Navigation – Plan du site

AccueilNuméros208Partir pour cultiver, cultiver po...

Partir pour cultiver, cultiver pour rester 

Les entrepreneurs agricoles marocains dans la huerta provençale 
Leave to farm, farm to stay. Moroccan agricultural entrepreneurs in the huertas of Provence, France
Anne Lascaux
p. 84-103

Résumé

Une partie des ouvriers agricoles saisonniers marocains qui alimentent les exploitations de la huerta provençale deviennent des entrepreneurs agricoles. Ces derniers négocient leur insertion dans les interstices en friche d’un milieu agricole en déclin depuis plusieurs décennies. Espace périurbain, la ressource foncière y est cependant convoitée. Pour y accéder, les exploitants marocains recourent à des pratiques informelles. Ces nouveaux acteurs ruraux qui s’installent seuls travaillent dans des conditions précaires et reproduisent les rapports de force à l’œuvre dans un milieu agricole provençal en difficulté.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La huerta provençale, un monde agricole en crise
Une main-d’œuvre étrangère sous contrainte
La huerta en friche, une ressource foncière sous pression
D’ouvriers à entrepreneurs
Négocier son insertion dans les interstices ruraux
Cultiver dans la précarité : des installations sans accompagnement
Des entrepreneurs de la crise ? S’installer en toute (in)formalité
Les pratiques informelles, un tremplin pour des entrepreneurs précaires
« C’est moi le patron maintenant » 
Conclusion

Aperçu du texte

Farès, agriculteur marocain, surveille ses ouvriers préparer le camion pour le marché (été 2019, Basse Vallée de la Durance).

Farès, agriculteur marocain, surveille ses ouvriers préparer le camion pour le marché (été 2019, Basse Vallée de la Durance).

Photo : A. Lascaux.

La huerta provençale a longtemps été considérée comme un bassin de production intensif et compétitif de l’agriculture française. Ses cultures précoces et à forte valeur ajoutée en ont fait un espace agricole opulent et novateur où la ressource foncière est particulièrement exploitée. La seconde moitié du xxe siècle est cependant marquée par un lent déclin de cet espace. Désormais concurrencés par des bassins de production européens et nord-africains, les producteurs provençaux peinent à trouver des travailleurs locaux et à rentabiliser des cultures exigeantes en main-d’œuvre. Ils recrutent alors, sous forme de contrats saisonniers, des étrangers venus d’Europe du Sud et du Maghreb. Ils reportent une partie des coûts de production sur ces travailleurs flexibles et peu revendicatifs. Paradoxalement, le déclin actu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Lascaux, « Partir pour cultiver, cultiver pour rester  », Études rurales, 208 | 2021, 84-103.

Référence électronique

Anne Lascaux, « Partir pour cultiver, cultiver pour rester  », Études rurales [En ligne], 208 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 06 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/27625 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.27625

Haut de page

Auteur

Anne Lascaux

géographe, doctorante, Laboratoire Environnement Ville Société (UMR 5600), Université Jean Moulin Lyon 3, Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search