Navigation – Plan du site
Ethnographie de la violence

Le dédain de la mort et la force du cadavre

Souillure et purification d'un meurtrier lobi (Burkina/Haute-Volta)
Pierre Bonnafé et Michèle Fiéloux
p. 63-88

Résumés

Les années 1920-1930 chez le peuple lobi de Burkina (Haute-Volta) furent riches en conflits armés (vengeances et guerres). Quels facteurs les rendaient nécessaires dans les rapports sociaux ? Quel rôle devaient y tenir les guerriers ? Pourquoi fallait-il les purifier après le meurtre d'un ennemi ? La violence était une pratique inculquée dans des strates d'âge informelles. Son exercice établissait des confréries d'homicides, rivalisant de courage et se distinguant orgueilleusement du reste de la société. Tuer même son pur ennemi est une souillure, comparable à la destruction de certains animaux puissants ou de certains végétaux anciennement connus. Ces actes réclament tous des rituels purificatoires et des funérailles spécifiques. Mais le caractère communautaire des rapports sociaux, l'équivalence et la séparation des groupes engagés entraînent un étrange renversement. Le mépris de la mort est suivi de la peur du cadavre : vengeance réelle et imaginaire coexistent. Et supprimer son adversaire, c'est tuer son semblable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Bonnafé et Michèle Fiéloux, « Le dédain de la mort et la force du cadavre », Études rurales, 95-96 | 1984, 63-88.

Référence électronique

Pierre Bonnafé et Michèle Fiéloux, « Le dédain de la mort et la force du cadavre », Études rurales [En ligne], 95-96 | 1984, mis en ligne le 26 septembre 2003, consulté le 19 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/880

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals