Navigation – Plan du site

AccueilNuméros207Lyon et ses vaches laitières (déb...

Lyon et ses vaches laitières (début xxe s.)

Lyon and its dairy cows (early 20th century)
Claire Delfosse
p. 52-75

Résumés

Dès la fin du xixe siècle, les animaux de rente, dont les vaches laitières, tendent à devenir incompatibles avec la vie urbaine et ses activités. À Lyon et dans les communes suburbaines, les vaches laitières sont tolérées jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale afin de garantir l’approvisionnement en lait des nourrissons et des malades. Toutefois les vaches laitières approvisionnant Lyon sont de plus en plus éloignées de la ville et dessinent ce que l’on dénomme le bassin laitier lyonnais. Ce dernier est « commandé » par la ville. En effet, le lait revêtant des enjeux sanitaires et alimentaires importants, les élites urbaines cherchent à contrôler les vaches laitières du bassin laitier jusqu’aux années 1960. Les hygiénistes sont au cœur de ces débats et encouragent la municipalisation du lait.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keyword :

Lyon, food delivery, hygienism, milk, cows
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Des vaches en ville
Du cœur de la ville à ses marges
Une grande diversité de propriétaires de vaches laitières urbaines et suburbaines
Le recul ou l’élevage entre rural et urbain ?
Le bassin laitier lyonnais : des vaches pour la ville
Les vaches contrôlées par la ville ?
Les vaches et les hygiénistes
La municipalisation du lait : les vaches de la ville
Conclusion

Aperçu du texte

La ville « moderne » s’est construite en opposition à la campagne et à ses représentations. Les animaux de rente disparaissent des grandes villes d’Europe et d’Amérique du Nord, à partir du début du xxe siècle. Cela s’explique par l’arrivée de l’automobile qui remplace les chevaux, l’évolution de l’agriculture, et l’influence des théories hygiénistes. La ville refoule les animaux d’élevage [Atkins 2012], y compris ceux nécessaires à son alimentation [McNeur 2014]. Si elle est spectaculaire, cette disparition se déroule par étapes : coexistence de citadins et d’animaux (approvisionnement alimentaire), puis enfermement dans des étables ou lieux dédiés et, enfin, un rejet aux marges, puis à l’extérieur de la ville, de plus en plus loin. Toutefois, l’éloignement progressif des vaches ne signifie pas que la « ville » ne cherche pas à les contrôler, car elles fournissent le lait, aliment devenu indispensable à la sécurité alimentaire des citadins et notamment des enfants.

Carte postale de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Delfosse, « Lyon et ses vaches laitières (début xxe s.) », Études rurales, 207 | 2021, 52-75.

Référence électronique

Claire Delfosse, « Lyon et ses vaches laitières (début xxe s.) », Études rurales [En ligne], 207 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/25129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.25129

Haut de page

Auteur

Claire Delfosse

géographe, professeur, université de Lyon-2, Laboratoire d’études rurales (EA 3728), Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search