Navigation – Plan du site

AccueilNuméros173-174ChroniqueUne année d’exception pour l’arch...

Chronique

Une année d’exception pour l’archéogéographie

Gérard Chouquer
p. 297-324

Texte intégral

1Les diverses corporations d’archéologues, de géographes, d’historiens, de paléo-environnementalistes, de géologues et géomorphologues ont formé des associations interdisciplinaires sur des projets de recherche dont on commence à voir l’aboutissement. L’année 2003-2004 a vu arriver à terme des publications issues de ces travaux dont la présente chronique entend souligner le nombre, l’intérêt et l’importance.

2Ces ouvrages prennent le plus souvent l’aspect de recueils d’articles ou de contributions faisant suite à des appels d’offres ou constituant la matière de colloques. Cette richesse rend difficile l’exercice du compte rendu puisqu’il n’est pas envisageable de seulement tout citer, encore moins de rendre compte de tout. Les ouvrages collectifs dont il va être ici question regroupent, en effet, plusieurs centaines de chercheurs et comptent 225 articles en 3 400 pages environ ! Il faut leur ajouter les 340 pages et la vingtaine d’auteurs du numéro d’Études rurales paru l’an dernier, qui entrent pleinement dans ce mouvement exceptionnel de parution de la fin de l’année 2003 et de l’année 2004 (on pourra lire le compte rendu de ce volume dans Histoire et Sociétés rurales 22, pp. 137-139). Il y a là l’affirmation d’une vaste communauté, très productive, liée aux problématiques environnementales, au retour du propos géographique en histoire et archéologie et, plus classiquement, aux thématiques de la géographie historique et de l’archéologie agraire et des paysages.

3La construction et la dynamique historiques du monde rural sont au cœur de ces études. Il faut rappeler que la préoccupation qui consiste à mettre l’espace rural et l’environnement en relation avec les sociétés est ancienne en France. Elle remonte au moins à l’École des Annales. Dans ce contexte de littérature scientifique foisonnante, il est donc opportun d’apprécier les évolutions de la recherche, ses avancées et, éventuellement, ses limites ou même ses blocages.

4Quelques comparaisons avec les pays voisins permettront de dire que la recherche française est en phase avec ce qui se fait ailleurs.

Ouvrages collectifs

5Jean-Paul Bravard et Michel Magny eds., Les fleuves ont une histoire. Paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans. Paris, Errance, 2002, 314 p.

6Joëlle Burnouf et Philippe Leveau eds., Fleuves et marais. Une histoire au croisement de la nature et de la culture. Paris, CTHS, 2004, 498 p.

7Les cours d’eau et les milieux humides font l’objet de projets de recherche collectifs soutenus. La raison en est qu’ils sont l’un des meilleurs baromètres des mobilités naturelles et sociales et de leurs différentes hybridations. Le comité « Sociétés, environnement et développement durable » du programme Environnement du CNRS l’avait souligné dans son appel d’offres en demandant aux équipes d’œuvrer à la fois sur la longue durée qui couvre le Tardiglaciaire et l’Holocène, et sur les relations entre sociétés et nature, notamment à travers ces anthroposystèmes particuliers que sont les hydrosystèmes. Le raisonnement des chercheurs est de bon sens : au moment où la société se préoccupe de durabilité, et surtout s’efforce de donner un contenu à cette notion, il n’est pas inutile de voir ce qu’a été la durabilité des anthroposystèmes dans le passé, et de le faire à des échelles variées, tant historiques que géologiques.

8En affirmant que les fleuves (aussi) ont une histoire, les auteurs des deux livres issus de ce programme situent les hydrosystèmes dans la perspective d’une mobilité historique. Mais les communautés scientifiques se sont, malgré tout, reformées dans le partage des objectifs. Le volume coordonné par Michel Magny et Jean-Paul Bravard a regroupé les chercheurs travaillant sur les dynamiques les plus longues, souvent avec une approche exclusivement ou principalement naturaliste. Celui coordonné par Joëlle Burnouf et Philippe Leveau a rassemblé les chercheurs concernés par les périodes plus courtes et les archives, tant sociales que physiques.

9Le premier des deux volumes examine dans quelle mesure les cours d’eau, les lacs et les archives sédimentaires contribuent à une histoire des climats. Les enquêtes portent sur le Bassin parisien, les fonds de vallées de France septentrionale, les plaines du Massif central, le bassin de la Loire, le Berry, le Jura suisse et français, la vallée du Doubs, le Bugey, divers secteurs des Alpes, le Languedoc, la Corse, les Pyrénées et, à tout seigneur tout honneur, le bassin-versant du Rhône, objet des recherches les plus approfondies depuis des années.

10Je retiendrai de la masse des articles proposés quelques enseignements majeurs. Comme le rappelle Tatiana Muxart, on ne domestique pas un bassin-versant en se contentant de connaître le régime hydrologique du cours d’eau et d’entrevoir ses possibles variations. Il faut apprécier un ensemble de liens complexes que les sociétés créent et multiplient avec le réseau hydrographique. De même, on ne peut le considérer comme un simple égout à ciel ouvert sans commettre d’erreur de perspective.

11Jean-Paul Bravard s’est chargé de rassembler les enseignements du colloque. S’appuyant sur de nombreux travaux, il estime que le temps occulte encore un peu trop l’espace : « la spatialisation des processus est encore en retrait » alors que les approches chronologiques sont d’une précision croissante. Une autre question centrale qui ressort des contributions est celle de l’appréciation du « facteur anthropique » par les naturalistes. Ceux-ci se demandent quand il débute, s’il faut en tenir compte, et comment en mesurer l’intensité. C’est par un principe de seuil qu’il convient de répondre pour définir la bonne échelle de référence spatiale et temporelle. Et c’est à une réflexion sur le risque de tout déduire du climat qu’il faut s’employer, en présence d’enregistrements sédimentaires variés et corrélés entre eux.

12Cette recherche débouche sur une avancée majeure. Les géoarchéologues sont amenés à poser l’idée que, dans un espace donné, en raison de l’infinie variété des conditions locales, il faut admettre une asynchronie de base reposant sur la finesse des enregistrements. Un orage brutal, aux effets géographiques très inégaux, fait varier les enregistrements d’un lieu à l’autre au sein d’un même espace microrégional. Les réponses rapides des milieux à ces événements (que les spécialistes appellent des « forçages ») conduisent à une instabilité géomorphologique.

13Cette idée paraît être un acquis appréciable dans le processus de recomposition des spatiotemporalités. Si les faits locaux sont divers et variables au point qu’on puisse parler d’asynchronie, quelles seront les voies légitimes de l’amplification, de la nécessaire généralisation ? Quel récit sera-t-on autorisé à produire puisqu’on se propose d’inscrire les rivières dans une « histoire » ? Les géoarchéologues répondent : « La finesse conduit à l’asynchronisme alors que l’approximation facilite la recherche des synchronismes. » (J.-P. Bravard et M. Magny, p. 308) Il sera intéressant qu’ils développent un peu plus le propos, lequel n’est pas sans arrière-plan théorique.

14Le second volume s’organise autour de trois sections : les sources de la connaissance et leur mise en œuvre dans une perspective critique, l’exploitation des milieux humides et la question de la biodiversité face aux conflits d’usage, enfin la gestion des espaces hydrauliques et le problème du risque.

15Dans la première section, je relève que les sources présentées sont écrites, archéologiques et géoarchéologiques, mais pas morphologiques. Pour trouver des analyses de planimétries, il faut aller dans le corps même de certaines études. Le croisement des sources est particulièrement intéressant et producteur de résultats. En Limagne (Frédéric Trément et al.), où les zones humides ne sont jamais franchement répulsives, le saut principal de l’occupation du sol se situe au second Âge du fer, avec l’assèchement du marais et le début d’un processus de diffusion de l’habitat. Au Haut-Empire, les stratégies d’implantation de l’habitat restent identiques, seul change le rythme de la diffusion. L’association de sources diverses est au cœur du travail de Daniel Pichot et Dominique Marguerie, autour du thème des cours d’eau aménagés et des étangs médiévaux de Bretagne. Sur le site de la ville de Tours, la confrontation des documents permet de reformuler des questions qui intéressent la relation entre les habitants de la ville et le fleuve (Henri Galinié et al. ; Hélène Noizet et al.). Enfin, le delta du Lez est étudié par des spécialistes de toutes origines (Philippe Blanchemanche et al.).

16Dans ce volume fort riche, la section sur le risque environnemental est importante. Il faut faire une place à part à l’article de Jean-Paul Bravard qui constitue une véritable réflexion sur l’apport des études géohistoriques à la problématique du risque d’inondation. De manière classique, le risque est défini par le croisement de l’aléa (par exemple météorologique) et de la vulnérabilité (d’un milieu donné). Dans l’approche technicienne, l’aléa météorologique est défini de façon rétrospective afin de constituer des séries signifiantes et de prédire des cycles et des seuils car le climat est estimé globalement stable. Toutefois ce postulat ne va pas de soi. Non seulement le climat connaît des rythmes variables, mais, plus encore, la connaissance de la dynamique des réponses témoigne d’une variabilité très complexe. L’analyse de J.-P. Bravard et M. Magny rassemble les observations effectuées par la communauté des spécialistes, propose au passage des notions nouvelles pour préciser le concept général de métamorphose fluviale (comme celle de sédimentation accélérée à la surface des lits majeurs, p. 402) et élabore un schéma renouvelé de prise en compte de la variabilité spatiotemporelle du risque en milieu fluvial (p. 405).

17Les études sur les agglomérations antiques d’Ernaginum et d’Ambrussum posent la question de la relation entre des agglomérations antiques et les cours d’eau (la Duransole, cours d’eau représenté sur un des fragments du cadastre d’Orange de 77 après J.-C., pour l’une, et le Vidourle, pour l’autre). L’étude sur Caderousse (Vaucluse), localité qui bénéficie d’une exceptionnelle documentation historique, met en évidence la réalité d’un déplacement du cours de l’Aygues dans le courant du xve siècle. Au terme d’un raisonnement qui fait intervenir la localisation, récemment acquise, du cadastre C d’Orange, Catherine Lonchambon émet l’hypothèse de transmissions et de filiations entre les états antiques et médiévaux de la planimétrie de cette zone, notamment dans l’emplacement des habitats.

18Dans les autres sections de l’ouvrage, plusieurs dossiers évoquent des travaux interdisciplinaires conduits sur de grands sites, dont on attendait les résultats avec intérêt. C’est le cas du site de Saint-Romain-de-Jalionas, dont Robert Royet défend l’importance depuis longtemps déjà, et pour lequel une cartographie d’un parcellaire créé dans un marais à l’époque antique, en lien avec une grande villa, a pu être dressée. C’est également le cas du delta du Rhône, du marais arlésien, de nombreuses rivières de la France du Nord, etc.

19Je terminerai sur quelques remarques concernant les conclusions tirées par Joëlle Burnouf et Philippe Leveau. Je trouve très pertinent de relever, comme ils le font, que les documents sont qualifiés de « sources » par les chercheurs, ce qui revient à dire qu’ils ont été élaborés par un travail spécifique pour construire le discours historique. Cette opération qui fait entrer le document dans le filtre épistémologique n’est pas neutre. En effet, il ne s’agit pas seulement d’avertir les communautés voisines de la spécificité de chaque source. Il me semble qu’il y a lieu de s’interroger sur le fait que la discontinuité même des sources est productrice d’historicité. Dès lors, il est inutile d’écrire que « seuls les médiévistes et les modernistes disposent de sources écrites dignes de ce nom » (p. 482). C’est rester dans le processus moderne de transformation d’une documentation contingente en source abstraite et nécessaire. Il vaut mieux songer à la signification des variations de l’écrit, et à la relation de ces variations avec d’autres documentations également variables.

20Une autre conclusion est celle portant sur la « théorie des scénarios » chère à Joëlle Burnouf. Il faut entendre, par cette expression, une modalité de projection dans le futur, moins déterministe que nombre de prospectives en ce qu’elle propose plusieurs potentialités. S’il y a divers scénarios c’est parce que la mise en œuvre des héritages est elle-même variable. Il s’agit ainsi d’élaborer une histoire non déterministe des hybridations (le mot, emprunté à Bruno Latour, apparaît p. 486) entre sociétés et milieux, ce qui n’empêche pas, bien au contraire, la connaissance des contraintes et des causalités complexes.

21   

22Christian Lévêque et Sander van der Leeuw eds., Quelles natures voulons-nous ? Pour une approche socioécologique du champ de l’environnement. Paris, Elsevier, 2003, 330 p.

23Tatiana Muxart, Franck-Dominique Vivien, Bruno Villalba et Joëlle Burnouf eds., Des milieux et des hommes. Fragments d’histoires croisées. Paris, Elsevier, 2003, 218 p.

24Monique Clavel-Lévêque et Ella Hermon eds., Espaces intégrés et ressources naturelles dans l’Empire romain. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2004, 270 p.

25Voici trois volumes consacrés explicitement à la construction d’un domaine de recherche environnemental. Les deux premiers envisagent la façon dont le passé des systèmes intervient dans la définition du champ environnemental. Le troisième est un essai de recherches sur l’environnement conduit par des antiquisants. C’est pourquoi je séparerai les comptes rendus.

26Dans les deux premiers ouvrages cités, d’un article à l’autre, est brassée une quantité inhabituelle d’idées et de concepts. C’est là l’excellence de l’entreprise. Les auteurs démontrent, par le menu (« fragments d’histoires croisées »), les attendus d’une nouvelle attitude épistémologique dont ils proposent une version structuraliste, avec le concept d’anthroposystème. Si les grands paradigmes et les objets historiques restent modernes, les démonstrations les bousculent hardiment. De page en page, on découvre des « objets hybrides », des effets de résilience, le rejet des causalités simplistes (comme le déterminisme climatique), la notion d’asynchronie de base des situations, celle des temps de retard ou temps de réponse des phénomènes, celle de coévolution, sociale et naturelle, des systèmes environnementaux. On y trouve également l’idée, vraiment intéressante, selon laquelle on peut repérer des changements de sens quant à ce qui est considéré comme ressource naturelle à une époque et ne l’est plus à une autre, quant à ce qui est considéré comme problème environnemental à une époque et ne l’est plus à une autre. Rien de tout cela n’est familier à l’historien.

27La grande affaire de ces deux premiers volumes est l’installation d’un concept nouveau : celui d’anthroposystème. Les responsables du programme Environnement du CNRS ont proposé aux équipes participant aux appels d’offres de s’en emparer et d’y réfléchir.

28L’ambiguïté du terme « anthropisation », socle du concept d’anthroposystème, tient à quelques simples considérations. L’histoire de l’humanité nous a été présentée comme celle d’un balancement entre l’hominisation, ou phase d’individualisation de l’homme parmi les autres espèces durant la préhistoire, et l’anthropisation, ou phase toujours en cours, pendant laquelle l’homme, en tant qu’espèce dominante et invasive, prend possession, exploite et transforme la nature et les milieux de vie. Sur cette base, le terme d’« anthropisation » serait donc une espèce d’équivalent naturaliste du terme d’« histoire ». Il est donc à la fois très général s’il désigne une longue période de 12 000 ans, et très imprécis en ce que toute l’action humaine en relation avec les écosystèmes peut être définie comme processus d’anthropisation.

29Quels sont les contenus de la « science des anthroposystèmes » ? Celle-ci est aujourd’hui possible grâce à quelques postulats. Je les développe à partir de l’article fondateur paru dans l’ouvrage Quelles natures voulons-nous ? (C. Lévêque et S. van der Leeuw, 2003, pp. 110-129).

30Le premier postulat consiste à refuser que l’environnement soit une représentation sociale. Or Christian Lévêque, auteur par ailleurs d’un important manuel d’écologie, dit exactement le contraire dans cet ouvrage en distinguant l’écologie (science) et l’environnement (problématique sociale). Il me semble qu’il faut relever ici une confusion logique fréquente entre le fait de reconnaître que l’environnement est une représentation datée et récente de la relation que les sociétés ont avec la « nature » ou les milieux, et le fait d’approuver une conception de cette relation dans laquelle l’homme serait le centre, et la nature, la périphérie. Personnellement je prends acte, comme tout un chacun, que l’environnement est devenu la représentation dominante, mais je n’imagine pas pour autant une suprématie totale de l’homme sur la nature, idée qui serait, en effet, d’origine judéo-chrétienne et qui aboutirait à celle de « progrès » inéluctable, l’homme étant estimé capable de tout dominer, de tout modifier et de trouver une correction à chaque effet négatif de ses impacts.

31Allant de pair avec cette idée, on trouve aussi, dans la science des anthroposystèmes, l’idée que nos appréhensions de la nature se font à l’aide d’un « appareil linguistique » (F. Guarnieri et al. 2003, in C. Lévêque et S. van der Leeuw 2003, p. 299). Les représentations sont-elles réduites à des mots, phénomènes et même simples phonèmes, qui peuvent être étudiés comme (et par) un appareil ? Mais les mots ne sont pas que des phonèmes : ils sont les médiateurs de représentations complexes.

32Le deuxième principe consiste à remplacer le géosystème des géographes par l’anthroposystème des naturalistes. Or la base est la même : un systémisme structuraliste. Il faudra qu’on nous explique l’intérêt de cette substitution.

33Le troisième principe revient à postuler que les rapports spatiotemporels ressortissent d’une théorie de la hiérarchie. L’anthroposystème est un outil pour faire fonctionner la double hiérarchie suivante, dans l’espace et dans le temps : petite échelle (locale) = observatoires régionaux de l’environnement (ORE) ; méso-échelle (régionale) = zones-ateliers et LTER (Long Term Ecological Research) ; grande échelle (globale) = observatoires spatiaux (p. 21 ; dans ce schéma, « petite échelle » désigne la région, « grande échelle » la terre, soit l’inverse du sens courant en géographie).

34Le quatrième postulat consiste à pouvoir réduire (p. 126) afin de quantifier. C’est alors que les données peuvent être rassemblées dans ce que les modélisateurs appellent la mémoire environnementale et qu’il faut comprendre comme étant la somme de l’information environnementale, pas forcément ancienne [ibid.]. En fait de mémoire, les auteurs de l’article expliquent qu’il en existe deux types : la mémoire logico-scientifique, celle qui repose sur des accumulations institutionnelles et collectives de données ; et la mémoire « phénoménologique ». Cette dernière est ainsi définie : « C’est cette catégorie de mémoire qui surgit lorsque les acteurs d’un territoire sont interrogés, […] qui se dégage des nombreux ouvrages historiques, sociologiques, voire littéraires, qui concernent un territoire. Il ne faut en rien la négliger car c’est à partir d’elle que vont souvent se construire des représentations plus techniques ou plus théoriques de cet anthroposystème. […] Cette forme de mémoire se caractérise par la combinaison plus ou moins complexe de perceptions, de sensations, d’idées, de représentations mentales, interviews, souvenirs, considérations […] essentiellement discursive et qualitative, saturée de considérations esthétiques et éthiques. » (Ibid., pp. 297-298)

35Comment opérer entre ces deux formes de mémoire ? Il faut effectuer des « traductions » réciproques, voire des « fusions », ce qui est un enjeu scientifique majeur. Les modalités de construction de ces mémoires sont le principe de l’hypertexte et de ses liens pour les mémoires globales, organisationnelles et documentaires ; les bases de données et les systèmes d’information géographique (SIG) pour les mémoires dites d’inventaire ou d’observation ; enfin les bases de connaissance pour les mémoires de métier ou de projet.

36L’apport fondamental d’une science des anthroposystèmes, et son aspect discutable, au meilleur sens du terme, tient donc à cette opération d’épistémisation qui se déroule sous nos yeux. Il s’agit de tenter une réduction ou une intégration, dans un système interactif, des sciences de la nature et des sciences sociales en leur fournissant le même objectif, le même type de ressort géographique, la même conception de la hiérarchie de l’espace-temps, la même épistémologie et la même méthodologie. Et si c’étaient les irréductibilités, au contraire, qui étaient sources d’historicité ? Ne risquerait-on pas de les noyer dans une intégration édulcorante ?

37Or les récentes avancées en histoire de l’écoumène doivent peu, pour l’instant, au concept d’anthroposystème, en raison de sa jeunesse, et les acquis historiques du programme sur l’histoire des interactions sociétés-milieux sont ambigus : si ce programme est un progrès, ce n’est pas encore par ses résultats historiques mais parce qu’il est le temps d’accoutumance des naturalistes à des problématiques sociales et celui des disciplines sociales à l’expérimentation naturaliste. En contradiction avec ce programme novateur on a, en effet, réinstallé le bocage comme objet d’étude, proposé un Anthropocène réduit à cinquante ans, promu l’idée que la haute résolution spatiale et chronologique serait « la » solution, etc.

38Je suis donc surpris de lire que « certains chercheurs ressentent l’utilisation du préfixe “anthropo” comme un “coup de force” sémantique de la part des sciences sociales ; une prise de pouvoir qui est d’ailleurs explicitement revendiquée par certains chercheurs qui entendent que l’on reconnaisse enfin la place des sociétés dans les dynamiques environnementales » (J. Burnouf et al. 2003, p. 18). La situation réelle est qu’on est encore assez loin d’une prise de pouvoir par les sciences sociales et qu’on est plutôt en présence d’une légalisation, par des naturalistes, des rapports sociaux et des processus créateurs d’historicité.

39J’interrogerai alors les tenants de la science des anthroposystèmes sur divers points : est-il nécessaire d’afficher un présupposé structuraliste ? S’agit-il d’une alliance des sciences naturalistes avec les sciences humaines mais pas avec les hommes et les sociétés ? Au-delà de l’outil d’analyse, quels sont les objets historiques qu’ils étudient ?

