Navigation – Plan du site

AccueilNuméros207Peut-on manger les jardiniers ?

Peut-on manger les jardiniers ?

Les paradoxes de l’écopâturage urbain : le cas de Nantes
What if we ate our gardeners? The paradoxes of urban eco-grazing in Nantes (France)
Marlène Lagard
p. 168-189

Résumés

En s’appuyant sur le cas de Nantes, l’objectif de cet article est de rendre compte des recompositions de l’élevage liées à l’utilisation croissante d’animaux pour gérer des espaces verts urbains. Si l’écopâturage fait consensus eu égard aux services environnementaux, sociaux, pédagogiques et économiques qu’il procure, sa compréhension comme activité d’élevage productif est problématique. Tantôt compris comme une prestation de service d’entretien paysager, tantôt comme un service écologique de nature agricole, ce pâturage des villes interroge la possibilité d’une renaissance de l’élevage urbain en France, dans un contexte paradoxal de remise en cause de l’élevage et de valorisation de la présence animale en ville. Dans quelle mesure le pâturage urbain de gestion – ou écopâturage – incarne-t-il le paradoxe d’un retour des animaux d’élevage en ville sans élevage urbain ?

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Définir l’écopâturage urbain à travers le cas nantais
Un retour des animaux d’élevage en ville
Étude de la métropole nantaise : terrain et méthode
Agriculture, écologie ou service paysager
Géographie et typologie des écopâturages nantais
Des troupeaux agricoles aux « tondeuses écologiques »
Petits arrangements avec la mort animale
Des jardinies attachants 
Composer avec le tabou de l’élevage urbain
Conclusion

Aperçu du texte

Nos animaux sont tellement regardés, les enfants voient les agneaux, s’y habituent, on ne peut pas les retirer d’un jour à l’autre pour les emmener à l’abattoir. En écopâturage, dire que je fais de l’élevage avec une filière viande, ça ne passe pas. [Éleveur de brebis en région nantaise, mai 2019]

Sur le territoire de Nantes Métropole, plus de 600 herbivores sont engagés dans des missions d’écopâturage et contribuent à l’entretien de parcs, pelouses, talus, friches et zones humides de la ville. Le pâturage contribue aujourd’hui à la gestion différenciée des espaces verts d’un nombre croissant de collectivités territoriales et d’entreprises après avoir été expérimenté pour la gestion d’espaces naturels classés et protégés dans les années 1980. Il permettait alors à des bergers sans terre de bénéficier de ressources alimentaires pour soutenir leur activité d’élevage. Cependant, on observe aujourd’hui une spécialisation des humains et des animaux dans l’écopâturage. Il se transforme en ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlène Lagard, « Peut-on manger les jardiniers ? », Études rurales, 207 | 2021, 168-189.

Référence électronique

Marlène Lagard, « Peut-on manger les jardiniers ? », Études rurales [En ligne], 207 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/25430 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.25430

Haut de page

Auteur

Marlène Lagard

géographe, doctorante, université Paris-Est Créteil, Créteil

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search