Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Du notable à la petite bourgeoisie

Du notable à la petite bourgeoisie

Sociologie des élus ruraux du Châtillonnais (xixe-xxie siècle)
Gilles Laferté
p. 42-64

Résumés

À partir du cas du Châtillonnais (Bourgogne), cette recherche met au jour différents registres de légitimité politique dans le temps et selon le niveau électoral des élus ruraux. Dans ces campagnes françaises, un long xixe siècle est dominé par les « notables », dont le déclin à l’échelle nationale devient plus criant au début du xxe siècle. Ce déclin permet l’accès au pouvoir politique du monde agricole, notamment aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Puis, les années 1970 se caractérisent par la montée d’une nouvelle petite bourgeoisie profitant de la création des instances intercommunales et d’une professionnalisation politique. Si les évolutions des deux siècles derniers illustrent un processus de démocratisation du corps des élus, cette démocratisation n’est ni linéaire, ni limitée et finalement réversible.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les notabilités terriennes, industrielles et républicaines du xixe siècle
Notables terriens, notables industriels
Émergence de notables républicains ?
Derrière le notable, la République des commerçants
Les grands élus : notables et pouvoirs agricoles émergents
La République des agriculteurs du xxe siècle
Domination politique des agriculteurs dans un désert « d’éléments valables » 
Une domination corporatiste
Désintérêt des élites agricoles et nouvelles petites bourgeoisies à la campagne
Déclin de la domination politique agricole depuis les années 1970
Les grands élus ou la limite du recrutement agricole en politique

Aperçu du texte

La maison Brisset (construite en 1843) à Échalot, Côte-d’Or (novembre 2018).

La maison Brisset (construite en 1843) à Échalot, Côte-d’Or (novembre 2018).

Photo : G. Laferté

En suivant l’évolution du xixe siècle à nos jours de la sociologie des élus d’une zone rurale française, le Châtillonnais, nous pouvons identifier différents registres de légitimité politique dans le temps et selon le niveau électoral, des élus municipaux, cantonaux et nationaux, distinguant petits et grands élus. Dans les campagnes françaises, un long xixe siècle est dominé par les « notables » [Phélippeau 1999], dont le déclin à l’échelle nationale se fait plus criant au début du xxe siècle, conséquence de la professionnalisation politique [Halévy 1930]. Mais pour les mondes ruraux, marqués par la non-création d’administration à la différence de la multiplication des services municipaux dans les grandes villes [Dumons et al. 1997] et par une faible prise des appareils partisans sur les carrières locales, la professionnalisation politique est décalée et reste ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Laferté, « Du notable à la petite bourgeoisie », Études rurales, 204 | 2019, 42-64.

Référence électronique

Gilles Laferté, « Du notable à la petite bourgeoisie », Études rurales [En ligne], 204 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 29 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/16697 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.16697

Haut de page

Auteur

Gilles Laferté

sociologue, directeur de recherche, Inra, Centre d’économie et de sociologie appliqués à l’agriculture et aux espaces ruraux (UMR 1041), Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search