Navigation – Plan du site

AccueilÉditions ou études sur le vernacu...Domaine françaisL’art et science de la vraye prop...

L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques de Geoffroy Tory (1549) : défense et codification de la langue française

Alexandra Pénot
Référence(s) :

Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques, autrement dictes, Romaines, selon le corps et visaige humain, avec l’instruction et maniere de faire chiffres et lettres pour bagues d’or, pour tapisserie, vitres et painctures, Item de treize diverses sortes et façons de lettres, davantage la maniere d’ordonner la langue Françoise par certaine regle de parler elegamment en bon et plus sain langage François que par cy devant, avec figures à ce convenantes, et autre chose dignes de memoire, comme on pourra veoir par la table, le tout inventé, Par maistre Geoffroy Tory de Bourges, Paris, Vivant Gaultherot, 1549

Résumé

Imprimeur du roi sous Louis XII, Geoffroy Tory a marqué l’histoire de l’imprimerie et de l’orthographe en introduisant en français de nouveaux signes ortho-typographiques et en réglant « au compas et à la règle » le tracé des lettres dans un ouvrage novateur, publié en 1529 sous le titre de Champ fleury et repris en 1549 sous celui de L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques. Le livre I explique la nécessité de défendre la langue française, dont Tory vante les qualités et qu’il juge supérieure même aux langues latine et grecque, étant par nature vouée à l’éloquence via la figure emblématique de l’Hercule gaulois. Cette langue, il est nécessaire désormais de s’y consacrer pour la régler selon un programme progressif et logique que Tory ne se contente pas seulement d’établir, mais qu’il est également le premier à entreprendre, en se chargeant de l’étape initiale : régler les lettres.

Haut de page

Notes de l’auteur

Sauf mention contraire, les citations renvoient à l’édition de L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques (Paris, Vivant Gaultherot, 1549) dont le livre I est ici intégralement reproduit, accompagnés d’extraits des livres II et III.

Texte intégral

Notice biographique

  • 1 Thierry Crépin-Leblond, Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Magali Vène, Geoffroy Tory, imprimeur de (...)
  • 2 Auguste Bernard, Geoffroy Tory, peintre et graveur, premier imprimeur royal, réformateur de l'ortho (...)

1Longtemps, diverses fonctions ont été attribuées à G. Tory. Alors que celle de libraire ne fait aucun doute, il en est d’autres pour lesquelles la critique actuelle se montre plus méfiante : « Non seulement Tory n’a vraisemblablement jamais été peintre, graveur ou relieur, mais sa polyvalence et le parcours qui l’a conduit de l’enseignement humaniste à la librairie ne sont pas uniques dans les années 1500-1520 »1. Au XIXe siècle, Auguste Bernard a contribué à la conception de cette figure humaniste aux dispositions multiples dans son œuvre au titre évocateur, Geoffroy Tory, peintre et graveur, premier imprimeur royal, réformateur de l'orthographe et de la typographie sous François 1er2 ; une apologie qui s’inscrit dans l’air du temps :

  • 3 Thierry Crépin-Leblond, Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Magali Vène, op. cit.

Un Léonard français, un homme universel successivement humaniste, grammairien, imprimeur, libraire, relieur, peintre et surtout graveur : telle est l’image qu’Auguste Bernard a donnée de Geoffroy Tory (vers 1480-1533) dans son ouvrage fondateur de 1865. Née d’une approche parfois nationaliste en quête de « grands hommes », cette représentation est maintenant remise en cause par différents spécialistes, mais, en l’absence jusqu’à aujourd’hui d’un nouveau travail d’ensemble, elle prévaut encore et empêche de saisir la véritable originalité de cette figure de la première Renaissance française3.

  • 4 Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des lettres attiques, ou antiques, autrement (...)
  • 5 Geoffroy Tory, Champ Fleury ou l’art et science de la proportion des lettres, éd. G. Cohen, Genève, (...)
  • 6 Henri Chamard, « Tory (Geoffroy) », Dictionnaires des lettres françaises. Le XVIe siècle, Paris, Fa (...)
  • 7 Filippo Beroaldo (1453-1505) : « Humaniste. Professeur de littérature ancienne à Bologne. Éditeur i (...)
  • 8 Giovanni Battista Pio (147.-1540?) : « Philologue humaniste, éditeur des classiques latins. Profess (...)
  • 9 Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des lettres attiques, ou antiques, op. cit., (...)

2Geoffroy Tory est né vers 1480 à Bourges, la capitale du Berry. Bien qu’étant le fils de « petitz et humbles parens4 », il bénéficie d’une bonne instruction lui permettant d’entrer à l’université de Bourges5 ; des études qu’il complètera en fréquentant successivement les universités de Rome et de Bologne6, ville dans laquelle il suit les enseignements de Beroaldo7 et de Giovanni Battista Pio8, comme il le précise lui-même : « Philippes Beroal, et Jehan Baptiste le pitoyable, que j’ay veuz et ouys lire publiquement il y a XX. ans, en Bonoigne la grasse »9.

  • 10 Stéphanie Deprouw, « De Bourges à Paris en passant par l’Italie », Geoffroy Tory, imprimeur de Fran (...)

3De retour en France en 1507, il s’installe à Paris où il exerce comme régent (enseignant) au collège du Plessis (1508), puis au collège Coqueret (1512) et probablement ensuite, au collège de Bourgogne10.

4C’est également à cette période qu’il imprime ses premiers textes en tant qu’éditeur, parmi lesquels l’ouvrage de Pomponius Mela, De Totius orbis descriptione, réalisé dans l’atelier de Gilles de Gourmont en 150711, l’Opera nova Baptistæ Mantuani de Battista Spagnoli chez Josse Bade et les frères de Marnef en 150912, la Cosmographia Pii Papæ in Asiæ et Europæ eleganti descriptione du pape Pie II chez Henri Estienne en 150913, ou bien encore le De his quæ præcesserunt inundationem terrarum de Giovanni Nanni chez Jean Marchant et Geoffroy de Marnef en 151014. En revanche, qu’il ait pu être correcteur pour Henri Estienne, parallèlement à ses activités d’enseignement et d’édition, n’est pas à ce jour avéré15.

  • 16 G. Cohen, dans Geoffroy Tory, Champ Fleury, éd. citée, « Avant-propos », p. iii.
  • 17 Auguste Bernard, op. cit., p. 12.
  • 18 L’art et science de la vraye proportion des lettres attiques, éd. citée., livre II, f. 42r.
  • 19 Ibid., livre I, f. 6v.
  • 20 Auguste Bernard, op. cit., p. 13.
  • 21 Henri Chamard, « Tory (Geoffroy) », Dictionnaires des lettres françaises. Le XVIe siècle, art. cité (...)
  • 22 « He must have been in Rome between 1512 and 1517 ». Karl Giehlow (auteur), Robin Raybould (traduct (...)
  • 23 Stéphanie Deprouw, « De Bourges à Paris en passant par l’Italie », Geoffroy Tory, imprimeur de Fran (...)
  • 24 Marie-Madeleine Fontaine, « Entre art et technique : les innovations "à la française" d’un fervent (...)

5En 1512, Geoffroy Tory épouse Perrette le Hullin puis part seul en voyage en Italie pour y chercher l’inspiration16 et étudier les formes antiques17. Nombreuses sont les références à Rome dans le Champ Fleury, où Geoffroy Tory affirme avoir vu « La platte forme du collisée […] mille fois en Rome »18 ou bien encore « cestedicte fiction [parlant de l’Hercule Gallicus] en riche painture dedans Rome auprès de la tour Sanguine, non pas loing de l’eglise sainct Loys »19. La durée exacte de son séjour en Italie est difficile à fixer : Auguste Bernard l’établit de 1516 à 151820, Henri Chamard, de « 1515 ou 1516 » à 151821 ; une durée probablement sous-estimée au vu des travaux récents : Robin Raybould l’estime de 1512 à 151722 ; Stéphanie Deprouw fait état d’une durée de 8 ans, allant de 1513 à 152123, de nouvelles dates que Marie-Madeleine Fontaine estime « corrigées […] avec vraisemblance et prudence »24.

  • 25 Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Magali Vène, « À l’enseigne du pot cassé. Des livres d’heures d’ (...)

6Le 27 février 1523, un acte notarié signale l’installation de Tory comme « marchand libraire » rue Saint-Jacques25. Il adopte le « Pot cassé » comme enseigne de sa libraire et choisit, plus tard, cette même image symbolique comme marque typographique : cette gravure est initialement apparue à la suite d’un poème dédié à sa fille décédée. Sa valeur symbolique est détaillée dans l’exposition interactive consacrée à Geoffroy Tory sur le site de la Bnf :

[Il s’agit d’un] vase à l’antique brisé, symbole de la fragilité humaine, posé sur un livre clos de trois cadenas (les Parques referment le livre de la vie) et percé d’un foret (ou toret, jeu de mot avec Tory), signe du destin qui traverse l’homme. Dans l’angle supérieur droit, l’ange qui s’envole évoque l’âme de l’innocente. Le livret marque un tournant dans la carrière de Tory : de professeur, il se fait libraire et bientôt imprimeur26.

7Dès 1524, il commence son Champ Fleury, œuvre originale et novatrice, conçue et perfectionnée sur plusieurs années :

  • 27 Paul-Marie Grinevald, Art et science de la vraie proportion des lettres, Paris, Bibliothèque de l’i (...)

Le Champfleury est un livre fascinant, à la fois étrange et didactique. Ouvrage emblématique de la Renaissance française, il est l’œuvre d’un artiste complet qui renouvelle l’art typographique en introduisant l’esthétique de l’Antiquité et de la mythologie romaine. Résultat d’un long travail, le Champfleury est mis en chantier vers 1524 et achevé d’imprimer en 1529 par Gilles de Gourmont27.

  • 28 Guillaume Berthon, « La "Briefve doctrine" et les enjeux culturels de l’orthotypographie : Tory et (...)
  • 29 Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Magali Vène, « À l’enseigne du pot cassé. Des livres d’heures d’ (...)
  • 30 Ibid., p. 34-35.
  • 31 À son sujet, l’on pourra consulter l’ouvrage suivant : Marie-Blanche Cousseau, Étienne Colaud et l’ (...)
  • 32 Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Magali Vène, « À l’enseigne du pot cassé. Des livres d’heures d’ (...)

8À partir de 1525, Geoffroy Tory conçoit lui-même plusieurs livres d’Heures en latin. Comme il ne possède pas encore de presse, le premier d’entre eux est imprimé, en 1525, par son ami Simon de Colines, dont Guillaume Berthon rappelle l’influence sur la carrière de Tory et ses choix typographiques28. Cet exemplaire « à l’antique » affiche « un style à la fois antiquisant et italianisant : abondance de blanc, caractères romains, bordures à rinceaux et candélabres, et gravures au trait à la vénitienne se limitant à la simple délinéation des contours29 » et rompt « nettement avec les livres d’heures traditionnels imprimés en bâtardes et illustrés de scènes "gothiques"30 ». Les récentes recherches font d’Étienne Colaud, enlumineur connu dans le milieu parisien31, l’auteur des illustrations de cette édition32. Le soin accordé à la page de titre en explique la fonction, cette édition étant un cadeau destiné à Robert Estienne et à sa femme, Perrette Bade, pour leur mariage :

  • 33 Marie-Madeleine Fontaine, art. cité, p. 142-143.

Les vignettes des Heures, leurs coloriages et leurs enluminures font l’objet de nombreuses découvertes et recentrements dans le volume d’Écouen. Le premier est la superbe identification du peintre (Étienne Colaud) et des circonstances de l’enluminure qui orne la page de titre de l’exemplaire des Heures de 1525 offertes, à l’occasion de leur mariage, à l’imprimeur Robert Estienne et à sa femme Perrette Bade, fille de Josse Bade, imprimeurs pour lesquels avait déjà travaillé Tory33.

  • 34 Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Magali Vène, op. cit., p. 46.
  • 35 Ibid. p. 57 sur l’édition « à la moderne » de 1527 et celle de 1531.

9En 1527, deux autres éditions voient le jour : une édition « à l’antique pour les modernes », au style « italianisant et architectural », en caractères romains, est imprimée chez Colines, où Tory fait graver un jeu de lettrines dont il présentera l’alphabet complet dans le Champ fleury, sous le nom de « lettres fleuries », et qu’il utilisera durant toute sa carrière34 ; une autre édition, « à la moderne pour les classiques », imprimée chez Du Bois en caractères gothiques « bâtards », reproduit « le style classique des manuscrits enluminés » pour un public différent (celui de Louise de Savoie et de l’aristocratie) : les candélabres et les cartouches des rinceaux sont remplacés par des fleurs et des fruits selon un style « fleuri et orné à la manière des manuscrits flamands ». En 1530, un dernier livre d’Heures, imprimé par Tory lui-même, « fait la synthèse des recherche "à l’antique" et "à la moderne" »35.

10En 1531, Geoffroy Tory reçoit le titre d’« Imprimeur du roi », une charge honorifique créée pour lui par François Ier, dans l’entourage duquel il semble bien introduit  :

  • 36 Ibid.

Tout prouve ensuite, non seulement les relations fortes de Tory avec les grands de la cour et François Ier pour lesquels il organise les traductions et impressions des années 1529-1535, mais plus encore une étroite correspondance avec les désirs du roi, qui ne lésine pas à partir de 1524 sur les importants privilèges ni sur les avantages. Tory est proche de Marguerite de Navarre, discrètement mais profondément présente par ses emblèmes et ses goûts dans les Heures Du Bois de 1527, et sans doute de son entourage, Marot compris. Il profite surtout très largement de l’appui de Louise de Savoie jusqu’à la mort de celle-ci en 1531, directement et indirectement, […] c’est à Tory que revient d’imprimer le Tombeau de ce personnage qui a tant favorisé sa carrière36.

  • 37 Magali Vène, « Imprimeur du roy. Une consécration au service du français », Geoffroy Tory, imprimeu (...)

11Le 12 août 1532, c’est à lui que revient le privilège de publier le recueil de poèmes de Clément Marot, poète officiel de François Ier, dont les éditions successives témoignent de l’intérêt porté à cette œuvre : « Tory imprime en effet la première édition autorisée de [l’] Adolescence clementine, dont il établit encore trois autres versions augmentées et révisées jusqu’en juin 1533, signe d’un succès commercial exceptionnel »37

12En 1533, Geoffroy Tory obtient la charge de libraire-juré de l’université de Paris, une distinction exceptionnelle que lui octroie le roi, faisant de lui le vingt-cinquième juré alors que la France n’en compte ordinairement que vingt-quatre. Il meurt toutefois quelques mois après avoir obtenu cette reconnaissance38. Sa veuve se remarie à Olivier Mallard39, imprimeur-libraire, qui lui succède en 1535, reprenant l’enseigne et l’adresse de son prédécesseur.

Le Champ fleury et les innovations orthotypographiques

De nouveaux signes graphiques

13Geoffroy Tory a considérablement contribué au développement des signes graphiques dans les imprimés français. Les deux éditions du Champ Fleury illustrent les changements opérés durant l’intervalle de temps qui les sépare.

14La première, datant de 1529, a été imprimée dans l’atelier de Gilles de Gourmont (Tory n’étant pas encore établi) :

Champ fleury. Auquel est contenu L’art et Science de la deue et vraye Proportion des Lettres Attiques, qu’on dit autrement Lettres Antiques, et vulgairement Lettres Romaines proportionnées selon le Corps et Visage humain, Paris, Gilles Gourmont, 1529.

  • 40 Nina Catach, L’Orthographe française à l’époque de la Renaissance, Genève, Droz, 1968, p. 36.

Nina Catach souligne son aspect traditionnel, vétuste, proche des incunables par certains détails : multiplicité des coquilles, ponctuation irrégulière, abus de majuscules et de consonnes superflues40

15Dans la seconde édition, imprimée par Vivant Gaultherot en 1549, soit seize ans après la mort de Geoffroy Tory, le titre métaphorique Champ Fleury disparaît tandis que la seconde partie du titre initial, précisant le contenu du livre, est à l’inverse développée :

L’art et science de la vraie proportion des Lettres Attiques, ou Antiques, autrement dites, Romaines, selon le corps et visage humain, avec l’instruction et manière de faire chiffres et lettres pour bagues d’or, pour tapisserie, vitres et peintures, Item de treize diverses sortes et façons de lettres, d’avantage la manière d’ordonner la langue Française par certaine règle de parler élégamment en bon et plus sain langage Français que par ci-devant, avec figures à ce convenantes, et autre chose dignes de mémoire, comme on pourra voir par la table, le tout inventé, Par maître Geoffroy Tory de Bourges, Paris, Vivant Gaultherot, 1549.

Cette édition se distingue de la princeps par de nombreuses modifications formelles, notamment l’ajout des accents, des cédilles et des apostrophes. Bien que posthume, cette seconde édition est l’aboutissement des réformes proposées par Tory et des innovations typographiques qu’il a tenté d’appliquer dans ses impressions de 1531 et de 1533.

16La première innovation est l’introduction de la cédille. L’usage de celle-ci est préconisé dès 1529 dans le Champ Fleury :

C. devant O. en pronunciation & langage Francois, aucunesfois est solide, comme en disant Coquin, coquard, coq, coquillard. Aucunesfois est exile, comme en disant Garcon, macon, facon, francois, & aultres semblables. Aulcuns designent & font le C. comme si cestoit le O. coupé par la panse de la main droicte sans lentre ouvrir, mais comme jen ay veu en Romme de bien Antique, je lentreouvre par embas, en luy rendant une queue subtile qui luy donne grace et esperit [1529, III, f. 37v].

Ce passage est ainsi orthotypographié en 1549, où la cédille est non seulement préconisée mais cette fois également employée :

C, devant O, en pronunciation & langage François, aucunesfois est solide, comme en disant Coquin, coquard, coq, coquillard. Aucunesfois est exile : comme en disant : Garçon, maçon, façon, François, & autres semblables. Aucuns designent & font le C, comme si c'estoit le O, coupé par la panse de la main droicte, sans l'entr’ouvrir : mais comme j'en ay veu en Rome de bien antique, je l'entrouvre par embas : en luy rendant une queue subtile, qui luy donne grace et esperit [1549, III, f. 77v].

  • 41 Nina Catach, op. cit., p. 43.
  • 42 C. Beaulieux, Essai sur l’histoire de la prononciation du Latin en France, Revue des Etudes Latines (...)
  • 43 Susan Baddeley, L’orthographe française au temps de la Réforme, Genève, Droz, 1993, chapitre V : «  (...)
  • 44 Nina Catach, op. cit., p. 44.
  • 45 Ibid.

Elle est utilisée pour la première fois en France par Tory en 1531 dans Le Sacre et L’entrée de la Royne41. L’ensemble du texte est en caractères romains, sauf la cédille qui pourrait venir, selon C. Beaulieux, d’une casse de caractères gothiques, sans doute empruntée à un imprimeur des Heures en espagnol42. Ce signe graphique était effectivement employé pour ce type d’ouvrages et était couramment utilisé dans les impressions en Espagne ainsi que dans les manuscrits italiens43. Tory cesse ensuite durant deux années d’utiliser la cédille, avant de la réemployer en juin 1533 pour l’impression de l’Adolescence clementine de Clément Marot. Selon Nina Catach, cette interruption peut s’expliquer par la médiocre qualité typographique du signe (qui n’est pas au même niveau que les autres lettres) et par l’impossibilité de trouver un graveur apte à réaliser le caractère escompté44. Dans l’édition de 1533, Tory est alors obligé d’improviser un caractère : à la place du ç semi-gothique (à cédille très appuyée en forme de 5), il choisit d’adjoindre au bas, à droite du « c » une petite apostrophe en imaginant ainsi un assemblage substitutif : « c, »45.

  • 46 Ibid., p. 46.
  • 47 Ibid.

17Le Champ Fleury attire également l’attention sur le manque d’accents dans la langue française : « En nostre langage François n’avons point d’accent figure en escripture, et ce pour le default que nostre langue n’est encores mise ne ordonnee a certaines Reigles comme les Hebraique, Greque, et Latine » [1529, III, f. 106v]. En 1533, Geoffroy Tory introduit certains accents aigus dans son impression de l’Adolescence Clementine. Cependant, comme le remarque Nina Catach, l’accent employé par Tory est « très appuyé » et semble ne pas faire partie « du même corps que la voyelle qu’il surmonte »46. Elle suggère que Tory n’aurait pas pu se procurer le caractère nécessaire à l’accentuation, que d’autres imprimeurs possédaient pourtant déjà (Robert Estienne, Simon de Colines, Jacques Kerver et Chrétien Wechel)47.

  • 48 Ibid., p. 44.
  • 49 Ibid., p. 47.

18L’Adolescence Clémentine imprimée par Geoffroy Tory laisse apparaître une autre nouveauté : l’apostrophe, employée de façon sporadique. Nina Catach48 observe qu’elle est parfois remplacée par un « l » barré en son centre (ł), peu présent en début de recueil, mais plus fréquent ensuite, comme si Tory avait dû pallier le manque d’apostrophes en utilisant cet ancien caractère qui représentait l’abréviation de les ou leur dans les incunables. Il semblerait donc que cette première édition en orthographe réformée du 7 juin 1533 ait été réalisée « dans de mauvaises conditions, grâce à de vieux caractères et quelques bricolages d’improvisation, sans le concours de ceux qui, comme S. de Colines et R. Estienne, auraient seuls pu mieux faire »49.

19Pour autant, et malgré ces imperfections, l’impression de 1533 marque la consécration des innovations conçues par Tory et poursuivies par ses confrères :

  • 50 Guillaume Berthon, « La "Briefve doctrine" et les enjeux culturels de l’orthotypographie : Tory et (...)

1532 est une année étrangement calme du point de vue typographique, Tory n’utilisant plus les innovations de 1531. Il faut donc attendre 1533, qui est aussi l’année où Tory s’éteint, pour observer le couronnement des recherches de l’imprimeur et leur diffusion désormais irrévocable dans les publications en français. Cette année-là, deux livres imprimés à l’enseigne du pot cassé présentent un système efficace d’accentuation, de cédille et d’apostrophe : la traduction de La Mouche de Lucien, livre de huit feuillets à peine, et surtout la quatrième édition de L’Adolescence clementine de Clément Marot, datée du 7 juin. Cette dernière, en particulier, représente un aboutissement à tout point de vue : la rationalisation de la mise en page du titre général, désormais disposé sur deux lignes de force égale, en parfait accord avec la syntaxe, avait déjà été notée par Auguste Bernard ; les apostrophes et accents, dont l’emploi est dûment vanté au premier feuillet du livre, sont utilisés avec une véritable régularité, et préfigurent l’usage qui va rapidement s’imposer. […] En cette même année 1533, alors que Tory s’éteint, seules les éditions du Villon revu par Marot, imprimé en septembre par Louis Blaubloom pour le compte de Galliot Du Pré, et de l’Epistre familiere que publie Augereau au mois de décembre réalisent complètement les intentions dont témoigne la dernière Adolescence clementine publiée par Tory et Roffet50.

  • 51 Ibid., p. 7.
  • 52 « L’homme est […] une créature des collèges, à Bourges d’abord, où il reçoit sa formation, et à Par (...)

20Ainsi que le montre Guillaume Berthon, ces innovations s’inscrivent dans un contexte spécifique, à la convergence de trois milieux : « cour, collèges, et imprimerie51 ». Tory est une « creature des collèges52 » ; il évolue dans le milieu des libraires et imprimeurs parisiens, creuset dans lequel s’élaborent les innovations typographiques dans les premières décennies du siècle :

  • 53 Ibid., p. 4.

Le petit monde qui s’occupe d’orthotypographie du français jusqu’au début des années 1530 est parisien. Les relations semblent même se nouer pour une grande part autour des ateliers de la dynastie des Estienne, toujours sis dans les parages du collège de Beauvais, près des écoles de Décret53.

  • 54 Ibid., p. 7.

Le livre [le Champ fleury] constitue néanmoins un jalon essentiel de l’histoire qui nous intéresse, et le catalyseur des évolutions en cours. Les innovations orthotypographiques et les discours théoriques qui les accompagnent se succèdent alors à un rythme soutenu chez Robert Estienne : c’est le De corrupti sermonis emendatione de Mathurin Cordier en octobre 1530, l’Isagωge de Jacques Dubois en janvier 1531 et en octobre de la même année le dictionnaire français-latin rédigé par l’imprimeur humanistes54.

21Enfin, l’édition de l’Adolescence clementine confirme les liens que Geoffroy Tory, « imprimeur du roi », entretient avec la cour, dont Marot, valet de chambre du roi et protégé de la reine de Navarre, est un poète en vue. À la convergence de ces trois milieux, Tory a contribué de manière à la fois théorique et pratique à l’évolution de l’orthotypographie française.

La naissance des « lettres attiques »

22Outre l’introduction de nouveaux caractères orthotypographiques, G. Tory a également redessiné les capitales romaines. Afin d’en régler la proportion, il les a intégrées dans un quadrilatère divisé en cent petits carrés servant de base au dessin de tous ses caractères :

Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, f. 67v.

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k52553f/​f167.item

  • 55 Sur les liens entre Vitruve et Tory, l’on pourra consulter : Olivier Deloignon, « Une variation aut (...)
  • 56 M. Vitruvvii De Architectura libri decem, s. l., s. n., 1523, liber III, caput I : « De sacrarum æd (...)
  • 57 Ibid. Trad. Jean Martin : « Ce corps humain a esté composé de la Nature par un tel artifice, que de (...)
  • 58 Op. cit., f. 46v.
  • 59 Ibid. et suiv.

23Cet équilibre harmonieux est inspiré de Vitruve, dont se réclame G. Tory (« Nous ferons donc selon Vitruve un carré », 1549, II, f. 35v)55 et qui explique que la proportion d’un temple doit être conforme à celle du corps humain : « Namque non potest ædes ulla sine symmetria atque proportione rationem habere compositionis, nisi uti ad hominis bene figurati membrorum habuerit exactam rationem56» Or, le corps humain est divisible en dix parties, le visage – du menton jusqu’en haut du front –, composant la dixième : « Corpus enim hominis ita natura composuit, uti os capitis a mento ad frontem summam et radices imas capilli esset decimæ partis »57. Le choix du chiffre dix s’explique par sa valeur symbolique que lui attribuent les Grecs, qui le considèrent comme le « perfectum numerum »58 et auquel Vitruve consacre un long développement59. G. Tory précise la conception antique rattachée à ce nombre dont la prééminence s’explique par son lien avec le sacré : 

[…] je veulx diviser un chascun quarré, auquel ferons noz vingt et trois lettres en dix corps de haulteur, et pareillement en dix de largeur. C’est pour monstrer que les anciens ont voulu signifier secrettement que les neuf muses et Appolo qui faict le dixiesme, sont celebrez et frequentez par bonnes lettres qui consistent et sont insinuées en deue proportion et bon accord [1549, II, f. 29r].

24En projetant sur les lettres l’idéale mesure du corps humain, G. Tory espère permettre à quiconque utilisera ses modèles de réaliser des caractères à l’esthétique harmonieuse quelle que soit leur taille :

Ainsi ne voulant que noz lettres Attiques fussent en leur proportion du tout incogneues, je vous les ay toutes designées par nombre et mesure, afin qu’en puissiez user à vostre bon plaisir, et en faire de tant grandes et tant petites que bel et bon vous semblera : et ce, en tenant tousjours le nombre des poinctz et tours de compas à une chacune d’elles requis [a iij r°].

25La nécessité d’une norme dans le graphisme des caractères est sans cesse réitérée dans le Champ Fleury : dans l’ensemble des trois livres, le nom « proportion » et ses dérivés (« proportioné(e) », « proportioner », « proportionaire », « proportionnement… ») apparaissent plus de soixante fois, ce que met en lumière le titre de l’édition posthume de 1549, où la mention du Champ Fleury s’efface au profit de la dimension scientifique du contenu : L’Art et science de la vraye proportion des lettres attiques, ou antiques, autrement dictes, romaines, selon le corps et visaige humain.

26Un autre élément de ce titre retient l’attention du lecteur, à savoir la nuance faite entre les différents adjectifs « attiques », « antiques » et « romaines », soit trois épithètes pour désigner une même police de caractère. À première vue, ceux-ci paraissent synonymes, puisque le deuxième est introduit par la conjonction de coordination « ou » et le troisième par la locution adverbiale « autrement dictes ». Pourtant, la préférence de G. Tory va à l’adjectif « attique », dont la place première est significative, les deux autres n’apparaissant dès lors que comme des précisions données au lecteur qui ignore encore, à ce stade, ce que sont ces lettres. La justification d’un tel choix terminologique est exposée par la suite : « Lesdictes lettres Attiques sont deuement nommées Attiques, et non Antiques, ne Romaines : pource que les Atheniens en ont usé avant que les Romains […] » [f. 15r] ; affirmer l’origine « attique » des capitales nouvellement dessinées permet de les rattacher à la culture grecque, tout en se dégageant de l’influence romaine, les Romains n’ayant fait que cueillir les fruits de l’abondante civilisation hellène. Ainsi que le souligne Pierre Cordier, derrière l’affirmation de cette filiation se dissimule un engagement marqué de la part de G. Tory en faveur de la supériorité du français sur le latin :

  • 60 Pierre Cordier, « Geoffroy Tory et les leçons de l’Antique », Anabases [En ligne], 4 | 2006, mis en (...)

Renommer attiques les lettres antiques, c’est rendre aux Grecs le mérite de leur antériorité. La lettre capitale romaine n’est qu’un emprunt dont les Romains se sont attribué l’invention, conformément aux façons de pirates dont ils usaient envers les vaincus. C’est grâce à l’abus de leur puissance militaire que les Romains ont usurpé le titre de civilisateurs ; au lieu de propagateurs de culture, ils se sont comportés en vandales. Rendre aux lettres leur véritable nom d’attique, c’est faire œuvre de justice. Mais Tory ne s’en tient pas là. De cette restitution de la Grèce, il découle qu’en lieu et place de Rome, la civilisation grecque, que les Romains ont balayée pour se parer orgueilleusement de ses dépouilles, est la véritable mère de la France et des Français60.

27Dès lors, recherche graphique et engagement linguistique résultent d’une même volonté d’illustrer la langue française en normant la typographie et la langue.

Enjeux linguistiques du texte : la défense du français dans l’Art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques

28Le français « est une des plus belles et gracieuses [langues] de toutes les langues humaines » [1549, II, f. 49r]. Ce constat est éloquent : élevée à son plus haut degré grâce à un superlatif relatif portant sur les deux adjectifs mélioratifs que sont « belles » et « gracieuses », notre langue apparaît doublement louable. Parce qu’il tient en haute estime sa langue maternelle, G. Tory va œuvrer à son développement mettant son Champ Fleury au service d’une défense et illustration de la langue française. Cet objectif apologétique est rappelé dans le Privilège du Roi, accordé à l’œuvre le 5 septembre 1526 :

Nostre cher et bien amé maistre Geofroy Tory de Bourges, libraire demourant à Paris, nous a faict dire et remonstrer comme pour tousjours divulguer, acroistre, et decorer la langue Latine et Francoise, il a puis certain temps en çà faict et composé ung Livre en prose et langaige francois, intitulé. L'art et Science de la deue et vraye proportion des Lettres Attiques : autrement dictes Antiques, et vulgairement Lettres Romaines, proportionnées selon le corps et visaige humain.

  • 61 Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française des origines à nos jours, II. Le XVIe siècle, Par (...)

29En raison de cet engagement dans le développement de la langue vernaculaire, F. Brunot considère que le Champ Fleury « mérite de rester en tête de la liste des plaidoyers écrits en faveur du français »61.

Le modèle gréco-latin

30Geoffroy Tory s’appuie sur les langues anciennes pour figurer la situation de la langue française : comme elle, les langues grecque et latine ont été tout d’abord grossières et négligées (« incultes », nous reviendrons ci-après sur cette métaphore agricole), avant que d’être perfectionnées et réglées par des esprits diligents :

La langue Grecque, semblablement la Latine ont esté quelque temps incultes et sans Regle de Grammaire, comme est de present la nostre, mais les bons Anciens vertueux et studieux ont prins peine, et mis diligence à les reduyre et mettre à certaine Regle, pour en user honnestement à escripre et rediger les bonnes Sciences en memoire, au prouffit et honneur du bien public [f. 9r].

  • 62 Ce traité est un texte de quatre cents lignes transmis par une dizaine de manuscrits. Pascale Humme (...)
  • 63 Ibid., p. 10.

C’est en particulier le travail des grammairiens qui leur a permis de se fixer et les a ainsi pérennisées. Tory mentionne plusieurs grammairiens latins ; concernant le grec, il ne donne pas d'exemple, mais l’on pourrait rappeler le rôle de Denys le Thrace dont le traité de grammaire, Technē Grammatikē62, domine toute la réflexion grammaticale de l’époque byzantine et garde son importance jusqu’à l’époque moderne, dans la mesure où « [l]es termes techniques qui y figurent constituent le vocabulaire de base de la linguistique occidentale jusqu’à aujourd’hui »63. Tory insiste sur les enjeux de cette codification linguistique et sur son incidence politique, pusiqu’elle permet à une nation de rayonner, mieux que par les armes :

Quand Donatus, Servius, Priscianus, Diomede, Phocas, Agrestius, Caper, Probus, et les autres bons Autheurs semblables furent venus, ilz la polyrent et mirent en si bonne ordre, que depuis a tousjours de bien en mieulx augmenté en sa perfection, si bien que les Romains qui ont eu domination sus la plus grande partie du monde, ont plus prosperé, et plus obtenu de victoires par leur langue que par leur lance [f. 9v].

  • 64 « Pleust à Dieu que peussions ainsi faire » [f. 9v-10r].

31Cette constatation doit profiter aux Français qui, par une langue normalisée, pourraient plus aisément dominer les pays conquis64, mais aussi « rediger et mettre bonnes Sciences et ars en memoire et par escript » [f. 10r]. Même si la multiplicité des idiomes régionaux pourrait freiner l’entreprise d’unification, Geoffroy Tory se montre confiant puisque le modèle grec nous montre qu’il est possible d’unifier une langue malgré la diversité des parlers :

Nostre langue est aussi facile à regler et mettre en bon ordre, que fut jadis la langue Græcque, en laquelle y a cinq diversitez de langage, qui sont la langue Atticque, la Doricque, la Æolique, la Ionique, et la Commune […] Tout ainsi pourrions nous bien faire, de la langue de Court et Parrhisienne, de la langue Picarde, de la Lionnoise, de la Lymosine, et la Provensalle [f. 10r].

32Cette énumération est l’affirmation d’une unité linguistique en France par-delà la variété dialectale :

  • 65 Danielle Trudeau, Les inventeurs du bon usage (1529-1647), Paris, Les Éditions de minuit, 1992, cha (...)

Quand Tory emploie l’expression « langue françoise », il désigne par là l’ensemble des dialectes d’oil et d’oc parlés dans les limites de la France territoriale. La grammaire du français, ce ne sera donc pas la grammaire du dialecte central, ni celle d’aucun autre parler, mais bien la grammaire des cinq principaux dialectes de France qui constituent tous ensemble le français, comme on dit des dialectes grecs qu’ils forment à eux tous la langue grecque65.

33Danielle Trudeau ajoute que G. Tory ne néglige pas un parler de France au profit d’un autre ; il montre au contraire que la langue française, malgré les variations de prononciation qu’elle comporte, ne forme qu’une seule et même langue :

  • 66 Ibid., p. 27.

Le concept de bon usage apparaissant dans toute cette préface [celle du Champ Fleury] sous la désignation d’« honneste langage », on s’attendrait à ce que Tory désigne clairement un registre particulier ou le style d’un certain groupe social comme la langue légitime. Or, si d’un côté il reprend les abus, par contre il ne relie jamais l’« honneste langage » à une région, à une ville ou à un groupe particulier, sinon à celui de ses « honnestes lecteurs ». Bien qu’il reconnaisse comme excellente la « langue de Court », c’est davantage en tant que code d’éloquence que comme norme des échanges quotidiens. D’ailleurs s’il mentionne cette variété de français en particulier, c’est pour affirmer qu’elle aussi a besoin d’être « réduite en art », au même titre que les autres registres (f. Iv, II r, IIIv)66.

  • 67 Ibid.

34Contrairement à Danielle Trudeau affirmant que le « Champ Fleury n’apporte donc aucune définition réaliste du bon usage »67, Pierre Cordier perçoit pour sa part une prise de position subtile de G. Tory en faveur de la langue de Paris. D’après lui, les éloges relatifs à la capitale française manifestent l’estime que G. Tory lui porte :

  • 68 Pierre Cordier, art. cité, § 15.

L’appel à la normalisation du langage lancé par Geoffroy Tory n’est pas exclusif. Il embrasse tous les parlers de France. Dans les sections ultérieures du Champ fleury, l’auteur discute fréquemment des prononciations régionales et de leur rapport avec les usages graphiques en vigueur. C’est que, tous pareillement issus du grec, les dialectes français ont tous une dignité intrinsèque. En dépit de cette ouverture, la préférence de Tory va au parler de Paris. Dès le F° Ib, il a vanté l’excellence que la langue française a déjà atteinte dans la capitale royale. Le récit de la fondation par les Parrhasiens rappelle, un peu plus loin, que la capitale est, en quelque sorte, une France au carré, la nouvelle Athènes d’une nouvelle Grèce. Parmi les dialectes, l’attique occupe une position prééminente : Athènes est la Grèce de la Grèce68.

  • 69 Sur cette métaphore : Perrine Galand-Hallyn, Le Reflet des fleurs. Description et métalangage poéti (...)

35La langue de Paris apparaît ainsi comme le pendant du grec à Athènes. Cette assimilation montre combien G. Tory estime sa langue natale : sa valeur est telle qu’il est un devoir de la codifier. Or, pour unifier une langue, il est nécessaire de la cultiver, telle une plante. Plante et langue se voient alors intimement liées dans l’œuvre de Tory, où la métaphore69 végétale est très présente.

La métaphore végétale

36Dans le Champ Fleury, l’identification de la langue à la nature est manifeste dès le titre, dont la légèreté n’est qu’apparente : bien que choisi pour « la grace et facilité du nom » [a iiij v°], celui-ci revêt en réalité une profondeur emblématique, soulignée notamment par la récurrence du substantif « fleur » dans l’œuvre. Nombreuses en effet sont les occurrences de ce terme, que ce soit dans un sens figuré, pour qualifier les ornements du discours (« fleurs de parler », « fleurs de Retorique », « fleur de bonnes lettres »), ou dans un usage concret, pour désigner le végétal (« fleur de Lis », « fleur de lisflambe ») ou bien encore dans une perspective exégétique, afin d’expliciter la signification du mythe de Hyacinte (« fleur de Prudence et Sagesse »). Cette importance se retrouve illustrée, sur le plan figuratif, par les « lettres fleuries » que G. Tory propose en fin d’ouvrage : l’alphabet destiné aux arts décoratifs illustre une dernière fois l’importance d’orner les lettres françaises, au sens propre comme au figuré.

« Lettres fleuries », Champ Fleury, Paris, 1529, f° LXXVIIIv

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k50961p/​f172.highres

  • 70 Danièle Duport, Le Jardin et la nature, Genève, Droz, 2002, « Du traité d’agriculture à une poétiqu (...)
  • 71 Michel Simonin, « "Poësie est un pré", "Poëme est une fleur" : métaphore horticole et imaginaire du (...)

37Ces lettrines sont l’aboutissement graphique du « champ fleury » promis par le titre. L’imprimeur espère donc parvenir à un idéal linguistique, atteignable si chacun se met à développer, à « cultiver », sa langue. La notion de « culture », initialement destinée au traitement de la terre, et transposée aux lettres, marque combien il est important de nourrir sa langue comme l’on entretient un sol. Danièle Duport montre effectivement que la langue comme les végétaux ont besoin d’attention particulière pour croître : « La langue et la terre sont livrées au même abandon. Toutes deux, laissées à l’état sauvage ou d’enfance, doivent bénéficier de soins pour que leur fertilité latente porte ses fruits »70. Ces soins réservés à la langue la mèneront alors aux « grans champs poetiques et rhetoriques pleins de belles, bonnes, et odoriferentes fleurs de parler » [NP4], où elle s’ornera de « certaines belles figures et fleurs de Retorique » [f. 3r]. Ainsi, selon les termes de Michel Simonin : « L’écrivain cultive […] son esprit comme le grammaticus la langue et comme le paysan son champ »71.

38Ainsi que le remarque Paola Cifarelli, la métaphore horticole est courante dans les traités de défense du français. Trois exemples en sont particulièrement l’illustration :

  • 72 Paola Cifarelli, « Le "Preambule du translateur" du Livre de la police humaine de Jehan Le Blond (1 (...)

L’on constatera que le recours au réseau lexical de la végétation est très courant dans ce genre d’apologies : Claude de Seyssel, traducteur célèbre de textes antiques, utilise la métaphore de la fleur et du fruit dans le préambule à sa traduction de Trogue Pompée pour montrer quel profit pourra tirer le lecteur de ses « mises en français », tandis que Bonaventure des Périers, qui participa lui aussi à la querelle sagontine contre Marot par une pièce datant de 1537 utilise souvent les adjectifs copieux et fertile ; enfin, Lemaire de Belges dans sa Concorde des deux Langaiges (1511) parsème d’éléments végétaux la description du Temple de Vénus – lieu où la concorde entre l’italien et le français pourrait se réaliser – en évoquant le printemps et la fertilité72.

39Ce qui distingue néanmoins Geoffroy Tory de ses condisciples est le lien fort qu’il établit entre le monde végétal et l’émergence de l’alphabet. Cette étroite corrélation repose sur une métamorphose qu’il emprunte à Ovide et dans laquelle Apollon tue par accident le jeune et beau Hyacinthe dont il est épris. Pour se consoler, le dieu éploré décide de transformer son bien aimé en une fleur vermeille, dont les feuilles portent les lettres funèbres A et Y. Affirmant que « Soubz l’escorce de Fable la Verité est mussée, et ne peult estre bien cogneue qui [= si on] ne la contemple et avise de bien près » [f. 19r], G. Tory fait de cette histoire le creuset de révélations relatives à la genèse graphique des caractères.

40Ce récit lève effectivement le voile sur trois éléments. Le premier est la présence précoce et originelle de l’écriture sur les feuilles de la fleur, sur laquelle sont inscrites les deux lettres A et Y. Or le A est une lettre parfaite, composée de trois « i », soit un chiffre impair qui a « esté tousjours entre les Anciens reputé heureux » [f. 21v] ; elle sert de base au dessin des autres caractères : « Ilz ont faict leur premiere lettre en nombre imper assise sus le quarré de nombre per pour donner bon commencement et heureux accès à ceulx qui aymeront et vouldront estudier les bonnes lettres » [f. 22r].

41La seconde vérité qui jaillit du mythe de Hyacinthe concerne la langue grecque : d’après G. Tory, c’est de cette histoire que l’aspiration, marquée par l’esprit rude, tient sa raison d’être :

Hyacinthus aujourd’huy est bien escript, qu’on dict aultrement orthographie, par aspiration h. Mais anciennement la figure de ladicte aspiration ne s’escripvoit point. Toutesfois les Græcz depuis ladicte fiction et fable faicte l’ont mise en usage de leur langue reguliere sus leurs sept vocales qui sont. A. E. H. I. O. Y. Ω. Et sus une seule consone nommée Rho. non pas comme lettres, mais comme accents, et l’escripvoient seulement sus lesdictes vocales et consone hors la ligne des lettres [f. 21r-v].

42 Enfin, le nom de Hyacinthus, composé de quatre syllabes, représente l’une des figures qui président au tracé des lettres du fait de leur perfection, en l’occurrence le carré :

Les deux pattes dudict A. et la teste sont ledict triangle, mais ce triangle veult estre assis en un quarré qui nous est signifié par la diction Hyacinthus, qui est contenue en quatre syllabes, qui sont. Hy, a, cin, thus. Les anciens voulant monstrer la singuliere perfection de leurs lettres, les ont formées et figurées par deue proportion des trois plus bonnes et parfaictes figures de Geometrie, qui sont, la figure Ronde, la quarrée, et la Triangulaire. [f. 21v].

La fleur et l’écriture sont donc profondément unies par un lien indéfectible, la première étant porteuse des germes à partir desquelles naissent les caractères, dont la forme idéale sera le support achevé de notre langue écrite, qu’il est désormais impératif de codifier.

La nécessité de s’engager à défendre la langue

Un engagement patriotique aux destinataires divers

43L’engagement de G. Tory en faveur de sa propre langue est manifeste par l’emploi récurrent du déterminant possessif « nostre » : ce dernier, associé au nom « langue », ponctue le texte de ses nombreuses occurrences comme autant d’affirmations d’une identité culturelle permise par un idiome unique, différent du latin et des autres langues vulgaires :

faire honneur à nostre langue Françoise [NP1

grand dommage à nostre langue [NP1]

ordonner par regle nostre langage François [NP2]

Je treuve en oultre qu’il y a une autre manieres d’hommes qui corrompt encore pirement nostre langue [NP3]

Toutesfois si nostre langue estoit deument reglée et polie, telles immundices en pourroient estre dejettées. [NP4]

Mais voulant quelque peu decorer nostre langue Françoise [f. 1v]

mais desirant enluminer aucunement nostre langue [f. 3r]

mais encore pourroit on enrichir nostredict langage [f. 3r]

nostre beau langage François [f. 3v]

nostre langage est si gracieux [f. 5r]

nostredict langage François a grace quand il est bien ordonné [f. 8v]

en ayant nostre langue bien reglée [f. 10r]

Nostre langue est aussi facile à regler et mettre en bon ordre [f. 10r]

Je ne fais doubte qu’aulcunes fois ne se treuve des motz nouveaux en nostre langage [f. 10r]

en l’usage de nostre langage François
[f. 13v]

peu de gens prennent garde pour faulte que nostre langue n’est pas mise par regle [f. 13v].

44Ce patriotisme se renforce dans le choix des destinataires de l’œuvre. Celle-ci s’adresse à « tous » (« j’ay avisé que ce seroit honnestement faict à moy de vous en faire à tous un present » [a ij r°]), et plus particulièrement aux « devotz amateurs de bonnes Lettres », une expression revenant à cinq reprises dans le livre I. L’« amateur » est, d’après le dictionnaire Huguet, celui « qui aime qqc. ou qqun » ; G. Tory invite donc quiconque estimant le français à s’investir dans son développement et ce, « sans preferer grand à petit » : érudits ou non, les lecteurs sont pareillement destinataires dès lors qu’ils ont en commun le critère unificateur qu’est l’amour de leur langue.

45L’absence de distinction de valeur intègre le Champ Fleury dans une démarche humaniste visant, en partie, à la vulgarisation des savoirs et qui est permise non seulement par les traductions en langue vulgaire – pratique que l’on observe dans le Champ Fleury – mais aussi par les œuvres écrites directement en français. Cet objectif de démocratisation est clairement posé par G. Tory : « Mais voulant quelque peu decorer nostre langue Françoise, et afin qu’avec gens de bonnes lettres le peuple commun en puisse user, j’en veulx escrire en François » [f. 1v]. Exposer ses connaissances en français et les destiner à une collectivité aux savoirs hétérogènes est audacieux, c’est pour cette raison qu’une telle entreprise peut faire l’objet de critiques : « Je suis desplaisant que d’aucuns m’ont voulu demouvoir de manifester ce que je vous escripz en ce, nostre total œuvre, et qu’ilz ont essayé faire de moy un homme ingrat de ne vouloir enseigner chose très belle et bonne » [a ij r°]. Pour G. Tory toutefois, ceux qui se refusent à diffuser leurs connaissances sont condamnables et leur comportement est vivement critiqué : les adjectifs « meschants et avaricieux », renforcés par l’adverbe intensif « si », les associent à des personnes insensibles et ingrates :

Je croy que telz hommes sont si meschants et avaricieux que si toute la flamme et le feu du monde estoient estainctz, fors une seule chandelle qu’ilz auroient alumée, et qu’on ne peust avoir feu que leurdicte seule chandelle, qu’ilz ne vouldroient pas que leur doulce mere y en alumast une pour faire du feu à chaufer et nourrir leur petit frere [a ij v°].

46Le qualificatif « meschante », également élevé à un degré d’intensité élevée par l’adverbe « si », les identifie à un animal féroce conservant égoïstement la pierre précieuse dont il est le producteur :

Ilz sont de la nature d’une beste que Pline et Soline disent estre si meschante, que cognoissant que son urine se fige et congele en une pierre precieuse, qui est dicte en Grec, λυνκοριον, et qui est semblable à la pierre d’Ambre, qui attire à soy les festuz, ne veult et desdaigne qu’elle vienne ès mains et usage des hommes, tellement qu’elle la couvre et musse en terre le plus secrettement qu’elle peult [a ij v°].

47Les adjectifs « ingrat » et « glout » [avide, avare], une fois encore intensifiés par « si », condamnent pareillement l’ouvrier doué qui a refusé de partager les secrets de son art, désormais définitivement perdus :

Ainsi feit le noble ouvrier des vitres de la saincte Chapelle de Bourges que le Duc de Berry nommé Jehan feit faire. Icelluy ouvrier fut si ingrat et glout de son sçavoir, qu’il ne le voulut onques enseigner à homme, n’à son filz, ce dict on. Les vitres qu’il fist sont de tel art, que le Soleil tant luysant peult il estre, ne les peult de ses rayons aucunement penetrer, qui est une chose tresbelle, et sans autre semblable. S’il eust voluntiers enseigné cela, mille autres hommes eussent depuis luy faict maintes belles et bonnes operations, qui ne sont pas faictes, et ne seront jamais [a ij v°].

  • 73 Sur ce point, voir Olivier Deloignon, « "… De vous en faire à tous ung present…" », Le Champ fleury(...)

G. Tory rappelle à tous ceux qui sont ici blâmés le principe suivant : « Ce sont les abominables sciences qu’il ne fault pas enseigner, mais les bonnes et honnestes il les fault publier : affin qu’un chacun s’y employe et esvertue à bien faire » [a iij r°]. Cet énoncé gnomique est prolongé par une adresse directe, au présent de l’impératif, qui exhorte ses contemporains à répandre généreusement leurs savoirs : « Ne soyons donques ingratz d’enseigner et dire honnestement ce qui peult proufiter, et faisons de bon cueur plaisir à tous vivans, ainsi que vouldrions qu’ils nous feissent » [a iij r°]73.

  • 74 Marie-Luce Demonet-Launay, « L’architecture morale de Geoffroy Tory », Bulletin de l’Association d’ (...)
  • 75 Olivier Halévy, « Des règles poétiques à la norme linguistique », Cahiers de recherches médiévales (...)

48G. Tory propose à ses destinataires les justes proportions de ses lettres attiques et c’est aussi largement qu’il diffuse ses règles de grammaire dont la présence est qualifiée de « véritable nouveauté » par Marie-Luce Demonet-Launay74 tandis qu’Olivier Halévy fait du Champ Fleury un « point de départ de la grammatisation française »75. Or, pour régler une langue, il faut premièrement en chasser les corruptions.

Le combat contre les mauvais usages

49L’adresse « Aux Lecteur de ce present livre » s’ouvre sur le constat que la langue française est corrompue par le mauvais usage que certains en font :

On dict communément, et dict on vray, qu’il y a grande vertu naturelle en herbes, en pierres, et en parolles. D’en bailler exemple, seroit superfluité, tant la verité en est certaine. Mais je vouldrois qu’il pleust à Dieu me donner la grace que je peusse tant faire par mes parolles et requestes, que je peusse persuader à d’aucun, que s’ilz ne vouloient faire honneur à nostre langue Françoise au moins qu’ils ne la corrompissent point. Je trouve qu’il y a trois manieres d’hommes qui s’esbatent et efforcent à la corrompre et difformer. Ce sont escumeurs de Latin, plaisanteurs, et jargonneurs. […] Ce sont Innovateurs et Forgeurs de motz nouveaulx. [NP1 et 3]

  • 76 Ibid., § 5 / p. 267.

50Olivier Halévy voit en ce passage un écho à une idée préalablement développée au début du XVIe siècle : « cette écriture est très proche de la condamnation des "vices" de langage que l’on trouve dans les traités de seconde rhétorique comme l’Instructif de la seconde rhétorique (1501) ou le Grand et vrai art de pleine rhétorique (1521) de Pierre Fabri »76. En témoigne en particulier cet extrait du Grand et vrai art de pleine rhétorique :

  • 77 Pierre Fabri, Le Grand Et Vrai Art de Pleine Rhetorique, éd. A. Héron, Rouen, Impr. E. Cagniard, 18 (...)

Il est une aultre maniere de barbare appellée vice de innovation commis par ignorans voullans apparoistre escumans termes latins en les barbarisant, sans prendre leur commun significat [sens], comme : « Se ludez a la pille, vous amitterez » ; et ludere significat « jouer », et pilla « esteuf », amittere « perdre », qui sont termes beaux et communs ; parquoy, comme il est jà dict en plusieurs endroictz l’en doibt tousjours prendre les termes en motz plus communs que l’on peult trouver et les mettre à leur significat à tous intelligible.77.

51Les termes employés et les exemples proposés par G. Tory montrent l’influence de ces traités de seconde rhétorique :

  • 78 Olivier Halévy, ibid., § 6 / p. 267-268.

D’un texte à l’autre, on retrouve non seulement des termes proches (« escumeurs » / « escumans », « innovateurs » / « innovation »), mais le fait même d’illustrer les vices par de courts exemples. Il est vrai que le langage fleuri de « l’escumeur de latin » est un ressort du théâtre comique dès la fin du XVe siècle, la Sotie nouvelle très excellente des coppieurs et lardeurs en est un bon exemple, mais la technicité du passage suggère que Tory semble s’inspirer directement des traités de seconde rhétorique78.

  • 79 Claude-Gilbert Dubois, «"Vice de Innovation" et "Escumeurs de Latin" : quelques aspects du mélange (...)
  • 80 Ibid.

52Dans le Champ Fleury, les « Escumeurs de latin » sont les premiers visés par la critique. L’expression désigne, d’après le dictionnaire de La Curne, un « [p]édant qui mêle le latin au français ». Cet emploi métaphorique découle du sens propre « pirate », l’écumeur empruntant indûment à une autre langue (la même nuance péjorative s’observe avec le verbe, l’expression « escumer le latin » signifiant « affecter la science »). Comme le signale C.-G. Dubois, assembler diverses langues dans un même discours n’est en rien surprenant à la Renaissance : « Le "mélange des langues" a été au XVIe siècle en France un procédé d’écriture utilisé dans des milieux où la polyglossie était d’usage courant, en particulier, par la connaissance, en plus de la langue du pays, de langues culturelles comme le latin, le grec, et éventuellement l’hébreu »79. G. Tory lui-même intègre dans son développement des citations latines qu’il traduit ensuite. Cette pratique montre bien qu’il ne refuse pas ce genre d’emploi mais plutôt celui qui consiste à mélanger des termes français et latins au sein d’une même phrase. Alors que, dans le premier cas, C.-G. Dubois parle de « continuité », pour le second il s’agit véritablement d’une « rupture » : « De la compilation d’adages au mélange des idiomes, il y a certes continuité, mais il y a rupture dans la mesure où le mélange s’effectue à l’intérieur d’une proposition, ou d’un mot, tandis que le discours par citations respecte l’unité syntagmatique, au niveau minimal des propositions »80. L’exemple que donne G. Tory est caractéristique de cette discordance :

Quand escumeurs de Latin disent, d’espumon la verbocination latiale, et transfreton la sequane au dilucule et crepuscule, puis deambulon par les Quadrivies et Platées de Lutece, et comme verisimiles amorabundes captivon la benivolence de lomnigene et omniforme sexe feminin, me semble qu’il[s] ne se mocquent seulement de leurs semblables, mais de leur mesme personne [« Aux Lecteurs », NP1].

53Ce discours, dont le ridicule frappe tant son hybridité le rend incompréhensible a été en partie repris par F. Rabelais en 1532. On le trouve chez l’écolier limousin, « qui contrefaisoit le Langage François » :

  • 81 François Rabelais, Le second livre des faits et dits heroïques du bon Pantagruel, dans Les œuvres d (...)

[N]ous transfretons la Sequane au dilucule et crepuscule : nous deambulons par les compites et quadrivies de l’urbe, nous despumons la verbocination Latiane : et comme versimiles amorabons, captons la benivolence de omni juge, omniforme, et omnigene sexe feminin : certaines diecules nous invisons les lupanares, et en extase veneriques inculcons nos verettes és penitissimes recesses des pudendes de ces meritricules amicabilissimes […]81.

  • 82 Ibid., p. 198 et p. 199.
  • 83 Ibid., p. 200.
  • 84 Myriam Marrache-Gouraud, « Hors toute intimidation » : Panurge ou la parole singulière, Genève, Dro (...)

54Comme G. Tory, le Pantagruel de Rabelais condamne le jargon pédant de son interlocuteur : « Que diable de langage est-ce ? Par Dieu tu es quelque heretique. […] je croy qu’il nous forge icy quelque langage diabolique, et qu’il nous charme comme enchanteur »82. Pour avoir ainsi dénaturé la langue, l’écolier limousin aura un sort à la hauteur de son crime : « Et après quelques années mourut de la mort de Roland, se faisant la vengeance divine »83. Une morale vient conclure cet épisode et rappelle que la « langue est en perdition si elle procède par emprunts au mépris de ses ressources naturelles. Elle court le risque de faire naufrage, autant dire de disparaître, au profit d’un "diable de langage" »84.

55Après les « escumeurs de latin », les « plaisanteurs » sont présentés comme le deuxième type de corrupteurs de langage. Le « plaisanteur » est ainsi défini par le dictionnaire Huguet : « Celui qui cherche à parler et écrire agréablement, spirituellement » ; mais il est en mauvaise part assimilé par G. Tory à un « dechiqueteur de langage » :

  • 85 L’expression « lesche du jour » – signifiant « tranche mince » (selon le dictionnaire Huguet) soit, (...)

