Navigation – Plan du site

AccueilNuméros210Comptes rendusMargot Lyautey, Léna Humbert et C...

Comptes rendus

Margot Lyautey, Léna Humbert et Christophe Bonneuil (dir.), Histoire des modernisations agricoles au xxe siècle

Niccolò Mignemi
p. 153-157
Référence(s) :

Margot Lyautey, Léna Humbert et Christophe Bonneuil (dir.), Histoire des modernisations agricoles au xxe sièclexxe, Rennes, Presses universitaires de Rennes (« Histoire »), 2021, 366 p.

Texte intégral

  • 1 Christophe Bonneuil, Gilles Denis et Jean-Luc Mayaud (dir.), Sciences, chercheurs et agriculture. (...)
  • 2 Une autre manière d’interpréter cet héritage, à distance d’une dizaine d’années, est proposée dans (...)
  • 3 Le colloque « Une autre histoire des modernisations agricoles au xxe siècle » s’est tenu les 15 et (...)

1En 2008, Christophe Bonneuil codirigea un ouvrage conçu à la fois comme un « plaidoyer pour une histoire sociale des sciences et des techniques agronomiques »1 et comme un texte programmatique attirant l’attention sur les nouvelles sources que le Comité d’histoire de l’Institut national de la recherche agronomique commençait à rendre disponibles. Il publie aujourd’hui, en collaboration avec Margot Lyautey et Léna Humbert, un nouveau volume collectif qui reprend ce premier appel à sortir d’un récit linéaire du progrès pour en étudier plutôt les lieux, les institutions et les acteurs2. L’objectif affiché dès l’introduction est, en effet, de s’engager dans « une histoire plurielle et post-téléologique […] des modernisations agricoles réellement advenues » (p. 16-17), à travers vingt et une contributions issues en grande partie d’un colloque organisé en 2017 à Paris3.

2Ce n’est donc pas un simple recueil de textes qui est proposé, mais l’inscription de ces derniers dans un cadre interprétatif bien précis, sur un sujet aujourd’hui au cœur des débats publics en matière de développement et d’environnement. Une grille en cinq points est même présentée dans l’introduction, pour saisir la catégorie de modernisation agricole dans sa pluralité, au-delà de l’opposition binaire et stérile du progrès à la tradition, de l’innovation à la conservation. Le lecteur est invité à abandonner les perspectives unidimensionnelles pour explorer plutôt la diversité des déclinaisons observables. Il s’agit, aussi, de fournir un socle commun capable de caractériser ces processus résultant conjointement d’une rationalisation fondée sur des savoirs technoscientifiques, d’une insertion de l’agriculture dans le capitalisme industriel, d’une transformation des formes d’organisation des sociétés rurales, d’une mutation anthropologique des modes de vie dans les campagnes, d’une altération des flux de matière et d’énergie à l’échelle des territoires (p. 16-17).

3Le volume entend alors se placer à contre-pied des lectures tantôt légitimantes tantôt dénonciatrices du schéma modernisateur, mais qui resteraient fondamentalement tributaires « d’une histoire des vainqueurs » (p. 11). Comme annoncé en introduction, ces travaux seraient prisonniers d’un décalage permanent dans l’analyse des dynamiques de transformation, c’est-à-dire qu’ils auraient tendance à explorer un horizon des possibles désormais fermé et s’intéresseraient aux conflits quand les positions sont déjà largement figées. Sans vouloir soustraire l’historiographie des campagnes et de l’agriculture à des critiques souvent nécessaires et toujours bénéfiques, c’est avant tout la reconstruction et l’utilisation du passé par les autres sciences sociales (principalement la sociologie, la géographie, l’économie et la science politique) qui semblent être mises en cause ici, du moins si on se fie aux références bibliographiques citées dans les notes du texte introductif.