40Le troisième volume recensé expose les résultats d’un projet de recherches paléo-environnementales canadien, animé par Ella Hermon, et conduit avec une participation européenne (française, espagnole et italienne) et nord-américaine.

41Le livre comporte trois sections : perceptions de l’environnement ; pratiques de gestion ; politiques globales et régionales. Il offre d’intéressantes analyses, comme celle de Carla Masi Doria sur le droit appliqué aux cours d’eau et celle de Settimo di Salvo sur les servitudes liées à l’eau ; celle de Pascal Arnaud sur le contenu idéologique de la géographie de Strabon ; celle de François Favory sur l’évaluation des compétences agrologiques des sols en regard des savoirs antiques des agronomes, des réalités archéologiques et des connaissances pédologiques modernes. La question de l’exploitation de la montagne et du pastoralisme se retrouve dans les textes de Philippe Leveau sur les Alpes, de Marinella Pasquinucci sur la transhumance. Citons aussi un article sur les mines antiques (Almudena Orejas) et celui sur l’ager occupatorius de Jean-Yves Guillaumin. De l’ensemble de ces contributions se dégage l’idée que les recherches sur l’Antiquité peuvent utilement contribuer à une évaluation de la problématique environnementale même si un gros travail reste à faire pour passer de la notion de ressources à celle d’environnement.

42Plus contestable est, en revanche, la problématique d’ensemble. Ella Hermon met en avant la diversité, régionale et chronologique, et attire l’attention des chercheurs sur le retour des interprétations déterministes. Elle suggère d’adopter le schéma de Rémy Hess dans son étude des relations entre centre et périphérie et de penser autant l’impulsion depuis la périphérie que depuis le centre. Sur de telles bases, pourquoi avoir laissé Monique Clavel-Lévêque et Luigi Labruna parler, en introduction, d’une articulation structurelle entre « gestion civilisée » des ressources naturelles liée au paysage cadastré et normé, par opposition au sauvage et à l’inorganisé, ce qui perpétue une pensée du centre vers la marge ? Cette vision est justement contredite par les travaux de Giusto Traina sur les espaces marginaux antiques, ceux de Philippe Leveau sur les campagnes d’Arles dans l’Antiquité ou sur les espaces de montagne (Alpes occidentales), ou encore ceux du programme Archaeomedes sur les relations complexes existant entre assignation, économie, aménagement, fluctuations de l’habitat et crises environnementales.

43Il me paraît restreint de traiter de l’environnement sous l’angle privilégié et quasi unique de la géopolitique et des représentations. Si l’on peut concevoir des modes globalisés d’exploitation de certaines ressources dans l’Antiquité (l’huile et le vin en sont de bons exemples) et leurs effets environnementaux, si l’on peut s’interroger sur la possibilité d’une pensée intégrée chez les élites romaines antiques, faire de l’histoire c’est aussi confronter ces plans aux réalités régionales et à leurs dynamiques. Plusieurs des articles le permettent par la qualité des dossiers qu’ils offrent et qu’il faut savoir gré à Ella Hermon d’avoir réunis.

44Je conclurai sur une difficulté de fond. Les questions environnementales actuelles nous ont appris que, pour en saisir les attendus et pour permettre la mise en œuvre d’actions nouvelles, il fallait changer de point de vue sur l’économie et la politique et non pas seulement intégrer une dose d’écologie à l’économie et à la politique. Pour n’avoir pas abordé ce problème de front, ce livre ne réussit pas à convaincre de la pertinence des interrogations initiales. L’environnement ne peut pas être réduit – même si c’est important – aux seules ressources naturelles et, de surcroît, à une vision économiste des ressources. C’est une façon de disqualifier la richesse des relations écosystémiques que les hommes ont avec l’espace géographique. Si le sujet de l’ouvrage c’est le cadastre et la fiscalité, l’exploitation de la vigne, l’exploitation des ressources naturelles, l’aménagement du territoire, etc., qu’est-il besoin de renommer tout cela « environnement », sauf à recycler des problématiques conventionnelles dans des tiroirs nouveaux ?

45En fin d’ouvrage, Ella Hermon revient, à plusieurs reprises, sur une idée ambiguë : elle se dit rassurée par le fait que les résultats de la recherche sont moins alarmistes que les attendus du nouveau courant de pensée écologique. Elle considère que la spécificité romaine est sauvegardée, que la part des héritages peut être négligée, que l’histoire de l’environnement à Rome ne se confond pas avec l’histoire de l’environnement. Elle se dit également rassurée de constater l’impact différé de la question de la qualité environnementale à l’époque romaine. Le modèle classique est donc sauvé, et la mode de l’environnementalisme ne changera rien. On pourra continuer comme avant. Mais le fait que des écologistes soulèvent, peut-être à tort, des problèmes liés à la durabilité, sur le mode apocalyptique, justifie-t-il, par ailleurs, qu’on fasse du surplace ?

46Le thème environnemental du projet a été détourné ou, au minimum, mal compris. Peut-on faire de l’environnement et du développement durable un simple objet, au mieux un cadre où ranger les objets traditionnels, ou bien s’agit-il de tout autre chose impliquant un détour épistémologique majeur ? Cette question n’est pas évoquée. Ce volume tranche donc avec les précédents, qui affrontent la difficulté de la question environnementale.

47   

48Hervé Richard ed., Néolithisation précoce. Premières traces d’anthropisation du couvert végétal à partir des données polliniques. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2004, 222 p.

49Sander van der Leeuw, François Favory et Jean-Luc Fiches, Archéologie et systèmes socio-environnementaux. Études multiscalaires sur la vallée du Rhône dans le programme Archaeomedes. Paris, CNRS Éditions, 2003, 410 p.

50Benoît Cursente ed., Habitats et territoires du Sud. Paris, CTHS, 2004, 416 p.

51La communauté des paléo-environnementalistes et des archéologues spécialistes du Néolithique et de la Protohistoire nous a habitués à des publications d’étape qui font le point sur une problématique d’intérêt général. On se souvient d’une table ronde sur l’évolution historique du climat qui avait fixé un cadre nouveau pour toutes les études (« Le climat à la fin de l’Âge du fer et dans l’Antiquité », Les nouvelles de l’archéologie, n° 50). Avec le volume sur la néolithisation précoce, dirigé par Hervé Richard, nous avons une nouvelle publication d’étape sur un sujet important. On sait qu’on appelle « néolithisation » le processus d’entrée des sociétés protohistoriques dans la sédentarité et la stabilité de l’habitat, la pratique de l’agriculture et la première mise en valeur du milieu. Jean Guilaine (Études rurales n° 153-154, La très longue durée, 2000 p. 9) nous avait déjà prévenu : « La transformation de la nature par l’homme n’a pas 2 000 ans en France : elle en a 8 000. » Présenté il y a quelques années encore comme une « révolution », la néolithisation pose des problèmes de datation, de durée et de nature.

52Le point de départ de l’ouvrage peut paraître technique : comment comprendre le décalage chronologique entre la néolithisation décrite par les archéologues et celle que mettent en évidence les paléobotanistes, beaucoup plus précoce ? Comment parvenir à mesurer l’effet de la sédentarisation et de la pratique agricole sur la végétation en place ? À partir de quelle convergence d’indices peut-on admettre qu’une société est réellement entrée dans la mise en culture puisque les spécialistes sont d’accord pour dire que la seule présence de pollens de céréales ne suffit pas ? Il faut aussi constater la croissance des poacées (les graminées comme le pâturin, l’une des espèces les plus courantes, ou les céréales), des plantes messicoles (les « mauvaises herbes » qui, littéralement, « habitent » dans les « moissons » : le bleuet et le coquelicot par exemple) et rudérales (celles qui affectionnent les alentours de ferme et les fossés remplis de matière organique), et observer une chute sensible des pollens d’arbres.

53Les résultats palynologiques attestent l’influence de l’homme sur le milieu dès la fin du viie et le courant du vie millénaire avant notre ère, soit plusieurs siècles avant les premières mentions archéologiques. Ces résultats de datation haute ont suscité le doute chez les palynologues eux-mêmes. Le volume publié procède d’une approche croisée (archéologie, palynologie) dans diverses grandes régions (Bassin parisien, nord de la France, Belgique et Luxembourg, Ouest, Normandie, Berry, Jura, Massif central, Lorraine, Vosges, bassin du Rhône, Languedoc, Pyrénées, péninsule ibérique et îles Baléares). Il semble affirmer cette précocité, même si, comme le souligne Hervé Richard lui-même dans son introduction, le risque d’une surenchère n’est pas exclu.

54Tout en proposant des datations renouvelées et hautes, les chercheurs remettent en cause l’idée d’une rupture brutale entre le Mésolithique et le Néolithique au profit d’un lent processus de contacts, de diffusions partielles et d’adoption temporaire de techniques agricoles, suivi d’abandons tout aussi significatifs.

55Avec le deuxième ouvrage portant sur le monde méditerranéen se poursuit l’exploitation des avancées du projet Archaeomedes, qui restera l’un des plus riches programmes collectifs de l’archéologie française, tant en raison de ses avancées théoriques que de ses résultats appliqués et du renouvellement des problématiques qu’il apporte. Avant toute chose, il n’est pas inutile de rappeler que ce projet n’aurait pas été ce qu’il est si les travaux des chercheurs regroupés dans le GDR 954 n’avaient pas contribué à transformer les banques de données archéologiques sur le Midi de la France.

56Le saut que représente cette vaste opération de recherche est le suivant. Traditionnellement, la prospection des « sites » archéologiques était cantonnée à des techniques d’acquisition de l’information s’insérant dans une chaîne d’activités dont le dénominateur commun était l’archéologie. Ainsi, selon la définition légale et désormais législative de l’archéologie, la prospection prenait place dans une série d’opérations allant de la prospection à la restauration des objets et à leur présentation dans un musée, et passant par la fouille et les analyses para-archéologiques. Mais une carte des « sites » ou de l’occupation du sol est un document de géographie ou, mieux, un document sur la dynamique historique d’un fait géographique : l’habitat. La prospection s’était enfermée dans une méthodologie close ne débouchant que sur une carte de localisation des « sites ».

57L’équipe des archéologues de la vallée du Rhône et des plaines littorales languedociennes a changé le point de vue. Les chercheurs ont considéré que la masse des informations recueillies par les techniques de prospection (surtout par la prospection à vue dite field walking, de loin la plus efficace pour ces régions) fournissait le matériau et que l’objet à étudier était un réseau d’habitat. Les cartes produites ont alors fait apparaître qu’un tel réseau devait être appréhendé selon des temporalités différentes, certains aspects de la dynamique ressortissant de la longue durée bimillénaire, d’autres ressortissant de durées plus courtes : de quelques siècles à quelques décennies. L’intérêt de cette méthode géographique qui ose dire son nom (le sous-titre de l’ouvrage phare Des oppida aux métropoles est : Archéologues et géographes en vallée du Rhône) est de faire la démonstration que les périodisations archéologiques courantes, calées sur des périodisations de référence de l’histoire politique et institutionnelle, ne conviennent pas et que des représentations habituelles comme « la crise du Bas-Empire » ou encore « les temps instables du haut Moyen Âge » sont à revoir car elles ne correspondent pas aux faits observés.

58Ces chercheurs ont estimé, avec raison, que les outils de la géographie spatialiste sont les plus aptes au traitement des produits des prospections, et ils ont réalisé des avancées méthodologiques certaines qu’il est hors de propos de présenter ici en raison de leur complexité.

59Le projet Archaeomedes représente une réinterprétation globale d’une part importante de l’archéologie et de la géographie historique. Il s’agit de faire sortir des masses d’information qui émanent du savoir-faire des archéologues des cadres rétrécis d’interprétation que la discipline archéologique leur imposait, dans sa cécité géographique.

60Un autre chapitre qui mérite notre attention est celui qui retrace, en près de 100 pages, les étapes de la morphogenèse holocène dans le sud de la France. Dû à Jean-François Berger, il propose les éléments d’un récit géoarchéologique phasé, qui constitue, sauf erreur de ma part, une nouveauté dans le genre. Les paléo-environnementalistes et les géoarchéologues ont accumulé un grand nombre de références permettant d’écrire une histoire hydro-sédimentaire pendant l’Holocène dans la zone méditerranéenne. Leurs observations aboutissent à la définition de périodes, d’abord longues pour l’époque néolithique puis de trois à cinq siècles pour la Protohistoire et l’époque historique, qui rythment les phases alternées de stabilité et d’instabilité hydrologique et sédimentaire. C’est, en quelque sorte, une histoire du climat et de la métamorphose fluviale (on sait que le concept est emprunté à Jean-Paul Bravard), et de leurs effets morphogénétiques sur les espaces concernés (vallées, bassins fluviaux et pentes adjacentes, petites dépressions fermées, plaines alluviales, deltas et ripisylves). Ce récit met en place, pour la France du Sud, les phases de pédogenèse, essentielles pour la fixation des agricultures. La plus ancienne se place vers 6000/5500 à 5000 BP, avec la formation de sols noirs de type isohumique, phase qui semble encouragée ou déterminée par la présence d’une activité pastorale. Une autre phase de pédogenèse se situe pendant l’Âge du bronze moyen et final, sur un peu plus de six siècles (1100-500 avant J.-C.), en liaison avec une forte implantation humaine dans les milieux fluviaux. Enfin, après plus d’un millénaire de successions de cycles courts de changements, une longue phase de stabilité, entre 700 et 1200 après J.-C. environ, favorise une nouvelle et forte pédogenèse.

61Une des observations majeures de Jean-François Berger est la mise en évidence, assez générale dans la moyenne vallée du Rhône, d’un horizon pédosédimentaire attribué à l’Antiquité tardive et au haut Moyen Âge et qui est caractérisé par un sol limoneux stable, humide, correspondant à de hauts niveaux des nappes phréatiques. Entre les ive-ve siècles et les xe-xiiie siècles, on assiste ainsi, dans ces régions, au comblement et à la disparition des limites parcellaires fossoyées, et au développement de prairies.

62L’ouvrage dirigé par Benoît Cursente, également consacré au Midi et dans lequel les médiévistes se taillent la part du lion, est d’une autre nature. Par nécessité plus que par choix, cet historien le place sur le terrain du bilan. La tonalité du livre est résumée dans l’introduction : « […] les villages et les paysages du Midi médiéval [sont] en recherche ».

63Benoît Cursente décrit d’abord la fin du règne de la géographie vidalienne, avec la figure de Charles Higounet, qui, soulignons-le, ne marque pas le début d’une aventure mais bien la fin d’une certaine conception de la géohistoire. Ensuite, c’est l’objet castral et le paradigme correspondant, l’incastellamento, qui occupent les travaux des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. Un thème parallèle et complémentaire est celui du rôle de l’église dans le phénomène de regroupement des hommes et de l’habitat. Benoît Cursente montre avec sagacité combien ce thème est amplifié par le mouvement de patrimonialisation qui se développe au même moment dans la société, allant jusqu’à l’invention d’objets douteux comme les « circulades » languedociennes.

64Or, poursuit-il, tout cela débouche, aujourd’hui, sur un sentiment curieux de difficulté et de longue marche à entreprendre. Les médiévistes français qui s’intéressent à l’espace et au paysage semblent en panne, hésitant devant les évolutions qui s’annoncent. Benoît Cursente désigne le thème environnemental (« histoire écologique ») comme étant le lieu futur de la recherche et met en avant la question des parcellaires dont il fait le « point de départ » de la recomposition à venir.

65Au-delà de l’excellente connaissance qu’il a des travaux et de leur signification, je ne crois pas que la présentation qu’il en donne soit suffisante pour faire bouger les choses. Ce n’est pas en réduisant le propos aux parcellaires (objets modestes, au demeurant) et en plaçant ceux-ci dans la boîte écologique (alors qu’ils sont autant fiscaux qu’environnementaux) qu’on s’en sortira. Ce n’est pas en noyant la recherche majeure de Cédric Lavigne sur le phénomène historique de colonisation au Moyen Âge au milieu de divertissements morpho-typologiques qu’on aidera le public des jeunes chercheurs à avancer. Il vaudrait mieux se demander pourquoi l’École des médiévistes français, historiens et archéologues confondus, n’envisage pas de créer une équipe de morphologie agraire et urbaine qui sortirait les objets de l’ornière au lieu de laisser partir ses troupes chez les antiquisants pour trouver cet encadrement qui leur fait défaut (rappelons que cela a été le cas de Jean-Loup Abbé et de Cédric Lavigne).

66On comprend alors pourquoi les objets médiévaux sont en recherche : parce que les médiévistes ne savent pas comment dépasser une histoire en miettes. Ils recherchent les « nouveaux principes organisateurs », le « langage compris et accepté par tous ».

67Le volume est à l’aune de ce constat, riche de détails et de typologies, de petits objets et d’improbables formes, de territoires à l’ancienne. Comparé à la puissance réorganisatrice du volume Archaeomedes, il témoigne d’une corporation, non pas pauvre en recherches (elles sont légion !) mais hésitante sur le chemin à suivre. Ce chemin, c’est, à l’évidence, celui d’une archéogéographie. Mais, sans doute, s’en rend-on mieux compte de l’extérieur…

68L’ouvrage compte de très intéressants articles qui permettent de nuancer le jugement global que Benoît Cursente porte sur la recherche. Didier Panfili s’interroge sur les transformations des repères spatiaux dans les actes des cartulaires, au tournant des xe et xie siècles, en bas Quercy et haut Toulousain, et sur leur éventuelle signification sociale. Alors qu’avant 1030, les scribes, pour localiser un bien, procèdent à une description précise par emboîtement de différents cadres spatiaux (le pagus étant le premier), passé 1080, les modes de repérage s’effectuent par rapport à un territoire plus restreint (la paroisse) et aux édifices de l’église et du château. L’auteur y voit l’effet de la réforme grégorienne initiatrice d’une crise : « […] au moment où les réformateurs s’en prennent à l’aristocratie, le combat des chefs trouve sa transposition dans la structuration de l’espace. Ces deux “nouveaux” points d’ancrage sont verticaux : clochers comme donjons, très souvent sur motte, sont visibles de loin tout autant que symboliques » (p. 176). Cependant, une interprétation fiscale et agraire ne me semblerait pas déplacée.

69Florent Hautefeuille pose, toujours en bas Quercy, la question de la perception de l’espace par les gens des campagnes et enrichit la définition du territoire. Son enquête révèle plusieurs formes de délimitation de l’espace, largement imbriquées ou superposées. Contrairement à une idée bien ancrée, l’espace juridictionnel ne structure que très partiellement l’horizon des habitants des lieux. À travers les actes de la pratique, ce sont d’autres réalités qui apparaissent et qui constituent l’espace vécu : la paroisse, dont les limites n’ont rien à voir avec celles de la juridiction ; l’espace seigneurial, mosaïque composite dont l’agencement est un élément de repère pour la localisation des parcelles ; enfin, des espaces plus cognitifs (espace économique entrevu à travers la réglementation sur les poids et mesures ; espace du castrum, qui, indépendamment de tout cadre juridique, représenterait une entité géographique pertinente en raison du lien social qui unit les habitants des mas à ceux de ces minuscules villages).

70En enquêtant sur la formation des villages médiévaux, Dominique Baudreu, Anne Berdoy et Jean-Loup Abbé explorent la question du regroupement de l’habitat au Moyen Âge, dont on sait la place qu’elle occupe dans les débats des médiévistes. À travers leur travail, c’est la lente progression de l’analyse morphologique qui se dessine, même si sa présentation est quelquefois affectée de considérations ennuyeuses sur la pauvreté des sources écrites et sur le rôle palliatif des sources morphologiques – ce qui est une incompréhension de ces dernières.

71L’article de Mireille Mousnier, approximatif, porte sur la naissance de la circonscription. Entre l’unité domestique et la région géographique, l’auteur choisit de situer son propos au niveau de la communauté villageoise. Comment les diverses chartes en rendent-elles compte ? Quelle géométrie y met-on à l’œuvre ? Ouvrant son texte par la liste des modes de bornage d’un territoire, je doute, néanmoins, qu’on puisse écrire qu’« on retrouve la même conception de la limitatio antique » (p. 203), ce qui serait une découverte extraordinaire. Je suppose que cette phrase vient de sa méconnaissance de la signification du terme antique : la limitatio, c’est le tracé des limites ou axes d’une centuriation ; ce n’est pas la délimitation d’un territoire par des bornes, qui se dit determinatio ou depalatio.

72Mireille Mousnier rappelle, à juste titre, que le processus d’encellulement ne doit pas être compris comme réorganisateur des parcelles, idée établie par d’autres recherches (Monique Bourin et Monique Zerner, par exemple). Dans ces conditions, si les parcellaires obéissent, le plus souvent, à d’autres logiques, pourquoi persister à croire aux parcellaires radio-concentriques du Berry et les qualifier de parcellaires coloniaux capétiens ? Pourquoi écrire, ensuite, et en contradiction avec l’idée de parcellaires coloniaux, que « la période médiévale voit le développement spontané de ces parcellaires en auréoles concentriques » ? Ce mélange, tout diplomate qu’il soit, ne sert pas le propos.

73En quête de la représentation que les communautés se font de leur espace, Mireille Mousnier relève tout ce qui se rapporte à cette image enclose. Mais peut-on aller jusqu’à y inscrire « le défrichement, le parcellaire, le finage, la sécurité, les libertés, les droits d’usage, l’exercice des pouvoirs », sans risquer, qu’on me pardonne le mot, un raisonnement circulaire ? Il aurait été plus judicieux de mettre cette réalité, incontestable, de l’espace médiéval en regard d’autres faits et de dire que la représentation, qui est autant une création des savants actuels que des gens du Moyen Âge, n’englobe et ne détermine pas tout.

74Signalons, au passage, une imperfection typographique de l’imprimeur : en haut de page, l’article de Mireille Mousnier est surmonté du titre d’un autre article.

75   

76François Favory et Anne Vignot eds., Actualités de la recherche en histoire et archéologie agraires. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2003, 378 p.

77François Favory ed., Métrologie agraire antique et médiévale. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2003, 192 p.

78Le Ve colloque de l’association AGER a fait confiance aux jeunes chercheurs pour démon-trer la richesse de la recherche en histoire et archéologie agraires. Dirigé par François Favory, il a tenu ses promesses. Les jeunes chercheurs ont traité de thématiques larges et ont fait quelque peu craquer le cadre chronologique habituel des colloques de l’association limité à l’Antiquité gallo-romaine. Les communications ont porté sur la morphologie et la métrologie de l’espace rural, l’archéologie du champ, l’habitat rural, la viticulture antique, les sciences de la vie et de la terre appliquées aux problématiques agraires, enfin les formes de traitement numérique de l’information archéologique.

79Parmi les points marquants du colloque, la contribution de l’archéologie préventive est à souligner. On reproche souvent aux archéologues qui œuvrent dans le cadre de l’urgence de n’être pas en mesure de publier leurs travaux en raison des conditions de travail qui sont les leurs. Ce volume nuance ce jugement. Des dossiers majeurs y sont présentés, qui montrent l’intérêt du cumul des informations sur des terroirs ou des espaces cohérents.

80C’est le cas du dossier nîmois. Autour de la ville, l’espace rural proche a été l’objet de nombreuses interventions, en un peu plus d’une décennie. La Vistrenque (ou vallée du Vistre, au pied du site de Nîmes) a révélé un potentiel archéologique exceptionnel. Les traces de parcellaire font valoir la part de l’héritage protohistorique, ce que les études morphologiques sur les centuriations ne permettaient pas.

81Un autre dossier bénéficiant d’une attention décennale est celui de la moyenne vallée de l’Oise, dont Denis Maréchal a exploité quelques-unes des possibilités. De 1987 à 2000, 529 hectares ont été fouillés. Dans la vallée de l’Oise, il est désormais établi qu’une intense occupation a eu lieu à l’extrême fin de l’Âge du fer et sous le Haut-Empire, avec créations de fermes et de parcellaires dans des milieux encore humides peu avant. Je cite rapidement l’étude du nord-ouest de la France due à Cécilia Courbot-Dewerdt, qui enrichit la connaissance des mutations majeures qui interviennent à la fin de l’Âge du fer, et celle de l’agglomération antique d’Estrées-Saint-Denis, dans l’Oise, fouillée par Pascal Quérel.

82Les travaux d’archéologie extensive, par prospection, ne sont pas négligés, et l’exposé des résultats du projet commun conduit par les archéologues de Lorraine, les agronomes de l’INRA et les « forestiers » de l’ONF est étonnant. En milieu forestier, principalement, ont été cartographiés d’immenses parcellaires de pierre sèche et des habitats datant surtout de l’époque gallo-romaine. Les formes renvoient, selon les auteurs, à des planifications agraires effectuées avec l’aide d’arpenteurs et utilisant des mesures romaines classiques. Mais la variété des orientations fait référence à d’autres modèles que ceux de la centuriation.

83L’étude de la viticulture antique n’est pas moins passionnante, dans un domaine où les connaissances ont récemment été bouleversées. La découverte de vignobles ou, au moins, de traces de vignes dans des régions septentrionales progresse. On cultivait la vigne sur un coteau bordant un chenal comblé du Doubs, à Neublans, à la limite du Jura et de la Saône-et-Loire, dès le ier siècle de notre ère. À Bruyères-sur-Oise (Val-d’Oise), on a fouillé 5 000 structures enfouies qui sont des fosses de plantation d’un vignoble daté du iie au ive siècle de notre ère. Philippe Boissinot et Karine Roger font le bilan archéologique du vignoble de Lapalud, en Vaucluse, qui constitue l’une des grandes surprises des investigations liées au TGV Méditerranée.

84Les articles traitant de morphologie et de métrologie agraires témoignent, de l’aveu même de François Favory, de la grande maturité obtenue dans ce domaine. Les lecteurs d’Études rurales connaissent déjà certains des jeunes auteurs parce qu’ils ont écrit dans le dossier sur l’archéogéographie (Cédric Lavigne, Claire Marchand, Sandrine Robert). Je signale l’article de Samuel Leturcq, qui renouvelle avec bonheur l’approche géographique d’un openfield beauceron, et celui d’Olivier Boyer, qui associe les résultats de la recherche sur les parcellaires et sur les réseaux d’habitat.

85Ne pouvant tout mentionner, je soulignerai, pour finir, l’intérêt de la contribution de Laurent Vidal et d’Hervé Petitot sur les limites et le bornage en Gaule narbonnaise. Ces deux auteurs offrent un dossier pertinent sur un sujet dont on n’imaginait pas qu’il pût être traité, il y a seulement dix ou quinze ans. Reconnaissant que l’attention des archéologues a été attirée par la publication des textes gromatiques, ils dressent un catalogue des trouvailles de bornes antiques. Parmi ces découvertes, citons les bornes accompagnées de témoins (agachons, gachons, ghidoun, filiôlo dë termë, selon les vocables médiévaux et modernes du midi de la France) et les bornages formés de pots enterrés et alignés.

86Il existe deux formes de métrologie historique. L’une, plutôt rhétorique, cherche à écrire une histoire des mesures, des origines à nos jours, et se lance dans des rapprochements hardis et le plus souvent invérifiables. L’autre, d’apparence plus modeste, mesure des faits agraires ou architecturaux, et élabore patiemment ses thématiques.

87Comme le relève François Favory dans son introduction, la métrologie agraire compile des masses de données dont on ne sait que faire puisqu’on ne peut, généralement, qu’identifier un mince répertoire de mesures connues. Les antiquisants le savent bien, qui connaissent la série finie des mesures romaines canoniques mais n’ont pas la moindre idée des nombreuses valeurs agraires préromaines, italiques ou provinciales. La métrologie agraire suscite, pour ces raisons, une grande insatisfaction, et c’est ce qui a poussé François Favory à rendre plus visibles les recherches qui lui sont consacrées. Toujours animé d’une indéfectible confiance envers les chercheurs qui s’investissent, notamment les jeunes, et qu’il appelle « les serviteurs ardents de la science historique », il a réuni à Avignon une grande partie de ceux qui portent aujourd’hui les promesses d’une discipline à rafraîchir.

88Les enquêtes ont porté sur une large fourchette chronologique allant de la Protohistoire à l’époque médiévale et moderne. La méthode consiste à mesurer des objets et à les replacer dans un espace lui-même mesuré. Les mesures urbaines et celles d’objets architectoniques permettent d’affiner des datations qui sont plus problématiques dans l’espace agraire. Mais la relation inverse existe lorsque l’étude de l’urbanisme fait apparaître le rôle de mesures agraires dans la création des formes urbaines. C’est ainsi que Véronique Matthieu, en analysant le plan du quartier bas de l’agglomération d’Ambrussum en Languedoc, a révélé le rôle structurant du parcellaire centurié.

89Les essais de définition de mesures protohistoriques restent délicats. Plausibles sur les sites bâtis, comme celui de Salses-le-Château où Danièle Ugolini a mis en évidence un module de 40 centimètres, ils sont plus incertains en milieu agraire. La raison en est que les formes agraires qu’on mesure sont rarement des reliques mais des parcellaires transformés et transmis, et que la probabilité d’un brouillage par de nombreuses autres mesures plus récentes est forte. Ricardo Gonzalez Villaescusa a néanmoins tenté de proposer une hypothèse de module agraire chez les Ibères de la région d’Isona et de Lliria.

90Pour l’époque antique, les contributions partent de réalités archéologiques renouvelées par l’archéologie préventive. C’est le cas de l’analyse métrologique de l’arboriculture antique dans le midi de la France. L’article de Philippe Boissinot sur ce sujet constitue un des points forts du livre. Cet auteur se demande si l’arboriculteur respectait la métrologie romaine classique ou bien s’il se réclamait d’une autre tradition, notamment grecque. Pour effectuer ce travail il se fonde sur le corpus, aujourd’hui important, de vignobles antiques, en tout 11 vignobles fouillés dans les dix dernières années. Sur 19 dispositifs connus, 6 entrent dans la métrologie antique standard, 6 autres posent problème, et 7 renvoient à des étalons inconnus.

91L’article de Cécile Jung, qui compare des données archéologiques avec des formes pérennisées et des sols, recèle une idée intéressante. Cette archéologue suggère que la mise en œuvre d’une étude de métrologie agraire d’un parcellaire à partir de cartes et de photographies aériennes soit modulée en fonction des réalités édaphiques locales. La conservation ou, mieux, la transmission dynamique des formes varie d’une zone pédologique à l’autre. Ainsi, c’est en faisant l’histoire des zones paysagères et de leur mobilité plus ou moins grande qu’on pourrait expertiser la possibilité ou non de mener une enquête de métrologie agraire. Il faudrait, en quelque sorte, faire l’archéologie du savoir de la métrologie.

92Les contributions des médiévistes sont riches et variées, allant de la mesure du sel à Venise à la mesure du sol en Gascogne ou en Roussillon. De l’article de Carole Puig, qui insiste sur la variété et la fluctuation historique des mesures agraires en Roussillon médiéval, à celui de Cédric Lavigne, qui, au contraire, décrit des arpenteurs chargés d’assigner des terres à des colons au moyen d’un système métrologique semblable d’un lieu à l’autre alors que les contextes politiques sont différents, on pourrait être tenté de conclure à une contradiction. Pourtant les deux articles invitent à une prise en compte à la fois de cette diversité bien réelle et de tentatives d’uniformisation. Carole Puig relève, par exemple, qu’au xiiie siècle, la monarchie catalane a le pouvoir d’imposer un changement complet des mesures. Or c’est le même Jacques Ier le Conquérant qui fait assigner des terres dans la région de Valence et créer des parcellaires géométriques. Leur étude métrologique sera un élément décisif du dossier.

93Enfin, une section de « métrologie diachronique » comporte des articles qui dépassent les limites habituelles des périodes et envisagent des rapprochements dans le temps. Pierre Albert Clément le fait à propos des noms de mesures. Magdeleine Motte cherche des équivalences entre des mesures très éloignées dans le temps. Pierre Portet enquête sur la définition et l’évolution multiséculaire des mesures agraires d’Arles. Il souligne que le passage des mesures antiques aux mesures médiévales reste un point d’achoppement de la recherche.

Revues

94Agri Centuriati. An International Journal of Landscape Archaeology, n° 1. Pise, Rome, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 2004, 246 p.

