Navigation – Plan du site

AccueilNuméros207Quand les chèvres quittent la médina

Quand les chèvres quittent la médina

L’élevage caprin tiraillé entre urbain et rural à Chefchaouen (Maroc)
When the goats leave the medina. An urban/rural tug-of-war urban in Chefchaouen (Morocco)
Isabelle Jabiot
p. 120-145

Résumés

Basé sur une enquête ethnographique à Chefchaouen, cet article montre que l’élevage caprin urbain est, dans le contexte actuel de développement croissant de la ville, assorti d’une forte dimension rurale. Bien qu’historiquement légitime au sein de cette petite cité marocaine de montage, il est progressivement soumis à une dynamique d’extériorisation, de déplacement vers l’espace périurbain et de plus en plus cantonné au référent paysan auquel il renvoie. L’élevage et les éleveurs sont ainsi l’objet d’un tiraillement entre urbain et rural, entre valorisation et dévalorisation. C’est pourtant bien grâce à la co-présence de ces deux caractéristiques que le jben, fromage frais, est valorisé dans tout le Maroc permettant à l’élevage urbain de perdurer.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keyword :

Chefchouen, Morocco, goat, breeding, rurality, peasant
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

L’élevage, une activité citadine
Tiraillement entre urbain et rural
La paradoxale image de la ruralité
Conclusion

Aperçu du texte

À Chefchaouen, petite cité de montagne du Rif occidental marocain, les bêlements des chèvres et des boucs font encore partie du paysage sonore. Matin et soir, les troupeaux défilent dans les ruelles ou sur les routes pour rejoindre leur zone de pâture (espaces verts urbains, forêt), puis pour retrouver leur étable. Depuis les années 1990, on observe une nette réduction de l’élevage caprin, qui se répartit désormais schématiquement entre les hommes, pratiquant un élevage laitier en zone périurbaine avec des troupeaux de taille conséquente (de 50 à 100 têtes) et les femmes, assurant une activité complémentaire de type familial avec des chèvres de race locale et des troupeaux modestes (20 têtes maximum). Toujours présents à l’intérieur de la ville, les chèvres et les boucs rejoignent donc progressivement l’espace périurbain. Ce ne sont d’ailleurs pas les seuls animaux élevés ici. Se retrouvent également dispersés en divers points de la ville poulaillers, pigeonniers et clapiers sur les...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Jabiot, « Quand les chèvres quittent la médina », Études rurales, 207 | 2021, 120-145.

Référence électronique

Isabelle Jabiot, « Quand les chèvres quittent la médina », Études rurales [En ligne], 207 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/25273 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.25273

Haut de page

Auteur

Isabelle Jabiot

Ethnologue, postdoctorante, Lieux, identité, espace et activités (UMR CNRS 6240), Université de Corse, Corte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search