4Bien entendu, sonner le rappel au « métier d’historien » n’exclut pas l’inter-fertilisation entre les domaines et les disciplines, qui est identifiée à la fois comme un patrimoine de la tradition française des études rurales et une piste à maintenir ouverte dans le futur. Ce sont pourtant trois courants historiens, qui auraient porté le renouveau au cours des vingt dernières années et dont l’ouvrage s’inspire (p. 8-16) : l’histoire des sciences (avec son attention à la pluralité des options et des futurs sociotechniques), l’histoire environnementale (dans sa volonté d’interroger l’idée d’une séparation des ordres de la nature et de la société) et la démarche prosopographique et socio-historique indispensable à l’étude des logiques sociales du développement rural. Un périmètre de lectures et de méthodes émerge ainsi, sur lequel le volume s’appuie et que les contributeurs semblent partager en grande partie. La cohérence du projet éditorial se trouve d’ailleurs renforcée par le choix de la France hexagonale comme terrain d’enquête où interroger la modernisation agricole sous l’angle des variations nationales et des bricolages locaux. De ce point de vue, il faut dire que l’ajout de l’adjectif « métropolitain » dans le titre aurait permis d’expliciter la volonté judicieuse du livre d’éviter les références hâtives à l’espace colonial et d’utiliser les projections internationales surtout comme des termes de comparaison.

5Outre l’unité du cadre géographique, l’organisation en cinq parties thématiques donne à l’ouvrage une structure claire et nous tenons aussi à saluer la préoccupation constante de pédagogie. En effet, des courts textes introduisent chaque section et permettront même aux non-spécialistes de se repérer facilement dans le plan d’ensemble. Si la conclusion se limite à opérer une dernière synthèse, la postface signée par deux sociologues (P. Alphandéry et A. Fortier) joue le rôle de véritable clôture. Elle invite à réfléchir sur le « grand partage » produit par la dissociation entre activité agricole et modes de gestion des écosystèmes qui marque la seconde moitié du xxe siècle.

6Cette contribution finale sur les politiques de la nature prolonge, vers des enjeux aujourd’hui au cœur de l’actualité, les effets de processus de transformation qui auraient commencé à se déployer en France à partir de l’entre-deux-guerres. Le pays s’inscrit alors dans un univers de connexions et de circulations internationales que la première partie suit sous l’angle de la diffusion de l’idéal industriel et des rationalités technoscientifiques par-delà les frontières (D. Fitzgerald ; G. Gerhard ; M. Lyautey). L’attention aux déclinaisons propres à chaque contexte national complète le tableau en explorant les cas des engrais azotés (A. Page), des innovations variétales (C. Bonneuil) et des additifs alimentaires dans l’élevage (D. Berdah).

7Les terrains français occupent ensuite la scène dès la deuxième partie. Un modèle interprétatif plus général du développement en agriculture introduit ce recentrage et propose de regarder les arrangements institutionnels dans la longue durée, en s’inspirant de la théorie économique de la régulation (G. Allaire). Les trois contributions suivantes se focalisent, en revanche, sur les mobilisations concrètes des acteurs issus des différentes administrations, des organismes professionnels, de la coopération, du secteur bancaire et des entreprises agro-industrielles. Elles approfondissent respectivement les vicissitudes du marché des céréales entre la Seconde Guerre mondiale et la Libération (A. Chatriot), le rôle du crédit comme principale forme d’intervention étatique qui accompagne la moto-mécanisation puis l’internationalisation du secteur (W. Loveluck), l’innovation technologique alimentaire en tant que paradigme capable de remodeler les sphères de la recherche, de la production, de la transformation et de la consommation au cours des années 1970 (O. Maeght-Bournay et E. Valceschini).