Quand les plaisanteurs, que je puis honnestement appeller, dechiqueteurs de langage, disent monsieur du page, si vous ne me baillez une lesche du jour85, je me rue à Dieu, et vous dis du cas, vous aurez nasarde sanguine, me semblent faire aussi grand dommage à nostre langue, qu’ilz font à leurs habitz, en dechiquetant et consumant à oultrage ce qui vault mieulx entier que decisé et mutilé meschantement [« Aux Lecteurs », NP1].

Les « jargonneurs » désignent le troisième genre de pervertisseurs de langage : le doublet synonymique à valeur emphatique « malicieux […] et meschant langage » intensifie leur nuisance, quand bien même ce langage pourrait être « ingenieux » (comme celui de François Villon) :

Tout pareillement quand jargonneurs tiennent leurs propoz de leur malicieux jargon, et meschant langage, me semblent qu’ilz ne se monstrent seulement estre dediez au gibet, mais qu’il seroit bon qu’ilz ne fussent oncques nez. Jaçoit que maistre François Villon en son temps y aye esté grandement ingenieux, si toutesfois eust il mieulx faict d’avoir entendu à faire autre plus bonne chose. Mais au sort, fol qui ne folie, perd sa saison. J’alleguerois quelque peu dudict jargon, mais pour en eviter la meschante cognoissance, je passeray oultre, et dis que je vouldrois que telz corrompeurs d’honneste langage fussent si avisez et sages, qu’ilz pensassent qu’un homme qui veult estre veritablement intimé en pure vertu, doibt tousjours et en tous lieux faire et dire chose qui soit belle, bonne, et honneste [« Aux Lecteurs », NP1-2].

  • 86 Myriam Marrache-Gouraud, op. cit., p. 28.

Les jargonneurs n’emploient pas la langue naturelle, mais utilisent un langage codé accessible à un petit nombre d’initiés « qui nie l’universalité d’une langue naturelle »86. C’est pourquoi G. Tory les condamne, conformément à son idéal de vulgarisation du savoir via l’emploi d’une langue nationale commune à tous.

56Le quatrième type de mauvais locuteurs est représenté par les « Innovateurs et Forgeurs de motz nouveaulx » dont l’adverbe « pirement » grade l’influence néfaste :

Je treuve en oultre qu’il y a une autre maniere d’hommes qui corrompt encores pirement nostre langue. Ce sont Innovateurs et Forgeurs de motz nouveaulx. Si telz Forgeurs ne sont Ruffiens, je ne les estime gueres meilleurs. Pensez qu’ilz ont une grande grace, quand ilz disent après boyre, qui ont le Cerveau tout encornimatibulé, et emburelicoqué d’un tas de mirilifiques et triquedondaines, d’un tas de gringuenaudes, et guilleroches qui les fatrouillent incessamment. Je n’eusse allegué telles sottes parolles, se n’eust esté, que le desdaing d’y penser le m’a faict faire. [« Aux Lecteurs », NP3-4]

  • 87 Une recherche lexicale via le Grand Corpus des dictionnaires Garnier numérique ou le Dictionnaire d (...)

57Les termes « encornimatibulé », « emburelicoqué », « mirilifiques », « triquedondaines », « gringuenaudes », « guilleroches » et « fatrouillent », sont présentés comme des néologismes par Geoffroy Tory. Pourtant, selon Lazare Sainéan, cette attaque reposerait sur une erreur d’appréciation dans la mesure où la majorité des mots que G. Tory cite, et qui se trouvent chez Rabelais, sont antérieurs au XVIe siècle, à deux exceptions près, « encornimatibulé » et « guilleroche ». Il ne s’agirait donc pas d’inventions fantaisistes, mais de mots anciens87 :

Seulement le grammairien se trompe lorsqu'il y voit des néologismes : ils sont en général antérieurs au XVIe siècle.

Emburelucoquer, troubler, remplir l'esprit de chimères, verbe qu'on rencontre souvent chez Rabelais (1. I, ch. vi, et passim) et qui lui est antérieur. On le trouve au XIVe siècle dans Fauvel sous la forme embireliquoquier (point de départ de la forme plus moderne emberlucoquer, d'origine obscure) […]. Encornimatibuler, embarrasser, est uniquement attesté par Tory. Les éléments constitutifs en paraissent être encorni, dur (comme la corne) et mantibulé, mandibule (forme fréquente au XVIe siècle), dont matibule serait une réduction : l'acception primordiale pourrait être « embarrassé d'une infirmité de la mandibule ». Son pendant rabelaisien est encornifistibuler. Fatrouiller, fouiller (1. V, ch. xxx), est déjà usuel sous cette forme au XVe siècle (Gréban, Pathelin) et remonte, sous celle de fastrouiller, au XIIIe-XIVe siècle. Gringuenaulde, ordure autour du fondement (1. II, ch. xiii), mot d'origine provinciale, ne se trouve pas attesté avant Tory et Rabelais.

Guylleroche, terme uniquement donné par Tory, resté de sens et d'origine également inconnus. Mirelificques, bagatelles, colifichets […], est fréquent au XVe siècle, dans les Mystères, chez Alain Chartier et Charles d'Orléans […] Triquedondaines, futilités (Pant. Progn., ch. v), est déjà familier à Eustache Deschamps, à propos de hautes perruques […] et Guillaume Coquillart s'en sert dans son portrait de la femme rusée […].

  • 88 Op. cit., p. 99 et suiv.

Donc, si l'on excepte encornimatibulé et guylleroche, qui sont restés des hapax après Tory, tous les autres « mots nouveaux » qu'il cite remontent au-delà du XVIe siècle et sont pour la plupart restés dans la langue88.

58S’il condamne les mauvais utilisateurs du français, G. Tory sait également proposer un modèle à imiter. Dans le premier cas, les locuteurs ne sont pas nommés et sont seulement caractérisés par la corruption commise, alors que dans l’autre cas, les bons usagers sont explicitement désignés par leur nom. Ceux-ci ont été découverts grâce à René Macé de Vendôme, chroniqueur du roi, auquel G. Tory rend hommage :

J’ay nagueres veu et tenu tous ces susdictz reverendz et anciens autheurs escriptz en parchemin, que mon seigneur et bon amy frere René Massé de Vendosme Chroniqueur du Roy m’a liberalement et de bon cueur monstré. Il en a usé si bien à parfaire les Chroniques de France, que je puis honnestement dire de luy.
Cedite Romani scriptores, cedite Graii.
Nescio quid maius nascitur Iliade.
Arriere arriere Autheurs Græcz et Latins, de René Masse naist chose plus belle et grande que l’Iliade. [f. 8r]

  • 89 « À la recherche des pères : la liste des auteurs illustres à la fin du Moyen Age », MLN, vol. 116, (...)
  • 90 « [C]ette fréquence des listes d’auteurs aboutit à la formation d’un canon qui s’institue véritable (...)
  • 91 Ibid., p. 638.

59Le répertoire littéraire que propose G. Tory s’inscrit dans la continuité d’une pratique mentionnée par Jacqueline Cerquiglini-Toulet : « Il fleurit dans les textes du XIVe siècle des listes de noms qui sont des cristallisations de renom »89. Elle montre que les traités de seconde rhétorique sont alors particulièrement déterminants dans la constitution « de la figure du grand écrivain »90. Cette accumulation d’auteurs intègre l’œuvre dans une illustre dynamique : « L’énumération a pour but de faire participer l’œuvre moderne à ce mouvement de la gloire »91. G. Tory se démarque néanmoins de ses condisciples dans la mesure où l’inventaire qu’il propose contient des auteurs antérieurs à ceux communément mentionnés : alors que « les noms les plus fréquemment cités » sont « Jean de Meun, pour le XIIIe siècle - les listes ne remontent guère au-delà -, Alain Chartier pour le début XVe siècle, Georges Chastelain pour la fin du siècle », Geoffroy Tory choisit pour sa part de commencer sa liste avec les initiateurs du vers français par excellence qu’est l’alexandrin :

  • 92 Ibid., p. 643.

On comprend alors qu’un érudit comme Geofroy Tory qui, l’un des premiers, fait remonter sa liste des écrivains célèbres au-delà de Jean de Meun et cite Chrétien de Troyes, Huon de Méry, Raoul de Houdenc, Païen de Mézières, fasse partir son énumération de ceux « qui ont descript la vie d’Alexandre le grand, en longue ligne, que l’autheur qui a composé en prose le jeu des Eschecz, dit estre de douze syllabes, et appelle rithme Alexandrine, pource que comme dict est, la vie d’Alexandre en est descripte » (BIII. verso). Dans une projection imaginaire, le « grand écrivain » commence son long compagnonnage avec une forme d’écriture particulière, l’alexandrin, et avec sa manifestation la plus remarquable l’inscription dans la pierre, le marbre. Il est senti comme celui qui veut laisser une trace […]92.

  • 93 Sur la liste proposée dans le Champ Fleury, l’on pourra lire l’intéressante étude que propose Olivi (...)
  • 94 Ibid.

60G. Tory ne mentionne pas moins de douze auteurs93 à qui il destine d’élogieux propos. Olivier Halévy les classe en trois catégories : « les pères fondateurs » (Jean Le Nevelon et Pierre de Saint-Cloud), « les poètes "anciens" des XIIe-XIIIe siècles » (Chrétien de Troyes, Raoul de Houdenc, Huon de Méry et Païen de Maisières) et « les poètes "modernes" du XVe siècle (Arnoul et Simon Greban, Alain Chartier, Georges Chastellain, Jean Meschinot, Pierre de Nesson et Guillaume Crétin)94.

61Pierre de Saint Cloud (2e moitié du XIIe s., collaborateur du Roman d’Alexandre et du Roman de Renart)95 et Jean le Nevelon (2e moitié du XIIe s., auteur de la Vengeance Alixandre, continution du Roman d’Alexandre)96 sont loués pour la qualité de leur langue : « Iceulx deux […] autheurs ont en leur stile une grande majesté de langage ancien ». G. Tory suppose même que s’ils avaient vécu à son époque, ils auraient dépassé les Antiques : « [je] croy que s’ilz eussent eu le temps en fleur de bonnes lettres, comme il est aujourdhuy, qu’ilz eussent excedé tous autheurs Græcz et Latins ». Il surenchérit, affirmant que c’est à ces deux auteurs que Jean Lemaire de Belges doit la beauté de son style :

Ilz ont, dis-je, en leurs compositions don accomply de toute grace en fleurs de Rhetorique et poesie ancienne Jaçoit que Jehan le Maire ne face aucune mention d’iceulx, toutesfois si a il prins et emprunté d’eulx la plus grande part de son bon langage, comme on pourroit bien veoir en la lecture qu’on feroit attentivement ès œuvres des uns et des autres [p. 7v].

  • 97 « Pierre de Saint-Cloud est un interpolateur cité dans certains manuscrits (il se présente comme l’ (...)

Bien qu’exagérant l’apport de ces deux écrivains dans le cycle d’Alexandre, G. Tory a le mérite d’avoir été « le premier à tenter [d’en] nommer les auteurs »97.

  • 98 Jean-Marie Fritz, « Chrétien de Troyes », Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge, op. ci (...)
  • 99 Sylvie Lefèvre, « Huon de Méry », ibid., p. 707-708.
  • 100 Alexandre Micha et Francis Bar, « Raoul de Houdenc », ibid., p. 1235-1238.

62Chrétien de Troyes (XIIe s., auteur d’Érec et Énide, Cligès, le Chevalier de la Charrette, le Chevalier au Lion et le Conte du Graal98), Huon de Mery (XIIIe s., auteur du Tournoiement Antéchrist99) et Raoul de Houdenc (fin du XIIe s. - première moitié du XIIIe s., auteur de Méraugis de Portlesguez et du Roman des Ailes100) sont proposés pour leur exemplarité : « On pourroit aussi user des œuvres de Chrestien de Troyes, et ce en son Chevalier à l’espée, et en son Perceval, qu’il dedia au Compte Philippe de Flendres. On pourroit user pareillement de Hugon de Mery, en son tournoy de l’Antecrist. Tout pareillement aussi de Raoul en son Romant des alles » [f. 8r]. Comme le remarque Olivier Halévy, la sélection par G. Tory de ces auteurs semble orientée par sa lecture du Tournoi Antéchrist :

  • 101 Olivier Halévy, « Des règles poétiques à la norme linguistique », art. cité, § 19 / p. 272. Nous ci (...)

Aidé de René Macé, Tory semble avoir directement construit sa liste à partir de ce texte. Comme Huon de Méry fait de Chrétien de Troyes et Raoul de Houdenc les deux meilleurs illustrateurs du français avant lui, il inclut les trois auteurs dans son corpus d’auteurs susceptibles de servir de modèles. On le voit, Tory cherche moins à récompenser la gloire littéraire qu’à constituer à partir de la lecture minutieuse des textes un corpus linguistique à partir duquel déduire une norme101.

  • 102 Alexandre Micha et Christine Ruby, « Demoiselle a la mule », Dictionnaire des lettres françaises. L (...)

63Païen de Maisières (« Paysant de Mesieres », auteur de la Demoiselle à la Mule, écrit au début du XIIIe s.)102 mérite également une attention particulière, n’étant « pas à despriser, qui faict maintz beaux et bons petitz coupletz, et entre les autres, en sa mule sans frein » [f. 8r].

  • 103 Raymond Lebègue et Elisabeth Lalou, « Mystère des Actes des Apôtres », ibid., p. 1047-1048.
  • 104 Omer Jodogne, « Mystère de la Passion, d’Arnoul Gréban », ibid., p. 1036-1040.
  • 105 « Mort près d’un siècle avant la naissance du dramaturge français, Dante n’a absolument pas pu fair (...)

64Simon Gréban (auteur d’un Mystère des Actes des Apôtres)103 et Arnoul Gréban (auteur du Mystère de la Passion au XVe s.)104 sont mentionnés ensemble mais c’est au second que G. Tory accorde un traitement particulier, Dante lui-même lui rendant hommage : « Dantes Aligerius Florentin, comme dit mon susdict bon amy frere René Massé, faict honorable mention dudict Arnoul Graban » [f. 8r]. Il s’agit néanmoins d’une mauvaise interprétation du texte de Dante, celui-ci mentionnant un certain Arnaud, que G. Tory et René Macé auraient à tort identifié à Arnoul Gréban105.

65Pierre de Nesson (1383-1440, auteur des Vigiles des morts et de l’Oraison à Notre-Dame)106 est célébré pour son « doulx langage ».

  • 107 Zenon Kaluza, « Alain Chartier », Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge, éd. citée, p.  (...)
  • 108 Gillette Tyl-Labory et Sylvie Lefèvre, « Georges Chastellain », ibid., p. 510-512.

66Alain Chartier (XVe s., auteur de nombreuses œuvres, notamment Le Livre des quatre dames, Le Quadrilogue invectif et Le Bréviaire des nobles)107 et Georges Chastellain (XVe s., auteur d’une Chronique, œuvre historique)108 sont présentés comme des « auteurs dignes desquelz on face frequente lecture, car ilz sont très plains de langage moult seignorial et heroique » [f. 8v].

67Enfin, Guillaume Cretin (1460?-1525, auteur de Chroniques de France109 en vers)110 est jugé supérieur aux Anciens et aux Italiens grâce à l’excellence de son expression : « On pourroit semblablement bien user des belles Chroniques de France, que mon seigneur Cretin nagueres Chroniqueur du Roy a si bien faictes, que Homere, ne Virgile, ne Dantes, n’eurent onques plus d’excellence en leur stile, qu’il a au sien » [f. 8v].

68Olivier Halévy, qui s’est intéressé à la liste soumise par G. Tory, montre combien ce dernier s’est inspiré de la tradition poétique pour constituer son inventaire de grands auteurs français :

  • 111 Olivier Halévy, « Des règles poétiques à la norme linguistique », art. cité, § 8-9 / p. 269.

Ici, son approche ne doit apparemment rien aux traités de seconde rhétorique. Pourtant, l’humaniste ne manque pas de s’appuyer sur la tradition poéticienne. Comme la France n’a pas isolé de grands auteurs comparables aux trois couronnes toscanes, il construit sa liste à partir des « listes de bons facteurs » qui accompagnent la réflexion poétique depuis le milieu du XVe siècle.
À première vue, Tory se contente de transformer les gloires littéraires en modèles linguistiques. Les auteurs qu’il recommande correspondent en effet souvent à ceux qui apparaissent dans les Parnasses poétiques111.

  • 112 Nous la citons d’après Olivier Halévy, ibid. § 9 / p. 269 : « Hé ! Chastelain et Maistre Alain Char (...)

69Pour justifier la filiation entre le Champ Fleury et les « Parnasses poétiques », Olivier Halvéy cite un extrait de la Déploration sur le trespas de feu Okeghem de Guillaume Crétin112, qui inscrit le relevé d’écrivains français proposé par G. Tory dans la continuité de la tradition poétique :

  • 113 Olivier Halévy, « Des règles poétiques à la norme linguistique », art. cité, § 10 / p. 269.

[…] [parlant de la Déploration sur le trespas de feu Okeghem] à l’exception de Milet, on retrouve exactement les mêmes noms à la fin de la liste de Tory : Arnoul et Simon Greban, Alain Chartier, George Chastellain, Jean Meschinnot (ou du moins ses Lunettes des princes, qui viennent alors d’être publiées en caractères romains par Galliot Du Pré), Pierre de Nesson et Guillaume Crétin (fol. 4r). Même si Tory ne s’est probablement pas inspiré du poème de Crétin, il s’inscrit visiblement dans la continuité de ces « Parnasses des bons facteurs »113.

  • 114 Ibid., § 29 / p. 278.

70Les textes des auteurs sélectionnés doivent dès lors servir de recueil à la conception de règles, leurs écrits fournissant la matière première à la constitution d’une norme grammaticale. La nécessité de cette extraction est figurée par deux métaphores : « Extrahere aurum de stercore. Tirer l’or de dedans un fient » et « Extorquere clauam de manu Herculis. Oster et arracher la massue de la main d’Hercules », deux tropes dont le sens est expliqué par Olivier Halévy : « Alors que la première, […] valorise la grammaire en soulignant sa capacité à déduire une belle règle ("l’or") d’un texte insignifiant ("ung fient"!), la seconde la valorise en posant qu’elle peut aussi reprendre et codifier la force expressive des textes les plus expressifs ("la massue […] d’Hercules") »114. Plusieurs posibilités sont alors avancées pour constituer un français normé.

Illustrer et codifier la langue française

Écrire en français et faire fi du latin

71En premier lieu, Tory a fait le choix d’écrire en langue vulgaire. Il précise les motivations nationalistes de cette démarche, qui ne vient pas de son ignorance du latin, mais de son désir de perfectionner sa langue nationale :

J’en eusse traité et escript en latin, comme je pourrois bien faire, ce croy-je, et comme on peult cognoistre aux petitz œuvres latins que j’ay faict imprimer et mis devant les yeulx des bons estudians, tant en metre qu’en prose. Mais voulant quelque peu decorer nostre langue Françoise, et afin qu’avec gens de bonnes lettres le peuple commun en puisse user, j’en veulx escrire en François [f. 1v].

72C’est donc dans le but de « décorer » [embellir], d’enrichir et de diffuser le français, que l’imprimeur choisit la langue vernaculaire. Son travail de traducteur (manifeste dans le Champ fleury où il traduit en français le mythe de l’Hercule gaulois à partir de la traduction latine d’Érasme : « Hercule Gallico, Et icelle prefation translatée de Græc en Latin par Erasme, et je la translateray puis après de Latin en François » [f. 3v]) est nettement souligné par la biographie de Tory rédigée par La Croix du Maine :

  • 115 François Grudé La Croix du Maine, Premier volume de la Bibliothèque du sieur de La Croix Du Maine, (...)

Il a traduit les Hieroglyphes d’Orus Apollo, autheur Grec.
Il a traduit les politiques de Plutarque, imprimées à Lyon par Guillaume Boulle. Le Tableau de Cebes ancien Philosophe Thebain, traduit par ledit Thory. Trente dialogues de Lucien, impriméz à Paris chez Jean Petit l’an 1529. avec ledit Tableau de Cebes. Sommaire des Chroniques de Jean Baptiste Egnace, Vénitien, traduit de Latin en François par ledit Thory, imprimé à Paris par luy-mesme l’an 1529. auquel temps il fleurissoit115.

73Bien que maîtrisant parfaitement le latin, et traduisant lui-même systématiquement toutes les citations grecques et latines de son ouvrage, Tory préconise l’emploi du français pour deux raisons. En premier lieu, parce qu’il est plus aisé d’écrire en sa langue. Tory mentionne ainsi le cas de Vitruve, moqué pour avoir écrit en grec alors qu’il est latin :

Pour chose qu’ilz puissent dire je ne lairray à escrire en François, comme homme François, les avertissant que Vitruve fut jadis reprins et mocqué, pource que luy n’estant Grec de nativité, escrivoit en vocables Græcz, comme l’on peult encores veoir dans la plus grande partie des dictions et vocables des utilz et autres choses d’architecture, desquelz en son livre a faict mention [f. 2v].

74Cette critique est rappelée dans le De re ædificatoria d’Alberti :

  • 116 Leon Battista Alberti, De re ædificatoria [princeps 1485], 6, 1, 92r cité et traduit par Martine Fu (...)

Accedebat quod ista tradidisset non culta : sic enim loquebatur ut Latini Græcum uideri uoluisse, Græci locutum Latine uaticinentur ; res autem ipsa in sese porrigenda neque Latinum neque Græcum fuisse testetur, ut par sit non scripsisse hunc nobis qui ita scripserit ut non intelligamus. [S’ajoutait à cela (i.e. le fait que le texte de Vitruve est incomplet) que ce qu’il nous a transmis manque de soin : en effet, il parlait dans une langue telle que les Latins supposaient qu’il avait voulu paraître Grec, et les Grecs qu’il avait voulu parler Latin. La chose prise en elle-même pourrait témoigner qu’il n’a été ni Latin ni Grec, de sorte qu’à notre avis, écrire en étant inintelligible équivaut à n’avoir pas écrit]116.

75En second lieu, Tory choisit d’écrire dans la langue française parce qu’il la juge supérieure au latin et à l’italien, en ce qu’elle pérennise l’éminente culture hellène. Il avance tout d’abord un argument lexicologique ; certains mots de notre vocabulaire, comme « paradis », « ange » et « cygne », sont d’origine grecque, preuve de l’implantation de cette langue dans notre idiome :

Je puis de rechef dire par bonne raison que lesdictes lettres Græcques ont icy esté avant que les Latines, quand encores aujourd’hui en avons des vocables et dictions en l’usage de nostre langage François qui sont plus Græcques que Latines. Comme sont Paradisus, Angelus, Cygnus, et mille aultres ausquelles peu de gens prennent garde pour faulte que nostre langue n’est pas mise par regle. Nous appellons un beau jardin Paradis terrestre, donques c’est Paradisus. Un ange n’est autre chose qu’un messager qui est dit en Latin Nuncius. Parquoy donques angelus ou totalement dict en Græc, αγγελος, et Ange, sont plus prochains et semblables que ne sont Nuncius et Ange. Pareillement Cygnus, ou Κύγνος est plus prochain de ceste diction Françoyse Cygne, que de la Latine qui est Olor [f. 13v-14r].

76Un autre exemple vient illustrer la filiation franco-grecque et repose pour sa part sur le De Asse de Budé, où l’on peut lire que les noms de mesure sont eux aussi des emprunts aux Grecs :

Toutesfois, qui ne me vouldra croire de ce que j’en viens de dire, si s’en aille esbatre à lire au cinquiesme livre De Asse, au commencement du fueillet cxcv. de l’impression de Venize qu’on dit Aldine, et il verra comment mon seigneur Budé tesmoigne elegamment que les noms des mesures de ceste noble cité de Paris pour la plus grand part ont encores leurs noms auprès du Græc, comme sont Cheopina et Pinta. Cheopine et Pinte. [I, f. 14r]

G. Tory signale que les étymologies citées ne sont que des échantillons d’un vaste lexique venu de Grèce, affirmant qu’il « pourroi[t] alleguer un millier de semblables, et plus evidens, mais aidant nostre Seigneur ce sera pour une aultre fois » [f. 14r].

77Le lien rattachant les Français aux Grecs est réaffirmé par un argument littéraire reposant sur le texte de Gaguin (De origine et gestis Francorum compendium) où est évoquée la réception par Louis le Pieux de textes en langue grecque : « Gaguin a escript au. IIII. livre de ses chroniques, que les livres que sainct Denis feit de la Hierarchie celeste, et qui furent envoyez de l’Empereur de Constantinople nommé Michæl au Roy Loys le pitoyable, filz et successeur de Charlemaigne, estoient escriptz en Græc » [f. 14r]. L’auteur de l’œuvre offerte par l’empereur byzantin Michel II le Bègue au roi de France n’est pas saint Denis (« l’évangélisateur des Gaules et fondateur de l'abbaye qui porte son nom »), mais Denys l’Aréopagite (« disciple athénien de saint Paul dont les Actes des Apôtres racontent la conversion »). Cet épisode est resté gravé dans l’histoire dans la mesure où « ce manuscrit byzantin est plus qu’un livre, une relique : c’est le premier manuscrit grec à entrer dans la bibliothèque d’un roi de France »117. Copié à Constantinople au IXe siècle puis apporté à Compiègne, ce livre est la preuve, selon G. Tory, que les « lettres Græcques ont icy eu cours avant que les Latines, entendu qu’elles estoient plus estimées, et que lesdictes Latines estoient en ce temps là encore en leur gros et rude stile, comme on peult juger clerement par les scripteurs et autheurs de cedict temps » [f. 14r-v]. S’ensuit une liste d’auteurs, critiqués pour la rusticité et le manque de raffinement de leur langue : « Comme estoient Grecismus, Tardivus, Alanus de parabolis, Floretus, Compotus, Alexander de villa dei, et mille aultres qui ne valent pas le rememorer pour la rudeté et dure langue qu’ilz avoient en leur composition plus latineuse que latine, c’est à dire, sans elegance, et sans fleur de rhetorique » [f. 14v].

78Le premier est Évrard de Béthune (« Grecismus ») ; c’est un grammairien et controversiste du XIIIe siècle, également mal perçu par Rabelais qui le cite parmi les ouvrages que Jobelin Bridé lit à Gargantua, le « vieux rousseux », deuxième précepteur de Gargantua et instructeur de la vieille scolastique118 ; le second est Guillaume Tardif (« Tardivus ») (1440-1492), un professeur et traducteur, notamment de Valla, du Poge ou encore de Pétrarque119 ; le troisième est Alain de Lille (« Alanus de parabolis ») (11..-1202?), cistercien, théologien, poète et professeur120 qui est lui aussi discrédité par F. Rabelais qui en fait cette fois une référence de Tubal Holoferne, premier précepteur de Gargantua et dont l’enseignement est critiqué121 ; le quatrième est Jean de Garlande (« Floretus ») (1195?-1272?), professeur de grammaire latine à Paris et à Toulouse122 ; le cinquième est probablement Anianus, astronome et poète du XVe siècle, auteur de Aniani Compotus cum commento de 1492123 ; le sixième est Alexandre de Villedieu (« Alexander de villa dei ») (1170?-1240?), un franciscain, grammairien, mathématicien et poète124 dont le Doctrinal qui figure également parmi les lectures de Jobelin Bridé125. En choisissant de mentionner ces auteurs par leur nom latinisé, G. Tory double son reproche explicite d’une critique indirecte puisque ces romanisations marquent le fossé séparant les Latins des Français ; l’hyperbole « mile aultres » accentue pour sa part le mépris de G. Tory envers ceux qu’il rejette dans l’anonymat.

79L’implantation du grec sur le sol français est justifiée par un autre argument, d’ordre religieux, introduit par la locution adverbiale « outre plus » marquant une surenchère. G Tory signale, en effet, que l’enseignement de la religion chrétienne en France a été dispensé par des Grecs :

Outre plus, quand sainct Denys, sainct Rustic, et sainct Eleuthere vindrent d’Athenes en Paris enseigner la foy Chrestienne, comme Græcz qu’ilz estoient, l’enseignoient plustost en Græc qu’en Latin, en memoyre de quoy nous voyons encores aujourd’huy que le jour de la feste sainct Denys, les religieux de l’Eglise et convent de l’abaye sainct Denys en France chantent l’Evangile de leur grande messe en Græc [f. 14v].

80Cette démonstration est une véritable défense de la langue grecque, explicitement revendiquée comme telle puisque G. Tory anticipe l’intervention de la partie adverse, partisans de l’éminence latine : « Parquoy replique qui repliquer vouldra » [f. 14v], avant d’enchaîner sur une nouvelle dévalorisation du latin. Celui-ci est effectivement considéré comme une langue nouvelle comparée à l’hébreu et au grec dont l’antériorité est un gage de qualité et d’originalité : « [il] me semble que les langues Hebraique et Græcque ont icy eu cours avant que la Latine » [f. 14v]. L’étendue et la richesse que la langue latine a ensuite acquises sont nuancées par la manière dont les Romains ont procédé : ceux-ci sont parvenus à diffuser leur idiome grâce à une politique oppressive qui a consisté à abolir l’usage du grec et de l’hébreu :

Les bonnes lettres Hebraiques et Grecques furent abolyes par Jules Cesar : car luy et les Romains estoient si gourmans et grans ambassadeurs de gloire, qu’ilz ne vouloient seulement vaincre les royaulmes et nations, mais en destruisant loix, coustumes, usages, et toutes autres bonnes choses, et en demolissant Epitaphes, et Sepulchres. Ilz vouloient que leurs victoires et arrogances fussent mises en memoire par leurs lettres Latines, cuydant exceder la langue Grecque, laquelle chose ilz n’ont peu faire en tant que ladicte langue Grecque est de lettres mieulx ordonnées, en sorte qu’elle est sans comparaison plus fertile, abundante, et florissant que la leur Latine [f. 12r].

pour imposer l’usage exclusif du latin :

[…] ce qui a tant augmenté ladicte Latine, n’a esté que l’arrogance et insatiable avarice des Romains, qui ont voulu totallement estaindre les susdictes bonnes, anciennes, et divines langues, et mettre la leur au dessus, qui est beaucoup moindre en toute sorte de perfection, comme peuvent bien juger ceulx qui cognoissent que c’est de toutes les trois, ou seulement de la Græcque et Latine [f. 14v].

Le vocabulaire nettement péjoratif (« l’arrogance », l’« insatiable avarice »), le comparatif marquant l’infériorité (« beaucoup moindre en toute sorte de perfection »), l’amplification de l’avidité des Romains par l’adverbe intensif « si » (« si gourmans et grans ambassadeurs de gloire »), etc. sont autant d’outils qui concourent au dénigrement de l’empire romain.

81C. Fauchet accordera aux Romains un rôle tout aussi néfaste, condamnant leur impérialisme et la tyrannie dont ils font montre en s’emparant de nouveaux pays :

  • 126 Claude Fauchet, Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, ryme et romans, Paris, Mamer (...)

[…] tenans desjà (avant que venir en Gaule) la Grece et partie d’Asie, remplies de toutes belles choses attrayantes, ils s’en aiderent incontinent, despouillans presque ces provinces de tous leurs ornemens. De sorte que l’or, l’abondance de tous fruits, bestail, et des serfs qu’ils trouverent deçà, ne servit qu’à continuer et entretenir leurs plaisirs126.

82et en y imposant leur langue :

  • 127 Ibid., f. 41.

je dy que les Romains envoyerent querir en Athenes leurs loix des douze tables : et lesquels venans depuis à estre seigneurs du monde, firent en plus brief temps et d’une autre sorte, estendre leur langue. Car n’ayans chose plus louable, que leur discipline militaire (qui n’estoit pas assez suffisante toute seule, pour si tost planter leur langue) ils voulurent que les Juges des pais conquis, fussent Romains : ou pour le moins usassent en leurs sentences et actes publiques, de langue Romaine. Si rigoureusement, qu’ils ne voulurent jamais respondre aux Grecs qu’en Latin : les contraignant parler par Trucheman, pour leur oster le moyen de monstrer la promptitude et facilité de leur langue (qui les faisoit estimer) non seulement en la ville de Romme, mais au milieu de la Grece et d’Asie : à fin de rendre envers les nations estranges, la Romaine plus venerable. Ce qu’ils ne firent par un mespris des sciences, ains pour ne donner aux estrangers occasion si petite qu’elle fust, de se preferer aux Romains. Pensans que ce fust chose indigne, d’abaisser la grandeur de leur Empire, à la douceur flateuse des lettres127.

  • 128 Dans ses Antiquitez, C. Fauchet raconte que les Gaulois ont conquis une aire géographique large pui (...)

83Dans le Recueil, comme dans le Champ Fleury, la critique de l’empire romain est motivée par la volonté de se défaire du joug latin afin de redéfinir la genèse de la nation France : alors que pour C. Fauchet, cette origine est gauloise128, pour G. Tory, elle est grecque (une naissance sur laquelle l’on reviendra en étudiant le mythe de l’Hercule gaulois, relayé dans le Champ Fleury).

La nécessité de régler la langue

84Si la langue grecque a atteint la grandeur qu’on lui connaît c’est parce qu’elle a été soumise à des règles ; si l’on procède de la même manière pour le français, G. Tory est persuadé que l’on pourra atteindre une semblable dignité, « [n]ostre langue [étant] aussi facile à regler et mettre en bon ordre, que fut jadis la langue Græcque » [f. 10r].

  • 129 Ovide, Les Métamorphoses, livre I, 568-746.
  • 130 L’Ovide moralisé proposait une lecture allégorique chrétienne, dans laquelle Argus signifie les cen (...)

85Or, pour parvenir à cet objectif, il est nécessaire de débarrasser la langue de ce qui nuit à cet ambitieux projet. Cette priorité est symbolisée par la fable ovidienne d’Io129 [f. 15v -f. 18v] : outragée par Jupiter et métamorphosée en génisse par Junon, Io est placée par celle-ci sous la surveillance d’Argus aux cent yeux ; elle parviendra à lui échapper, grâce à l’aide de Mercure envoyé par Jupiter, et à retrouver sa forme initiale. Mercure, le messager de Jupiter, à l’apparence avenante, a le profil idéal pour représenter l’initiateur de connaissances nouvelles : « Mercure s’en vient tout bellement amenant son troupeau, et jouant de ses chalemeaux très harmonieusement, si bien que Argus l’appelle pour s’en venir reposer sus l’herbe auprès de luy en l’umbre d’une roche, où il estoit assis et estendu » [f. 16r]. Allégorie de l’homme capable d’enseigner les sciences, il s’oppose à Argus, monstrueux avec ses cent yeux et digne représentant de ceux « qui de leur rusticité et meschant sçavoir persecutent les bonnes Lettres et Sciences de leurs meschantes doctrines arides » [f. 18r]130 :

Mercure jouant de ses chalemeaux, et coupant la teste audict Argus, sera icy interpreté et prins, pour l’homme diligent à enquerir la purité de toutes bonnes lettres et vraye Science en s’employant à bien enseigner aultrui, tant de sa parolle, que des escriptures, et rescindant et mortifiant les inveterées barberies des indoctes, comme nous voyons aujourd’huy faire trois nobles personnages. Erasme le Hollandois, Jaques le feuvre d’Estable en Picardie, et Budé diamant des nobles et studieux Pharrisiens, qui nuyct et jour veillent et escripvent à l’utilité du bien public, et exaulcement de parfaicte Science [f. 18r-v].

  • 131 À ce sujet, l’on pourra consulter l’article suivant : Claude-Gilbert Dubois, « "La parole est penni (...)

86G. Tory identifie Mercure, vecteur de connaissance, aux écrivains humanistes que sont Érasme, Budé et Lefèvre d’Étaples, qui ont tous trois contribué à « l’utilité du bien public » par leurs enseignements. En se débarrassant de l’odieux Argus qui « traictoit durement [Io] en la battant souvent de sa grosse massue, luy ruant à la teste, à la queue, et aux jambes pierres et cailloux, la pourmenant çà et là durant la grande chaleur du Soleil, pour la faire poindre et mordre aux Frelons et grosses mouches », qui la battait « en son tect » et « ne luy donnoit à menger que des escorces ameres, et dures branches d’arbres » [f. 16r], l’on voit triompher le bon Mercure sur le barbare Argus comme triompherait le bon usage sur le barbarisme linguistique si ce dernier était également combattu131.

87Pour enseigner le français, G. Tory a conscience qu’il est d’abord indispensable d’en régler les emplois. « Purifier », « polir », « enluminer », « ordonner », sont autant de termes qui jalonnent son propos et illustrent la détermination de l’auteur à normaliser la langue. Présente dans le titre de 1549, « la manière d’ordonner la langue francoise par certaine regle de parler elegamment en bon et plus sain langage francois », cette volonté implique la fin de tout barbarisme, néologisme ou mauvaise prononciation qui dénaturent la langue. G. Tory termine ainsi son adresse « Au lecteur » en dressant la liste des domaines à régler :

Toutesfois si nostre langue estoit deument reglée et polie, telles immundices en pourroient estre dejettées. Parquoy je vous prie donnons tous courage les uns aux autres, et nous esveillons à la purifier. Toutes choses ont eu commencement. Quand l’un traictera des lettres, et l’autre des vocales, un tiers viendra, qui declarera les dictions, et puis encores un autre surviendra qui ordonnera la belle oraison. Par ainsi on trouvera que peu à peu on passera le chemin, si bien qu’on viendra aux grans champs poetiques et rhetoriques pleins de belles, bonnes, et odoriferentes fleurs de parler, et dire honnestement et facillement tout ce qu’on vouldra [« Aux Lecteurs », NP4].

La méthode est progressive (« quand l’un... et l’autre... un tiers viendra »), commençant par régler les lettres, puis les « vocales » (voyelles), les « dictions » (mot), l’oraison (discours), pour finir avec la poétique et la rhétorique : « Aussi par conjunction de lettres les syllabes sont faictes, et par conjunction de syllabes les dictions. Et l’Oraison par assemblement de lettres, syllabes, et dictions bien accordées se treuve bonne, elegante, et bien coulant [f. 22r] ».

Cette démarche pyramidale, qui va du simple au complexe, correspond à la tradition grammaticale de l’époque, héritée de la grammaire latine. Une phrase citée par Diomède et attribuée à Varron en résume le principe :

  • 132 Jean Collart, Varron grammairien latin, Paris, 1954, p. 52 rapportée par Louis Holtz, Donat et la t (...)

la grammaire prend sa source dans l’alphabet ; l’alphabet se représente sous forme de lettres ; les lettres s’assemblent en syllabes ; une réunion de syllabes donne un groupe sonore ; les groupes sonores s’assemblent en parties du discours ; par leur somme les parties du discours forment le discours ; c’est dans le discours que s’épanouit le bien parler ; on s’entraîne au bien parler pour éviter les fautes132.

L’on passe donc de la lettre au son, du son au mot, du mot au discours et du discours à son agencement élégant et littéraire suivant les étapes d’un programme méthodique et logique de codification de la langue. Dans le cadre de ce programme, Tory va prendre en charge la première étape. C’est pourquoi ce passage, qui clôt l’adresse « Au lecteur », est immédiatement suivi du titre du traité : « L’art et science de la Deue et vraye proportion des lettres Attiques, qu’on dict autrement lettres antiques et vulgairement lettres Romaines », lequel annonce que l’auteur va s’occuper de régler les lettres.

88Cette démarche de codification entreprise par Geoffroy Tory est donc novatrice, puisqu’il est le premier à l’entreprendre :

Je sembleray cy par aventure estre nouvel homme, pource qu’on n’a point encores veu enseigner par escript en langage François la façon et qualité des lettres, mais desirant enluminer aucunement nostre langue, je suis content estre le premier petit indice à exciter quelque noble esprit qui se evertura d’avantage (comme firent les Græcz jadis et les Romains) mettre et ordonner la langue Françoise à certaine reigle de prononcer et bien parler [f. 3r].

89L’imprimeur, en soumettant le français « à certaines reigle de prononcer et bien parler », espère régler les différentes matières que sont la rhétorique, la grammaire et la prononciation, une priorité sans cesse rappelée par la récurrence du nom « regle » : même si le Champ Fleury se donne pour mission première de dessiner les lettres selon une parfaite proportion, il semble que la priorité de l’auteur dans le livre I demeure de normer la langue. L’on compte effectivement treize occurrences de « regle » et de ses dérivés (« reigle », « reglée », regler ») rapportés à la langue et à l’usage de la grammaire, contre trois occurrences seulement relatives à l’instrument de mesure.

90Deux facteurs sont alors présentés comme nécessaires, à savoir la grammaire et la rhétorique, qui permettront de mettre fin aux barbarismes et aux solécismes : « [parlant d’Argus] Science entre les mains de telz hommes est en captivité, et n’est point repeue de doulces herbes de Grammaire, ne de fleurs de Rhetorique, mais de dure escorce de Barbarisme, et d’ameres branches de Solecisme [f. 18r] ».

  • 133 Ibid.
  • 134 D’après le TLFi sur le Portail lexical du CNRTL.
  • 135 Pierre Fabri, Le grant et vray art de pleine Rhetorique. Nous citons d’après l’édition [Paris], Jea (...)

91Le barbarisme est une faute lexicale ; le terme vient du latin barbarismus (adapté du grec βαρϐαρισμὁς) et signifie « expression vicieuse »133. Le solécisme est pour sa part une faute syntaxique, le terme étant hérité du latin solœcismus (lui-même venant du grec σολοικισμός) et désignant une « faute contre les règles du langage »134. Ces mots ont été définis par Fabri dans son Grant et vray art de pleine rhetorique (1521) et par Gratien du Pont dans son Art et Science de rhetoricque metriffiée (1539). L’on lit chez ces deux auteurs une définition identique du barbarisme comme « vice d’escripture, ou de incongru languaige, qui se prent en plusieurs manieres, comme par incongrue application de termes deshonnestement sonnans, ou de languaige parcial en termes barbares, gergon et autre parler non congneu que en lieu parcial »135, une définition qui fait apparaître la nature lexicale de l’erreur.

  • 136 Pierre Fabri, op. cit., II, f. 55r, également repris par Gratien du Pont, op. cit., p. 282-283.

92Le solécisme, quant à lui, affecte la syntaxe, notamment par des substitutions de genre et de nombre. Fabri le distingue ainsi du barbarisme : « et se faict solœcisme quant on approprie mal sa substance par muer le genre ou l’espece, ou le nombre oultre le commun usage, comme en monstrant ung homme le dire femme, et e contra [inversement], comme mon mullet est ung bon cheval, mon femme c’est un bon ribaulde […] »136.

93Si G. Tory ne définit pas ces deux fautes de langue, il tente néanmoins de remédier au « langage inepte » en proposant une règle pour la conjugaison du passé-simple :

Toutes et quantes fois que l’infinitif se terminera en re, le preterit en tierce personne singuliere doibt estre proferé en it : comme batre, batit ; faire, feit ; vaincre, vainquit. Plaire et ses composez, qui sont complaire, et desplaire, en sont exceptez : car ilz font leur preterit en eut, pleut, compleut, et despleut. Boyre aussi, et croire, font beut, et creut. Semblablement Estre, faict sondict preterit fut, croistre, creut, et paistre repeut. Et quantes fois celuy infinitif est terminé en er, le preterit veult estre en a ; comme fraper, frapa ; danser, dansa ; saulter, saulta ; et non, frapit, dansit, ne faultit, comme disent plusieurs. Cognoistre, et ses semblables en terminaison en sont exceptez : car ilz font leur preterit en eut, comme font les infinitifz en oir, cogneut, Concevoit, conceut, apercevoit, aperceut. Infinitifz en ir, ont leur preterit en it. Faillir, faillit ; cueillir, cueillit, et non cueilla, ne failla : comme disent maintz indiscretz [f. 7r-v].

  • 137 Marie-Luce Demonet-Launay, « L’architecture morale de Geoffroy Tory », art. cité, p. 18.
  • 138 Charles-Louis Livet explique que « L’emploi de l’i pour l’a à ce temps du verbe est de règle dans l (...)

94Marie-Luce Demonet-Launay signale l’originalité dont fait preuve G. Tory : même s’il « ne donne pas beaucoup d’exemple de ce que serait une langue tirée au cordeau », il donne une « règle banale de conjugaison pour nous » qui est pourtant une « innovation pour l’époque […] »137. G. Tory espère ainsi régler les désinences du passé simple : « Toutes et quantes fois que l’infinitif se terminera en re, le preterit en tierce personne singuliere doibt estre proferé en it »138.

  • 139 Marie-Luce Demonet-Launay, art. cité, p. 18.

95Au regard de la matière du premier livre, l’on voit que ce sont les livres II et III qui répondent aux exigences posées dans le titre de l’œuvre, L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques. Alors que le premier livre « contient une l’exhortation à mettre et ordonner la langue Françoise, par certaine regle de parler elegamment en bon et plus sain langage François », le second est destiné à « l’invention des lettres Attiques, et de la conference proportionnalle d’icelles, au corps et Visaige naturel de l’homme parfaict, avec plusieurs belles inventions et moralitez sur lesdictes lettres Attiques » et dans le troisième « sont désignées et proportionnées toutes lesdictes lettres Attiques, selon leur ordre Abecedaire, en leur hauteur et largeur, chacune à part soy, en y enseignant leur deue façon, et requise pronunciation Latine et Françoise, tant à l’antique maniere, qu’à la moderne ». Dans une même œuvre, la grammaire va alors se mêler aux arts plastiques et aux principes mathématiques139 dans le but d’atteindre un idéal de beauté propre à la Renaissance, où la proportion est le maître mot, ainsi qu’en témoigne Claude-Gilbert Dubois :

  • 140 Claude-Gilbert Dubois, La poésie du seizième siècle, Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, 1 (...)

Pour l’esprit renaissant, la beauté est l’effet d’un arrangement des parties à l’intérieur d’un ensemble selon les règles d’une proportionalité qui définit l’harmonie. Lorsque le nombre d’or se réalise dans la matière, reluit cette splendeur, accessible à l’intellect comme au sens, qui s’appelle la beauté. L’idée que toute beauté réfère à une « divine proportion », qui est l’image de la divinité projetée sur ses créatures, trouve son application dans tous les arts140.

  • 141 Ibid., p. 28.

Le texte de G. Tory est donc empreint de cette idée selon laquelle les éléments et le tout sont unis en un « rapport de perfection »141. Une excellence à laquelle notre langue est prédisposée grâce à son éloquence.

Le mythe de l’Hercule gaulois ou les Français maîtres d’éloquence

  • 142 Pour son étude spécifiquement chez Tory, l’on pourra se reporter également à Olivier Deloignon qui (...)
  • 143 Marc-René Jung, Hercule dans la littérature du XVIe siècle, de l’Hercule courtois à l’Hercule baroq (...)
  • 144 Lucien de Samosate, Luciani Samosatensis Saturnalia, Cronosolon, id est, Saturnalium legum lator, E (...)
  • 145 Voir à ce sujet : Paola Cifarelli, art. cité, § 47-48.
  • 146 André Alciat (Andrea Alciato), Livret des emblèmes de maistre André Alciat mis en rime françoyse, t (...)

96L’éloquence inhérente aux Français est illustrée par le mythe nationaliste et linguistique de l’Hercule gaulois, qu’ont étudié, entre autres, Marc-René Jung et Robert E. Hallowell142. Ce mythe a été développé par les humanistes sur la base d’un texte de Lucien (« προλαλια ο ‘Hραχληζ » / « Préface ou Hercules »), publié avec ses œuvres complètes à Florence en 1496143. Érasme et Thomas More ont ensuite contribué à la diffusion de ce texte qu’ils ont traduit en latin et édité avec les autres œuvres de Lucien144. En 1529, c’est au tour de G. Tory de participer à cette vulgarisation en transcrivant en français la version latine dans son Champ Fleury, dont s’inspirera Jean Le Blond145. Deux ans plus tard, les Emblèmes d’Alciat, qui connaissent un grand succès, démocratisent à leur tour la figure de l’Hercule gaulois146.

Livret des emblèmes de maistre André Alciat mis en rime françoyse (1536), vue 189, NP.

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k52132c/​f189.item.r=embl%C3%A8mes%20d'alciat

97Selon ce mythe, Hercule est un vieillard chenu, presque chauve et vêtu d’une peau de lion. Il tient un arc dans la main gauche, une massue dans la main droite et porte à l’épaule un carquois rempli de flèches. Un lien lui perce la langue, par lequel il tire derrière lui une multitude d’hommes aux visages aimables, les uns liés aux autres par l’oreille :

Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques (1549), f. 7r.

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k9415030r/​f52.item

Les François en leur langue maternelle appellent Hercules Ogmium, et le figurent en painture d’une façon nouvelle et inusitée. Ilz le figurent en vieillard chauve, n’ayant qu’un bien peu de cheveux derriere, et iceulx tous chanuz et blancs. Sa peau est ridée et toute noire, bruslée du chault au soleil, comme on void que sont coulorez ces vieux mariniers, vous diriez qu’il seroit un droit Charon, ou un Japetus, lesquelz frequentent aux enfers. En somme vous penseriez plustost à le voir qu’il fust autre chose qu’un Hercules. Toutesfois en ceste figure et espece il porte l’aornement dudit Hercules, entendu qu’il est vestu d’une peau de Lion, et qu’en sa main dextre tient une massue, et porte à son col en echarpe une trousse, et en sa main senestre ung arc bendé. Finablement : Il est un droit Hercules. […] Certes cedict vieux Hercules tire après luy une merveilleusement grande multitude d’hommes et femmes tous attachez l’un à part de l’autre par l’oreille. Les liens estoient petites chaines d’or et d’ambre bien faictes, et semblables à quarquans. Et jaçoit que de ces tant fragiles chaines ilz soient tous tirez et menez, toutesfois il n’y en a pas un qui s’en veuille reculer, combien qu’ilz le pourroient bien faire facilement, s’ilz vouloient. Ilz ne reculent point, ne ne retirent le pied en arriere en eulx repenchant, mais tous alegres et joyeulx le suyvent en eulx emerveillant de luy. Tous de leur plain gré se hastent de le suyvre, et en laschant leurs liens s’estudient marcher plustost que luy, quasi comme s’ilz estoient marriz qu’ilz fussent deliez. Et certes il ne me deplaira de dire encores ce qui me sembloit entre tout estre le plus mal à propos. Surement quand le paintre ne trouvoit lieu pour attacher les bouts de toutes cesdictes chaines, entendu qu’en la main dextre estoit la massue, et en la senestre l’arc, il perça la langue du Dieu Hercules, à laquelle toutes ces chaines estans attachées, il fit tous ces jà susdits hommes et femmes estre tirez après iceluy Hercules. Hercules tournoit son visage et sa veue vers ceulx qu’il menoit, en leur faisant gracieux semblant, et amiable contenance [f. 4v-5v].

98Cet Hercule, tourné vers ses sujets avec un visage aimable, symbolise les Français, qui se distinguent des autres peuples par « un don de grace » [f. 3v] qu’est leur faconde : « Nous voyons donques par les motz de Lucian soubz l’escorce de ceste fiction, que nostre langage est si gracieux, que s’il est prononcé d’un homme discret, sage, et aagé, Il a si grande efficace, qu’il persuade plutost et mieux que le Latin, ne que le Græc » [f. 6r-v]. Cette grande facilité de parole, propre à l’Hercule gaulois, est aussi reconnue par les Latins et les Grecs qui conviennent de leur infériorité dans l’art de bien parler : « Les Latins et les Græcs le confessent quand ilz disent que cestuy Hercules estoit Gallicus, non pas Hercules Latinus, ne Hercules Græcus » [f. 6v]. Dans le domaine de l’éloquence, les Français (assimilés aux Gaulois, G. Tory traduisant « Galli » par « François ») sont donc au sommet de la hiérarchie des langues.

  • 147 Raoul Le Fèvre, Le Recueil des hystoires de Troyes (1464).
  • 148 Berosus Babilonicus [auteur supposé Giovanni Nanni] de his quæ præcesserunt inundationem terrarum. (...)
  • 149 « D’après Joannes Annius, Hercule quitta la Lybie, alla en Gaule et se maria avec Galatée, fille du (...)
  • 150 Ibid.

99Un autre lien fort rattache l’Hercule gaulois aux Français, ce dernier étant, selon G. Tory, le fondateur de Gaule. Après Raoul Le Fèvre147, Giovanni Nanni (Annius de Viterbe)148 et Jean Lemaire de Belges149, c’est à son tour de défendre cette filiation herculéenne propre à la nation française, Hercule étant, d’après lui, le fondateur de Paris, nom dérivé de « Parrhasia », lieu d’où étaient prétendues venir les troupes d’Hercule150 :

Avant que le dit Cæsar vint icy, et y traynast sa dicte langue Latine, les lettres Grecques y pouvoient estre, et de faict elles y estoient en cours, considere que long espace de temps, et grand nombre d’ans par avant, comme dit Baptiste Mantuan en ung de ses livres qu’il a faict en descrivant la vie de sainct Denis, quand Hercules alla oultre Espaigne aux jardins des Hesperides, passa par ceste contrée, et quand il fut en l’île de ceste cité de Paris, il print si grand plaisir à veoir le pais et la riviere de Seyne, qu’il y commença à edifier, puis s’en voulant aller oultre ses entreprinses, y laissa une bande et compagnie de ses gens d’armes qui estoient appellez Parrhasians selon le nom de leur pais en Grece du costé d’Asie, qui est nommée Parrhasia. Iceulx Parrhasians laisserent leur nom icy et en mutation de A. en I. Les habitans de cestedicte Cité ont esté, et sont encore dictz et appellez Parrhisiens [f. 12v].

  • 151 Ibid., p. 244.
  • 152 Ibid.
  • 153 Ibid. p. 243.
  • 154 Ibid. p. 244. Robert E. Hallowell renvoie sur ce point à une étude d’Edgar Wind, « Hercules and Orp (...)

100Tory réunit deux conceptions d’Hercule au seizième siècle, symbole tout à la fois « de l’éloquence inspirée »151 et « de la fierté dynastique nationale »152. Il supplante ainsi Mercure, réputé pour son éloquence153, et Orphée154, l’inspirateur des poètes, pour devenir une figure mythique centrale de l’époque.

101Cultiver la langue française, défendre son originalité, l’illustrer et la codifier sont ainsi autant d’étapes déterminantes pour généraliser son emploi et favoriser son essor afin de consolider la nation et de favoriser son rayonnement. Le programme présenté par G. Tory à la fin de son adresse « Au lecteur », afin de régler la langue sera explicitement ou implicitement suivi par les érudits contemporains : « Quand l’un traictera des lettres, et l’autre des vocales, un tiers viendra, qui declarera les dictions, et puis encores un autre surviendra qui ordonnera la belle oraison ». Un an après la publication du Champ fleury, l’anglais John Palsgrave se réfère explicitement à ce programme quand il explique être le premier à dégager les « règles » et « préceptes grammaticaux » de la langue française, dans L’Esclarcissement de la langue francoyse (publié en 1530 à Londres, en anglais mais avec un titre français) :

  • 155 John Palsgrave, L’Éclaircissement de la langue française (1530), éd. S. Baddeley, Paris, Honoré Cha (...)

Mais nous avons aussi accompli, en ce temps studieux de votre très prospère règne, où les travaux de l’esprit abondent, et cela à l’intérieur des frontières de votre très heureux royaume et vos domaines, une chose qui selon le témoignage de l’excellent clerc, maître Geffray Troy [Geoffroy Tory] de Bourges (un écrivain récent de la nation française) dans son livre intitulé Champ Fleury, n’avait jamais même été tenté par aucun savant de leur pays [français]. Ce dernier indique en effet au début de son livre, en parlant de l’Hercule gallique ou français et en montrant l’inclination naturelle qu’ont les Français pour l’éloquence et la faconde, à quel point leur langue est, en grande partie, corrompue par manque de règles et de préceptes grammaticaux, et il souhaite que quelque clerc studieux exauce son vœu et prenne tout de suite l’affaire en main. Et qui plus est, il donne la liste des noms d’auteurs qu’il considère comme les meilleurs de la langue française, et qu’il voudrait qu’on consulte et qu’on examine de préférence afin de rassembler les règles grammaticales, et il se trouve qu’il a nommé ceux qu’il m’est arrivé d’utiliser pour l’autorisation et la corroboration de mon Troisième livre : ceux que je cite en premier, et sur lesquels je me suis appuyé155.

  • 156 Robert Estienne, Dictionaire Francoislatin, contenant les motz & manieres de parler Francois, tourn (...)
  • 157 Il en annonce le projet dans l’épître « Au Lecteur » de La Maniere de bien traduire d'une langue en (...)

L’imprimeur et humaniste Robert Estienne s’attaquera ensuite aux « dictions », en publiant, dix ans plus tard, le Dictionaire Francoislatin, contenant les motz & manieres de parler Francois, tournez en Latin156, premier grand dictionnaire, encore bilingue, à présenter des entrées en français, tandis qu’Étienne Dolet conçoit le projet, jamais réalisé, d’un Orateur Francoys157. Appelant à cultiver la langue française, Geoffroy Tory a donc ouvert la voie à une entreprise collective de codification et d’illustration de la langue française que projettent les derniers mots de son épître « Au Lecteur » : « peu à peu on passera le chemin, si bien qu’on viendra aux grans champs poetiques et rhetoriques pleins de belles, bonnes, et odoriferentes fleurs de parler, et dire honnestement et facillement tout ce qu’on vouldra. »

Texte : L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques... de Geoffroy Tory (1549), livre I et extraits des livres I et III.

Principes d’édition

Texte de référence

102L’ouvrage de référence est celui de 1549 : L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques, autrement dictes, Romaines, selon le corps et visaige humain, avec l’instruction et maniere de faire chiffres et lettres pour bagues d’or, pour tapisserie, vitres et painctures. Item de treize diverses sortes et façons de lettres, davantage la maniere d’ordonner la langue Françoise par certaine regle de parler elegamment en bon et plus sain langage François que par cy devant, avec figures à ce convenantes, et autre chose dignes de memoire, comme on pourra veoir par la table, le tout inventé, Par maistre Geoffroy Tory de Bourges, Paris, Vivant Gaultherot, 1549.

103Le livre I est ici transcrit in extenso. Le livre II est consacré à l’origine de l’écriture et aux formes des lettres, tandis que le livre III présente le dessin géométrique de ces dernières, nous n’en reproduisons que les extraits relatifs à la défense du français.

Principes de transcription

104Ont été conservés la mise en forme du texte (alinéas, italiques pour les citations latines) en détachant toutefois en italiques toute citation (dont les autonymes), l’emploi des majuscules (y compris après ponctuation moyenne), la ponctuation et l’orthographe, avec les adaptations d’usage suivantes : dissimilation du i et du j, du u et du ; transcription du s long par un s court et du B par ss ; développement des abréviations et de l’éperluette (& et variantes) ; agglutination ou désagglutination selon l’usage moderne (par souci d’harmonisation, toutes les formes composées en dit/dictnozdictz, cesdicts… - ont été conservées, certaines étant encore attestées en français modernes, comme ledict, audict, dudict et susdict…) ; distinction des homonymes a / à, la / là ou / où, des / dès ; accentuation des finales -é, -és, -ée, -ées ou -ès (ès, dès, après, ainsi que désagglutination et accentuation de très).
La foliotation de l’édition de référence est indiquée entre crochets ; pour la préface, non foliotée, nous indiquons la signature ; pour l’épître « Aux Lecteurs », en l’absence de foliotation et de signature, nous paginons par la mention [NP + numéro de page de 1 à 4 à partir du début de l’épître].

Lien vers une édition numérisée

105Exemplaire de référence numérisé :
http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k52553f?rk=107296;4

106Autres exemplaires :
http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k9415030r?rk=21459;2 [Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, R105351]
http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b105508192/​f7.image [BnF, département Estampes et photographie, RESERVE 4-KB-35].

107Exemplaire numérisé du Champ fleury : Champ fleury. Auquel est contenu L’art et Science de la deue et vraye Proportion des Lettres Attiques, qu’on dit autrement Lettres Antiques, et vulgairement Lettres Romaines proportionnées selon le Corps et Visage humain, Paris, Gilles Gourmont, 1529 : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k50961p.r=champ%20fleury?rk=42918;4

L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques

[Contenu du livre158]

  • 158 Cette présentation ne possède pas de titre dans l’édition de 1549. Dans le Champ fleury, en 1529, l (...)

108Au premier livre est contenue l’exhortation à mettre et ordonner la langue Françoise, par certaine regle de parler elegamment en bon et plus sain langage François.

  • 159 Conférence : rapprochement.

109Au second est traicté de l’invention des lettres Attiques, et de la conference159 proportionnalle d’icelles, au corps et Visaige naturel de l’homme parfaict, avec plusieurs belles inventions et moralitez sur lesdictes lettres Attiques.

110Au tiers et dernier livre sont désignées et proportionnées toutes lesdictes lettres Attiques, selon leur ordre Abecedaire, en leur hauteur et largeur, chacune à part soy, en y enseignant leur deue façon, et requise pronunciation Latine et Françoise, tant à l’antique maniere, qu’à la moderne.

  • 160 Cadeaux : grandes lettres placées en têtes des actes ou des chapitres dans les manuscrits en écritu (...)
  • 161 Bâtardes : lettres employées dans les imprimés en français.
  • 162 Torneures : lettres majuscules gothiques des manuscrits et imprimés nommées ainsi à cause de leur f (...)
  • 163 Ensuivant : ensuite.
  • 164 Tartariennes : nom donné à la langue des Tartares (actuellement Turco-mongols), habitants du pays q (...)
  • 165 Chaldaïques : nom donné à la langue des Chaldéens, peuple de la Babylonie, ancienne contrée au Sud (...)
  • 166 Goffe : lettres goffes ou lettres lourdes est le nom donné à une sorte de majuscules gothiques dans (...)
  • 167 Finablement : finalement.
  • 168 Fleuries : capitales ornées de fleurs.
  • 169 Dans l’édition de 1529, cette présentation initiale est précédée de la mention « Ce toutal Œuvre es (...)

111À la fin sont adjoustées treize diverses façons de lettres, c’est à sçavoir lettres Hebraiques, Græcques, Latines, lettres Françoises, et icelles en quatre façons, qui sont, Cadeaulx160, forme bastarde161, et torneure162. Puis ensuyvant163 sont les lettres Persiennes, Arabiques, Africaines, Turques, et Tartariennes164, qui sont toutes cinq en une mesme figure d’alphabet. En après sont les Caldaiques165, les Gaffes166, qu’on dict autrement Imperiales, et Bullatiques. Les lettres Phantastiques, les Utopiques, qu’on peult dire voluntaires. Et finablement167 les lettres flories168 : Avec l’instruction et maniere de faire chiffres de lettres pour bagues d’or, pour tapisseries, Vitres, Painctures, et autres choses que bel et bon semblera169.

[a ij r°] Geoffroy Tory de Bourges, dict et donne humble Salut à tous vrayz et devotz amateurs de bonnes lettres

  • 170 Compiler : composer.
  • 171 Diligence : soin empressé.
  • 172 Office : fonction.
  • 173 Vigile : veille.
  • 174 Aucuns : certains.
  • 175 Démouvoir : détourner.
  • 176 Caiet : cahier.
  • 177 Fors : excepté.
  • 178 λυνκούριον [lunkourion]
  • 179 Fétuz : brin de paille.
  • 180 Musser : cacher, dissimuler.
  • 181 Glout : avide, glouton.
  • 182 Oncques : jamais, à aucun moment.
  • 183 Méchantement : méchamment, cruellement.
  • 184 Fient : excrément, fumier.
  • 185 Taulette : tablette de cire sur laquelle l’on écrivait.
  • 186 Patent : exposé à la vue.
  • 187 D’aucuns : certains.
  • 188 Raouleaux : banderolles, phylactères.
  • 189 Esquels : contraction de « en » avec « lesquels ».
  • 190 Aune : ancienne unité de longueur.
  • 191 Item : de même, et aussi.
  • 192 Sus : au-dessus, sur.
  • 193 Les Îles Moluques : Archipel d’Indonésie où l’on trouve la plante « moluque », une espèce de méliss (...)
  • 194 D’aucuns : certains.
  • 195 Iceluy : celui-ci.
  • 196 Simplesse : stupidité, faiblesse d'esprit.
  • 197 Omission corrigée d’après l’édition de 1529.
  • 198 Lacédémoniens : Habitants de Lacédémonie, ancien nom donné à Sparte.
  • 199 Bailler : donner.
  • 200 Sainture : ceinture.
  • 201 Assemblure : jointure.
  • 202 Incontinent : aussitôt, immédiatement.
  • 203 Comprendre « qu’il ». À l’époque « qu’il » se prononce [ki], ce qui entraîne une confusion graphiqu (...)
  • 204 Poste : coursier à cheval, messager.
  • 205 Centurie : découpage en cent chapitres.
  • 206 Centene : centaine, ensemble d’éléments au nombre de cent.
  • 207 Chiliade : nom donné dans l'Antiquité à des recueils de vers, divisés par sections de mille vers. L (...)
  • 208 Taulete : tablette de cire sur laquelle l’on écrivait.
  • 209 Sentence : phrase.

112Les Poetes, les Orateurs, et les autres sçavans en lettres et sciences, quand ilz ont faict et compilé170 quelque œuvre de leur studieuse diligence171 et main, ont de coustume en faire present à quelque grand seigneur de Court, ou d’Eglise, en l’exauçant par lettres et louenges envers la cognoissance des autres hommes, et ce pour luy agréer, et affin qu’ilz en puissent tousjours estre si bien venuz autour de luy, qu’il semble estre obligé et tenu à leur donner quelque gros don, quelque Benefice, ou quelque Office172 en recompense des Labeurs et Vigiles173 qu’ilz ont mis à faire et composer leursdictz œuvres et presens. Je pourrois facilement ainsi faire de ce petit livre, Mais considerant que si je le presentois plustost à quelqu’un qu’à un aultre, il y pourroit avoir quelque envieulx scrupule, j’ay avisé que ce seroit honnestement faict à moy de vous en faire à tous un present, ô devotz amateurs de bonnes Lettres, sans preferer grand à petit : sinon d’autant qu’il ayme plus les Lettres, et qu’il est plus intimé en vertuz. Par ainsi les Prelatz et grans Seigneurs, qui sont tous excellens en belles et bonnes vertuz, y auront part, en sorte que vous n’en perdrez la vostre. Je suis desplaisant que d’aucuns174 m’ont voulu demouvoir175 de manifester ce que je vous escripz en ce, nostre total œuvre, et qu’ilz ont essayé faire de moy un homme ingrat de ne vouloir enseigner chose tresbelle et bonne. [a ij v°] Ilz me font souvenir de plusieurs, qui quand ilz ont un caiet176 ou quelque livre incogneu, qu’ilz ne le communiqueroient pas à leur frere, ne à leur pere. Je croy que telz hommes sont si meschants et avaricieux, que si toute la flamme et le feu du monde estoient estainctz, fors177 une seule chandelle qu’ilz auroient alumée, et qu’on ne peust avoir feu que leurdicte seule chandelle, qu’ilz ne vouldroient pas que leur doulce mere y en alumast une pour faire du feu à chaufer et nourrir leur petit frere. Ilz sont de la nature d’une beste que Pline et Soline disent estre si meschante, que cognoissant que son urine se fige et congele en une pierre precieuse, qui est dicte en Grec, λυνκοριον178, et qui est semblable à la pierre d’Ambre, qui attire à soy les festuz179, ne veult et desdaigne qu’elle vienne ès mains et usage des hommes, tellement qu’elle la couvre et musse180 en terre le plus secrettement qu’elle peult. Ainsi feit le noble ouvrier des vitres de la saincte Chapelle de Bourges que le Duc de Berry nommé Jehan feit faire. Icelluy ouvrier fut si ingrat et glout181 de son sçavoir, qu’il ne le voulut onques182 enseigner à homme, n’à son filz, ce dict on. Les vitres qu’il fist sont de tel art, que le Soleil tant luysant peult il estre, ne les peult de ses rayons aucunement penetrer, qui est une chose tresbelle, et sans autre semblable. S’il eust voluntiers enseigné cela, mille autres hommes eussent depuis luy faict maintes belles et bonnes operations, qui ne sont pas faictes, et ne seront jamais. Pleust à Dieu que l’autheur de la pouldre à canon eust ainsi faict, et qu’il fust mort sans mains, et la bouche close. Cent milliers d’hommes eussent peu vivre plus [a iij r°] longuement, qui ont esté tuez tresmeschantement183. Ce sont les abominables sciences qu’il ne fault pas enseigner, mais les bonnes et honnestes il les fault publier : affin qu’un chacun s’y employe et esvertue à bien faire. Albert Durer noble Painctre Alemant est grandement à louer, qui a si bien mis en lumiere son Art de Paincture, en designant les corps de Geometrie, les Rempardz de guerre, et les proportions du corps humain. Il est digne de qui on face immortelle memoire. Ne soyons donques ingratz d’enseigner et dire honnestement ce qui peult proufiter, et faisons de bon cueur plaisir à tous vivans, ainsi que vouldrions qu’ils nous feissent. Une Perle mussée en un fient184 est perdue, et inutile : mais quand elle est assise en or seule, ou avec autres pierres precieuses, elle est beaucoup plus excellemment, et au gré des hommes qui l’ont devant les yeulx. Ainsi ne voulant que noz lettres Attiques fussent en leur proportion du tout incogneues, je vous les ay toutes designées par nombre et mesure, afin qu’en puissiez user à vostre bon plaisir, et en faire de tant grandes et tant petites que bel et bon vous semblera : et ce, en tenant tousjours le nombre des poinctz et tours de compas à une chacune d’elles requis. Je vous veulx ici prier et advertir, que quand vous vouldrez user de lettres Attiques, ou Græcques, o[u] autres en devises et sentences, ou autrement, que vous les logiez et escriviez en Taulettes185, ou en lieux patens186, affin que une chacune lettre soit veue et leue en droicte ligne, en plaine face, et en bon ordre. Je voy d’aucuns187 qui les logent en raouleaux188, esquelz189 bien souvent une sillabe se treuve divisée plus d’une aulne190 de long, [a iij v°] qui est contre l’art de Grammaire. Item191 les aucunes lettres y sont quasi couchées de travers, et les autres ont les piedz contre sus192, qui est contre raison de nature. La nature des lettres, lesquelles sont faictes au modele du corps humain, est d’estre en sa requise et droicte veue, sus bout, et en son entier. Mais qui me repliqueroit qu’en une piece d’or, d’argent, de cuyvre ou d’autre matiere, y a des lettres desquelles les unes au regard des autres se treuvent le pied de travers, ou contre sus. Je respondrois honnestement, que c’est bien faict, et qu’on peult tourner entre ses doigtz ladicte piece d’or, ou autre piece, pour y veoir chacune lettre en sa droicte face, et en plant. Mais en tableaux, en vitres, en tapisseries, en murs, et en beaucoup d’autres lieux, on n’y peult tourner les lettres, qui ne tourneroit tout le lieu où elles sont assises : parquoy convient qu’elles y soient tousjours plantées et escriptes droictes, les unes après les autres. Ilz se veulent excuser et dire que raouleaux servent de remplissage. Sauve leur honneur, ilz n’y servent que d’empesche, et ce qui a esté cause de cest abus, ce ont esté liens de chapeaux, et coronnes de fueilles, rameaux, et fleurs, que les anciens mettoient à leurs festins pour voleter par cy et par là, et donner grace aus z festins. Qui vouldroit escripre en raouleaux, il n’y fauldroit pas escripre en long, mais en travers. Car qui vouldroit seulement escripre en long trois ou quatre versetz, il fauldroit que le raouleau fust plus long qu’il n’y a d’espace d’icy aux isles des molucques193, et principallement qui vouldroit escripre en grosse lettre. La maniere d’escripre en raouleaux est icy tresabusive en beaucoup de façons, et principallement en ce [a iiij r°] que d’aucuns194 escripvent un mesme mot ou syllabe à moitié au dedans du raouleau, et à moitié au dos d’iceluy195. C’est une grande simplesse196 de vouloir faire quelque chose sans discerner la raison. L’invention d’escripre en raouleaux vient de longue et quasi incogneue ancienneté, mais toutesfois je la vous diray. Elle [est]197 venue des anciens Lacedemoniens198, qui en temps de guerre avoient deux bastons faictz precisement d’une mesme longueur et grosseur, et en bailloient199 l’un au prince qui alloit en guerre, puis gardoient l’autre jusques à ce qu’ilz luy vouloient mander quelque secret. Et quand ilz luy en mandoient, ilz prenoient un parchemin ou cuir, ou autre chose semblable, long et estroit comme une sainture200, et l’environnoient bord à bord au tour et le long de leur baston qu’ilz avoient retenu, puis escripvoient sus leur parchemin le long et tout autour de leurdict baston, en sorte que la plus grande partie des lettres se trouvoit ou à demy, ou à tiers, ou à bien peu sus les bords et assembleures201 de leurdict parchemin, puis le desployent et l’envoyent tout desployé à leurdict prince, qui incontinent202 qui203 l’avoit receu, le mettoit autour de son baston, et tantost pour la grace de la mesme mesure des deux bastons semblables, toutes les lettres se rencontroient justement en leur entier, comme quand on les escripvoit. Ilz faisoient ainsi entre eulx, afin que si d’avanture les ennemys eussent surpris leurs postes204 ou messagers, qu’ilz n’eussent peu accorder les lettres, ainsi escriptes au travers du parchemin. Et en memoire de cela les anciens paintres feirent des raouleaux ès mains des princes, puis ès mains des Prophetes, semblablement des Sibyles, et conse[a iiij v°]quentement en plusieurs autres manieres et façons tant qu’à la fin on en abuse en mille endroictz, et sans aucune raison. Qu’il soit vray que les susalleguez anciens Lacedemoniens ayent jadis ainsi escript, comme est dict cy dessus, lisez au. XVII. livre, et IX. chapitre des nuictz Attiques de Aule Gelle. Tout pareillement lisez au premier Proverbe de la seconde Centurie205, c’est à dire, centene206, laquelle centene est aussi en la seconde Chiliade207, c’est à dire millier des Proverbes d’Erasme, ou est en escript, Tristu Scythale. Et vous y trouverez bien au long tout ce que je vous en ay dict. Laissez donc là ces raouleaux, et escripvez en belles et patentes tauletes208 et autres choses semblables : afin que vostre lettre soit veue toute d’un front. Et notez que l’espace d’entre les lignes veult tousjours estre aussi large que la lettre I, est haulte. L’espace d’entre les lettres veult estre de la largeur ou d’un I, ou d’un F, ou d’un S, ou d’un M, ou encores plus selon le lieu et sentence209 qu’on veult remplir et escripre. Bref, lettre Attique est si noble, qu’elle veult estre en grande liberté, comme pourrez veoir en ce present œuvre, que j’ay nommé Champ Fleury, pour la grace et facilité du nom, et que j’ay intitulé. L’ART et science de la deue et vraye proportion des lettres Attiques, qu’on dict autrement, lettres Antiques, et vulgairement lettres Romaines. Prenez donc en gré si vous plaist, ô devotz amateurs de bonnes lettres, et pensez que ce que j’en fais, est de bon zele et entiere volunté. Priant nostre Seigneur Jesus vous donner à tous accroissement de bonnes lettres et belles vertuz avec toute pure santé de corps et d’ames.

[NP1] Aux Lecteurs de ce present livre humble salut.

  • 210 Bailler : donner.
  • 211 Superfluité : chose superflue, ajout inutile.
  • 212 D’aucuns : certains.
  • 213 Écumeurs : employé ici péjorativement puisqu’il désigne, selon le Littré « les corsaires littéraire (...)
  • 214 Jargonneurs : personne qui s’exprime en jargon.
  • 215 Deciser : Couper, découper.
  • 216 Meschantement : méchamment, cruellement.
  • 217 Jaçoit que : quoique.
  • 218 Correction d’après 1529, « V » dans 1549.
  • 219 « Herbe » dans 1549 corrigé d’après 1529.
  • 220 Couleur : Prétexte.
  • 221 Manieres dans le texte.
  • 222 Ruffian : débauché.
  • 223 Qui pour qu’il.
  • 224 Encornimatibulé, et emburelicoqué : « Emburelucoquer, troubler, remplir l’esprit de chimères, verbe (...)
  • 225 Mirlifique : ornement superflu, bagatelle.
  • 226 Triquedondaines : futilités.
  • 227 Gringuenaudes : ordures.
  • 228 Fatrouiller : travailler.
  • 229 Odoriférant : qui répand une odeur agréable.

113On dict communément, et dict on vray, qu’il y a grande vertu naturelle en herbes, en pierres, et en parolles. D’en bailler210 exemple, seroit superfluité211, tant la verité en est certaine. Mais je vouldrois qu’il pleust à Dieu me donner la grace que je peusse tant faire par mes parolles et requestes, que je peusse persuader à d’aucuns212, que s’ilz ne vouloient faire honneur à nostre langue Françoise au moins qu’ils ne la corrompissent point. Je trouve qu’il y a trois manieres d’hommes qui s’esbatent et efforcent à la corrompre et difformer. Ce sont escumeurs213 de Latin, plaisanteurs, et jargonneurs214. Quand escumeurs de Latin disent, d’espumon la verbocination latiale, et transfreton la sequane au dilucule et crepuscule, puis deambulon par les Quadrivies et Platées de Lutece, et comme verisimiles amorabundes captivon la benivolence de lomnigene et omniforme sexe feminin me semble qu’il[s] ne se mocquent seulement de leurs semblables, mais de leur mesme personne. Quand les plaisanteurs, que je puis honnestement appeller, dechiqueteurs de langage, disent monsieur du page, si vous ne me baillez une lesche du jour, je me rue à Dieu, et vous dis du cas, vous aurez nasarde sanguine, me semblent faire aussi grand dommage à nostre langue, qu’ilz font à leurs habitz, en dechiquetant et consumant à oultrage ce qui vault mieulx entier que decisé215 et mutilé meschantement216. Tout pareillement quand jargonneurs tiennent [NP2] leurs propoz de leur malicieux jargon, et meschant langage, me semblent qu’ilz ne se monstrent seulement estre dediez au gibet, mais qu’il seroit bon qu’ilz ne fussent oncques nez. Jaçoit217 que maistre François Villon en son temps y aye esté grandement ingenieux, si toutesfois eust il mieulx faict d’avoir entendu à faire autre plus bonne chose. Mais au sort, fol qui ne folie, perd sa saison. J’alleguerois quelque peu dudict jargon, mais pour en eviter la meschante cognoissance, je passeray oultre, et dis que je vouldrois que telz corrompeurs d’honneste langage fussent si avisez et sages, qu’ilz pensassent qu’un homme qui veult estre veritablement intimé en pure vertu, doibt tousjours et en tous lieux faire et dire chose qui soit belle, bonne, et honneste. On cognoist les hommes en faictz et en dictz. Faisons donc tant que noz dictz et parolles soient saines et recepvables, en toute raison et tout honneur. Acoustumons nous à bien parler et bien dire, en ce faisant trouverons que bien nous en prendra, et que noz parolles auront si grande vertu, qu’elles persuaderont en mille beaulx propos. Ô devotz amateurs de bonnes lettres, pleust à Dieu que quelque noble cueur s’employast à mettre et ordonner par regle nostre langage François : ce seroit moyen que maintz milliers d’hommes s’everturoient à souvent user de belles et bonnes parolles. S’il n’y est mis et ordonné, on trouvera que de cinquante ans en cinquante ans, la langue Françoise, pour la plus grande part, sera changée et pervertie. Le langage d’aujourd’huy est changé en mille façons, du langage qui estoit il y a cinquante ans ou environ. L’autheur du livre des es[NP3]cheqz disoit en son temps. Neant plus et nous disons, Non plus. Il disoit : Bien est voir, et nous disons Bien est vray. Tout pareillement il disoit : Tenroit, Ne218 volt pas, et Le voyeu et nous disons, Tien droit. Ne veult pas, et La vocale. Il en disoit Mille autres que je laisse pour breveté. On pourroit trouver Dix Milliers de telz motz et vocables laissez et Changez, Desquelz cent autres Autheurs usoient au temps passé. On usoit audict temps passé de dire Herper, pour Jouer de la Herpe219. On disoit, Assembler à son Ennemy. pour, Commancer à combattre. Lance roide sus le feultre, estoit, Lance mise sus l’arrest. Et, Sonner des Gresles à l’assault estoit Sonner des Trompettes. Estre affessé, estoit à dire, Estre apoysanty. Ne vous deveille, estoit. Ne vous deplaise. Remettre son espée en son feurre, estoit Remettre au fourreau. Forconseiller, estoit. Malconseiller. Tourbillonner, estoit. Faire grand vent. Et Mille autres semblables qu’on pourroit bien dire, et desquelz on pourroit faire un grand et juste Volume. J’aurois couleur220 de deplorer la sterilité de noz mains, mais j’espere qu’au plaisir de Dieu quelque Noble Priscian, quelque Donat, ou quelque Quintilien François, naistra de Bref, s’il n’est desjà tout edifié. Je treuve en oultre qu’il y a une autre maniere221 d’hommes qui corrompt encores pirement nostre langue. Ce sont Innovateurs et Forgeurs de motz nouveaulx. Si telz Forgeurs ne sont Ruffiens222, je ne les estime gueres meilleurs. Pensez qu’ilz ont une grande grace, quand ilz disent après boyre, qui223 ont le Cerveau [NP4] tout encornimatibulé, et emburelicoqué224 d’un tas de mirilifiques225 et triquedondaines226, d’un tas de gringuenaudes227, et guilleroches qui les fatrouillent228 incessamment. Je n’eusse allegué telles sottes parolles, se n’eust esté, que le desdaing d’y penser le m’a faict faire. Si natura negat, facit indignatio versum. L’indignation m’a contrainct de monstrer la sotteté. Je croy qu’il n’y a ordre de purement agencer tel langage, car les personnages qui le forgent sont incapables de saine raison. Toutesfois si nostre langue estoit deument reglée et polie, telles immundices en pourroient estre dejettées. Parquoy je vous prie donnons tous courage les uns aux autres, et nous esveillons à la purifier. Toutes choses ont eu commencement. Quand l’un traictera des lettres, et l’autre des vocales, un tiers viendra, qui declarera les dictions, et puis encores un autre surviendra qui ordonnera la belle oraison. Par ainsi on trouvera que peu à peu on passera le chemin, si bien qu’on viendra aux grans champs poetiques et rhetoriques pleins de belles, bonnes, et odoriferentes229 fleurs de parler, et dire honnestement et facillement tout ce qu’on vouldra.
Du tout vostre Geofroy Tory de Bourges.

[f. 1r] L’art et science de la Deue et vraye proportion des lettres Attiques, qu’on dict autrement lettres antiques et vulgairement lettres Romaines

  • 230 Concoction : digestion.
  • 231 Fantasier : imaginer, inventer.
  • 232 Icelle : cette.
  • 233 Volant : voulant.
  • 234 Aucunement : en quelque façon.
  • 235 Aucuns : certains.
  • 236 Desmouvoir : écarter, éloigner qqn.
  • 237 Glout : avide, vorace.
  • 238 Mordre : critiquer.
  • 239 Sandail : autre forme de « Cendal », taffetas de soie léger.
  • 240 Ferir : frapper.
  • 241 Revolver : tourner.
  • 242 Ambagineux : pleins de replis.

114Le matin du jour de la feste aux Roys, après avoir prins mon sommeil et repos, et que mon estomac de sa legiere et joyeuse viande avoit faict sa facile concoction230, que l’on comptoit M.D. XXIII. me prins à fantasier231 en mon lict, et mouvoir la roue de ma memoire, pensant à mille petites fantasies, tant serieuses que joyeuses, entre lesquelles me souvint de quelque lettre Antique que j’avoys nagueres faicte pour la maison de monseigneur le tresorier des guerres maistre Jehan Groslier, Conseiller et Secretaire du Roy nostre sire, amateur de bonnes lettres, et de tous personnages sçavans, desquelz aussi est tresamé et estimé tant delà que deçà les mons. Et en pensant à icelle232 lettre Attique me vint soudain en memoire un sentencieux passage du premier livre et huitiesme Chapitre des Offices de Cicero, où est escript. Non nobis solum nati sumus, ortusque nostri, partem patria vendicat, [f. 1v] partem amici. Qui est, à dire en substance que ne sommes pas nez en ce monde seulement pour faire service et plaisir à noz amyz et à nostre pais. À ceste cause me volant233 employer aucunement234 à l’utilité du bien public, ay pensé demonstrer et enseigner en ce present petit œuvre la maniere de faire symmetriquement. C’est à dire, par deue proportion lettre Attique, de laquelle je voy deçà les mons maintz hommes qui en veulent user, estre foiblement expertz, en tant qu’ilz ne sçavent de quelle mesure et proportion elle doibt estre. Je traicterois aussi de la lettre de Forme et de la Bastarde : mais pour ceste fois, aidant nostre seigneur je designeray ladicte lettre Attique seulement. Aucuns235 m’ont voulu demouvoir236 de ce faire disant que je ne la debvoye tant manifester, mais garder en secret pour moy. Saulve leur honneur me semble que non, et que je ne doibs estre glout237 de science honneste et bonne. J’en eusse traité et escript en latin, comme je pourrois bien faire, ce croy-je, et comme on peult cognoistre aux petitz œuvres latins que j’ay faict imprimer et mis devant les yeulx des bons estudians, tant en metre qu’en prose. Mais voulant quelque peu decorer nostre langue Françoise, et afin qu’avec gens de bonnes lettres le peuple commun en puisse user, j’en veulx escrire en François. Je suis seur que tantost surviendra quelque detracteur et envieux qui dira que je veulx faire du nouvel Autheur, et se forcera mordre238 mes institutions et enseignemens. Mais je sçay selon les anciens Poetes et Philosophes que Momus estoit un paillard qui ne sçeut jamais [f. 2r] rien faire sinon mocquer, comme quand il mocquoit le Sandail239 et Tyssu de Venus, disant qu’il y avoit trop de papillotes estincellantes et cliquetantes, et qu’il faisoit trop de bruit. Semblablement mocquoit dame nature, pource qu’elle avoit plustost mis les cornes au front des bœufz et vaches qu’en l’espaule, pour en ferir240 plus impetueusement. Il mocquoit aussi le taureau de Neptune, la maison de Minerve, et l’homme de Vulcan. Mais principalement mocquoit iceluy homme, pource que ledict Vulcan ne luy avoit point faict de fenestre ne de guychet en l’estomac, afin que par iceulx on peult cognoistre ce qu’il penseroit et revolveroit241 en sondict estomac, qui est plein de lieux concaves et ambagineux242. De cedict Momus on peult veoir et lire au CCCLXXIIII. proverbe de la premiere Chiliade des proverbes de Erasme, et en un livre que Leon Baptiste Albert a faict et intitulé, Momus.

115Je ne diray chose en cest œuvre que je ne preuve par autheurs dignes de foy, et par demonstration tant naturelle qu’evidente en Geometrie, comme on pourra voir ès figures cy après faictes au Compas et à la Regle, qui sont choses trescertaines en vraye mesure.

  • 243 Mordre : critique.
  • 244 Noter : blâmer.
  • 245 Cuider : croire à tort, s'imaginer.
  • 246 Aucuns : certains.
  • 247 Laire : être loisible, permis.
  • 248 Utilz : outils.

116Je ne seray mocqué seulement du sudict Momus, mais de trois manieres d’hommes : C’est à sçavoir, De non sçavans, De moyennement sçavans, et de bien sçavans. Les non sçavans me morderont243 comme povres ignorans, consideré que Science n’a ennemy, que l’ignorant. Les moyennement sçavans aussi me noteront244, n’entendant pas ce que j’allegueray. Les bien sçavans ne m’espar[f. 2v]gneront pas, en voulant et cuydant245 acquerir gloire de taxer et corriger mes erreurs, si aucuns246 en y a, et si d’aventure il n’y en a, si trouveront ilz cinq piedz de mouton pour quatre, disans qu’une queue d’un pied de long vault bien un pied : mais comme dit Erasme en son CLXXXII. proverbe, Carpet hæc citius aliquis quàm imitabitur. On me reprendra plus tost qu’on ne me ressemblera. Contre les mal disans useray d’une belle devise ancienne, et diray. Λέγουσιν ἅ θέλουσιν, Λεγέτωσαν. Dicunt quæ volunt, dicant, non est curæ mihi. C’est à dire : Ilz disent ce qu’ilz veulent, et bien, je ne m’en soucie. Susque deque fero. Pour chose qu’ilz puissent dire je ne lairray247 à escrire en François, comme homme François, les avertissant que Vitruve fut jadis, reprins et mocqué, pource que luy n’estant Grec de nativité, escrivoit en vocables Græcz, comme l’on peult encores veoir en la plus grande partie des dictions et vocables des utilz248 et autres choses d’architecture, desquelz en son livre a faict mention.

117En enseignant icy faire les susdictes lettres Attiques, je m’esbatray, aidant nostre seigneur, à dire par ordre (selon leur acoustumée situation) de l’une après l’autre la vertu d’une chacune selon l’art de Grammaire. Je voy là derriere quelqu’un qui grumeleroit voluntiers, et se forceroit comme enuieux me nuire s’il pouvoit, ou s’il osoit mais luy craignant que s’il se monstroit, je le ferois taire soudain, luy perçant la langue de mon asseuré compas, et le batant de ma certaine regle, se deportera ce me semble.

  • 249 Et ne lairray : et je ne manquerai pas.
  • 250 Designer : dessiner.

118Donques j’escriray en François selon mon petit stile et langage maternel, et ne lairray249, com[f. 3r]bien que je soye de petitz et humbles parens, et aussi que je soye pauvre de biens caduques, à faire plaisir aux devotz amateurs des bonnes lettres. Je sçay comme est dict au proverbe ancien, duquel Erasme faict mention en sa premiere Chiliade au proverbe D.XVII. Quod sæpe est etiam olitor valde oportuna locutus. Et comme disoit Pline, Nullum esse librum tam malum, ut non aliqua parte prodesse queat. Il n’est si meschant livre qui ne puisse proufiter en quelque chose. À ce propos je veulx dire qu’à l’ayde de Dieu, et de ce present livre cy, on pourra faire et designer250 lettre Attique en sa deue proportion tant petite et tant grande qu’on vouldra, en tant que le compas et la reigle se pourront estendre.

  • 251 Ce dans le texte.

119Je sembleray cy par aventure estre nouvel homme, pource qu’on n’a point encores veu enseigner par escript en langage François la façon et qualité des lettres, mais desirant enluminer aucunement nostre langue, je suis content estre le premier petit indice à exciter quelque noble esprit qui se evertura davantage (comme firent les Græcz jadis et les Romains) mettre et ordonner la langue Françoise à certaine reigle de prononcer et bien parler. Pleust à Dieu que quelque noble Seigneur voulust proposer gages et beaux dons à ceulx qui se251 pourroient bien faire.

  • 252 Facond : qui a une élocution facile et abondante, éloquent.

120Il est certain que le stile de Parlement, et le langage de Court sont tresbons, mais encores pourroit on enrichir nostredict langage par certaines belles figures et fleurs de Retorique, tant en prose que autrement. Nous sommes de nostre nature [f. 3v] entre toutes les autres nations, comme dict Pompone Mela, faconds252, car il dit au troisiesme livre de sa cosmographie, où il parle des meurs des François. Habent tamen et facundiam suam. Les François, dit-il, sont faconds, et beaux parleurs de leur nature. Semblablement le poete Satyric dit en sa XV. satyre : Gallia causidicos docuit facunda Britannos. France, dit il, a enseigné aux Anglois à plaider et deument parler.

  • 253 Préfation : préambule, avant-propos.

121J’allegue icy Poetes et Orateurs Latins pour monstrer qu’avons un don de grace en nostre beau langage François. J’en veulx semblablement alleguer des Græcs, entre lesquelz seulement prendray une petite prefation253 que Lucian Orateur et Philosophe Grec a faicte de Hercule Gallico, Et icelle prefation translatée de Græc en Latin par Erasme, et je la translateray puis après de Latin en François. Icelle est en latin comme il s’ensuyt.

122Herculem Galli lingua gentis vernacula Ogmium vocant. porro Deum ipsum nova quadam atque inusitata depingunt. Decrepitus est apud illos, recaluaster, reliquis capillis, si qui reliqui sunt, planè canis, cute rugosa, et in aterrimum exusta colorem, cuiusmodi sunt nautæ isti. Charontem potius aut Iapetum quempiam ex his qui apud inferos versantur, diceres. In summa, quiduis potiùs quàm Herculem coniiceres ex imagine. Atque tali specie quum sit, tamen Herculis ornatum gerit, ut qui cum leonis exuuium indutus sit, tum clauam dextra teneat, tum pharetram humeris aptatam portet, tum arcum tensum læua prætendat. Denique modis omnibus Hercules est. Hæc equidem arbitrabar in græcanicorun deorum contumeliam perperam facere Gallos, quum eiusmodi fingerent ef[f. 4r]figie, quo nimirum illum talibus picturis ulciscerentur, quòd olim in regionem ipsorum incursasset, prædas agens id temporis, quum Gerionis armenta Vestigans, occidentalium gentium plerasque regiones peruastaret. At nondum etiam dixi id quod erat in imagine maximè nouum atque mirandum. Siquidem Hercules ille senex ingentem admodum hominum multitudinem trahit, omnibus ab aure revinctis. Porrò vincula cathenulæ tenues, auro, electróve confectæ, pulcherrimis istis monilibus assimiles. Atqui cum vinculis vsqueadeo fragilibus ducantur, tamen neque de fugiendo cogitant quum alioqui commodè possint, neque prorsus obnituntur, aut pedibus aduersus trahentem obtendunt, sese resupinantes, verùm alacres ac læti sequuntur, ducentem admirantes. Vltro festinantes omnes, et laxatis funiculis, etiam anteuertere studentes, perinde quasi grauiter laturi si soluerentur vinculis. Ne illud quidem pigebit referre, quod mihi videbatur omnium absurdissimum. Etenim quum non invenirent pictor vnde cathenularum summas ansas necteret, videlicet dextera iam clauam, læua arcum tenente, summam Dei linguam perterebrauit, atque ex hac religatis cathenulis eos trahi fecit. Ipse nimirùm ad eos qui ducebantur, vultum et oculos convertebat arridens. Hæc ego quum diutius assistens essem contemplatus, admirans, hæsitans, indignans, Gallus qui propius astabat, nostratium literarum non indoctus, id quod declarauit, quum græcanicam linguam absolutè sonaret, philosophus opinor ex eo genere philosophorum quod apud eos esse fertur. Ego tibi hospes, inquit, picturæ istius ænigma explicabo, nam videre vehementer ad eam attonitus ac stupefactus. Orationem nos Galli nequaquam arbitramur esse Mercurium, quemadmodum vos Græci, verùm Herculi illam tribuimus, proptereà quòd hic Mercurio longè robustior extiterit. Nam [f. 4v] quod senex fingitur, nihil est quod mirere. Siquidem vna facundia consueuit in senecta demum absolutum vigorem ostendere. Si modo verum vestri dicunt pœtæ : Obduci iuuenum densa caligine pectus. Contrà, senecta posse quiddam dicere rudi iuuenta melius ac preclarius. Hinc videlicet apud vos et Nestoris lingua melle profluit, et Troianorum concionatores liriœssam edunt, videlicet floridam quandam vocem : Nam liria, si satis commemini, flores appellantur : proinde quod ab auribus vinctos ad linguam trahit senex hic Hercules, qui non aliud quàm ipse est sermo, ne id quidem debes admirari, qui quidem non ignores linguæ cum auribus esse cognationem. Neque verò ad contumeliam illius illud pertinet quòd ea pertusa est. Nam memini, inquit, et iambicos quosdam versiculos è comœdiis apud vos dicere : siquidem viris loquacibus extrema lingua perforata est omnibus. Quin de eodem hanc in summa habemus opinionem, vt quicquid egit, id oratione, facundiáque confecisse putemus. Vtpote virum sapientem, ac persuadendo pleraque sibi subegisse. Iam tela illius nimirùm rationes sunt acutæ, missiles, citæ, atque animum sauciantes, vnde pannigera dicta. Hactenus Gallus.

123L’Exposition en François, et translation de ceste dite præfation, est comme il s’ensuit.

  • 254 Chanuz : chenus.
  • 255 Aumailles : bétail.
  • 256 Rapine : vol, enlèvement.
  • 257 Abas : partie inférieure.
  • 258 Carcan : collier de fer servant à attacher un condamné au pilori.
  • 259 Jaçoit que : bien que.
  • 260 Marri : triste, abattu.
  • 261 Absolument : sans contrainte.
  • 262 Oraison : éloquence.
  • 263 Facondité : éloquence.
  • 264 Caligineux : brumeux, obscur, trouble, corrompu.
  • 265 Face : fasse.
  • 266 Facondité : éloquence.
  • 267 Agues : tranchantes.

124Les François en leur langue maternelle appellent Hercules Ogmium, et le figurent en painture d’une façon nouvelle et inusitée. Ilz le figurent en vieillard chauve, n’ayant qu’un bien peu de cheveux derriere, et iceulx tous chanuz254 et blancs. Sa peau est ridée et toute noire, bruslée du chault au soleil, comme on void que sont coulorez ces vieux mariniers, vous diriez qu’il seroit un droit Charon, ou un Japetus, lesquelz frequentent aux [f. 5r] enfers. En somme vous penseriez plustost à le voir qu’il fust autre chose qu’un Hercules. Toutesfois en ceste figure et espece il porte l’aornement dudit Hercules, entendu qu’il est vestu d’une peau de Lion, et qu’en sa main dextre tient une massue, et porte à son col en echarpe une trousse, et en sa main senestre ung arc bendé. Finablement : Il est un droit Hercules. Je pensois seurement que toutes ces choses fussent faictes par les François en derision des Dieux grecaniques, veu et entendu qu’ilz le saignoient en ceste façon et figure, pour eulx venger de ce que jadis au temps qu’il alloit cherchant jusques en Occident les Beufz et autres aumailles255 du Roy Gerion, feit des courses et rapines256 par leur pais de France, en degastant beaucoup de contrées du pais d’abas257 : Mais je n’ay pas encores dit ce qui estoit très singulierement nouveau et admirable en cedict image. Certes cedict vieux Hercules tire après luy une merveilleusement grande multitude d’hommes et femmes tous attachez l’un à part de l’autre par l’oreille. Les liens estoient petites chaines d’or et d’ambre bien faictes, et semblables à quarquans258. Et jaçoit259 que de ces tant fragiles chaines ilz soient tous tirez et menez, toutesfois il n’y en a pas un qui s’en veuille reculer, combien qu’ilz le pourroient bien faire facilement, s’ilz vouloient. Ilz ne reculent point, ne ne retirent le pied en arriere en eulx repenchant, mais tous alegres et joyeulx le suyvent en eulx emerveillant de luy. Tous de leur plain gré se hastent de le suyvre, et en laschant leurs liens s’estudient marcher plustost que luy, quasi comme s’ilz estoient marriz260 qu’ilz [f. 5v] fussent deliez. Et certes il ne me deplaira de dire encores ce qui me sembloit entre tout estre le plus mal à propos. Surement quand le paintre ne trouvoit lieu pour attacher les bouts de toutes cesdictes chaines, entendu qu’en la main dextre estoit la massue, et en la senestre l’arc, il perça la langue du Dieu Hercules, à laquelle toutes ces chaines estans attachées, il fit tous ces jà susdits hommes et femmes estre tirez après iceluy Hercules. Hercules tournoit son visage et sa veue vers ceulx qu’il menoit, en leur faisant gracieux semblant, et amiable contenance. Moy estant longtemps droict sus mes piedz, ce dit Lucian, en contemplant toutes ces choses, en m’en esmerveillant, en doubtant, et en m’en indignant, un certain François estant auprès de moy, qui n’estoit pas ignare des lettres Græcques, d’autant qu’il les prononçoit tresbien et absolument261. Ung philosophe à mon advis de la sorte des philosophes qui ont de coustume estre en France, me dist. Mon amy je te veulx declarer la difficulté de ceste painture, car tu me y sembles estre grandement esbahy et estonné. Entre nous François nous n’attribuons point l’oraison262 à Mercure comme vous faictes en Græce. Mais nous l’appliquons à Hercules, pource qu’il est beaucoup plus robuste que n’est Mercure. De tant qu’il est vieux tu ne t’en doibs esbayr, car la facondité263 et le beau parler a coustume de monstrer sa parfaicte vigueur en vieillesse, au moins si voz poetes disent vray, quand ilz sont d’opinion que le sens de jeunesse est environné de caligineuse264 obscurité. Et au contraire, que vieillesse dit au net ce qu’elle veult dire beaucoup [f. 6r] mieux et plus clairement que la rude jeunesse. Et pource entre vous Græcz la langue de Nestor est comparée à myel fluent. Semblablement les ambassadeurs des Troyens ont leur voix toute florissante, et leur oraison est dicte Liriœssa. Liria en Græc, s’il m’en souvient bien, sont fleurs. Et ce que tu vois que ce vieux Hercules tire de sa langue tous ces hommes liez par l’oreille, ce n’est autre chose en signification que langage aorné, et de ce ne te doibs esbahir, quand tu n’ignores que la langue a certaine acointance aux oreilles. Et ce ne doibt estre à reproche que sa langue est percée : car j’ay souvenance qu’en voz comœdies y a des metres iambiques qui disent : que les hommes qui sont grans caqueteurs ont tous la langue percée. Et pource nous François avons ceste opinion en somme, que quelconque chose que Hercules face265, il le faict par sa facondité266 et beau langage, comme un homme sage qui scait persuader en soubzmettant à luy ce qu’il veult. Les fleches de la trousse, signifient ses raisons, qui sont agues267, penetrantes, et legieres, en transperçant noz courages et voluntez. Et pource entre vous Græcz dictes que la parolle est pennigera, c’est à dire empanée comme est une fleche.

125Ainsi acheva de dire le François Philosophe, lequel povons entendre clairement estre un des Druides desquelz maints bons Auteurs font belle mention.

126Nous voyons donques par les motz de Lucian soubz l’escorce de ceste fiction, que nostre langage est si gracieux, que s’il est prononcé d’un homme discret, sage, et aagé, Il a si grande efficace, qu’il [f. 6v] persuade plutost et mieux que le Latin, ne que le Græc. Les Latins et les Græcs le confessent quand ilz disent que cestuy Hercules estoit Gallicus, non pas Hercules Latinus, ne Hercules Græcus.

  • 268 sus : sur.

127J’ay veu cestedicte fiction en riche painture dedans Rome auprès de la tour Sanguine, non pas loing de l’eglise sainct Loys, qui estoit fort bien disposée en ordonnance dudict Hercules, et de ceulx qu’il tire de sa langue par les oreilles, un peu mieux ordonnée que n’est celle qui est au premier fueillet de Pompone Mela commenté, et a esté imprimé par un nommé Andreas Cratandrus Basiliensis. Cedict Andreas luy faict tenir de la main senestre un arc delachant une fleche tandis qu’il tient de sa dextre sa massue, où il ne fault seulement que l’arc tendu sans fleche, les fleches, veulent estre en leur trousse, et si Hercules en veult tirer, il doibt mettre la teste de sa massue à terre, et le manche droit et debout contre son estomac. Et pour mieux bailler la chose à l’œil, J’en ay faict cy dessoubz un deseing, qui est selon Lucian, et selon ledict pourtraict que j’ay veu en Rome, et aussi selon la traduction de Græc en Latin que mon seigneur Budé a mis en ses annotations sus268 les Pandectes, au passage où est escript en texte, Ex L. pri. De fer. cor. §. quod ait prætor.

128S’ensuyt le deseing de l’Hercules Francois. [f. 7r]

Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques (1549), f. 7r.

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k9415030r/​f52.item

  • 269 Facundité : éloquence.
  • 270 Inepte : inexact.

129Si avec nostre facundité269 estoit regle certaine, il me semble, soubz correction, que le langage seroit plus riche, et plus parfaict. Et à ce propos pour ce qu’il m’en souvient, et que je puisse bailler quelque bonne raison que regle se y pourroit tenir, pource que je voy communement mains personnages, tant sçavans que non sçavans y faillir et commettre barbarisme et langage inepte270, je dis que pour les preteritz parfaictz on peult assigner telle regle, et dire :

  • 271 Quantes fois : chaque fois.
  • 272 Indiscretz : ignorants.

130Toutes et quantes fois271 que l’infinitif se terminera en re, le preterit en tierce personne singuliere doibt estre proferé en it : comme batre, batit ; faire, feit ; vaincre, vainquit. Plaire et ses composez, qui sont complaire, et desplaire, en sont exceptez : car ilz font leur preterit en eut, pleut, compleut, et despleut. Boyre aussi, et croire, font beut, et creut. Semblablement Estre, faict sondict preterit [p. 7v] fut, croistre, creut, et paistre repeut. Et quantes fois celuy infinitif est terminé en er, le preterit veult estre en a ; comme fraper, frapa ; danser, dansa ; saulter, saulta ; et non, frapit, dansit, ne faultit, comme disent plusieurs. Cognoistre, et ses semblables en terminaison en sont exceptez : car ilz font leur preterit en eut, comme font les infinitifz en oir, cogneut, Concevoit, conceut, apercevoit, aperceut. Infinitifz en ir, ont leur preterit en it. Faillir, faillit ; cueillir, cueillit, et non cueilla, ne failla : comme disent maintz indiscretz272.

131J’ay faict icy ceste demonstrative digression, afin que quelque studieux esprit preigne l’anse de la matiere que je luy metz devant les yeulx.

  • 273 Jaçoit que : bien que.

132Qui se vouldroit en ce bien fonder, à mon advis pourroit user des œuvres de Pierre de sainct Cloct, et des œuvres de Jehan de Linevelois, qui ont descript la vie d’Alexandre le grand, en longue ligne, que l’auteur qui a composé en prose le jeu des eschetz, dit estre de douze sillabes, et appellée rithme Alexandrine, pource que, comme dict est, la vie d’Alexandre en est descripte. Iceulx deux susdictz autheurs ont en leur stile une grande majesté de langage ancien : et croy que s’ilz eussent eu le temps en fleur de bonnes lettres, comme il est aujourdhuy, qu’ilz eussent excedé tous autheurs Græcz et Latins. Ilz ont, dis-je, en leurs compositions don acomply de toute grace en fleurs de Rhetorique et poesie ancienne Jaçoit273 que Jehan le Maire ne face aucune mention d’iceulx, toutesfois si a il prins et emprunté d’eulx la plus grande part de son bon langage, comme on pourroit bien veoir en la [f. 8r] lecture qu’on feroit attentivement ès œuvres des uns et des autres. On pourroit aussi user des œuvres de Chrestien de Troyes, et ce en son Chevalier à l’espée, et en son Perceval, qu’il dedia au Compte Philippe de Flendres. On pourroit user pareillement de Hugon de Mery, en son tournoy de l’Antecrist. Tout pareillement aussi de Raoul en son Romant des ælles. Paysant de Mesieres n’est pas à despriser, qui faict maintz beaux et bons petitz coupletz, et entre les autres, en sa mule sans frein. J’ay nagueres veu et tenu tous ces susdictz reverendz et anciens autheurs escriptz en parchemin, que mon seigneur et bon amy frere René Massé de Vendosme Chroniqueur du Roy m’a liberalement et de bon cueur monstré. Il en a usé si bien à parfaire les Chroniques de France, que je puis honnestement dire de luy.

Cedite Romani scriptores, cedite Graii.
Nescio quid maius nascitur Iliade.

  • 274 René Macé de Vendôme.
  • 275 Qui pourroit finer de : qui pourait se procurer.
  • 276 Moult : beaucoup.
  • 277 Fient : excrément d’animal.

133Arriere arriere Autheurs Græcz et Latins, de René Massé274 naist chose plus belle et grande que l’Iliade. On pourroit en oultre user des œuvres de Arnoul Graban, et de Simon Graban son frere. Dantes Aligerius Florentin, comme dit mon susdict bon amy frere René Massé, faict honorable mention dudict Arnoul Graban. Et d’iceluy Arnoul ay veu en l’eglise des Bernardins de Paris un tableau, auquel y a une oraison à la vierge Marie, qui se commence, En protestant Et les premieres lettres des versetz du dernier couplet contiennent son nom et surnom, qui sont : Arnoldus Grabans me. Qui pourroit finer275 des œuvres de Nesson ce seroit ung grand plaisir pour user du doulx langage qui y est conte[f. 8v]nu. Je n’en ay veu qu’une oraison à la vierge Marie qui se trouve imprimée dedans le Calendrier des bergiers de premiere impression. La derniere impression ne la contient pas, et ne sçay pourquoy. Alain Chartier et Georges Chastellain Chevalier sont auteurs dignes desquelz on face frequente lecture, car ilz sont tresplains de langage moult276 seignorial et heroique. Les lunettes des Princes pareillement sont bonnes pour le doulx langage qui y est contenu. On pourroit semblablement bien user des belles Chroniques de France, que mon seigneur Cretin nagueres Chroniqueur du Roy a si bien faictes, que Homere, ne Virgile, ne Dantes, n’eurent onques plus d’excellence en leur stile, qu’il a au sien. Et pour monstrer que nostredict langage François a grace quand il est bien ordonné, j’en allegueray icy en passant un rondeau, qu’une femme d’excellence en vertuz, madame D’entragues a faict et composé ce dit on. Pareillement deux bons petitz enseignemens, desquelz je ne cognois les auteurs, et renvoiray les bons espritz aux autres bons œuvres François, pour y faire ce que Virgile faisoit jadis en lisant ès œuvres de Ennius, Extrahere aurum de stercore. Tirer l’or de dedans un fient277, et de Homere, Extorquere clauam de manu Herculis. Oster et arracher la massue de la main d’Hercules. Le susdict rondeau est tel qu’il s’ensuit.

Pour le meilleur, et plus seur chemin prendre,
Je te conseille à Dieu aymer aprendre,
Estre loyal de bouche, cueur, et mains,
Ne te vanter, peu mocquer, parler moins.
Plus que ne doibs sçavoir ou entreprendre.
[f. 9r] Fors tes subjectz ne te chaille reprendre,
Trop haultains faictz ne t’amuse à comprendre,
Et cherche paix entre tous les humains.
Pour le meilleur.

Un don promis ne fayz jamais attendre
Et à sçavoir sans cesser doibs pretendre.
Peu de gens fayz de ton vouloir certains.
À ton amy ne dissimule ou fains.
Bien me plaira si à ce veux entendre.
Pour le meilleur.

134Le premier susdict enseignement est tel qu’il s’ensuit. 

Si tu as maistre, sers le bien.
Dis bien de luy, garde le sien.
Son secret cele quoy qu’il face,
Et sois humble devant sa face.

135L’autre enseignement :

Ne seuffre à ta femme pour rien.
Mettre son pied dessus le tien.
Le l’endemain la bonne beste.
Le vouldra mettre sus ta teste.

136S’il est vray que toutes choses ont eu commencement, il est certain que la langue Grecque, semblablement la Latine ont esté quelque temps incultes et sans Regle de Grammaire, comme est de present la nostre, mais les bons Anciens vertueux et studieux ont prins peine, et mis diligence à les reduyre et mettre à certaine Regle, pour en user honnestement à escripre et rediger les bonnes Sciences en memoire, au prouffit et honneur du bien public.

137Au temps du pere des Poetes latins Ennius qui disoit en son gros langage avant que sa lan[f. 9v]gue Latine fust purifiée.

Vulturis in syluis miserum mandebat homonem.

138Et au temps du Poete Philisophe naturel Lucretius, qui disoit en son premier livre.

Visceribus viscus gigni, sanguemque creari.

139Semblablement au temps du Poete Comicque Plaute reputé et appellé le delice des Muses, qui disoit en sa Comedie nommée Casina. Non ergo istud verbum empsitem titiuilitio. Et un peu après. Facite vostro animo volupè. Pareillement, Hac dabo protinam, et fugiam. On ne parloit ne escripvoit encores regulierement, ne grammaticallement, en tant que depuis on a si bien poly ladicte langue Latine, que se seroit aujourd’huy honte et asnerie de dire Homonem, Sanguen, Empsitem, Volupè, et Protinam. Semblablement mille aultres façons de dire que Hieronyme Avance natif de Verone allegue au commencement de ses annotations qu’il a tresdiligentement faictes sus les œuvres du Poete ancien nommé Lucretius, que je laisse aulx curieulx et amateurs d’antiquité, et de laquelle chose on peult amplement veoir et lire en un Dialogue intitulé, Osci et volsci Dialogus ludis Romanis actus.

  • 278 Aucunes : certaines, quelques.

140Quand Donatus, Servius, Priscianus, Diomede, Phocas, Agrestius, Caper, Probus, et les autres bons Autheurs semblables furent venus, ilz la polyrent et mirent en si bonne ordre, que depuis a tousjours de bien en mieulx augmenté en sa perfection, si bien que les Romains qui ont eu domination sus la plus grande partie du monde, ont plus prosperé, et plus obtenu de victoires par leur langue que par leur lance. Pleust à Dieu que peus[f. 10r]sions ainsi faire, non pas pour estre Tyrans et Roys sus tous, mais en ayant nostre langue bien reglée, peussions rediger et mettre bonnes Sciences et ars en memoire et par escript. Je voy que si nous voulons sçavoir quelque science, il la nous fault mandier et prendre quasi furtivement des Græcs et des Latins, et eulx n’ont que faire de nous, ne de ce que pouvons sçavoir. Nostre langue est aussi facile à regler et mettre en bon ordre, que fut jadis la langue Græcque, en laquelle y a cinq diversitez de langage, qui sont la langue Atticque, la Doricque, la Æolique, la Ionique, et la Commune, qui ont certaines differences entre elles en Declinaisons de noms, en Conjugations de verbes, Orthographe, en Accentz et en Pronunciation. Comme un Autheur Græc nommé Joannes Grammaticus, et plusieurs aultres traictent et enseignent tresamplement. Tout ainsi pourrions nous bien faire, de la langue de Court et Parrhisienne, de la langue Picarde, de la Lionnoise, de la Lymosine, et de la Prouvensalle. J’en dirois aucunes278 differences et accordances, se n’estoit que je ne veulx icy estre trop long, et que je laisse à plus expertz que moy eulx y employer.

  • 279 Aulcunes fois : quelquefois.

141Je ne fais doubte qu’aulcunes279 fois ne se treuve des motz nouveaux en nostre langage, et comme dict Horace en son art poetic.

Multa renascentur, quæ iam cecidere, cadéntque
Quæ nunc sunt in honore vocabula, si volet usus.

  • 280 Piéça : il y a un certain temps.

142Beaucoup de vocables renaissent, qui sont pieçà280 delaissez, et ceulx qui sont aujourd’huy en cours, seront de rechef aboliz si l’usage le veult. L’usage [f. 10v] et le temps aportent et emportent beaucoup de vocables vieulx et nouveaulx : et pource, dit Pontan en son premier livre De aspiratione. Ætas enim ex Messana, Messalam fecit. Ex valesio valerium. Ex fusio furium. Ex sclitibus lites, ex scloco locum. Ex remulibus lemures, ex fordeo ordeum. Ex cassantra cassandram. Ex eo quod erat odysseus vlyssem, ex lebero liberum. Ex here heri, ex sibe sibi. Ex coerauit curauit. ltémque ex voloce velocem. Ex accusatiuo mee me, ex duello bellum. Ex aijo in quo duplicabatur I. aio. Ex comperce compesce, ex creduis credas. Ex duis des, ex hesprug hespruginem, et mille talia.

143Je laisse toutes ces choses, et reviens à nostre propos des lettres, mais il me semble n’estre inutile, si premierement j’escriptz icy de leur origine et invention, selon que je puis lire en divers auteurs, tant anciens que modernes.

  • 281 Chaldées : de la Chaldée (ancienne région située entre les cours inférieurs de l'Euphrate et du Tig (...)
  • 282 Excogiter : imaginer, inventer.
  • 283 Cuydoit : croyait (à tort).

144L’invention des lettres a été diverse, selon diverses opinions. Priscian dict, que les Chaldées281 en ont esté premiers inventeurs. Lactance dict en ses divines institutions, que les Ægyptiens les ont premierement excogitées282, et designées, comme toutes aultres bonnes choses, tant mecanicques que spirituelles qu’ilz ont inventées, et ce pour la grace de la temperance de leur ciel et terre où ilz habitent. Aussi se disent ilz avoir esté les premiers hommes. L’opinion de Platon est, que les lettres ont esté eternelles, comme il cuydoit283 que le monde fust eternel. Pline aussi au. LVI. chapitre du septiesme livre de son histoire naturelle, est d’opinion qu’elles ont toujours esté Assyriennes, neantmoins il en allegue diverses opinions. Josephus, [f. 11r] Pomponius Mela, et le Poete historien Lucain, sont d’opinion que les Pheniciens qui sont en Syrie, ont inventé lesdictes lettres. Lucain dict.

Phœnices primi, famæ si creditur, ausi
Mansuram rudibus vocem signare figuris.

  • 284 Bailla : donna.

145C’est à dire, Les Pheniciens, s’il est vray ce qu’on dict, ont esté les premiers qui ont voulu faire arrester la voix des hommes en figures d’escripture et en lettres. Le susdict Josephus a laissé par escript que les enfans d’Adam inventerent les figures et caracteres des lettres, et qu’ilz les escrivirent en deux colomnes, en delaissant à cognoistre à leurs posterieurs les innumerables maulx, grandes adversitez et tribulations qui devoient advenir. Abraham l’ancien philosophe, et le prince des souverains Patriarches, selon l’opinion d’aulcuns a esté le premier inventeur des lettres. Moses, selon les aultres opinions, bailla284 premier aux Juifz la cognoissance d’icelles. Desquelz Juifz les Pheniciens en prindrent la notice, et puis les Græcz desdictz Pheniciens. Cadmus, selon Cornele Tacite, et selon Pline au susdict chapitre et livre, les a baillez ausdictz Græcz. Quinte Curse en son IIII. livre dict que les habitans de la cité de Tyrus les ont premiers sceues ou enseignées que nulz aultres, quand il dict :

Tyrus, si famæ libet credere, literas prima aut docuit, aut didicit : C’est à dire, la cité de Tirus, si on veult croire ce qu’on dit à la premiere enseigne ou apris les lettres. Hercules, comme dit Cicero en son livre de la nature des Dieux, les a baillées aux Phrigiens. Nicostrata, qui fut autrement nommée Carmentis, [f. 11v] comme dit Cornele Tacite, les apporta de Græce aux Latins. Sainct Cyprian martyr dict que Saturne les apporta premier en Italie, et enseigna les estamper en monnoye. Sainct Hierosme recite qu’Esdras après la captivité des Hebreux, pource qu’elles estoient perdues, les inventa, et les feit en aultres figures et characteres que lesdictz Hebreux ont encores aujourd’huy en usage.

  • 285 Ne : et.
  • 286 Paravant : auparavant.
  • 287 Mètres : vers.
  • 288 Mussées : cachées.

146Je dirois voluntiers qui c’est qui les inventa ne285 aporta en France, mais nous sommes si pauvres historiens et executeurs de bonnes lettres que je ne puis cognoistre assez bon autheur qui en aye suffisamment laissé memoire. Gaguin toutesfois a dict au IIII. livre de ses Chronicques de France, qu’au temps du Roy et Empereur Charlemaigne, quatre disciples du venerable Beda, qui estoyent nommez Claudius, Joannes, Rabanus, et Alcuinus, vindrent cy en Paris, et commencerent à enseigner lettres, en s’en faisant payer, et que pour lors l’université y print commencement : mais il ne repugne point qu’il n’y eust paravant286 exercice de lettres et d’escripture. Longtemps avant que Jules Cæsar vint en France, les philosophes nommez les Druydes, estoient au territoire de Chartres, en un lieu qu’on appelle encores aujourd’hui Dreux, et y enseignoient tous venans, en leur faisant apprendre par memoire innumerables milliers de mettres287. Je ne puis bonnement icy dire ne asseurer en quelle sorte de lettres ilz enseignoient : si en lettres Hebraiques, en Græcques, Latines, ou Françoises, mais toutesfois il y a apparence que c’estoit en lettres Græcques, en tant que Cæsar le tesmoigne au VI. livre de ses Commentaires, et que leur [f. 12r] nom aussi est δρύιδαι, est Græc, le nous monstre. Je puis aussi faire conjecture que les lettres Hebraïques y ayent eu cours paravant : car j’ay veu une grande pierre en l’hostel de Fescamp situé en l’université de Paris, où sont gravées maintes bonnes lettres Hebraiques. Pareillement j’en ay veu deux autres pierres aussi gravées en Hebreu, qui sont en la muraille de la court de la maison où pend pour l’enseigne de trois boittes, assise en la rue de la harpe, droict devant le bout de la rue du foin. J’en ay veu aussi une autre près les Cordeliers, qui fut trouvée en la place où est de present edifiée une maison neufve, qui est entre la porte de l’université pour sortir à sainct Germain des prez et lesdictz Cordeliers, et de present y est encores à demy escripte, pour autant qu’on l’a retaillée. Et la faict on servir soubz un esgout. Je ne doubte qu’il n’y en aye beaucoup d’autres semblables que je ne puis avoir veues, qui sont en maisons par cy et par là encores mussées288 en terre.

147Les bonnes lettres Hebraiques et Grecques furent abolyes par Jules Cesar : car luy et les Romains estoient si gourmans et grans ambassadeurs de gloire, qu’ilz ne vouloient seulement vaincre les royaulmes et nations, mais en destruisant loix, coustumes, usages, et toutes autres bonnes choses, et en demolissant Epitaphes, et Sepulchres. Ilz vouloient que leurs victoires et arrogances fussent mises en memoire par leurs lettres Latines, cuydant exceder la langue Grecque, laquelle chose ilz n’ont peu faire en tant que ladicte langue Grecque est de lettres mieulx ordonnées, en sorte qu’elle est sans comparaison plus fertile, abundante, et florissant que la leur Latine.

148[f. 12v] Les Græcz ont esté Autheurs aux Latins en toute maniere de doctrine, tesmoing Priscian qui dict au premier livre de son art de Grammaire, au tiltre De accidentibus literæ, quand il est dit, Porro Græci quibus in omni doctrina authoribus vtimur. Les Græcz, dit il, sont noz autheurs en toute sorte de discipline.

149Avant que le dit Cæsar vint icy, et y traynast sa dicte langue Latine, les lettres Grecques y pouvoient estre, et de faict elles y estoient en cours, consideré que long espace de temps, et grand nombre d’ans par avant, comme dit Baptiste Mantuan en ung de ses livres qu’il a faict en descrivant la vie de sainct Denis, quand Hercules alla oultre Espaigne aux jardins des Hesperides, passa par ceste contrée, et quant il fut en l’isle de ceste cité de Paris, il print si grand plaisir à veoir le pais et la riviere de Seyne, qu’il y commença à edifier, puis s’en voulant aller oultre ses entreprinses, y laissa une bande et compagnie de ses gens d’armes qui estoient appellez Parrhasians selon le nom de leur pais en Grece du costé d’Asie, qui est nommée Parrhasia. Iceulx Parrhasians laisserent leur nom icy et en mutation de A. en I. les habitans de ceste dicte Cité ont esté, et sont encores dictz et appellez Parrhisiens.

  • 289 Iceulx : ces.
  • 290 Battista Spagnoli.

150Doncques iceulx289 Parrhasians demourans icy, edifierent en ladicte isle, et commencerent soubz bon et prospere horoscope ceste noble cité de Paris qui est aujourd’huy myeulx que Athenes n’estoient au temps passé, la fontaine de toutes sciences. La monioye de toute vertu. Le theatre de nobles personages, L’excellence de bons espritz. Le sanctuaire de devotes ames, et le [f. 13r] tresor de tous biens à l’honneur de laquelle je veulx ici tresvoluntiers alleguer aucuns beaulx metres du poete Architrenius, ainsi que Baptista290 plus le tesmoigne en ses annotations au Chapitre LXIII. quant il dict :

Altera regia phœbi
Parrhisius. Cyrrhea viris, Chrysca metallis.
Græca libris. Inda studiis Romana poetis.
Attica terra sophis. Mundi rosa. Balsamus orbis.
Sidonis ornatu. Sua mensis, et sua potu.
Diues agris. Fœcunda mero, Mansueta colonis.
Messe ferax. Inopia rubis. Nemorosa racemis.
Plena feris.
Piscosa lacu. Volucrosa fluentis.
Munda domo. Fortis domino. Pia regibus.
Aura
Dulcis. Amœna situ. Bona quælibet omne venustum.
Omne bonum. Si sola bonis Fortuna faueret.

  • 291 Bledz : blés.

151C’est à dire. Paris est une admirable maison Royalle, en laquelle ordinairement le beau soleil inspire son gracieulx et divin aspect, en y rendant innumerables bons espritz dediez aulx Muses, comme estoient jadis en la cité de Phocis en Grece, nommée Cyrrha. Paris abonde en toutes especes de nobles metaulx, et est une droicte Grece en multitude de livres, un vray pais d’Inde en bonnes sciences et estude, une seconde Rome en poetes, une Athenes en sçavans hommes, Paris est la rose du monde, et le baulme de l’universel firmament. Paris est une seconde cité de Sidon en tout aornement, abundant en toute maniere de victuailles et bons breuvages. Riches en champs labourables. Feconde en pur vin. Et doulce en ses habitans. Tresfertile en qualité de bons bledz291, sans ronces, et sans [f. 13v] inutiles buyssons. Tresabundante en vignes, treilles, et resins. Plaine forestz de bestes à venaison, et vraye source de tout bon poisson. Entrelacée de sa belle riviere Seyne. Nette en son manoir. Forte en son seigneur. Reverente et amyable à ses Roys. Gratieuse en son bel et doulx air. Delectable en son assiette. Bref, en Paris est toute venerable honesteté, et tresor de tout bien, si fortune y visoit tousjours bien.

152Le susdict Baptiste Mantuan introduyt sainct Paul parlant à sainct Denis, et disant au susdict lieu allegué :

Venies duce flumiue tandem
Parrhisios gentem vestris quæ traxit ab oris
Et genus et nomen, sed primæ barbara nonam
Lingua notam vitio fandi succedere fecit.

153C’est à dire. Tu iras dit sainct Paul à sainct Denis, le long du beau fleuve nommé la Seyne jusques aux Parrhisiens, qui ont prins origine et nom d’une de voz nations de Græce. Icelle nation estoit dicte Parrhasiane, mais l’usage de parler a mué la premiere lettre Abecedaire qui est A, en la neufviesme qui est I, et dict on Parrhisiane.

154Je puis de rechef dire par bonne raison que lesdictes lettres Græcques ont icy esté avant que les Latines, quand encores aujourd’huy en avons des vocables et dictions en l’usage de nostre langage François qui sont plus Græcques que Latines. Comme sont Paradisus, Angelus, Cygnus, et mille aultres ausquelles peu de gens prennent garde pour faulte que nostre langue n’est pas mise par regle.

  • 292 Il s’agit de κύκνος.
  • 293 Si : qu’il.
  • 294 Ébattre : distraire.
  • 295 Aldin : qui se rapporte aux Alde, imprimeurs italiens des XVe et XVIe s.
  • 296 Cheopine : mesure d'une demi-pinte pour les liquides, spécialement le vin.
  • 297 Pinte : mesure de capacité pour les liquides. Autrefois en France, cette mesure valait un peu moins (...)

155[f. 14r] Nous appellons un beau jardin Paradis terrestre, donques c’est Paradisus. Un ange n’est autre chose qu’un messager qui est dit en Latin Nuncius. Parquoy donques angelus ou totalement dict en Græc, ἄγγελος, et Ange, sont plus prochains et semblables que ne sont Nuncius et Ange. Pareillement Cygnus, ou Κύγνος292 est plus prochain de ceste diction Françoyse Cygne, que de la Latine qui est Olor. Toutesfois, qui ne me vouldra croire de ce que j’en viens de dire, si293 s’en aille esbatre294 à lire au cinquiesme livre De Asse, au commencement du fueillet cxcv. de l’impression de Venize qu’on dit Aldine295, et il verra comment mon seigneur Budé tesmoigne elegamment que les noms des mesures de ceste noble cité de Paris pour la plus grand part ont encores leurs noms auprès du Græc, comme sont Cheopina et Pinta. Cheopine296 et Pinte297. Melodia, est plus près du langage François, Melodie, que n’est concentus. J’en pourrois alleguer un millier de semblables, et plus evidens, mais aidant nostre Seigneur ce sera pour une aultre fois.

156Gaguin a escript au. IIII. livre de ses chroniques, que les livres que sainct Denis feit de la Hierarchie celeste, et qui furent envoyez de l’Empereur de Constantinople nommé Michæl au Roy Loys le pitoyable, filz et successeur de Charlemaigne, estoient escriptz en Græc. Parquoy doncques lettres Græcques ont icy eu cours avant que les Latines, entendu qu’elles estoient plus estimées, et que lesdictes Latines estoient en ce temps là encore en leur gros et rude stile, comme on peult [f. 14v] juger clerement par les scripteurs et autheurs de cedict temps. Comme estoient Grecismus, Tardivus, Alanus de parabolis, Floretus, Compotus, Alexander de villa dei, et mille aultres qui ne valent pas le rememorer pour la rudeté et dure langue qu’ilz avoient en leur composition plus latineuse que latine, c’est à dire, sans elegance, et sans fleur de rhetorique.

157Oultre plus, quand sainct Denys, sainct Rustic, et sainct Eleuthere vindrent d’Athenes en Paris enseigner la foy Chrestienne, comme Græcz qu’ilz estoient, l’enseignoient plustost en Græc qu’en Latin, en memoyre de quoy nous voyons encores aujourd’huy que le jour de la feste sainct Denys, les religieux de l’Eglise et convent de l’abaye sainct Denys en France chantent l’Evangile de leur grande messe en Græc. Parquoy replique qui repliquer vouldra, me semble que les langues Hebraique et Græcque ont icy eu cours avant que la Latine, et que ce qui a tant augmenté ladicte Latine, n’a esté que l’arrogance et insatiable avarice des Romains, qui ont voulu totallement estaindre les susdictes bonnes, anciennes, et divines langues, et mettre la leur au dessus, qui est beaucoup moindre en toute sorte de perfection, comme peuvent bien juger ceulx qui cognoissent que c’est de toutes les trois, ou seulement de la Grecque et Latine. Monseigneur Budé Diament et Perle entre les sçavans et bien lettrez Parrhisiens a treselegamment escript de la conference des lettres Grecques et Latines, au premier livre de son bel Œuvre intitulé d’Asse, et y peult abondamment contenter [f. 15r] les desirans sçavoir plus emplement de cesdictes lettres Grecques.

  • 298 Lettres de forme et bastarde : grosse écriture gothique.

158Si j’eusse peu trouver mention par escript de noz susdictes lettres de forme et bastarde298, ou, comme j’ay cy devant dict, si j’en eusse peu trouver homme qui m’en eust voulu et peu enseigner, je les eusse mises en ordre selon leur deue proportion : mais aidant nostre seigneur ce sera pour une autre fois. À ceste heure icy je traicteray seulement des lettres Attiques, qu’on appelle vulgairement lettres Antiques, et abusivement, lettres Romaines. Mais avant ce, je prie aux bons estudians et vrais amoureux de bonnes lettres, qu’ilz me pardonnent si j’ay esté cy dessus un peu long en faisant digression pour deplorer la sterilité de noz mains qui sont trop mal soigneuses à bien escripre.

  • 299 Faire monstre : exposer.

159Lesdictes lettres Attiques sont deuement nommées Attiques, et non Antiques, ne Romaines : pource que les Atheniens en ont usé avant que les Romains, ne homme de leur Italie, combien que lesdictz Romains et Italiens en ont faict leurs monstres299 en leurs somptueux palays, et Arcs triumphans, comme on peult encores voir dedans Rome aux ruynes qu’on void par cy et par là, environnées de Canetieres en la plus grande partie de ladicte Rome.

160Je veulx icy dire une chose incogneue à beaucoup de gens d’estude, combien que je sçay qu’il y en y a dix milliers plus sçavans que je ne suis. C’est que ceste presente et dicte lettre Attique a esté inventée en un pais de Græce nommé Ionie, qui est, comme dict Pompone Mela, en l’extremité [f. 15v] d’Asie la mineur, entre Carie, et Eolie. Ioniens l’ont premierement inventée, figurée, et proportionnée : Mais les Atheniens qui ont esté seigneurs et dominateurs de toute Græce, l’ont mise en usage et honneur, si bien qu’elle en a et retient encores le nom. Qui soit vray que les Ioniens ayent inventé cesdictes lettres Attiques, et que les Atheniens n’en ont seulement usé, mais toutes aultres nations. Pline dict à la fin du VII. livre de son histoire de la nature des choses, au LVII. chapitre. Gentium consensus tacitus primus omnium conspirauit, ut Ionum literis uterentur. C’est à dire, L’uniforme consentement de toutes nations, est condescendu que toutes gens useroient des lettres des Ioniens. L’invention d’icelle a esté convertie en fable, comme les Græcz avaient de coustume faire en toutes choses, comment on peult veoir assez amplement en Boccace, au livre de la Genealogie des dieux.

  • 300 Celer : cacher.
  • 301 Couvertement : secrètement, discrètement, en cachette.
  • 302 Incontinent : aussitôt, immédiatement, sur le champ.
  • 303 Pourmener : tourmenter, maltraiter qn.
  • 304 Tect : abri.
  • 305 Chalumeau : flûte rustique faite d'un roseau percé de trous.
  • 306 Paravant : qu’auparavant.
  • 307 Tantost : aussitôt.
  • 308 Braquemart : courte épée à lame large à deux tranchants.

161Ilz ont fainct que Jupiter fut une fois amoureux de la fille du Roy Inachus, en telle sorte que pour en avoir son singulier plaisir l’environna toute de tenebres, mais Juno sœur et femme dudict Jupiter voyant ces tenebres, comme Jalouse qu’elle estoit, se doubta bien du cas, et descend de l’air en bas pour veoir que signifioient ces tenebres pour lors estans en plein jour. Par quoy Jupiter la voyant venir, pour celer300 son faict, mua son amoureuse en forme d’une belle jeune vache. Toutesfois, Juno ne laissa son propos, et vient couvertement301 à louer la beaulté de ceste vache, tant qu’en fin la demande à son mary pour [f. 16r] don. Jupiter se voyant bien empesché de s’excuser, ne luy peut refuser, et luy donne. Quand elle la tient pour sienne, elle l’en remercie. Et incontinent302 pour se venger de son injure elle la baille en garde à son Berger nommé Argus, qui avoit au visage, et par toute la teste cent yeulx qui ne dormoient jamais tous ensemble, mais deux à deux tandis que les aultres veilloient. Iceluy Argus la traictoit durement en la battant souvent de sa grosse massue, luy ruant à la teste, à la queue, et aux jambes pierres et cailloux, la pourmenant303 çà et là durant la grande chaleur du Soleil, pour la faire poindre et mordre aux Frelons et grosses mouches. Puis la ramenant battant en son tect304, ne luy donnoit à menger que des escorces ameres, et dures branches d’arbres. La pouvrette eust voluntiers dict ses infortunes audict Argus, mais en lieu de vouloir parler elle mugissoit, et le regardoit plorant à grosses larmes. Jupiter voyant l’adversité de s’amye, et la perversité d’Argus, un jour convertit son messager Mercure en forme de Berger gardant chevres et brebis, et l’envoya vers iceluy Argus qui estoit aux champs et vallées, où il gardoit rigoureusement sadicte vache. Mercure s’en vient tout bellement amenant son troupeau, et jouant de ses chalemeaux très harmonieusement, si bien que Argus l’appelle pour s’en venir reposer sus l’herbe auprès de luy en l’umbre d’une roche, où il estoit assis et estendu. Mercure vient et le salue, puis après avoir un peu parlementé, et demandé l’un à l’aultre de la bonne fortune, il se prent à jouer de ses susdictz chalemeaulx305 encores mieulx que paravant306 [f. 16v] tellement que Argus y prent grand plaisir. Toutesfois Mercure pour mieulx venir à son entente, cesse, et se prent à parler et deviser de la louange de musique, si bien qu’il luy met en volunté de sçavoir iceluy art, et jouer des chalemeaulx. Alors Argus esmeu des parolles de Mercure, le prie affectueusement qu’il joue de rechef de sesdictz chalemeaux, laquelle chose il fait incontinent, et joue de si grand art et si melodieusement, qu’il le fait descendre en si grand sommeil, que tous ses yeulx, qui estoient, comme est jà dit, cent en nombre, se vont tous endormir tresparfondement, et tantost307 Mercure prend son Braquemart308, et luy trenche la teste.

  • 309 Sadoyer : faire la cour à.
  • 310 Pariant : caressant.

162La belle vache voyant qu’elle estoit delivrée de celuy qui tant la tourmentoit, fut bien aise, et prend sa course, s’en allant au long et au large, par cy, par là, tant qu’elle vient en un endroit où son pere Inachus estoit mué en Dieu de fleuve, qu’on dit autrement, en Dieu Marin. Iceluy Inachus ne cognoissant l’infortuné cas de sa fille, mais pensant que ce fust une vraye vache, luy tendoit plaines mains de doulces et odoriferantes herbes, et la sadeyoit309 amiablement en luy touchant et la pariant310 de ses divines mains par le front, par le dos, et par les costez, jusques à ce qu’en allant et venant entour elle, il veit le nom de sa fille escript au pas et en la place où avoit pressé le pied de celle belle vache, qui est de deux lettres seulement, I, et Ω, au nom de laquelle le pays a esté nommé Ionia, et les habitans Ioniens.

  • 311 Jà longtemps a : pendant longtemps.

163Quand Inachus vit ainsi le nom de sa fille, et cogneut qu’elle estoit muée en vache, il se [f. 17r] print à escrier : Ma fille, et chere amye, je t’ay, jà longtemps a311 tant cherchée par mons et par vallées, et jamais ne t’ay peu trouver, mais ne pensant à ceste fortune, je t’ay rencontrée, et sans y penser aperceue. Ovide Nason un peu devant la fin de son premier livre de ses transfigurations et fables poeticques, intitulées Metamorphosis, descript treselegamment toute ceste fable comme il a de belle coustume. Je l’alleguerois icy voluntiers toute, pour l’ingeniosité dont elle est pleine, mais je serois trop long, toutesfois j’en escripray cy une partie, et diray ainsi.

Decerptas senior natæ porrexerat herbas,
Illa manus lambit, patriisque dat oscula palmis.
Nec retinet Lachrymas, et si modo verba supersint.
Oret opem noménque suum, casusque loquatur.
Littera pro verbis quam pes in pulvere duxit.
Corporis indicium mutati triste peregit.
Me miserum exclamat pater Ignachus, inq́ue gementis
Cornibus et niveæ pendens cervice iuvencæ.
Me miserum ingeminat, tu ne es quæsita per omnes,
Nata mihi terras : tu non inventa reperta es.

  • 312 Incontinent que : aussitôt que.

164C’est à dire. Inachus jà vieulx et ancien tendoit des herbes cueillies, à la belle jeune vache sa fille, laquelle luy lechoit et baisoit les mains en ne se pouvant contenir de larmoyer et plorer. Si elle eust pu parler, voluntiers eust demandé ayde : et eust dict son nom, en recitant ses infortunes, mais l’escripture que son pied feit en marchant sus la pouldre, feut manifeste indice de la triste mutation de son beau corps de vierge en vache. Incontinent que312 son pere Inachus aperceut ladicte escripture, [f. 17v] il se prent à escrier en se pendant et apuyant sus les cornes de sa fille gemissant et estant en forme de jeune vache blanche. O miserable, miserable que je suis, dict Inachus, helas ma fille je t’ay cherchée par innumerables lieux et places, et jamais ne t’ay peu trouver, que à ceste heure que je t’ay rencontrée.

165Jehan Boccace homme nagueres tressçavant et studieux, a laissé par escript bien au long toute ceste fable en sa Genealogie des dieux au. VII. livre, et Chapitre. XXII. en l’exposant bien honnestement au sens moral, comme pourront veoir ceulx qui vouldront visiter le lieu allegué : Mais en cest endroit, et à mon propos je la moraliseray comme je l’entens, et croy qu’on y trouvera de la raison.

166Doncques, nous entendrons par Jupiter qui fut amoureux de la belle fille de Inachus, que c’est l’air et gracieux habitacle qui est au pais de Ionie, auquel bons espritz ont eu vigueur à inventer Ars, Lettres, et Sciences, comme nous voyons que l’air de Paris est beaucoup plus nect, doulx et amyable qu’en nul autre lieu de France, et que toutes bonnes Sciences, et belles vertus depuis la fondation y ont tousjours bien fleury, prosperé, et augmenté en souveraine perfection, si bien que c’est le lieu qui n’a son pareil en toute Chrestienté. Et qui pour un lieu clos de murs entre unze portes ouvrantes, vault plus que ne vallent aucuns Royaulmes. Je ne veulx pas blasmer les aultres lieux pour l’exaulcer, mais il est dict en commun Proverbe, que Paris, est sans pareil.

167Je reviens à ma moralité, et dis que pour la belle fille de Inachus, jà dicte et nommée Iω, nous [f. 18r] entendrons Science, laquelle est baillée par Juno, qui est entendue richesse. Peu de gens parviennent à grande Science sans aide de deniers. Et pource nous voyons que pauvres estudians voulantz venir à perfection, cherchent et s’esforcent avoir quelque bon Mercenas, ou quelque Pollio. C’est à dire, quelque homme de bien qui leur aidera à estre entretenuz à l’escolle et estude.

  • 313 Signifié dans le texte.

168Argus disforme de tant d’yeulx qu’avons dict, qu’il avoit, signifie313 ceulx qui de leur rusticité et meschant sçavoir persecutent les bonnes Lettres et Sciences de leurs meschantes doctrines arides, et sans elegance, et deprisent les tressçavans en leur imposant nouveaux cas pour les reculer et deprimer de toute leur puissance. Science entre les mains de telz hommes est en captivité, et n’est point repeue de doulces herbes de Grammaire, ne de fleurs de Rhetorique, mais de dure escorce de Barbarisme, et d’ameres branches de Solecisme.

  • 314 Indocte : ignorant.
  • 315 Lire « Parrhisiens ».
  • 316 Exaulcement : fait d’élever en dignité.

169Mercure jouant de ses chalemeaux, et coupant la teste audict Argus, sera icy interpreté et prins, pour l’homme diligent à enquerir la purité de toutes bonnes lettres et vraye Science en s’employant à bien enseigner aultruy, tant de sa parolle, que des escriptures, et rescindant et mortifiant les inveterées barberies des indoctes314, comme nous voyons aujourd’huy faire trois nobles personnages. Erasme le Hollandois, Jaques le feuvre d’Estable en Picardie, et Budé diamant des nobles et studieux Pharrisiens315, qui nuyct et jour [f. 18v] veillent et escripvent à l’utilité du bien public, et exaulcement316 de parfaicte Science.

  • 317 Panses : Parties arrondies et centrales de certaines lettres, prolongées par la haste ou la queue.

170Je reviens doncques à nosdictes lettres Attiques, et dis à propos de la susdicte fable de IΩ. que ces deux lettres cy. I, et O, sont les deux lettres desquelles toutes les autres Attiques sont faictes et formées. Le A, est faict seulement de le I. Le B. est faict dudict I, et de le O, brisé. Le C, est faict seulement d’un O brisé. Le D, d’un I, et d’un O brisé. Et semblament toutes les aultres sont faictes de l’une desdictes deux lettres, ou de toutes deux ensemble, comme je diray cy après, et monstreray par figure et symmetrie aidant nostre seigneur. On peult aussi dire que le O, est faict de le I, mais nous pouvons estimer que le O est modele pour les panses317 et arondissemens d’aucunes aultres lettres que de luy.

171Notez en passant que IΩ pour le nom de la belle fille de Inachus veult estre escript par Iota et Omega. C’est à dire, par un I, vocale, et par Ω, qui est long en quantité de syllabe metricque : mais à mon propos IO. sera escript par Omicron. C’est à dire, par O, bref en quantité de syllabe, pource qu’il est simple lettre, et uniforme, et qu’il est plus convenable à faire bonne demonstration pour proportionner les rotunditez des aultres lettres que n’est ledict Omega. Lequel Omega aussi est faict dudict Omicron en l’escripvant deux fois adherent l’un à l’autre pour la raison et regle de Grammaire, qui veult qu’une vocale longue en quantité metricque, en vaille deux breves, et deux breves une longue.

  • 318 « à » dans le texte.

172[f. 19r] Je veulx icy encores dire et escripre quelque aultre petite chose de secret à propos que j’ay dict que nosdictes lettres Attiques sont toutes participantes en figure, et faictes de le I, et de le O, C’est qu’en memoire de l’invention et perfection d’icelles, ce vocable IO, a esté mis en usage de Proverbe, signifiant toute exultation et triumphe. Comme en disant Io pæan, Io triumphe. Ovide en son art d’amours a318 laissé par escript.

Dicite Io Pæan : et Io, bis dicite pæan.

  • 319 Bonoigne la grasse : Boulogne-la-Grasse (commune des Hauts-de-France).
  • 320 « à » dans le texte.

173Item Codrus Urseus Poete et Orateur facetieux lisant nagueres publiquement en bonoigne la grasse319 a320 faict une Chançon latine pour se resjouyr en un bancquet, et commance.

Io, Io, dicamus Io, Io, dulces Homeriaci.

  • 321 « à » dans le texte.

174Horace Pareillement en ses Odes a321 dict :

Non semel dicemus Io, triumphe.

175Je dis doncques que pour monstrer la joye que lesdictz anciens Ioniens eurent après avoir inventé et proportionné cesdictes lettres Attiques, Io. vint en si grant usage de Proverbe denotant Joye, qu’il est encores tous les jours en memoire et en son entier. Les Græcz de leur coustume en ont figuré une fable, voyre bien deux aultres que la cy devant escripte, que je laisse aux bons estudiens pour les veoir en la Metamorphose d’Ovide, en la Genealogie des Dieux de Boccace, et au. CCCXXXII. proverbe de la seconde Chiliade de Erasme.

  • 322 Mussée : cachée.
  • 323 S’esbatoit : s’amusait.
  • 324 En sus : dessus.
  • 325 Dolent : qui exprime la souffrance morale.
  • 326 Esus : aux extrémités
  • 327 ι ̃ρις : « arc-en-ciel, halo, iris [plante], partie colorée de l'œil », selon le CNRTL.
  • 328 Glaieul : du lat. Gladiolus.
  • 329 Si : qu’il.

176Soubz l’escorce de Fable la Verité est mussée322, et ne peult estre bien cogneue qui ne la contemple et avise de bien près. Il y a une autres fiction et [f. 19v] Fable poeticque du special inventeur de cestedicte lettre Atticque, que j’escriray cy en bref. C’est que Apollo jadis aima un beau jeune filz nommé Hyacinthus, et l’aymoit de si grand et bon amour, qu’il le tenoit tousjours devant ses yeulx et auprès de luy. Un jour ledict Apollo jouoit et s’esbatoit323 à jetter un grand plat et vase en l’air par plusieurs fois pour esprouver sa force corporelle, et l’augmenter par exercice. Une fois tandis qu’il avoit jetté en sus324 sondict plat, Hyacinthus passa par dessoubz, en sorte qu’il fut tué. Apollo en fut si dolent325, pour la grande beauté dont il estoit plain : et pour le grand amour qu’il avoit en lui, que pour luy recompenser la vie, que par cas fortuit lui avoit ostée, le mua et transforma en une fleur de Lis, qui est de couleur de pourpre, qu’on dict et appelle icy en Paris Lisflambe, et feit en ladicte fleur deux lettres, Y, et A, que nous y povons encores aparcevoir aucunement, un peu faictes de couleur, quasi noire et jauln, esus326 les fueilles de ladicte fleur. La totale herbe est appellée d’aucuns Medecins, ΗΙΡΙΣ327, des autres gladiolus328. La racine est odoriferente, et la mesle on avec bonnes senteurs et doulces choses à garder linge en cofres. Marcellus Virgilius, Secretaire Florentin et commentateur sur Dioscorides, prend grande peine au LVIII. Chapitre, du IIII. livre dudict Dioscorides, à descripre et bailler à entendre que Hyacinthus est ledict lis que les Parrhisiens appellent Lisflambe : mais je n’en allegueray qu’un peu pour ceste fois, et ce sera comme il s’ensuit. Siquidem parum deflexa ab Hyacintho antiqua voce Irim Florentia adhuc passim Hyacinthiolum nominat. [f. 20r] Certes, dict il, la langue Florentine dict et appelle encores l’herbe qu’on dict autrement Iris, Hyacinthiol, en changeant un peu le vocable antique. J’ay entendu aussi et sceu de Florentins et autres Italiens sçavans en bonnes lettres, que cedict Lisflambe en vulgar Italien est appellé Hyacinthiol. Parquoy, soubz correction, me semble que Hyacinthus est Lisflambe. Qui en vouldra voir bien au long, si329 lise les commentaires dudict Marcellus Virgilius et il y en trouvera à suffisance. Ovide, fontaine de fluantes et doulces parolles latines et poetiques, descript la susdicte Fable tresabondamment et evidemment en ses Metamorphoses, un peu après le commencement du X. livre : mais je n’en allegueray pour ceste heure que une partie, qui est comme il s’ensuit.

Talia dum verò memorantur Apollinis ore,
Ecce cruor qui fusus humi signauerat herbas,
Desinit esse cruor, tyrioq́ue nitentior ostro
Flos oritur, formamq́ue capit, quam lilia, si non
Purpureus color his, argenteus esset in illis.
Non satis hoc Phœbo est, is enim fuit autor honoris.
Flos habet inscriptum, funestaq́ue litera ducta est.

  • 330 La gravure est en fait sur la page qui précède dans l’édition de référence.

177C’est à dire, tandis qu’Apollo faisoit ses doloreuses lamentations, le sang du bel Hyacinthus qui estoit espandu, coule sus les herbes, et qui estoit plus vermeil que belle escarlate, croist en une fleur, et prend la forme de lis, sinon que le lis proprement est blanc, et de couleur argentée, mais prend couleur de Lisflambe, qui a couleur de pourpre. Laquelle [f. 20v] chose ne fut encores assez audict Apollo, qui est autrement appellé Phœbus. Car luy voulant estre autheur d’honneur audict Hyacinthus, escrivit ses gemissemens ès fueilles de la fleur dudict Lisflambe, en y laissant ces deux lettres funebres, et de couleur noire, Y et A. Pour bailler à entendre plus evidemment les motz d’Ovide, j’ay mis un [f. 21r] pourtraict cy près de ladicte fleur de lisflambe à la verité plus prochaine qu’il m’a esté possible, en la forme qui s’ensuyt330.

Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques (1549), f. 20v.

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k52553f/​f73.item

178Virgile aussi en la III. Eclogue de ses Buccoliques, en a faict mention tressinguliere soubz l’escorce de enigme et obscures parolles, quand il introduit Dametas et Menalcas pasteurs contendans, et que Menalcas dict en son reng.

Dic quibus in terris inscripti nomina regum,
Nascantur flores, et Phyllida solus habeto.

  • 331 Pastoure : bergère.
  • 332 Attemprance : modération, pondération.
  • 333 Usurpée : employée.

179C’est à dire. Dis-moy en quel pais ou regions naissent et croissent fleurs escriptes de noms de Roys ? Et prens pour toy seul la gente pastoure331 nommée Phyllis. Servius Maurus commentateur sus ledict Virgile, dit que l’enigme se peult entendre tant de Ajax que de Hyacinthus. Pource qu’Ajax aussi a esté sainct, et dict en fable après sa mort avoir esté converty en cestedicte fleur de Lisflambe, ayant couleur de pourpre. Mais à mon propos je m’arresteray à Hyacinthus, et dis en moralité de la fable, qu’Apollo est sainct et appellé Dieu des neuf Muses. Qui sont à dire, Bonnes sciences, et qui est aussi entendu le Soleil qui nous inspire vigueur d’esprit et de corps, a tant aymé Hyacinthus, c’est à dire le bon sens naturel, qu’après luy avoir osté la vigueur de Jeunesse et d’Intemperance la converty en fleur de Prudence et Sagesse si bien que les lettres, c’est à dire la memoire de la mutation d’Intempérance en Attrempance332 en demeurent escriptes et apparentes en la fleur de ladicte Prudence, et Sapience. Hyacinthus aujourd’huy est bien escript, qu’on dict aultrement orthographie, par aspira[f. 21v]tion h. Mais anciennement la figure de ladicte aspiration ne s’escripvoit point. Toutesfois les Græcz depuis ladicte fiction et fable faicte l’ont mise en usage de leur langue reguliere sus leurs sept vocales qui sont. A. E. H. I. O. Y. Ω. Et sus une seule consone nommée Rho. non pas comme lettres, mais comme accents, et l’escripvoient seulement sus lesdictes vocales et consone hors la ligne des lettres. Les Latins l’ont aultrement usurpée333 que lesdictz Græcz et l’ont escripte en ligne, en la meslant par plusieurs de leurs lettres, tant qu’elle est quasi reputée pour vraye lettre.

180J’ay dict que la lettre A, qui est la premiere de l’alphabet, qu’on dict aultrement le. A, B, C, est faicte de la lettre I, et est chose vraye, en le figurant en triangle, qui est nombre imper. Les deux pattes dudict A. et la teste sont ledict triangle, mais ce triangle veult estre assis en un quarré qui nous est signifié par la diction Hyacinthus, qui est contenue en quatre syllabes, qui sont. Hy, a, cin, thus. Les anciens voulant monstrer la singuliere perfection de leurs lettres, les ont formées et figurées par deue proportion des trois plus bonnes et parfaictes figures de Geometrie, qui sont, la figure Ronde, la quarrée, et la Triangulaire. Et pource que le nombre imper a esté tousjours entre les Anciens reputé heureux, et l’ont eu en si grande reverence qu’il a esté mis jusques aux ceremonies et sacrifices, comme nous voyons encores qu’en noz eglises y a la glorieuse Trinité, et qu’à chanter grande messe y a Prestre, Diacre et Soubzdiacre, et comme Virgile a dict en sa VIII. Eclogue : Numero [f. 22r] Deus impare gaudet. C’est à dire, Dieu ayme le nombre Imper. Ilz ont faict leur premiere lettre en nombre imper assise sus le quarré de nombre per pour donner bon commencement et heureux accès à ceulx qui aymeront et vouldront estudier les bonnes lettres.

181Le nombre Imper, comme dict Macrobe au premier livre. De Saturnalibus, est prins pour le masle, et le nombre Per pour la femelle, qui est à dire, que par conjunction de masle et femelle l’homme est engendré. Aussi par conjunction de lettres les syllabes sont faictes, et par conjunction de syllabes les dictions. Et l’Oraison par assemblement de lettres, syllabes, et dictions bien accordées se treuve bonne, elegante, et bien coulant.

182Lesdictz Triangle et quarré sont aussi comprins en un rond, qui est la figure contenant plus que nulle aultre figure, qui nous denote que par la parfaicte et ample cognoissance des Muses et bonnes sciences est et gist en bonnes lettres, par lesquelles on peult lire et estudier, escripre et assembler en livres et memoire, comme ont faict jadis les bons Philosophes et autheurs anciens, et comme pouvons faire en nous exerçant jour et nuict à lire et escripre les susdictes bonnes lettres et sciences.
La fin du premier livre.
S’ensuyt le second.

Extraits du livre II relatifs à la langue française

183[f. 25r] Il y a plusieurs autres manieres d’angles et lignes que je laisse pour ceste fois, en remettant le bon estudiant à Euclides, et à la geometrie en François de messire Charles Bouille, en laquelle il me semble avoir autant fructifié et acquis d’immortalité de son nom, qu’il a en tous ses autres livres et œuvres Latins qu’il a faictz studieusement. Nous n’avons point encore veu de tel autheur en langage François, Pleust à Dieu que beaucoup d’autres feissent ainsi, non pas pour contemner les langues Hebraïque, Græcque, et Latine, mais pour cheminer plus seurement en sa voye domesticque, c’est à dire, escripre en François, comme François que nous sommes.

184J’estime grandement maistre Estienne de la Roche, dict de Ville Franche, natif de Lyon sus le Rosne, qui nous a escript et baillé en beau François tout l’art d’Arithmetique. Je ne voy gueres de Græcz ne de Latins qui en escripvent ne parlent mieulx, plus seurement, ne plus amplement.

185J’en voy qui veulent escripre en Græc et en Latin, et ne sçavent encores pas bien parler François. Quand Juvenal Poete Satiric disoit.

Omnia Græce
Quum sit deterius multo nescire Latine .

  • 334 Chaufaux : Échafaudage, scène d'un théâtre.

186Il reprenoit les Romains qui vouloient plustost parler en Græc qu’en Latin. Aulus Gellius au VIII. chapitre de l’unziesme livre de ses Nuictz Attiques, est elegant autheur que Marcus Cato mocqua jadis et reprint un noble Romain nommé Aulus Albinus, qui paravant avait esté Consul, pource que luy estant Romain escripvit une histoire en Græc, et au commencement d’icelle pria qu’on [f. 25v] lui pardonnast s’il erroit en langage Græc. Il me semble, soubz correction, qu’il seroit plus beau à un François escripre en François qu’en aultre langage, tant pour la seureté de sondict langage François que pour decorer sa nation, et enrichir sa langue domestique, qui est aussi belle et bonne qu’une aultre, quand elle est bien couchée par escript. Si nous voulons user de Græc ou de Latin, usons en, en allegations d’autheurs seulement, en faisant comme Aulus Gellius et Macrobius, pareillement mille aultres bons autheurs Latins, qui en leur langage et texte Latin alleguent souvent Graec, et faisons nostre principal texte en beau François. Quand je voy un François escripre en Græc ou en Latin, il me semble que je voy un maçon vestu d’habitz de Philosophe ou de Roy, qui veult reciter une farce sur les chaufaux334 de la Baroche, ou en la confrairie de la Trinité, et ne peult assez bien pronuncer, comme ayant la langue trop grace, ne ne peult faire bonne contenance, ne marcher à propos, en tant qu’il a les piedz et jambes inusitées à marcher en Philosophe ou en Roy.

187Qui verroit un François vestu de la robe domestique d’un Lombard, laquelle est pour le plus souvant longue et estroicte, de toyle bleue ou de treillis, je croy qu’à peine celuy François plaisanteroit à son ayse sans la dechiqueter bien tost, et luy oster sa vraye forme de robe Lombarde, qui n’est de coustume gueres souvent dechiquetée, car Lombardz ne degastent pas souvent leurs biens à oultrage. Je laisse toutesfois cela à la bonne discretion des sçavans, et ne m’empescheray de Græc ne de Latin, que pour alleguer en temps et lieu, ou [f. 26r] pour en parler avec ceulx qui ne sçauront parler François, ou si le sçavent, qu’ilz n’y vouldront parler.

188[f. 34r] Je dis invention, pour ce que je n’ay point veu d’autheur Græc, Latin, ne François qui aye escript, et figuré ces choses comme j’ay de present. Je ne les fais que pour mieulx declarer l’intention, le secret, et la moralité des bons anciens, et pour bailler enseignement et voye aux modernes et amateurs de vrayes, pures, et bonnes lettres.

189[f. 49r] Je sçay qu’il y a mains bons espritz qui escriroient voluntiers beaucoup de bonnes choses s’ilz pensoient les pouvoir bien faire en Græc ou Latin, et neantmoins. Ilz s’en deportent de paour de y faire incongruyté ou aultre vice qu’ilz doubtent, ou ilz ne veulent escripre en François, pensant que la langue Françoise ne soit pas assez bonne ny elegante. Saulve leur honneur, elle est une des plus belles et gracieuses de toutes les langues humaines, comme j’ay tesmoigné au Premier livre par [f. 49v] authoritéz de nobles et anciens Autheurs Poetes et orateurs, tant Latins que Græcz.

190[f. 51v] En nostre langage François ne pouvons user de la vertus de cesdictes Liquides, sinon en Orthographe seulement, par faulte que nostre langue n’est pas ordonnée par regles de Grammaire, comme sont la Græcque et la Latine.

  • 335 Suader : persuader.

191[f. 62v] En cest endroict louant nostre seigneur Dieu, Je feray fin à nostre second livre, auquel avons selon nostre petit entendement demonstré l’origine des lettres Atticques et avons voulu suader335 et prier, laquelle chose encores prions, que quelques bons espritz s’evertuassent à mettre nostre langue Françoise par regle, afin qu’en peussions user honnestement et seurement à coucher par escript les bonnes Sciences, qu’il nous fault mendier des Hebreux, des Græcz, et des Latins, et que ne pouvons avoir sans grans coustz, fraiz et despens de temps et d’argent.

Extraits du livre III relatifs à la langue française

192[f. 71r] En ensuyvant mes dictz, j’ay cy près designé et proportionné un A, auquel par bon accord un compas et une regle sont figurez, ou si vous voulez aultrement dire, dictes que j’ay faict d’un compas et d’une regle un A, selon la secrette doctrine des bons anciens, qui pour nous induyre à bien faire lettre Attique, nous ont constitué la premiere de leurs lettres en figure et representation des deux utilz très certains qui sont necessaires et requis à bien faire non seulement lettre Attique, mais aussi bien lettre de forme et toute aultre. Entre tous les utilz manuelz le compas est le Roy, et la regle la Royne, c’est à dire, les deux plus nobles et souverains, et soubz lesquelz, tous les aultres utilz, et toutes choses bien ordonnées, et deument faictes sont raisonnables.

Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques (1549), f. 70r.

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k52553f/​f173.item

  • 336 Avoir couleur : avoir prétexte, occasion.
  • 337 Lairray : laisserai.

193J’aurois icy couleur336 de dire et d’escripre les louanges et perfections dudict compas et de la regle, mais je le lairray337 pour quelque aultre plus studieux que je ne suis à y passer le temps. Je n’en diray pour ceste fois aultre chose, sinon que jamais homme n’escripvra bien en lettre Attique, ny en aultre lettre, sans compas ne sans regle, et qu’en toutes choses où il n’y a deue proportion, qui consiste soubz compas et regle, il n’y a ordre ne raison. Parquoy doncques seigneurs et devots amateurs de science aymez le Compas et la regle, en vous y recreant et exerçant pour cognoistre la raison et verité des bonnes choses. Les Italiens souverains en perspective, painture, et imagerie, ont tousjours le compas et la regle en la main, aussi sont ilz les plus parfaictz à reduyre au poinct, à representer [f. 71v] le naturel, et à bien faire les umbres qu’on sçache en Chrestienté. Ilz ont davantage une grace, qu’ilz sont froidz et studieux avec sobrieté de boire, de menger, de parler legierement, et de n’eulx trop tost trouver en compagnie, en quoy faisant ilz apprennent plus seurement, et mieulx, et se donnent reputation, qu'ilz n’estiment pas petite chose. Nous n’avons pas tant de telles belles vertuz en cest endroict qu’ilz ont, aussi n’en voyons nous par deçà qui soient à comparer à feu messire Leonard Vince, à Donatel, à Raphael d’Urbin, ny à Michel l'ange. Je ne veulx pas dire qu’il n’y aye entre nous de beaulx et bons espritz, mais encores y a il faulte de continuer le compas et la regle.

194[f. 113v] En nostre langage François elle peult estre premise, et soubzmise en beaucoup de façons à beaucoup de diverses lettres, que je lairray pour ceste fois à dire, pour cause de breveté, et pour y laisser esbatre et em[f. 114r]ployer quelque noble esprit qui vouldra ayder à ordonner et mettre la noble langue Françoise par certaine regle à deument parler et escripre selon la vertu des lettres, syllabes, et dictions parfaictes en ladicte langue Françoise.

Privilège du Roi Nostre Sire

  • 338 Ce privilère figure en tête de l’édition de 1529.

195François, par la grace de Dieu, Roy de France, aux Prevost de Paris, Baillif de Rouen, et Senechal de Lion : et à tous noz autres Justiciers et Officiers, ou à leurs Lieuxtenans, et à chascun d’eulx si comme à luy apartiendra, salut338.

196Nostre cher et bien amé maistre Geofroy Tory de Bourges, libraire demourant à Paris, nous a faict dire et remonstrer comme pour tousjours divulguer, acroistre, et decorer la langue Latine et Françoise, il a puis certain temps en çà faict et composé ung Livre en prose et langaige françois, intitulé. L’art et Science de la deue et vraye proportion des Lettres Attiques : autrement dictes Antiques, et vulgairement Lettres Romaines, proportionnées selon le corps et visaige humain. Lequel Livre il nous a faict veoir et presenter, nous suppliant et requerant à ceste fin luy donner et ottroyer Privilege, permission et licence d’icelluy Livre imprimer ou faire imprimer : ensemble certaines Vignettes à L’antique et à la Moderne. Pareillement Frises, Bordeures, Coronemens et Entrelas, pour faire imprimer Heures en telz usages et grandeurs que bon luy semblera, durant le temps et terme de Dix ans : commençans au jour de la date de l’impression desditz Livre et Heures. Avec Prorogation de semblable temps pour aucunes Histoires et Vignettes à L’antique par luy cy devant faict imprimer. Sans ce que pendant ledit temps il soit loisible, ne permis à aucuns autres Libraires et Imprimeurs de noz Royaume, Pays et Seigneuries autre que icelluy Tory, ou ceulx que pour ce il commettra de iceulx Livre et autres choses suscriptes, povoir imprimer ou faire imprimer en aucune maniere. Savoir vous faisons que nous ce que dit est consideré, inclinans liberallement à la supplication et requeste dudict maistre Geofroy Tory : et ayant regard et consideration aux peines, labeurs, fraiz, et despens qu’il luy a convenu porter et soustenir, tant à la composition dudit Livre, que pour la taille desdites Histoires, Vignettes, Frises, Bordeures, Coronemens et Entrelas, pour faire imprimer Heures, comme dit est, en plusieurs usages et grandeurs. À icelluy, pour ces causes et autres raisons à ce nous mouvans, Avons donné et ottroyé, donnons et ottroyons de grace especial par ces presentes Congé, Licence, Permission et Privilege de povoir imprimer ou faire imprimer par ses gens, facteurs et commis, lesditz Livre et Heures : en telles grandeurs et usages que bon luy semblera, durant ledit temps et terme de Dix ans commençans audit jour et date de l’impression d’iceulx, Avec laditte Prorogation de semblable temps de Dix ans, pour lesdites Histoires et Vignettes, par luy cy devant faict imprimer. En vous mandant et ordonnant respectivement, par cesdittes presentes, que de noz presens don et ottroy, licence, permission et Privilege, vous souffrez, et laissez ledit maistre Geofroy Tory jouyr et user plainement et paisiblement : sans pour ce luy donner ou faire donner aucun empeschement au contraire. Et en oultre ne souffrir et permettre, en quelque maniere que ce soit, que aucuns autres Libraires ou Imprimeurs de nosditz Royaume, pays et seigneuries puissent imprimer ou faire imprimer, pendant ledit temps, lesditz Livre et Heures, comme dit est : Sus peine de Cent Marcs d’argent, à nous appliquer : et confiscation des Livres et Heures, esquelz ilz auront oultre nostre vouloir mespris. Car tel est nostre plaisir. Donné à Chenonceau, le Cinquiesme jour de Septembre, L’an de grace Mil Cinq Cens Ving Six Et de nostre Regne, le Douxiesme.
Ainsi signé, Par le Roy. Breton. Et seellé de cire jaune en simple queue. Et en l’interinement signe L’ormier, seellé de cire verte, en double queue.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie de corpus

Éditions anciennes

Tory, Geoffroy, Champ fleury. Auquel est contenu L’art et Science de la deue et vraye Proportion des Lettres Attiques, qu’on dit autrement Lettres Antiques, et vulgairement Lettres Romaines proportionnées selon le Corps et Visage humain, Paris, Gilles Gourmont, 1529. AUT, Hofburg, Österreichische Nationalbibliothek [73.F.37]. BEL, Louvain, KU Leuven [P094.1/Fo TORY]. CHE, Genève, Bibliothèque de Genève [BGE Ia 1699]. CHE, Lausanne, Bibliothèque cantonale et universitaire BCU Lausanne [NB 781 093.331]. CHE, Saint-Gall, Kantonsbibliothek Vadiana St Gallen [SGZB SL1 40 435]. CHE, Zurich, Zürcher Hochschule der Künste [2210- 82]. DEU, Berlin, Staatsbibliothek [V 7724]. DEU, Bonn, [MFC 2001/68]. DEU, Dresden, Die Sächsische Landesbibliothek [S.B.1557]. DEU, Fribourg-en-Brisgau, Universitätsbibliothek Freiburg [MK 2004/122]. DEU, Leipzig, Museum/Fachbibliothek/Boe [Bö B III 151]. DEU, Munich, Bayerische Staatsbibliothek [Rar. 1362]. DNK, Capenhague, Det Kongelige Bibliotek [10, 323 S-30]. FRA, Besançon, BM [56011]. FRA, Caen, BM [RES B 32]. FRA, Le Mans, Médiathèque Aragon, Bibliothèque du patrimoine, [2E ST H 4* 477], [MI 307] et [RES SA*4008]. FRA, Paris, Bibliothèque de la Sorbonne [RXVI 649]. FRA, Paris, BIU Santé Médecine [7161]. FRA, Paris, BnF, Tolbiac, [RES M-V-142], [RES M-V-345], [RES-V515], [RES-V-516]. FRA, Paris, INHA [8 Res 198. LAR]. FRA, Paris, Institut de France [8° Duplessis 2937]. FRA, Paris, Mazarine [ [16012 3e ex[RES]]. FRA, Rouen, Bibliothèque Patrimoniale Villon [I 1094] et [Leberm-1264]. GBR, Cambridge, Cambridge University [F152.b.4.1] et [Broxbourne.c.12]. GBR, Londres, British Library [60.e.14]. GBR, Londres, National Art Library [88.C.37]. GBR, Oxford, BU [AA 38(4) Art] et [Douce T 281]. ITA, Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria [A-31227]. NLD, La Haye, BN [229 A 4]. USA, Washington, Library of Congress [NK3615.T6 1529].

Tory, Geoffroy, L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques, autrement dictes, Romaines, selon le corps et visaige humain, avec l’instruction et maniere de faire chiffres et lettres pour bagues d’or, pour tapisserie, vitres et painctures, Item de treize diverses sortes et façons de lettres, davantage la maniere d’ordonner la langue Françoise par certaine regle de parler elegamment en bon et plus sain langage François que par cy devant, avec figures à ce convenantes, et autre chose dignes de memoire, comme on pourra veoir par la table, le tout inventé, Par maistre Geoffroy Tory de Bourges, Paris, Vivant Gaultherot, 1549. BEL, Anvers, Museum Plantin-Moretus [8 386. BEL]. BEL, Bruxelles, Royal Library of Belgium [VH 8.872 A (RP)]. BEL, Liège, University of Liège [XIX.14.17 [16°]]. CHE, Genève, Bibliothèque d’art et d’archéologie, [BAA JD 11]. DEU, Cologne, Hochschulbibliothekszentrum des Landes NRW [121 TR. StB]. DEU, Frankfurt, Universitätsbibliothek J. C. Senckenberg [15/154]. DEU, Munich, Bayerische Staatsbibliothek [Res/Graph. 10]. DEU, Munich, LMU München [0014/W 8 H.aux. 1179a]. DEU, Gotha, Forschungsbibliothek [Buch 8° 00193/01]. DNK, Copenhague, The Royal Library [123, 240 02014]. FIN, Helsinki, National Library of Finland [H MD.B. Kirjapainohist. 1]. FRA, Besançon, BM [246883]. FRA, Paris, BNF, Tolbiac [RES- V- 2450], [RES P- V- 441], [RES- V- 2603]. FRA, Paris, BNF, Richelieu [RESERVE KB- 35 -4]. GBR, Londres, British Library [C.125.b.28.]. GBR, Londres, National Art Library [88.D.78]. NLD, La Haye, BN [KW 604 J 50DEU, Mannheim, Universität Mannheim, Universitätsbibliothek, [Sch 102/139]. USA, Washington, Library of Congress [NK3615.T6 1549].

Éditions modernes

Tory, Geoffroy, Champ fleury, trad. George B. Ives, New York, the Grolier Club, 1927 (rééd. 1967).

Tory, Geoffroy, Champ Fleury ou l'art et science de la proportion des lettres, éd. G. Cohen, Paris, Charles Bosse, 1931 (fac-similé du texte de 1529, avant-propos, notes, index et glossaire par Gustave Cohen) (rééd. 1973).

Tory, Geoffroy, Champ fleury, éd. J. W. Joliffe, Paris, Mouton, 1970 (reproduction du texte de 1529 et introduction).

Tory, Geoffroy, Le Champ Fleury de Geoffroy Tory : edition documentaire avec une introduction, des notes explicatives et un glossaire, éd. James O. Moses, Michigan, Ann Arbor, University Microfilms International, 1981.

Tory, Geoffroy, Art et science de la vraie proportion des lettres (Champfleury), éd. fac-similé Paul-Marie Grinevald, Paris, Bibliothèque de l'image, 1998 (rééd. 2000).

Études critiques

Bernard, Auguste, Geoffroy Tory, peintre et graveur, premier imprimeur royal, réformateur de l'orthographe et de la typographie sous François 1er, Paris, Tross, 1865 (rééd. 1963).

Biographie universelle, ou Dictionnaire historique contenant la nécrologie des hommes célèbres de tous les pays, tome 6 : TAB-ZYR, dir. Charles Weiss, Paris, Furne, 1841, « Tory (Geoffroy) », p. 129.

Bouchot, Henri, Le Livre : l'illustration, la reliure, étude historique sommaire, Maison Quantin, 1886.

Bouchot, Henri, Les Livres à vignettes du XVe au XVIIIe siècle, Paris, Rouveyre, 1891. (Illustrations de Geoffroy Tory, Sébastien Leclerc, Moreau, Gravelot, et autres maîtres du XVe au XVIIIe siècle).

Bowen, Barbara C., « Geoffroy Tory and the Restoration of Good Letters », