Navigation – Plan du site
2018
Domaine français

Le traicté intitulé la concorde des deux langages de Jean Lemaire de Belges. La question du vernaculaire dans un contexte de rivalité politique et linguistique franco-italienne

Alexandra Pénot
Référence(s) :

Jean Lemaire de Belges, Le Traicté intitulé la concorde des deux langages dans Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, par maistre Jean le Maire de Belges. Avec la Couronne Margaritique, et plusieurs autres œuvres de luy, non jamais encore imprimées. Le tout reveu et fidelement restitué par maistre Antoine du Moulin Masconnois, Valet de chambre de la Royne de Navarre, Lyon, Jean de Tournes, 1549.

1511, 1513, 1549

Résumé

Dans la Concorde des deux langages (1511), Jean Lemaire de Belges confronte le français et l’italien. Si le but déclaré est d’aboutir à leur conciliation dans un contexte politique et culturel tout en tensions et rivalités, l’on peut également proposer de l’œuvre une lecture plus nuancée et y voir une prise de position patriotique en faveur de la langue nationale de l’auteur.

Haut de page

Notes de l’auteur

Afin de permettre une référence aisée au texte, les passages ont été numérotés en fin de paragraphe ou de vers :

- P1 : « Prologue » en prose + numéro de la section (identifiée par un alinéa dans l’édition princeps de 1513 et par un retrait sans passage à la ligne, que nous rendons par un alinéa, dans l’édition de de 1549).

- TR : « La description du Temple de Venus », en terza rima + numéro de vers (selon un incrément 3).

- P2 : « Comment l’acteur fut rebouté du Temple de Venus » en prose + numéro du paragraphe.

- A : « Description du rocher, sur lequel est assis le Palais d’honneur et le Temple de Minerve », en alexandrins + numéro de vers (selon un incrément 4, en accord avec les rimes plates).

- P3 : « Comment en ce lieu solitaire s’apparut à l’acteur un Esprit familier, en guise d’Ermite, nommé Labeur historien : avecques lequel il conclut et delibera, de demourer et le servir comme son clerc, à fin de trouver la concorde des deux langages » en prose + numéro du paragraphe.

Texte intégral

Notice biographique

  • 1 Sur la vie et l’œuvre de Jean Lemaire de Belges, l’on pourra consulter : Philippe August Becker, Je (...)
  • 2 François Rigolot, « Lemaire de Belges (Jean) », Dictionnaire des lettres françaises. Le XVIe siècle(...)

1La vie de Jean Lemaire de Belges nous est essentiellement connue à travers les indices qui jalonnent ses œuvres et plusieurs informations demeurent incertaines1. Jean Lemaire est né à Belges, actuel Bavay (commune française du Nord)2, probablement en 1473, si l’on se réfère à l’épître dédicatoire du premier livre des Illustrations de Gaule :

  • 3 Nous citons d’après l’édition de 1549 : Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, par ma (...)

À ceste cause, en ce temps heureux et prospere de la monarchie de ton geniteur, Empereur des Chrestiens, que toutes sciences sont plus esclarcies que jamais, je stimulay et enhardis l’entendement du tien tresadonné serviteur voluntaire, Secretaire, Indiciaire et Historiographe Jean le Maire de Belges, environ l’an xxvii. de son aage, qui fut l’an de grace Mil cinq cens, à ce qu’il osast entreprendre ce labeur3 :

  • 4 Nous citons d’après Jean Lemaire de Belges, Le Temple d’honneur et de vertus, éd. Henri Hornik, Gen (...)
  • 5 Sur ces liens, l’on pourra consulter : Philipp August Becker, Jean Lemaire, der erste humanistische (...)
  • 6 Jean Lemaire de Belges, Chronique de 1507, éd. A. Schoysman, Bruxelles, Académie royale de Belgique(...)

2Peu d’informations nous permettent de détailler son enfance, hormis un fait d’une importance notable : sa première éducation a été prise en charge par Jean Molinet. Jean Lemaire se présente en « trespetit et incongneu disciple et loingtain imitateur, desirant suyvre les vestiges mesmement de monseigneur l’indicaire archiducal, maistre Jehan Molinet, mon precepteur et parent » (dans l’épître dédicatoire du Temple d’honneur et de vertu adressé à Anne de France4). À ce jour, la nature de ses liens exacts avec Molinet (son oncle ou son parrain) restent flous5. Après des années passées aux côtés de celui qu’il définit comme « le chief et souverain de tous les orateurs et rhetoriciens de nostre langue gallicane »6, Jean Lemaire de Belges quitte Valenciennes pour suivre les cours de la faculté des arts de l’université de Paris.

  • 7 « Car (si bien il en souvient à ta debonnaireté) passant par ville Franche en Beaujeulois, tu me do (...)

3De 1498 à 1503, il devient « clerc des finances » du duc Pierre II de Bourbon (ainsi que nous l’apprend l’épître à Guillaume Cretin du livre III des Illustrations de Gaule), et reste à son service jusqu’à la mort de son protecteur en octobre 15037. Il compose durant cette période les œuvres suivantes :

- La plaincte du desiré C’est à dire la deploration du trespas de feu monseigneur Loys de Luxembourg Prince d’altemore : duc d’andre et de venouze. Conte de Ligny, etc. Composée par Jehan le maire de belges secretaire dudit feu seigneur. L’an mil cinq cens et trois (Paris, Geoffroy de Marnef, 1509 à la suite de La Legende des Venitiens). Poème allégorique d’hommage funèbre à son second et bref protecteur, le comte de Ligny. L’épître dédicatoire de la première édition est adressée à Marguerite d’Autriche qui est sa protectrice au moment de la publication, mais celle des versions manuscrites (BnF, fr. 1693 et 23.988) est adressée à Anne de Bretagne qui ne deviendra sa protectrice qu’en 1512, ce qui montre que Jean Lemaire cherchait déjà à se rapprocher de la couronne de France en 1503.

- Le temple d’honneur et de vertus Composé par Jehan Le maistre disciple de Molinet. À l’honneur de feu monseigneur de bourbon (Paris, Michel Le Noir, 1504). Éloge allégorique et pastoral du duc de Bourbon et de son épouse, Anne de France. Jean Lemaire le compose juste après le décès du duc (survenu le 10 octobre 1503) et l’offre à son nouveau protecteur, Louis de Luxembourg, prince d’Albemare, comte de Ligny, « peu de jour avant son trespas à Lyon » (décès survenu le 31 décembre 1503). Jean Lemaire de Belges perd ainsi deux protecteurs coup sur coup. La première publication, en 1504, sera dès lors adressée à Anne de France (veuve du duc Pierre II de Bourbon, fille aînée du roi Louis XI et sœur du roi Charles VIII, elle a assuré la régence du royaume, à la mort de son père, de 1483 à 1491).

4Jean Lemaire passe alors (1503-1504) au service de Marguerite d’Autriche (Marguerite de Habsbourg, archiduchesse d’Autriche), fille de l’empereur Maximilien Ier et de Marie de Bourgogne, épouse de Philibert le Beau, duc de Savoie (qu’elle épouse en secondes noces en 1501), duchesse de Savoie (par son mariage). En 1507, à la mort de Jean Molinet (le 23 août), il devient à sa suite (le 26 août) indiciaire et historiographe de Marguerite d’Autriche pour le compte de laquelle il effectue de nombreux déplacements et dont il se fait le panégyriste et le propagandiste politique, ainsi que l’attestent ses œuvres.

- La Couronne Margaritique, Composée par Jean le Maire, Indiciaire et Historiographe de Madame Marguerite d’Austriche et de Bourgongne, Duchesse de Savoye, Dame de Bresse (Lyon, Jean de Tournes, 1549, section paginée 1-72). Composé en prose et en vers à l’occasion de la mort de Philibert le Beau (10 septembre 1504), cet éloge funèbre du défunt se conjugue à la glorification de sa veuve, protectrice du poète. Restée inachevée, l’œuvre est publiée par Antoine du Moulin en 1549.

- Les Epistres de l’Amant vert (première épître achevée vers août 1505 et la seconde probablement rédigée à l’automne de la même année, publication à Lyon, chez Étienne Baland, en 1511, en même temps que le premier livre des Illustrations de Gaule), œuvre de divertissement. Le perroquet de Marguerite d’Autriche fut dévoré par un chien. Le poète imagine, qu’amoureux de Marguerite, l’amant au vert plumage s’est délibérément jeté dans la gueule du chien après avoir composé une épître à sa bien-aimée. Le succès de la première épître encouragea l’auteur à en composer une seconde dans laquelle le défunt perroquet raconte son voyage outre-tombe jusqu’au paradis des bêtes.

- Les Regretz de la Dame infortunée sur le trepas de son trescher frere unique (Paris, Geoffroy de Marnef, 1509, à la suite de La Legende des Venitiens), nouvelle déploration funèbre composée en 1506 à l’occasion du décès de Philippe le Beau (le 25 septembre 1506), régent de Castille, frère de Marguerite d’Autriche qui devient de ce fait tutrice de son neveu, le futur Charles Quint (alors âgé de six ans).

  • 8 L’on a conservé un fragment de cette chronique, couvrant les événements majeurs de l’histoire de Pa (...)

- La pompe funeralle des obseques de feu Roy dom Phelippes. filz unicque de l’empereur Maximilian cesar auguste. Ung chant nouvel touchant l’aliance d’angleterre. L’epitaphe de feux messire george chastelain et maistre Jehan molinet Jadis Indiciaires et historiographes de la tresIllustre maisonde Bourgoigne. Par Jehan Lemaire Belgijen leur humble successeur disciple et loingtain Imitateur (1507, éd. Anvers, Willem Vorsterman, 1508). Sur la cérémonie funèbre de Philippe le Beau, frère de Marguerite (18-19 juillet 1507). Ce témoignage historiographique figure dans la « Chronique de 1507 » rédigée par l’historiographe mais restée à l’état d’un manuscrit de travail8 (Dupuy 503, f. 145r-152r). Il a fait l’objet d’une publication indépendante en 1508.

  • 9 Ces deux versions sont désormais accessibles dans Jean Lemaire de Belges, Des anciennes pompes fune (...)

- Des Anciennes pompes funeralles (rédigé entre fin novembre 1507 et fin janvier 1508, BnF, ms. fr. 5.447 des Antiquitez de Lyon réunies pour Pierre Sala, f. 8v-24) traité adressé à Marguerite d’Autriche. Une version remaniée sera offerte en 1514 à Claude de France lors du décès de sa mère Anne de Bretagne sous le titre Traité des pompes funebres (BnF, ms. fr. 22.326)9.

- Les Chansons de Namur. Pour la victoire eue contre les francois À saint Hubert d’ardenne. Composées par Jehan lemaire de belges Indiciaire et historiographe de la tresillustre maison d’austriche castille bourgoigne et de Namur (Anvers, Henri Heckert, 1507). Ce texte évoque le succès de paysans et charbonniers de Namur à Saint-Hubert d’Ardenne contre une colonne française venue au secours du duc de Gueldre en guerre contre Maximilien.

- La Concorde du gendre humain Composé à l'honneur de la saincte conception de la gloriose vierge, Le Jour de laquelle fut Conclue à cambray la tresheureuse paix, Moyennant la prudence et felicité, de madame marguerite d'austrice et de bourgoigne, duchesse douaingiere [douairière ?] de Savoie Contesse de villars Dame du pays de bresse, Regente et gouvernante, etc. (Bruxelles, T. de La Noot, 1508). Traité en vers et prose, à la louange de sa protectrice, Marguerite d’Autriche et des traités de Cambrai (fin 1508) destinés à établir la paix entre Maximilien d’Autriche et Louis XII et à réunir les pouvoirs européens dans une initiative contre les Turcs, tout en s’opposant aux Vénitiens.

- La legende des Venitiens, ou autrement leur cronicque abbregée, par laquelle est demonstré le tresjuste fondement de la guerre contre eulx. La Plaincte du desiré, c’est à dire la Deploration du trespas de feu monseigneur le conte de Ligny. Les Regretz de la dame infortunée (Paris, Geoffroy de Marnef, 1509). Pamphlet en prose contre les ambitions de la république vénitienne.

  • 10 Nous citons d’après Jean Lemaire de Belges, Traicté de la différence des schismes et des conciles d (...)

- Histoire moderne du prince Syach Ismaël, dit Sophy Ardvelin, traduit de l’italien (La vita del Sophi de Giovanni Rota, vers 1508) en 1509. Ce roi de Perse (1485-1523) était ennemi des Ottomans et partisan d’une alliance des princes d’Europe contre eux. La traduction de Lemaire en fait également un ennemi du pape Jules II qui « a prommis et juré solennellement faire la guerre aux Turcz et mescrenans et n’en fait riens, ainsi garde les autres de ce faire, et qui plus est trouble et scandalise toute la Chrestienté.10 » Publié avec le Traicté en 1511 : Le traictié Intitulé de la difference des scismes et des concilles de l’eglise. Et de la preeminence et utilité des concilles de la saincte eglise Gallicane. Avec lequel sont comprises pluiseurs autres choses curieuses et nouvelles et dignes de scavoir. Sicomme de l’entretenement de l’union des princes. La vraye histoire et non fabuleuse du prince Syach Ismail dit Sophy. Et le saufconduit que le souldan baille aux François pour frequenter en la terre saincte. Avec le Blason des armes des Venitiens (l’ensemble paraît à partir de 1532 sous un nouveau titre : Le promptuaire des conciles de l’Eglise catholique avec les scismes et la difference d’iceulx).

  • 11 Selon Jean Frappier dans Jean Lemaire de Belges, La Concorde des deux langages, éd. J. Frappier, Pa (...)
  • 12 « Jean Le Maire de Belges, treshumbe disciple et loingtain imitateur des meilleurs Indiciaires et h (...)

5À la fin de l’année 1510, les relations de Jean Lemaire se font plus difficiles avec sa protectrice, avec laquelle il entre en désaccord au sujet de la pierre qu’il convient d’employer pour la construction de l’église de Brou que Lemaire devait surveiller11. Il fait alors paraître les Epîtres de l’Amant vert en 1511 avec le premier livre des Illustrations, accompagnées d’une épître dédicatoire « Au sien tressingulier patron et protecteur, Maistre Jean Perreal de Paris, Peintre et Valet de chambre ordinaire du Roy treschrestien » datée du Ier mars 1510 (n. s. 1511) à son ami le peintre Jean Perréal pour le prier de recommander son œuvre à la reine Anne de Bretagne12. En 1512, il entre comme indiciaire historiographe au service de la reine Anne de Bretagne (1477-1514, duchesse de Bretagne, deux fois reine de France par ses mariages successifs avec Charles VIII, en 1491, puis Louis XII, en 1499). Il met dès lors sa plume au service d’une propagande nationaliste, défendant la politique du roi en même temps que la grandeur de la nation et de la langue françaises.

  • 13 Source : Jacques Abélard, Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye de Jean Lemaire de Be (...)
  • 14 Nous citons d’après l’édition de 1549, op. cit., livre I, chapitre 1, p. 4.

- Illustrations de Gaule et singularitez de Troye13 : publication séparée d’abord, du livre I en 1511 (Le premier livre des Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, Lyon, Etienne Baland, 1511, avec privilège du 30 juillet 1509), du livre II en 1512 (Le second livre des Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, Lyon, Etienne Baland pour Geoffroy de Marnef à Paris, 1512) et du livre III en 1513 (Le tiers livre des Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, Paris, Raoul Cousturier, Geoffroy de Marnef, 1513). Édition des trois livres à partir de 1523. À travers une vaste geste mythologique, les trois livres entreprennent de démontrer les liens entre les rois gaulois et troyens, dotant ainsi les rois français d’une illustre ascendance, remontant à Saturne puis à Hercules de Libye : « Et à ceste cause fut premierement faite l’alliance matrimoniale du grand Hercules de Libye filz dudit Osiris avecques la belle Galatée fille de Celte Roy de Gaule, desquelz deux tresnobles personnages nasquit le Roy Galates : duquel les Gaules portent jusques aujourd’hui le nom »14.

  • 15 Sur ce texte, l’on pourra se reporter à l’introduction de l’édition de J. Britnell.

- Traicté de la difference des schismes et des conciles de l’eglise (Lyon, Étienne Baland, 1511) dans un contexte de tensions croissantes entre le roi Louis XII et le pape Jules II (en raison du rapprochement entre le pape et la république vénitienne, malgré les accords de Cambrai, et des guerres menées par le pape en Italie contre des alliés de la France). Afin de contrer le pape, le Roi de France désire convoquer un concile général (Concile de Pise en mai et juin 1511). L’ouvrage de Lemaire est engagé en faveur de la politique du roi15.

- Le Traicté intitulé la concorde des deux langages (ms. 1511 ; éd. Paris, par Geoffroy de Marnef, 1513 dans L’Epistre du Roy à Hector de Troye et aucunes aultres œuvres, assez dignes de veoir – voir ci-après).

- Epistre du Roy à Hector de Troye. Et aucunes autres œuvres assez dignes de veoir (Paris, par Geoffroy de Marnef, 1513). Le contexte de rivalité contre le pape, les Vénitiens et les Turcs y est évoqué à travers une épître versifiée adressée par le roi Louis XII à Hector de Troie. Le verso de la page de titre détaille le contenu du livre : Epistre responsive à celle que Monseigneur Reverend Prelat L’abbé d’Angle en Poictou, Dam Jean Danton, Chroniqueur du Roy treschrestien Loys douzieme, nagueres envoyée audit seigneur, de la part d’Hector de Troye. Laquelle response au nom du Roy nostre sire, ha esté composée par Jean le Maire de Belges, treshumble Indiciaire, et Historiographe de la Royne. [Fol. Aaiiii :] Ce sont les XXIIII coupletz de la valitude et convalescence de la royne treschrestienne, Madame Anne de Bretaigne,... [Fol. aa Vvo :] Epitaphe de feu... monseigneur Gaston de Foix, duc de Nemours... translaté de latin en françois, par Jehan Le Maire,... S'ensuyt le traicté intitulé : la Concorde des deux langages. [Fol. bb iiivo :] Plaincte sur le trespas du sage et vertueux chevalier... messire Guillaume de Byssipat [par G. Crétin].

  • 16 Nous citons d’après l’édition de 1549, op. cit., p. 6, seconde colonne – il s’agit de la deuxième s (...)
  • 17 Jean Lemaire de Belges, La Concorde des deux langages, éd. J. Frappier, introduction p. xx-xxi et p (...)

6Sa protectrice meurt en 1514 et l’on perd alors sa trace. Toutefois le troisième et dernier des Contes de Cupido et d’Atropos (parus en 1525) évoque, dans la réponse finale de Jupiter, la date du 1er septembre 1520 : « Pour declairer ses tresjustes demandes, / Et requerir l’interest et amandes / Mil cinq cens vingt, le premier de Septembre, / Ses grans estats desquelz je vous remembre / Furent à Tours assignez, puis tenus »16. Jean Frappier fait l’hypothèse que ce dernier conte « n’est problablement pas de Jean Lemaire » dans la mesure où, selon lui, « il est vraisemblable qu’il ne survécut guère à Anne de Bretagne »17. Cette hypothèse reste toutefois sujette à caution.

  • 18 Également publiés dans Le Triumphe de treshaulte et puissante dame Verolle, royne du Puy d'Amours, (...)

- Traictez singuliers contenus au present opuscule. Les trois comptes intitulez de Cupido et de Atropos dont le premier fut inventé par Seraphio poete italien. Le second et tiers de l'invention de maistre Jehan Le Maire et a esté ceste œuvre fondée affin de retirer les gens de folles amours. Les epitaphes de Hector et Achilles avec le jugement de Alexandre le Grand, composées par Georges Chastelain dit l'aventurier. Le temple de Mars fait et composé par J. Molinet. Plusieurs chants royaulx balades, rondeaulx et epistres composées par ledit Guillaume Cretin, […] Apparition du feu mareschal de Chabannes faicte et composée par ledit Cretin (Paris, Galliot du Pré, 1525)18.

  • 19 Jacques Abélard, op. cit., p. 94.

7De fait, l’on ne trouve pas mention de son décès avant 1524, d’où un mystère concernant la date de sa mort. Dans son étude sur Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, Jacques Abélard constate que la dernière édition dont le colophon mentionne « par le commandement de maistre Jan Lemaire » est celle du Tiers livre des Illustrations de Gaule, Paris, Enguilbert et Jean de Marnef, Pierre Viart, [juillet] 1517 et que la première qui la supprime est celle des Schismes de novembre 1517, ce qui l’amène à émettre l’hypothèse que « l’indiciaire serait mort au cours de l’été 1517 »19. Plus nuancée, Jennifer Britnell explique :

  • 20 Jennifer Britnell, « La mort de Jean Lemaire de Belges, l’édition de 1517 du Traité des schismes et (...)

Nous n’avons aucun renseignement sur lui après 1515, mais de même, nous n’avons aucune preuve de sa mort avant 1524, année où paraît une édition de ses ouvrages à Lyon qui parle de l’auteur comme ayant été « en son vivant » secrétaire et indiciaire d’Anne de Bretagne. S’il est mort aux environs de 1515, on s’étonne du silence d’autres poètes, tels Crétin, Bouchet, les Marot, devant la mort d’un confrère encore si célèbre à cette époque ; mais si sa mort a eu lieu vers 1524, on se demande ce que l’ancien historiographe a pu devenir dans cet intervalle de huit ou neuf ans pendant lequel il disparaît de l’histoire20.

  • 21 Jennifer Britnell, dans Jean Lemaire de Belges, Traicté de la différence des schismes et des concil (...)
  • 22 Pierre de Saint-Julien, De l’origine des Bourgongnons et antiquité des Estats de Bourgongne, Paris, (...)
  • 23 « Pierre de Saint-Julien, homme d’Eglise, étant un partisan de la politique romaine qu’avait si rud (...)
  • 24 Ibid.

8Selon elle, « s’il est clair qu’un plus grand nombre d’imprimeurs se permettent de publier ses ouvrages dès 1524, il est également évident que les Marnef ne traitent plus ses textes avec le même soin à partir de 1516. Mort ou malade, Lemaire ne veille plus sur l’impression de ses textes »21. Selon le témoignage de Pierre de Saint Julien, Lemaire ne serait mort qu’en 1535 après avoir sombré dans la folie : « [quant à ce qu’est dudit Jean Le Maire] tous ceux qui l’ont privément congneu, sçavent qu’à l’infirmité de sa cervelle, le vin adjousta tant, qu’en fin il mourut fol, et transporté, en un hospital (…) »22. Considérés comme des calomnies, les propos de Pierre de Saint Julien semblent être motivés par une haine envers l’auteur : l’homme d’église, partisan de la politique romaine, était très opposé au poète gallican23. En effet, d’après Paul Spaak, « ce que nous connaissons de la vie du poète, de son caractère, de ses occupations, de son ardeur au travail exclut l’idée d’habitudes d’intempérance, et rien, dans ses écrits ni dans ses actes, ne manifeste une "infirmité de la cervelle" pouvant mener à la folie »24. S’il est peu probable que la folie ait pu toucher Lemaire, l’on peut néanmoins se demander s’il ne s’agit pas d’une maladie qui aurait affecté ses facultés à la fin de sa vie. C’est là l’hypothèse envisagée par Jennifer Britnell :

  • 25 Jennifer Britnell, « La mort de Jean Lemaire de Belges, l’édition de 1517 du Traité des schismes et (...)

Il n’y a pas besoin de croire à l’alcoolisme de Lemaire pour admettre que si l’historiographe était victime d’une maladie qui l’eût frappé d’incapacité quelques années avant sa mort, ce malheur expliquerait aussi bien son effacement prématuré que le manque de réaction publique à sa mort enfin survenue. Elle expliquerait les licences prises par des éditeurs désormais affranchis de la surveillance d’un auteur attentif, mais qui retiennent quelques droits sur ses ouvrages jusqu’au moment même de sa mort25.

Ce qui est certain donc, c’est que Jean Lemaire disparaît de la scène publique après 1515 et que les éditions ne se font plus sous son autorité dès 1517 (d’où l’hypothèse de Jacques Abélard qui situe sa mort durant l’été 1517), sans pour autant évoquer un auteur défunt avant 1524 (d’où l’hypothèse nuancée de Jennifer Britnell d’une possible maladie qui l’aurait affaiblie durant ses dernières années).

  • 26 La Concorde des deux langages illustre cette influence italienne puisque l’auteur emploie aussi bie (...)
  • 27 Philipp August Becker, Jean Lemaire : der erste humanistische Dichter Frankreichs, Karl J. Trübner, (...)

9Concernant sa personnalité, Lemaire de Belges a été un homme multiple qui a su conjuguer différentes pratiques poétiques et diverses fonctions. Bien qu’écrivant sur commande de ses protecteurs, il a réussi à exposer toute la singularité de son style varié, reflet de sa personnalité aux aptitudes plurielles. Il est d’abord un grand rhétoriqueur, fidèle disciple de l’enseignement dispensé par Jean Molinet, et dont l’influence est manifeste dans ses œuvres poétiques. Il a aussi su se nourrir des influences étrangères et mêler la langue française aux formes poétiques transfrontalières26. Outre ses qualités de poète, Lemaire est un diplomate, un amateur d’art et de musique, un historien, un grand voyageur : il a visité les Pays-Bas, Lyon, le Piémont, Venise et Rome. Ces voyages ont participé d’un enrichissement culturel qui se manifeste notamment dans ses œuvres historiques. Pour toutes ces raisons l’on peut, comme l’a fait Philipp August Becker, qualifier Jean Lemaire de premier poète humaniste27.

  • 28 Nous citons d’après Clément Marot, Œuvres poétiques, tome II, éd. G. Defaux, Paris, Classiques Garn (...)
  • 29 D’après François Rigolot : « Le personnage de Raminagrobis apparaît comme une sorte de rhétoriqueur (...)

10Enfin, l’influence qu’il a eue sur la génération qui le suit consacre définitivement les qualités et l’originalité littéraire de Jean Lemaire. Dans l’« Epistre à Madame de Soubize partant de Ferrare pour s’en venir en France » (1536), Jean Marot le compare à Homère : « Adieu la main qui de Flandres en France / Tyra jadis Jan le Maire Belgeoys, / Qui l’âme avoit d’Homere le Gregeoys »28. Rabelais s’est inspiré de Lemaire et lui rend un facétieux hommage dans Pantagruel (1532) en la personne de Raminagrobis29. Jacques Peletier en fait une évocation élogieuse, dans la dédicace de sa traduction de l’Art Poétique d’Horace (1541) :

  • 30 L'art poétique d'Horace, traduit en vers françois, par Jacques Peletier,... recongnu par l'auteur d (...)

Partant ne puis non grandement louer plusieurs nobles espriz de notre temps, lesquelz se sont etudiez à faire valoir notre langue Francoise, laquelle n’a pas long temps commença à s’anoblir par le moien des Illustrations de Gaule et singularitez de Troie, composées par Ian le Maire de Belges, excellent historiographe François, et digne d’estre leu plus que nul qui ait écrit ci davant30.

11Et si, dans sa Deffence, et Illustration de la langue françoyse (1549), Du Bellay rejette les auteurs français antérieurs pour ériger en modèles uniques les poètes grecs et latins, deux auteurs français toutefois sont dignes d’admiration : Jean de Meung et Guillaume de Lorris (confondus en une entité unique), parce qu’ils ont offert « une premiere Imaige de la Langue Francoyse » avec le Roman de la Rose ; ainsi que Jean Lemaire de Belges, pour avoir été le premier à illustrer le français :

  • 31 Joachim Du Bellay, La defense et illustration de la langue française, livre II, chap. II : « Des Po (...)

De tous les anciens Poëtes Francoys, quasi un seul Guillaume du Lauris, et Jan de Meun sont dignes d’estre leuz, non tant pour ce qu’il y ait en eux beaucoup de choses, qui se doyvent immiter des Modernes comme pour y voir quasi comme une premiere Imaige de la Langue Francoyse, venerable pour son antiquité. […] Bien diray-je, que Jan le Maire de Belges, me semble avoir premier illustré et les Gaules, et la Langue Francoyse : luy donnant beaucoup de motz, et manieres de parler poëtiques, qui ont bien servy mesmes aux plus excellens de notre Tens31.

Présentation du contexte

Contexte linguistique

  • 32 D’après Erich Auerbach, Introduction aux études de philologie romane, Francfort, Vittorio Klosterma (...)
  • 33 Ibid., p. 91.

12Durant tout le Moyen Âge, le latin s’est imposé face à la langue vernaculaire. Considéré comme langue littéraire et langue officielle, le latin était donc nécessairement la langue des écrits, que ceux-ci soient philosophiques, théologiques, scientifiques et politiques32. Ce qui explique cette prédominance du latin sur la langue vulgaire est la place de l’Église au sein de la société médiévale. En effet, selon Erich Auerbach, « l’érudition était exclusivement ecclésiastique ; toutes les connaissances humaines se subordonnaient à la théologie, et ce n’est que dans le cadre de celle-ci qu’elles pouvaient se faire jour ; et comme la langue de l’Église était le latin, c’était le latin seul qui était reconnu comme instrument de la civilisation intellectuelle »33. Serge Lusignan date du IXe siècle cette sacralisation du latin venue évincer la langue romane :

  • 34 Serge Lusignan, « Énoncer la vérité en français : les villes de communes et la naissance de l’écrit (...)

La pensée médiévale singularisa très tôt le latin comme une langue sacrée, l’opposant sous ce rapport aux langues vernaculaires. Le tournant dans l’histoire de la sacralisation du latin se situe à la période de la lente dissociation entre le latin et les langues romanes, qui pour le nord de la France qui m’intéresse ici s’est produite au cours du IXe siècle. À partir de ce moment, les locuteurs romans du Nord prirent progressivement conscience de la distance irréductible entre leur idiome et la langue latine. La réforme du latin proposée par Alcuin et soutenue successivement par Charlemagne et Louis le Pieux eut pour effet d’introduire en pays roman une rupture communicationnelle entre le latin désormais parlé par les clercs et le latin du peuple en voie de devenir la langue romane d’oïl34.

13L’écart qui se creuse entre le latin des clercs et le latin vulgaire va aboutir à une démultiplication des parlers vernaculaires selon une évolution que retrace Ferdinand Brunot :

  • 35 Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française des origines à 1900, tome I : « De l’époque latin (...)

L’évolution historique et linguistique qui suivit la décomposition du monde romain ne pouvait que favoriser le travail de morcellement du latin, qu’il eût ou non commencé auparavant. À partir de ce moment, en vertu d’une loi du langage qui semble générale, la divergence se marqua de plus en plus, et sur le territoire de l’ancienne Gaule, comme du reste sur tout la surface du monde où la langue latine subsista, ce fut non pas un parler unique qui sortit d’elle, mais une série de parlers différents, qui, dans chaque région, chaque province, chaque village, finirent par prendre une couleur propre, toujours plus tranchée35.

14Jacques Chaurand énumère ainsi la diversité des langues sur l’ensemble du territoire de la France médiévale :

  • 36 Nouvelle histoire de la langue française, Jacques Chaurand (dir.), première partie : « Préhistoire, (...)

Le territoire à l’époque médiévale était alors divisé en une multiplicité de langues et parlers régionaux : le wallon, le picard, le flamand, l’alsacien, le champenois, le lorrain, le français, le franc-comtois, le bourguignon, le berrichon bourbonnais, l’orléanais, le tourangeau, le poitevin saintongeais, le gallo angevin, le normand, le breton, le croissant, le francoprovençal, le limousin, l’auvergnat, le gascon, le basque, le languedocien, le catalan, le provençal, le corse36.

15Malgré cette hégémonie latine, le français parvient pourtant à s’imposer progressivement en littérature. Son émergence est résumée de la façon suivante par Erich Auerbach :

  • 37 Ce développement de la langue vulgaire débute dès le IXe siècle avec le concile de Tours qui précon (...)
  • 38 « On sait quel brillant développement eurent ces dialectes. Dès le Xe siècle ils possédaient une li (...)
  • 39 Les textes en langue vulgaire ne cessent de se développer durant cette période : « À partir des ann (...)
  • 40 Erich Auerbach, op. cit., p. 92.

Après l’an 1000, les œuvres de vulgarisation ecclésiastique écrites dans la langue du peuple deviennent plus fréquentes37 ; et dès le XIIe siècle il se forme, d’abord dans le domaine du français, des centres de civilisation littéraire en langue vulgaire38, d’où surgit une littérature poétique écrite pour des gens qui ne savent pas le latin : c’est la civilisation des chevaliers, c’est-à-dire de la société féodale. Sa floraison comprend le XIIe et le XIIIe siècle39 ; depuis la fin du XIIIe, une civilisation plus bourgeoise qui n’est plus uniquement poétique mais embrasse aussi la philosophie et les sciences lui succède. Toutefois, la prépondérance du latin dans beaucoup de domaines subsiste jusqu’au XVIe siècle, époque où les langues vulgaires remportent la victoire définitive. Or, le XVIe siècle, c’est l’époque communément appelée la Renaissance ; on peut donc qualifier, du point de vue linguistique, le moyen âge comme l’époque pendant laquelle les langues vulgaires acquièrent lentement une existence littéraire, mais sont regardées toujours comme un instrument plutôt populaire, tandis que le latin reste la langue des savants, de la plupart des chancelleries et surtout la langue unique du culte religieux qui domine toutes les activités intellectuelles ; tandis que la Renaissance est l’époque où les langues vulgaires (non seulement les langues romanes, mais aussi les langues germaniques) prennent définitivement le dessus, s’infiltrent dans la philosophie et les sciences, s’introduisent même dans la théologie, et détruisent ainsi la position dominante du latin40.

  • 41 Selon Mechtild Bierbach et Jean-Christophe Pellat, cette proximité culturelle et linguistique renfo (...)

Cette ascension des langues vulgaires va être valorisée, dans un contexte de concurrence culturelle et politique, tout particulièrement avec l’Italie41.

Contexte politique

  • 42 Bartolomé Bennassar, Jean Jacquart, Le 16e siècle, Paris, Armand Colin, 1997, « Tensions et conflit (...)
  • 43 René d’Anjou est mort en 1480. Il lègue ses droits sur la couronne de Naples à Charles du Maine, so (...)
  • 44 Bartolomé Bennassar, Jean Jacquart, op. cit., p. 240.
  • 45 Ibid.

16L’Italie est à la fin du XVe siècle un pays morcelé. Elle est également politiquement et militairement faible, c’est pourquoi il est nécessaire à certains états italiens de faire appel aux autres nations pour régler les conflits internes. Le pays va donc devenir l’objet des conquêtes étrangères et des rivalités franco-espagnoles42. Les deux puissances vont se disputer le royaume de Naples et le duché de Milan. Selon Charles VIII, le premier lui revient de droit car légué par René d’Anjou à son prédécesseur43 ; de même pour le second, le roi français étant le petit-fils de Valentine Visconti44. Les Espagnols, hostiles à la domination française sur le milanais, ont une tout autre perception puisque selon eux, la possession de Naples apparaît comme la juste continuité de la politique méditerranéenne des rois d’Aragon, dont l’Espagne est héritière. Une politique qui se concrétise déjà dans la conquête de la Sicile et de la Sardaigne45.

17Cette rivalité franco-espagnole est à l’origine de plusieurs conflits constitutifs des guerres d’Italie dans les années 1494-1512.

  • 46 « Lorsqu’à vingt-huit ans, en 1494, Charles VIII prend le chemin de l’Italie pour entrer en possess (...)

- En 1494, Charles VIII part en Italie et conquiert sans difficulté le royaume de Naples où il est couronné roi en février 149546.

  • 47 B. Bennassar et J. Jacquart citent à ce propos une lettre de Ludovic de More adressée au Sénat véni (...)

- En mars 1495, les Italiens, trouvant la présence française trop pesante47, entreprennent une coalition anti-française, portant le nom de Ligue de Venise, et rassemblant le Pape, Venise, Ludovic Sforza (duc de Milan), Maximilien Ier (empereur du Saint Empire Romain Germanique) et le roi d'Espagne Ferdinand II d'Aragon. Le roi est alors obligé d’abandonner sa conquête et de retourner en France.

- En 1499, Louis XII, successeur de Charles VIII, s’allie à Venise contre Milan. Cette Ligue contre Milan est également composée du Pape, des couronnes d’Espagne, d’Angleterre, d’Ecosse, du Portugal, de Hongrie, de Bohême, des Suisses, etc… Milan est alors conquis, mais à nouveau perdu.

  • 48 Claude de Seyssel, Les louenges du roy Louys XIIe de ce nom : 1508, éd. Patricia Eichel-Lojkine, La (...)

- En 1500, les Vénitiens capturent le duc de Milan, Ludovic Sforza le More, qu’ils livrent au roi de France48 lui permettant ainsi de s’emparer à nouveau de Milan.

  • 49 « C’est la fin du rêve napolitain. Louis XII se résigne à signer un traité de paix avec Ferdinand l (...)

- En 1501, le roi s’allie à Ferdinand d’Aragon par le traité de Grenade. Cette entente vise à partager Naples entre les deux souverains mais est de très courte durée. Effectivement, les Espagnols se retournent ensuite contre les Français, et Louis XII doit céder le royaume à l’Espagne en 150449.

  • 50 « Un coup d’œil rapide à la date de la Légende des Vénitiens, publiée à Lyon en 1509, suffit pour s (...)

- En 1508, le pape Jules II crée la Ligue de Cambrai, une alliance contre les Vénitiens unissant le pape au roi de France, à Maximilien Ier et au roi d’Espagne, Ferdinand II. La Ligue est d’abord un succès, que se charge de fixer Jean Lemaire de Belges dans La Légende des Vénitiens, œuvre écrite à l’occasion de la victoire française sur Venise, le 14 mai 1509 à Agnadel50.

- En 1510, la situation s’aggrave suite aux désaccords entre le pape et le roi de France, et provoque la rupture de la Ligue. Dès lors, Jules II s’allie contre la France avec Venise.

- En 1511, le pape Jules II, désormais allié aux Vénitiens, dirige sa politique contre la France et crée la Sainte Ligue. L’objectif de Jules II est d’étendre les domaines de l’Église et de sortir d’Italie les étrangers. La Sainte Ligue se compose de Ferdinand le Catholique, d’Henri VIII (nouveau roi d’Angleterre), des Vénitiens et des Suisses. Cette alliance conduit à la perte du Milanais en 1512.

18Ces divers événements, marqués d’alliances et de désunions, ont avivé la rivalité des deux pays transalpins et animé la nécessité pour Jean Lemaire de Belges d’exposer la supériorité française face à l’Italie, notamment au sein de La Concorde des deux langages.

Présentation et structure de la Concorde des deux langages

  • 51 Concernant l’usage du prosimètre chez les Grands Rhétoriqueurs et ses enjeux, l’on pourra consulter (...)

19La Concorde des deux langages est un prosimètre51, c’est-à-dire une œuvre où alternent le vers et la prose selon une pratique qui se retrouve chez les Grands Rhétoriqueurs. Jean Lemaire de Belges y recourt dans plusieurs de ses œuvres et Anne Schoysman a attiré l’attention sur la variété de l’usage qu’il en fait :

  • 52 Anne Schoysman, « Prosimètre et varietas chez Jean Lemaire de Belges », Le prosimètre à la Renaissa (...)

Les prosimètres de Lemaire offrent un véritable pot-pourri de motifs, de sources, de sujets. […] Donc, variété de mètres, et aussi variété de tons, d’images, françaises et italiennes, antiques et récentes. C’est à dessein que j’ai accumulé sans ordre ces divers matériaux : le prosimètre se construit comme une mosaïque et tire sa spécificité de l’assemblage de pièces dont le mérite essentiel est d’être autant que possible diversifiées52.

  • 53 Paul Zumthor, Le Masque et la Lumière. La poétique des Grands Rhétoriqueurs, Paris, Éditions du Seu (...)
  • 54 Art. cité, p. 123.

20Cette varietas amène Anne Schoysman à nuancer la formule de Paul Zumthor selon laquelle, depuis le XIIIe siècle, le mélange de vers et de prose n’est pas aléatoire mais répond à une opposition entre fiction et vérité : « La prose dit le vrai ; le vers pose une fiction53 », ce qu’Anne Schoysman propose de modifier en « L’œuvre en prose dit le vrai ; le prosimètre pose une fiction54 », compte tenu de la diversité de ses usages. Dans la Concorde de fait, Lemaire choisit la prose pour le récit ou les commentaires, et le vers pour la description des temples : l’opposition s’opère donc au sein même des deux passages en vers, qui opposent le temple de Venus à celui de Minerve. Par ailleurs, cette forme, bien que mixte, conserve son unité puisque sa prose est en soi un enchaînement rythmé selon les procédés de la seconde rhétorique, ainsi qu’en atteste cet exemple où le rythme oratoire, marqué par la ponctuation, est scandé par les répétitions à la fois lexicales et sonores, et les articulations syntaxiques :

Mais quand Danger le rude diacre, plein d’avarice sacerdotale, eut veu que je ne feis present que d’un peu de parchemin attaché en bois, sans ce que autrement il regardast que tout ce servoit à l’honneur et exaltation de la Deesse Venus, et de son temple, il me chastia malgracieusement de sa gaule, et jetta mon tableau derriere le grant autel, sans en tenir conte, pource qu’il n’y avoit gueres de metal, d’or ou d’argent pesant, ou massif, fors seulement de dorure, ou enluminure superficielle (P2 5).

21Par-delà son unité d’ensemble, le texte est divisible en cinq parties bien distinctes, avec trois passages en prose séparés par deux passages en vers, le premier en terza rima (ou tierce rime), le second en alexandrins :

- Un « Prologue » de 12 subdivisions en prose marquées par un retrait sans passage à la ligne, que nous rendons par un alinéa [P1].

- « La Description du Temple de Venus », long passage de 616 vers en terza rima [TR], subdivisé en deux sections intitulées : « L’acteur descrit en la premiere partie le temple de Venus : auquel il ne fut pas du tout bien recueilly. Parquoy il s’adressa depuis au chemin du temple de Minerve » (TR 1-365) ; « Le sermon de l’archiprestre Genius » (TR 366-616)

- « Comment l’acteur fut rebouté du Temple de Venus » de 10 paragraphes en prose [P2].

- La « Description du rocher, sur lequel est assis le Palais d’honneur et le Temple de Minerve » de 108 vers en alexandrins à rimes plates [A].

- « Comment en ce lieu solitaire s’apparut à l’acteur un Esprit familier, en guise d’Ermite, nommé Labeur historien : avecques lequel il conclut et delibera, de demourer et le servir comme son clerc, à fin de trouver la concorde des deux langages » de 6 paragraphes en prose [P3].

Le Prologue

22La Concorde débute par un débat en prose entre deux personnes anonymes « ayant benivolence l’une à l’autre, et tous deux de noble et gaillarde nature » [P1 1]. L’un évoque les qualités de la langue française :

Car l’une des parties soustenoit, que la langue Françoise estoit assez gente et propice, suffisante assez, et du tout elegante pour exprimer en bonne foy, et mettre en effect, tout ce que le langage Toscan ou Florentin (jasoit ce qu’il soit le plus flourissant d’Italie) sauroit ditter ou excogiter, soit en amours soit autrement. [P1, 2]

  • 55 « Dans les textes narratifs, la présence de l’auteur est parfois suggérée à travers l’"acteur", nar (...)

Tandis que l’autre défend « le langage Italique, comme celuy qui plus et mieux apoinct, et par plus grande affection, sçait exprimer son intention en pratique amoureuse et autres matieres » [P1 3]. Tous deux s’appuient sur de grands poètes illustrant la beauté de chacune des langues : « Jean de Mehun, Froissart, Maistre Alain, Meschinot, les deux Grebans, Millet, Molinet, George Chastelain » pour le français [P1 2] ; « Dante, Petrarque, et Bocace tous trois florentins, Philelphe, Seraphin » pour l’italien [P1 3]. Il s’agit alors, pour le partisan francophile, de placer le français à la hauteur de l’italien en le disant capable d’exprimer, tout comme son voisin, divers sujets élégants, et tout particulièrement l’amour. C’est également lui qui demande à « l’acteur »55 « de vouloir mettre main à la plume, pour descrire le tumulte amoureux de leur debat, et l’accord prochain qui s’en pourroit ensuivre » [P1 4].

Le Temple de Vénus

23« La Description du temple de Venus » est développée en 616 « vers tiercets, à la façon Italienne ou Toscane, et Florentine » [P1 10]. Georges Lote décrit cette forme nouvelle, dont l’origine est italienne, et que Dante a utilisée dans sa Commedia :

  • 56 Georges Lote, Histoire du vers français, t. II, Paris, Boivin et Cie, 1951, VIII. « Une forme nouve (...)

[D]ans chaque strophe, le vers médian rime avec le premier et le troisième vers de la strophe suivante, de telle façon que l’auditeur y reste constamment dans l’attente de la rime : de la sorte les couplets sont reliés l’un à l’autre par une chaîne continue, jusqu’à un vers de terminaison, isolé, qui s’accorde avec le second du tercet précédent56.

Il ajoute que Lemaire s’est inspiré de Pétrarque à qui il rend hommage dans son ouvrage : « Je feis maint vers, maint couplet, et maint metre, / Cuydant suivir [suivre], par noble Poësie, / Le bon Petrarque, en amours le vray maistre » [TR 4-6]. La première utilisation française de ce type de vers est celle faite par Jean Lemaire dans « La description du Temple de Venus ». Toutefois, contrairement à la terza rima italienne en hendécasyllabes, la tierce rime de Lemaire est en décasyllabes à rimes masculines et féminines.

24L’acteur commence par évoquer un amour de jeunesse malheureux (« On m’eust ouy plourer, gemir, et pleindre » [TR 20]), dont il pense se consoler en se vouant à la déesse Vénus (« Au grand saint temple à Venus me vouay » [TR 23]). Il trouve alors un premier refuge dans le sommeil, puis fait un songe (« Mais le songer infesta mon dormir » [TR 33]) qui va le transporter dans un lieu merveilleux, véritable locus amœnus, situé « Aux confluents d’Arar et Rhodanus » [TR 135], où Vénus parade dans un univers poétique et musical : « Là est Venus par musique enchantée, / Et tout le chant prend d’amours accordance, / Où volupté, sans nulle autre est hantée ». [TR 190-192] 

25Ces chants poétiques sont un prélude au sermon de Genius, « chef de la Gaule Celtique » [TR 136], « premier Primat hautain, / De toute Gaule » [TR 199-200], et « archiprestre » (titre de la seconde sous-section) qui invite les pèlerins à profiter de leur jeunesse en leur décrivant, dans une métaphore filée de la nature, tous les désagréments de la vieillesse :

N’attendez point le froid temps hyvernal,
Auquel serez destituez de forces,
Et de vigueur perdrez le gouvernal.

En ce temps là, voz ridées escorces
De grand vieillesse, aspres seront et dures :
Et voz branches, inclinées et torses. [TR 427-432]

26Enfin, le sermon de Genius se conclut par l’éloge des Français, dont est évoquée l’origine troyenne (« Illustre sang, Troyenne nation » [TR 587], « Nepveux d’Hector, enfans de Francion » [TR 589]) :

Telz estes vous, ô peuple reluisant,
Peuple de Gaule, aussi blanc comme laict,
Gent tant courtoise, et tant propre et duisant. [TR, 582]

François faitiz, francz, fors, fermes, au fait
Fins, frais, de fer, feroces, sans frayeur,
Telz sont voz noms, concordans à l’effect. [TR 580-585]

Le jeu onomastique, fondé sur les mots commençant par « f » et confinant à la rime dite « senée », suggère que les qualités énoncées (faitiz, francs, fortz, fermes au fait, Fins, frais, de fer, feroces, sans frayeur) sont intrinsèques aux Français puisqu’en accord avec leur nom.

27Ces vertueux Français, se préparant d’ailleurs à délivrer la Grèce des Turcs, sont invités par Genius à goûter au repos et aux plaisirs charnels avant de se lancer dans une telle entreprise :

Refocillez voz membres et voz veines, 
Impossible est que tousjours arc puist tendre :
Car ses forces en seroient trop veines.

Entredeux faut à volupté entendre,
Et y vaquer, à l’exemple de Mars,
Qui s’accointoit de Venus blanche et tendre,
Et mettoit jus, escuz, et braquemars. [TR 610-616]

L’exclusion du Temple de Vénus

28L’acteur reprend la prose pour expliquer comment il « fut rebouté du Temple de Venus » (titre du second passage en prose). Après le sermon de Genius, les fidèles sont invités à faire leurs offrandes à la déesse. Le narrateur propose alors son présent : une miniature faite par lui-même. Après une réception chaleureuse de la part de Belacueil [Bel Accueil], l’acteur se heurte à Danger, « le rude diacre, plein d’avarice sacerdotale » [P2 5] qui, jugeant son cadeau trop médiocre, le chasse du lieu des délices :

il regardast que tout ce servoit à l’honneur et exaltation de la Deesse Venus, et de son temple, il me chastia malgracieusement de sa gaule, et jetta mon tableau derriere le grant autel, sans en tenir conte, pource qu’il n’y avoit gueres de metal, d’or ou d’argent pesant, ou massif, fors seulement de dorure, ou enluminure superficielle [P2, 5].

29À nouveau seul et errant, le narrateur déambule (« tant erray par mes journées sur mer et sur terre, que je parvins en une merveilleuse solitude » [P2 6]) jusqu’à ce qu’il découvre une inscription gravée dans la roche (« Finablement ma curiosité ne me deceut point : car du costé dextre de la fontaine, je trouvay entaillé en la roche, de graveure antique, ce qui s’ensuit » [P2 10]).

Palais d’honneur et le Temple de Minerve

30L’inscription décrivant « le Palais d’honneur et le Temple de Vertu » est composée de cent huit alexandrins. L’acteur commence par situer le Temple de Minerve : à la cime d’un rocher, il est difficile à atteindre (« Car sur le haut du mont spacieux et planier, / Est le Palais heureux, de tout bien personnier. / Le grand verger d’honneur, et le sejour Royal » [A 27-29]). Lieu merveilleux, le Palais d’honneur protège le précieux sanctuaire qu’est le Temple de Minerve :

Tout y est plein de joye, et de riche verdeur.
L’air illec retentist de tresdouce harmonie,
Et paix est là endroit, richement espanie.
Amour y regne, et Grace, et Concorde y flourit [A 34-37]

31C’est ici que l’on peut trouver « conjoints, vivans en paix sans noise, / Le langage Toscan, et la langue Françoise » [A 73-74]. Le Temple de Minerve est un lieu de concorde et d’érudition, où vivent en paix les langues italienne et française.

Dedens ce Palais est de Minerve le temple,
Auquel maint noble esprit en haut savoir contemple
Les beaux faits vertueux en chronique et histoire,
En science morale, et en art oratoire. [A, 72] 
Là se treuvent conjoints, vivans en paix sans noise,
Le langage Toscan, et la langue Françoise. [A 69-74]

Cette richesse n’est cependant pas accessible à tous : pour pénétrer dans le Temple de Minerve, il faut le « saufconduit d’Honneur » [A 104], qu’il faut apprendre à attendre au pied du rocher, en se consacrant à « estude, et labeur, et soucy » [A 105].

L’apparition de Labeur Historien

32Lemaire achève son œuvre avec la prose pour exprimer la joie de l’« Acteur » de savoir qu’il existe un lieu où la concorde entre les deux langues est possible. Il est accueilli par Labeur Historien, « un Esprit familier » [P3 2], qui le reçoit dans son ermitage et lui révèle que l’auteur de l’inscription précédente est Jean de Meung « orateur François, homme de grand valeur et literature, comme celuy qui donna premierement estimation à nostre langue : ainsi que feit le poëte Dante au langage Toscan, ou Florentin » [P3 3]. Labeur Historien promet alors au poète de l’emmener un jour, s’il en est digne, au Temple de Minerve.

Enjeux du texte

Les enjeux linguistiques : le subtil parti-pris de l’auteur

33La Concorde des deux langages, de par sa complexité (nombreux mythologismes, diverses allégories, multiples métaphores) et sa composition duelle a fait l’objet de différentes interprétations. Les critiques ont tenté, chacun à leur manière, d’élucider le mystère de cette œuvre énigmatique, plus particulièrement le parti-pris de l’auteur sur le conflit des langues italienne et française.

  • 57 Horace, Œuvres complètes II : Satires – Epîtres – Art poétique, éd. F. Richard, Paris, Garnier, 195 (...)

34Deux lectures ont pu être faites du texte, toutes deux liées au titre même choisi par Jean Lemaire : La Concorde des deux langages, qui n’est pas sans rappeler la formule horatienne : « concordia discors »57. Il est possible que l’auteur l’ait en tête lorsqu’il évoque l’invraisemblable harmonie entre Français et Italiens. Cette formule paradoxale (« discordante concorde ») nous invite à concevoir deux lectures possibles de l’ouvrage : Lemaire cherche-t-il à établir une harmonie par-delà la discorde linguistique et politique ? ou bien cette discorde demeure-t-elle malgré une apparente concorde ?

  • 58 Jean Lemaire de Belges, La Concorde des deux langages, éd. Jean Frappier, Paris, Droz, 1947, p. xxx (...)
  • 59 Jean Frappier, « l’Humanisme de Jean Lemaire de Belges », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, (...)

35La première de ces thèses est soutenue par Jean Frappier. Celui-ci suppose une démarche pacificatrice de la part de Lemaire : « Sa thèse est que les deux langues, avec leurs qualités particulières, sont égales en mérite, qu’il faut donc renoncer à les opposer et qu’elles doivent poursuivre le même but dans une noble et féconde émulation »58. Lemaire, désigné par le critique de « précurseur de la Pléiade », esquisserait donc « une défense et illustration du français en l’égalant à l’italien »59. L’auteur évoque en effet l’amoureuse concordance à laquelle doivent parvenir deux langues issues d’une langue-mère commune :

[Deux personnes ayans benivolence l’une à l’autre] se trouverent ensemble en lieu domestique et privé, et eurent entre autres choses, devises entremeslées, de la comparaison de la langue Françoise, et de sa franchise et bonté naïve envers le langage Toscan et Florentin, lesquelz sont derivez et descendus d’un mesme tronc et racine : c’est asavoir, de la langue Latine, mere de toute eloquence. Tout ainsi comme les ruisseaux procedent de la fontaine, et doivent vivre et perseverer ensemble, en amoureuse concordance [P1 1]

36À cette lecture de l’œuvre s’oppose une autre conception, notamment celle de François Rigolot qui envisage La Concorde des deux langages comme un véritable parti-pris de l’auteur en faveur de la langue française. Certes, la structure duelle de l’œuvre pourrait, dans un premier temps, nous inviter à la considérer comme une tentative de conciliation :

  • 60 François Rigolot, « Jean-Lemaire de Belges : concorde ou discorde des deux langages ? », The Journa (...)

L’œuvre se compose de deux parties qui s’opposent comme s’opposent les temples qu’elles décrivent, celui de Vénus et celui de Minerve. Chaque partie se subdivise en deux sous-parties [partie 1 : Temple de Vénus ; partie 2 : Temple de Minerve]. On voit le procédé : tout s’y ordonne par couples, et la structure de l’ensemble fait apparaître une géométrie consciencieusement élaborée où la symétrie semble une préoccupation constante. (…) La dualité structurelle serait alors comme la contrepartie spatiale à la dualité thématique : volupté chez Vénus, sagesse chez Minerve. (…) Tout se passe donc comme si, par une multiplication des binômes savamment entretenue, le texte se lisait comme un échafaudage manichéen qui servirait d’écrin au merveilleux joyau qu’il veut célébrer : l’entente entre Florence et la France, la concorde des langages rivaux60.

  • 61 Ibid. p. 170.

37Cependant, cette « concorde des langages rivaux » n’est qu’apparente. Une lecture moins littérale du texte nous invite à déceler les divers éléments attestant la précellence du français sur l’italien. François Rigolot relève tout d’abord le choix d’écriture : « Le seul fait d’écrire la Concorde en français est déjà sans doute une prise de position en faveur de cette langue »61. D’autre part, l’initiative d’une possible harmonie entre les nations est prise par la partie française. À nouveau, la langue de l’auteur est alors valorisée :

  • 62 François Rigolot, « Jean Lemaire de Belges : concorde ou discorde des deux langages ? » art. cité, (...)

Le présentateur nous révèle encore qu’il a pris la plume à la requête de « l’une desdictes parties », celle, nous dit-il, qui « s’efforcoit d’exaulcer, auctoriser et honnourer nostre langue françoise et gallicane » [P1 4]. C’est donc à la partie francophile que revient l’honneur de susciter cette Concorde ; initiateur de la paix rétablie, le français se voit attribuer des qualités de médiateur qui, d’emblée, le situent, éthiquement, hors du débat linguistique et culturel62.

  • 63 Ibid., p. 171.
  • 64 Ibid., p. 174.

38François Rigolot insiste en outre sur l’emploi de l’adjectif possessif « nostre », qui trahit la fausse neutralité de « l’acteur », qui n’est en fait pas aussi impartial qu’il le prétend. C’est pourquoi le critique en conclut que « dès le seuil, les dés sont pipés : le français part favori »63. Un autre argument relevé par F. Rigolot indique un objectif plus personnel de la part de Lemaire. Effectivement, le critique émet l’hypothèse que donner comme acquise la victoire du français sur l’italien serait une façon pour Lemaire de Belges de se concilier les faveurs du roi de France : « Les arguments biographiques ne manquent pas pour corroborer les indices textuels. Consommer littérairement la victoire du français sur l’italien, c’était en effet se concilier les faveurs du roi de France. Et Jean Lemaire en avait bien besoin »64.

  • 65 Sabine Lardon, « La défense de la langue française au XVIe siècle et le modèle italien : imitation, (...)
  • 66 Ibid.

39Aux arguments de François Rigolot soutenant la thèse de la précellence du français se joignent ceux de Sabine Lardon qui considère également que « loin de les poser à égalité [les langues française et italienne], l’auteur maintient leurs différences par de subtiles nuances »65. S. Lardon justifie son propos en alléguant deux nouvelles justifications. Selon elle, la supériorité du français est manifeste dans le nombre de noms cités : « Le partisan du français cite dans le prologue dix noms célèbres dont l’œuvre témoigne de la grandeur de sa langue nationale ; le partisan du florentin et toscan cinq seulement, soit une variation du simple au double en faveur de la littérature française »66 :

Neantmoins commençoit entre lesdits deux personnages, qui de toute prime jeunesse s’estoient entreaymez par admiration de vertu, à sourdre quelque debat et altercation de leurs preeminences quant à fidelité : et ce procedoit de gracieuse jalousie : Car l’une des parties soustenoit, que la langue Françoise estoit assez gente et propice, suffisante assez, et du tout elegante pour exprimer en bonne foy, et mettre en effect, tout ce que le langage Toscan ou Florentin (jasoit ce qu’il soit le plus flourissant d’Italie) sauroit ditter ou excogiter, soit en amours soit autrement. Et en ce allegoit pour ses garants et deffenseurs aucuns poëtes, orateurs, et historiens de la langue Françoise, tant antiques comme modernes, si comme Jean de Mehun, Froissart, Maistre Alain, Meschinot, les deux Grebans, Millet, Molinet, George Chastelain, et autres, dont la memoire est et sera longuement en la bouche des hommes, sans ceux qui encores vivent et flourissent. Desquelz maistre Guillaume Cretin est le Prince.

L’autre personnage deffendoit et preferoit le langage Italique, comme celuy qui plus et mieux apoinct, et par plus grande affection, sçait exprimer son intention en pratique amoureuse et autres matieres. Et pour ce prouver mettoit en avant plusieurs acteurs renommez et autorisez, si comme Dante, Petrarque, et Bocace tous trois florentins, Philelphe, Seraphin, et assez d’autres Italiens. [P1 2-3]

40S’y ajoute le choix de la forme poétique, elle aussi en faveur du français :

  • 67 Ibid., p. 42.

Le passage en terza rima, imité de l’art italien, est rattaché au temple de Vénus dont la leçon est rejetée et condamnée par l’auteur, tandis que le modèle poétique français en alexandrins est illustré par les propos de Jean de Meung et rattaché au temple de Minerve dont la leçon triomphe à la fin de la quête. En attribuant le modèle poétique français au temple de Minerve, l’auteur place une fois de plus la concorde des deux langues dans le camp français67.

  • 68 L’alexandrin tient son nom du Roman d’Alexandre, auquel se réfère Lemaire de Belges : « composé de (...)
  • 69 Jean Balsamo, Les rencontres des muses, italianisme et anti-italianisme à la fin du XVIe siècle, Pa (...)

La forme poétique de la Concorde manifeste effectivement une prise de parti pour le français, puisque la victoire du temple de Minerve fait également triompher l’alexandrin. Or, celui-ci étant un vers français68, il symbolise, une fois de plus, le triomphe du français sur l’italien ainsi que le souligne Jean Balsamo : « La concorde authentique ne pouvait être exprimée qu’en des termes français, dans le temple de Minerve, lui-même décrit par la majesté de l’alexandrin, le vers de la tradition nationale »69, faisant de la Concorde une véritable apologie du français :

  • 70 Ibid., p. 41.

[Parlant de l’Italie] Toute riche qu’elle fût de références aux lettres italiennes, la Concorde ne faisait pas l’aveu précoce d’une faiblesse du français, elle ne reconnaissait pas une prééminence de Dante ou de Pétrarque, elle ne visait pas à introduire des modes transalpines. Elle présentait au contraire, dû au meilleur connaisseur de la littérature italienne, un premier plaidoyer pour le français70.

  • 71 Ibid., p. 40.

La Concorde apparaît aussi comme le premier répertoire des « gloires littéraires nationales » : « Le premier, Lemaire établissait le répertoire des gloires littéraires nationales, que Du Verdier et La Croix du Maine complétèrent à la fin du siècle afin de prouver, par le nombre, la supériorité des écrivains français contre ceux d’Italie »71. Il existe donc deux niveaux de lecture et deux façons d’interpréter la Concorde : l’une qui considère l’ouvrage comme une tentative d’unification des langues ; l’autre qui montre son engagement en faveur du français.

  • 72 « (...) terms so odd and cryptic (...) ». Robert Griffin, « La Concorde des deux langages : Discord (...)

41Cette complexité apparaît dès le début du texte, dans un passage qui présente la « langue Françoise et Gallicane » comme « celle qui d’un haut cœur virile et masculin, prononçoit maints nobles termes amoureux et prudents, par elegance feminine » [P1 4]. L’énoncé demeure obscur : désigne-t-il une personnalité du royaume ? A-t-il un sens allégorique ? Manifeste-t-il à nouveau un parti-pris de la part de Jean Lemaire de Belges ? La variété de ces hypothèses s’explique par l’équivoque des termes choisis, qualifiés « d’étranges » et « d’énigmatiques » par Robert Griffin72.

  • 73 Jean Lemaire de Belges, Œuvres, tome III, éd J. Stecher, Louvain, Impr. J. Lefever, 1885, « Prologu (...)
  • 74 « Il faudrait placer l’œuvre plus tard, si l’on voulait retrouver Anne de Bretagne dans ces lignes  (...)

42Jean Stecher soutient la première hypothèse, pensant que ces termes pourraient désigner Marguerite d’Autriche. Une interprétation prudente, qu’il avance sous forme interrogative en note du texte qu’il édite : « Marguerite d’Autriche ? »73. Il précise qu’il serait anachronique d’y voir la figure d’Anne de Bretagne puisque pour ce faire, « il faudrait placer l’œuvre plus tard »74. Si P. Spaak conteste pour sa part clairement l’identification à Marguerite d’Autriche, celui-ci suppose néanmoins qu’une femme-inspiratrice est la dédicataire de ces propos :

  • 75 Paul Spaak, Jean Lemaire de Belges : sa vie, son œuvre et ses meilleures pages, Genève, Slatkine, 1 (...)

Lemaire fait bien allusion dans le prologue de son œuvre à une femme « d’un haut cœur viril et masculin » qui l’aurait incité à décrire le débat entre les partisans de chacune des deux langues, mais la phrase est obscure et il y a d’autant moins lieu de voir dans cette personne Marguerite d’Autriche qu’il la désigne si peu, et que l’ouvrage est dédié à « Minerve, la belle et vertueuse déesse »75.

  • 76 Jean Lemaire de Belges, La Concorde des deux langages, éd. Jean Frappier, Paris, Droz, 1947, p. 50.
  • 77 François Rigolot, op. cit., p. 171.
  • 78 Ibid.
  • 79 « La langue française serait alors cette femme-Protée : Angélique et Bradamante en une seule person (...)
  • 80 « Les épithètes virille, masculin, feminine ont ici une valeur morale et esthétique ». Jean Frappie (...)

43Mais J. Frappier comme F. Rigolot refusent ces interprétations anthroponymiques et proposent une lecture allégorique du passage, le premier affirmant que « rien ne prouve qu’il s’agisse de Marguerite d’Autriche […] ou d’Anne de Bretagne, ou même d’une femme quelconque »76 ; et le second déclarant qu’« aucun détail ne désigne […] ici la "Dame infortunée" »77. Selon F. Rigolot, la langue française serait ici désignée sous la figure de l’androgyne, « un être composite qui réunit des qualités traditionnellement considérées comme masculines ou féminines »78. Réunissant féminité et virilité, la langue française est donc comparable aux deux héroïnes de l’Orlando furioso : d’une part, la gracieuse Angélique, d’autre part, la combattante aguerrie Bradamante79. J. Frappier, quant à lui, suggère de donner une valeur morale et esthétique aux termes choisis par Lemaire de Belges80. Selon S. Lardon enfin, la formule exprimerait un parti-pris pour les codes esthétiques français :

  • 81 Sabine Lardon, op. cit., p. 42.

Dans son « Prologue », il [Lemaire de Belges] présente la langue française « comme celle qui d’un haut cœur virile et masculin, prononçoit maints nobles termes amoureux et prudents, par elegance feminine » [P1 4], tout en reconnaissant au langage toscan « magnificence, elegance, et douceur » [P1 5]. Des qualificatifs certes élogieux qui semblent rapprocher deux langues, toutes deux élégantes et toutes deux nobles et magnifiques. L’une pourtant est douce, l’autre virile et masculine ; et cette différence, qui peut sembler ténue au premier abord, se charge de sens ensuite, dès lors que le modèle italien se trouve rattaché au temple de Vénus, condamné pour sa lascivité ; tandis que le modèle poétique français se voit gravé sur le roc et attribué au temple de Minerve, érigé au sommet d’un rocher austère81.

La douceur de la langue italienne illustrée par la poésie se voit donc sapée par la luxure du temple de Vénus. Quant à la langue française, rien n’altère ses qualités puisqu’elle est inscrite dans la pierre, au faîte d’un roc. À chacune des deux langues peut alors être attribué un type de douceur : le dulcis, douceur douteuse attribuée au temple de Vénus et le suavis, la douceur harmonieuse propre au temple de Minerve. La langue française s’illustre ainsi par sa noblesse. Il ne s’agit donc plus d’une concorde entre les langues, puisque les valeurs de l’une apparaissent supérieures à celles de l’autre.

Les enjeux politiques et culturels : le rôle de la ville de Lyon

  • 82 Jean Lemaire de Belges, Illustrations de Gaule, I, chap. XIII, éd. Stecher, Louvain, J. Lefever, 18 (...)
  • 83 Claude-Gilbert Dubois, La poésie du XVIe siècle, Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, 1999, (...)
  • 84 « L’élévation du niveau de vie de la bourgeoisie lyonnaise crée une incitation au développement cul (...)
  • 85 « Parallèlement, à partir des ateliers d’imprimerie qui s’étaient rapidement développés, Lyon devie (...)
  • 86 Ibid.
  • 87 Les Italiens ont introduit dans la cité lyonnaise beaucoup de dynamisme, notamment dans le monde de (...)

44Jean Lemaire de Belges dit de Lyon qu’elle est le « second œil de France »82. Cette affirmation est effectivement justifiée puisque cette cité est au XVIe siècle la seconde du royaume par sa population et sa superficie83 ; elle est un lieu de culture où les artistes aiment à se retrouver84, une ville où l’imprimerie est très développée85 et elle jouit enfin d’une place stratégique puisque, située à mi-chemin entre l’Italie et Paris, elle permet d’importer en France les techniques d’impression et la connaissance italiennes86. Lyon est donc le lieu par excellence de la culture et du partage de celle-ci87 ; elle se prête alors aisément au rôle de conciliatrice.

  • 88 Des relations qui se sont dégradées suite à la coalition, nommée Sainte Ligue, constituée par Jules (...)

45S’il est nécessaire de concilier l’Italie et la France, c’est non seulement au point de vue linguistique, mais plus particulièrement au niveau politique. D’après François Cornilliat, dans son article relatif à Lyon et l’illustration de la langue, Lemaire de Belges avait effectivement pour objectif de rétablir la paix entre les Italiens et les Français, dont les relations s’étaient détériorées depuis la guerre contre Venise88. L’auteur proposerait donc l’union de la France et de Florence comme une alternative au conflit contre Venise. Pourtant, le temple de Vénus ne se prête aucunement à une telle alliance :

Laquelle amitié ne feauté ne se pourra trouver au temple de Venus qui signifie lascheté, et oisiveté. Attendu qu’elle est trop amoureuse et accointe de Mars, le grand Dieu des batailles, lequel ne quiert sinon semer division et zizanie entre loyaux amans : Mais bien la pourra on recouvrer ou temple de la Deesse Minerve : C’est à dire de parfaite operation, de prudence, paix et concorde : Comme on verra par la deduction de ce present traicté, qui sera divisé en deux parties. [P1 9]

46C’est donc au temple de Minerve qu’il faudra éventuellement réaliser l’entente entre les deux pays : « Minerve, laquelle autrement se nomme Pallas, ou Bellona, Deesse de science, d’estude, de vertu, de paix, qui est aussi quise par armes, maistresse de tout artifice et ouvrage, inventeresse d’armures, et de tous autres acoustremens » [P3, 6]. Cet espoir est vite déçu puisque même dans ce second temple, la concorde n’est pas effective, mais demeure en attente. Cet échec amène alors François Cornilliat à proposer une autre interprétation visant à considérer, synchroniquement, les deux temples. Tous deux seraient des allégories de la conduite à tenir dans la crise italo-française : le temple de Vénus préfigurant le mauvais choix de s’allier à l’ennemi, le temple de Minerve, la prudence de soutenir la France :

  • 89 François Cornilliat, art. cité, p. 374.

Réduite à elle-même, la fiction des temples renvoie au scénario du « pèlerinage de la vie humaine », allant d’une jeunesse « folle », amoureuse, sensuelle, à l’apprentissage tardif de la sagesse ; le temple de Vénus symbolise les amours en général, celui de Minerve, le choix de la « prudence » après l’inévitable déconvenue. À ce scénario bien rôdé, Lemaire donne, tardivement ou non, un niveau supplémentaire de signification : c’est un « comme si » dont le sens ultime est la guerre ou la paix entre deux langues, deux cultures, deux nations. Il ne s’agit donc plus de la vie humaine en général, avec ses choix successifs, mais d’un moment historique. De ce point de vue, le rapport entre les deux temples n’est plus diachronique, mais synchronique, alternative offerte à la réflexion, non pas de l’homme en général, mais des Français de 1511, fascinés par l’Italie, envahisseurs envahis, et spectateurs inquiets d’une crise gallicane. La conduite morale d’une vie individuelle devient le symbole d’un imbroglio historico-culturel, la narratio d’une rhétorique délibérative dont l’enjeu se dédouble encore : il ne s’agit pas seulement de concorde des langues, mais d’alliance politique, prêchée par un « Gallican » de fraîche date89.

  • 90 Ibid., p. 376-377.
  • 91 Ibid., p. 380.
  • 92 Ibid.

47Cette lecture de François Cornilliat amène à relativiser celle de Jean Frappier qui voit dans le temple de Vénus l’allégorie du Lyon renaissant, dans la mesure où Lemaire situe son temple « aux confluents d’Arar et Rhodanus » [TR 135]. Dans chacun de ces lieux (Lyon et le temple de Vénus), l’on chante, l’on produit des vers et l’on cohabite pacifiquement. La beauté édénique du Lyon ainsi métaphorisée paraît être la transposition littéraire des merveilles qui entourent la colline de Fourvière. La description des riches atours de Vénus est l’écho poétisé des somptuosités du coteau lyonnais ; la multiplicité des récitals dans le temple divin se fait le pendant poétique des diverses pratiques musicales de Fourvière ; la création versifiée dédiée à la déesse trouve son reflet dans les productions des érudits lyonnais. Ainsi, d’après Jean Frappier, toutes les somptuosités du premier palais semblent être inspirées de la réalité lyonnaise90. Cette perception est à nuancer puisqu’elle passe sous silence la part négative liée à ce temple, à savoir le rejet de « l’acteur », l’attrait du gain et les diverses tensions latentes. En effet, le temple de Vénus ne semble pas être le lieu idéal de la concorde, puisque, comme le rappelle François Cornilliat, « le pacifisme de Génius n’est qu’apparence : l’accointance de Vénus et de Mars ne signifie pas que la guerre cède à l’amour, mais que l’amour (vénal) mène à la guerre, une guerre perdue d’avance »91. Le temple de Vénus n’est pas le reflet de la ville actuelle, mais est plutôt la projection menaçante « d’une image "romaine" et décadente »92. Une image romaine, mais pas seulement…

  • 93 François Cornilliat, op. cit., p. 381.

48En effet, Rome n’est pas l’unique cible de Lemaire, qui vise également la ville florentine : la première étant la Rome vénale de Jules II, la seconde la Florence du « bon Petrarque, en amours le vray maistre » [TR 6]. Si cette dernière est également prise pour cible, c’est afin de dénoncer son hégémonie culturelle en France, et de revendiquer par là même l’indépendance de la culture française : « Il faut sauver Florence d’elle-même – politiquement –, et sauver Lyon de Florence – intellectuellement »93. L’on remarquera d’ailleurs que dans le passage de la Concorde précédemment cité, où Lemaire énumère les meilleurs auteurs des deux langues, l’auteur engage une joute littéraire qu’il porte en particulier sur le terrain de la poésie amoureuse :

Car l’une des parties soustenoit, que la langue Françoise estoit assez gente et propice, suffisante assez, et du tout elegante pour exprimer en bonne foy, et mettre en effect, tout ce que le langage Toscan ou Florentin (jasoit ce qu’il soit le plus flourissant d’Italie) sauroit ditter ou excogiter, soit en amours soit autrement. […] L’autre personnage deffendoit et preferoit le langage Italique, comme celuy qui plus et mieux apoinct, et par plus grande affection, sçait exprimer son intention en pratique amoureuse et autres matieres. [P1 2]

Les Italiens font ici figure de précurseurs (c’est le langage « toscan ou florentin » qui « ditte » ou « excogite » la matière à traiter), mais Lemaire déclare la langue française apte à traiter les mêmes thèmes. L’on voit ainsi s’esquisser, à l’aube du XVIe siècle, la théorie de l’imitation qui amènera Du Bellay et Ronsard à rivaliser quarante ans plus tard avec Pétrarque pour tenter d’imposer, en le surpassant, le triomphe de la langue française.

49Cette rivalité culturelle qui vise à affranchir la France de la tutelle florentine ne doit pas pour autant rompre l’alliance politique voulue entre les deux états dont Lemaire de Belges rappelle l’entente. Une entente qu’il souhaite voir se renouveler d’autant que les deux territoires ont une origine franque commune :

C’est à dire d’un mesme temps et faculté à Dante : qui preceda Petrarque, et Bocace : et que l’un estoit emulateur (et nonobstant amy) des estudes de l’autre : et que dès ce temps mesmes, tout se portoit bien d’un costé et d’autre : C’est asavoir que France, et Florence, qui se intitulent de mesme lettre, estoient franches, flourissantes, et conjointes. Toutes ces choses attendues et considerées, il estoit bien seant, que le semblable advinst en nostre temps. Mesmement pource que la fleur de lis de Florence, est procedée du don du grand empereur Charlemaigne Roy des Francz, fondateur ou instaurateur de la cité de Florence la belle, et non rebelle aux François […]. [P3 4-5]

  • 94 François Cornilliat, op. cit., p. 381.
  • 95 Au moment où Lemaire rédige la Concorde, Florence soutient le roi de France. Mais en juin 1511, Jul (...)

50Il s’agirait en quelque sorte de faire « d’une pierre deux coups en renforçant l’alliance politique tout en contenant, voire en retournant l’influence culturelle »94 : Lemaire réclame un Lyon insoumis à l’influence transfrontalière, mais en paix avec l’allié florentin95. La Concorde des deux langages de Jean Lemaire de Belges présente donc un engagement nationaliste tout à la fois politique, linguistique et culturel, en visant à défendre la langue et la culture françaises, tout en s’assurant du soutien de son voisin italien.

Texte : La Concorde des deux langages de Jean Lemaire de Belges

Principes d’édition

Texte de référence

51Le texte de référence est la dernière édition de l’époque, posthume, établie par Antoine du Moulin qui a l’avantage de proposer un état plus moderne du texte (en particulier en ce qui concerne la ponctuation et l’usage des majuscules) : Le traicté intitulé la concorde des deux langages dans Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, par maistre Jean le Maire de Belges. Avec la Couronne Margaritique, et plusieurs autres œuvres de luy, non jamais encore imprimées. Le tout reveu et fidelement restitué par maistre Antoine du Moulin Masconnois, Valet de chambre de la Royne de Navarre, Lyon, Jean de Tournes, 1549. L’édition J. Frappier (Paris, Droz, 1947) donne la leçon du manuscrit de Carpentras (1511) dont nous signalons en note les variantes les plus significatives (Frappier / 1511). La première édition date de 1513.

Principes de transcription

  • 96 Nous nous sommes référée pour cela au Grand Corpus des dictionnaires Garnier ainsi qu’au Dictionnai (...)

52La ponctuation, les majuscules et l’orthographe du texte de référence ont été respectées à l’exception de quelques adaptations d’usage : les abréviations ont été développées, les lettres i/j et u/v dissimilées, les apostrophes et cédilles ajoutées, les finales en -é accentuées (-é, -és, -ée, -ées, mais l’accent n’a pas été établi devant -z) et certains termes désagglutinés selon les formes attestées par les dictionnaires de l’ancienne langue96 : les composés de dict ont ainsi été désagglutinés, mais assavoir a été conservé (c’estassavoir étant désagglutiné en c’est assavoir), ainsi que jasoit et l’emploi composé de tres. Les formes grammaticales anciennes ont été conservées (ou pour au, se pour se, ne pour ni, dont pour d’où).

Lien vers l’édition de référence numérisée

53Traicté intitulé la concorde des deux langages dans Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, par maistre Jean le Maire de Belges. Avec la Couronne Margaritique, et plusieurs autres œuvres de luy, non jamais encore imprimées. Le tout reveu et fidelement restitué par maistre Antoine du Moulin Masconnois, Valet de chambre de la Royne de Navarre, Lyon, Jean de Tournes, 1549 :
http://bit.ly/​Concorde1549

Le traicté intitulé la concorde des deux langages [p. 380]

Prologue

54Puis peu de jours en çà, est de nouvel advenu, que deux personnes ayans benivolence l’une à l’autre, et tous deux de noble et gaillarde nature : c’est asavoir quant à l’art et estude Mercurial et Palladien, se trouverent ensemble en lieu domestique et privé, et eurent entre autres choses, devises entremeslées, de la comparaison de la langue Françoise, et de sa franchise et bonté naïve envers le langage Toscan et Florentin, lesquelz sont derivez et descendus d’un mesme tronc et racine : c’est asavoir, de la langue Latine, mere de toute eloquence. Tout ainsi comme les ruisseaux procedent de la fontaine, et doivent vivre et perseverer ensemble, en amoureuse concordance. [P1, 1]

  • 97 Frappier / 1511 : « je ne sçay quel debat ».
  • 98 écrire
  • 99 imaginer
  • 100 Frappier / 1511 : Cette phrase (« Desquelz maistre Guillaume Cretin est le Prince ») est absente.

55Neantmoins commençoit entre lesdits deux personnages, qui de toute prime jeunesse s’estoient entreaymez par admiration de vertu, à sourdre quelque debat97 et altercation de leurs preeminences quant à fidelité : et ce procedoit de gracieuse jalousie : Car l’une des parties soustenoit, que la langue Françoise estoit assez gente et propice, suffisante assez, et du tout elegante pour exprimer en bonne foy, et mettre en effect, tout ce que le langage Toscan ou Florentin (jasoit ce qu’il soit le plus flourissant d’Italie) sauroit ditter98 ou excogiter99, soit en amours soit autrement. Et en ce allegoit pour ses garants et deffenseurs aucuns poëtes, orateurs, et historiens de la langue Françoise, tant antiques comme modernes, si comme Jean de Mehun, Froissart, Maistre Alain, Meschinot, les deux Grebans, Millet, Molinet, George Chastelain, et autres, dont la memoire est et sera longuement en la bouche des hommes, sans ceux qui encores vivent et flourissent. Desquelz maistre Guillaume Cretin est le Prince100. [P1, 2]

56L’autre personnage deffendoit et preferoit le langage Italique, comme celuy qui plus et mieux apoinct, et par plus grande affection, sçait exprimer son intention en pratique amoureuse et autres matieres. Et pour ce prouver mettoit en avant plusieurs acteurs renommez et autorisez, si comme Dante, Petrarque, et Bocace tous trois florentins, Philelphe, Seraphin, et assez d’autres Italiens. [P1, 3]

57Pour lequel different accorder, l’une desdites parties s’efforçoit d’exaulcer, autoriser, et honnorer nostre langue Françoise et Gallicane. Et de fait, luy seoit bien à merveilles. Comme celle qui d’un haut cœur virile et masculin, prononçoit maints nobles termes amoureux et prudents, par elegance feminine. Si me requit de vouloir mettre main à la plume, pour descrire le tumulte amoureux de leur debat, et l’accord prochain qui s’en pourroit ensuivre, ou au moins en donner quelque bon espoir et apparence par mon escriture. [P1, 4]

  • 101 exercent

58Laquelle charge j’ay voulentiers entreprise à sa benigne requeste, comme celuy qui ayme et honnore à mon pouvoir la langue Gallicane amie et voisine du langage ytalien. Joint à ce, que aucunes autres raisons concurrentes et non discrepantes, me y ont incité : C’est asavoir, pource que au temps moderne plusieurs nobles hommes de France frequentans les Itales, se delectent et exercitent101 audict langage Toscan, à cause de sa magnificence, elegance, et douceur. Et d’autre part, les bons esprits Italiques prisent et honnorent la langue Françoise, et se y deduisent mieux qu’en la leur propre. À cause de la resonance, de sa gentillesse et courtoisie humaine. [P1, 5]

  • 102 m’a
  • 103 interposés

59Une autre raison encores m’ha102 à ce stimulé. C’est de persuader [p. 381], autant qu’en moy peult estre, la paix et union perpetuelle, entre lesdites deux nations et langues, lesquelles sont en partie amies et concordantes l’une à l’autre, mais pour la plus grand part ennemies. Ainsi comme si dame Nature tout à son essient les eust desjointes et separées par obstacle des Alpes, et des montaignes interposites103, et par la difference du ciel, des mœurs, et des coustumes quant au fait, et des accents, contenances, et prononciations quant à la parole. [P1, 6]

60Lesquelles choses apperent assez clerement ou temps present : C’est asavoir d’un costé par aucunes aliances et communications qui se treuvent et s’entretiennent entre lesdites deux nations. Mesmement entre le peuple de Florence et la noblesse Françoise. Et le contraire se monstre par les guerres, factions, bendes, et inimitiez violentes, des Veniciens, avecques leurs confederez contre ceux de nostre langue. [P1, 7]

  • 104 convenable

61Donques, il m’a semblé bon pour chose morale et duisant104 à la chose publique, et aussi delectable aux lisans, de mettre peine à les persuader et enhorter, tant en general comme en particulier d’estre desormais d’un mesme accord et voulenté, sans plus avoir de controverse entre eux, car trop en couste la façon. [P1, 8]

  • 105 fidélité
  • 106 amie, amante
  • 107 cherche

62Laquelle amitié ne feauté105 ne se pourra trouver au temple de Venus qui signifie lascheté, et oisiveté. Attendu qu’elle est trop amoureuse et accointe106 de Mars, le grand Dieu des batailles, lequel ne quiert107 sinon semer division et zizanie entre loyaux amans : Mais bien la pourra on recouvrer ou temple de la Deesse Minerve : C’est à dire de parfaite operation, de prudence, paix et concorde : Comme on verra par la deduction de ce present traicté, qui sera divisé en deux parties. [P1, 9]

63La premiere contiendra la description du temple de Venus, selon la mode poëtique. Et sera rhythmée de vers tiercets, à la façon Italienne ou Toscane, et Florentine : Ce que nul autre de nostre langue Gallicane ha encores attenté d’ensuivre, au moins que je sache. [P1, 10]

64L’autre qui fera mention du temple de Minerve, sera meslée de prose et de rhythme Françoise, qu’on dit Alexandrine. Et pource que de la fin procede la denomination, il sera intitulé Le chemin du temple Minerve. [P1, 11]

65Or commenceray je ce labeur, comme si autrefois j’eusse esté curieux de frequenter le temple de Venus : et que maintenant je cherche le chemin de celuy de Minerve la belle et vertueuse Deesse, à qui ce Present est consacré, desirant qu’elle le reçoive pour aggreable. [P1, 12]

L’acteur descrit en la premiere partie le temple de Venus : auquel il ne fut pas du tout bien recueilly. Parquoy il s’adressa depuis au chemin du temple de Minerve

66En la verdeur du mien flourissant aage,
D’amours servir me voulus entremettre :
Mais je n’y euz ne proufit n’avantage. [TR, 3]

  • 108 suivre

67Je feis maint vers, maint couplet, et maint metre,
Cuydant suivir108, par noble Poësie,
Le bon Petrarque, en amours le vray maistre. [TR, 6]

68Tant me fourray dedens tel fantasie,
Que bien pensoye en avoir apparence,
Comme celuy qui à gré l’euz choisie. [TR, 9]

69De luy à moy se trouvoit conference :
Veu qu’il eslut sa dame Avignonnoise,
Ja nonobstant qu’il fust né de Florence. [TR, 12]

  • 109 (querir) chercher à avoir

70Et je qui fus, en temps de guerre et noise,
Né de Haynnau, païs enclin aux armes,
Vins de bien loing querre109 amour Lyonnoise. [TR, 15]

71Or quittay je tumultes et alarmes :
Si changeay Mars au noble Dieu d’amours,
Et chant bellique aux amoureuses larmes. [TR, 18]

72Bien me sembloit que plus loing qu’à Nemours
On m’eust ouy plourer, gemir, et pleindre :
Tant furent grans mes cris, et mes clamours. [TR, 21]

73Par ainsi donc, pour ma douleur esteindre,
Au grand saint temple à Venus me vouay,
Cuydant mon dueil à meilleur couleur taindre. [TR, 24]

  • 110 Voir note précédente.
  • 111 suai, pris beaucoup de peine

74Ce temple n’est à Cambray n’à Douay.
Si me falut le chercher où il est,
Dont à le querre110 en maints lieux tressuay111. [TR, 27]

  • 112 accomplir

75[p. 382] Au chemin fus ; sur le temps nouvellet,
Non sans souvent souspirer et fremir,
Pour parfournir112 mon vœu, fust bel, ou laid. [TR, 30]

  • 113 songe

76Lassé de pleindre, ennuyé de gemir,
Je quis sommeil cuydant prendre repos,
Mais le songer113 infesta mon dormir. [TR, 33]

  • 114 interruption

77Car tous les pleints, les pleurs, et les propos,
Dont en veillant esservellé m’estoye,
Renouvellay, sans aucun interpos114. [TR, 36]

  • 115 maltraite (sens antiphrastique)

78Et dis ainsi : Trop me suit et costoye
Fortune dure, et le doux mal d’amer,
Duquel Venus durement me festoye115. [TR, 39]

  • 116 plaintes

79En ce disant, avec maint pleur amer,
Je veis en l’air clere et resplendissant
Celle qui fait mes pleintifz116 entamer. [TR, 42]

80C’est la Deesse outrageuse, et puissant
Mere d’Amour, le fier et orguilleux,
Par qui je suis en douleur languissant. [TR, 45]

81Trop bel estoit son arroy merveilleux,
Trop y avoit de grands beautez insignes,
Trop y fut tout plaisant et perilleux. [TR, 48]

  • 117 menent
  • 118 colombes
  • 119 ruisseaux

82Son chariot meinent117, Coulombs118, et Cygnes,
Blancs comme neige, à coliers argentez.
Alentour sont, ris119, et amoureux signes. [TR, 51]

83Pensers joyeux, richement charpentez
Tout à esmail, le tymon enrichissent,
Et doux attraits bien faits de tous costez. [TR, 54]

  • 120 sont proches

84Plaisans regards à l’environ marchissent120,
Des roues d’or, richement estoffées,
Qui de perles et dyamans blanchissent. [TR, 57]

85Quand Boreas, vid Venus, et ses Fées,
Marcher par l’air, tant cler et sapphirin,
Il rengorgea ses horribles bouffées. [TR, 60]

86Si feit Auster, qui du gouffre marin
Non eslevant ses nuées obscures,
Veult faire place au doux vent Zephyrin. [TR, 63]

  • 121 arc (ce qui est courbé en forme d’arc)

87Lors Appollo, passant par les arcures121
Du Zodiac, entra ou mouton d’or,
Et à chauffer la terre mit ses cures. [TR, 66]

88La terre rit, et se mit à l’essor,
Quand elle vid, Hyver, glace, et bruïne,
Plat confondus, et beaucop pis encor. [TR, 69]

  • 122 appela
  • 123 Frappier / 1511 : ès.
  • 124 chevelure
  • 125 dorée

89Hucha122 Printemps, luy monstra la ruïne
D’Hyver fuyant les123 monts hyperborées,
Qui craint Phebus à la come124 aureine125. [TR, 72]

90Printemps joyeux feit venir cent charrées
De fueille verde, et d’herbette jolie,
Dont Zephyrus ha les Landes parées. [TR, 75]

  • 126 étendant tout à fait

91Puis vint Flora, qui son tresor deslie,
Parestendant126 ses beaux tapis semez
De mainte rose, et de mainte ancolie. [TR, 78]

  • 127 rameux

92Mars, Avril, May, de florettes armez
Tindrent leurs rengs, par champs, et par praries,
Souz pavillons, de beaux arbres ramez127. [TR, 81]

  • 128 bergers
  • 129 douces, harmonieuses

93Les pastoureaux128, des vallées flouries,
Font resoner les hauts montz verdoyans
De leurs flajeolz, et musettes series129. [TR, 84]

  • 130 bruit

94Pan, et Eglé, à chanter s’employans,
Tous d’un accord fournissent douce noise130,
Resjouissans les esprits des oyans. [TR, 87]

  • 131 Binôme synonymique : se réjouit.
  • 132 où qu’il aille

95Mais plus que nulz, s’esjouit et degoise131
Le franc Tityre, en doux et joyeux sons.
Parquoy le prys luy demeure, où qu’il voise132. [TR, 90]

96Car à Venus, tant ont pleu ses chansons.
Qu’elle arresta son chariot doré
Dessus un tertre, à l’endroit des buissons. [TR, 93]

  • 133 champêtres

97À son venir, Faunes l’ont adoré,
Satyres, Pans, Egipans, Dieux agrestes133,
Et Sylvanus, par les bois honnoré. [TR, 96]

  • 134 rapides

98Nymphes aussi, diligentes et prestes134,
À la Deesse, ont offert leur service
Tout à l’entour faisans danses, et festes. [TR, 99]

  • 135 nymphes des bois
  • 136 1513 : leurs offices /1511 : leur office.

99Les Nappées135, exerçans leur office136,
Font bouillonner fontaines argentines,
Creans un bruit, à sommeil trespropice. [TR, 102]

100Puis à dresser les tentes celestines
Ont mis leur soing, les mignonnes Dryades,
Faisans de bois, ombrageuses courtines. [TR, 105]

  • 137 prés
  • 138 divinités des montagnes

101Les Hymnides, et les Amadryades
Prindrent prez137, fleurs, et tous arbres en cure,
Pour revestir les monts des Oreades138. [TR, 108]

102Si n’est la gloire aux Naiades obscure,
Qui vont gardant par les rives herbues,
Que fleuve aucun d’eschapper ne procure. [TR, 111]

  • 139 qui a la douce odeur de l’ambroisie 

103Quand Venus vid les regions imbues
De flair plus doux, qu’odeur ambrosiane139,
Partant du clos des florettes barbues : [TR, 114]

104Elle appella la fille de Diane
Rosée douce, et de refreschir plantes
Luy enchargea cure cotidiane. [TR, 117]

105Et celle à qui telz oeuvres sont plaisantes,
Feit un milier de perles rondelettes,
Plus que crystal, cleres, resplendissantes. [TR, 120]

  • 140 petites branches
  • 141 odorantes

106Puis les pendit autour des entelettes,
Sur les rainceaux140 des espineux rosiers,
Et au sommet des flairans141 violettes. [TR, 123]

107Ce temps pendant, les fins joyeux gosiers
Des oiselets, Aurora saluerent,
Qui coulouroit desjà fleurs, et frasiers. [TR, 126]

108Tous elements, de joye transmuerent,
En admirant sa blancheur rubicunde :
Et les clers Cieux, leurs beautez desnuerent. [TR, 129]

109Cy, ô Clio, eslargis moy faconde,
Pour expliquer des hauts faits de Venus,
Ce que j’en veis, en matiere feconde. [TR, 132]

110Un Temple y ha, plus beau ne vid onq nulz,
Assis sus Roc, en lieu fort autentique,
Aux confluents d’Arar et Rhodanus. [TR, 135]

111Là est le chef de la Gaule Celtique,
Reflourissant comme un autre Ilion,
[p. 383] Et surcroissant en sa valeur antique. [TR, 138]

112Peuple Royal, portant cœur de Lyon,
Y fait sejour, dont France est decorée,
Et y void on Nymphes un million. [TR, 141]

  • 142 Frappier / 1511 : Haulx.

113Nymphes d’honneur, de beauté naturée,
Beaux142 esperits, visages angeliques,
Plus qu’onques n’eut, en Cypre, ou Cytharée. [TR, 144]

114Là, ha Venus son temple, et ses reliques,
Où maints amants par grand’ardeur se vouent,
Et y font vœux, tant privez que publiques. [TR, 147]

  • 143 reconnaissent

115De temples maints que les Poëtes louent
Ce n’est plus rien, ilz sont tous abolis :
Mais cestuy seul, les Dieux font et advouent143. [TR, 150]

116Les piliers sont de dyamans polis,
Le fondement est d’argent bien duisant,
L’avant portal, tout de sapphirs jolis. [TR, 153]

117L’ordre du comble, ordonnée en croisant,
Fait enlasser les beaux piliers ensemble,
Qui sont d’ivoire, et de fin or luisant. [TR156]

118Tout le dehors, un Paradis ressemble :
Le dedens n’est ne trop cler, ne trop brun,
Mais delectable à voir, comme il me semble. [TR, 159]

  • 144 Frappier / 1511 : dediée.

119Jadis Venus, en deux temples, dont l’un
Fut Corinthois, et l’autre de Sicile,
Mainte fille eut, dedié144 en commun. [TR, 162]

120Mais ceux destruits par guerre difficile,
La grand Deesse, ha depuis mieux assis
En Occident, son temple et domicile. [TR, 165]

  • 145 obstacle

121Car là void on simulacres massifz,
Idoles peints, et vives imagettes,
Sans encombrier145 de verre ou de chassis. [TR, 168]

122Qui des griefz maux, où personnes subjettes
Sont maintesfoiz, ainsi que par miracle
Donnent respons de leurs douces gorgettes. [TR, 171]

  • 146 autels
  • 147 entourés comme d’un rideau

123De ce haut temple, et merveilleux oracle,
Les aultez146 sont de lis tresbien parez,
Encourtinez147, pour eviter spectacle. [TR, 174]

  • 148 ornés de figures
  • 149 vases ayant une existence matérielle (à l’inverse de superficielle)

124Les chappes sont, de draps bien figurez148 :
Le propre encens, est d’odeur naturelle,
Les benoitiers, des vaisseaux corporelz149. [TR, 177]

  • 150 goupillon qui sert à asperger

125Et là dedens jamais eaue ne gelle,
Se l’asperges150 n’est d’estoffe amortie,
Ou qu’un froid vent de crainte ne s’y mesle. [TR, 180]

  • 151 étendards
  • 152 élégants

126Les confanons151, de couleur assortie
Sont les atours d’accoustremens gorriers152,
Branslans au vent, d’une et d’autre partie. [TR, 183]

127Lesquelz on porte aux festes voulentiers,
Danses et jeux, où se font fictions,
Là mieux que ailleurs, les desploye on d’un tiers. [TR, 186]

128Là les templiers font leurs processions,
Mainte statue est droit là transportée,
Et là se font grands intercessions. [TR, 189]

129Là est Venus par musique enchantée,
Et tout le chant prend d’amours accordance,
Où volupté, sans nulle autre est hantée. [TR, 192]

130Là est l’usage, et coustumiere danse
De l’ordre humain, et le droit naturel
Du diocese, où tant ha d’abondance. [TR, 195]

  • 153 maître, personnage ayant un pouvoir supérieur

131C’est au lieu dit, Paradis corporel, 
Dont Genius est metropolitain153,
Qui tire plus que bœuf ou que torel. [TR, 198]

  • 154 qui lui sont subordonnées

132Genius donc, premier Primat hautain,
De toute Gaule, ha citez suffragantes154
Tant en païs prochain comme lointain. [TR, 201]

133Villes, citez, mignonnes et fringantes,
En qui les biens du monde se comprennent,
Comme on congnoit, par œuvres elegantes. [TR, 204]

134Et d’autres tant, qui tous les jours apprennent,
Que Genius, Prelat Venerien,
Est esbahi, dont tant de gens luy viennent. [TR, 207]

  • 155 sonnette, clochette

135Or fait il bruire en maint lieu terrien
Son tintinnable155, et mener grand tintin :
Qui ne le peult sonner, il n’aura rien. [TR, 210]

  • 156 faire résonner
  • 157 chaussure à semelle épaisse

136Les cloches sont de metal argentin,
Et qui ne tire, ainsi qu’à l’abandon
Il aura beau cliqueter156 le patin157. [TR, 213]

137Car jà n’aura, ne grace ne pardon :
Tant est le prestre estrange de nature,
Qui tout devroit presenter en pur don. [TR, 216]

  • 158 floraison

138Ainsi Venus, parmy la flouriture158
Au jour poingnant, que matines sonnerent,
Feit de son temple ouvrir la grand’closture. [TR, 219]

139Et là seant, les oiseaux entonnerent,
Un doux cantique, entrebrisé d’accords,
Dont les parois du temple resonnerent. [TR, 222]

  • 159 hirondelle

140Philomena moduloit ses records,
Contre tenant, à Progne l’arondele159,
Par un doux bruit accordant sons discords. [TR, 225]

  • 160 variété de grive
  • 161 espèce de chardonneret
  • 162 querelle

141Merles, mauvis160, de plus belle en plus belle,
Serins, tarins161, faisans proportions,
Y murmuroient, par tenson162 non rebelle. [TR, 228]

  • 163 tous

142Chardonnerets, en diminutions,
Lynottes, gays, trestous163, à qui mieux mieux,
Firent ouyr leurs jubilations. [TR, 231]

143Leurs poincts d’orgues, volerent aux hauts cieux
Leurs versets dits alternativement
Delecterent les oreilles des Dieux. [TR, 234]

  • 164 fin

144Et quand leur hymne eut prins definement164,
Il vint avant maint nouvel Arion,
Maint Orpheus, jubilant doucement. [TR, 237]

145D’un vieil Terpandre, ou d’un vieil Amphion,
D’un Apollo harpant en sa coquille
On n’ha plus cure, et si les deffie on. [TR, 240]

146Pour un Linus chantant de voix tranquille,
Un Thamyras ; Tubal, ou Pithagore,
Il en est cent, et pour cent en est mille. [TR, 243]

  • 165 mode
  • 166 sirènes

147Au nouveau chant, à la nouvelle gorre165,
Venus s’endort, mieux qu’au chant des Seraines166,
Ou qu’à menger pavots, et mandragore. [TR, 246]

  • 167 petites flûtes
  • 168 instrument à cordes pincées
  • 169 premières
  • 170 instrument à cordes que l’on fait vibrer en les touchant avec le plectre

148Tous vieux flageots167, guisternes168 primeraines169,
[p. 384] Psalterions170, et anciens decacordes,
Sont assourdis par harpes souveraines. [TR, 249]

149Par le doux son des nouveaux monocordes,
Ont mis souz banc les gens du Roy Clovis,
Leurs viiesles, leurs vieux plectres et cordes. [TR, 252]

150Et maintenant frequentent à devis
Les cœurs divins, les pulpitres dorez,
Anges nouveaux, dont les cieux sont servis. [TR, 255]

151Au fin mylieu, du cœur, ouyr pourrez
Entrebriser musique Alexandrine,
Et de Josquin les verbes coulourez. [TR, 258]

  • 171 proche, voisine. Frappier / 1511 : cousine.

152Puis d’Ockeghem, l’harmonie tresfine,
Les termes doux de Loïs et Compere,
Font melodie aux cieux mesme confine171. [TR, 261]

153Les neuf beaux cieux que Dieu tourne et tempere,
Rendent tel bruit en leurs spheres diffuses,
Que le son vient, jusqu’en nostre hemispere. [TR, 264]

154Et de là sont toutes graces infuses
Aux clers engins, et le don celestin
De la liqueur et fontaine des Muses. [TR, 267]

  • 172 Frappier / 1511 : de.

155Tant en172 François, que Toscan et Latin,
L’air y resonne, entre les murs du temple,
Et plus au soir qu’il ne fait au matin. [TR, 270]

156Or, quand le nombre et l’ardeur je contemple
De tant de gens, qui devant Venus chantent,
Je n’ay veine qui de stupeur ne s’emple. [TR, 273]

  • 173 divertissements, réjouissances
  • 174 dressent

157Poëtes maints, en ce grand temple hantent,
En descrivant les joyeux esbanois173
Et leurs escrits y dedient et plantent174. [TR, 276]

  • 175 insupportable
  • 176 autels

158Non pallissans devant ces doux mynois,
De peur de mort, ou de honte importable175,
Comme jadis aux aultez176 Lugdunois. [TR, 279]

  • 177 pensées

159Mais de cœur gay, de vouloir delectable,
Leurs concevoirs177 hautement pindarisent,
En figurant mainte couleur notable. [TR, 282]

  • 178 tuyaux d’un instrument à vent

160Musiciens de leurs voix symphonisent,
Et leurs buseaux178 unanimes concordent,
Soufflent, harpent, tympanent, citharisent. [TR, 285]

  • 179 poème, chant
  • 180 se rappellent
  • 181 Frappier / 1511 : ourlent.

161Facteurs, Rimeurs, maint beau dictier179 recordent180,
À la louenge, et bruit de la Deesse,
Et de beaux mots leurs dits ornent181 et bordent. [TR, 288]

  • 182 se divertit
  • 183 se repose

162Là n’ot on rien, que plaisance et liesse,
Du bruit hautain le haut ciel en resonne,
Tout à soulas s’y deduit182 et acquiesce183. [TR, 291]

163Là ne voit on, que gloire qui foisonne,
Là se produit lascivité Comique,
Lyriques vers, dont amours on blasonne. [TR, 294]

164Là recite on d’invention sapphique
Maint noble dit, cantilenes et odes,
Dont le style est subtil et mirifique. [TR, 297]

165Tout ce qui est en livres ou en codes,
Se met avant, hymnes et elegies,
Chansons, motets, de cent tailles et modes. [TR, 300]

166Là se deduit par genealogies
Le tronc d’amours, son los qui resplendit,
Et le nombre des graces eslargies. [TR, 303]

167Là maint gosier, barytonnant bondit,
Qui Lay prononce, ou Balade accentue,
Virelay vire, ou Rondel arondit. [TR, 306]

  • 184 là (« là endroit »)

168Maint serventois là endroit184 se punctue,
Chant Royal maint s’y chante et psalmodie :
Brief, un chacun s’y peine et esvertue. [TR, 309]

  • 185 ici, là

169D’amours servir un chacun s’estudie.
Par quoy leans185 j’ouys si doux tumulte,
Qu’au monde n’est semblable melodie. [TR, 312]

  • 186 doux
  • 187 se réjouit

170Du bruit souef186, qui au temple resulte
Incessamment, sans silence ne poses,
Dame Venus s’esjouist187 et exulte. [TR, 315]

171Et ce pendant qu’on chantoit tant de proses,
Le grand Prelat de ce temple notoire,
Sacrifioit d’encens pur et de roses. [TR, 318]

  • 188 réconfortait

172Dont le doux flair, espars par l’oratoire,
Refocilloit188 les cœurs des amoureux, 
Puis tost après on sonna l’offertoire. [TR, 321]

173Lors Genius (lequel prioit pour eux,
Laissa l’autel) s’alla mettre en son throne,
Et devant luy deux bassins grans et creux. [TR, 324]

174Maint povre amant de grand frayeur s’estonne,
Quant il perçoit ces grans vaisseaux d’argent,
Esquelz il faut que chacun mette et donne. [TR, 327]

  • 189 Frappier / 1511 : servis.

175Aussi maint chantre, et maint poëte gent,
Par grand desdain laissa livre et pulpitre,
Et s’en va hors de secours189 indigent. [TR, 330]

  • 190 appela

176Et Genius triomphant souz sa mitre,
Bien acoustré d’habits pontificaux.
Hucha190 Danger, son diacre et ministre. [TR, 333]

  • 191 sacré (pour le respect du mètre et de la rime, nous conservons la forme initiale, non accentuée)

177Et luy dit bas : Monstre combien tu vaux. 
Garde que nul n’approche l’autel sacre191,
S’il n’ha argent, tant soit il fin ou faux. [TR, 336]

178Puis appella, Belacueil, souzdiacre,
Disant ainsi : Garde bien souz ton œil
D’abandonner statue, ou simulacre. [TR, 339]

  • 192 volonté
  • 193 attirer, faire venir à soi

179Ne de souffrir, qu’homme en face son vueil192,
Sans premier mettre, or ou bagues en gage. 
Mais bien les peux attraire193, Belacueil. [TR, 342]

180Et ceux s’en vont, sans gueres de langage,
Mettre aux deux coings de l’autel grand et ample,
Pour recevoir chacun selon l’usage. [TR, 345]

181Dame Venus, la maistresse du temple,
Voyant l’apprest de l’offertoire grand :
Voulut monstrer un grand signe et exemple : [TR, 348]

  • 194 serviteurs (ici servantes) suivant à pied

182Car elle dit, doucement souzriant,
Aux trois Graces, qui sont ses pedisseques194,
Que chacune eust œil, et maintien friant. [TR, 351]

  • 195 paroles aimables

183Lors Pasithée, en regards extrinseques
Attrait maint homme, et sa seur Egiale
Les entretient, par maints plaisans obseques195. [TR, 354]

  • 196 courtoise

184Euphrosyna, gentile et curiale196,
S’adonna toute, à ce que sejourner
Longtemps les fasse, en amour sociale. [TR, 357]

  • 197 Grâces

185[p. 385] Quand Genius vid son cas bien tourner
Au gré Venus, et secours des Charites197,
Il s’appresta, pour un peu sermonner. [TR, 360]

  • 198 vain, nul

186Et declarer de Venus les merites :
À fin que ceux, qui d’offrir prests se monstrent
Ne feissent pas leurs ententes irrites198. [TR, 363]

  • 199 Pour la rime, « s’acconstrent » serait préférable.
  • 200 sujet que l’on traite, propos

187Chacun se teut, Tous pour ouyr s’accoustrent199,
Si print son theume200 :

Le sermon de l’archiprestre Genius201

  • 201 Frappier / 1511 : titre absent.

Ætatis breve ver.

Ces mots icy grand chose nous demonstrent. [TR, 366]

188Peuple gentil, vieillesse est vostre hyver,
Et jeunesse, est le printemps de vostre aage,
Lequel n’est point si durable que fer. [TR, 369]

189Jeunesse est brieve : et pourtant qui est sage,
Il sert les Dieux, il employe son temps,
Ains que vieillesse usurpe en luy servage. [TR, 372]

190Voyez vous point, selon que je pretens,
Qu’animaux tous, Dieu et Nature servent,
En leur jeune aage, en ce joly printemps ? [TR, 375]

  • 202 signe
  • 203 s’accouplent

191Les Cerfz au bois, tiltre202 d’amours observent :
Les oiselets, maintenant s’apparient203,
Et par grand sens leurs especes conservent, [TR, 378]

192Les elements, les uns aux autres rient.
Celestes corps, l’un à l’autre se jouent.
Toutes choses d’amours, ores se prient. [TR, 381]

193Tous sexes or’, en concorde se vouent.
Masle, femelle, ont accord reciproque :
Jusqu’aux poissons, qui souz les ondes nouent. [TR, 384]

  • 204 accord

194Mutuel meuf204, union univoque,
Font connexer la machine du monde
Souz un Moteur, qui à paix les provoque. [TR, 387]

  • 205 Frappier / 1511 : effective.

195Et de là vient, que le Ciel noble et monde,
Aspire en terre une amour affective205,
De procreer tout ce qui y abonde. [TR, 390]

196D’administrer vigueur vegetative
À plante, à arbre, et jusqu’à une feve,
Fournir à tout essence nutritive. [TR, 393]

197Et ceste amour, qui ainsi tout acheve,
Se dit Nature, estandant les branchettes
Des arbrisseaux, quand ilz sont en leur seve. [TR, 396]

  • 206 tisser

198Nature donc, de ses mains tant doucettes
Ne fait que tistre206, et peindre et labourer
À faire fleurs, arbres, hommes, et bestes. [TR, 399]

  • 207 tous

199C’est pour le tout Univers decorer. 
Et puis Venus, par ardeur indicible,
Les fait trestous207 ensemble enamourer. [TR, 402]

  • 208 douce comme le miel, agréable

200Dame Venus employe son possible,
À tout conjoindre en amour melliflue208,
Leur propinant vertu concupiscible. [TR, 405]

  • 209 fait pénétrer

201À toute beste utile, ou superflue,
Elle consigne un esguillon d’amours,
Et un desir sensuel leur influe209. [TR, 408]

202Mais sa cure est principale tousjours
Sur les humains : ausquelz ses graces donne,
Au beau printemps : et en leurs jeunes jours. [TR, 411]

  • 210 remercier

203Si donques or’, tout animal s’adonne
D’amours servir, de Venus mercier210,
Ainsi que Dieu, et Nature l’ordonne, [TR, 414]

  • 211 rendre maître

204Que ferez vous, qui pour approprier211
Bien voz hauts noms, estes tous Demydieux,
Et qui savez le bien du mal trier ? [TR, 417]

  • 212 Frappier / 1511 : le.
  • 213 esprits

205Saints animaux, la212 semence des cieux,
Hommes prudents, exsperits213 raisonnables,
Et qu’entre tous, Nature ayme le mieux : [TR, 420]

206Serez vous point aux hauts Dieux serviables, 
Dame Venus, l’honnorerez vous point
Comme ses serfz, devots et amiables ? [TR, 423]

  • 214 Frappier propose de corriger serez en ferez (verbe vicariant), mais la reprise serez vous point / s (...)
  • 215 certes

207Si serez214 dea215, Nature vous y poingt :
Et mesmement en ce doux temps vernal,
Auquel estes, gays, frais, forts, en bon poinct. [TR, 426]

208N’attendez point le froid temps hyvernal,
Auquel serez destituez de forces,
Et de vigueur perdrez le gouvernal. [TR, 429]

209En ce temps là, voz ridées escorces
De grand vieillesse, aspres seront et dures :
Et voz branches, inclinées et torses. [TR, 432]

  • 216 jeter à terre, flétrir
  • 217 couper, faucher

210Lors Vulturnus, et ses noires froidures,
Cifflans, bruyans, vous feront escroler,
Flastrir216, fener217, voz fleurs, et voz verdures. [TR, 435]

211Lors verrez vous, voz fueillettes voler,
Voz bruns cheveux semez de neige blanche,
Et voz hauts troncs, desnuer et peler. [TR, 438]

  • 218 diminutif de « bâton »
  • 219 soutiens

212Si vous faudra appuyer, tige et branche,
De bastonneaux218, et autres sustentacles219,
Que vent aucun ne vous tombe ou desbranche. [TR, 441]

  • 220 signes, marques

213Voz yeux rouillez, trouveront pour obstacles
Larmes sans vueil, avec mailles, et toilles :
Qui sont de Mort assez prochains signacles220. [TR, 444]

  • 221 si ce n’est
  • 222 gros rhumes
  • 223 goutte au nez

214Plus n’y aura d’humeur dedens voz moilles,
Fors221 distillans catarrhes222, et roupies223,
Le chef baissé loing du cours des estoilles. [TR, 447]

  • 224 fâcheuse, malheureuse
  • 225 espions
  • 226 tremblement
  • 227 refroidissement

215Vieillesse grieve224 envoira ses espies225
Tremeur226, Langueur, Infrigidation227,
Dont voz vertuz seront fort assoupies : [TR, 450]

  • 228 Frappier / 1511 : sort.

216Car par leur fort228, et congelation.
Tout vostre corps sera froid comme marbre,
Farsi de goutte, et d’autre infection. [TR, 453]

217Voz membres or’, plus prests qu’un Candelabre,
Seront alors, non mouvans, non dressables,
Et pourrira le fin cœur de vostre arbre. [TR, 456]

  • 229 hisser à l’aide d’un treuil
  • 230 pénétrés de froid

218Pour vous guinder229 il faudra bien cent cables,
Plus ne voudrez sinon au feu croupir :
Tant serez vous, morfondus230, miserables. [TR, 459]

219On vous verra, tous froidureux tapir,
Souz pellissons, souz chaudes vieilles nattes,
Toussans, crachans, et jettans maint souspir. [TR, 462]

220Si tiendrez lors voz vies pour ingrates,
[p. 386] Quand vous verrez voz forces deperies,
Ayans regret aux juveniles actes. [TR, 465]

  • 231 fatigués

221Ayans despit, qu’aux plaisances flories
D’adolescence, et de jeunesse heureuse,
Recreus231 serez, et voz liqueurs taries. [TR, 468]

  • 232 triste

222Et maudirez l’obscureté tenebreuse
De l’aage triste, odieux, mat232 et sombre,
Vieillesse crue, offensant, quereleuse. [TR, 471]

  • 233 rajeunir
  • 234 Prononcer neant d’une seule émission de voix (une syllabe).
  • 235 douloureux
  • 236 chagrin

223Et si ferez veux, et souhaits sans nombre,
Tendans à fin, de vous rajovenir233 : 
Mais c’est pour neant234, car trop grief235 est l’encombre236. [TR, 474]

224Trop est grief fais, que de vieux devenir,
D’avoir passé le joly temps d’Esté,
Le riche Automne, où n’ha nul revenir. [TR, 477]

  • 237 Pèsera, sera désagréable

225Plus ne serez, ainsi qu’aurez esté,
Dont plourerez, et moult vous poisera237,
Voir vostre cours par vieillesse arresté. [TR, 480]

226Chacun de vous alors s’accusera,
De ses beaux jours perdus et oubliez,
Et ses genoux de pleur arrosera, [TR, 483]

227En requerant à deux genoux pliez,
Mercy aux Dieux, et Venus la Deesse,
Par qui tous biens nous sont multipliez. [TR, 486]

228Mais tard sera : Car jamais en viellesse
Venus n’ottroye à personne pardon,
Qui n’aura fait son devoir en jeunesse. [TR, 489]

  • 238 guide
  • 239 lourde
  • 240 flambeau, ardeur de l’amour (fig.)

229Et puis Amour, qui est nostre guidon238,
De l’autre part tiendra pour grieve239 offense,
Un tel mespris, de son dard et brandon240. [TR, 492]

  • 241 procure

230Nature aussi, qui vous propine241 essence,
Estimera le defaut trop enorme,
D’acquiter mal si belle adolescence. [TR, 495]

231Et oultreplus, je vous dis et informe,
Que je qui suis vostre chef souverain,
Condamneray vostre erreur si difforme. [TR, 498]

  • 242 premier
  • 243 dernier

232Je Genius, grand Primat primerain242
De toute Gaule, et de mainte autre gent,
Vous choisiray du premier au derrain243. [TR, 501]

233Et s’il s’en treuve aucun si negligent,
Qu’en son temps n’ayt servy Venus sa dame,
Il en mourra de pardon indigent : [TR, 504]

  • 244 privé

234Et sera dit Anatheme et infame,
Forclos244 d’aller aux beaux champs Elysées,
Où le siege est de mainte benoite ame. [TR, 507]

  • 245 honneurs, dignités
  • 246 résistant
  • 247 aiguillon
  • 248 Frappier / 1511 : pou.

235Mais pas ne croy voz hautesses245 prisées,
Si regimbans246 encontre l’esguillon247,
Si peu248 savans, ne si tresabusées : [TR, 510]

  • 249 flèche

236Car quand Amour, plus gay qu’un papillon
S’adresse à vous, bendant son arc d’ivoyre,
Point ne devez eviter son raillon249. [TR, 513]

  • 250 blessure
  • 251 plaie faite par un coup

237Son vulnerer250 vous est triomphe, et gloire
Sa playe inflicte251, est pour vous honnorer,
Et anoblir vostre nom et memoire. [TR, 516]

238Par ainsi donc, devez vous adorer
Dame Venus, et Cupido son filz,
Et à leur vueil du tout obtemperer. [TR, 519]

  • 252 pénétré de
  • 253 complètement pourvus

239En ce devoir devez estre confits252,
O hommes clercs, nobles adolescens,
De tous les biens de nature assoufis253. [TR, 522]

  • 254 brillants

240Levez voz cœurs, desployez cy voz sens,
Mes chers enfans que je vueil introduire,
Et m’adressez voz beaux yeux relucens254. [TR, 525]

  • 255 (emploi transitif) nuire à

241Je suis celuy, que Dieu a fait reluire
En haute essence ou reng des Demydieux,
Pour assister aux hommes, sans les nuire255, [TR, 538]

  • 256 encourager 
  • 257 convient

242Genius suis, vous suivant en tous lieux
Pour vous semondre256, et vous persuader,
Ce que je sçay, qui vous affiert257 le mieux. [TR, 531]

  • 258 conduire

243Crée je fus, pour vous duire258 et guider,
Pour procurer la vostre geniture,
Et au surplus vous deffendre et garder. [TR, 534]

  • 259 intelligence

244Ma substance est de haute intellecture259,
Comme uniforme à noblesse angelique :
Et mon tiltre est, vray amy de Nature. [TR, 537]

  • 260 divin
  • 261 traffic, commerce

245Mon geniteur, celeste et deifique260
Se dit Mercure, eloquent, prompt, et fade,
Le Dieu d’engin, et de toute traffique261. [TR, 540]

  • 262 suivante
  • 263 obéissante

246Et ma mere est, une Nymphe Naiade
Nommée Lare, à Venus pedisseque262,
Fort domestique, obsequente263 et non fade. [TR, 543]

  • 264 enlève

247Or suis je donc le moteur extrinseque,
Qui voz plaisirs vous adresse et avance,
Et voz ennuys vous recule, et reseque264. [TR, 546]

  • 265 science

248Si pouvez voir, sans nulle decevance,
Comment je suis vostre vray gardien,
Grand Paranymphe, et tout plein de savance265. [TR, 549]

249Car mon labeur, mon train cotidien,
Est vous instruire, ainsi que le voyez,
Principalement, en l’art Venerien. [TR, 552]

250Avecques vous quelque part que soyez,
Tousjours je suis, et ay prerogative
De vous instruire, à ce que me croyez. [TR, 555]

  • 266 imagination
  • 267 génératrice

251Vostre penser, vostre imaginative266
Sont souz ma loy : car j’en sçay les secrets
Et aussi est la force genitive267. [TR, 558]

252À Genius voz fronts sont consacrez,
Voz beaux semblans, toutes voz bonnes cheres,
Voz dits plaisans, voz mots doux et sucrez. [TR, 561]

253Voz yeux gentilz, et voz plaisans manieres,
Voz ris, voz chants, voz faits ingenieux,
Souz Genius observent leurs banieres. [TR, 564]

  • 268 avare
  • 269 niais

254Tous malplaisans, tous avaricieux268,
Ne me sont rien, ne sots, ne coquibus269 :
Mais les frians, liberaux, gracieux. [TR, 567]

  • 270 bien constitués
  • 271 tromperie

255Et ceux là sont, qui me doivent tributs
Comme Gentilz, Bien complexionnez270,
Sanguins, joyeux, sans fraude271, et sans abus. [TR, 570]

  • 272 servant à l’amour

256La raison est, pource, qu’ilz sont bien nez,
Souz l’horoscope, et regard Venerique272,
Ou que d’eux mesme, ilz s’y sont façonnez. [TR, 573]

257[p. 387] Leur oraison, est pure rhetorique,
Leur liesse est, propice et geniale,
Et leur attrait, amoureux et lubrique. [TR, 576]

  • 273 se conduisant conformément aux coutumes du monde
  • 274 élégance (connotation négative de luxe et de vanité)

258Leur façon est, humaine, sociale,
Savant sa court, tresbien mondanisant273,
Et leurs habits, de gorre274 speciale. [TR, 579]

  • 275 agréable

259Telz estes vous, ô peuple reluisant,
Peuple de Gaule, aussi blanc comme laict,
Gent tant courtoise, et tant propre et duisant275. [TR, 582]

  • 276 bien faits

260François faitiz276, francz, fors, fermes, au fait
Fins, frais, de fer, feroces, sans frayeur,
Telz sont voz noms, concordans à l’effect. [TR, 585]

  • 277 qui s’expose à

261Peuple hardi, de perilz essayeur277,
Illustre sang, Troyenne nation,
Non espargnant son sang ne sa sueur. [TR, 588]

  • 278 domicile

262Neveux d’Hector, enfans de Francion,
Qui sur les borts du grand fleuve Dunoe
Funda Sicambre, et y fait mansion278. [TR, 591]

  • 279 gloire
  • 280 profond
  • 281 nage

263Vostre haut los279, en parfond280 honneur noue281,
Vostre nom cler vole jusques aux cieux,
Mydi vous craint, Septentrion vous loue. [TR, 594]

264Tout Occident, tous Orientaux lieux,
Indes, Persans, Scythes, et Parthes sçaivent
Que vous estes les bien vouluz des Dieux. [TR, 597]

  • 282 drapeaux, étendards
  • 283 renommée, réputation
  • 284 fuient

265Voz clers penons282 en Asie se lievent :
Les Turqz ont peur de vostre bruit et fame283,
Et voz fiertez redoutent et eschievent284. [TR, 600]

  • 285 confiance

266Grece ha fiance285 en l’ardant Auriflame,
Qui d’iceux Turqz les yeux esblouira,
C’est tout l’espoir qu’elle attent et reclame. [TR, 603]

  • 286 noblesse
  • 287 réjouira

267Vostre hauteur286 de ce l’esjouira287
Dedens brief temps : car j’en voy les apprestz,
Dont un chacun vostre nom benira. [TR, 606]

  • 288 déchargés

268Mais ce pendant, à fin d’estre plus fraiz,
Reposez vous, reprenez voz haleines,
Et de labeur soyez un peu soustraits288. [TR, 609]

  • 289 ranimez
  • 290 vaines

269Refocillez289 voz membres et voz veines, 
Impossible est que tousjours arc puist tendre :
Car ses forces en seroient trop veines290. [TR, 612]

270Entredeux faut à volupté entendre,
Et y vaquer, à l’exemple de Mars,
Qui s’accointoit de Venus blanche et tendre, [TR, 615]
Et mettoit jus, escuz, et braquemars.
Fin.

Comment l’acteur fut rebouté du temple de Venus291

  • 291 Frappier / 1511 : titre absent.
  • 292 qui a un vif désir
  • 293 interrompre
  • 294 se battre mutuellement
  • 295 se pressaient mutuellement
  • 296 empêchement

271Aux paroles de l’archiprestre Genius, plusieurs personnages de jeunesse Gallicane et Françoise, esmuz et entalentez292 d’aller à l’offrande, sans attendre la fin du sermon, comme pleins de fureur amoureuse, contraingnirent ledit predicateur de syncoper293 sa collation : car par ardeur tumultueuse et farouche, tout ainsi que s’ilz se deussent entrebatre294, chacun s’avança qui mieux, mieux, tendant de baiser les reliques du temple Venerien. Et s’entrepressoient295 de telle sorte que l’un donnoit empesche296 à l’autre. [P2, 1]

272Belacueil souzdiacre faisoit resoner ses grans bassins d’argent, dedens lesquelz qui ne pouvoit advenir, il y ruoit, or, argent, drogues aromatiques, et odoriferantes, riches bagues, aornemens somptueux, et toutes especes de richesse mondaine. Les autres par grand devotion attachoient leurs cierges et leurs chandelles aux treilliz du grand autel et aux candelabres, tellement que les clercs et ministres dudit Belacueil ne suffisoient à recueillir et esteindre les chandelles, ny à espuiser les grans vaisseaux d’argent. J’en veis aussi aucuns qui y mettoient des tableaux peints de leurs nauffrages et mesadventures, pour rendre grace à la Deesse de ses miracles impetrez tant par mer que par terre. [P2, 2]

  • 297 fouet
  • 298 néflier
  • 299 rude et rebutant
  • 300 vide
  • 301 statues
  • 302 relatif à l’amour, lascif

273Le diacre nommé Danger, qui d’autre part tenoit pied ferme, ayant une grande et longue verge297 en la main, de dur mesplier298, poli et plein de nœuz, d’un visage rebarbatif299 et d’une voix tonnante, et redoubtable, qui menassoit ceux qui s’efforçoient d’approcher à main vuide300, aux riches coussinets, sur lesquelz reposoient les belles images et simulacres301 feminins, et veneriques302 : Et de fait, les reboutoit rudement. [P2, 3]

  • 303 naguères
  • 304 permit
  • 305 rassasier

274Je donques tout deliberé d’acomplir mon vœu jà pieça303 promis, à l’exemple des autres, ausquelz j’avoye veu faire le semblable, presentay un petit tableau de mon industrie assez bien escrit et enluminé de vignettes, et flourettes, lequel j’estimoye un [p. 388] chef d’œuvre, pour le planter et dedier devant l’image de ma Demydeesse. Et de fait, quand ce vint à offrir j’euz quelque peu de faveur du souzdiacre Belacueil : Car en faisant mon offrande, il me souffrit304 baiser les levres coralines de l’image, pretendant encores la rebaiser par plusieurs fois, pour saouler305 ma devotion. [P2, 4]

275Mais quand Danger le rude diacre, plein d’avarice sacerdotale, eut veu que je ne feis present que d’un peu de parchemin attaché en bois, sans ce que autrement il regardast que tout ce servoit à l’honneur et exaltation de la Deesse Venus, et de son temple, il me chastia malgracieusement de sa gaule, et jetta mon tableau derriere le grant autel, sans en tenir conte, pource qu’il n’y avoit gueres de metal, d’or ou d’argent pesant, ou massif, fors seulement de dorure, ou enluminure superficielle. [P2, 5]

  • 306 fait d’être repoussé
  • 307 estimai, tint pour
  • 308 honte
  • 309 fuyant
  • 310 foule
  • 311 sablonneux
  • 312 solitaire
  • 313 terre sablonneuse
  • 314 toutefois
  • 315 tristesse

276Voyant mon rebout306 et confusion, je me reputay307 malheureux. Et sortis hors du Temple, plein de vergongne308, tout pensif, et sans contenance, sinon piteuse et lamentable, fuyaut309 et me destournant de la conversation de ceux de ma congnoissance : lesquelz par grand foule occupoient les chemins de toutes pars, pour aller au sacrifice de Venus. Si feis tant, que j’eschappay de la presse310, et tant erray par mes journées sur mer et sur terre, que je parvins en une merveilleuse solitude : c’est à dire, desert sterile, pierreux, areneux311, et tout eremitique312, là où neantmoins je trouvoye aucuns pas humains, imprimez en la sablonniere313 seiche : non tant que ce peust sembler grand trac, ou chemin ferré, mais toutesvoyes314 il donnoit consolation à ma tristeur315, esperant que je parviendroye à trouver aucune chose estrange, merveilleuse et antique, dont je suis curieux. Ce qui m’advint, comme vous orrez cy après. [P2, 6]

  • 316 à cet endroit
  • 317 rafraîchissement
  • 318 ensemble de fruits
  • 319 qui vient tour à tour

277Après lointains voyages et erreurs plus que vagabondes, et après plusieurs perilz et naufrages eschappez, pource que je me destournoye une fois deçà, autrefois delà par l’ignorance des sentiers, comme celuy qui mieux aimoye mourir en lieu estrange et incongnu, que vivre en derision de mes voisins. Finablement j’apperceuz un Rocher treshaut et tresmerveilleux à regarder pour sa diversité. Car son chef s’eslevoit par dessus les nues : et au pied d’iceluy, comme on pouvoit conjecturer par semblance lointaine, pouvoit estre imaginé aucun peu d’arbres et verdures. Si tiray celle part, pensant que illec316 par aventure je trouveroye quelque refrigere317 d’eaue, ou de fruitage318, pour estancher ma grand soif, qui causée m’estoit par le train labourieux de la terre sablonneuse, et par evaporation de sueur alternative319, et expiration d’halaine. [P2, 7]

  • 320 mûres

278En cest espoir et desir, oubliant mon travail, par affection de nouvelleté, je ne me donnay garde, que j’approchay le pied du Roc, lequel estoit revestu d’aucuns buissonnets, mais cler semez, et non pas du tout suffisans pour donner ombrage, et encores moins fructueux. Si n’estoient peuplez fors de menus lezardeaux, et autres bestioles nommées cigales, dont le chant enroué faisoit resoner l’air de toutes pars. Neantmoins je y cueillis aucunes meures320 et framboises verdes, dont l’aigreur estancha quelque peu l’alteration de ma bouche. [P2, 8]

  • 321 escarpée
  • 322 jamais
  • 323 mais plutôt
  • 324 jaillissait
  • 325 feuillage
  • 326 petite
  • 327 rafraichissant

279Or estoit la Roche eschauffée du Soleil Meridional, si droite, si scopuleuse321, et si difficile à monter, que je ne m’en osay onques322 entremettre, ainçois323 alloye environnant son circuit. Souhaitant par grand soing, que je peusse recouvrer quelque sourse de fontaine. Laquelle chose après grand travail j’obtins heureusement, et parvins en un lieu solitaire et ombrageux, qui estoit le creux du Rocher large et ample, revestu de mousse et autres herbes aquatiques, duquel sourdoit324 un petit ruisselet argentin, environné d’un peu d’arbres, de fueillure325 escharse326. Si m’assis sur la rive pelée, et non gueres [p. 389] herbue, puis m’enclinay et puisay de l’eaue dedens mes palmes creuses. Si buz de celle belle liqueur refrigereuse327, et en lavay la sueur de ma face. [P2, 9]

  • 328 rétablis
  • 329 circonvoisin

280Et quant j’euz mes esprits recreez et remis sus328, il me sembla bien, pource que le lieu estoit separé de la noise du monde, que c’estoit un desert espouventable, aventureux et d’anciennes merveilles, et comme un lieu hanté de Nymphes ou d’autres esprits incorporelz. Si dressay la veüe pour regarder la region circunjacente329 : et si paraventure il y avoit là entour chose aucune digne de memoire. Finablement ma curiosité ne me deceut point : car du costé dextre de la fontaine, je trouvay entaillé en la roche, de graveure antique, ce qui s’ensuit. [P2, 10]

Description du rocher, sur lequel est assis le Palais d’honneur et le Temple de Minerve

  • 330 Nues en deux syllabes (nu-es) selon la scansion de l’époque.
  • 331 qui a une action favorable sur l’organisme
  • 332 instable
  • 333 pointu
  • 334 offensant, blessant
  • 335 palmiers
  • 336 souches
  • 337 pointus, piquants
  • 338 tordus
  • 339 fréquentés
  • 340 où l’on se perd
  • 341 par où l’on peut descendre
  • 342 entreprendre maintes luttes (maint peut s’employer au singulier à sens pluriel à l’époque)
  • 343 lutins
  • 344 sales

281Voicy le noble roc, qui les nues330 surpasse,
Des plus hauts monts qu’on sache au monde l’outrepasse,
Dont le sommet atteint, l’air du ciel tressalubre331.
Or est tout ce Rocher, divers, glissant et lubre332. [A, 4]
Tresdur, agu333, pointu, offendant334 piedz et palmes,
Et n’y croit alentour, ny olives ne palmes335,
Mais seulement estocs336, et arbres espineux,
Poingnans337, fiers au toucher, tortus338 et pleins de nœuz. [A, 8] 
Tous les sentiers y sont, peu hantez339, tost perdables340,
Dangereux au monter, promptement descendables341.
Et n’y va jamais nul, tant soit il grand et fort,
Qu’il ne luy soit besoin exercer maint effort. [A, 12]
Maint combat difficile, et mainte luitte aherdre342
Le tout en grand danger, de corps, et ame y perdre,
Ains qu’il puist survenir au dessus du Rocher,
Veu que pour le garder qu’on n’en puist approcher. [A, 16] 
Monstres y ha vilains, plus hideux que luittons343.
Horribles laids, et ords344, tous garnis de bastons,
Qui tant d’ennuy, et peine aux entrepreneurs font,
Que pour le plus souvent leur vertu ploye et fond. [A, 20] 

  • 345 force d’âme
  • 346 haleine
  • 347 éternel
  • 348 bonheur
  • 349 d’en haut, supérieur

282Mais si par fortitude345, et bien perseverer,
Ilz peuvent d’aventure, en alaine346 durer,
Jusques au fin plus haut, où est la riche plaine,
Garnie de tous biens, de felicité pleine, [A, 24] 
Lors ont ilz Belacueil, ilz ont repos eterne347,
Gentil bruit triomphant, et bienheurté348 superne349.

  • 350 plat
  • 351 dont la propriété est partagée entre plusieurs
  • 352 (« à tousjours mais ») toujours, à jamais
  • 353 premier
  • 354 agréable
  • 355 là, en ce lieu
  • 356 (« là endroit ») là
  • 357 épanouie
  • 358 prendre part à un tournoi, combattre
  • 359 se réjouir, se divertir
  • 360 tisser
  • 361 sortir
  • 362 danse en rond
  • 363 autour
  • 364 diminutif de mouches
  • 365 entendre

283Car sur le haut du mont spacieux et planier350,
Est le Palais heureux, de tout bien personnier351. [A, 28]
Le grand verger d’honneur, et le sejour Royal,
Qui sans fin est ouvert à tout bon cueur loyal.
Là est à tousjours mais352 l’air tranquile et serain,
Comme en un Paradis, terrestre, primerain353. [A, 32]
Tout y flaire, et flouronne, et rend souefve354 odeur.
Tout y est plein de joye, et de riche verdeur.
L’air illec355 retentist de tresdouce harmonie,
Et paix est là endroit356, richement espanie357. [A, 36]
Amour y regne, et Grace, et Concorde y flourit,
Plaisant plaisir y dure, et Joye s’y nourrit.
Là verrez vous souvent, chevaliers tournoyer358,
Et parmy les verdz prez, dames esbanoyer359, [A, 40]
Qui les fleurs vont cueillant, pour beaux chappelets tistre360,
Et d’icelles on sent un flair merveilleux ystre361.
Là, les void on dansans, par bendes et Caroles362,
Chantans, Lays pleins d’amour, et des douces paroles. [A, 44]
Et lors les oiselets respondent à leurs chants,
Qui tous doux et privez, se laissent prendre aux champs.
Et vont par tout semant leurs plumettes dorées,
D’azur, de verd, de jaune, et pourpre coulourées. [A, 48]
Entour363 des arbrisseaux, et des rives herbues,
Et dessus l’ouverture, aux flourettes barbues,
Les mouschettes364 ot365 on par douce noise bruire,
Qui cueillent la saveur, pour cire et miel construire. [A, 52] 

  • 366
  • 367 obstacle
  • 368 jeunes serpents
  • 369 petites grenouilles
  • 370 convenable
  • 371 agréable
  • 372 ruisseau
  • 373 habitat
  • 374 là, en ce lieu
  • 375 sûr
  • 376 ayant une grande puissance
  • 377 récompenses

284Le beau printemps leans366, sans cesser, tousjours dure,
Sans aucun encombrier367 d’hyvernale froidure.
Là s’endort on au bruit des cleres fontainettes,
Esquelles on ne void serpenteaux368 ne rainettes369, [A, 56] 
N’y aucune autre chose à personne nuisible :
Mais y est tout riant, salutaire et duisible370.
Et au fin beau mylieu, sur un tertre plaisant,
Duquel souef371 descend, maint ruissel372 arrosant [A, 60] 
La racine fertile à tout fructueux arbre,
Est un Palais, construit de dur et riche marbre,
De jaspe, de crystal, de porphyre poli,
Dont l’ouvrage est tant cher, tant noble, et tant joli, [A, 64] 
Qu’au monde ne se treuve un si bel habitacle373
Illec374 est le manoir, et le seur375 receptacle
D’honneur, le Roy puissant, juste, grandipotent376,
Qui maints riches guerdons377 à tous cœurs nobles tend. [A, 68] 

285Dedens ce Palais est de Minerve le temple,
Auquel maint noble esprit en haut savoir contemple
Les beaux faits vertueux en chronique et histoire,
En science morale, et en art oratoire. [A, 72] 
Là se treuvent conjoints, vivans en paix sans noise,
Le langage Toscan, et la langue Françoise.

  • 378 doré, d’or (aurein : trois syllabes)
  • 379 sorte de rubis de couleur de vin fort paillet
  • 380 apparat
  • 381 se réjouit
  • 382
  • 383 bienheureuse, bénie
  • 384 tout
  • 385 à part (seul, de son côté)
  • 386 Mansion et tabernacle signifient « demeure, habitation » et sont donc synonyme de logis qui suit.
  • 387 pinacle, pignon
  • 388
  • 389 angéliques
  • 390 innombrable

286Par ainsi, là dedens son aureïn378 Palais,
Fourni et enrichi de sapphirs et balais379, [A, 76] 
Ce puissant empereur, Honneur le vertueux,
Maintient son haut arroy380, et son train somptueux.[p. 390]
Et se deduit381 leans382, sans ce que rien le blesse,
Avec sa grand puissance, et pompeuse noblesse, [A, 80] 
Sa bende bienheurée383, et celeste famille
Dont on peult bien conter millions plus de mille,
Ayans trestous384 apart385 mansions, tabernacles386,
Logis, garnis de tours, beffrois, et propinacles387, [A, 84] 
Et de toute autre chose, au monde souhaitable,
Pour enrichir tel lieu, triomphant et notable. 
Si vont leans388 courans, jouant, et voletant,
Hauts esprits angelins389, en effect, tant et tant, [A, 88]
Que nul vivant n’en sçait le nombre innumerable390.

  • 391 mais au contraire
  • 392 luit
  • 393 qui enseigne, qui instruit

287En ce lieu noble et saint, propice et desirable,
Jamais ame ne vid la nuict, obscure et brune,
N’onques n’y eclipsa la triste et froide Lune, [A, 92] 
Ainçois391 un luisant jour eternel y adjourne392,
Duquel la grand clarté, sans fin, dedens sejourne,
Et se maintiennent là les Nymphes et pucelles
En jeunesse et beauté, comme on peult dire celles [A, 96]
Qui tousjours d’heure en heure en splendeur reflorissent,
Ne leurs plaisans esbats jamais ne deperissent :
Car ainsi le commande Honneur le grand seigneur,
Qui de tous hautains biens est maistre et enseigneur393. [A, 100] 

  • 394 laissez-passer

288Qui veult donques monter au temple de Minerve,
Qui lascheté destruit, et les vices enerve,
Et rend l’homme tout dur, qui paravant fut tendre,
Le saufconduit394 d’Honneur icy luy faut attendre. [A, 104] 

  • 395 celui qui récompense

289Ce lieu s’appelle estude, et labeur, et soucy. 
S’il ne se vouloit perdre, il faut attendre icy. 
Mais en fin bonne guide aura il par Honneur,
Qui de biens et vertus, est juste guerdonneur395. [A, 108] 

Comment en ce lieu solitaire s’apparut à l’acteur un Esprit familier, en guise d’Ermite, nommé Labeur historien : avecques lequel il conclut et delibera, de demourer et le servir comme son clerc, à fin de trouver la concorde des deux langages

  • 396 poème
  • 397 vers en alexandrins
  • 398 terrain plat
  • 399 là, en ce lieu
  • 400 interrogé
  • 401 là, en ce lieu
  • 402 finir

290Quand j’euz achevé de lire tout ce beau dittier396, composé de rhythme Alexandrine397, gravé en la planure398 du Rocher ample et spacieux, laquelle taille jadis avoit grand bruit en France, pource que les prouesses du Roy Alexandre le grand, en sont descrites ès anciens Rommans : dont aucuns modernes ne tiennent conte aujourd’huy. Toutesvoyes399 ceux qui mieux sçavent en font grand estime. Je fus bien joyeux, et ruminant longuement en ma pensée, notay par exprès les six vers, dont l’un commence : Dedens ce palais est le temple de Mynerve, etc. Car de long temps je m’estoye enquis400 et souvent remis en doute, en quel lieu ne comment se pouvoit trouver la concorde des deux langages : c’est asavoir François, et Toscan, ou Florentin. Et je fus lors certain qu’elle estoit au haut et riche palais d’honneur, dedens le temple de Minerve, et que illec401 on en pourroit finer402, mais d’y aller, je ne savoye aucun moyen. Pource que par ladite escriture de la Roche, il estoit deffendu d’y monter sans guide. [P3, 1]

  • 403 quelquefois
  • 404 séjourne
  • 405 quelques (déterminant de sens positif à l’époque)
  • 406 se manifeste, apparaît
  • 407 avec
  • 408 fussé-je
  • 409 montrer

291En ceste contemplation je m’endormis et non gueres, car je fus tantost esveillé par un Esprit familier, qui me sollicite aucunesfois403, nommé Labeur historien : lequel repaire404 souvent en aucunes405 bonnes maisons, et ne s’appert406 jamais pour quelque conjuration qu’on luy fasse : sinon que dame Nature luy commande, et tousjours en personnage grave, antique, et venerable : a tout407 une barbe longue et blanche, ainsi comme un ermite. Si me dit quand je fus levé debout, à cause de luy faire reverence, qu’en bonne heure fusse je408 venu en son ermitage. Et lors je luy requis par grand instance, qu’il me voulsist dire et declairer409 par quelle ordonnance avoient esté gravées ces lettres au Rocher. [P3, 2]

  • 410 bien-aise
  • 411 émule
  • 412 convenable
  • 413 couleur rouge dans les armoiries
  • 414 réuni
  • 415 garni, doublé
  • 416 durée

292À ceste demande il me respondit, que ce fut par l’institution de maistre Jean de Mehun orateur François, homme de grand valeur et literature, comme celuy qui donna premierement estimation à nostre langue : ainsi que feit le poëte Dante au [p. 391] langage Toscan, ou Florentin. Alors je fus bienaise410, et respondis : Que puis que (comme j’ay autrefois ouy dire) le bon maistre Jean de Mehun estoit contemporain, c’est à dire d’un mesme temps et faculté à Dante : qui preceda Petrarque, et Bocace : et que l’un estoit emulateur411 (et nonobstant amy) des estudes de l’autre : et que des [sic] ce temps mesmes, tout se portoit bien d’un costé et d’autre : C’est asavoir que France, et Florence, qui se intitulent de mesme lettre, estoient franches, flourissantes, et conjointes. Toutes ces choses attendues et considerées, il estoit bien seant412, que le semblable advinst en nostre temps. Mesmement pource que la fleur de lis de Florence, est procedée du don du grand empereur Charlemaigne Roy des Francz, fondateur ou instaurateur de la cité de Florence la belle, et non rebelle aux François : car on en void l’apparence, attendu que leur flourissance n’ha onques failli à la franchise des nostres, depuis le temps qu’on frequente les Itales. Joingnons donques ces fleurs de lis ensemble, qui desja sont unies. Les unes sont d’or en champ d’azur : les autres sont de gueules413 sur argent. Or n’est il possible à personne qui veult vivre en ce monde, mesmement à un Roy, de se passer en ses armes de gueules. C’est à dire, de gensdarmes et autres gens qui mengent : ne d’argent pour les payer : ne d’or, qui signifie noblesse et puissance. Et encore moins d’azur, par lequel est designé le ciel, et l’air, sans lesquelz nous ne pouvons aspirer ne respirer. Adjoustez ces choses ensemble, en un bon fort escu colé414 et nervé415 de constance et durableté416, toute Italie sera à jamais concordée avecques France. [P3, 5] 

  • 417 perpétuellement
  • 418 ensemble de livres, bibliothèque
  • 419 Frappier / 1511 : c’est assavoir.
  • 420 cours
  • 421 celle qui invente
  • 422 Frappier / 1511 : en.

293Oyant ainsi parler et conclure Labeur historien, le bon ancien vieillard, je fus bien joyeux. Et luy suppliay treshumblement, qu’il m’ottroyast un don. C’est, que à tousjoursmais417 je demourasse avecques luy, et le servisse comme son clerc : ce qu’il m’accorda, considerant ma grande affection et inclination naturelle à l’aymer. Si me mena heberger en son plaisant ermitage, tressolitaire, mais bien garny de librairie418 ancienne et nouvelle. Disant et promettant que si quelquefois, c’est à dire419 après le decours420 de ma vie (et non devant) il me trouvoit digne de monter au haut palais d’honneur, là où est le temple de Minerve, laquelle autrement se nomme Pallas, ou Bellona, Deesse de science, d’estude, de vertu, de paix, qui est aussi quise par armes, maistresse de tout artifice et ouvrage, inventeresse421 d’armures, et de tous autres acoustremens, qu’on sçait deviser, ou souhaiter de main ouvriere en linge, ou en soye : Que lors il feroit tant, que j’auroye deux guides, qui sont deux Paranymphes archangeliques, l’un nommé Repos, et l’autre Guerdon. Lesquelz me feront voir à plein la tresvertueuse et tresnecessaire concorde des deux langages, au temple de la Deesse dessus specifiée. Dont en un miroir artificiel, fait par art Magique, il me monstra les vives images embrassans l’une l’autre à422 la presence de la Deesse. [P3, 6]
De Peu Assez.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie de corpus

Manuscrits

Lemaire de Belges, Jean, La Concorde des deux langages, 1511. FRA-Carpentras, Bibliothèque Municipale Inguimbertine [1-493, Ms. 412 (ancienne cote L. 408)].
http://bit.ly/LemaireConcordeMsEnluminures

Éditions anciennes

Lemaire de Belges, Jean, Traicté intitulé La concorde des deux langaiges, dans L’epistre du Roy à Hector de Troye et aucunes aultres œuvres assez dignes de veoir, [...], Paris, Geoffroy de Marnef, 1513. DEU-Stuttgart, Württembergische Landesbibliothek [HBF 5849]. FRA, Lunel, Bibliothèque municipale [O 80 (3)]. FRA, Lyon, BM [Rés 104686]. FRA, Lyon, BM [Rés 317051]. FRA, Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève [4 L 351 INV 7 RES (P.6)]. FRA, Paris, BnF, Arsenal [cote ?]. FRA, Paris, BnF, Tolbiac [RES 8-Z DON-594 (566)]. USA, New York, Pierpont Morgan Library [PML 125020 (5)]. USA, Washington, Folger Shakespeare Library [234-555q].
http://bit.ly/Lemaire_Concorde_1513

Lemaire de Belges, Jean, La concorde des deux langaiges, dans L'epistre du Roy a Hector de Troye. Et aucunes œuvres assez dignes de veoir […], Paris, Geoffroy de Marnef, 1516. CHE-Aarau, Kantonsbibliothek [B 190 q (b)]. FRA, Lille, Médiathèque municipale Jean Lévy [Rés. 43343]. FRA, Lyon, BM [Rés 357255 CGA]. FRA, Montpellier, Médiathèque centrale d'agglomération Emile Zola [C 95 (5)]. GBR, Oxford, All Souls College Library, Gallery [ii.5.7(4)]. GBR, London, British Library [G 10249 (6)]. GBR, Oxford, Bodleian Library [Douce M 100 (4)]. ITA, Firenze, Biblioteca nazionale centrale.
http://bit.ly/Lemaire_Concorde_1516

Lemaire de Belges, Jean, Le traicté intitulé La Concorde des deux langaiges, dans L’epistre du Roy à Hector de Troye, et aucunes autres œuvres assez dignes de veoir […], Paris, Enguillebert de Marnef et maistre Jehan de Marnef et Pierre Viart, Paris, 1521 (Feuillet 6 du cahier C). FRA, Lyon, BM, [Rés 107052]. FRA, Paris, Bibliothèque de l’École Nationale Supérieur des Beaux Arts Masson 349 (5bis). FRA, Paris, BnF, Tolbiac [Res-LA2-5(5)s.]. FRA, Paris, BnF, Richelieu [Rothschild Supplément, manuscrit 2974]. GBR, London, British Library 634 k 6 (4). BEL, Namur, Bibliothèque universitaire Moretus Plantin.
http://bit.ly/Lemaire_Concorde_1521

Lemaire de Belges, Jean, Le traicté intitulé La Concorde des deux langages, dans L’epistre du Roy à Hector de Troye, et aucunes autres œuvres assez dignes de veoir […], Paris, François Regnault, 1523 (6e feuillet du cahier B). DEU-München (De), Bayerische Staatsbibliothek [Res. 4o Gall. g 158]. FRA, Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes [D 4069 (5)]. FRA, Lille, Bibliothèque universitaire. FRA, Paris, Bibliothèque de l'Arsenal [4-H-3665 (5)]. FRA, Paris, BnF Tolbiac [RES-LA2-6 (4)], FRA, Paris, BnF, Tolbiac [R106045]. GBR, London, British Library [C 39 g 4 (5)]. ITA, Roma Biblioteca Casanatense. http://bit.ly/Lemaire_Concorde_1523

Lemaire de Belges, Jean, Le traicté intitulé La Concorde des deux langages, dans L’epistre du Roy à Hector de Troye, et aucunes autres œuvres assez dignes de veoir […], Paris, Jean petit libraire de l’Université de Paris, 1523. Paris, Bibliothèque de la Sorbonne-BIS [RXVI 1000, salle de réserve].
http://bit.ly/Lemaire_Concorde_1523_2

Lemaire de Belges, Jean, La Concorde des deux langaiges, dans Le premier livre des Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, avec les deux epistres de l'Amant vert […], Paris, par Philippe Le Noir, 1524. BEL, Leuven, Katholieke Universiteit, Bibliotheek Faculteit der Godgeleerdheid [P840/FO* LEMA Illu]. BEL, Mons, Université de Mons-Hainaut [1000-1671 D]. FRA, Bourges, Médiathèque municipale [E 756 (4)]. FRA-Limoges, Bibliothèque francophone multimédia [H 579 (4)]. FRA, Paris, BnF, Tolbiac [RES 4- LA2- 8], FRA, Paris, BnF, Tolbiac [R106047]. GBR, Blickling Hall, Norwich. USA, New York, Columbia University, Butler Library.

Lemaire de Belges, Jean, Le traicté intitulé la Concorde des deux langages, dans L’epistre du roy à Hector de Troye, et aucunes autres œuvres assez dignes de veoir […], Paris Francoys Regnault, 1528 (Fol. aa Vvo). FRA, Paris, BnF, Tolbiac [RES 8-Z DON-594 (425)]. FRA, Paris, BnF, Tolbiac [RES-YE-998]. Gallica.

Lemaire de Belges, Jean, La Concorde de deux langaiges, dans Le premier livre des Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, […], Paris, Nicolas Hicman pour Ambroise Girault, 1533. BEL, Bruxelles, Bibliothèque royale/ Koninklijke Bibliotheek. CHE-Lausanne, Bibliothèque cantonale et universitaire [2 E 425 (1)]. FRA, Paris, BnF [RES 4-LA2-11]. FRA, Paris, BnF [RES-LA2-11 (ALPHA)]. FRA, Paris, Bibliothèque de l'Assemblée Nationale. FRA, Paris, Bibliothèque de l'École Nationale Supérieure des Beaux Arts. FRA, Paris, BnF, Rothschild [cote ?]. FRA, Paris, Bibliothèque Sainte Geneviève [4o L 351 (2) inv. 8 (1) Rés.]. FRA, Toulouse, Médiathèque José Cabanis [Rés. B XVI 328 (1)]. FRA, Tours, Centre d'Études Supérieures de la Renaissance [SR DB / 2]. FRA, Troyes, Médiathèque de l'Agglomération Troyenne [NN 4 1334 (1)]. FRA, Vincennes, Bibliothèque historique de la Marine. FRA, Amiens, Bibliothèque d'Amiens Métropole [Hi 2370 (1)]. FRA, Bourg-en-Bresse, Médiathèque municipale Élizabeth et Roger Vailland [27967]. FRA, Colmar, Bibliothèque municipale [S 3111]. GBR, London, British Library [634k25(3?)]. GBR, Cambridge, Trinity College Library [Grylls 6 236]. GBR, Windsor Castle [1071404]. ITA, Firenze, Biblioteca nazionale centrale. USA, Berkeley, Berkeley University Library [Bancroft PQ1628 L5 1533. v 1-3 (1533)]. USA, Houghton Library, Harvard University, Cambridge, MA (USA)*54C-565. USA, New York, Pierpont Morgan Library.

Lemaire de Belges, Jean, La Concorde de deux langaiges, dans Les Illustrations de Gaule et Singularitez de Troye, P. Le Noir, vendu par Francoys Regnault, 1534. FRA, Paris, Tolbiac [RES 4-LA2-7], FRA, Paris, Tolbiac [RES-LA2-7].

Lemaire de Belges, Jean, La Concorde de deux langaiges, dans Le premier livre des Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, [par Antoine du Moulin], Lyon, Jean de Tournes, 1549.
http://bit.ly/Lemaire_Concorde_1549

Lemaire de Belges, Jean, La Concorde de deux langaiges, dans Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, par maistre Jean le Maire de Belges. Avec la Couronne Margaritique, et plusieurs autres œuvres de luy, non jamais encore imprimées. Le tout reveu et fidelement restitué par maistre Antoine du Moulin Masconnois, Valet de chambre de la Royne de Navarre, Lyon, Jean de Tournes, 1559, avec privilège du Roi (p. 380-391).
http://bit.ly/Concorde_Lemaire_1559

Éditions modernes

Lemaire de Belges, Jean, Œuvres de Jean Lemaire de Belges, éd. Jean Stecher, Louvain, J. Lefever, 1882-1885, 3 vol. La Concorde figure dans le vol. 3 (rééd. Genève, Slatkine Reprints, 1969, 4 vol.).

Lemaire de Belges, Jean, La concorde des deux langaiges, avec Les epistres de l'amant vert, Les deux contes de Cupido et d'Atropos, éd. Erhard Lommatzsch, Berlin, Weidmann, 1924.

Lemaire de Belges, Jean, Lemaire de Belges : sa vie, son œuvre et ses meilleures pages. Les débuts du rhétoriqueur. L'indiciaire de Marguerite d'Autriche. Le tempérament de l'artiste. Modes divers de son activité. Les grandes œuvres. Les dernières années. Les meilleures pages : Les illustrations de Gaule et singularités de Troie. Rondeaux. La Première épître de l'amant vert. La Seconde épître de l'amant vert. Le traité intitulé la Concorde des deux langages, éd. Paul Spaak, Paris, Champion, 1926.

Lemaire de Belges, Jean, La Concorde des deux langages, éd. Jean Frappier, Paris, Droz, 1947.

Lemaire de Belges, Jean, La Concorde des deux langages et Les épîtres de l'amant vert, [reproduction photographique avec des notes par Marcel Françon], Cambridge, Schœnhof's, 1964.

Études critiques

Armstrong, Adrian, « Yearning and learning. Spaces of desire in Lemaire "Concorde des deux langages" (1511) », The Erotics of Consolation. Desire and Distance in the late Middle Ages, éd. C. E. Léglu, S. J. Milner, New York, Palgrave Macmillan, 2008, p. 79-94.

Armstrong, Adrian, Technique and Technology : Script, Print, and Poetics in France, 1470-1550, Oxford University Press, 2000, p. 104-111.

Balsamo, Jean, Les rencontres des muses, italianisme et anti-italianisme à la fin du XVIe siècle, Paris, Slatkine, 1992, p. 39-42.

Becker, Philipp August, « Saint-Julien-de-Balleure und Jean Lemaire de Belges »Zeitschrift für französische Sprache, n° 51, 1928, p. 294-302.

Becker, Philipp August, Jean Lemaire : der erste humanistische Dichter Frankreichs, Strassburg, Karl J. Trübner, 1893.

Bergweiler, Ulrike, Die Allegorie im Werk von Jean Lemaire de Belges, Genève, Droz, 1976.

Bouchard, Mawy, Avant le roman : l'allégorie et l'émergence de la narration française au 16ème siècle, Amsterdam-New York, Rodopi, 2006.

Britnell, Jennifer, « Jean Lemaire de Belges and Prophecy », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, vol. 42, 1979, p. 144-166.

Britnell, Jennifer, « La mort de Jean Lemaire de Belges, l’édition de 1517 du Traité des schismes et des conciles, et les impertinences d’un éditeur », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, Tome LVI, 1994, n° 1, p. 127-133.

Brown, Cynthia J, « Lemaire de Belges's La Concorde des deux langages : The merging of politics, language and poetry », Fifteenth-Century Studies III, 1980, p. 29-39.

Brown, Cynthia J, « The Rise of Literary Consciousness in Late Medieval France : Jean Lemaire de Belges and the Rhétoriqueur Tradition », The Journal of Medieval and Renaissance Studies Durham, 1983, vol. 13, n° 1, p. 51-74.

Calin, William, « Lemaire de Belges. Courtly narrative at the close of the Middle Ages », The Nature of the Medieval Narrative, éd. M. Grunmann-Gaudet, R. J. Jones, Lexington, French Forum Publ., 1980, p. 205-216.

Campangne, Hervé, Mythologie et rhétorique aux XVe et XVIe siècles en France, Paris, Champion, 1996, p. 102-118.

Champion, Pierre, Le canonicat de Jean Lemaire de Belges à Lyon, Paris, Champion, 1926.

Cochin Claude, Bruchet, Max, Une lettre inédite de Michel Colombe, suivie de nouveaux documents sur Jean Perréal et Jean Lemaire de Belges, Paris, Champion, 1914.

Cochin, Claude, « Jean Lemaire de Belges, Michel Colombe, Jean Perréal et la construction du mausolée de Philibert de Savoie à Brou », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1913, p. 653-656.

Cooper, Richard, Litteræ in tempore belli : études sur les relations littéraires italo-françaises pendant les guerres d'Italie, Genève, Droz, 1997, p. 269-302.

Cornilliat, François, « "Comme ung aultre Ilïon". Échec poétique et Renaissance Lyonnaise dans la Concorde des deux langages », Lyon et l'illustration de la langue française à la Renaissance, éd. Gérard Defaux, Bernard Colombat, Jean Balsamo, Lyon, ENS Éditions, 2003, p. 263-389.

Cottrell, Robert D, « Allegories of desire in Lemaire de Belges's La Concorde des deux langages », French Forum, XXIII, Lexington, 1998, p. 261-300.

Cowling, David, « Interpretation in action. Lemaire de Belges and the allegorical temple », (Ré)interprétations : Études sur le seizième siècle, éd. O’Brien, John, Michigan Romance studies, 15, 1995, p. 11-32.

Cowling, David, « Mutation du paysage allégorique à l’âge de la Grande Rhétorique. Le cas de la "Concorde des deux langages", de Lemaire (1511) », Le Paysage allégorique, entre image mentale et pays transfiguré, dir. C. Imbert et P. Maupeu, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 183-197.

Cowling, David, Building the Text : Architecture as Metaphor in Late Medieval and Early Modern France, Oxford, University Press, 1998, « Jean Lemaire de Belges », p. 170-202.

Dauvois, Nathalie, De la « Satura » à la Bergerie : le prosimètre pastoral en France à la Renaissance et ses modèles, Paris, Champion, 1998, p. 88-103.

Desrosiers-Bonin, Diane, « L’abbaye de Thélème et le temple des rhétoriqueurs », Rabelais pour le 21e siècle, Genève, Droz, 1998, p. 241-264.

Doutrepont, Georges, Jean Lemaire de Belges et la Renaissance, Genève, Slatkine Reprint, 1974.

Duport, Danièle, Le jardin et la nature : ordre et variété dans la littérature de la Renaissance, Genève, Droz, 2002.

Fenoaltea, Doranne, « Doing it with mirrors : architecture and textual construction in Jean Lemaire de Belges’ Concorde des deux langages », Lapidary Inscriptions. Renaissance Essays for Donald A. Stone Jr., éd. Barbara Bowen, Jerry C. Nash, Lexington, Kentucky, French Forum, 1991, p. 21-32.

Françon, Marcel, « La concorde des deux langages par Jean Lemaire de Belges », Modern Language Notes, 64:4, 1949, p. 280-282.

Françon, Marcel, « Lemaire et son temps », Francia, n° 18, 1982, p. 8-14.

Frappier, Jean, Du Moyen âge à la Renaissance. Études d'histoire et de critique littéraire, Paris, Champion, 1976 : « Nouvelles réflexions sur La Concorde des deux langages », p. 297-313 ; « L'Humanisme de Lemaire de Belges », p. 315-340 ; « L'Humanisme dans la poésie de Lemaire de Belges », p. 341-359 ; « Lemaire de Belges et les Beaux-Arts », p. 361-371 ; « Sur quelques emprunts de Clément Marot à Lemaire de Belges », p. 373-391.

Gray, Floyd, « Jean Lemaire de Belges », Anthologie de la poésie française du XVIe siècle, Charlottesville, Rookwood Press, 1999, p. 25-35.

Griffin, Robert, « La Concorde des deux langages : Discordia concors », Literature and the Arts in the reign of Francis 1st: Essays presented to C. A. Mayer, éd. P. M. Smith, I. D. Mac Farlane, Lexington, French Forum, 1985, p. 54-81.

Griffin, Robert, « Cosmic Metaphor in La Concorde des deux langages », Pré-Pléiade Poetry, dir. Jerry C Nash, Lexington, French Forum, 1985, p. 15-30.

Guy, Henri, Histoire de la poésie française au XVIe siècle, vol. 1 : L’École des Rhétoriqueurs, Genève, Slatkine Reprints, 1998, p. 174-206 (rééd. de Paris, Champion, 1910).

Humpers, Alfred, « Quand Jean Lemaire de Belges est-il mort ? », Bulletin de l’Académie royale de Belgique, 1913, p. 408-421.

Humpers, Alfred, Étude sur la langue de Jean Lemaire de Belges, Liège, Imp. H. Vaillant-Carmanne / Paris, H. Champion, 1921.

Imbs, Paul, « Jean Lemaire de Belges : La Concorde des deux langages », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 26, 1948, p. 181-187.

Jenkins, Michael F. O., Artful Eloquence. Lemaire de Belges and the Rhetorical Tradition, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1980.

Jodogne, Pierre, « L'orientation culturelle de Jean Lemaire de Belges », Cahiers de l'Association Internationale des Études Françaises, 23, 1971, p. 85-103, avec une discussion : p. 342-348.

Jodogne, Pierre, « Lemaire de Belges et Boccace », Il Boccaccio nella cultura francese, Florence, Olchki, 1971, p. 489-504.

Jodogne, Pierre, Jean Lemaire de Belges, écrivain franco-bourguignon, Bruxelles, Palais des Académies, 1972.

Joukovsky, Françoise, « Lemaire de Belges », Paysages de la Renaissance, Paris, PUF, 1975, p. 39-47.

Joukovsky, Françoise, « Lyon ville imaginaire », Il Rinascimento a Lione : atti del congresso internazionale (Macerato, 6-11 Maggio 1985), Macerata, Università degli studi di Macerata, 1988, p. 421-439.

Joukovsky, Françoise, « Ronsard et La Concorde des deux langages », Revue d'histoire littéraire de la France, 5, 1975, p. 791-793.

Kem, Judy Kay, Magic and Prophecy in the Works of Jean Lemaire de Belges, thèse de l’University of North California at Chapel Hill, 1985.

Lardon, Sabine, « La défense de la langue française au XVIe siècle et le modèle italien : imitation, émulation, rivalité. », Actes du VIIe Colloque franco-italien pour la diffusion mutuelle des langues. Atti del VII Convegno italo-francese per la diffusione reciproca delle lingue, Chambéry, 19 et 20 octobre 2007, Paris, Union Latine, 2008, p. 33-46.

Lecointe, Jean, « Douceur et harmonie cosmique dans la spéculation néo-platonicienne au début du XVIe siècle en France », Le « Doux » aux XVIe et XVIIe siècles. Écriture, esthétique, politique, spiritualité. Colloque des 28 et 29 mars 2003, actes réunis par M.-H. Prat et P. Servet, Cahiers du GADGES / librairie Droz, 2004, p. 29-42.

Lecointe, Jean, L'Idéal et la différence : la perception de la personnalité littéraire à la Renaissance, Genève, Droz, 1993.

Leushuis, Reinier, « Fertilizing the French vernacular : Procreation, Warfare, and Authorship in Jean de Meun, Jean Lemaire de Belges, and Rabelais », Sexuality in the Middle Ages and Early Modern Times. New Approaches to a Fundamental Cultural-Historical and Literary-Anthropological Theme, Albrecht, Classen, Berlin / New York, Walter de Gruyter, 2008, p. 783-810.

Marichal, Robert, « Messere Gaster », Études rabelaisiennes, 15, Genève, 1956, p. 183-202.

Martin, Isabelle, Innovations formelles et évolution des savoirs dans l'œuvre de Jean Lemaire de Belges, Montpellier 3, 1997 (Thèse de doctorat sous la direction de Marie-Madeleine Fragonard).

Martineau-Genieys, Christine, « La seconde génération de la Grande Rhétorique ou les Prérenaissants, IV : Lemaire de Belges », Le thème de la mort dans la poésie française, de 1450 à 1550, Paris, Champion, 1978, p. 288-293.

Martinon, Philippe, Les Strophes : étude historique et critique sur les formes de la poésie lyrique en France depuis la Renaissance ; Suivi du Répertoire général de la strophe française depuis la Renaissance, Genève, Slatkine Reprints, 1989, « Le tercet », p. 79-88 (rééd. de Paris, Champion, 1911).

McClelland, John, « La poésie à l'époque de l'humanisme. Molinet, Lemaire de Belges et Marot », L'humanisme français au début de la Renaissance, Paris, Vrin, 2000, p. 313-327.

Menager, Daniel, « La Concorde des deux langages : Vers et prose chez Lemaire de Belges », Prose et prosateurs de la Renaissance, mélanges offerts à Robert Aulotte, Paris, SEDES, 1988, p. 15-25.

Moss, Ann, « Allegorical interpretation in a time of change. From the Bible to Olympus », Poetry and Fable. Studies in Mythological Narrative in Seexteenth-Century France, Londres, Cambridge University Press, 1984, p 41-49.

Moss, Ann, « Fabulous narrations in the Concorde des deux langages of Lemaire de Belge », Philosophical Fictions and the French Renaissance, éd. Neil Kenny, Warburg Institute, University of London, 1991, p. 17-28.

Moss, Ann, « The three goddess, Jean Lemaire de Belges », Poetry and fable. Studies in Mythological Narrative in Seexteenth-Century France, Cambridge University Press, 1984, p. 17-40.

Munn, Kathleen Miriam, A Contribution to the Study Of Jean Lemaire de Belges. A Critical Study of Biobibliographical Data, Including a Transcript of Various Unpublished Works, New York, Columbia University, 1936.

Norrel, Renée, « L'énigme de La Concorde des deux langages », Revue des langues romanes, vol. LXXXIII, 1978, p. 151-155.

Pantin, Isabelle, La poésie du XVIe siècle : ouvroir et miroir d'une culture, Rosny, Bréal, 2003, p. 57-75.

Randall, Michael, « The flamboyant design of Lemaire de Belges's "La Concorde des deux langages" », L'Esprit Créateur, vol. XXVIII, 1988, p. 13-24.

Randall, Michael, Building Resemblance : Analogical Imagery in the Early French Renaissance, Johns Hopkins University Press, 1996, p. 93-100.

Rathery, Edme Jacques Benoit, Influence de l'Italie sur les lettres françaises, Paris, Firmin Didot, 1853, p. 56-60 (rééd. Genève, Slatkine Reprints, 1969).

Raynaud de Lage, « Natura et Genius chez Jean de Meung et chez Jean Lemaire de Belges », Le Moyen Age, 58, 1952, p. 125-143, repris dans Les Premiers Romans français et autres Études Littéraires et Linguistiques, Genève, Droz, 1976, p. 15-28. http://bit.ly/De_Lage_Premiers_Romans_Francais

Richter, Bodo L.O, « The image of the temple in the works of Lemaire de Belges », Mediœvalia, vol. XII, 1989, p. 305-338.

Rigolot, François, Poétique et onomastique, Genève, Droz, 1977.

Rigolot, François, « Jean Lemaire de Belges : Concorde ou discorde des deux langages ? », The journal of Medieval and Renaissance Studies, 3, 1973, p. 165-175.

Rigolot, François, « Lemaire de Belges (Jean) », Dictionnaire des lettres françaises. Le XVIe siècle, Georges Grente (dir.), Michel Simonin (éd. et dir.), Paris, Fayard, Librairie générale française, 2001, p. 723-727.

Rigolot, François, « Le texte des Rhétoriqueurs : Jean Lemaire de Belges », Le texte de la Renaissance, Genève, Droz, 1982, p. 59-104.

Schoysman, Anne, « Prosimètre et varietas chez Jean Lemaire de Belges », Le prosimètre à la Renaissance, Paris, Éditions Rue d'Ulm, 2005 (Centre V. L. Saulnier, Université de Paris-Sorbonne), p. 111- 124.

Spaak, Paul, Jean Lemaire de Belges : sa vie, son œuvre et ses meilleures pages, Genève, Slatkine, 1975.

Stecher, Auguste Jean, Notice sur la vie et les œuvres de Jean Lemaire de Belges, Louvain, Impr. de J. Lefever, 1891.

Stone, Donald, « Some observations on the text and possible meanings of Lemaire de Belges’ La Concorde des deux langages », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, vol. 55, 1993, p. 65-76.

Vallet, Robert, « À propos des redoublements d'expression dans la prose de Lemaire de Belges », Revue de Linguistique Romane, vol. XLI, 1977, p. 383-398.

Winter, John F, « The growth of space and variety in French literature. Lemaire de Belges », Visual Variety and Spatial Grandeur. A study of the Transition from the Sixteenth to the Seventeenth Century in France, Chapel Hill, North Carolina University Press, 1974.

Haut de page

Notes

1 Sur la vie et l’œuvre de Jean Lemaire de Belges, l’on pourra consulter : Philippe August Becker, Jean Lemaire, der erste humanistische Dichter Frankreichs, Strasbourg, 1893. G. Doutrepont, Jean Lemaire et la Renaissance, Bruxelles, Lamertin, 1934. Jean Frappier dans son édition de La Concorde des deux langages, Paris, Droz, 1947, introduction p. vii-xxi. Henry Guy, Histoire de la poésie française au XVIe siècle, t. I, L’École des Rhétoriqueurs, Paris, Champion, 1910, p. 174-206. Pierre Jodogne, Jean Lemaire de Belges écrivain franco-bourguignon, Bruxelles, 1972. Abel Lefranc, Jean Lemaire de Belges, Revue des Cours et Conférences, 1910-1911, t. XIX (I), p. 725-730 et 769-777, t. XIX (2), p. 97-106 et 145-149. Kathleen Miriam Munn, A Contribution to the Study of Jean Lemaire de Belges, New York, Columbia University, 1936, p. 49-84. P. Spaak, Jean Lemaire de Belges, Sa vie, son œuvre et ses meilleures pages, Paris, Champion, 1926. Jean Stecher, Lemaire de Belges, sa vie, ses œuvres, Louvain, 1891. Francisque Thibaut, Marguerite d’Autriche et Jehan Lemaire de Belges ou de la littérature et des arts aux Pays-Bas, Paris, E. Leroux, 1888. Les éditions les plus récentes de son œuvre fournissent également de riches informations. L’abbé Goujet consacre une trentaine de pages à Jean Lemaire de Belges : Claude-Pierre Goujet (l’abbé), Bibliotheque françoise ou Histoire de la litterature françoise : dans laquelle on montre l'utilité que l’on peut retirer des livres publiés en françois depuis l'origine de l’imprimerie...., tome dixième, Paris, J.-P. Mariette et H.-L. Guérin, 1740-1756 (1745), p. 68-95 : http://bit.ly/Bibliotheque_francoise_Goujet.

2 François Rigolot, « Lemaire de Belges (Jean) », Dictionnaire des lettres françaises. Le XVIe siècle, Georges Grente (dir.), Michel Simonin (éd. et dir.), Paris, Fayard, Librairie générale française, 2001, p. 724.

3 Nous citons d’après l’édition de 1549 : Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, par maistre Jean le Maire de Belges. Avec la Couronne Margaritique, et plusieurs autres œuvres de luy, non jamais encore imprimées. Le tout reveu et fidelement restitué par maistre Antoine du Moulin Masconnois, Valet de chambre de la Royne de Navarre, Lyon, Jean de Tournes, 1549, p. 1. Épître dédicatoire du premier livre des Illustrations de Gaule : « Mercure, jadis reputé dieu d’eloquence, ingeniosité et bonne invention, herault et truchement des dieux, À la tresnoble, et plus que tressuperillustre Princesse, Madame Marguerite Auguste fille unique du tresgrand et tressouverain monarque, Maximilian, Cesarauguste, Roy de Germanie, et tante de L’archiduc Charles d’Austriche et de Bourgongne, Prince des Espaignes, etc. Salut, avec renommée immortelle ».

4 Nous citons d’après Jean Lemaire de Belges, Le Temple d’honneur et de vertus, éd. Henri Hornik, Genève, Droz / Paris, Librairie Minard, 1957, p. 48.

5 Sur ces liens, l’on pourra consulter : Philipp August Becker, Jean Lemaire, der erste humanistische Dichter Frankreichs, Strassburg, 1893, p. 272, note 1. Noël Dupire, Jean Molinet, la vie, les œuvres, Paris, 1932, p. 2-3, n. 5. Pierre Champion, Histoire poétique du quinzième siècle, Paris, 1923, t. II, p. 309-444. Jean Frappier juge convaincants les arguments de N. Dupire selon lesquels Molinet serait le parrain et non pas l’oncle de Jean Lemaire de Belges (Jean Lemaire de Belges, La Concorde des deux langages, éd. J. Frappier, Genève, Droz, 1947, introduction p. vii, n. 1).

6 Jean Lemaire de Belges, Chronique de 1507, éd. A. Schoysman, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2001, p. 139, n. 534.

7 « Car (si bien il en souvient à ta debonnaireté) passant par ville Franche en Beaujeulois, tu me donnas encouragement de mettre la main à la plume, et de clerc de finances, que j’estoye pour lors, en l’aage de vingt et cinq ans au service du Roy, et de monseigneur le bon Duc, Pierre de Bourbon, je devins soudain enclin à l’art oratoire ». Nous citons d’après l’édition de 1549, op. cit., Troisieme livre des Illustrations de Gaule, p. 270 : « À Venerable et singulier Orateur, monseigneur Maistre Guillaume Cretin, tresorier du bois de Vincennes, Chapellain ordinaire du Roy treschrestien Loys douzieme, Jean le Maire de Belges, treshumble Indiciaire, et Historiographe de la Royne, Salut et reverence ».

8 L’on a conservé un fragment de cette chronique, couvrant les événements majeurs de l’histoire de Pays-Bas du 4 avril au 24 août 1507 (en particulier les obsèques de Philippe le Beau et le voyage inaugural de Marguerite d’Autriche en tant que régente des états de son frère défunt) dans une unique version manuscrite (BnF, Dupuy 503), qui comporte également quelques notes éparses couvrant les années 1508-1509. Ces fragments sont aujourd’hui connus grâce aux travaux d’Anne Schoysman : Jean Lemaire de Belges, Chronique de 1507, éd. citée. Pour le passage concernant La pompe funeralle, p. 31 sq. : http://bit.ly/Lemaire_Chronique_1507

9 Ces deux versions sont désormais accessibles dans Jean Lemaire de Belges, Des anciennes pompes funeralles, éd. Marie Madeleine Fontaine, avec le concours d’Elizabeth A. R. Brown, Paris, STFM [diffusion Les Belles Lettres], 2001.

10 Nous citons d’après Jean Lemaire de Belges, Traicté de la différence des schismes et des conciles de l’église avec l’Histoire du Prince Sophy et aultres œuvres, éd. J. Britnell, Genève, Droz, 1997, p. 239.

11 Selon Jean Frappier dans Jean Lemaire de Belges, La Concorde des deux langages, éd. J. Frappier, Paris, Droz, 1947, p. xviii-xix.

12 « Jean Le Maire de Belges, treshumbe disciple et loingtain imitateur des meilleurs Indiciaires et historiographes, Au sien tressingulier patron et protecteur, Maistre Jean Perreal de Paris, Peintre et Valet de chambre ordinaire du Roy treschrestien, Salut. Par les tiennes dernieres lettres (trescher et honnorable amy) adressées au noble et magnifique Seigneur, Chevalier, Messire Claude Thomassin, Capitaine de ceste tresnoble cité Lyonnoise, et conservateur des foires d’icelle, j’ay veu et entendu, comment nostre premiere epistre de l’Amant Verd, ha despieça trouvé grace devant les yeux de la Royne, voire tant qu’elle la ramentoit encores quelque fois, à la tresgrand felicité et bonne aventure, de celuy mien si petit (mais tresjoyeux) labeur. Dont comme je fusse prochain de mettre fin à l’impression du premier livre des Illustrations et Singularitéz, je me suis advisé, que ce ne seroit point chose malseant, ne desagreable aux Lecteurs, d’aussi faire imprimer ladite epistre, attendu qu’elle est favorisée par l’approbation de ladite tressouveraine Princesse. Et encores y adjouster la seconde, pour estre ensemble publiées, souz la tresheureuse guide, et decoration du nom de sa hautesse et majesté tresclere. À laquelle (s’il te plait) pourras faire un petit et humble present, de la lecture du tout, tel qu’il est comme de ta chose propre, mieux que mienne. Car tout ce peu et tant que j’ay de bien, procede de ton amitié, benivolence et avancement. Le toutpuissant te conserve longuement heureux et prospere. À Lyon, le premier de Mars, 1510 ». (Nous citons d’après l’édition de 1549, op. cit., p. 151).

13 Source : Jacques Abélard, Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye de Jean Lemaire de Belges. Etude des éditions – Genèse de l’œuvre, Genève, Librairie Droz, 1976, p. 13-15.

14 Nous citons d’après l’édition de 1549, op. cit., livre I, chapitre 1, p. 4.

15 Sur ce texte, l’on pourra se reporter à l’introduction de l’édition de J. Britnell.

16 Nous citons d’après l’édition de 1549, op. cit., p. 6, seconde colonne – il s’agit de la deuxième section du recueil dont la pagination recommence après la p. 423.

17 Jean Lemaire de Belges, La Concorde des deux langages, éd. J. Frappier, introduction p. xx-xxi et p. xx, n. 2. La Croix Du Maine en revanche, sans doute sur le témoignage de cette datation du troisième conte, note : « Il florissoit l’an 1520. soubs François I ». (Premier volume de la Bibliotheque du Sieur La Croix du Maine, Paris, Abel l’Angelier, 1584, p. 240).

18 Également publiés dans Le Triumphe de treshaulte et puissante dame Verolle, royne du Puy d'Amours, nouvellement composé par l'Inventeur de menus plaisirs honnestes. Avec le pourpoint fermant à boutons, Paris, Alain Lotrian, 1540.

19 Jacques Abélard, op. cit., p. 94.

20 Jennifer Britnell, « La mort de Jean Lemaire de Belges, l’édition de 1517 du Traité des schismes et des conciles, et les impertinences d’un éditeur », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LVI, 1994, n° 1, p. 127-133, spéc. p. 127.

21 Jennifer Britnell, dans Jean Lemaire de Belges, Traicté de la différence des schismes et des conciles de l’église, avec l’Histoire du Prince Sophy et autres œuvres, éd. citée, p. 57.

22 Pierre de Saint-Julien, De l’origine des Bourgongnons et antiquité des Estats de Bourgongne, Paris, Nicolas Chesneau, 1581, « De Chalon », p. 389. Disponible sur le site de Gallica : http://bit.ly/Pierre_de_Saint_Julien.

23 « Pierre de Saint-Julien, homme d’Eglise, étant un partisan de la politique romaine qu’avait si rudement combattue le gallican Lemaire, M. Stecher et M. Guy refusent d’ajouter foi à ce que le premier appelle de l’Odium theologicum et le second une "invention féroce" ». Paul Spaak, Jean Lemaire de Belges sa vie, son œuvre et ses meilleures pages, éd. citée, « Les dernières années », p. 137 (réimpr. de : Paris, Champion, 1926).

24 Ibid.

25 Jennifer Britnell, « La mort de Jean Lemaire de Belges, l’édition de 1517 du Traité des schismes et des conciles, et les impertinences d’un éditeur », art. cité, p. 133.

26 La Concorde des deux langages illustre cette influence italienne puisque l’auteur emploie aussi bien un mètre français, l’alexandrin, que la terza rima.

27 Philipp August Becker, Jean Lemaire : der erste humanistische Dichter Frankreichs, Karl J. Trübner, 1893.

28 Nous citons d’après Clément Marot, Œuvres poétiques, tome II, éd. G. Defaux, Paris, Classiques Garnier, 1993, p. 97, v. 38-40. G. Defaux précise (p. 876) que cette épître a été composée en mars 1536 et publiée pour la première fois dans les Epigrammes de 1547.

29 D’après François Rigolot : « Le personnage de Raminagrobis apparaît comme une sorte de rhétoriqueur composite. Auteur de rondeaux, il se rapproche de Cretin ; vieux poète-prophète, il fait penser à Lemaire ; prince des sots, c'est-à-dire des sages, il évoque le fameux jeu de Gringoire. Or ce personnage à trois têtes qui emprunte ses traits principaux à trois fameux écrivains et incarne trois aspects différents de leur œuvre (rhétorique métrifiée, rhétorique prosaïque, théâtre) nous est présenté sur son lit de mort ». François Rigolot, « Rabelais, rhétoriqueur ? », Cahiers de l'Association internationale des études françaises, 1978, n° 30, p. 101.

30 L'art poétique d'Horace, traduit en vers françois, par Jacques Peletier,... recongnu par l'auteur depuis la première impression, Paris, Imprimerie de M. Vascosan, 1545, Dédicace, Vue 10/49 disponible sur Gallica : http://bit.ly/Art_Poetique_Horace.

31 Joachim Du Bellay, La defense et illustration de la langue française, livre II, chap. II : « Des Poëtes Francoys », Paris, Arnoul L’Angelier, 1549, non paginé. Texte disponible sur Gallica, extraits situés aux vues n° 53 et 55 : http://bit.ly/Du_Bellay_Defense.

32 D’après Erich Auerbach, Introduction aux études de philologie romane, Francfort, Vittorio Klostermann, 1965, « Troisième partie. Doctrine générale des époques littéraires », p. 91.

33 Ibid., p. 91.

34 Serge Lusignan, « Énoncer la vérité en français : les villes de communes et la naissance de l’écrit juridique vernaculaire », Corpus Eve [En ligne], Études critiques ou bibliographiques sur le vernaculaire, mis en ligne le 18 octobre 2013, consulté le 23 novembre 2016. URL : http://eve.revues.org/379 (§ 4) ; DOI : 10.4000/eve.379.

35 Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française des origines à 1900, tome I : « De l’époque latine à la Renaissance », Paris, Armand Colin, 1905, livre 2, chapitre VI : « Les dialectes de l’ancien français », p. 296.

36 Nouvelle histoire de la langue française, Jacques Chaurand (dir.), première partie : « Préhistoire, protohistoire et formation de l’ancien français », Paris, Éditions du Seuil, 1999, chapitre 3 : « Du protofrançais à l’ancien français classique », p. 37.

37 Ce développement de la langue vulgaire débute dès le IXe siècle avec le concile de Tours qui préconise d’adapter certains discours religieux à la langue de la population. Ces actes enjoignaient « aux prédicateurs de transferre (transcrire ou traduire, là est la question cruciale) leurs homélies dans la langue vulgaire du lieu, c'est-à-dire le “tudesque” ou le “roman rustique” ». Nouvelle histoire de la langue française, Jacques Chaurand (dir.), op. cit., chapitre 2 : « Émergence d’une langue, VIIIe- IXe siècle », p. 27. Ces actes ne font qu’officialiser une pratique déjà courante puisqu’elle « ne faisait sans doute qu’autoriser et généraliser une pratique que beaucoup de prêtres devaient suivre déjà », néanmoins, « ni les homélies qui ont précédés, ni de celles de cette époque, rien ne nous est parvenu ». Ferdinant Brunot, op. cit., livre 2, chapitre 1 : « Les premiers textes », p. 142.

38 « On sait quel brillant développement eurent ces dialectes. Dès le Xe siècle ils possédaient une littérature ». Ferdinant Brunot, op. cit., chapitre VI : Les dialectes de l’ancien français, p. 309.

39 Les textes en langue vulgaire ne cessent de se développer durant cette période : « À partir des années 1200, leur nombre ne cesse de croitre, si bien qu’aux XIVe et XVe siècle, la masse des livres et des documents écrits en français devient incommensurable ». Nouvelle histoire de la langue française, Jacques Chaurand (dir.), deuxième partie : « Langue française et société, du XIIIe au XVe siècle », Paris, éd. du Seuil, 1999, chapitre 1 : « Le français du XIIIe siècle à la fin du moyen âge », p. 100.

40 Erich Auerbach, op. cit., p. 92.

41 Selon Mechtild Bierbach et Jean-Christophe Pellat, cette proximité culturelle et linguistique renforce la concurrence entre la langue française et la langue italienne, d’où la nécessité pour certains auteurs français de défendre leur idiome. À ce sujet, ils citent Jean Lemaire de Belges, premier auteur français à affirmer le prestige de sa langue en l’égalant à l’italien : « l’auteur plaide en faveur d’une coexistence pacifique de la "langue françoise" et du "langage toscan et florentin", tous deux venant de la langue latine, "mère de toute éloquence", et qui de ce fait "doibvent vivre et perseverer ensemble en amoureuse concordance". Ces mots, prononcés à une époque de querelles belliqueuses permanentes entre la France et l’Italie, impliquent sûrement un appel à garder la paix, l’équivalent linguistico-culturelle une fois reconnue ». Mechtild Bierbach, Jean-Christophe Pellat, « Histoire de la réflexion sur les langues romanes : le français », in coll., Romanische Sprachgeschichte : Histoire linguistique de la Romania, Berlin, Walter de Gruyter, 2003, p. 226.

42 Bartolomé Bennassar, Jean Jacquart, Le 16e siècle, Paris, Armand Colin, 1997, « Tensions et conflits », p. 240.

43 René d’Anjou est mort en 1480. Il lègue ses droits sur la couronne de Naples à Charles du Maine, son neveu. Ce dernier mourant sans descendant, Louis XI devient son légataire. Cette succession conforte Charles VIII, successeur de Louis XI, dans l’idée que Naples lui revient donc de droit. D’après Anne Denis, Charles VIII et les Italiens : histoire et mythe, Genève, Droz, 1979, « Introduction », p. 9.

44 Bartolomé Bennassar, Jean Jacquart, op. cit., p. 240.

45 Ibid.

46 « Lorsqu’à vingt-huit ans, en 1494, Charles VIII prend le chemin de l’Italie pour entrer en possession de son héritage napolitain, il s’identifie sans nul doute à un héros de chevalerie venu faire triompher la justice et le droit. Il se sait attendu par les Italiens comme la réincarnation du grand Charlemagne qui mettra fin à l’anarchie de la péninsule née de conflits entre les principautés [.. .]. Charles VIII est accueilli, aux portes de l’Italie, par la duchesse douairière de Savoie, Blanche de Montferrat, mère du petit duc Charles-Jean-Amédée, le 5 septembre 1494 à Turin […] Le 22 février [1495], les Napolitains acclament le Roi Très Chrétien lorsqu’il fait son entrée dans la ville ». Ivan Cloulas, « La découverte de l’Italie par Charles VIII », in Passer les monts : Français en Italie, l'Italie en France (1494-1525), Xe colloque de la Société française d’étude du Seizième Siècle, éd. Jean Balsamo, Paris, H. Champion ; Fiesole, Cadmo, 1998, p. 127-138, spé. p. 127-136.

47 B. Bennassar et J. Jacquart citent à ce propos une lettre de Ludovic de More adressée au Sénat vénitien en janvier 1495 : « L’unique remède au malheur dont nous sommes menacés est de porter la guerre hors de l’Italie. Pour cela il faut que l’Empereur et le roi d’Espagne la fassent à la France et que nous fournissions l’argent dont ils manquent l’un et l’autre (…) ». Bartolomé Bennassar, Jean Jacquart, op. cit., p. 241.

48 Claude de Seyssel, Les louenges du roy Louys XIIe de ce nom : 1508, éd. Patricia Eichel-Lojkine, Laurent Vissière, Genève, Droz, 2009, p. 114.

49 « C’est la fin du rêve napolitain. Louis XII se résigne à signer un traité de paix avec Ferdinand le Catholique. Il renonce au royaume de Naples ». Michel Levasseur, Des princes français, rois de Sicile, rois de Naples, Paris, Société des écrivains, 2012, chapitre 8 : « Louis XII, roi de Naples de 1501 à 1503 », p. 207.

50 « Un coup d’œil rapide à la date de la Légende des Vénitiens, publiée à Lyon en 1509, suffit pour situer le texte dans le climat de propagande anti-vénitienne suscité par les campagnes de Louis XII, le récent vainqueur d’Agnadel, le 14 mai de cette même année. C’est là le fruit des traités de Cambrai, orchestrés par Marguerite d’Autriche, régente des Pays-Bas bourguignons ; son historiographe, Jean Lemaire, n’avait pas manqué d’exalter la ligue, et on ne s’étonnera pas qu’il saisisse maintenant l’occasion de rédiger un pamphlet contre Venise, qui annonce peut-être aussi son rapprochement, bientôt fructueux, avec la cour de France ». Jean Lemaire de Belges, La légende des Vénitiens, éd. Anne Schoysman, Genève, Droz, 1999, « 1. Une "narration historialle garnie de vérité" », p. 7. Sur cette période : Jennifer Britnell, Le Roi très chrétien contre le Pape. Ecrits anti-papaux en français sous le règne de Louis XII, Paris, Classiques Garnier, 2011.

51 Concernant l’usage du prosimètre chez les Grands Rhétoriqueurs et ses enjeux, l’on pourra consulter : Le Prosimètre à la Renaissance, Cahiers V. L. Saulnier n° 22, Paris, Éditions Rue d’Ulm / Presses de l’École normale supérieure, 2005.

52 Anne Schoysman, « Prosimètre et varietas chez Jean Lemaire de Belges », Le prosimètre à la Renaissance, éd. citée, p. 111-124, spé. p. 116.

53 Paul Zumthor, Le Masque et la Lumière. La poétique des Grands Rhétoriqueurs, Paris, Éditions du Seuil, 1978, p. 242.

54 Art. cité, p. 123.

55 « Dans les textes narratifs, la présence de l’auteur est parfois suggérée à travers l’"acteur", narrateur homodiégétique grâce à qui les événements sont racontés et/ou commentés. Quelques Rhétoriqueurs, par le truchement de l’"acteur" qui laisse échapper des allusions apparemment autobiographiques, cherchent à créer une confusion entre le narrateur et l’auteur ». Adrian Armstrong, « Paratexte et autorité(s) chez les Grands Rhétoriqueurs », in Littérature. L’Ecrivain éditeur, 1. Du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, Genève, Droz, 2001, p. 86. Ce nom apparaît dans le titre de la première sous-section de « La description du temple de Venus » : « L’acteur descript en la premiere partie le temple de Venus. Ouquel il ne fut pas du tout bien recueilli Parquoy il s’adressa depuis au chemin du temps de Mynerve ».

56 Georges Lote, Histoire du vers français, t. II, Paris, Boivin et Cie, 1951, VIII. « Une forme nouvelle : le Tercet à l’Italienne », p. 312.

57 Horace, Œuvres complètes II : Satires – Epîtres – Art poétique, éd. F. Richard, Paris, Garnier, 1950. Epîtres, livre I, 12, v. 19-20 : « Quid velit et possit rerum concordia discors, / Empedocles an Stertinium deliret acumen ». Trad. « À quelle fin, pour quels résultats l’harmonie discordante de l’univers ? Est-ce Empédocle qui dit des sottises, ou Stertinius à l’esprit aiguisé ? ».

58 Jean Lemaire de Belges, La Concorde des deux langages, éd. Jean Frappier, Paris, Droz, 1947, p. xxxvii.

59 Jean Frappier, « l’Humanisme de Jean Lemaire de Belges », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. XXV, Genève, 1963, p. 289-306, spé. p. 299.

60 François Rigolot, « Jean-Lemaire de Belges : concorde ou discorde des deux langages ? », The Journal of Medieval and Renaissance Studies, 1973, vol. 3, n° 2, p. 165-176, spé. p. 165-166.

61 Ibid. p. 170.

62 François Rigolot, « Jean Lemaire de Belges : concorde ou discorde des deux langages ? » art. cité, p. 170-171.

63 Ibid., p. 171.

64 Ibid., p. 174.

65 Sabine Lardon, « La défense de la langue française au XVIe siècle et le modèle italien : imitation, émulation, rivalité », in Actes du VIIe colloque franco-italien pour la diffusion mutuelle des langues. Atti del VII convegno italo-francese per la diffusione reciproca delle lingue, Chambéry, 19 et 20 octobre 2007, Paris, Union Latine, 2008, p. 33-46, spé. p. 41.

66 Ibid.

67 Ibid., p. 42.

68 L’alexandrin tient son nom du Roman d’Alexandre, auquel se réfère Lemaire de Belges : « composé de ryme Alexandrine, gravé en la planiere du rochier ample et spacieux, Laquelle taille jadiz avoit grand bruyt en france pource que les prouesses du Roy Alexandre le grand, en sont descriptes es anciens Romandz » (C, l. 872-875). La première occurrence de ce type de vers est pourtant antérieure à ce roman puisqu’il apparaissait déjà dans une autre œuvre épique : « [L’alexandrin] se manifeste pour la première fois dans le Pèlerinage de Charlemagne, un poème très ancien dont il est difficile de citer la date avec précision […]. À l’origine, c’est donc un vers essentiellement épique, qui reparaît encore comme tel dans le Roman d’Alexandre […] ». Georges Lote, op. cit., « Les mètres », p. 54.

69 Jean Balsamo, Les rencontres des muses, italianisme et anti-italianisme à la fin du XVIe siècle, Paris, Slatkine, 1992, p. 39.

70 Ibid., p. 41.

71 Ibid., p. 40.

72 « (...) terms so odd and cryptic (...) ». Robert Griffin, « La Concorde des deux langages : Discordia concors », Literature and the Arts in the reign of Francis 1st: Essays presented to C. A. Mayer, éd. P. M. Smith et I. D. Mac Farlane, Lexington, French Forum, 1985, p. 56.

73 Jean Lemaire de Belges, Œuvres, tome III, éd J. Stecher, Louvain, Impr. J. Lefever, 1885, « Prologue », p. 99.

74 « Il faudrait placer l’œuvre plus tard, si l’on voulait retrouver Anne de Bretagne dans ces lignes ». Jean Stecher, Notice sur la vie et les oeuvres de Jean Lemaire de Belges, Louvain, Impr. de J. Lefever, 1891, chapitre XI, p. xxxix. http://bit.ly/Lemaire_Stecher.

75 Paul Spaak, Jean Lemaire de Belges : sa vie, son œuvre et ses meilleures pages, Genève, Slatkine, 1975, « Ses grandes œuvres », p. 101-102.

76 Jean Lemaire de Belges, La Concorde des deux langages, éd. Jean Frappier, Paris, Droz, 1947, p. 50.

77 François Rigolot, op. cit., p. 171.

78 Ibid.

79 « La langue française serait alors cette femme-Protée : Angélique et Bradamante en une seule personne ». Ibid.

80 « Les épithètes virille, masculin, feminine ont ici une valeur morale et esthétique ». Jean Frappier, op. cit.

81 Sabine Lardon, op. cit., p. 42.

82 Jean Lemaire de Belges, Illustrations de Gaule, I, chap. XIII, éd. Stecher, Louvain, J. Lefever, 1882, p. 85.

83 Claude-Gilbert Dubois, La poésie du XVIe siècle, Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, 1999, « Un creuset culturel : le milieu lyonnais et la poésie lyonnaise », p. 139.

84 « L’élévation du niveau de vie de la bourgeoisie lyonnaise crée une incitation au développement culturel ; des cercles et des salons se forment ; on joue du luth, on écrit des poèmes, on échange des idées ». Ibid.

85 « Parallèlement, à partir des ateliers d’imprimerie qui s’étaient rapidement développés, Lyon devient une grande ville d’édition. La première avait été créée en 1473 et on comptait soixante-douze ateliers à la fin du XVe siècles, près de deux cents vers le milieu du XVIe siècle ». Ibid.

86 Ibid.

87 Les Italiens ont introduit dans la cité lyonnaise beaucoup de dynamisme, notamment dans le monde de la banque, du commerce et de l’artisanat. Ils ont également eu une grande influence culturelle. La société italienne lyonnaise apparaît donc comme très dynamique, et novatrice dans de nombreux domaines. Voir Jacqueline Boucher, Présence italienne à Lyon à la Renaissance. Du milieu du XVe siècle à la fin du XVIe siècle, Lyon, LUGD, 1994.

88 Des relations qui se sont dégradées suite à la coalition, nommée Sainte Ligue, constituée par Jules II et dirigée contre la France le 4 Octobre 1511 (v. supra « Contexte politique »). François Cornilliat évoque le renversement du pape Jules II, d’abord allié aux Français contre les Vénitiens, puis allié aux Vénitiens, Suisses et Espagnols dans la « Sainte Ligue » contre la France. François Cornilliat, « "Comme ung aultre Ilïon". Echec poétique et Renaissance lyonnaise dans la Concorde des deux langages », Lyon et l’Illustration de la langue française à la Renaissance, éd. G. Defaux, Lyon, ENS éditions, 2003, p. 370.

89 François Cornilliat, art. cité, p. 374.

90 Ibid., p. 376-377.

91 Ibid., p. 380.

92 Ibid.

93 François Cornilliat, op. cit., p. 381.

94 François Cornilliat, op. cit., p. 381.

95 Au moment où Lemaire rédige la Concorde, Florence soutient le roi de France. Mais en juin 1511, Jules II menace d’excommunication les participants du Concile de Pise, organisé par Louis XII, fragilisant ainsi l’alliance entre la France et Florence. D’après F. Cornilliat, op. cit., p. 370.

96 Nous nous sommes référée pour cela au Grand Corpus des dictionnaires Garnier ainsi qu’au Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500).

97 Frappier / 1511 : « je ne sçay quel debat ».

98 écrire

99 imaginer

100 Frappier / 1511 : Cette phrase (« Desquelz maistre Guillaume Cretin est le Prince ») est absente.

101 exercent

102 m’a

103 interposés

104 convenable

105 fidélité

106 amie, amante

107 cherche

108 suivre

109 (querir) chercher à avoir

110 Voir note précédente.

111 suai, pris beaucoup de peine

112 accomplir

113 songe

114 interruption

115 maltraite (sens antiphrastique)

116 plaintes

117 menent

118 colombes

119 ruisseaux

120 sont proches

121 arc (ce qui est courbé en forme d’arc)

122 appela

123 Frappier / 1511 : ès.

124 chevelure

125 dorée

126 étendant tout à fait

127 rameux

128 bergers

129 douces, harmonieuses

130 bruit

131 Binôme synonymique : se réjouit.

132 où qu’il aille

133 champêtres

134 rapides

135 nymphes des bois

136 1513 : leurs offices /1511 : leur office.

137 prés

138 divinités des montagnes

139 qui a la douce odeur de l’ambroisie 

140 petites branches

141 odorantes

142 Frappier / 1511 : Haulx.

143 reconnaissent

144 Frappier / 1511 : dediée.

145 obstacle

146 autels

147 entourés comme d’un rideau

148 ornés de figures

149 vases ayant une existence matérielle (à l’inverse de superficielle)

150 goupillon qui sert à asperger

151 étendards

152 élégants

153 maître, personnage ayant un pouvoir supérieur

154 qui lui sont subordonnées

155 sonnette, clochette

156 faire résonner

157 chaussure à semelle épaisse

158 floraison

159 hirondelle

160 variété de grive

161 espèce de chardonneret

162 querelle

163 tous

164 fin

165 mode

166 sirènes

167 petites flûtes

168 instrument à cordes pincées

169 premières

170 instrument à cordes que l’on fait vibrer en les touchant avec le plectre

171 proche, voisine. Frappier / 1511 : cousine.

172 Frappier / 1511 : de.

173 divertissements, réjouissances

174 dressent

175 insupportable

176 autels

177 pensées

178 tuyaux d’un instrument à vent

179 poème, chant

180 se rappellent

181 Frappier / 1511 : ourlent.

182 se divertit

183 se repose

184 là (« là endroit »)

185 ici, là

186 doux

187 se réjouit

188 réconfortait

189 Frappier / 1511 : servis.

190 appela

191 sacré (pour le respect du mètre et de la rime, nous conservons la forme initiale, non accentuée)

192 volonté

193 attirer, faire venir à soi

194 serviteurs (ici servantes) suivant à pied

195 paroles aimables

196 courtoise

197 Grâces

198 vain, nul

199 Pour la rime, « s’acconstrent » serait préférable.

200 sujet que l’on traite, propos

201 Frappier / 1511 : titre absent.

202 signe

203 s’accouplent

204 accord

205 Frappier / 1511 : effective.

206 tisser

207 tous

208 douce comme le miel, agréable

209 fait pénétrer

210 remercier

211 rendre maître

212 Frappier / 1511 : le.

213 esprits

214 Frappier propose de corriger serez en ferez (verbe vicariant), mais la reprise serez vous point / si serez est conforme à la syntaxe de l’époque.

215 certes

216 jeter à terre, flétrir

217 couper, faucher

218 diminutif de « bâton »

219 soutiens

220 signes, marques

221 si ce n’est

222 gros rhumes

223 goutte au nez

224 fâcheuse, malheureuse

225 espions

226 tremblement

227 refroidissement

228 Frappier / 1511 : sort.

229 hisser à l’aide d’un treuil

230 pénétrés de froid

231 fatigués

232 triste

233 rajeunir

234 Prononcer neant d’une seule émission de voix (une syllabe).

235 douloureux

236 chagrin

237 Pèsera, sera désagréable

238 guide

239 lourde

240 flambeau, ardeur de l’amour (fig.)

241 procure

242 premier

243 dernier

244 privé

245 honneurs, dignités

246 résistant

247 aiguillon

248 Frappier / 1511 : pou.

249 flèche

250 blessure

251 plaie faite par un coup

252 pénétré de

253 complètement pourvus

254 brillants

255 (emploi transitif) nuire à

256 encourager 

257 convient

258 conduire

259 intelligence

260 divin

261 traffic, commerce

262 suivante

263 obéissante

264 enlève

265 science

266 imagination

267 génératrice

268 avare

269 niais

270 bien constitués

271 tromperie

272 servant à l’amour

273 se conduisant conformément aux coutumes du monde

274 élégance (connotation négative de luxe et de vanité)

275 agréable

276 bien faits

277 qui s’expose à

278 domicile

279 gloire

280 profond

281 nage

282 drapeaux, étendards

283 renommée, réputation

284 fuient

285 confiance

286 noblesse

287 réjouira

288 déchargés

289 ranimez

290 vaines

291 Frappier / 1511 : titre absent.

292 qui a un vif désir

293 interrompre

294 se battre mutuellement

295 se pressaient mutuellement

296 empêchement

297 fouet

298 néflier

299 rude et rebutant

300 vide

301 statues

302 relatif à l’amour, lascif

303 naguères

304 permit

305 rassasier

306 fait d’être repoussé

307 estimai, tint pour

308 honte

309 fuyant

310 foule

311 sablonneux

312 solitaire

313 terre sablonneuse

314 toutefois

315 tristesse

316 à cet endroit

317 rafraîchissement

318 ensemble de fruits

319 qui vient tour à tour

320 mûres

321 escarpée

322 jamais

323 mais plutôt

324 jaillissait

325 feuillage

326 petite

327 rafraichissant

328 rétablis

329 circonvoisin

330 Nues en deux syllabes (nu-es) selon la scansion de l’époque.

331 qui a une action favorable sur l’organisme

332 instable

333 pointu

334 offensant, blessant

335 palmiers

336 souches

337 pointus, piquants

338 tordus

339 fréquentés

340 où l’on se perd

341 par où l’on peut descendre

342 entreprendre maintes luttes (maint peut s’employer au singulier à sens pluriel à l’époque)

343 lutins

344 sales

345 force d’âme

346 haleine

347 éternel

348 bonheur

349 d’en haut, supérieur

350 plat

351 dont la propriété est partagée entre plusieurs

352 (« à tousjours mais ») toujours, à jamais

353 premier

354 agréable

355 là, en ce lieu

356 (« là endroit ») là

357 épanouie

358 prendre part à un tournoi, combattre

359 se réjouir, se divertir

360 tisser

361 sortir

362 danse en rond

363 autour

364 diminutif de mouches

365 entendre

366

367 obstacle

368 jeunes serpents

369 petites grenouilles

370 convenable

371 agréable

372 ruisseau

373 habitat

374 là, en ce lieu

375 sûr

376 ayant une grande puissance

377 récompenses

378 doré, d’or (aurein : trois syllabes)

379 sorte de rubis de couleur de vin fort paillet

380 apparat

381 se réjouit

382

383 bienheureuse, bénie

384 tout

385 à part (seul, de son côté)

386 Mansion et tabernacle signifient « demeure, habitation » et sont donc synonyme de logis qui suit.

387 pinacle, pignon

388

389 angéliques

390 innombrable

391 mais au contraire

392 luit

393 qui enseigne, qui instruit

394 laissez-passer

395 celui qui récompense

396 poème

397 vers en alexandrins

398 terrain plat

399 là, en ce lieu

400 interrogé

401 là, en ce lieu

402 finir

403 quelquefois

404 séjourne

405 quelques (déterminant de sens positif à l’époque)

406 se manifeste, apparaît

407 avec

408 fussé-je

409 montrer

410 bien-aise

411 émule

412 convenable

413 couleur rouge dans les armoiries

414 réuni

415 garni, doublé

416 durée

417 perpétuellement

418 ensemble de livres, bibliothèque

419 Frappier / 1511 : c’est assavoir.

420 cours

421 celle qui invente

422 Frappier / 1511 : en.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Pénot, « Le traicté intitulé la concorde des deux langages de Jean Lemaire de Belges. La question du vernaculaire dans un contexte de rivalité politique et linguistique franco-italienne », Corpus Eve [En ligne], Éditions de textes ou présentations de documents liés au vernaculaire, mis en ligne le 12 mars 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/eve/1389 ; DOI : 10.4000/eve.1389

Haut de page

Auteur

Alexandra Pénot

Alexandra Pénot est docteur en littérature française de la Renaissance. Elle a soutenu, à l’université de Lyon – Lyon 3, Jean Moulin, une thèse sur Le Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans de Claude Fauchet et travaille sur l’histoire de la langue et la défense du français au XVIe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Savoie
  • Logo Université Jean Moulin - Lyon 3
  • Logo ILCEA
  • OpenEdition Journals