95Voici une nouvelle revue dirigée par Guido Rosada et Pier Luigi Dall’Aglio. Les deux responsables présentent la thématique de cette publication en deux articles introductifs. Guido Rosada rappelle combien la centuriation a transformé le paysage initial. Elle est œuvre de bonification mais aussi instrument du lotissement des terres aux colons militaires. Elle offre « un dessin bien conservé », qui permet, au-delà de la reconstitution technique, d’en faire un document historique, « une des plus intéressantes pages du travail et du progrès humains » (p. 11), en opposant le dessin régulier des agriculteurs au paysage irrégulier des pasteurs transhumants.

96Or, depuis la publication d’une série qui avait fait date dans les années quatre-vingt (Misurare la terra, Modène, 1983, 5 vol.), le discours a été abandonné et doit être repris. C’est l’objectif que s’est fixé la revue, qui interviendra dans le domaine de la topographie historique et de l’archéologie, dans un sens interdisciplinaire. Un de ses enjeux pourrait être de contribuer à faire émerger une description des infrastructures antiques fondée sur l’excellente « Carte technique régionale numérique » qui se développe en Italie et qui utiliserait les instruments informatiques sans les diaboliser ou les idéaliser.

97Pier Luigi Dall’Aglio s’interroge sur les raisons qu’il y a à étudier, encore aujourd’hui, la centuriation romaine. Prenant appui sur l’exemple des plaines padanes, il démontre combien la centuriation a changé (« révolution du paysage », dit-il, p. 18) les conditions environnementales, remplaçant la forêt par des champs géométriquement dessinés, transformant l’écoulement naturel des eaux et alimentant la sédimentation et l’avancée des deltas par l’intensité de l’érosion dans les paysages découverts d’amont. Quel est le fil rouge qui relie le paysage antique au paysage actuel ? Là où la centuriation est restée inaltérée, comme à Padoue ou à Cesena, c’est que l’homme a réussi à sortir vainqueur du combat avec le milieu, de façon constante. Là où la centuriation a été effacée, plus ou moins, il faut y voir une défaite de l’homme, voire une souffrance, liée à une présence irrégulière et à une dégradation environnementale. La péjoration climatique des vie-ixe siècles aurait son rôle à jouer dans ce processus mais, plus encore, la perte de contrôle économique et démographique de l’Antiquité tardive. Dans cette optique, il importe de passer d’une étude privilégiant la reconstitution géométrique des centuriations à une étude des modalités de leur évolution dans le temps. Grâce à cela, la formidable charge historique de la centuriation pourrait être mise en lumière.

98Les articles de la revue se répartissent entre des études de cas, à la fois archéologiques et morphologiques, et des thèmes d’histoire et de droit agraires. Les exemples d’analyse de formes sont d’intérêt inégal. Les études des centuriations elles-mêmes – on se réfère au titre de la revue – sont faibles. Je ne suis pas convaincu de la réalité des relevés concernant Phoinike et Adrianopoli, deux cités antiques de l’Albanie méridionale. Peut-être le parcellaire transmis est-il insuffisant pour conclure. Mieux vaudrait le dire plutôt que d’annoncer des vestiges centuriés qui n’en sont sans doute pas.

99L’idée selon laquelle la centuriation serait le cadre dans lequel insérer toutes les autres observations reste à manipuler avec prudence. Elle fige la recherche sur les centuriations en les supposant connues et parfaitement établies. Or tel n’est peut-être pas le cas. Les travaux italiens se résument souvent à une « topographie historique » qui consiste à restituer, sur une carte à assez petite échelle, le quadrillage centurié. Cette méthode n’accède que rarement à une analyse des formes et des dynamiques qui les ont marquées. Or, dès qu’on pratique cette dernière, les connaissances évoluent. C’est ce que suggère avec raison Pierluigi Dall’Aglio, qui appelle de ses vœux une étude de l’évolution dans le temps des formes centuriées, laquelle ne se fera pas sans une analyse de morphologie agraire.

100Je voudrais en donner un exemple à partir de l’intéressant article de Carlotta Franceschelli et Stefano Marabini. Ces deux auteurs évaluent le rapport qui existe entre les formes paléo-hydrographiques qu’ils restituent par l’étude des microreliefs et « la centuriation romaine encore bien conservée ». En posant le problème sous cet angle, supposent-ils que la centuriation, dans ses formes intermédiaires et parcellaires, n’aurait pas connu d’évolution significative depuis 2 000 ou 2 200 ans ? Selon eux, la centuriation se conserve, pour des raisons géomorphologiques et paléo-hydrographiques. Inversement, ils pensent que pour qu’il y ait eu des transformations médiévales il faudrait établir l’existence d’une dégradation naturelle et anthropique pendant le haut Moyen Âge. Ce schéma déterministe et traditionnel est-il le seul qu’on puisse envisager ?

101Les autres articles portent sur des thèmes habituels de la recherche archéologique et historique : les grands domaines, les bases juridiques de la propriété agraire, la transhumance, la télédétection et les systèmes d’information géographique.

102La revue n’est pas encore tout à fait la revue internationale d’archéologie du paysage qu’elle espère être. Elle le deviendrait à peu de frais en s’ouvrant aux écoles et aux thématiques qui, dans divers pays européens et en plus de la belle tradition des recherches italiennes, œu­vrent à l’élaboration de ce vaste secteur émergent : la landscape archaeology anglo-saxonne, bien entendu, mais aussi l’archéogéographie française, l’archéologie paléo-environnementale, enfin.

103   

104Giuseppe Ceraudo et Fabio Picarreta eds., Archeologia aerea. Studi di aerotopografia archeologica. Vol. 1. Rome, Libreria dello Stato, Istituto poligrafico et zecca dello stato, 2004, 322 p.

105Cette nouvelle revue, portée par l’Université de Lecce et la seconde Université de Naples, se situe dans la tradition italienne d’études de topographie antique. Cette voie d’investigation bien connue a conduit les chercheurs italiens à développer, dès le xixe siècle et en parallèle de l’édition des cartes puis des photographies aériennes, des études sur les monuments et le paysage antiques, villes, ports, voies et centuriations. Mais il a fallu attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que le matériau cartographique, et surtout photographique, soit régulièrement exploité, comme cela a été le cas dans les travaux de Ferdinando Castagnoli, Dino Adamesteanu (auquel ce volume est dédié), Giulio Schmiedt, Pierluigi Tozzi et quelques autres.

106Aujourd’hui, la photo-interprétation a profondément évolué, et les travaux italiens prennent très favorablement place dans les recherches les plus inventives. Ce volume illustre ainsi parfaitement les deux tendances principales que soulignent les éditeurs dans leur avant-propos : la recherche de perfectionnements techniques favorisant la prise de vue et l’interprétation des images produites ; le renouvellement de la cartographie archéologique.

107Ce numéro, qui compte dix-sept articles, n’est cependant pas uniquement consacré à des travaux italiens sur l’Italie antique : les éditeurs ont souhaité rendre compte de travaux d’équipes étrangères en Italie et de travaux à l’étranger, et ont courtoisement donné la parole, pour le premier article de fond, à Robert Bewley, chercheur du département archéologique de l’English Heritage. Les travaux de reconnaissance dans les îles britanniques n’ont plus à faire la preuve de leur excellence, notamment en matière de cartographie.

108Je suis assez d’accord pour dire, avec Robert Bewley, que l’avion et la vue aérienne ont modifié le cours de l’histoire humaine. Il faudrait, me semble-t-il, insister sur le rapport spéculaire que la vue aérienne inaugure entre les hommes et leur terre. Je crois que la figure du miroir du satellite qui reçoit et mesure la quantité d’énergie électromagnétique et la restitue par des informations codées que déchiffre un ordinateur au sol dépasse le statut de simple moyen de connaissance pour transformer la connaissance elle-même.

109L’Italie occupe néanmoins la part principale de la revue et on ne s’en plaindra pas. Après un article récapitulatif des recherches italiennes entre 1899 et 2004, dû à Giuseppe Ceraudo, plusieurs articles proposent des travaux de photogrammétrie et d’archéologie aérienne qui aboutissent à des plans et des cartes d’une réelle qualité informative : site de l’antique cité de Cales en Campanie (p. 79), de la colonie grecque d’Héraclée (p. 63), de la ville antique de Vulci (pp. 132-134). L’étude de Giorgio F. Pocobelli, de l’Université de Salerne, sur la cité antique de Vulci (à Montalto di Castro) peut passer pour un modèle. La ville étrusque est posée sur une table de tuf volcanique, et l’interprétation des missions photographiques, verticales et obliques, autorise la compilation de tracés fort divers et complémentaires qui, avec le relevé des fouilles archéologiques entreprises depuis plusieurs décennies, dressent un plan détaillé du site et de ses environs immédiats. Les travaux des équipes anglaise et belge qui dirigent des projets en Italie sont présentés. Je relèverai l’intéressant article de Frank Vermeulen, qui décrit le projet intégré de recherches portant sur la vallée du Potenza, avec la première restitution du plan de cités connues par ailleurs : Trea, Helvia Ricina, Potentia.

110Le volume donne la primauté à l’étude des plans urbains de cités antiques et de quelques voies mais concerne peu le monde rural. Sollicitons la production d’études en ce sens, dans les prochains numéros de la revue. Soulignons encore que le volume atteste la vitalité des recherches produites par les universités d’Italie méridionale.

111L’iconographie, d’une grande abondance, est remarquable : photographies aériennes, obliques et verticales, cartes et plans. C’est le point fort d’une parution qui s’affiche comme une publication de référence dès son premier numéro.

Monographies

112Pierre Gentelle, Traces d’eau. Un géographe chez les archéologues. Paris, Belin, 2003, 242 p.

113Il m’est particulièrement agréable d’avoir à rendre compte d’un ouvrage d’un pionnier de la collaboration entre géographes et archéologues, Pierre Gentelle. Il y a dix ans, dans la fameuse Encyclopédie de la géographie publiée aux éditions Economica (1995), Pierre Gentelle avait signé un chapitre sur les relations entre géographie et archéologie. Il y expliquait que, contrairement à tout ce qu’on aurait pu penser, les rapports entre les deux disciplines n’avaient pas été, pendant longtemps, vraiment développés, et que l’une et l’autre avaient suivi des chemins parallèles. Mais, en bon disciple de Claude Lévi-Strauss – dont il rappelle (p. 8 de l’ouvrage) qu’il a été l’élève –, il notait déjà qu’elles font toutes deux partie d’une anthropologie, permettant de décrire ce que les sociétés ont de permanent et de « structurel » en regard de l’histoire qui décrit plutôt les aspects contingents. Il dessinait les contours disciplinaires de cette collaboration en pointant des secteurs ou des thématiques qui sont effectivement devenus des axes forts de cette collaboration : archéologie environnementale, archéologie spatiale ou du territoire, géoarchéologie.