8Nous retrouvons cette nébuleuse hétérogène et complexe dans l’œuvre de prescription et d’adaptation de « l’Évangile modernisateur » qui fait l’objet de la troisième partie. Du monde de la profession surgit le projet, porté par la revue Paysans, de concilier les promesses d’émancipation économique et sociale avec la défense d’une identité inscrite dans la tradition (M. Gervais). Les figures intermédiaires du conseil agricole animent les initiatives locales de vulgarisation et d’expérimentation qui promeuvent la « révolution fourragère » dans les années 1950 (S. Brunier). Deux ouvrages scientifiques conduisent à interroger le lien entre connaissance et action qui est au cœur de l’épistémologie modernisatrice dominante en agronomie à la sortie de la guerre (A. G. Cohen). Derrière la rhétorique de la « révolution silencieuse » se cache toutefois un fracas de résistances et d’oppositions que la quatrième partie étudie à travers l’invisibilisation de l’humus comme objet scientifique (C. Pessis), les luttes des apiculteurs contre les traitements phytosanitaires (L. Humbert), les contestations de la logique technocratique dans la gestion du remembrement et de l’accès au foncier (V. Bivar), l’engagement de l’association Nature et progrès dans la promotion de l’agriculture biologique (A. Vrignon).

9La cinquième partie s’attelle, enfin, à explorer les variations observables localement autour du thème de la modernisation. En pointant l’attention sur l’élevage – laitier et pour la viande – elle montre comment des systèmes territoriaux d’acteurs ont réussi à contourner, à s’adapter, voire à composer avec les schémas traditionnels d’évolution. Le « modèle Aubrac » (A. Bonnaud, P. Cornu et G. Laurent), les emboucheurs du Brionnais (D. Fayard), les initiatives en réponse à l’industrialisation de la filière beurre ou pour le contrôle de l’appellation saint-nectaire (C. Delfosse et P. Le Gall) constituent autant d’histoires particulières illustrant la pluralité des façons de négocier les transformations sur la base des forces sociales mobilisables dans chaque contexte.

10Cet ouvrage collectif trace finalement les contours d’un panorama de recherches extrêmement variées du point de vue des approches, des chronologies et des échelles d’observation. La qualité des contributions réunies ne laisse pourtant aucun doute sur le fait que le volume est destiné à devenir une référence classique dans le domaine de l’histoire de l’agriculture et des campagnes françaises au xxe siècle. Ce serait d’ailleurs stérile de s’enfermer dans la recherche des thématiques manquantes ou des points aveugles d’un projet sans aucune prétention d’exhaustivité. Mieux vaut regarder les terrains qui se dessinent pour le futur et qui sont déjà en filigrane dans certaines contributions. Prendre les acteurs et les actrices de la « grande transformation » des campagnes au sérieux implique alors de rentrer dans la complexité et dans la stratification sociale des mondes du travail agricole et agroalimentaire. Comme les études sur d’autres périodes l’ont montré, les parcours de vie, les trajectoires professionnelles et les mobilités plus ou moins temporaires méritent d’être interrogés dans leur dimension individuelle, familiale et collective, car ils ne sont pas nécessairement en phase avec les conjonctures pendant lesquelles les options sociotechniques deviennent négociables.

Haut de page

Notes

1 Christophe Bonneuil, Gilles Denis et Jean-Luc Mayaud (dir.), Sciences, chercheurs et agriculture. Pour une histoire de la recherche agronomique, Versailles, Éditions Quæ, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 1.

2 Une autre manière d’interpréter cet héritage, à distance d’une dizaine d’années, est proposée dans Pierre Cornu, Egizio Valceschini et Odile Maeght-Bournay (dir.), L’histoire de l’Inra, entre science et politique, Versailles, Éditions Quæ, 2018.

3 Le colloque « Une autre histoire des modernisations agricoles au xxe siècle » s’est tenu les 15 et 16 septembre 2017 à AgroParisTech, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Niccolò Mignemi, « Margot Lyautey, Léna Humbert et Christophe Bonneuil (dir.), Histoire des modernisations agricoles au xxe siècle »Études rurales, 210 | 2022, 153-157.

Référence électronique

Niccolò Mignemi, « Margot Lyautey, Léna Humbert et Christophe Bonneuil (dir.), Histoire des modernisations agricoles au xxe siècle »Études rurales [En ligne], 210 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/30559 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.30559

Haut de page

Auteur

Niccolò Mignemi

historien, chargé de recherche, CNRS, Laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain (UMR 8236), Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search