dès lors, le terme de « créole », qui englobait toute descendance locale de populations importées dans un cadre colonial, désigne uniquement les descendants des esclaves. Il comprend au xixe et au premier xxe siècle les Créoles caribéens issus des migrations aurifères (Saint-Luciens, Martiniquais et Guadeloupéens), les migrants coloniaux (Chinois et plus marginalement Libanais) et les quelques bagnards ayant survécu à leur peine. Dans la seconde moitié du xixe siècle, les Créoles sont devenus citoyens et ont accédé aux droits politiques et aux droits civils communs. Les Amérindiens et les Noirs-marrons, considérés comme « primitifs », sont exclus de la citoyenneté. Comme dans de nombreux ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Guyon, « Classe, genre et représentation politique, », Études rurales, 204 | 2019, 22-41.

Référence électronique

Stéphanie Guyon, « Classe, genre et représentation politique, », Études rurales [En ligne], 204 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 29 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/16553 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.16553

Haut de page

Auteur

Stéphanie Guyon

politiste, maîtresse de conférences, Université de Picardie-Jules Verne, Centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique – Epistémologie des Sciences Sociales (UMR 7319), Amiens

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search