114Le très intéressant ouvrage recensé ici rassemble, sur le thème des espaces irrigués, pour la plupart situés en milieu désertique, six études portant sur l’Iran (Shahdad), la Jordanie (Pétra, à l’invitation de Jean-Marie Dentzer ; Iraq el Amir), le Yémen, la Chine (canal de Zheng Guo, au nord de Xi’An, l’ancienne capitale Chang’An), enfin l’Ouzbékistan (Samarcande). C’est l’ouvrage d’une vie de recherche (son premier terrain datant de 1959, en Chine), le livre de raison d’un observateur ayant le goût des traces, le carnet de notes d’un géographe qui souhaite apporter aux archéologues le savoir d’une autre corporation.

115La force du livre, qui ne se veut ni théorique ni historique par souci d’échapper aux simplifications, est, malgré cela, considérable. En associant toute la gamme des représentations que le géographe sait mobiliser – cartes anciennes, textes (comme la description du « château de l’esclave » d’Hyrcan le Tobiade par Flavius Josèphe), photographies de terrain, images et photographies aériennes, plans et cartes –, l’auteur fait valoir que l’espace est une originale combinaison d’échelles. L’archéologie de terrain renseigne précisément certaines de ces échelles. Mais le géographe suggère des interprétations d’ensemble qui peuvent renverser les termes d’un problème.

116C’est la démonstration que Pierre Gentelle fait à propos du canal de Zheng Guo, construit en 246 avant notre ère et dont on dit qu’il est l’ancêtre d’une irrigation maintenue jusqu’à aujourd’hui. Or les observations géographiques ont permis de proposer une hypothèse originale pour caractériser la dynamique régionale. Le canal aurait été construit pour unifier des systèmes locaux d’irrigation et de gestion des eaux. Ensuite, selon le degré d’organisation plus ou moins grand du pouvoir central, les systèmes locaux auraient alternativement retrouvé ou perdu leur autonomie. On voit ainsi comment une même forme peut supporter des modes d’utilisation variés.

117On prend donc Pierre Gentelle en défaut de modestie puisqu’il démontre que la géographie, lorsqu’elle s’applique à des dossiers archéologiques, ne débouche pas seulement sur des connaissances structurelles intemporelles mais aussi sur la mise au jour de dynamiques subtiles. Espérons, sur ces questions et sur les autres dossiers qu’il cite en conclusion sans avoir eu le loisir de les exploiter, un grand ouvrage de fond sur les espaces désertiques irrigués, de l’Antiquité à nos jours.

118   

119Hédi Slim, Pol Trousset, Roland Paskoff et Ameur Oueslati, Le littoral de la Tunisie. Étude géoarchéologique et historique. Paris, CNRS Éditions, 2004, 314 p.

120Cet ouvrage de grand intérêt expose les résultats d’un programme de recherches franco-tunisien qui a réuni des géographes et des archéologues pour l’étude du littoral de la Tunisie. Les recherches ont été patronnées par l’Institut national du patrimoine tunisien, les Universités de Tunis I, Lyon II, Aix-en-Provence et le CNRS. L’objectif était double : quelles transformations physiques de la côte pouvait-on décrire, de l’Antiquité à nos jours ; et quelles activités liées à la mer pouvait-on reconnaître pour l’époque romaine ? La plus grande partie de l’ouvrage est un catalogue des observations et des gisements (210 gisements archéologiques). Cet inventaire donne leur assise aux deux chapitres de synthèse de la seconde partie de l’ouvrage.

121L’exploitation des vestiges archéologiques dans la connaissance de la dynamique côtière est une des originalités de l’étude géographique de Roland Paskoff. Après un rappel bienvenu des principes généraux de la géographie physique des côtes, trois faits dominants sont mis en avant. Le premier est la variation verticale du niveau de la mer. Le deuxième est le déplacement de la ligne de rivage (variation horizontale), lequel n’est pas directement et mécaniquement lié à la précédente variation. Enfin, le troisième est la mise en évidence d’une crise érosive à la fin de l’Antiquité.

122L’évolution globale du littoral tunisien sur plus de deux mille ans est une tendance au recul du trait de côte. Mais cette récession n’est pas uniforme et n’interdit pas la constatation d’avancées, comme dans la baie d’Utique où le site portuaire est aujourd’hui perdu dans les terres, à une douzaine de kilomètres du rivage, parce que la Medjerda construit une plaine deltaïque avec les sédiments qu’elle apporte. La submersion des sites archéologiques atteste la remontée du niveau marin. On retrouve, en effet, noyés sous les eaux, des nécropoles, des structures urbaines, des viviers, des aménagements portuaires, mais aussi des carrières antiques. Le relèvement du niveau marin a une ampleur de plusieurs dizaines de centimètres. Il est actuellement très rapide avec 5,7 millimètres de hausse par an.

123Les côtes tunisiennes ont subi une transformation d’ensemble de leurs milieux qui peut être décrite en termes de dégradation du paysage. Des espaces répulsifs sur des sols salés et inondés (vasières, marais) se sont développés là où l’Antiquité offrait des paysages occupés et exploités. L’enquête a révélé d’importants phénomènes d’alluvionnement et de colluvionnement à la fin de l’Antiquité, qui ne se sont plus jamais reproduits à cette hauteur. Ils justifient la description d’un épisode de crise érosive.

124L’exposé des activités littorales et halieutiques antiques atteste l’intensité de l’occupation et de l’exploitation. Il existe des vestiges variés, souvent explicites et même spectaculaires. Sont abordées successivement les carrières (de grès et d’éolianites) puis les pêcheries et les industries qui leur sont liées. De grandes usines de salaison sont décrites à partir des fouilles de Salakta et de Nabeul, mais il semble qu’il s’agisse d’un artisanat formant une activité annexe dans un grand domaine rural côtier et non d’une industrie spécialisée. De même, la datation de l’établissement de Nabeul renvoie au Haut-Empire alors que le matériel habituellement collecté en prospection de surface sur les sites côtiers tunisiens est beaucoup plus tardif (iie, iiie, voire ive siècle).

125Les auteurs soulignent que, sans la transformation du littoral tunisien qui détruit les gisements archéologiques, ceux-ci ne seraient pas connus. Paradoxalement, la destruction favorise la connaissance. Très justement, ils relient les connaissances acquises aux interrogations contemporaines sur les changements climatiques et la remontée du niveau de la mer. Selon eux, l’élévation annoncée du niveau marin dans le siècle à venir, si elle correspondait aux prévisions, aurait l’ampleur de celle qui s’est produite en deux mille ans. C’est ici que les données archéologiques interviennent à propos puisqu’elles fournissent des points de comparaison qui parlent à notre esprit.

126L’ouvrage, excellemment édité et illustré de photographies de qualité, aurait gagné à présenter un peu plus de cartes qu’il n’en contient. On regrette souvent de n’avoir pas davantage de cartes détaillées des phénomènes décrits, de schémas d’interprétation morphologique des photographies aériennes, de cartes à grande échelle insérant les vestiges dans leur contexte géographique. À cette nuance près, une belle réussite.

127   

128Giuseppe Ceraudo ed., Ager Aquinas. Aerotopografia archeologica lungo la valle dell’antico Liris. Marine di Minturno, Caramanica Editore, 2004, 122 p.

129Cet ouvrage regroupe plusieurs études de topographie historique sur la région de la moyenne et de la basse vallée du Garigliano appelé Liris dans l’Antiquité, autour des sites romains d’Aquinum, Arpinum, Cereatae Marianae, Sora, Fregellae, Fregellanum, Fabrateria Nova, Interamna Lirenas, Minturnae et Cassinum. Il est dû à une équipe de l’Université de Lecce, animée par Giuseppe Ceraudo. L’idée de départ était de profiter des séries vraiment exceptionnelles de photographies aériennes faites en 1943-1944 dans un secteur particulièrement ravagé par les combats, autour de l’abbaye de Montecassino, et de les compléter par d’autres missions plus récentes.

130L’ouvrage, réalisé avec le concours de collectivités territoriales, démontre à l’envi les possibilités de la « topographie archéologique ». Comme le rappelle Giuseppe Ceraudo, ce travail s’insère dans un processus de recherche sur des problématiques définies et passe par une restitution cartographique soignée. Il ne s’agit pas d’un expédient.

131Pour les sites urbains antiques retenus, l’étude principale est celle d’Aquinum, le plus important centre de cette région, pour lequel un remarquable plan topographique sur fond parcellaire et oro-hydrographique est proposé (fig. 3 p. 16), offrant un matériau d’excellence à la recherche. Je signalerai aussi, parmi d’autres, la belle découverte de l’amphithéâtre de Fabrateria Nova (pp. 83-84). Les voies antiques font l’objet de reconnaissances précises, avec, par exemple, un grand « panoramique » (en fait, une mosaïque de clichés anciens) de la Via Latina, qui en révèle le tracé de Fabrateria à Cassinum (pp. 30-31).

132Les centuriations romaines sont au cœur de l’ouvrage. Ayant travaillé sur ce sujet dans les mêmes régions, j’apprécie les évolutions qui se font jour, comme la proposition d’asseoir différemment la trame de la centuriation de Sora, qui me paraît intéressante. Mais je note, au passage, que le travail que nous avons réalisé dans les années quatre-vingt à partir d’une analyse morphologique de la carte italienne au 1:25 000e n’est toujours pas compris puisque Pia Federica Chiocci croit que nous avons mis en œuvre un filtrage optique, ce qui n’a jamais été fait dans ces régions. Ensuite, cet auteur revient à d’assez sages et uniformes propositions de centuriations en contestant, par exemple, l’hypothèse d’une strigatio précoce que j’avais suggérée au nord-ouest d’Aquinum. L’argument selon lequel la Via Montana fait un coude n’est pas recevable puisque la logique d’une voie n’est pas la même que celle de la centuriation (pour preuve : la Via Latina fait aussi des coudes dans la centuriation d’Aquinum, ce qui ne remet pas en cause cette dernière). C’est l’étude du parcellaire dans sa totalité qui importe. On touche là à la différence entre une approche de topographie archéologique (qui limite ses observations aux objets avérés) et une approche de morphologie diachronique (qui travaille sur l’ensemble de l’information, ancienne et transmise).

133L’étude des bourgs médiévaux n’est pas oubliée (Aquino). Enfin, le volume présente plusieurs analyses des faits de guerre en exploitant les informations des clichés de la RAF.

134Je conclurai en soulignant l’excellence de ce livre, par l’abondant matériau qu’il met à la disposition des chercheurs et des populations concernées et par la grande qualité de la publication.

135   

136Maria da Conceição Lopes, A cidade romana de Beja. Discoursos e debates acerca de Pax Iulia. Coimbra, 2003, 394 p.

137Cette publication reprend la thèse doctorale de l’auteur, sous la forme d’une monographie régionale liée à une cité exemplaire, ici coloniale.

138Le genre est bien établi chez les antiquisants. Il s’agit d’étudier une cité et son territoire dans l’Antiquité, avec maints passages obligés : la définition des frontières de la cité, l’esquisse du plan urbain colonial, l’appréciation de la taille des domaines des villae, le type d’économie rurale, etc. La méthode ne l’est pas moins, avec une hiérarchie structurante entre la ville et la campagne, et un rangement des informations archéologiques et morphologiques dans les tiroirs de la typologie historienne.

