Navigation – Plan du site

L’Histoire de France de Bernard de Girard Du Haillan (1585). Les Serments de Strasbourg comme miroir des princes

Sabine Lardon
Référence(s) :

L’histoire de France : reveue, et augmentée depuis les precedentes Editions faictes tant en ce Royaume, qu’aux pays estrangers, par Bernard de Girard, Seigneur du Haillan, conseiller du Roy, Secretaire des Finances, et de sa Chambre, et Historiographe de France, Paris, Michel Sonnius, 1585, Tome I, Livre V, « Charles le Chauve 2. Roy 25 », f. 332v-337r.

Résumé

Cette étude s’insère dans le cadre du projet « Historiographie des Serments de Strasbourg ». Les Serments de Strasbourg sont mentionnés dans l’édition augmentée de L’Histoire de France de Bernard de Girard Du Haillan (1585, la dernière du vivant de l’auteur), amenant un profond remaniement de l’histoire des fils de Louis Ier (dit le Pieux ou le Débonnaire). Les Serments sont considérés par l’historiographe du roi non pas pour leur intérêt linguistique mais pour leur dimension morale : du fait de leur alliance, Charles II et Louis le Germanique sont présentés de manière méliorative, par contraste avec leur aîné, Lothaire, et offrent le modèle de bons princes.

Haut de page

Texte intégral

Notice biographique

  • 1 La forme internationale recommandée par les Autorités BnF est « Du Haillan, Bernard de Girard (seig (...)
  • 2 Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, tome second. Nous citons d’après la 5e édition, (...)
  • 3 Jacques Le Long, Bibliothèque historique de la France, contenant le Catalogue de tous les ouvrages, (...)

1Issu d’une famille noble, Bernard de Girard, seigneur Du Haillan1est né à Bordeaux, en 1535 selon P. Bayle2, en 1537 selon Jacques Le Long3.

2Il a tout d’abord été secrétaire de François de Noailles, évêque d’Acqs, qu’il suit dans ses ambassades d’Angleterre et de Venise, selon son propre témoignage :

  • 4 Bernard de Girard Du Haillan, L’Histoire de France, Paris, Pierre L’Huillier, 1576, « Preface aux L (...)

François de Noailles Evesque d’Acqs, cognu par tout le monde, pour les Ambassades et negotations qu’il a faites par tous les endroits de l’Europe, et avec lequel j’ay esté en ses Ambassades d’Angleterre et de Venise, depuis 2. ans m’a envoyé de Constantinople un vieil livre escrit à la main en vieil François, traittant les guerres saintes des François en Asie, et fait par un François duquel le nom est supprimé4.

3Et il se fait connaître en tant que poète et traducteur, publiant des poèmes en français :

  • 5 Exemplaires conservés : Grenoble, BM [F.5864 Rés.] et Paris, BnF, Arsenal [4-BL-3911 (4)].

L’Union des Princes par les Mariages de Philippes Roi d’Espagne et Madame Elizabeth de France, et encores de Philebert Emanuel Duc de Savoie, et Madame Margueritte de France, 15595.

Le trespas du tres chrestien roy de France Henry II, Paris, pour Michel de La Guierche et Jérôme de Gourmont, 15596.

  • 7 Exemplaire connu : Paris, BnF, Arsenal [4o BL 3928 (2)].

L’effigie du treschrestien roy de France Henry II, Paris, Barbe Regnault, [1559]7.

  • 8 Exemplaire connu : Avignon, BM Ceccano [8o 11782 (14)].

Le jurement de la paix, Lyon, Michel Jove, 15598. Rééd. Paris, Regnault, 1562.

4et en latin :

Regum Gallorum icones, a Faramondo usque ad Franciscum II, item ducum Lotharingorum, a Carlo primo usque ad Carolum III versis latinis express, Paris, Charles Périer, 1559.

5ainsi que des traductions :

  • 9 La Croix du Maine, Premier volume de La Bibliotheque du sieur de la Croix du Maine. Qui est un cata (...)

Les Devoirs des hommes, livres 3. recueillis en forme d’epitome, des œuvres de Marc Tulle Ciceron, Blois, Julien l’Angelier, 1560, ouvrage signalé par La Croix du Maine et Antoine Du Verdier, mais sans exemplaire connu9.

L’histoire Romaine d’Eutropius comprenant en dix livres tout ce qui s’est fait tant en paix qu’en guerre depuis le commencement de Rome jusques à l’an M.C.XIX. de ladite ville, traduite de latin, Paris, Federic Morel, 1560.

Les vies des plus grands, plus vertueux, et excellentes capitaines, et personnages Grecs et Barbares faictes par Æmylius Probus autheur ancien, et mises en francois par B. de Girard Seigneur du Haillan, secretaire de Monseigneur le Duc d'Aniou, et de Bourbonois frere du Roy, Paris, Pierre l'Huillier, 1568.

6Il devient ensuite « secretaire de Monseigneur le Duc d'Anjou, et de Bourbonois frere du Roy », le futur Henri III, ainsi que l’atteste le frontispice du titre ci-dessus, datant de 1568. En 1570, il publie son premier ouvrage consacré à l’histoire de France, dédié au Duc d’Anjou, et accompagné d’une Histoire sommaire des comtes et ducs d’Anjou :

De l'estat et succez des affaires de France... depuis Pharamond, premier roy des Francs, Francons ou Françoys, jusques au roy Loys unziesme, ensemble une sommaire histoire des seigneurs, comtes et ducs d'Anjou, Paris, Pierre L’Huillier, 1570.

  • 10 Paris, Pierre L’Huillier, 1570, 1571, 1572, 1573, 1574, 1580 (édition augmentée). Paris, Pierre L'H (...)

7L’ouvrage est un succès et connaît de nombreuses éditions et augmentations jusqu’en 161310. Dans l’épître dédicatoire au roi Henri III de L’Histoire de France, l’auteur explique que c’est en prenant connaissance de ce traité et des deux premiers livres de L’Histoire de France à l’état manuscrit que Charles IX lui commanda de poursuivre son travail, qu’il achèvera et publiera sous le règle de son frère Henri III, auquel l’ouvrage est dédié :

  • 11 Nous citons d’après l’édition princeps : L’Histoire de France par Bernard de Girard, Seigneur du Ha (...)

Il y a maintenant cinq ans qu’après que le feu Roy vostre frere, vous (Sire,) et la Royne vostre mere eustes veu mon œuvre de l’Estat et succez des affaires de France imprimé, et les deux premiers livres de l’Histoire de France non imprimez, ains seulement escrits à la main, il pleut audit feu Roy, à la priere que vous, et la Royne vostre mere luy en fistes me commander, et vous aussi (Sire) me le commandastes, d’escrire en langage François l’Histoire des Roys de France vos predecesseurs cy devant assez mal escrite par nos François, et assez negligemment ou envieusement traictée par les estrangers11.

8Nommé en 1571 historiographe de France par Charles IX (1560-1574), il conserve cette charge jusqu’à sa mort (en 1610), sous Henri III (1574-1589) puis sous Henri IV. Viendront s’y ajouter les titres de « Conseiller du Roy, Secretaire de ses Finances et de sa Chambre », puis de Généalogiste de l'Ordre du Saint-Esprit lors de la création de cette charge par Henri IV en 1595.

9Deux petits ouvrages présentent l’état de son projet :

De la fortune et vertu de la France ensemble vn sommaire Discours sur le desseing de l'histoire de France Bernard de Girard Du Haillan, Paris, Pierre L'Huillier, 1570. Rééditions : Paris, Pierre L'Huillier, 1571. Rouen, Michel Tertulier, 1571.

Promese et dessein de l’histoire de France, Paris, Pierre L'Huillier, 1571.

10En parallèle de ce travail de longue haleine, qui paraît en 1576, il publie deux autres ouvrages :

Discours sur les causes de l’extresme cherté qui est aujourd’huy en France et sur les moyens d'y remédier, Paris, Pierre L'Huillier, 1574. Rééd. : Bordeaux, [Simon Millanges], 1586 et 1587.

Recueil d'advis et conseils sur les affaires d'Estat, tiré des Vies de Plutarque, Paris, Pierre L'Huillier, 1578.

11Il meurt le 23 novembre 1610 à Paris, où il est inhumé à l’église Sainte Eustache après n’avoir eu de cesse de retravailler son Histoire de France.

Présentation du contexte

L’Histoire de France de Bernard de Girard Du Haillan

  • 12 Pierre L’Huillier sera libraire du roi en 1593-1594. Selon les data.bnf.fr : « En 1588, suit le roi (...)
  • 13 Selon l’inventaire des French Vernacular Books. Books published in the French Language before 1601. (...)
  • 14 Selon l’USTC (the Universal Short Title Catalogue), J.-C. Brunet, vol. 2, p. 1612 signale une éditi (...)
  • 15 Histoire generale des roys de France, contenant les choses memorables, advenues tant au royaume de (...)

12La première édition de L’Histoire de France paraît à Paris, en 1576 avec privilège du roi accordé à l'auteur et par lui cédé aux imprimeurs-libraires Pierre L'Huillier12 et Michel Sonnius. En 1577 et 1580, paraissent deux éditions génevoises, sans privilège, chez Pierre de Saint-André (ainsi qu’une édition Paris, Pierre Ménier pour Pierre L’Huillier, 158013). Une nouvelle édition parisienne augmentée paraît en 158514 (Pierre Ménier pour Pierre L’Huillier ou Michel Sonnius). Après la mort de l’auteur, en 1610, son projet est repris et poursuivi : Jean Petit-Pas et Sébastien Cramoisy publient en 1615 une édition augmentée qui prolonge jusqu’au roi régnant, Louis XIII, la chronique que Bernard de Girard Du Haillan avait arrêtée à Charles VII15. Cette édition connaît une réimpression en 1627 partagée par Jean Petit-Pas et Michel Sonnius, avec une nouvelle épître dédicatoire co-signée de leurs deux noms.

  • 16 Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, éd. citée, p. 679. Le Père Le Long reproduit ces (...)

13Par son projet, Bernard Girard Du Haillan se démarque de ses prédécesseurs au point que l’on a pu considérer son ouvrage comme la première histoire de France en langue française. C’est ce qu’en dit Pierre Bayle : « Il publia en 1576 une Histoire qui s’étend depuis Pharamond jusques à la mort de Charles sept. On n’avoit point vu encore un Corps d’Histoire de France composé en Langue Françoise16. » et ce que rappelle la notice que lui consacre le Bulletin du Bibliophile en 1856 :

  • 17 Jacques Techener (dir.), « Girard du Haillan. Histoire générale des rois de France […] », Bulletin (...)

L’ouvrage de Du Haillan est remarquable. C’est le premier corps d’histoire de France qui ait paru dans notre langue. On peut reprocher à l’auteur d’avoir adopté les récits fabuleux de ses devanciers sur les premiers rois francs ; mais on doit avouer que cet ouvrage contient des particularités que l’on chercherait vainement ailleurs17.

14Ce n’est pas cette primeur toutefois que revendique l’auteur. L’épître dédicatoire « Au Roy Tres-Chrestien de France et de Poloigne, Henry troisieme » retrace longuement la tradition historiographique française :

  • 18 Épître dédicatoire au roi [NP7]. Nous citons d’après l’édition princeps de 1576.

Si je voulois suivre l’opinion de nos Historiens tant des anciens Latins comme Gregoire de Tours, Hunibaud, Sigisbert, Hildebrand, Rhegino, le Moine Aimoinus, et de nos Histoires Martiniennes et Dionisiennes, et de celle de Saint Germain des prez, et autres trouvées aux librairies particulieres, j’y trouvois tant de langage et tant de choses superflues, aggreables toutesfois à plusieurs personnes qui ne s’amusent qu’à choses basses, que je n’en pouvois sortir à mon aise. Car le malheur de la France a esté si grand qu’il n’y a eu que des estrangers la plus part envieux qui l’ayent faite en Latin, et ceux des nostres qui l’ont faite en ce mesme langage, ou en François, sont longs, bavards, menteurs, et flatteurs, et en leur prolixité ne disent presque rien qui serve à l’Histoire de nos Roys, ni à la cognoissance de l’establissement et grandeur de ce Royaume, ains seulement s’amusent à la description de quelques comptes vains, à certaines particularitez des bruits du vulgaire, et à choses de peu de consequence et de fruict18.

15Et dans la « Preface aux Lecteurs » qui suit la dédicace, l’auteur revient sur cette chronologie pour la poursuivre :

Après ceux là sont venus quelques Gentils-hommes, comme Geoffroy de Ville-harduin, et Jean Sire de Joinville puis Alain Chartier qui ont fait l’Histoire de leurs siecles, et quelques autres comme Bernard Guidon, et Guillaume de Nangis, et en après Jean Froissard, et Enguerrand de Monstrelet, à verité tous grands personnages pour le temps qui les fit naistre, et ausquels nous devons beaucoup, mais encore y a il en eux de la prolixité en certains endroits plaisante, en d’autres assez fascheuse et superflue es choses qui ne touchent rien à la vraye histoire.

Après sont venus d’autres escrivains Latins qui ont fait l’Histoire de France. Robert Gaguin l’a brefvement et toutesfois assez bien escrite selon le temps auquel il vivoit. Paul Emile vint après qui l’a elagamment et Latinement faicte, mais trop brefvement ès affaires de France, et plus estendue qu’il ne seroit besoing aux guerres sainctes, aux Schismes de l’Eglise, et aux affaires d’Italie. Plusieurs estrangers l’ont pareillement escrite, ou par leurs autres Histoires ont parlé d’elle, les uns en Latin et les autres en François. Hunibault environ l’an de salut cinq cens a fait celle depuis Pharamond jusques au temps de Clovis. Hubert Leonard a fait un œuvre de l’origine des François, Jean Trittem en a fait un de les gestes depuis quatre cens vingt trois ans devant Jesus Christ jusques en l’an de salut 1520. Rupert a escrit la geste des Gaulois contre les Sarrasins, Jean le Maire de Belges a fait l’Histoire de Belgique, Beissel celle de Flandres, Aimond celle des Ducs de Bourgongne et des Comtes de Flandres, de Brabant, et de Hollande depuis la guerre de Troye jusques à l’Empereur Charles le Quint, et une infinité d’autres Historiens ont fait ou une Histoire particuliere de la France, ou parmy les leurs universelles ou particulieres de leurs nations ont parlé des gestes et actions des François, les uns avec passion et mensonge, et les autres sans l’une, et sans l’autre.

16L’on mesure l’importance que l’auteur accorde, dans ses deux paratextes consécutifs, à l’historiographie de la France. Mais s’il s’inscrit ainsi dans une lignée, ce n’est que pour mieux s’en démarquer. Ce qu’il précise, de fait, de chacun de ses prédécesseurs permet de mesurer par contraste la spécificité de son propre travail. Il se distingue ainsi de ceux qui écrivent en latin, par l’emploi de la langue vernaculaire, et de ceux qui se sont consacrés à une région ou à une période limitée, par une histoire générale des rois de France des origines jusqu’à Charles VII. Mais c’est plus encore par sa conception de l’historiographie que l’auteur entend se démarquer.

17Le jugement de Bernard de Girard Du Haillan sur le travail de ces prédécesseurs esquisse en creux les qualités qu’il fixe à sa propre entreprise : un récit historiographique mesuré (ni trop prolixe, ni trop bref) et véridique. L’insistance sur les développements mensongers, menteurs, flatteurs ou, à l’inverse, envieux permet de mesurer l’importance qu’il accorde aux faits avérés. En exposant ensuite sa propre méthode, l’auteur pose les bases d’une véritable science de l’histoire, fondant son travail sur des recherches minutieuses et la confrontation systématique des sources :

J’y ay fait (lecteurs) ce que j’y ay peu, j’y ay travaillé par l’espace de cinq années, j’y ay despendu plusieurs journées et deminuictées, plusieurs veilles, estudes, et solitudes y ont esté employées, et plusieurs livres, chartres, monumens, panchartes, papiers, et paperasses y ont esté levés, fueillettées, tournées, et renversées. J’ay eu plusieurs livres, Latins, François, et Italiens traittans les histoires de France, d’Angleterre, d’Allemaigne, d’Italie, d’Espaigne, de Flandres, d’Escosse, de Bourgogne, de Bretaigne, d’Anjou, de Berry, d’Aquitaine, des guerres saintes en Asie et en Europe, des vies des Papes et des Empereurs, et d’une infinité d’autres, avec infinité de panchartes et anciens monumens. De tout cela j’ay tiré la quinte essence, je l’ay distillée à l’alambicq de mon jugement et de mon travail, je vous en fais voir la distillation par ce mien œuvre, et vous confesse genereusement que je me suis servi des œuvres des autres tant Latins que François, tant mort que vivans. J’ay suivi en plusieurs endroits et choses l’ordre de Paul Emile, en d’autres non, en d’autres j’ay suivi Gaguin, en d’autres Guillaume Archevesque de Thyr, en d’autres Polydore Virgile Historien Anglois, en d’autres nos Chroniques et Annales, et ainsi en autres endroits j’ay suivy les Autheurs qui me sembloient avoir bien escrit ce dont je voulois parler. [NP5]

18Posant la recherche de la vérité en objectif absolu, l’auteur s’impose une stricte objectivité, refusant toute démarche courtisane :

Mon seul but a esté la verité qui est l’œil de l’Histoire, et sans laquelle l’Histoire seroit borgne, m’estant proposé de blasmer en la vie des Rois, de leurs ministres, et de leurs peuples ce qui sera digne de blasme et de reprehension, et pareillement de louer et exalter en eux ce qui sera louable, voulant donner à la vertu le guerdon de la louange, au vice celuy du vitupere, et à la chose dont je parleray la recompense digne de son merite. [NP9]

19Dès lors, son historiographie revêt un but moral. « Miroir » des princes, commandé par Charles IX et achevé sous Henri III, auquel il est dédié, son but, longuement rappelé tout au long des deux paratextes, est de montrer les louables actions des rois, mais également de dénoncer leurs erreurs ou celles de mauvais conseillers : « Quel proffit et plaisir y a il plus grand que de voir comme dedans un mirouer, les conseils, desseings et actions de nos ancestres ? » déclare-t-il ainsi dans son épître dédicatoire au roi [NP2]. Dès lors, plus que l’intérêt linguistique des Serments de Strasbourg, c’est bien plutôt leur intérêt moral qui va retenir toute l’attention de l’historien.

Les Serments de Strasbourg dans L’Histoire de France

  • 19 Voir infra « L’intérêt linguistique des Serments de Strasbourg » pour la comparaison de ces version (...)

20Le texte des Serments de Strasbourg figure dans le tome premier de L’Histoire de France, livre V, au chapitre 25 : « Charles le Chauve 2. Roy 25 ». Il n’apparaît toutefois qu’à partir de l’édition augmentée de 1585 (la dernière du vivant de l’auteur), dont le contenu est ensuite reproduit dans les deux dernières éditions posthumes de 1615 et 1627. La mention des Serments, et leur citation, est donc consécutive à leur signalement chez Bodin (Les Six livres de la Republiques en 1576) et Claude Fauchet (Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans en 1581)19.

21L’histoire de Charles le Chauve recouvre celle de la lutte fratricide entre les trois fils de Loys le Debonnaire, Lothaire [Ier], Charles [II] le Chauve et Loys [Louis II, dit le Germanique], petits-fils de Charlemagne, qui se disputent l’empire : « il faut considerer que par le discours de l’histoire suyvante, qui commencera par Lothaire fils et successeur de Loys le Debonnaire, en l’Empire on verra combien peu de foy et d’amitié il y a entre ceux qui pretendent droit et portion aux Royaumes et Empires ». Les deux noms coordonnés « combien peu de foy et d’amitié » [f. 333r] fournissent la synthèse de cette histoire qui va développer les deux idées entrecroisées de traîtrise et de guerre. Dans la version de 1585, Lothaire en particulier est toujours associé à une conduite négative, fournissant en cela l’exemple du mauvais prince.

22Spoliation :

[l]e voulant tout avoir, pource qu’il estoit l’aisné des enfans de Loys, et estant Empereur, voulut faire (comme on dit) la part aux plus jeunes, et contraindre ses freres jusques là, que Loys se contenteroit de la Baviere, et Charles de l’Aquitaine, voulant qu’elles luy fussent tributaires, et eux ses vassaux et feudataires, sans qu’ils peussent pretendre aucune chose à l’Empire, [ni] en ce qui leur avoit esté donné par le Testament et donation de leur père [f. 333r]

et traîtrise lui sont dès l’abord associées :

Mais pour venir plus facilement à chef de son entreprise, il tascha de endormir premierement Charles de belles paroles et promesses, luy faisant entendre qu’il le vouloit maintenir au partage que leur pere luy avoir faict, pourveu qu’il n’entreprit rien sur leur neveu Pepin. Ceste promesse estoit faicte à cautelle [ibid.]

23À l’inverse, Charles et Loys présentent un front uni. Lors même que Lothaire tente de les diviser en tentant d’« endormir […] Charles de belles paroles et promesses », ce dernier se montre soucieux de protéger son frère : « Charles se laissant piper à ces paroles dorées de l’appast d’une belle esperance, le pria aussi de se resouvenir de son serment, et de laisser son frere en paix[.] » Ils sont ensuite systématiquement associés :

Ce pendant Charles et Loys ne laisserent pourtant de se declarer et intituler Rois des Royaumes et Provinces qu’ils avoient deliberé de retenir et garder pour leur part, assavoir Loys de la Germanie, et Charles de la France Occidentale, et de l’Aquitaine, qui ont tousjours depuis retenu le nom de Royaume de France, comme elles sont encores aujourd’huy [f. 333r-v]

De sorte qu’il estoit venu jusques à Troyes avec son armée, feignant aller trouver son frere à Attigny, suyvant ce qui auparavant avoit estoit accordé avec eux, mais de faict s’estoit pour s’approcher de Loys, lequel il entendoit s’estre remis sur pieds, et en chemin avec nouvelles forces pour se venir joindre à luy [f. 334v]

Donques les deux freres Loys et Charles alliez ensemble dresserent une armée pour luy resister, et marchans contre luy se rencontrerent sur les frontieres de l’Auxerrois, en un village appellé Fontenay [f. 334v]

La victoire demeura à Charles et Loys, pource que ces deux freres s’entr’entendoient, et avoient devant le conflit enhorté leurs soldats, et durant iceluy fort encouragez.

Tellement qu’il fallut que Charles allast le desgager avec toute sa puissance, par le moyen de laquelle il mit ses ennemis en routte, et puis s’estant joint à son frere, […] [f. 335v-336r]

24Face à Lothaire, la force des deux frères réside dans leur union que rien ne semble devoir altérer. Ainsi, lorsque Lothaire escompte voir les deux frères vainqueurs se retourner l’un contre l’autre, l’historien pointe la sagesse de leur attitude :

Aussi eux deux pouvoient bien avoir l’œil en plus de lieux, que Lothaire qui estoit seul, et qui pensoit qu’à grande peine une armée conduite par deux souverains chefs pourroit demeurer sans seditions, troubles et mutineries, et comme les malheureux forgent en leur esprit quelque contentement pour se venger de leurs pertes passées, il se reconfortoit au desir et en l’opinion qu’il avoit que ses deux freres demeurez vainqueurs auroient incontinent debat entre eux, pour le partage de leurs seigneuries. Toutesfois advint tout autrement, car ils furent plus sages qu’il n’avoit pensé, et ne voulurent donner à leur frere vaincu contentement ny vengeance par le mal de leur division [f. 335r-v]

25Toutefois, cette histoire édifiante, opposant la conduite déloyale de Lothaire à l’union fidèle des deux autres frères, n’apparaît sous cette forme qu’en 1585. Les leçons antérieures (1576 à 1580) donnent une version beaucoup plus réservées des motivations des deux cadets :

  • 20 L’Histoire de France par Bernard de Girard, Seigneur du Haillan, Historiographe de France, Paris, P (...)

Mais eux ne pouvans suporter ceste indignité d’un aisné, ny endurer d’estre spoliez et exclus de la succession paternelle, mesmement de ce que par solennel Testament le pere leur avoit laissé, au lieu que paravant ils n’estoient gueres bons amis se liguerent ensemble pour leur commun profit contre leur aisné. Ce qui plus les irritoit, fut que leur pere estoit cause de la braverie que Lothaire leur faisoit, pour luy avoit donné les forces de l’Empire, avecques lesquelles il voulut fouetter ses puisnez, qu’il cognoissoit trop foibles pour resister à sa puissance et authorité20.

26Ces quelques lignes sont remplacées, en 1585, par une longue variante (f. 333r à f. 334v) qui détaille les différentes péripéties des affrontements entre les frères ennemis, de façon à mettre en place un schéma répétitif selon lequel Lothaire prend toujours l’initiative des combats tandis que les deux frères se soutiennent dans l’adversité.

27Cet ajout prépare le terrain à l’addition relative au Serments de Strasbourg :

Mais ceux qui avoient en horreur les guerres civiles, et qui en la balance de leur sage entendement, et de leur zele et affection envers leur patrie, pesoient combien de dommage elles apportoient à cest estat, firent tant que lesdicts freres convindrent d’arbitres, entre lesquels fut Guittard, ou Vuitard fils de la fille de Charlemagne Prince du sang, et qui a escrit ceste guerre au vieil langage Roman, ou rustic Romain de ce temps là, pour pacifier leur different par un traicté fait à Verdun ledit 16. jour de Mars, dont les conditions s’ensuivent, que « Charles surnommé le Chauve retiendroit pour sa part ce qui estoit de la France Occidentale ditte Neustrie, bornée de la Saone, et de l’Escault, de la mer Oceane, des monts Pyrenées, et de la Meuse, qui est ce qu’on nomme vrayement le Royaume de France, mais les Allemans l’appelloient le Royaume de Charles et des Carlingiens : que Loys auroit toute la Germanie avec la Hongrie, lesquelles il fit comprendre soubz le nom de la France Orientale, et Lothaire le nom, le tiltre, et la possession de l’Empire, le Royaume d’Austrasie (qui fut depuis l’entiere Lorraine, non seullement celle d’aujourd’huy qui n’est qu’une portion de l’ancienne, et qui prit ce nom de Lothaire son fils, comme il sera dit cy après) la Bourgongne qu’on nomme aujourd’huy la France Comté, la Bourgongne Transjurane qui est la Savoye, le Daulphiné, et la Provence jusques à Marseille. » Guitard dit que les deux Rois voulans asseurer ceux qui les avoient suivis que ceste alliance seroit perpetuelle, parlerent chacun aux gens de son pait, (c’est le mot dont il use) assavoir Loys Roy de Germanie aux François Uvestriens (qui suyvoient ledit Charles) en langue Romaine, c’est à dire la Rustique et Charles à ceux de Loys (qui estoient Austrasiens, Allemans, Saxons, et autres habitans delà le Rhin) en langue Theutonique [f. 337r], qui est la Theotisque, ou Thioise, les paroles du serment que Loys fit en langue Romaine furent telles, Pro don amur & pro chriſtian poblo & noſtro cõmun ſaluamẽt diſt di en auãt inquãt łs ſauir & podir me dunat ſi ſaluareio ciſt meon fradre Karlo & in adiudha & in cadhuna coſa ſi com hom ϼ dreit ſon fradra ſaluar dist ino quid il un altre ſi faret. Et abludher nul plaid nunquam prindrai que meon vol ciſt meon fradre Karle in danno ſit. C’est à dire, Pour l’amour de Dieu et du peuple Chrestien et de nostre salut commun de ce jour en avant entant que Dieu sçavoir et pouvoir me doint, si sauveray-je ce mien frere Charle et en son aide et en chacune chose : ainsi comme homme par droit son frere sauver doit, et non pas comme un autre se feroit. Et à luy n’auray querelle que mon vouloir soit, si mon frere Charles ne me fait tort. Ce serment achevé par le Roy Loys, le Roy Charles dist ces memes paroles en langue Thudesque ainsi : In God est, etc. Puis après les deux armées et subjetz des deux Princes jurerent ainsi : Si Ludouigs ſagrament que son fradre Karle iurat : cõſeruat, & Karlus meo ſandre de ſuo par non loſtaint. Si io retournar non lint pois ne io ne veuls cui eo returnar int pois in nulla adiudha contra Ludouig nunli iuer, C’est à dire, Si Loys garde le serment faict à son frere et Charles Monseigneur de sa part ne le tient, si detourner je ne le puis, je ne veux avec luy retourner en paix, ne luy prester aucune obeissance, les subjectz de Charles le Chauve jurerent en langue Romande et les subjetz de Loys en Aleman. En ce traité ne fut faicte aucune mention du jeune Pepin [f. 337v] et de Charles leurs nepveus lesquels ne pouvans souffrir ceste injure commencoient à dresser quelques menées secrettes, pour avoir par la force un partage, puis que leurs oncles par leur accord ne leur en avoient point donné. À raison dequoy quelques années après leurs oncles les firent prendre et mettre Moines en une Religion, avec autres causes comme il sera dit cy après.

28Le rôle fondamental de Nithard, appelé « Guittard, ou Vuitard » est ici d’emblée posé. Il apparaît comme à l’origine de ce traité, puisque faisant partie des « arbitres » que les frères désignent pour apaiser le conflit. L’on peut même comprendre que le traité semble émaner de Nithard et des autres négociateurs : « firent tant que lesdicts freres convindrent d’arbitres, […] pour pacifier leur different par un traicté ». Parmi ces « arbitres », Nithard se distingue par trois caractéristiques : il est seul à être nommé, son lien de sang avec Charlemagne est rappelé et il est précisé qu’il a fait le récit de cette guerre : « entre lesquels fut Guittard, ou Vuitard fils de la fille de Charlemagne Prince du sang, et qui a escrit ceste guerre au vieil langage Roman, ou rustic Romain de ce temps là » Nithard semble ainsi doublement à l’origine de ce traité : d’une part il fait partie de ceux qui l’ont conçu ; d’autre part, il est celui par lequel les termes du traité se sont conservés jusqu’à nous :

Guitard dit que les deux Rois voulans asseurer ceux qui les avoient suivis que ceste alliance seroit perpetuelle, parlerent chacun aux gens de son pait, (c’est le mot dont il use) assavoir Loys Roy de Germanie aux François Uvestriens (qui suyvoient ledit Charles) en langue Romaine, c’est à dire la Rustique et Charles à ceux de Loys (qui estoient Austrasiens, Allemans, Saxons, et autres habitans delà le Rhin) en langue Theutonique, qui est la Theotisque, ou Thioise, les paroles du serment que Loys fit en langue Romaine furent telles, […] [f. 336v-337r]

  • 21 La citation complète des deux extraits et leur référence est donnée infra.
  • 22 Pierre Pithou, Annalium et historiæ Francorum ab anno Christi DCCVIII ad ann. DCCCCXC, Paris, Claud (...)
  • 23 Sur ce point, nous renverrons à l’étude d’A. Pénot concernant C. Fauchet, dans Corpus Eve, « Histor (...)
  • 24 Ce manuscrit est signalé par Louis de Rosanbo, « Pierre Pithou », Revue du seizième siècle, t. 16, (...)

29La forme du nom « Guitard » est empruntée à Jean Bodin (1576) : « Loüys jura le premier en langue Romande les parolles qui s’ensuivent, que M. le President Fauchet, homme bien entendu et mesmement en nos antiquitez, m’a monstrée [sic] en Guytard historien prince du sang » et à Claude Fauchet (1581) : « Or ne peut-on dire que la langue de ces sermens (laquelle Guitard appelle Romaine) »21. Ce n’est qu’à partir de l’édition, par Pierre Pithou, du récit de Nithard (De dissensionibus filiorum Lodhuuici Pii ad annum usque DCCCXLIII, 158822) que la forme Nitard ou sa variante Nithard s’imposent (Fauchet l’adoptera dans la Fleur de la maison de Charlemagne, en 1601, et le Declin de la maison de Charlemagne, en 1602)23. Quant à la forme « Vuitard », elle pourrait venir du manuscrit autographe de P. Pithou : Wittardi, nobilissimi viri, de dissensionibus filiorum Ludovici Pii, libri quatuor, Ad Carolum calvum imperatorem (Ms Troyes M. A. T. 3203), signalé par Louis de Rosanbo en 1926 et étudié par Courtney M. Booker24.

30Concernant les faits, Bernard de Girard Du Haillan rapporte en fait deux étapes différentes. Dans un premier temps, le « traicté fait à Verdun ledit 16. jour de Mars » selon l’auteur (en fait en août 843), et destiné à mettre un terme à la lutte fratricide entre Lothaire et ses deux frères cadets, Charles et Loys. De ce traité, les termes sont rapportés au discours indirect « dont les conditions s’ensuivent, que ».

  • 25 Selon Nithard «  le 16 des calendes de mars » : « Ergo xvi kal. marcii Lodhuvicus et Karolus in civ (...)

31Dans un second temps, l’échange de serments entre Charles et Loys25. S’il n’est pas ici fait mention du lieu, le terme « serment » en revanche apparaît par trois fois :

  • pour introduire les paroles de Loys : « les paroles du serment que Loys fit en langue Romaine furent telles » ;

  • puis pour les conclure en annonçant celles de Charles : « Ce serment achevé par le Roy Loys, le Roy Charles dist ces memes paroles en langue Thudesque ainsi » (l’adjectif « memes » à valeur d’identité faisant des paroles de Charles un serment au même titre que celles de son frère dont elles sont la réplique en « langue Thudesque ») ;

  • et enfin dans la traduction des paroles des deux armées : « Si Loys garde le serment faict à son frere et Charles Monseigneur de sa part ne le tient », traduction qui rappelle que Loys et Charles viennent d’échanger un serment réciproque.

32Le récit est ainsi remanié en profondeur en 1585 de sorte que la mention des Serments de Strasbourg, nouvellement ajoutée, semble la conséquence logique des liens de loyauté entre les deux frères longuement développés. L’historien s’intéresse donc essentiellement aux Serments pour en dégager une leçon morale. Remaniée, l’histoire de Charles et de Loys les érigent en modèles de loyauté (et partant de royauté), loyauté consacrée par l’échange des serments, là où Lothaire fournit en regard un contre-exemple. Les remaniements imposés au texte et directement liés à la référence ajoutée aux Serments de Strasbourg permettent de mesurer les enjeux de l’historiographie pour Bernard de Girard Du Haillan, mais également de nuancer sa stricte objectivité dans la mesure où le regard porté sur les deux frères se voit modifié à des fins moralisatrices.

L’intérêt linguistique des Serments de Strasbourg

La citation des Serments de Strasbourg

33Pour autant, et bien que son regard ne soit pas celui d’un historien de la langue, Bernard de Girard Du Haillan va citer ces serments, en rapportant le propos en trois étapes : il cite tout d’abord « les paroles du serment que Loys fit en langue Romaine », mentionne ensuite brièvement que « le Roy Charles dist ces memes paroles en langue Thudesque », et rapporte enfin le serment mutuel des deux armées : « Puis après les deux armées et subjetz des deux Princes jurerent ainsi ». Il ne cite et traduit toutefois que les passages en « langue Romaine » (à savoir le serment de Loys et celui des deux armées), et il ne fournit, en revanche, que les trois premiers mots de celui de Charles en « langue Thudesque », étant sans doute moins à l’aise pour citer dans cette langue qui lui est peu familière.

34Avant lui, Jean Bodin, en 1576, et Claude Fauchet, en 1581, en ont déjà livré les premiers témoignages. Nous verrons que Bernard de Girard Du Haillan décalque la progression en trois temps de Jean Bodin et propose, comme lui, la traduction du premier et du dernier de ces trois serments, tout en empruntant littéralement son introduction à Claude Fauchet, dont il suit majoritairement la transcription des Serments.

Jean Bodin, Six livres de la République (1576).

  • 26 Jean Bodin, Les six livres de la République de J. Bodin Angevin, Paris, Jacques Du Puys, 1576, livr (...)

Mais bien peut le Prince jurer, que s’il contrevient au traité par luy fait, qu’il ne veut pas que ses sugets luy obeïssent : comme il se fist au traité d’Arras, et se faisoit entre les premiers Roys de ce Royaume : comme au traité qui se fist entre Loüys et Charle le Chauve freres le serment que chacun fist, fut à telle condition : Que s’il advenoit, ce que Dieu ne vueille, que je faussasse mon serment, je vous absous tous de la foy que me devez. Loüys jura le premier en langue Romande les parolles qui s’ensuivent, que M. le President Fauchet, homme bien entendu et mesmement en nos antiquitez, m’a monstrée [sic] en Guytard historien prince du sang. Pro Deo amur, & pro Xpiãn. poblo & noſtro commum ſaluament diſt di en auant, inquant ds. ſanir pordi me dunat ſi ſaluerio. ciſt meon fradre parle, & in adiudha & in cad vna cauſa ſi cõ om por dreit ſon fradra ſaluar diſt ino qui id vn altre ſi faret. Et abludher nul plaid nũquam prindrai qui meon vol ciſt. meon fradre Karle in dannoſit. c’est-à-dire, Pour l’amour de Dieu et du peuple Chrestien et de nostre salut commun de ce jour en avant entant que Dieu sçavoir et pouvoir me doint, si sauverai-je ce mien frere Charle et en son ayde, et en chacune chose : ainsi comme homme par droit son frere sauver doit. & non pas comme un autre se feroit. Et à luy n’auray querelle que mon vouloir soit, si mon frere Charle ne me fait tort. Ce serment achevé par le Roy Loüys, le Roy Charle dist ces mesmes parolles en langue Thudesque ainsi : In God eſt, &c. Puis après les deux armées et sugets des deux Princes jurerent ainsi : Si Ludouigs ſagramĕt que ſon fradre Carlo iurat : cõſeruat, & carlus meoſender de suo par nõ loſtaint ſi Io retournar non luit pois ne io ne veuls cui eo returnar me pois, in nulla adiudha contra Ludouig. c’est-à-dire, Si Loüys garde le serment fait à son frere et Charle mon seigneur de sa part ne le tient, si detourner je ne le puis, je ne veux avec luy retourner en paix, ne luy prester aucune obeyssance. les sugets de Charle le Chauve jurerent en langue Romande : et les sugets de Loüys en Aleman26.

Claude Fauchet, Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans (1581).

  • 27 Claude Fauchet, Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans. Plus les no (...)

il ne faut que lire ce qu’a escrit Guitard en son histoire de la discorde des enfans de l’Empereur Louys le Debonnaire, advenue en l’an dcccxli. Car faisant mention de Louys Roy de Germanie et de Charles le Chauve son frere Roy de France Westrienne ou Occidentale (c’est à dire de ce qui est entre Meuse et Loire) il dit que les deux Roys voulans asseurer ceux qui les avoyent suyvis, que ceste alliance seroit perpetuelle, ils parlérent chacun aux gens de son pair (c’est le mot dont ledit Guitard use) à sçavoir Louys Roy de Germanie aux François Westriens (qui suyvoyent ledit Charles) en langue Romaine (c’est à dire la Rustique) et Charles à ceux de Louys (qui estoyent Austrasiens, Alemans, Saxons, et autres habitans delà le Rhin) en langue Theutonique, qui est la Theotisque dudit Concile de Tours : ou, comme j’ay dit, Thioise. Les parolles du Serment que Charles fit en langue Romaine furent telles, ainsi que je les ay prises d’un livre escrit il y a plus de cinq cens ans. Pro dõ amur & pro xpίan poblo & noſtro commun ſaluament diſt di en auant inquant đs ſauir & podir me dunat ſi saluareio ciſt meon fradre Karlo & in adiudha, & in cadhuna coſa ſi com hom ϼ dreit ſon fradra ſaluar diſt ino quid il un altre ſi faret. Et abludher nul plaid nũquam prindrai que meon vol ciſt meon fradre Karle in dāno ſit. Et le peuple de Westrie respond en mesme langage : Si Lodhuuigs ſagrament que ſon fradre Karle iurat cõſeruat, & Karlus meo ſendr, de ſuo part ñ lo ſtanit : Si io returnar non lint pois neio ne nuls cui eo returnar int pois in nulla aiudha contra Lodhuuig nunli iver. Or ne peut-on dire que la langue de ces sermens (laquelle Guitard appelle Romaine) soit vrayement Romaine (j’entens Latine) […]27.

Bernard de Girard Du Haillan, Histoire de France (1585).

Guitard dit que les deux Rois voulans asseurer ceux qui les avoient suivis que ceste alliance seroit perpetuelle, parlerent chacun aux gens de son pait, (c’est le mot dont il use) assavoir Loys Roy de Germanie aux François Uvestriens (qui suyvoient ledit Charles) en langue Romaine, c’est à dire la Rustique et Charles à ceux de Loys (qui estoient Austrasiens, Allemans, Saxons, et autres habitans delà le Rhin) en langue Theutonique, qui est la Theotisque, ou Thioise, les paroles du serment que Loys fit en langue Romaine furent telles, Pro don amur & pro chriſtian poblo & noſtro cõmun ſaluamẽt diſt di en auãt inquãt łs ſauir & podir me dunat ſi ſaluareio ciſt meon fradre Karlo & in adiudha & in cadhuna coſa ſi com hom ϼ dreit ſon fradra ſaluar dist ino quid il un altre ſi faret. Et abludher nul plaid nunquam prindrai que meon vol ciſt meon fradre Karle in danno ſit. C’est-à-dire, Pour l’amour de Dieu et du peuple Chrestien et de nostre salut commun de ce jour en avant entant que Dieu sçavoir et pouvoir me doint, si sauveray-je ce mien frere Charle et en son aide et en chacune chose : ainsi comme homme par droit son frere sauver doit, et non pas comme un autre se feroit. Et à luy n’auray querelle que mon vouloir soit, si mon frere Charles ne me fait tort. Ce serment achevé par le Roy Loys, le Roy Charles dist ces memes paroles en langue Thudesque ainsi : In God est, &c. Puis après les deux armées et subjetz des deux Princes jurerent ainsi : Si Ludouigs ſagrament que son fradre Karle iurat : cõſeruat, & Karlus meo ſandre de ſuo par non loſtaint. Si io retournar non lint pois ne io ne veuls cui eo returnar int pois in nulla adiudha contra Ludouig nunli iuer, C’est à dire, Si Loys garde le serment faict à son frere et Charles Monseigneur de sa part ne le tient, si detourner je ne le puis, je ne veux avec luy retourner en paix, ne luy prester aucune obeissance, les subjetz de Charles le Chauve jurerent en langue Romande et les subjetz de Loys en Aleman. [f. 336v-337r]

  • 28 Concernant cette glossonymie, nous renvoyons à l’étude d’A. Pénot sur le texte de Fauchet auquel el (...)

35Reprenant à Claude Fauchet son récit, l’historiographe présente l’échange linguistique des deux frères en précisant à chaque fois le locuteur (« Loys Roy de Germanie », « Charles »), ses allocutaires (« aux François Uvestriens (qui suyvoient ledit Charles », « à ceux de Loys (qui estoient Austrasiens, Allemans, Saxons, et autres habitans delà le Rhin) ») et la langue d’échange (« en langue Romaine, c’est à dire la Rustique », « en langue Theutonique, qui est la Theotisque, ou Thioise »28) afin de clairement illustrer le chassé-croisé qui fait que les deux rois empruntent chacun la langue de l’autre pour s’adresser à l’armée alliée.

Introduction de Claude Fauchet (1581) (nous détachons par les caractères gras les variantes par rapport à sa reprise chez Bernard de Girard Du Haillan) :

il [Guitard] dit que les deux Roys voulans asseurer ceux qui les avoyent suyvis, que ceste alliance seroit perpetuelle, ils parlérent chacun aux gens de son pair (c’est le mot dont ledit Guitard use) à sçavoir Louys Roy de Germanie aux François Westriens (qui suyvoyent ledit Charles) en langue Romaine (c’est à dire la Rustique) et Charles à ceux de Louys (qui estoyent Austrasiens, Alemans, Saxons, et autres habitans delà le Rhin) en langue Theutonique, qui est la Theotisque dudit Concile de Tours : ou, comme j’ay dit, Thioise. Les parolles du Serment que Charles fit en langue Romaine furent telles, ainsi que je les ay prises d’un livre escrit il y a plus de cinq cens ans

Introduction de Bernard de Girard Du Haillan (1585) :

Guitard dit que les deux Rois voulans asseurer ceux qui les avoient suivis que ceste alliance seroit perpetuelle, parlerent chacun aux gens de son pait, (c’est le mot dont il use) assavoir Loys Roy de Germanie aux François Uvestriens (qui suyvoient ledit Charles) en langue Romaine, c’est à dire la Rustique et Charles à ceux de Loys (qui estoient Austrasiens, Allemans, Saxons, et autres habitans delà le Rhin) en langue Theutonique, qui est la Theotisque, ou Thioise, les paroles du serment que Loys fit en langue Romaine furent telles

  • 29 Renée Balibar, L’Institution du français, Paris, PUF, 1985, première partie « Le texte qui a donné (...)
  • 30 Ibid. p. 44 : « Jamais deux frères n’avaient réglé une querelle dynasique par un tel échange de par (...)

36Les frontières à la fois étatiques et linguistiques sont ainsi clairement dessinées : Charles règne sur les François Uvestriens, qui parlent la « langue Romaine », et Loys sur les « Austrasiens, Allemans, Saxons, et autres habitans delà le Rhin », qui parlent la « langue Theutonique ». Les deux langues vernaculaires se voient donc associées à l’identité d’un territoire politique. Renée Balibar démontre en effet que ces propos en langues vernaculaires n’ont pas pour but d’être compris de l’armée alliée29, mais constituent bien plutôt une innovation diplomatique30 :

  • 31 Ibid. p. 43.
  • 32 Ibid. p. 45 (italiques dans le texte).

Ce choix linguistique d’un double serment est donc symbolique et permet d’envisager les deux territoires sous le signe de leur langue respective. Pourquoi ces deux premiers discours étaient-ils faits ? Pour constituer d’abord la masse des guerriers (plebs) en deux peuples (populi) distingués par deux langues officielles, égales entre elles puisque symétriques par rapport au latin sous-entendu. Symboliquement Louis est roi d’Allemagne, Charles roi de France, de droit divin. Ainsi leurs sujets sont déjà répartis entre eux sous le signe linguistique31. […] [L]e choix d’un double serment linguistique consacre la séparation des territoires : Le roi de la France orientale reconnaît la frontière linguistique entre lui et la France occidentale, sous condition de réciprocité32.

37Nous allons considérer tour à tour les trois étapes de ce passage relatif aux Serments de Strasbourg, en observant pour chacune la citation du serment et sa traduction.

Le serment de Loys

Citation du serment

38La version de Bernard de Girard Du Haillan est très proche de celles de ses deux prédécesseurs pour ce premier serment.

Version de Jean Bodin (1576) :

Pro Deo amur, & pro Xpiãn. poblo & noſtro commum ſaluament diſt di en auant, inquant ds. ſanir pordi me dunat ſi ſaluerio. ciſt meon fradre parle, & in adiudha & in cad vna cauſa ſi cõ om por dreit ſon fradra ſaluar diſt ino qui id vn altre ſi faret. Et abludher nul plaid nũquam prindrai qui meon vol ciſt. meon fradre Karle in dannoſit.

Version de Claude Fauchet (1581) :

Pro dõ amur & pro xpίan poblo & noſtro commun ſaluament diſt di en auant inquant đs ſauir & podir me dunat ſi saluareio ciſt meon fradre Karlo & in adiudha, & in cadhuna coſa ſi com hom ϼ dreit ſon fradra ſaluar diſt ino quid il un altre ſi faret. Et abludher nul plaid nũquam prindrai que meon vol ciſt meon fradre Karle in dāno ſit.

Version de Bernard de Girard Du Haillan (1585) :

Pro don amur & pro chriſtian poblo & noſtro cõmun ſaluamẽt diſt di en auãt inquãt łs ſauir & podir me dunat ſi ſaluareio ciſt meon fradre Karlo & in adiudha & in cadhuna coſa ſi com hom ϼ dreit ſon fradra ſaluar dist ino quid il un altre ſi faret. Et abludher nul plaid nunquam prindrai que meon vol ciſt meon fradre Karle in danno ſit.

39Le tableau de comparaison montre que la majorité des variantes concernent le développement ou non des abréviations (10/17 soit 58,8 %) :

Jean Bodin

Claude Fauchet

B. de Girard Du Haillan

Deo

don

Xpiãn.

xpίan

chriſtian

commum

commun

cõmun

ſaluament

ſaluament

ſaluamẽt

auant

auant

auãt

inquant

inquant

inquãt

ds

đs

łs

ſanir pordi

ſauir & podir

ſauir & podir

ſalverio

ſaluareio

ſaluareio

meon fradre parle

meon fradre Karlo

meon fradre Karlo

in cad una cauſa

in cadhuna cosa

in cadhuna cosa

ſi cõ om

ſi com hom

ſi com hom

por dreit

ϼ dreit

ϼ dreit

diſt ino qui id

diſt ino quid il

dist ino quid il

nũquam

nũquam

nunquam

qui meon vol ciſt

que meon vol ciſt

que meon vol ciſt

in dannoſit

in dāno ſit

in danno ſit

  • 33 Nithard, De dissensionibus filiorum Hludovici Pii libri quatuor, BnF lat. 9768, f. 13r col. B : htt (...)
  • 34 Courtney M. Booker, « An Early Humanist Edition of Nithard, De Dissensionibus filiorum Ludovici Pii (...)
  • 35 Claude Fauchet, Declin de la maison de Charlemagne, Paris, J. Perier, 1602, p. 23r-v.
  • 36 Bodin le corrige plus tard, par exemple : meon fradre Karle en 1583 (Jean Bodin, Les six livres de (...)
  • 37 Dans l’édition de 1583 des Six livres de la Republique de Bodin (Paris, Jacques du Puis, 1583, livr (...)

40La version de Jean Bodin présente néanmoins six variantes de sens significatives : ainsi, la forme abrégée chez Fauchet ( dans le ms BnF lat. 976833) est-elle développée en don par B. de Girard Du Haillan, mais en Deo chez Bodin, ce qui correspond à la leçon du manuscrit de Troyes transcrit par C. Booker34 et à celle de C. Fauchet dans le Declin de la maison de Charlemagne en 160235. J. Bodin offre d’autres variantes qui restent propres à sa leçon et contrastent avec les versions concordantes de C. Fauchet et de B. de Girard Du Haillan : ſanir pordi pour ſauir & podir, ſalverio pour ſaluareio, meon fradre parle pour meon fradre Karlo36, in cad una cauſa pour in cadhuna cosa, qui id pour quid il, qui pour que, in dannoſit pour in dãno ſit / in danno ſit ou encore la graphie om (pour hom)37.

41L’examen des variantes montre donc que Bernard de Girard Du Haillan semble avoir suivi pour ce premier serment la version de 1581 de Claude Fauchet (100% de concordances dans les huit cas où la leçon de Jean Bodin diverge) dont il reproduit également littéralement le passage introductif, ainsi que nous l’avons vu.

Traduction du serment

42Bernard de Girard Du Haillan suit en revanche fidèlement ensuite la trame narrative de Jean Bodin et propose la même traduction.

Jean Bodin, Six livres de la République (1576) :

c’est-à-dire, Pour l’amour de Dieu et du peuple Chrestien et de nostre salut commun de ce jour en avant entant que Dieu sçavoir et pouvoir me doint, si sauverai-je ce mien frere Charle et en son ayde, et en chacune chose : ainsi comme homme par droit son frere sauver doit. & non pas comme un autre se feroit. Et à luy n’auray querelle que mon vouloir soit, si mon frere Charle ne me fait tort.

Bernard de Girard Du Haillan, Histoire de France (1585) :

C’est-à-dire, Pour l’amour de Dieu et du peuple Chrestien et de nostre salut commun de ce jour en avant entant que Dieu sçavoir et pouvoir me doint, si sauveray-je ce mien frere Charle et en son aide et en chacune chose : ainsi comme homme par droit son frere sauver doit, et non pas comme un autre se feroit. Et à luy n’auray querelle que mon vouloir soit, si mon frere Charles ne me fait tort.

43Par-delà donc leurs divergences ponctuelles de leçon, les deux humanistes fournissent du premier serment une traduction identique :

Jean Bodin

B. de Girard Du Haillan

Traduction commune

Pro Deo

Pro don

Pour l’amour de Dieu

ſanir pordi

ſauir & podir

sçavoir et pouvoir

meon fradre parle

meon fradre Karlo

ce mien frere Charle

in cad una cauſa

in cadhuna cosa

en chacune chose

in dannoſit

in danno ſit

ne me fait tort

  • 38 Concernant la variante Don pour Deo, le dictionnaire Nicot (1606) explique : « Est vn simple titre (...)

44L’on pourrait penser que Bernard de Girard Du Haillan s’est ici contenté d’emprunter à son prédécesseur sa traduction. Si l’on confronte toutefois la traduction commune à leurs deux versions légèrement distinctes du serment de Loys, l’on constate qu’elle concorde mieux avec la transcription de Bernard de Girard Du Haillan pour « sçavoir et pouvoir », « ce mien frere Charle » et « en chacune chose », la traduction « ne me fait tort » étant peu compréhensible dans les deux cas38. L’on pourrait alors émettre l’hypothèse que les deux auteurs donnent une traduction qui leur a été proposée par une source extérieure, probablement Claude Fauchet, qui a fourni à Bodin le texte des Serments (« Loüys jura le premier en langue Romande les parolles qui s’ensuivent, que M. le President Fauchet, homme bien entendu et mesmement en nos antiquitez, m’a monstrée [sic] en Guytard historien prince du sang. »), qu’il pourrait avoir reproduit avec quelques erreurs. Cela expliquerait que la traduction s’accorde avec la citation du serment proposée par Claude Fauchet (qui ne publie pas de traduction en 1581 mais qui pourrait en avoir réalisé une qui circulerait parmi ses collègues) et reproduite par Bernard de Girard Du Haillan en 1585 ainsi que par Jean Bodin en 1576 (qui inclut quelques erreurs de transcription du serment).

  • 39 Blaise de Vigenère, Les Commentaires de Jules Cesar des guerres de la Gaule plus ceux des guerres c (...)

45Seuls deux autres auteurs de l’époque fournissent également une traduction. Nous en trouvons dans Les Commentaires de Jules Cesar de Blaise de Vigenère (1589)39 qui cite d’abord les deux extraits, avant d’en fournir les deux traductions, là où Bodin et Bernard de Girard Du Haillan alternent citation et traduction :

  • 40 Italiques dans le texte.

voullant dire en somme. Pour l’amour (ou honneur) du Seigneur (Dieu) et pour le peuple chrestien, et nostre commun sauvement, d’icy en avant entant que Dieu m’en donra le sçavoir et pouvoir, si mon frere Loys est sain et sauve, je luy seray en ayde en chaque chose, si comme l’homme de droit son frere sauver doit en ce qu’un autre luy feroit. Et envers luy ne prendray jamais aucune querelle, que mon vouloir soit que mon frere Loys en soit endommagé40.

  • 41 P. Cifarelli, étude citée, § 43.

46Ainsi que le constate Paola Cifarelli, la traduction proposée par Blaise de Vigenère diffère nettement de celle que proposent conjointement Jean Bodin et Bernard de Girard Du Haillan. Elle tient compte des variantes que comporte sa version du premier serment et laisse à penser qu’il aurait travaillé de manière autonome à partir de son texte de référence (probablement « la transcription presque diplomatique de Claude Fauchet »41).

  • 42 Claude Fauchet, Declin de la maison de Charlemagne, éd. citée, p. 23r-v. Se reporter à l’étude d’Al (...)

47Si aucune traduction n’est proposée par Claude Fauchet en 1581, l’édition de 1602 du Declin de la maison de Charlemagne en revanche en inclut bien une42 :

  • 43 Guillemets fermants en marge de droite, que nous rendons par la mise entre guillemets.

Que je tourneray en langue du jourd’huy, afin de soulager ceux qui n’ont tant de cognoissance de d’Antiquité. « Pour l’amour de Dieu et du peuple Chrestien ; à nostre commun sauvement, de ce jour en avant, en tant que Dieu sçavoir et pouvoir me donnera, je sauveray ce mien frere Charles : et en son aide, et en chacune chose, si comme home par droit son frere sauver doit. Et non, comme un autre le feroit, et à luy nul plaid onques je ne prendray ; que de mon vouloir soit : à ce mien frere, ne que Charles en dommage soit »43.

48Celle-ci confirme l’hypothèse d’une traduction établie par cet érudit et par lui transmise à ses pairs dès 1576. Trois éléments peuvent étayer cette hypothèse. En premier lieu, la traduction qu’il fournit en 1602 est très proche de celle que fournissent Bodin et Bernard de Girard Du Haillan, respectivement en 1576 et 1585, à l’exception de la fin sur laquelle nous reviendrons. En voici les seules variantes :

Bernard de Girard Du Haillan (1585)

variantes graphiques chez Bodin (1576)

Fauchet (1602)

noſtro cõmun ſaluamẽt

nostre salut commun

nostro comun Schwartz

nostre commun sauvement

me dunat

me doint

me dunat

me donnera

ſi ſaluareio

si sauveray-je

si saluarejo

je sauveray

ſi com hom

ainsi comme homme

si comhom

si comme home

ino

non pas

Ino

Et non,

ſi faret

se feroit

ſi faret

le feroit

  • 44 Sur cette étrange variante, se reporter à l’étude d’A. Pénot (cit).

49Le remplacement de « salut » par « sauvement » est synonymique. Il n’en est pas moins significatif en ce qu’il propose un décalque plus fidèle de l’expression source (« noſtro cõmun ſaluamẽt »), laquelle figure bien dans la version publiée en 1581 par Fauchet dans le Recueil, mais qui est remplacée en 1602 par une coquille (« nostro comun Schwartz »44), ce qui étaye l’hypothèse d’une traduction non pas élaborée sur le tard par l’érudit, mais bien prête en amont du Recueil de 1581. La variante « si comme home » propose également un décalque plus fidèle (mais là encore en décalage avec la mauvaise désagglutination du texte de 1602 « si comhom »). Les variantes « me donnera » et « le feroit » s’éloignent du texte (« me dunat » et « si faret »), mais pour proposer une leçon sémantiquement plus cohérente. La fin de la traduction est totalement remaniée :

Bodin (1576) et Bernard de Girard Du Haillan (1585) :

Et abludher nul plaid nunquam prindrai que meon vol ciſt meon fradre Karle in danno ſit. [Texte de Bernard de Girard, variantes graphiques chez Bodin.]

Et à luy n’auray querelle que mon vouloir soit, si mon frere Charles ne me fait tort. [Traduction commune.]

Claude Fauchet (1602) :

et abludher nul plaid nunquam prindrai, que meon volcist meon fradre Carle in damno sit

et à luy nul plaid onques je ne prendray ; que de mon vouloir soit : à ce mien frere, ne que Charles en dommage soit

50Si le texte reste identique, la traduction proposée par Fauchet en 1602 se veut à la fois plus fidèle (« nul plaid onques je ne prendray ») et plus cohérente (« ne que Charles en dommage soit ») si l’on excepte l’ajout (« à ce mien frere ») qui obscurcit le texte.

51À partir de ces comparaisons, l’on peut émettre l’hypothèse que Claude Fauchet aurait fait très tôt circuler à la fois sa transcription des Serments de Strasbourg et une traduction qu’il en aurait établie, lesquelles sont publiées en 1576 par Jean Bodin et en 1585 par Bernard de Girard Du Haillan, tandis que Fauchet ne transcrit que le texte en 1581 sans publier lui-même sa traduction, qu’il retravaille ensuite en vue de la rendre à la fois plus fidèle et plus cohérente et qui paraît, posthume, en 1602.

Le serment de Charles

  • 45 Jean Bodin suit ici le texte du manuscrit de Nithard (communiqué par Claude Fauchet) : « Quod cum L (...)

52Suivant toujours la trame narrative de son prédécesseur Jean Bodin, Bernard de Girard Du Haillan évoque ensuite le serment de Charles « en langue Thudesque » pour n’en rapporter, comme son prédécesseur que les premiers mots. Leurs deux versions sont donc ici strictement identiques45 :

Jean Bodin (1576) :

Ce serment achevé par le Roy Loüys, le Roy Charle dist ces mesmes parolles en langue Thudesque ainsi : In God eſt, &c.

Bernard de Girard Du Haillan (1585) :

Ce serment achevé par le Roy Loys, le Roy Charles dist ces memes paroles en langue Thudesque ainsi : In God est, &c.

  • 46 De dissentionibus filiorum Ludovici Pii ad annum usque 843 libri IV ad Carolum Calvum Francorum reg (...)
  • 47 Bonaventure Vulcanius, De literis et lingua Getarum, Sive Gothorum. Item de Notis Lombardicis. Quib (...)
  • 48 Claude Fauchet, Declin de la maison de Charlemagne, Paris, J. Perier, 1602, p. 23r-v : https://bit. (...)
  • 49 Juste Lipse, Justi Lipsi Epistolarum selectarum centuria tertia ad Belgas, Anvers, 1602, f. 42. Sur (...)

53L’on peut s’interroger sur la raison de cet abrègement dans la mesure où le serment de Charles est rapporté in extenso dans le manuscrit A (ms BnF lat. 9768). Claude Fauchet toutefois ne le mentionne ni ne le cite en 1581. Il faut donc attendre l’édition par Pierre Pithou des annales de Nithard46 pour que le serment en langue thudesque soit transcrit en France. Il est ensuite repris par Bonaventura Vulcanius en 159747, dans la mesure où celui-ci s’intéresse spécifiquement à l’histoire et à la langue des Goths, puis par Claude Fauchet en 160248. En revanche, Blaise de Vigenère, en 1589, ne le mentionne pas et Juste Lipse, en 1598, n’en cite à nouveau que les premiers mots (« In godes &c. »), mais il est vrai qu’il procède de même pour le serment de Loys (« Pro dō amur &c. »)49. L’on peut donc penser qu’en l’absence de transcription établie par Claude Fauchet à cette date, Jean Bodin et Bernard de Girard Du Haillan ne sont pas en mesure de citer ce serment in extenso.

Le serment des deux armées

54À la suite de leurs rois, les deux armées prêtent à leur tour serment, chacune dans sa langue, l’armée de Charles en « langue romande » et celle de Loys en « Aleman ». Là encore, Bernard de Girard Du Haillan ne cite que le serment en « langue romande », suivant toujours l’exemple de Jean Bodin et de Claude Fauchet (qui ne citera le serment de l’autre armée que dans le Declin de la maison de Charlemagne en 1602) :

Citation du serment

  • 50 Jean Bodin ne décalque pas ici la version de Nithard : « Sacramentum autem quod utrorumque populus, (...)

55Bernard de Girard Du Haillan suit toujours à l’identique trame narrative de Jean Bodin50, ainsi que le montrent les passages surlignés ci-dessous en gras.

Version de Jean Bodin (1576) :

Puis après les deux armées et sugets des deux Princes jurerent ainsi : Si Ludouigs ſagramĕt que ſon fradre Carlo iurat : cõſeruat, & carlus meoſender de suo par nõ loſtaint ſi Io retournar non luit pois ne io ne veuls cui eo returnar me pois, in nulla adiudha contra Ludouig. c’est-à-dire, Si Loüys garde le serment fait à son frere et Charle mon seigneur de sa part ne le tient, si detourner je ne le puis, je ne veux avec luy retourner en paix, ne luy prester aucune obeyssance. les sugets de Charle le Chauve jurerent en langue Romande : et les sugets de Loüys en Aleman.

Version de Claude Fauchet (1581) :

Et le peuple de Westrie respond en mesme langage : Si Lodhuuigs ſagrament que ſon fradre Karle iurat cõſeruat, & Karlus meo ſendr, de ſuo part ň lo ſtanit : Si io returnar non lint pois neio ne nuls cui eo returnar int pois in nulla aiudha contra Lodhuuig nunli iuer.

Version de Bernard de Girard Du Haillan (1585) :

Puis après les deux armées et subjetz des deux Princes jurerent ainsi : Si Ludouigs ſagrament que ſon fradre Karle iurat : cõſeruat, & Karlus meo ſandre de ſuo par non loſtaint. Si io retournar non lint pois ne io ne veuls cui eo returnar int pois in nulla adiudha contra Ludouig nunli iuer, C’est à dire, Si Loys garde le serment faict à son frere et Charles Monseigneur de sa part ne le tient, si detourner je ne le puis, je ne veux avec luy retourner en paix, ne luy prester aucune obeissance, les subjetz de Charles le Chauve jurerent en langue Romande et les subjetz de Loys en Aleman.

56Le tableau comparatif des trois versions montre que Bernard de Girard Du Haillan semble s’être ici inspiré à la fois de Jean Bodin et de Claude Fauchet pour l’établissement de sa citation :

Jean Bodin

Claude Fauchet

B. de Girard Du Haillan

Ludouigs

Lodhuuigs

Ludouigs

ſagramĕt

ſagrament

ſagrament

ſon fradre Carlo

ſon fradre Karle

ſon fradre Karle

iurat : cõſeruat

iurat cõſeruat

iurat : cõſeruat

& carlus meoſender

& Karlus meo ſendr

& Karlus meo ſandre

de suo par nõ loſtaint

de ſuo part ň lo ſtanit 

de ſuo par non loſtaint

ſi Io retournar

: Si io returnar

. Si io retournar

non luit

non lint

non lint

ne io ne veuls

neio ne nuls

ne io ne veuls

me pois

int pois

int pois

in nulla adiudha

in nulla aiudha

in nulla adiudha

Ludouig

Lodhuuig

Ludouig

-

nunli iuer

nunli iuer

57Sur les 14 variantes relevées (en gras), il adopte de fait 7 fois la même graphie que Jean Bodin et 7 fois celle de Claude Fauchet. Cet équilibre, et la correction de « meoſender » (Bodin) ou « meo sendr » (Fauchet) en « meo sandre », atteste d’une transcription éclairée du texte, dont l’historien semble chercher à identifier, chez ses prédécesseurs, la transcription la plus cohérente à ses yeux.

Traduction du serment

58Comme pour le serment de Loys, Bernard de Girard Du Haillan, suivant toujours le modèle de Jean Bodin, propose ici une traduction, absente chez Fauchet en 1581.

Version de Jean Bodin (1576) :

c’est-à-dire, Si Loüys garde le serment fait à son frere et Charle mon seigneur de sa part ne le tient, si detourner je ne le puis, je ne veux avec luy retourner en paix, ne luy prester aucune obeyssance.

Version de Bernard de Girard Du Haillan (1585) :

C’est à dire, Si Loys garde le serment faict à son frere et Charles Monseigneur de sa part ne le tient, si detourner je ne le puis, je ne veux avec luy retourner en paix, ne luy prester aucune obeissance,

  • 51 La version de 1602 du texte de Fauchet comporte une virgule sans modification de la traduction. Sur (...)

59Comme pour le serment de Loys également, les deux traductions sont identiques par-delà les variantes du texte cité. Or si l’on considère la variante de ponctuation « Si Ludouigs ſagrament que ſon fradre Karle iurat : cõſeruat, » (Bodin et Bernard de Girard Du Haillan), l’on constate que la traduction fournie par les deux auteurs va à l’encontre de leur version pour s’accorder en revanche avec la ponctuation de Claude Fauchet (chez lequel les deux points sont absents51) : « Si Lodhuuigs ſagrament que ſon fradre Karle iurat cõſeruat » / « Si Loys garde le serment faict à son frere ». L’on fait le même constat pour la variante : « non lostaint » (Bodin et Bernard de Girard Du Haillan), traduit par « ne le tient », ce qui correspond à la désagglutination proposée par Fauchet : « ň lo ſtanit ». Cela confirme l’hypothèse émise plus haut (concernant le serment de Loys) d’une traduction émanant de Claude Fauchet et qui circulerait chez les érudits contemporains même si lui-même ne la cite pas en 1581. Néanmoins, la traduction « je ne veulx » s’accorde à l’inverse avec les versions de Bodin et de Bernard de Girard Du Haillan « ne io ne veuls » plus qu’avec celle de Fauchet, « neio ne nuls ».

Conclusion

60La confrontation de la version de Bernard de Girard Du Haillan avec celles de ses deux prédécesseurs aboutit donc aux trois constats suivants : 1/ il a suivi strictement l’introduction de Claude Fauchet puis la trame narrative de Jean Bodin ; 2/ il fournit la citation des serments « en langue romaine » (celle en « langue Theutonique » étant réduite aux premiers mots) en s’inspirant de ses deux confrères, en particulier de Fauchet pour le serment de Loys, mais également de Bodin pour celui des deux armées, ce qui semble résulter d’une démarche analytique de sa part et non d’une simple démarche de copiste ; 3/ il fournit les deux mêmes traductions que Jean Bodin, traductions qui semblent toutefois avoir été fournies par Claude Fauchet, même si celui-ci ne les donnent pas en 1581, dans la mesure où elles s’accordent mieux avec la leçon de ce dernier à chaque fois qu’il y a variante. Ces trois constats tendent à attester le rôle moteur de Claude Fauchet dans la diffusion du texte des Serments de Strasbourg, mais également les échanges entre les érudits de l’époque.

Texte : L’Histoire de France, Bernard de Girard Du Haillan

Principes d’édition

Texte de référence

61L’histoire de France : reveue, et augmentée depuis les precedentes Editions faictes tant en ce Royaume, qu’aux pays estrangers, par Bernard de Girard, Seigneur du Haillan, conseiller du Roy, Secretaire des Finances, et de sa Chambre, et Historiographe de France, Paris, Michel Sonnius, 1585, Tome I, Livre V, « Charles le Chauve 2. Roy 25 », f. 332v-337r. Exemplaire consulté : ESP, Madrid, Universidad Complutense, Biblioteca Histórica Fondo Antiguo (F)-Préstamo protegido especialBH [FLL 33114]. Numérisé sur Google Books.

Principes de transcription

62La ponctuation et l’orthographe ont été respectées, avec les adaptations d’usage suivantes : dissimilation du i et du j, du u et du ; transcription du s long par un s court et du B par ss ; développement des abréviations et de l’esperluette (& et variantes) ; introduction de l’apostrophe et désagglutination selon l’usage moderne ; distinction des homonymes a / à, la / là ou / où, des / dès ; accentuation des finales -é, -és, -ée, -ées ou –ès (ès, dès, après), l’accentuation n’étant pas introduite en début ou milieu de mot ; respect de l’usage des majuscules, y compris après ponctuation moyenne.

Les citations des Serments de Strasbourg sont en transcription diplomatique.

Les mots marqués d’un astérisque figure dans le glossaire proposé en annexe 1 en fin de document.

Les passages entre accolades et en italiques correspondent aux éléments ajoutés ou modifiés en 1585 (une note explicative le précise à la fin du passage concerné). Les variantes antérieures (1576-1580) sont signalées en note (la version princeps de 1576 est fournie en annexe 2 pour comparaison).

Lien vers une édition numérisée

63Lien vers l’exemplaire de référence : https://books.google.fr/​books?id=ak2BV1po5AoC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false.

« Charles le Chauve 2. Roy 25 »

  • 52 1576-1580 : « dudit Loys »
  • 53 1576-1580 : « elle cuida tomber du hault de sa grandeur ».
  • 54 « te » ou « re » dans le texte. Nous corrigeons. Ce mot est absent en 1576-1580 : « voulant tout av (...)
  • 55 Comprendre : « et contraindre ses frères à ce que / cet état que… »
  • 56 Comprendre : « Voulant que la Bavière et l’Aquitaine lui paient un tribut ». 1576-1580 : « lesquell (...)
  • 57 1576-1580 : « sans pouvoir pretendre aucune chose à l’Empire ».
  • 58 « n’y » dans le texte. Nous corrigeons. 1576 : n’y. 1580 : ny.
  • 59 « sans se mouvoir » se rapporte à Charles qui ne doit pas réagir si Lothaire attaque leur neveu Pép (...)
  • 60 « luy » désigne Lothaire.
  • 61 « il » désigne Charles.
  • 62 L’Austrie ou Austrasie est le nom d’un royaume francs du Nord-Est de la France.
  • 63 Comprendre : « le territoire de l’Austrie occupait / recouvrait les provinces s’étendant jusqu’au R (...)
  • 64 par le moyen : « grâce à », d’où « profitant de l’absence de Charles ».
  • 65 1615 : « entreprise ».
  • 66 Le texte « non plus que Loys » semble ici erroné (identique dans 1615-1627). Nous corrigeons en « n (...)

64[f. 332v] Charles le Chauve 2 du nom fils de Loys au Royaume de France luy succeda : mais devant que parler de luy il faut considerer que par le discours de l’histoire suyvante, qui commencera par Lothaire fils et successeur de Loys le Debonnaire, en l’Empire on verra combien peu de foy et d’amitié il y a entre ceux qui pretendent droit et portion aux Royaumes et Empires. Car après la mort de52 Loys, incontinent s’alluma une guerre civile entre ses enfans, cruelle et sanglante, laquelle tellement brisa et cassa les forces de la France, que de ce coup elle pensa se ruiner53, et perdre toute la force que Charles le Grand luy avoit acquise. Car Lothaire [f. 333r] [l]e54 voulant tout avoir, pource qu’il estoit l’aisné des enfans de Loys, et estant Empereur, voulut faire (comme on dit) la part* aux plus jeunes, et contraindre ses freres jusques là, que55 Loys se contenteroit de la Baviere, et Charles de l’Aquitaine, voulant qu’elles luy fussent tributaires56, et eux ses vassaux et feudataires*, sans qu’ils peussent pretendre aucune chose à l’Empire57, [ny]58 en ce qui leur avoit esté donné par le Testament et donation de leur pere. {Mais pour venir plus facilement à chef* de son entreprise, il tascha de endormir premierement Charles de belles paroles et promesses, luy faisant entendre qu’il le vouloit maintenir au partage que leur pere luy avoir faict, pourveu qu’il n’entreprit* rien sur leur neveu Pepin. Ceste promesse estoit faicte à cautelle* afin de Charles permit, que sans se mouvoir59 Lothaire opprimast leur neveu. Charles se laissant piper à ces paroles dorées de l’appast d’une belle esperance, le pria aussi de se resouvenir de son serment, et de laisser son frere en paix[.] Ce qui eut toutesfois si peu d’effect envers luy60, qu’il ne laissa de passer outre, se saisissant de la ville de Uvormes d’où il passa le Rhin pour vaincre Loys de diligence*, qui en toutes hazardeuses entreprises est le plus utile instrument. Mais il le trouva si fort, qu’aymant mieux pour lors appointer* avec luy que le combattre, que l’onziesme jour de Novembre de l’an 840. ou 41. Ils parlementerent ensemble à Francfort. Ce pendant Charles et Loys ne laisserent* pourtant de se declarer et intituler Rois des Royaumes et Provinces qu’ils avoient deliberé [f. 333v] de retenir et garder pour leur part, assavoir Loys de la Germanie, et Charles de la France Occidentale, et de l’Aquitaine, qui ont tousjours depuis retenu le nom de Royaume de France, comme elles sont encores aujourd’huy : où il61 se trouve avoir regné environ trente huit ans, Loys trente sept seulement en la Germanie, qui commença seulement deslors* à se nommer la France Orientale ou Austrie62 : car auparavant le siege* de l’Austrie, qu’on disoit aussi Austrasie, tenoit des provinces de deçà* le Rhin63, qui furent bien tost après nommées le Royaume de Lothaire, comme les Allemans appellerent le Royaume de Charles, Carlingien, ou des Carlingiens. Lothaire ayant failly* à ce qu’il s’estoit promis* en Allemagne, s’en revint avec son armée en France pour taster* s’il viendroit mieux à bout de Charles, tellement qu’il fit pratiquer* et solliciter les peuples qui sont entre la Meuse et Loire à le recevoir. Ce qui fit desloger Charles d’Aquitaine où il estoit, pour venir rompre* ce coup, et pour l’envoyer sommer* de ses promesses, et du serment qu’il avoit faict à leur pere. Ce pendant Pepin joignant son faict avec la cause de Lothaire, mit toute l’Aquitaine en trouble contre luy, et alla enfermer et assieger la mere de Charles dedans une forte place. D’autre part les Bretons sous leur Roy Neomenius se declarerent pour Lothaire, et chacun d’eux prattiquoit* ainsi secours, forces et intelligences. Dont* Charles fut contraint de repasser en Aquitaine, où il mit Pepin et son armée en routte*. Ce que toutesfois n’amanda* pas de beaucoup son faict, [f. 334 r] d’autant que Lothaire par le moyen64 de son absence passa la Meuse, et par l’entremise65 de Hilduin Abbé de sainct Denys, et de Gerard Comte de Paris, qu’il avoit gaignez*, receut les peuples de deçà* Loire en son obeissance. Alors Charles craignant que les autres peuples d’Aquitaine suyvissent cest exemple, fut conseillé d’eviter ce danger par quelque appoinctement*. Lothaire qui ne vouloit non plus que [luy]66 temerairement hazarder ses forces afin de les reserver contre Loys, luy accorda ce qu’il voulut, luy laissant pour son estat toute l’Aquitaine, la Provence, la Septimanie, et les douze Comtez d’entre Seine et Loire, moyennant* qu’il ne sortist des limites d’Orleans devant* le huictiesme jour de Mars, auquel ils se devoient trouver ensemble à Attigny.

  • 67 « luy » désigne Loys.
  • 68 Acquis et pratiqué tant d’intelligence : acquis et procuré tant de relations. L’Archevêque de Mayen (...)
  • 69 Oser se conjugue à l’époque avec l’auxiliaire être.
  • 70 « s’estoit » dans le texte. Nous corrigeons (1615 : « c’estoit »).
  • 71 Comprendre « Lothaire aurait pu empêcher Loys de se joindre à Charles - raison pour laquelle Loys e (...)
  • 72 Le long passage entre accolades et en italiques est un ajout. Dans 1576-1580, il est abrégé en « Ma (...)
  • 73 Fin de l’ajout de 1585. 1576-1580 enchaînent ici : « Les deux freres donc »
  • 74 1576-1580 : « et pensans les chefs de tous les deux Camps ».
  • 75 « qui estoit le lendemain, autres disent le jour de l’Ascension, autres le 25. de [j]uin » est un a (...)
  • 76 « luin » dans le texte. Nous corrigeons.
  • 77 1576-1580 : « ils deliberent ».
  • 78 1576-1580 : « l’arrest ».
  • 79 Comprendre : « selon celui des frères pour lequel elle prenait parti ».
  • 80 1576-1580 : Et fut ceste bataille…
  • 81 1576-1580 : « Le lieu de la bataille ».
  • 82 1576-1580 : « qui s’appelle, comme nous avons dit, le Vaux Charles ».
  • 83 1576-1580 : « que non pas Lothaire ».
  • 84 Le passage entre accolades (depuis « et qui pensoit » jusqu’à « qu’il avoit faicte en leur gain ») (...)
  • 85 Il y a une ambiguïté : la coordination « contentement ny vengeance » incite à comprendre que les de (...)
  • 86 Fin du passage modifié en 1585.
  • 87 « S’oppose » (idem 1615). Nous corrigeons.
  • 88 Ce passage entre accolades est un ajout.
  • 89 1576-1580 : « Lors vindrent vers les freres tant d’Ambassades des Provinces, Seigneurs et villes de (...)
  • 90 1576-1580 : « entre lesdits freres ».
  • 91 1576-1580 : « derechef se donnerent ».
  • 92 Comprendre : « qu’il échappa de justesse à la mort en réussissant à s’enfuir seul de la mêlée ».
  • 93 Parenthèse fermante que nous ne transcrivons pas en l’absence de parenthèse ouvrante.
  • 94 Le passage entre accolades est ajouté. 1576-1580 : « En fin ils firent la paix aux conditions qui s (...)
  • 95 Guillemets inversés au début de chaque ligne (un peu en dessous du niveau de la ligne) à partir de (...)
  • 96 Comprendre : « et non seulement la Lorraine actuelle qui n’est qu’une partie de l’ancienne. »
  • 97 Les termes de l’accord ont été reformulés. 1576-1580 : « Que Charles qui depuis fut surnommé le Cha (...)
  • 98 1615 : l’abréviation est développée en « pars ».
  • 99 Le passage entre accolades sur l’échange des serments est un ajout.
  • 100 Ce passage entre crochet a été modifié. Initialement était précisée la date de l’accord entre les t (...)

65Cela faict Lothaire ramena son armée en Allemagne pour en chasser son frere, à la persuasion d’Othgare Archevesque de Majence, et de Adelbert Comte de Mets, qui luy67 estoient ennemis : lesquels aussi luy avoient acquis et prattiqué tant d’intelligences68 entre ceux qui tenoient le party de Loys, qu’elles luy donnerent moyen de faire à ceste fois quasi tout ce qu’il voulut en Allemagne, pource qu’il contraignit son frere de s’enfuir en Baviere, à cause que la plus part de ceux qui l’accompagnoient l’abandonnerent laschement au besoin*. Puis afin de luy retrancher tous moyens de se remettre sur pieds, laissa ceux qu’il luy sçavoit estre ennemis en Allemagne, pour empescher ses entreprises, pendant qu’il s’en revenoit en France pour obvier* [f. 334v] aux nouveaux remuëmens* de Charles, qui depuis son depart s’estoit appointé* avec Neomenius Roy des Bretons, et ayant pris serment de fidelité de luy, et s’estans aussi les Comtes Thibault et Uvarin avec la plus part de la noblesse de Bourgongne, de Provence, et de Tholose, venus joindre à luy, s’estoit si bien remonté*, qu’il n’estoit69 pas seulement osé sortir des limites qu’on luy avoit assignées, mais aussi avoit passé de force la riviere de Seine, et faict quitter la ville de Paris au Comtes Guntbault, Uvaruaire, Arnoul, et Gerard, qui la tenoient pour Lothaire. De sorte qu’il estoit venu jusques à Troyes avec son armée, feignant aller trouver son frere à Attigny, suyvant ce qui auparavant avoit estoit accordé avec eux, mais de faict [c]’estoit70 pour s’approcher de Loys, lequel il entendoit s’estre remis sur pieds, et en chemin avec nouvelles forces pour se venir joindre à luy. Tellement que le treziesme jour de May de l’an 841. il mit en route l’armée qui estoit demeurée pour luy empescher le passage du Rhin. Si* est-ce que Lothaire l’eut peu empescher de se joindre à Charles, et à cause de cela ils le requirent tous deux d’appoinctement*, s’il n’eut mieux aimé71 aller recevoir son neveu Pepin, qui amenoit un grand nombre d’Aquitains à son secours, pour avec eux commettre* le jugement de son different au hazard d’une bataille}72. Donques les deux freres73 Loys et Charles alliez ensemble dresserent une armée pour luy resister, et marchans contre luy se rencontrerent sur les frontieres de l’Auxerrois, en un village appellé Fontenay, et se [f. 335r] camperent fort près l’un de l’autre. Les chefs des deux camps pensans74 que pour la reverence* du jour de Pasques75 {qui estoit le lendemain, autres disent le jour de l’Ascension, autres le 25. de [j]uin}76, l’ennemy ne feroit quelque entreprise, delibererent77 de se surprendre l’un l’autre. Tant que vers le poinct du jour, Lothaire marchant vers le camp de ses freres, les rencontra au milieu du chemin, et n’ayans leurs soldats la patience78 que on les mit en ordonnance, ils se chargerent (tout en desordre qu’ils estoient) de si grande furie qu’il s’en ensuyvit un horrible meurtre, tellement qu’on ne voyoit que grands monceaux de morts, devant* que la moitié du jour fust passée, et la petite riviere qui court par une vallée la prochaine, qui encore aujourd’huy s’appelle le Vaux Charles, boüillonna de sang à grands flots, qu’elle porta en la riviere d’Yonne : et estoient les combattans si acharnez de chacune part, que presque toute la Noblesse Françoise y mourut, à cause qu’elle estoit en ceste bataille. Elle estoit divisée en deux (selon ce qu’elle favorisoit les freres79) et fut80 la plus sanglante que les François eussent veuë depuis celle qui par Merovée fut donnée à Attila fleau de Dieu, et Roy des Gots. Le lieu où elle fut donnée81 s’appelle encore aujourd’huy Chaplis ou Chablis, et y a près d’icelle une vallée où estoient campez Loys et Charles, qui s’appelle le Vaux Charles82. La victoire demeura à Charles et Loys, pource que ces deux freres s’entr’entendoient, et avoient devant le conflit enhorté* leurs soldats, et durant iceluy fort encouragez. Aussi eux deux [f. 335v] pouvoient bien avoir l’œil en plus de lieux, que Lothaire83 qui estoit seul, {et qui pensoit84 qu’à grande peine une armée conduite par deux souverains chefs pourroit demeurer sans seditions, troubles et mutineries, et comme les malheureux forgent en leur esprit quelque contentement pour se venger de leurs pertes passées, il se reconfortoit au desir et en l’opinion qu’il avoit que ses deux freres demeurez vainqueurs auroient incontinent debat* entre eux, pour le partage de leurs seigneuries. Toutesfois advint tout autrement, car ils furent plus sages qu’il n’avoit pensé, et ne voulurent donner à leur frere vaincu contentement ny vengeance par le mal de leur division85, bien que leur victoire leur cousta si cher, que de long temps après ils n’eurent moyen de se relever de la perte des hommes qu’ils avoient faicte en leur gain}86. Lothaire fuyant avec son armée brisée, rompue, et lassée, se voulut sauver dedans Aix la Chappelle. Mais ses freres le poursuyvans l’en empescherent, dont luy prenant sa femme et ses enfans fut contraint s’en fuir delà* le Rhosne, et se retirer à Vienne. {Charles voulut aller poursuyvre son neveu Pepin jusques en Guyenne, pendant que Loys s’en retournoit en Allemagne, pour en debusquer de tout point ses ennemis. Mais Lothaire s’oppos[a]87 à Charles avec une nouvelle armée de Saxons, d’Allemans, et d’Austrasien qu’il rassembla, et à Loys Othgare Archevesque de Maience avec ses complices. Tellement qu’il fallut que Charles allast le desgager avec toute sa puissance*, par le moyen de laquelle il mit ses ennemis en [f. 336r] routte*, et puis s’estant joint à son frere}88, tant d’Ambassades des provinces, seigneurs et villages de la Germanie, de l’Italie et de la France vindrent vers eux, qu’à leurs prieres ils s’accorderent de s’entredonner tresves pour un an89, durant lequel ils esleurent des deux costez quarante grands seigneur pour traitter de la paix, et convenir de leurs partages. Le Pape Serge nouvellement venu au Pontificat entendant la nouvelle de la cruelle guerre esmeuë* entre les trois freres, envoya en France Georges Archevesque de Ravennes avecques trois cens chevaux, et force presens d’or, d’argent, et de soye, pour mettre la paix entre eux90. Mais comme il estoit après à negotier*, les freres rompans les tresves, se donnerent91 une bataille qui ne fut gueres moins sanglante, que la premiere donnée à Fontenay, en laquelle estant l’Archevesque avec Lothaire, il perdit ses chevaux et ses presens, et à peine se peut il sauver seul de la meslée qu’il ne fut tué92. {Neantmoins les moyens revindrent à Lothaire si bien qu’il se revit accompagné d’une grosse armée près la ville de Mascon, où il sembloit qu’il voulut se batre une autre fois. Quelques uns disent que cecy advint après la premiere bataille donnée à Fontenay, autres après la seconde. Mais ceux qui avoient en horreur les guerres civiles, et qui en la balance de leur sage entendement, et de leur zele et affection envers leur patrie, pesoient combien de dommage elles apportoient à cest estat, firent tant que lesdicts freres convindrent d’arbitres, entre lesquels fut Guittard, ou Vuitard fils de la fille de [f. 336v] Charlemagne Prince du sang, et qui a escrit ceste guerre au vieil langage Roman, ou rustic Romain de ce temps là93, pour pacifier leur different par un traicté fait à Verdun ledit 16. jour de Mars, dont les conditions s’ensuivent}94, que {« Charles95 surnommé le Chauve retiendroit pour sa part ce qui estoit de la France Occidentale ditte Neustrie, bornée de la Saone, et de l’Escault, de la mer Oceane, des monts Pyrenées, et de la Meuse, qui est ce qu’on nomme vrayement le Royaume de France, mais les Allemans l’appelloient le Royaume de Charles et des Carlingiens : que Loys auroit toute la Germanie avec la Hongrie, lesquelles il fit comprendre* soubz le nom de la France Orientale, et Lothaire le nom, le tiltre, et la possession de l’Empire, le Royaume d’Austrasie (qui fut depuis* l’entiere Lorraine, non seullement celle d’aujourd’huy qui n’est qu’une portion de l’ancienne96, et qui prit ce nom de Lothaire son fils, comme il sera dit cy après) la Bourgongne qu’on nomme aujourd’huy la Franche Comté, la Bourgongne Transjurane qui est la Savoye, le Daulphiné, et la Provence jusques à Marseille. »97} {Guitard dit que les deux Rois voulans asseurer ceux qui les avoient suivis que ceste alliance seroit perpetuelle, parlerent chacun aux gens de son pait, (c’est le mot dont il use) assavoir Loys Roy de Germanie aux François Uvestriens (qui suyvoient ledit Charles) en langue Romaine, c’est à dire la Rustique et Charles à ceux de Loys (qui estoient Austrasiens, Allemans, Saxons, et autres habitans delà le Rhin) en langue Theutonique [f. 337r], qui est la Theotisque, ou Thioise, les paroles du serment que Loys fit en langue Romaine furent telles, Pro don amur & pro chriſtian poblo & noſtro cõmun ſaluamẽt diſt di en auãt inquãt łs98 ſauir & podir me dunat ſi ſaluareio ciſt meon fradre Karlo & in adiudha & in cadhuna coſa ſi com hom ϼ dreit ſon fradra ſaluar dist ino quid il un altre ſi faret. Et abludher nul plaid nunquam prindrai que meon vol ciſt meon fradre Karle in danno ſit. C’est à dire, Pour l’amour de Dieu et du peuple Chrestien et de nostre salut commun de ce jour en avant* entant que Dieu sçavoir et pouvoir me doint*, si sauveray-je ce mien frere Charle et en son aide et en chacune chose : ainsi comme homme par droit son frere sauver doit, et non pas comme un autre se feroit. Et à luy n’auray querelle que mon vouloir soit, si mon frere Charles ne me fait tort. Ce serment achevé par le Roy Loys, le Roy Charles dist ces memes paroles en langue Thudesque ainsi : In God est, &c. Puis après les deux armées et subjetz des deux Princes jurerent ainsi : Si Ludouigs ſagrament que son fradre Karle iurat : cõſeruat, & Karlus meo ſandre de ſuo par non loſtaint. Si io retournar non lint pois ne io ne veuls cui eo returnar int pois in nulla adiudha contra Ludouig nunli iuer, C’est à dire, Si Loys garde le serment faict à son frere et Charles Monseigneur de sa part ne le tient, si detourner je ne le puis, je ne veux avec luy retourner en paix, ne luy prester aucune obeissance, les subjectz de Charles le Chauve jurerent en langue Romande et les subjetz de Loys en Aleman}99. {En ce traité ne fut faicte aucune mention du jeune Pepin [f. 337v] et de Charles leurs nepveus lesquels ne pouvans souffrir ceste injure commencoient à dresser quelques menées secrettes, pour avoir par la force un partage, puis que leurs oncles par leur accord ne leur en avoient point donné. À raison dequoy quelques années après leurs oncles les firent prendre et mettre Moines en une Religion, avec autres causes comme il sera dit cy après}100. Voyla doncques Charles le Chauve Roy de France, et en iceluy successeur à Loys le Debonnaire son pere, et lors fut le Duché de Bourgongne premierement desmembré du Royaume de Bourgongne et attribué à la part dudit Charles.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie de corpus

Éditions anciennes

Du Haillan, Bernard de Girard (Seigneur), Promesse et dessein de l'histoire de France. Au roi. Par Bernard de Girard, seigneur Du Haillan, secrétaire de monseigneur le duc d'Anjou,... frère de Sa Majesté, ayant charge et commandement d'icelle d'écrire ladite histoire, [Paris], P. L'Huillier, 1571.

1576 : 1ère édition de Paris

Du Haillan, Bernard de Girard (Seigneur), L’Histoire de France par Bernard de Girard, Seigneur du Haillan, Historiographe de France, Paris, Michel Sonnius ou Pierre L’Huillier, 1576, Privilège du 6 juillet 1576 accordé à l'auteur, et le même jour par lui cédé en partage aux imprimeurs-libraires Pierre L'Huiller et Michel Sonnius.

1577 : 1ère édition de Genève

Du Haillan, Bernard de Girard (Seigneur), L’Histoire de France par Bernard de Girard, Seigneur du Haillan, Historiographe de France. Contenant, outre ce qui est advenu en ce Royaume, les choses plus memorables passées en Allemagne, Flandres, Angleterre, Italie, Sicile, et pays de Levant, [Genève], Pierre de Saint-André, 1577. Tome premier et second.

1580 : 2e éditions de Paris et de Genève

Du Haillan, Bernard de Girard (Seigneur), L’Histoire de France, Œuvre reveu, corrigé, et augmenté depuis les precedentes editions. Par Bernard de Girard, Seigneur du Haillan, Conseiller du Roy, Secretaire de ses finances et de sa Chambre, et Historiographe de France, Tome second, Paris, Pierre Ménier pour Pierre L’Huillier, 1580, avec privilège101.

Du Haillan, Bernard de Girard (Seigneur), L’Histoire de France par Bernard de Girard, Seigneur du Haillan, Historiographe de France. Contenant, outre ce qui est advenu en ce Royaume, les choses plus memorables passées en Allemagne, Flandres, Angleterre, Italie, Sicile, et pays de Levant, [Genève], Pierre de Saint-André, 1580. Tome premier et second.

1584 : édition de Paris (sans exemplaire identifié)

Du Haillan, Bernard de Girard (Seigneur), Histoire générale des Roys de France, contenant les choses mémorables aduenues tant au royaume de France qu'ès provinces estrangères, s. n., 1584102.

1585 : édition de Paris

Du Haillan, Bernard de Girard (Seigneur), L’Histoire de France, Œuvre reveue, et augmenté depuis les precedentes Editions faictes tant en ce Royaume, qu’aux pays estrangers, Par Bernard de Girard, Seigneur du Haillan, Conseiller du Roy, Secretaire de ses finances et de sa Chambre, et Historiographe de France, Paris, Pierre Ménier pour Pierre L’Huillier ou Michel Sonnius, 1585, avec privilège103.

1615 : édition de Paris, avec continuation

Du Haillan, Bernard de Girard (Seigneur), Histoire generale des roys de France, contenant les choses memorables, advenues tant au royaume de France qu'és provinces estrangeres sous la domination des François, durant douze cens ans. Escrite par Bernard de Girard seigneur du Haillan, conseiller du Roy, secretaire de ses finances, et de sa chambre, t historiographe de France, jusques à Charles septiesme. Et continuée de la Chronique de Louys XI. des escrits d'Arnauld Le Ferron, & de quelques autres autheurs, jusques à Louys XIII. aujourd'huy regnant, Paris, chez Jean Petit-Pas [et Sébastien Cramoisy], 1615-1616, avec privilège. Privilège du 16 mars 1615 accordé à Sébastien Cramoisy, cédé par lui pour moitié à Jean Petit-Pas.

1627 : réimpression de 1615

Du Haillan, Bernard de Girard (Seigneur), Histoire generale des roys de France. Contenant les choses memorables, advenuës tant au royaume de France qu'és provinces estrangeres sous la domination des François, durant douze cens ans. Escrite par Bernard de Girard seigneur du Haillan... Et depuis continuee des escripts de plusieurs autheurs, tant de Paul Emile, Philippes de Commines, Arnaud Le Ferron, le sieur Du Bellay qu'autres, jusques à present, Tome premier [-second], Paris, Claude Sonnius [et Jean Petit-Pas], 1627. Jean Petit-Pas est cosignataire, avec Claude Sonnius, de l'épître dédicatoire « Au Roy ».

Éditions modernes

Du Haillan, Bernard de Girard, Conditions sous lesquelles les François se sont donné au Roi, ou Origine de la monarchie françoise extraite de l'Histoire générale des rois de France, Paris, les marchands de nouveautés, 1789.

Notices bio-bibliographiques et études critiques

Bayle, Pierre, Dictionnaire historique et critique, tome second, 5e édition, Amsterdam / Leyde / La Haye / Utrecht, 1771, p. 679-684. https://books.google.fr/books?id=4x_rabMJFPAC&pg=PA679&dq=Dictionnaire+historique+et+critique+%2B+bernard+de+girard+du+Haillan&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwigybTq8drcAhVxx4UKHaG5DtwQ6AEILTAB#v=onepage&q=Dictionnaire%20historique%20et%20critique%20%2B%20bernard%20de%20girard%20du%20Haillan&f=false.

Bernard, Christophe, Un historiographe politique de la Renaissance : Bernard de Girard, sieur du Haillan (c.1535-1610), thèse de doctorat sous la direction de Michel Simonin, CESR, Université de Tours, 2001, deux volumes (thèse micro-fichée).

Du Verdier, Antoine, La Bibliotheque d’Antoine du Verdier, seigneur de Vauprivas, Contenant le Catalogue de tous ceux qui ont escrit, ou traduict en François, et autres Dialectes de ce Royaume, Lyon, pr Barthelemy Honorat, 1585, p. 116-117. https://books.google.fr/books?id=5C4gUovUZ9wC&pg=PA116&dq=La+Bibliotheque+d%E2%80%99Antoine+du+Verdier,+seigneur+de+Vauprivas,+117&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjzvMmb89rcAhUFzoUKHeaRAJYQ6AEIJzAA#v=onepage&q=La%20Bibliotheque%20d%E2%80%99Antoine%20du%20Verdier%2C%20seigneur%20de%20Vauprivas%2C%20117&f=false.

La Croix du Maine, François Grudé (sieur de), Premier volume de La Bibliotheque du sieur de la Croix du Maine. Qui est un catalogue general de toutes sortes d’Autheurs, qui ont escrit en François depuis cinq cents ans et plus, jusques à ce jourd’huy, Paris, Abel l’Angelier, 1584, p. 29 avec renvoi par p. 30-31. https://books.google.fr/books?id=h_X0WwbI7osC&pg=PA29&dq=Premier+volume+de+La+Bibliotheque+du+sieur+de+la+Croix+du+Maine+bernard+de+girard&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi4jIWA9NrcAhURCRoKHaiHC24Q6AEIJzAA#v=onepage&q=Premier%20volume%20de%20La%20Bibliotheque%20du%20sieur%20de%20la%20Croix%20du%20Maine%20bernard%20de%20girard&f=false.

Le Long, Jacques, Bibliothèque historique de la France, contenant le Catalogue de tous les ouvrages, tant imprimez que manuscrits, qui traitent de l’Histoire de ce Roïaume, ou qui y ont rapport, Paris, Gabriel Martin, 1719, dernière section « Mémoires historiques sur quelques historiens modernes de France », I : « Bernard de Girard, Seigneur Du Haillan », p. 947-949. https://books.google.fr/books?id=M-1zP_WfypsC&pg=PA947&dq=Biblioth%C3%A8que+historique+de+la+France+%2B+bernard+de+girard+du+Haillan&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi3ocrB8NrcAhULCxoKHZXoAKEQ6AEIJzAA#v=onepage&q=Biblioth%C3%A8que%20historique%20de%20la%20France%20%2B%20bernard%20de%20girard%20du%20Haillan&f=false.

Techener, Jacques (dir.), « Girard du Haillan. Histoire générale des rois de France […] », Bulletin du Bibliophile, janvier et février, douzième série, 1856, notice 443, p. 889-891. https://books.google.fr/books?id=kP9IAAAAcAAJ&pg=PA889&dq=%C2%AB+Girard+du+Haillan.+Histoire+g%C3%A9n%C3%A9rale+des+rois+de+France+%5B%E2%80%A6%5D+%C2%BB,+Bulletin+du+Bibliophile&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjgxsCw8trcAhUEJhoKHVqHDxUQ6AEIJzAA#v=onepage&q=%C2%AB%20Girard%20du%20Haillan.%20Histoire%20g%C3%A9n%C3%A9rale%20des%20rois%20de%20France%20%5B%E2%80%A6%5D%20%C2%BB%2C%20Bulletin%20du%20Bibliophile&f=false.

Wahlund, C. W., « Bibliographie der französischen Strassburger Eide vom Jahre 842. 16 Jahrhundert », Bausteine zur romanischen Philologie. Festgabe für Adolfo Mussafia zum 15. Februar 1905, Halle, 1905, spéc. p. 17-19.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : glossaire

amander, amander son faict : améliorer sa situation.

appoinctement : accord.

appointer : entrer en pourparler, parlementer ; appointé : accordé (d’où allié).

avant, de ce jour en avant : depuis ce jour, dorénavant.

besoin (au) : dans le besoin.

cautelle (à) : par ruse, tromperie.

chef, venir à chef : venir à bout.

commettre : confier.

comprendre : prendre ensemble, d’où englober.

debat : combat, lutte.

deçà (de) : de ce côté.

delà : au-delà de.

depuis : ensuite.

deslors : dès lors.

devant : avant ; devant que : avant que.

diligence, vaincre de diligence : prendre de vitesse.

doint : donne.

dont : relatif de liaison, « d’où il résultat que »

enhorté : exhorté.

entreprendre : au sens militaire ici, attaquer.

esmeuë : engagée.

faillir : ayant failly : ayant manqué (d’où ici échoué).

feudataire : vassal qui tient un fief d’un seigneur.

gaignez : acquis (à sa cause).

laisser, ne laisserent : ne manquèrent pas.

moyennant que : à la condition que.

negotier, il estoit après à negotier : il poursuivait la négociation en pressant son exécution.

obvier : faire obstacle (étymologiquement : « prévenir »).

oser se conjugue à l’époque avec l’auxiliaire être.

part, faire la part : faire tort dans un partage.

pratiquer : préparer, procurer.

promettre (se) : espérer, escompter.

puissance, avec toute sa puissance : par la force (par toute sa force armée).

remonter : retrouver sa force (ici armée).

remuëment : déplacement.

reverence : respect profond.

rompre, rompre ce coup : parer cette attaque.

routte, mettre en routte : mettre en déroute.

si, si est-ce que : cependant.

siege : territoire.

sommer, sommer de ses promesses : sommer de tenir ses promesses.

taster : voir.

Annexe 2 : texte de 1576

[p. 267] Charles le Chauve 2 du nom fils de Loys au Royaume de France luy succeda : mais devant que parler de luy il faut considerer que par le discours de l’histoire suivante qui commencera par Lothaire fils et successeur de Loys le Debonnaire en l’Empire on verra combien peu de foy et d’amitié il y a entre ceux qui pretendent droit et portion aux Royaumes et Empires. Car après la mort dudit Loys104, incontinent s’alluma une guerre civile entre ses enfans, cruelle et sanglante, laquelle tellement brisa et cassa les forces de la France, que de ce coup elle cuida tomber du hault de sa grandeur105, et perdre toute la force que Charles le Grand luy avoit acquise. Car Lothaire voulant tout avoir106 pource qu’il estoit l’aisné des enfans de Loys, et estant Empereur voulut faire comme on dit la part aux plus jeunes, et contraindre ses freres jusques là, que Loys se contenteroit de la Baviere et Charles de l’Aquitaine, lesquelles il vouloit luy estre tributaires107 et eux ses Vassaux et feudataires, sans pouvoir pretendre aucune chose à l’Empire108, ny en ce qui leur avoit esté donné par le Testament et donation de leur [p. 268] pere. Mais eux ne pouvans suporter ceste indignité d’un aisné, ny endurer d’estre spoliez et exclus de la succession paternelle, mesmement de ce que par solennel Testament le pere leur avoit laissé, au lieu que paravant ils n’estoient gueres bons amis se liguerent ensemble pour leur commun profit contre leur aisné. Ce qui plus les irritoit, fut que leur pere estoit cause de la braverie que Lothaire leur faisoit, pour luy avoit donné les forces de l’Empire, avecques lesquelles il voulut fouetter ses puisnez, qu’il cognoissoit trop foibles pour resister à sa puissance et authorité109. Les deux freres donc110 Loys et Charles alliez ensemble dresserent une armée pour luy resister, et marchans contre luy se rencontrerent sur les frontieres de l’Auxerrois en un village appellé Fontenay, et se camperent fort près l’un de l’autre, et pensans les chefs de tous les deux Camps111 que pour la reverence du jour de Pasques qui estoit le lendemain112, l’ennemy ne feroit quelque entreprise, ils delibererent113 de se surprendre l’un l’autre. Tant que vers le poinct du jour, Lothaire marchant vers le Camp de ses freres, les rencontra au milieu du chemin, et n’ayans leurs soldats l’arrest114 qu’on les mit en ordonnance, ils se chargerent (tout en desordre qu’ils estoient) de si grande furie qu’il s’en ensuyvit un horrible meurtre, tellement qu’on ne voyoit que grands monceaux de morts, devant que la moitié du jour fust passée, et la petite riviere qui court par une vallée la prochaine, qui encore au jourd’huy s’appelle le Vaux Charles, bouillonna de sang à grans flots, qu’elle porta en la riviere d’Yonne, et estoient les combattans si acharnez de chacune part, que presque toute la Noblesse Françoise y mourut, à cause qu’elle estoit en ceste bataille. Elle estoit divisée en deux selon ce qu’elle favorisoit les freres. Et fut ceste bataille115 la plus sanglante que les François eussent veuë depuis celle qui par Merovée fut donnée à Attila fleau de Dieu, et Roy des Gots. Le lieu de la bataille116 s’appelle encore aujourd’huy Chaplis ou Chablis, et y a près d’icelle une vallée où estoient campez Loys et Charles, qui s’appelle, comme nous avons dit, le Vaux Charles117. La victoire demeura à Charles et Loys, pource que ces deux freres s’entr’entendoient, et avoient devant le conflit enhorté leurs soldats, et durant iceluy fort encouragez. Aussi eux deux pouvoient bien avoir l’œil en plus de lieux, que non pas Lothaire118 qui estoit seul, lequel avoit esperé qu’à grande peine armée conduite par deux souverains chefs pourroit jamais estre sans troubles et mutinations. Encore se reconfortoit-il après sa perte pensant bien que ceux qui lors estoient demeurez vainqueurs auroient incontinent debat entre eux, pour le partage de leurs Seigneuries. Mais il advint tout autrement, toutesfois leur victoire leur cousta si cher que de long temps après ils n’eurent moyen de se relever de la perte des hommes qu’ils avoient faictes en leur gain119. Lothaire fuyant avec son armée brisée, rompue et lassée, se voulut sauver dedans Aix la chappelle. Mais ses freres le poursuyvans l’en empescherent, dont luy prenant sa femme et ses enfans fut contraint s’en fuir delà le Rhosne, et se retirer à Vienne120. Lors vindrent vers les freres tant d’Ambassades des Provinces, Seigneurs et villes de la Germanie, de l’Italie et de la France, qu’à leurs prieres ils s’accorderent de s’entredonner tresves pour un an121, durant lequel ils esleurent des deux costez quarante grands Seigneur pour traitter de la paix, et convenir de leurs partages. Le Pape Serge nouvellement venu au Pontificat entendant la nouvelle de la cruelle guerre esmeue entre les trois freres, envoya en France, George Archevesque de Ravenne avecques trois cens chevaux, et force presens d’or, d’argent, et de soye, pour mettre la paix entre lesdits freres122. [p. 269] Mais comme il estoit après à la negotier, les freres rompans les tresves, derechef se donnerent123 une bataille qui ne fut gueres moins sanglante, que la premiere donnée à Fontenay, en laquelle estant l’Archevesque avec Lothaire, il perdit ses chevaux et ses presens, et à peine se peut il sauver seul de la meslée qu’il ne fut tué. En fin ils firent la paix aux conditions qui s’ensuivent124, Que Charles qui depuis fut surnommé le Chauve, seroit Roy de France, et en porteroit seul le nom, & que son Royaume luy seroit limité d’un costé des rivieres de la Saone et du Rhosne, et de l’autre des fleuves de l’Escauld et de la Meuse, de la mer Oceane, et des monts Pyrenées. À Lothaire demeureroit le nom de l’Empire, le Royaume d’Austrasie, qui est aujourd’huy la Lorraine, laquelle print ce nom de Lothaire son fils (comme il sera dit cy après) et davantage qu’il auroit la partie de Bourgongne qu’on nomme aujourd’huy la Franche Comté et la Bourgongne Transjurane qui est la Savoye, le Daulphiné, et la Provence jusqu’à Marseille, et à Loys demeureroient la Germanie et la Hongrie125.126 Cest accord fut passé l’an de salut huict cens quarante trois, et ne fut faite aucune mention du jeune Pepin leur nepveu, lequel ne pouvant souffrir ceste injure commençoit à dresser quelques menées, pour avoir par la force un partage, puis que ses oncles par leur accord ne luy en avoient point donné. À raison dequoy ses oncles le firent prendre et mettre Moine en une Religion127. Voila doncques Charles le Chauve Roy de France, et en iceluy successeur à Loys le Debonnaire son pere, et lors fut le Duché de Bourgongne premierement desmembré du Royaume de Bourgongne et attribué à la part dudit Charles.

Haut de page

Notes

1 La forme internationale recommandée par les Autorités BnF est « Du Haillan, Bernard de Girard (seigneur) ».

2 Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, tome second. Nous citons d’après la 5e édition, Amsterdam / Leyde / La Haye / Utrecht, 1771, p 679-684, spéc. p. 679.

3 Jacques Le Long, Bibliothèque historique de la France, contenant le Catalogue de tous les ouvrages, tant imprimez que manuscrits, qui traitent de l’Histoire de ce Roïaume, ou qui y ont rapport, Paris, Gabriel Martin, 1719, dernière section « Mémoires historiques sur quelques historiens modernes de France », I : « Bernard de Girard, Seigneur Du Haillan », p. 947-949.

4 Bernard de Girard Du Haillan, L’Histoire de France, Paris, Pierre L’Huillier, 1576, « Preface aux Lecteurs », [NP5].

5 Exemplaires conservés : Grenoble, BM [F.5864 Rés.] et Paris, BnF, Arsenal [4-BL-3911 (4)].

6 Exemplaire conservé à la BnF. Numérisation : http://reader.digitale-sammlungen.de/de/fs1/object/display/bsb10165787_00008.html. En l’absence d’exemplaire identifié, Le tombeau du roy tres chrestien Henry II de ce nom, Paris, s. n., 1559, signalé par Antoine Du Verdier est sans doute Le trespas du tres chrestien roy de France Henry II.

7 Exemplaire connu : Paris, BnF, Arsenal [4o BL 3928 (2)].

8 Exemplaire connu : Avignon, BM Ceccano [8o 11782 (14)].

9 La Croix du Maine, Premier volume de La Bibliotheque du sieur de la Croix du Maine. Qui est un catalogue general de toutes sortes d’Autheurs, qui ont escrit en François depuis cinq cents ans et plus, jusques à ce jourd’huy, [...], Paris, Abel l’Angelier, 1584, p. 30-31 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k125590p/f76. Antoine Du Verdier, La Bibliotheque d’Antoine du Verdier, Lyon, Barthelemy Honorat, 1585, p. 116 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k53085x/f147.item.

10 Paris, Pierre L’Huillier, 1570, 1571, 1572, 1573, 1574, 1580 (édition augmentée). Paris, Pierre L'Huillier et Jamet Mettayer, 1594 (édition augmentée), 1595. [Lyon], Antoine Blanc, 1596. Antwerpen, s. n., 1596. Paris, Pierre L'Huillier et Jamet Mettayer, 1598. [Paris], [Nicolas Buon], [1599]. Genève, J. Stoer, 1609. Paris, P. Le Mur, 1611. Paris, veuve Jonathan Provence, 1613.

11 Nous citons d’après l’édition princeps : L’Histoire de France par Bernard de Girard, Seigneur du Haillan, Historiographe de France, Paris, Pierre L’Huillier, 1576, épître préfacielle « Au Roy Tres-Chrestien de France et de Poloigne, Henry troisieme », non paginée [NP6].

12 Pierre L’Huillier sera libraire du roi en 1593-1594. Selon les data.bnf.fr : « En 1588, suit le roi à Blois, où il s'associe à Jamet Mettayer, imprimeur ordinaire du Roi. S'établit en 1593 à Saint-Denis, à la suite d'Henri de Navarre. En 1594, il est pourvu de la charge d'imprimeur du Roi qu'il partage avec Jamet Mettayer et Fédéric II Morel, en vertu d'un arrêt du Conseil du 20 avril 1594. »

13 Selon l’inventaire des French Vernacular Books. Books published in the French Language before 1601. Livres vernaculaires français. Livres imprimés en français avant 1601, éd. A. Pettegree, M. Walsby, A. Wilkinson, Leiden / Boston, Brill, 2007, tome A-G, p. 684-685, § 23007-23056, spéc. § 23040. Se reporter infra à la « Bibliographie » pour plus de detail.

14 Selon l’USTC (the Universal Short Title Catalogue), J.-C. Brunet, vol. 2, p. 1612 signale une édition de 1584, sans exemplaire identifié à ce jour : https://ustc.ac.uk/index.php/record/51404. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l'amateur de livres, Tome II, Ciacconius-Gyron, Paris, Firmin Didot, 1861. Consultable sur Gallica, vue 813 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2093486/f813.item.

15 Histoire generale des roys de France, contenant les choses memorables, advenues tant au royaume de France qu'és provinces estrangeres sous la domination des François, durant douze cens ans. Escrite par Bernard de Girard seigneur du Haillan, conseiller du Roy, secretaire de ses finances, et de sa chambre, et historiographe de France, jusques à Charles septiesme. Et continuée de la Chronique de Louys XI. des escrits d'Arnauld Le Ferron, & de quelques autres autheurs, jusques à Louys XIII. aujourd'huy regnant, Paris, Jean Petit-Pas / Sébastien Cramoisy, rue Sainct Jacques, à l'Escu de Venise, pres les Mathurins. 1615. Privilège du 16 mars 1615 accordé au libraire Sébastien Cramoisy, et cédé par lui pour moitié à Jean Petit-Pas. Épître dédicatoire « Au Roy » co-signée des deux marchands libraires.

16 Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, éd. citée, p. 679. Le Père Le Long reproduit ces propos dans sa notice bibliographique, Bibliothèque historique de la France, éd. citée, p. 948.

17 Jacques Techener (dir.), « Girard du Haillan. Histoire générale des rois de France […] », Bulletin du Bibliophile, janvier et février, douzième série, 1856, notice 443, p. 889-891, spéc. p. 890.

18 Épître dédicatoire au roi [NP7]. Nous citons d’après l’édition princeps de 1576.

19 Voir infra « L’intérêt linguistique des Serments de Strasbourg » pour la comparaison de ces versions.

20 L’Histoire de France par Bernard de Girard, Seigneur du Haillan, Historiographe de France, Paris, Pierre L’Huillier, 1576, p. 268. Le récit complet de 1576 est donné en annexe 2.

21 La citation complète des deux extraits et leur référence est donnée infra.

22 Pierre Pithou, Annalium et historiæ Francorum ab anno Christi DCCVIII ad ann. DCCCCXC, Paris, Claudium Chappelet, 1588, à partir de la p. 297.

23 Sur ce point, nous renverrons à l’étude d’A. Pénot concernant C. Fauchet, dans Corpus Eve, « Historiographie des Serments de Strasbourg ».

24 Ce manuscrit est signalé par Louis de Rosanbo, « Pierre Pithou », Revue du seizième siècle, t. 16, 1929, p. 308, n. 4 et étudié par Courtney M. Booker, « An Early Humanist Edition of Nithard, De Dissensionibus filiorum Ludovici Piii », Revue d’Histoire des Textes n.s. n° V, 2010, p. 231-258, spéc. p. 253. Sur les variantes du nom de Nithard (Guitard, Guittald, Vuitard, Vitaldus, Virardus), voir Courtney M. Booker, n. 31 et C. W. Wahlund, « Bibliographie der französischen Strassburger Eide vom Jahre 842. 16 Jahrhundert », Bausteine zur romanischen Philologie. Festgabe für Adolfo Mussafia zum 15. Februar 1905, Halle, 1905, p. 12, n. 1.

25 Selon Nithard «  le 16 des calendes de mars » : « Ergo xvi kal. marcii Lodhuvicus et Karolus in civitate que olim Argentaria vocabatur, nunc autem Strazburg vulgo dicitur, convenerunt… » (« Donc, le 16 des calendes de mars, Louis et Charles se réunirent en la cité qui jadis s’appelait Argentaria, mais qui aujourd’hui est appelée communément Strasbourg […] »). Nous citons d’après : Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, éd.et trad. de Philippe Lauer, revues par Sophie Glansdorff, Paris, Les Belles Lettres, 2012, p. 112-113.

26 Jean Bodin, Les six livres de la République de J. Bodin Angevin, Paris, Jacques Du Puys, 1576, livre I, chapitre VIII, « De la Seureté et droit des alliances et traitez entre les Princes », p. 87-132, spéc. p. 11[7]-118. Nous détachons la citation des serments par des italiques. Le chapitre est déplacé dès la seconde édition Du Puys de 1577 : Jean Bodin, Les six livres de la République de J. Bodin, Paris, Jacques Du Puys, 1577, livre V, chapitre VI, p. 633. Sur ce texte, se reporter à l’étude correspondante dans Corpus Eve, « Historiographie des Serments de Strasbourg ».

27 Claude Fauchet, Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans. Plus les noms et sommaires des œuvres de CXXVII. poetes François, vivans avant l’an M. CCC., Paris, Mamert Patisson, 1581, livre I, chap. iv, p. 27-28.

28 Concernant cette glossonymie, nous renvoyons à l’étude d’A. Pénot sur le texte de Fauchet auquel elle est empruntée (cit.).

29 Renée Balibar, L’Institution du français, Paris, PUF, 1985, première partie « Le texte qui a donné naissance à la langue française », p. 19-91. R. Balibar fait l’hypothèse que ce double serment résulte d’une mise en scène linguistique en soi signifiante alors même que le contenu linguistique des serments prononcés restait opaque : « Le "roman", devenu "le français" dans la bouche du roi après avoir été rédigé par les clercs […], n’avait pas besoin d’être "compris" ou "communiqué", ni entre les rois, ni des rois aux armées. Il suffisait de la proclamation globale, spectaculaire d’une dissemblance entre les deux engagements pris en langues royales-vulgaires. Qu’est-ce qui pouvait être intellectuellement saisi des discours prononcés par Louis et Charles dans la prairie ? Rien, ou fort peu. C’est l’échange dramatique qui a été parlant. » Ibid., p. 39.

30 Ibid. p. 44 : « Jamais deux frères n’avaient réglé une querelle dynasique par un tel échange de paroles ; jamais il n’y avait eu pareille rencontre entre deux seigneurs. L’objectif est de stabiliser un partage des patrimoines en sortant délibérément des formes établies pour cela chez les rois. Tous les préparatifs des Serments de Strasbourg, le déroulement et le contenu des paroles, sont établis pour échapper aux liens de parenté, et pour ne pas entrer sous le modèle de l’hommage. » (italiques dans le texte).

31 Ibid. p. 43.

32 Ibid. p. 45 (italiques dans le texte).

33 Nithard, De dissensionibus filiorum Hludovici Pii libri quatuor, BnF lat. 9768, f. 13r col. B : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84238417/f29.image.

34 Courtney M. Booker, « An Early Humanist Edition of Nithard, De Dissensionibus filiorum Ludovici Piii », Revue d’Histoire des Textes n.s. n° V, 2010, p. 231-258, spéc. p. 253. Et pour le manuscrit de Troyes : Pithou, Wittardi, nobilissimi viri, de dissensionibus filiorum Ludovici Pii, libri quatuor, Ad Carolum calvum imperatorem, manuscrit autographe, Ms Troyes M. A. T. 3203, f. 43.

35 Claude Fauchet, Declin de la maison de Charlemagne, Paris, J. Perier, 1602, p. 23r-v.

36 Bodin le corrige plus tard, par exemple : meon fradre Karle en 1583 (Jean Bodin, Les six livres de la République de J. Bodin Angevin, Paris, Jacques du Puis, 1583, livre V chapitre VI, p. 824-825).

37 Dans l’édition de 1583 des Six livres de la Republique de Bodin (Paris, Jacques du Puis, 1583, livre V chapitre VI, p.781-834, spéc. p. 824-825), plus proche, en date, de celle de Bernard de Girard du Haillan qui nous intéresse (1585), l’on relève les variantes : ſanir pro di, meon fradre Karle et in damno ſit.

38 Concernant la variante Don pour Deo, le dictionnaire Nicot (1606) explique : « Est vn simple titre d'honneur, et vient de ce mot Latin Dominus par apocope des quatre dernieres lettres. Autres l'escriuent par n, don, qui est fait du mesme mot Latin par syncope et apocope, voyez Don et Dame. Aucuns l'escriuent par a, Dam, et autres y adioustent, mais erronément la letre p, damp, voyez Dam. » Nous citons d’après le Grand Corpus des dictionnaires [9e-20e], éditions Classiques Garnier Numérique.

39 Blaise de Vigenère, Les Commentaires de Jules Cesar des guerres de la Gaule plus ceux des guerres civiles, contre la part pompeienne, le tout de la version de Blaise de Vigenere bourbonnais, et illustré d’annotations, Paris, Abel L’Angelier, 1589, p. 101v, col. B. Se reporter à l’étude de Paola Cifarelli dans Corpus Eve, « Historiographie des Serments de Strasbourg ».

40 Italiques dans le texte.

41 P. Cifarelli, étude citée, § 43.

42 Claude Fauchet, Declin de la maison de Charlemagne, éd. citée, p. 23r-v. Se reporter à l’étude d’Alexandra Pénot (cit).

43 Guillemets fermants en marge de droite, que nous rendons par la mise entre guillemets.

44 Sur cette étrange variante, se reporter à l’étude d’A. Pénot (cit).

45 Jean Bodin suit ici le texte du manuscrit de Nithard (communiqué par Claude Fauchet) : « Quod cum Lodhuvicus explesset, Karolus teudisca lingua sic hec eadem verba testatus est. » (« Lorsque Louis eut terminé, Charles répéta le même serment en langue tudesque. ») Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, éd. citée, p. 116-117.

46 De dissentionibus filiorum Ludovici Pii ad annum usque 843 libri IV ad Carolum Calvum Francorum regem, Annalium et historiæ Francorum ab anno Christi 708 ad ann. 990 scriptores coætanei XII, éd. P. Pithou, Paris, 1588, p. 353-354 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k118653b/f701.item.

47 Bonaventure Vulcanius, De literis et lingua Getarum, Sive Gothorum. Item de Notis Lombardicis. Quibus accesserunt Specimina variarum Linguarum, quarum Indicem pagina quæ Præfationem sequitur ostendit, Lugduni Batavorum (Leyde), ex officina Plantiniana apud Franciscum Raphelengium (Officine Plantin), 1597, p. 68 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9763912d. Sur ce texte, se reporter à l’étude de Maurizio Busca dans Corpus Eve, « Historiographie des Serments de Strasbourg ».

48 Claude Fauchet, Declin de la maison de Charlemagne, Paris, J. Perier, 1602, p. 23r-v : https://bit.ly/2C30Gzr. Sur ce texte, se reporter à l’étude d’Alexandra Pénot (cit.).

49 Juste Lipse, Justi Lipsi Epistolarum selectarum centuria tertia ad Belgas, Anvers, 1602, f. 42. Sur ce texte, se reporter à l’étude dans Corpus Eve, « Historiographie des Serments de Strasbourg ».

50 Jean Bodin ne décalque pas ici la version de Nithard : « Sacramentum autem quod utrorumque populus, quique propria lingua, testatus est, romana lingua sic se habet : […] Teudisca autem lingua : […] » (« Et le serment que prononça chaque peuple dans sa propre langue est ainsi conçu en langue romane : […] Et en langue tudesque : […] »). Nithard, Histoire des Fils de Louis le Pieux, éd. citée, p. 116-118.

51 La version de 1602 du texte de Fauchet comporte une virgule sans modification de la traduction. Sur cette version, nous renverrons à l’étude d’A. Pénot (cit).

52 1576-1580 : « dudit Loys »

53 1576-1580 : « elle cuida tomber du hault de sa grandeur ».

54 « te » ou « re » dans le texte. Nous corrigeons. Ce mot est absent en 1576-1580 : « voulant tout avoir ». Absent en 1615.

55 Comprendre : « et contraindre ses frères à ce que / cet état que… »

56 Comprendre : « Voulant que la Bavière et l’Aquitaine lui paient un tribut ». 1576-1580 : « lesquelles il vouloit luy estre tributaires ».

57 1576-1580 : « sans pouvoir pretendre aucune chose à l’Empire ».

58 « n’y » dans le texte. Nous corrigeons. 1576 : n’y. 1580 : ny.

59 « sans se mouvoir » se rapporte à Charles qui ne doit pas réagir si Lothaire attaque leur neveu Pépin.

60 « luy » désigne Lothaire.

61 « il » désigne Charles.

62 L’Austrie ou Austrasie est le nom d’un royaume francs du Nord-Est de la France.

63 Comprendre : « le territoire de l’Austrie occupait / recouvrait les provinces s’étendant jusqu’au Rhin ».

64 par le moyen : « grâce à », d’où « profitant de l’absence de Charles ».

65 1615 : « entreprise ».

66 Le texte « non plus que Loys » semble ici erroné (identique dans 1615-1627). Nous corrigeons en « non plus que luy », c’est-à-dire que Charles.

67 « luy » désigne Loys.

68 Acquis et pratiqué tant d’intelligence : acquis et procuré tant de relations. L’Archevêque de Mayence et le Comte de Metz ont permis à Lothaire d’entrer en bonne relation avec des gens qui étaient du parti de Loys, ce qui l’a mis en position de force.

69 Oser se conjugue à l’époque avec l’auxiliaire être.

70 « s’estoit » dans le texte. Nous corrigeons (1615 : « c’estoit »).

71 Comprendre « Lothaire aurait pu empêcher Loys de se joindre à Charles - raison pour laquelle Loys et Charles désirèrent tous deux parlementer avec lui - s’il n’eût préféré aller à la rencontre de son neveu Pépin ».

72 Le long passage entre accolades et en italiques est un ajout. Dans 1576-1580, il est abrégé en « Mais eux ne pouvans suporter ceste indignité d’un aisné, ny endurer d’estre spoliez et exclus de la succession paternelle, mesmement de ce que par solennel Testament le pere leur avoit laissé, au lieu que paravant ils n’estoient gueres bons amis se liguerent ensemble pour leur commun profit contre leur aisné. Ce qui plus les irritoit, fut que leur pere estoit cause de la braverie que Lothaire leur faisoit, pour luy avoit donné les forces de l’Empire, avecques lesquelles il voulut fouetter ses puisnez, qu’il cognoissoit trop foibles pour resister à sa puissance et authorité. »

73 Fin de l’ajout de 1585. 1576-1580 enchaînent ici : « Les deux freres donc »

74 1576-1580 : « et pensans les chefs de tous les deux Camps ».

75 « qui estoit le lendemain, autres disent le jour de l’Ascension, autres le 25. de [j]uin » est un ajout de 1585.

76 « luin » dans le texte. Nous corrigeons.

77 1576-1580 : « ils deliberent ».

78 1576-1580 : « l’arrest ».

79 Comprendre : « selon celui des frères pour lequel elle prenait parti ».

80 1576-1580 : Et fut ceste bataille…

81 1576-1580 : « Le lieu de la bataille ».

82 1576-1580 : « qui s’appelle, comme nous avons dit, le Vaux Charles ».

83 1576-1580 : « que non pas Lothaire ».

84 Le passage entre accolades (depuis « et qui pensoit » jusqu’à « qu’il avoit faicte en leur gain ») est reformulé. 1576-1580 : « lequel avoit esperé qu’à grande peine armée conduite par deux souverains chefs pourroit jamais estre sans troubles et mutinations. Encore se reconfortoit-il après sa perte pensant bien que ceux qui lors estoient demeurez vainqueurs auroient incontinent debat entre eux, pour le partage de leurs Seigneuries. Mais il advint tout autrement, toutesfois leur victoire leur cousta si cher que de long temps après ils n’eurent moyen de se relever de la perte des hommes qu’ils avoient faictes en leur gain. »

85 Il y a une ambiguïté : la coordination « contentement ny vengeance » incite à comprendre que les deux frères ne veulent pas donner à Lothaire la satisfaction de les voir se diviser et l’occasion ainsi de se venger. Mais la suite de la phrase, qui évoque les pertes importantes qu’ils ont subies, incite plutôt à comprendre « ne veulent pas donner à Lothaire la satisfaction de les voir se diviser ni se venger [de lui] bien que leur victoire leur coutât si cher ».

86 Fin du passage modifié en 1585.

87 « S’oppose » (idem 1615). Nous corrigeons.

88 Ce passage entre accolades est un ajout.

89 1576-1580 : « Lors vindrent vers les freres tant d’Ambassades des Provinces, Seigneurs et villes de la Germanie, de l’Italie et de la France, qu’à leurs prieres ils s’accorderent de s’entredonner tresves pour un an ».

90 1576-1580 : « entre lesdits freres ».

91 1576-1580 : « derechef se donnerent ».

92 Comprendre : « qu’il échappa de justesse à la mort en réussissant à s’enfuir seul de la mêlée ».

93 Parenthèse fermante que nous ne transcrivons pas en l’absence de parenthèse ouvrante.

94 Le passage entre accolades est ajouté. 1576-1580 : « En fin ils firent la paix aux conditions qui s’ensuivent ».

95 Guillemets inversés au début de chaque ligne (un peu en dessous du niveau de la ligne) à partir de Charles jusqu’à Marseille pour marquer le discours rapporté. Nous les traduisons par des guillemets ouvrants et fermants.

96 Comprendre : « et non seulement la Lorraine actuelle qui n’est qu’une partie de l’ancienne. »

97 Les termes de l’accord ont été reformulés. 1576-1580 : « Que Charles qui depuis fut surnommé le Chauve, seroit Roy de France, et en porteroit seul le nom, & que son Royaume luy seroit limité d’un costé des rivieres de la Saone et du Rhosne, et de l’autre des fleuves de l’Escauld et de la Meuse, de la mer Oceane, et des monts Pyrenées. À Lothaire demeureroit le nom de l’Empire, le Royaume d’Austrasie, qui est aujourd’huy la Lorraine, laquelle print ce nom de Lothaire son fils (comme il sera dit cy après) et davantage qu’il auroit la partie de Bourgongne qu’on nomme aujourd’huy la Franche Comté et la Bourgongne Transjurane qui est la Savoye, le Daulphiné, et la Provence jusqu’à Marseille, et à Loys demeureroient [1580 : demeurerent] la Germanie et la Hongrie. »

98 1615 : l’abréviation est développée en « pars ».

99 Le passage entre accolades sur l’échange des serments est un ajout.

100 Ce passage entre crochet a été modifié. Initialement était précisée la date de l’accord entre les trois rois. La partie relative à Pépin a été réécrite en y ajoutant Charles. 1576 : « Cest accord fut passé l’an de salut huict cens quarante trois, et ne fut faite aucune mention du jeune Pepin leur nepveu, lequel ne pouvant souffrir ceste injure commençoit à dresser quelques menées, pour avoir par la force un partage, puis que ses oncles par leur accord ne luy en avoient point donné. À raison dequoy ses oncles le firent prendre et mettre Moine en une Religion. »

104 1585 : « de Loys »

105 1585 : « elle pensa se ruiner ».

106 1585 « [l]e voulant tout avoir ».

107 1585 : « voulant qu’elles luy fussent tributaires ».

108 1585 : « sans qu’ils peussent pretendre aucune chose à l’Empire ».

109 1585, passage modifié et considérablement augmenté : « Mais pour venir plus facilement à chef de son entreprise, il tascha de endormir premierement Charles de belles paroles et promesses, luy faisant entendre qu’il le vouloit maintenir au partage que leur pere luy avoir faict, pourveu qu’il n’entreprit rien sur leur neveu Pepin. Ceste promesse estoit faicte à cautelle afin de Charles permit, que sans se mouvoir Lothaire opprimast leur neveu. Charles se laissant piper à ces paroles dorées de l’appast d’une belle esperance, le pria aussi de se resouvenir de son serment, et de laisser son frere en paix. Ce qui eut toutesfois si peu d’effect envers luy, qu’il ne laissa de passer outre, se saisissant de la ville de Uvormes d’où il passa le Rhin pour vaincre Loys de diligence, qui en toutes hazardeuses entreprises est le plus utile instrument. Mais il le trouva si fort, qu’aymant mieux pour lors appointer avec luy que le combattre, que l’onziesme jour de Novembre de l’an 840. ou 41. Ils parlementerent ensemble à Francfort. Ce pendant Charles et Loys ne laisserent pourtant de se declarer et intituler Rois des Royaumes et Provinces qu’ils avoient deliberé de retenir et garder pour leur part, assavoir Loys de la Germanie, et Charles de la France Occidentale, et de l’Aquitaine, qui ont tousjours depuis retenu le nom de Royaume de France, comme elles sont encores aujourd’huy : où il se trouve avoir regné environ trente huit ans, Loys trente sept seulement en la Germanie, qui commença seulement deslors à se nommer la France Orientale ou Austrie : car auparavant le siege de l’Austrie, qu’on disoit aussi Austrasie, tenoit des provinces de deçà le Rhin, qui furent bien tost après nommées le Royaume de Lothaire, comme les Allemans appellerent le Royaume de Charles, Carlingien, ou des Carlingiens. Lothaire ayant failly à ce qu’il s’estoit promis en Allemagne, s’en revint avec son armée en France pour taster s’il viendroit mieux à bout de Charles, tellement qu’il fit pratiquer et solliciter les peuples qui sont entre la Meuse et Loire à le recevoir. Ce qui fit desloger Charles d’Aquitaine où il estoit, pour venir rompre ce coup, et pour l’envoyer sommer de ses promesses, et du serment qu’il avoit faict à leur pere. Ce pendant Pepin joignant son faict avec la cause de Lothaire, mit toute l’Aquitaine en trouble contre luy, et alla enfermer et assieger la mere de Charles dedans une forte place. D’autre part les Bretons sous leur Roy Neomenius se declarerent pour Lothaire, et chacun d’eux prattiquoit ainsi secours, forces et intelligences. Dont Charles fut contraint de repasser en Aquitaine, où il mit Pepin et son armée en routte. Ce que toutesfois n’amanda pas de beaucoup son faict, d’autant que Lothaire par le moyen de son absence passa la Meuse, et par l’entremise de Hilduin Abbé de sainct Denys, et de Gerard Comte de Paris, qu’il avoit gaignez, receut les peuples de deçà Loire en son obeissance. Alors Charles craignant que les autres peuples d’Aquitaine suyvissent cest exemple, fut conseillé d’eviter ce danger par quelque appoinctement. Lothaire qui ne vouloit non plus que [luy] temerairement hazarder ses forces afin de les reserver contre Loys, luy accorda ce qu’il voulut, luy laissant pour son estat toute l’Aquitaine, la Provence, la Septimanie, et les douze Comtez d’entre Seine et Loire, moyennant qu’il ne sortist des limites d’Orleans devant le huictiesme jour de Mars, auquel ils se devoient trouver ensemble à Attigny.

Cela faict Lothaire ramena son armée en Allemagne pour en chasser son frere, à la persuasion d’Othgare Archevesque de Majence, et de Adelbert Comte de Mets, qui luy estoient ennemis : lesquels aussi luy avoient acquis et prattiqué tant d’intelligences entre ceux qui tenoient le party de Loys, qu’elles luy donnerent moyen de faire à ceste fois quasi tout ce qu’il voulut en Allemagne, pource qu’il contraignit son frere de s’enfuir en Baviere, à cause que la plus part de ceux qui l’accompagnoient l’abandonnerent laschement au besoin. Puis afin de luy retrancher tous moyens de se remettre sur pieds, laissa ceux qu’il luy sçavoit estre ennemis en Allemagne, pour empescher ses entreprises, pendant qu’il s’en revenoit en France pour obvier aux nouveaux remuëmens de Charles, qui depuis son depart s’estoit appointé avec Neomenius Roy des Bretons, et ayant pris serment de fidelité de luy, et s’estans aussi les Comtes Thibault et Uvarin avec la plus part de la noblesse de Bourgongne, de Provence, et de Tholose, venus joindre à luy, s’estoit si bien remonté, qu’il n’estoit pas seulement osé sortir des limites qu’on luy avoit assignées, mais aussi avoit passé de force la riviere de Seine, et faict quitter la ville de Paris au Comtes Guntbault, Uvaruaire, Arnoul, et Gerard, qui la tenoient pour Lothaire. De sorte qu’il estoit venu jusques à Troyes avec son armée, feignant aller trouver son frere à Attigny, suyvant ce qui auparavant avoit estoit accordé avec eux, mais de faict [c]’estoit pour s’approcher de Loys, lequel il entendoit s’estre remis sur pieds, et en chemin avec nouvelles forces pour se venir joindre à luy. Tellement que le treziesme jour de May de l’an 841. il mit en route l’armée qui estoit demeurée pour luy empescher le passage du Rhin. Si est-ce que Lothaire l’eut peu empescher de se joindre à Charles, et à cause de cela ils le requirent tous deux d’appoinctement, s’il n’eut mieux aimé aller recevoir son neveu Pepin, qui amenoit un grand nombre d’Aquitains à son secours, pour avec eux commettre le jugement de son different au hazard d’une bataille ».

110 1585 : « Donques les deux freres »

111 1585 : « Les chefs des deux camps pensans ».

112 1585 ajoute : « autres disent le jour de l’Ascension, autres le 25. de [j]uin ».

113 1585 : « deliberent ».

114 1585 : « la patience ».

115 1585 : « Et fut »

116 1585 : « Le lieu où elle fut donnée ».

117 1585 : « qui s’appelle le Vaux Charles ».

118 1585 : « que Lothaire ».

119 1585 modifie : « et qui pensoit qu’à grande peine une armée conduite par deux souverains chefs pourroit demeurer sans seditions, troubles et mutineries, et comme les malheureux forgent en leur esprit quelque contentement pour se venger de leurs pertes passées, il se reconfortoit au desir et en l’opinion qu’il avoit que ses deux freres demeurez vainqueurs auroient incontinent debat entre eux, pour le partage de leurs seigneuries. Toutesfois advint tout autrement, car ils furent plus sages qu’il n’avoit pensé, et ne voulurent donner à leur frere vaincu contentement ny vengeance par le mal de leur division, bien que leur victoire leur cousta si cher, que de long temps après ils n’eurent moyen de se relever de la perte des hommes qu’ils avoient faicte en leur gain. »

120 1585 ajoute : « Charles voulut aller poursuyvre son neveu Pepin jusques en Guyenne, pendant que Loys s’en retournoit en Allemagne, pour en debusquer de tout point ses ennemis. Mais Lothaire s’oppos[a] à Charles avec une nouvelle armée de Saxons, d’Allemans, et d’Austrasien qu’il rassembla, et à Loys Othgare Archevesque de Maience avec ses complices. Tellement qu’il fallut que Charles allast le desgager avec toute sa puissance, par le moyen de laquelle il mit ses ennemis en routte, et puis s’estant joint à son frere ».

121 1585 enchaîne sur l’ajout : « tant d’Ambassades des provinces, seigneurs et villages de la Germanie, de l’Italie et de la France vindrent vers eux, qu’à leurs prieres ils s’accorderent de s’entredonner tresves pour un an ».

122 1585 : « entre eux ».

123 1585 : « se donnerent ».

124 1585 ajoute : « Neantmoins les moyens revindrent à Lothaire si bien qu’il se revit accompagné d’une grosse armée près la ville de Mascon, où il sembloit qu’il voulut se batre une autre fois. Quelques uns disent que cecy advint après la premiere bataille donnée à Fontenay, autres après la seconde. Mais ceux qui avoient en horreur les guerres civiles, et qui en la balance de leur sage entendement, et de leur zele et affection envers leur patrie, pesoient combien de dommage elles apportoient à cest estat, firent tant que lesdicts freres convindrent d’arbitres, entre lesquels fut Guittard, ou Vuitard fils de la fille de Charlemagne Prince du sang, et qui a escrit ceste guerre au vieil langage Roman, ou rustic Romain de ce temps là, pour pacifier leur different par un traicté fait à Verdun ledit 16. jour de Mars, dont les conditions s’ensuivent ».

125 1585 modifie : « que Charles surnommé le Chauve retiendroit pour sa part ce qui estoit de la France Occidentale ditte Neustrie, bornée de la Saone, et de l’Escault, de la mer Oceane, des monts Pyrenées, et de la Meuse, qui est ce qu’on nomme vrayement le Royaume de France, mais les Allemans l’appelloient le Royaume de Charles et des Carlingiens : que Loys auroit toute la Germanie avec la Hongrie, lesquelles il fit comprendre soubz le nom de la France Orientale, et Lothaire le nom, le tiltre, et la possession de l’Empire, le Royaume d’Austrasie (qui fut depuis l’entiere Lorraine, non seullement celle d’aujourd’huy qui n’est qu’une portion de l’ancienne, et qui prit ce nom de Lothaire son fils, comme il sera dit cy après) la Bourgongne qu’on nomme aujourd’huy la Franche Comté, la Bourgongne Transjurane qui est la Savoye, le Daulphiné, et la Provence jusques à Marseille. » 

126 1585 ajoute le passage sur les Serments de Strasbourg : « Guitard dit que les deux Rois voulans asseurer ceux qui les avoient suivis que ceste alliance seroit perpetuelle, parlerent chacun aux gens de son pait, (c’est le mot dont il use) assavoir Loys Roy de Germanie aux François Uvestriens (qui suyvoient ledit Charles) en langue Romaine, c’est à dire la Rustique et Charles à ceux de Loys (qui estoient Austrasiens, Allemans, Saxons, et autres habitans delà le Rhin) en langue Theutonique, qui est la Theotisque, ou Thioise, les paroles du serment que Loys fit en langue Romaine furent telles, Pro don amur & pro chriſtian poblo & noſtro cõmun ſaluamẽt diſt di en auãt inquãt łs ſauir & podir me dunat ſi ſaluareio ciſt meon fradre Karlo & in adiudha & in cadhuna coſa ſi com hom ϼ dreit ſon fradra ſaluar dist ino quid il un altre ſi faret. Et abludher nul plaid nunquam prindrai que meon vol ciſt meon fradre Karle in danno ſit. Cest à dire, Pour l’amour de Dieu et du peuple Chrestien et de nostre salut commun de ce jour en avant entant que Dieu sçavoir et pouvoir me doint, si sauveray-je ce mien frere Charle et en son aide et en chacune chose : ainsi comme homme par droit son frere sauver doit, et non pas comme un autre se feroit. Et à luy n’auray querelle que mon vouloir soit, si mon frere Charles ne me fait tort. Ce serment achevé par le Roy Loys, le Roy Charles dist ces memes paroles en langue Thudesque ainsi : In God est, &c. Puis après les deux armées et subjetz des deux Princes jurerent ainsi : Si Ludouigs ſagrament que ſon fradre Karle iurat : cõſeruat, & Karlus meo ſandre de ſuo par non loſtaint. Si io retournar non lint pois ne io ne veuls cui eo returnar int pois in nulla adiudha contra Ludouig nunli iuer, C’est à dire, Si Loys garde le serment faict à son frere et Charles Monseigneur de sa part ne le tient, si detourner je ne le puis, je ne veux avec luy retourner en paix, ne luy prester aucune obeissance, les subjectz de Charles le Chauve jurerent en langue Romande et les subjetz de Loys en Aleman. »

127 1585 : « En ce traité ne fut faicte aucune mention du jeune Pepin et de Charles leurs nepveus lesquels ne pouvans souffrir ceste injure commencoient à dresser quelques menées secrettes, pour avoir par la force un partage, puis que leurs oncles par leur accord ne leur en avoient point donné. À raison dequoy quelques années après leurs oncles les firent prendre et mettre Moines en une Religion, avec autres causes comme il sera dit cy après ».

101 L’USTC en signale cinq exemplaires dont quatre sont erronés : Bar-le-Duc (Fr), Médiathèque municipale Jean Jeukens [23434-23435], il s’agit en fait de l’édition de Genève. National Library of Russia [32 14 7 8], il s’agit de l’édition s. l. 1580, donc de celle de Genève. BnF, Tolbiac [L 35 61 (B 3-4)], cette cote correspond à l’édition de 1585 : [8-L35-61 (B,1-6)]. Queen's College Library [sans cote] que nous n’avons pas trouvé. Seul exemplaire confirmé : Stuttgard, Württembergische Landesbibliothek [HB 657-2]. Le Karlsruher Virtuelle Katalog donne un résultat pour : Weimar, Herzogin Anna Amalia Bibliothek [24,3 : 23]. La recherche par SUDOC, CCfr et BnF Opale Plus ne donne aucun résultat.

102 Se reporter supra à la note 14.

103 L’USTC signale une édition Paris, Sonnius, 1586 avec un exemplaire identifié : BnF, Tolbiac [Rés. L 35 61 B], ce qui correspond en fait à l’édition de 1585 [8-L35-61 (B,1)].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Lardon, « L’Histoire de France de Bernard de Girard Du Haillan (1585). Les Serments de Strasbourg comme miroir des princes », Corpus Eve [En ligne], Historiographie des Serments de Strasbourg, mis en ligne le 10 octobre 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eve/1486

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Savoie
  • Logo Université Jean Moulin - Lyon 3
  • Logo ILCEA
  • OpenEdition Journals