Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Le DGS et l’ « élu-Jean-Pierre-Pe...

Le DGS et l’ « élu-Jean-Pierre-Pernaut »

Une analyse des stéréotypes des dirigeants sur les élus ruraux
The chief executive and the “country bumpkin” politician: An analysis of directors’ stereotypes about rural elected officials
David Guéranger
p. 104-121

Résumés

On s’intéresse ici aux stéréotypes sur la politique en milieu rural, en particulier à ceux tenus sur les élus ruraux par de proches collaborateurs, les directeurs généraux des services. L’article montre que ces stéréotypes (incompétence, apolitisme, conservatisme) peuvent s’interpréter non comme une forme de défiance ou de mépris vis-à-vis du personnel politique, mais au contraire comme une manière de donner un sens aux difficultés nombreuses qui surgissent dans le travail avec les élus, qui sont tout à la fois recruteurs, donneurs d’ordre et collaborateurs. Les mondes politiques ruraux offrent, sous cet angle, un point de vue heuristique sur la division du travail politique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les menaces sur les carrières
Les frustrations du dirigeant dirigé
La division ambivalente du travail administratif
Conclusion

Aperçu du texte

Directeur général des services et élu rural forment un duo, parfois atypique.

Directeur général des services et élu rural forment un duo, parfois atypique.

Dessin : M. Hassan.

Les activités politiques dans les espaces ruraux sont saturées de points de vue ordinaires qui composent une large gamme des manières de qualifier – et de disqualifier – l’archaïsme en politique : le repli sur soi ou sur sa communauté, l’immobilisme ou la stagnation, le délaissement ou l’abandon, l’arriération ou l’incompréhension, l’opposition ou la réaction. Pour partie, on peut interpréter la force de ces stéréotypes les plus tenaces sur les mondes politiques ruraux comme le symptôme d’une méconnaissance, entretenue par la mise à distance et le désinvestissement, à l’image d’un champ académique qui a longtemps délaissé ces espaces [Mischi et Renahy 2008]. On peut supposer que les représentations médiatiques dominantes alimentent également ces stéréotypes, à l’instar du sort réservé aux « banlieues ». Mais comment les interpréter lorsqu’elles sont entretenue...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Guéranger, « Le DGS et l’ « élu-Jean-Pierre-Pernaut » », Études rurales, 204 | 2019, 104-121.

Référence électronique

David Guéranger, « Le DGS et l’ « élu-Jean-Pierre-Pernaut » », Études rurales [En ligne], 204 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/16902 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.16902

Haut de page

Auteur

David Guéranger

politiste, maître de conférences, École des Ponts ParisTech, Laboratoire, techniques, territoires et sociétés (UMR 8134), Marne-la-Vallée

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search