139Aussi est-on immédiatement intrigué par le titre de cette monographie, qui paraît semer le trouble dans cette organisation. Il est autant question de Beja, la ville actuelle, que de Pax Iulia, la ville antique, et le sous-titre : Itinéraires et débats autour de la « civitas » de Pax Iulia, n’annonce pas de certitudes. La préface de Jorge de Alarcão nous convainc de la force que ces débats ont prise dans le parcours de l’auteur et des réorientations que ces interrogations ont suscitées. On doit savoir gré à l’Institut d’archéologie et à son directeur d’avoir encouragé Maria da Conceição Lopes à exposer ses doutes et à en faire une matière scientifique finalement bien plus intéressante que la reproduction d’une sempiternelle version de la même thèse régionale. L’ouvrage n’en rassemble pas moins les résultats de la recherche de l’auteur : prospections effectuées selon une stratégie sélective définie en fonction de l’ampleur du territoire présumé de la cité (environ 3 500 km2) ; fouilles archéologiques sur le site urbain mais aussi sur des établissements ruraux ; analyses morphologiques par carto- et photo-interprétation.

140Pax Iulia est une fondation coloniale de la fin du ier siècle avant J.-C., probablement la mise en œuvre par les Triumvirs ou par Octave-Auguste d’une décision d’époque césarienne. Située en Alentejo, dans la partie méridionale du Portugal actuel, son territoire est traversé par l’imposant Guadiana nommé Anas dans l’Antiquité. Un tel contexte historique encourage généralement les chercheurs à ne pas hésiter à restituer un plan colonial régulier, pour la ville antique, et une ou plusieurs centuriations, pour le territoire rural. Rompant avec ces habitudes, Maria da Conceição Lopes refuse soit d’entériner les propositions de centuriations de son collègue Vasco Mantas, soit même de suggérer une restitution alternative. Elle en fait tout autant pour l’étude du plan urbain. Celle-ci ne permettant pas, selon elle, d’avancer sur ces terrains difficiles, elle préfère ouvrir le débat et poser les bases d’un nouveau projet de recherche pour avancer dans la compréhension de la dynamique de l’espace agraire ou urbain.

141Elle procède de même sur la question des grands domaines ruraux. On sait que le territoire de Pax Iulia renferme l’exceptionnel site de São Cucufate, qui a donné lieu à une fouille luso-française dirigée par Jorge de Alarcão, Robert Étienne et Françoise Mayet. Cette recherche a amorcé l’évolution des idées sur les grands domaines en abandonnant l’image d’un latifundium de 1 500 ou même 3 000 hectares, comme on le pensait jusque dans les années quatre-vingt. Discutant la pertinence du modèle élaboré autour de ce gisement (pp. 264-272), Maria da Conceição Lopes synthétise le résultat de ses propres prospections en une proposition qui tient compte de la mobilité paysagère, de la hiérarchisation des établissements, de la reconnaissance des héritages préromains, et qui, finalement, change la vision du paysage rural antique.

142L’ouvrage témoigne donc à la fois des résultats d’une enquête archéologique approfondie qui offre d’abondants matériaux, et d’un passionnant questionnement sur les attendus de la recherche. La monographie de Maria da Conceição Lopes ouvre, logiquement, sur une nouvelle phase de recherche pour répondre à l’ensemble de ces interrogations. Souhaitons que cette étape lui permette de produire, à terme, une nouvelle et stimulante synthèse.

Précis

143Enrique Ariño Gil, Josep M. Gurt i Esparraguera, Josep M. Palet Martinez, El passado presente. Arqueologia de los paisajes en la Hispania romana. Salamanque et Barcelone, Publications de l’Université de Salamanque, Publications de l’Université de Barcelone, 2004, 238 p.

144Dans ce livre qui prend la forme d’un précis des recherches sur l’Espagne romaine, les auteurs, tous trois archéologues, abordent la question du territoire des cités antiques. Ils font le constat de la diversité des méthodes d’étude mais signalent aussitôt que tout cela renvoie à une « culture » et à une « société » qui donnent du sens aux observations territoriales. L’optique est donc culturaliste ou historiciste en ce que ce livre propose un cadre à la recherche archéologique, un lieu pour interpréter ses découvertes détaillées et spécifiques. Les auteurs souhaitent dépasser la problématique ancienne dont ils dressent un rapide panorama (pp. 14-16). Ils posent l’idée que les études sur les territoires sont entrées dans une phase critique, observant un saut qui interdit toute marche arrière : les travaux de morphologie doivent être « impérieusement » vérifiés par l’archéologie de terrain ; toutes les données sur le peuplement doivent être intégrées à l’interprétation des cadastres géométriques ; enfin, la compréhension des établissements nécessite une documentation archéologique supplémentaire en raison de la crise des modèles théoriques. Selon eux, le passage d’études générales à des niveaux plus microrégionaux est un fait majeur.

145Le plan du livre est révélateur de la réponse qu’ils proposent face à cette crise. Le point de départ régional est le cadastre romain. Celui-ci est non seulement le cadre d’interprétation de la société ancienne mais aussi le cadre d’intégration de la recherche suivant une progression méthodologique hiérarchisée : identification des lignes par carto- et photo-interprétation ; « documentation » de ce squelette par les cartes anciennes et par les sources écrites ; contrôle sur le terrain ; intégration des faits paléo-environnementaux. Le chapitre V retrace le programme de l’organisation territoriale romaine. Le chapitre VI développe l’idée que le cadre géométrique romain peut englober des structures territoriales antérieures. Le chapitre VII étudie les espaces non centuriés. Le chapitre VIII aborde les survivances et les transformations de l’époque wisigothique, tandis que dans le dernier chapitre, les auteurs discutent la question des sources écrites et des formes parcellaires du haut Moyen Âge.

146Les principaux exemples régionaux exploités dans le livre commencent à être bien connus, compte tenu des publications antérieures des auteurs (tableau pp. 50-51). Il s’agit des travaux sur le cas majeur et emblématique de Merida, qui a été renouvelé par la découverte de la grande centuriation de la Tierra de Barros ; sur celui d’Ampurias (Emporiae) ; des autres travaux sur la côte catalane à Tarraco (Tarragone) et Barcino (Barcelone) ; des réseaux du Levant à Valence ou Elche ; des réseaux de Caesaraugusta (Saragosse) et de quelques autres dossiers d’emprise territoriale moins ample. Le propos du livre se précise : il ne s’agit pas d’un ouvrage sur les paysages de l’Espagne à l’époque romaine mais bien d’un ouvrage sur la morphologie des territoires qui, à l’époque romaine, ont été transformés par une entreprise cadastrale.

147Or, et c’est une spécificité des paysages espagnols, les réseaux centuriés romains n’ont guère laissé de traces si ce n’est quelques centuries évidentes au sud d’Elche. Partout ailleurs, il faut une grande projection mentale pour asseoir une grille à partir de quelques éléments intégrés (le plus souvent sans pouvoir être contrôlés par l’archéologie) dans la restitution. Rien de comparable à la situation italienne, où l’on sait que des formes carroyées extraordinaires se lisent sur les cartes, ni à la situation française, où la densité du parcellaire hérité transmet l’orientation dominante du réseau antique.

148La question du contrôle sur le terrain recule d’autant et reste le point faible de l’argumentation sans qu’on puisse le reprocher aux auteurs. Ce sont les conditions dans lesquelles se décident les fouilles archéologiques qui comptent. Les auteurs sont réduits à exploiter davantage le résultat de prospections de surface que celui de fouilles. Et comme les espaces envisagés sont vastes (Merida est même célèbre, dès l’Antiquité, pour l’immensité de son territoire), ces prospections paraissent très ponctuelles. Ils ont raison d’inventorier patiemment tous les indices découverts, mais il me paraît encore très présomptueux de parler d’une « vérification » du travail de morphologie par l’archéologie.

149Par ses références, sa méthodologie et sa conception d’ensemble, celle d’un paysage romanisé l’emportant sur les autres formes possibles de paysage antique, cet ouvrage renvoie aux travaux des années quatre-vingt, avec une référence explicite à ceux de l’École de Besançon et à la modélisation de M. J. Castillo Pascual.

Mise en perspective archéogéographique

150Au terme de cette recension, je souhaite souligner l’extrême richesse de cette production collective. Elle témoigne de l’irrépressible retour d’une préoccupation géographique ainsi que d’une attention plus soutenue aux dynamiques et à la complexité des héritages et des milieux.

151Si j’ai placé cette production sous l’intitulé de l’archéogéographie, c’est pour une raison précise. Je n’ignore pas que ces recherches se présentent sous des labels très variés : géographie historique, topographie historique, archéologie du paysage, archéologie environnementale, archéomorphologie, histoire agraire, archéologie agraire, etc. Toutes ces disciplines ont les mêmes points communs : l’importance du renouvellement des connaissances par l’archéologie ; le rôle des problématiques géographiques dans la re-formulation des questions ; un éloignement (variable cependant) par rapport au courant morpho-historiciste qui avait marqué la recherche dans les décennies antérieures. Tous les travaux dont on a rendu compte ici manifestent une évolution vers d’autres horizons.

152La recherche est largement dominée, selon moi, par le projet Archaeomedes. Ses publications ouvrent de vraies perspectives. Celle d’une archéogéographie dont on voit bien les trois composantes : l’une est planimétrique, avec l’étude des trames et des réseaux, recourant à des méthodes de géographie physique, humaine, spatialiste ; une autre est territoriale, et c’est celle dont l’évolution sera la plus difficile car il s’agit de remettre l’étude des territoires prémodernes à l’endroit, c’est-à-dire de les débarrasser des options modernes ; une autre, enfin, est environnementale, avec le développement de la géoarchéologie (fluviale, sédimentaire, montagnarde, forestière) et d’une pratique spatialisée des techniques du paléo-environnement végétal et animal.

153L’élaboration théorique reprend, portée par les travaux du programme Environnement du CNRS, par le projet Archaeomedes ou par les travaux de l’école d’archéogéographie que j’anime. Nous osons, collectivement, affronter l’attitude un peu glaciale de ceux de nos collègues pour qui accumuler suffit, sans qu’il soit besoin de cadre théorique, et nous inventons de nouveaux outils. Et si j’ai discuté, ci-dessus, le concept d’anthroposystème, chacun aura compris que je hiérarchise mes remarques : j’apprécie hautement le retour à une réflexion théorique et épistémologique qui se fait jour à travers ce concept.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Chouquer, « Une année d’exception pour l’archéogéographie », Études rurales, 173-174 | 2005, 297-324.

Référence électronique

Gérard Chouquer, « Une année d’exception pour l’archéogéographie », Études rurales [En ligne], 173-174 | 2005, mis en ligne le 13 décembre 2005, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/3111

Haut de page

Auteur

Gérard Chouquer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search