Navigation – Plan du site
III. Figures paysannes dans un parti ouvriériste

Bibliographie générale

Michel Streith
p. 219-228

Texte intégral

1Élaborer une bibliographie sur le thème du communisme agraire revient à faire des choix embarrassants qui, de toute façon, présenteront des lacunes. En effet, chacun de ces termes donne lieu à une littérature abondante. De surcroît, associer ces deux notions oblige à croiser les perspectives thématiques, les échelles d’analyse et les ordres chronologiques. Au regard de ces contraintes, nous préciserons le parti que nous avons pris pour composer ce corpus.

2Les bibliographies déjà constituées dans les ouvrages, mémoires ou projets de recherche procèdent à des ajustements d’optique qui vont, par exemple, du national au régional, du politique au syndical, du groupe social à la biographie. Néanmoins, trois grandes lignes peuvent être dégagées.

3Tout d’abord, soulignons l’importance des travaux universitaires de type mémoire ou thèse. Sans doute faut-il y voir la volonté des directeurs de thèse d’approfondir la connaissance des relations complexes entre le fondement idéologique du PCF et les applications de sa politique dans les campagnes.

4Ensuite, et cela découle de l’observation précédente, les recherches régionales sont effectuées à l’échelle de la fédération du parti, c’est-à-dire, généralement, à l’échelle du département. Cet aspect trouble quelque peu la perception de la place des agriculteurs dans le fonctionnement local du PC. À de rares exceptions près, les paysans n’apparaissent pas en tant que tels et y sont relégués à la marge des études, y compris dans les départements ruraux.

5Enfin, la majorité des livres consacrés aux applications locales de la politique du PCF insistent sur les temps forts de la vie du parti : sa fondation, son implication dans les mouvements sociaux et son rôle pendant et après la Résistance. À l’inverse, les lignes de rupture de l’histoire de la paysannerie, notamment la fin des années vingt et le début des années soixante, ne font pas l’objet d’investigations spécifiques. Échappent cependant à cette tendance les trois ouvrages publiés par la Fondation nationale des sciences politiques [Coulomb et al. eds. 1990 ; Fauvet et Mendras eds. 1958 ; Tavernier, Gervais et Servolin eds. 1972], lesquels proposent, à la suite de diverses contributions, une chronologie détaillée de la vie sociale agricole.

6Cette alliance d’une lecture politique et économique a inspiré la présentation de notre bibliographie. Nous partons des études locales, qui reflètent, de façon précise, des interactions multiples entre l’univers social des agriculteurs et leur engagement dans le PCF. En effet, l’adhésion ou le vote communiste du paysan tient autant à la volonté de survivre à la montée du capitalisme et au désir de sauver son exploitation qu’à un choix idéologique ou partisan. En proposant une bibliographie allant du général au particulier, règle absolue dans les recueils sur le communisme agraire, on induit une lecture strictement politique du phénomène. Afin de rendre compte de toute l’épaisseur sociologique du comportement des acteurs, nous prendrons le contre-pied de cet usage.

7Ainsi, la bibliographie ci-après traite, en premier lieu, des études régionales en mettant l’accent sur les travaux de terrain (mémoires, thèses et biographies). Les ouvrages généraux prolongent la réflexion sous l’angle de l’approche politique. Enfin, un répertoire des centres de ressources rappelle l’importance des matériaux informels : archives, récits de vie, films et presse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Streith, « Bibliographie générale », Études rurales, 171-172 | 2004, 219-228.

Référence électronique

Michel Streith, « Bibliographie générale », Études rurales [En ligne], 171-172 | 2004, mis en ligne le 29 juillet 2005, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/3064 ; DOI : 10.4000/etudesrurales.3064

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals