Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jack Goody, L’islam en Europe : histoire, échanges, conflits. Paris, La Découverte, 2004, 177 p.

Yazid Ben Hounet
p. 286-288

Texte intégral

1« Il y a fort à parier que l’orientation de cet ouvrage ne trouvera pas un écho très favorable dans les cercles du pouvoir des grandes puissances. » (P. 16) Ainsi s’exprime Jack Goody dans l’introduction de ce livre engagé et qui vient fort heureusement recadrer le débat trop passionnel sur l’islam (en particulier depuis les événements du 11 septembre et l’occupation de l’Irak). Dans cet ouvrage, rédigé pour un large public et qui reprend certaines conclusions de deux livres plus denses1, Jack Goody critique le fait que l’islam soit défini en tant que civilisation « autre » par l’Europe et plus largement par l’Occident. La thèse principale qu’il défend est que l’islam, bien que souvent écarté de la tradition judéo-chrétienne, lui est en fait consubstantiel et fait également partie intégrante de l’histoire et de l’actualité de l’Europe.

2L’ouvrage se compose de quatre chapitres-articles : « Treize siècles d’échanges », « Icônes acides et nettoyages ethniques », « L’islam et le terrorisme », « Les talibans, Bamyan et nous – l’Autre des musulmans » qui abordent des question récurrentes et d’actualité à propos de l’islam. Dans le premier chapitre, le plus long, Jack Goody resitue le rôle de l’islam dans l’histoire du continent européen. Tout en récapitulant le déploiement géographique (conquêtes arabes par le sud, puis ottomanes et mongoles par l’est) et les trois axes (militaire, religieux et politique) de la pénétration de l’islam en Europe, l’auteur donne à voir la complexité et la diversité des mouvements tant humains, politiques et culturels que religieux initiés par la diffusion de l’islam. Loin de s’arrêter à la seule analyse des conquêtes militaires, Jack Goody au contraire souligne les influences et les empreintes multiples attribuables à l’expansion de l’islam en Europe. Par ailleurs, en montrant quelles ont été, sur la longue durée, les contributions de l’islam en Europe (sans pour autant omettre les situations conflictuelles), l’auteur remet en question le jugement ethnocentrique qui s’est développé au xixe siècle et qui voulait voir dans la religion musulmane un frein au progrès. Outre les apports culturels et scientifiques (architecture, médecine, astronomie…) dus aux penseurs musulmans, lesquels ont largement contribué à la transmission de l’héritage grec, il relève aussi les influences de l’islam dans des domaines jusqu’à présent peu connus, notamment l’agriculture (pp. 71 sq.), la littérature (en particulier la poésie lyrique et la littérature romantique), la musique et les techniques culinaires, ainsi que le rôle de Venise en tant que point de rencontre entre l’Orient et l’Occident. Il met également en lumière la faiblesse des explications relatives aux différences entre les valeurs de l’islam et celles de l’Europe judéo-chrétienne, notamment celles de liberté et d’égalité. Le chapitre, pour finir, traite de l’immigration. Jack Goody insiste sur le fait que l’islam est aujourd’hui une religion majeure en Europe, d’où la nécessité de compter avec elle. En s’appuyant sur les cas de l’Italie et de la France, il situe le rôle actuel de l’islam en Europe à partir de certains de ses modes d’expression (réseaux, mouvements de revendications…). Ce premier chapitre, qui constitue l’analyse la plus dense de l’ouvrage, aborde de manière assez synthétique le rôle de l’islam dans l’histoire de l’Europe. On peut arguer qu’il est difficile de relater, en une centaine de pages, treize siècles d’échanges. Mais l’entreprise habilement menée et destinée à un large public est, dans le contexte actuel, tout à fait bienvenue car elle recadre de manière très pertinente le débat concernant le rôle de l’islam en Europe. À l’opposition tranchée et schématique entre l’islam et l’Occident, Jack Goody rétorque par une analyse érudite et fine du contact et de l’échange culturel.

3Dans le deuxième chapitre, l’auteur insiste sur la religion, facteur de différenciation plus important que l’identité ethnique ou nationale, notamment dans les situations de conflits. Pour lui, la question ethnique est bien souvent « l’arbre qui cache la forêt ». Il remet ainsi en cause les conceptions qui ont longtemps dominé et qui ont déconsidéré la religion en tant que phénomène de première importance s’agissant des enjeux et antagonismes identitaires. Pour Jack Goody, la religion, en tant que système idéologique, imprègne et divise profondément les sociétés. Cette analyse ne vaut pas seulement pour l’islam, mais on comprend pourquoi la question de l’islam en Europe a suscité et suscite toujours autant de réactions. Ainsi soutient-il qu’aujourd’hui encore le « nettoyage ethnique » qui a présidé à la constitution de nombreux États est souvent – mais pas toujours – motivé par des facteurs religieux (p. 141). Abordant la question du terrorisme dans le troisième chapitre, Jack Goody rappelle qu’il s’agit là d’une notion très élastique (p. 149) et que le fait de réduire l’adversaire à un terroriste n’aide pas à comprendre ses vues politiques ou religieuses. Il conteste les raccourcis entre islam et terrorisme et souligne par ailleurs les rapprochements entre les actes de terreur des mouvements dits terroristes et ceux des soi-disant États de droit, notamment Israël. Dans le dernier chapitre, l’auteur traite de la destruction par les talibans des statues géantes de Bamyan et il ouvre le débat sur le problème plus général du rapport de l’image à la divinité. Il rappelle que le rejet des icônes n’est pas propre à l’islam : on le retrouve également dans l’histoire du protestantisme et du judaïsme. L’auteur nous montre, en effet, que si l’aversion pour l’image est récurrente dans l’histoire de l’islam elle l’est aussi dans celle de l’Europe judéo-chrétienne. Reprenant les analyses de Walter Benjamin, il avance pour conclure que c’est paradoxalement l’omniprésence des images qui a mis fin à cette aversion au cours de l’histoire de l’Europe.

4L’approche de Jack Goody vient compléter avec bonheur celles d’un Edward W. Said2ou d’un Maxime Rodinson3. À leur manière, ceux-ci ont participé à la critique de la perception occidentale de l’islam et de l’idée reçue d’une opposition entre Orient et Occident. Jack Goody prolonge ce débat, non plus en insistant sur l’image que l’on a de l’islam, mais en révélant de manière très concrète les multiples liens qui se sont tissés entre l’islam et l’Europe. L’ouvrage de Jack Goody aide à éclairer le rôle de la religion en tant que facteur identitaire et partie prenante dans les situations de conflits. On appréciera par ailleurs les quelques mises au point concernant les rapports de l’islam avec le terrorisme et la question iconique.

Haut de page

Notes

1. J. Goody, L’Orient en Occident. Paris, Le Seuil, 1999 (The East in the West. Cambridge, Cambridge University Press, 1996) et La peur des représentations. L’ambivalence à l’égard des images, du théâtre, de la fiction, des reliques et de la sexualité. Paris, La Découverte, 2003 (Representations and Contradictions. Ambivalence towards Images, Theatre, Fiction, Relics and Sexuality. Oxford, Blackwell, 1997).
2. E.W. Said, L’orientalisme, l’Orient créé par l’Occident. Paris, Le Seuil, 1997 (1re éd. française, 1980 ; 1re éd. anglaise : Orientalism, New York Vintage Books, 1978).
3. M. Rodinson, La fascination de l’islam. Paris, Maspero, 1980. Réédité à La Découverte en 1993.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yazid Ben Hounet, « Jack Goody, L’islam en Europe : histoire, échanges, conflits. Paris, La Découverte, 2004, 177 p. », Études rurales, 171-172 | 2004, 286-288.

Référence électronique

Yazid Ben Hounet, « Jack Goody, L’islam en Europe : histoire, échanges, conflits. Paris, La Découverte, 2004, 177 p. », Études rurales [En ligne], 171-172 | 2004, mis en ligne le 29 juillet 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/3077

Haut de page

Auteur

Yazid Ben Hounet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals