Navigation – Plan du site

AccueilNuméros207VariaLa vitiviniculture « nature » et ...

Varia

La vitiviniculture « nature » et ses risques

De la liberté recouvrée aux actes de résilience
A taste for risk. Freedom and resilience among growers of “natural” wines
Christelle Pineau
p. 190-208

Résumés

Cet article analyse les perceptions liées aux risques dans la vitiviniculture « nature » qui repose sur la non-utilisation de produits chimiques de synthèse et sur le principe de la moindre intervention. Ces façons d’accompagner la vigne et la vinification dans une forme d’autonomie comportent une prise de risque conséquente, augmentée dans le contexte contemporain par les modifications climatiques. La gestion des risques inhérents à cette pratique et l’accélération des changements conduisent les vignerons à inventer des parades tant techniques que spirituelles. Elles induisent aussi une disposition mentale d’adaptation proche de la notion de résilience aidée en cela par la valorisation de la notion de liberté. Dans cette posture « active indirecte », les vignerons apprennent à côtoyer le risque.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

L’importance redonnée à la terre
Vinification accompagnatrice
La proximité des êtres
La course contre et avec le temps
Conclusion

Aperçu du texte

Pulvérisation de valériane contre le gel, domaine de la Paonnerie, Loire-Atlantique.

Pulvérisation de valériane contre le gel, domaine de la Paonnerie, Loire-Atlantique.

Photo : M. Carroget.

Un réseau de vignerons « nature », élaborant des vins sans produits chimiques de synthèse à la vigne et à la cave, a émergé au début de ce troisième millénaire. Leurs façons de faire empruntent aux savoirs anciens issus du sensible mais s’appuient aussi sur les travaux relevant des sciences académiques [Pineau 2019]. Dans un contexte de changement climatique qui accentue les risques, augmente le sentiment d’incertitude et agit sur le cycle du végétal, ces pratiques exposent davantage ces professionnels dont l’aléa réside au cœur de leur choix de vie. Or, cette double pression semble pouvoir être compensée par la valorisation de leur liberté recouvrée, suite à leur émancipation du modèle de vitiviniculture dominante, mais aussi par le plaisir de réintroduire du sens dans leur métier et de développer une énergie créatrice [Gorz 1988]. Ainsi, tout acte e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Pineau, « La vitiviniculture « nature » et ses risques », Études rurales, 207 | 2021, 190-208.

Référence électronique

Christelle Pineau, « La vitiviniculture « nature » et ses risques », Études rurales [En ligne], 207 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/25493 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.25493

Haut de page

Auteur

Christelle Pineau

anthropologue, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (UMR 8177), EHESS, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search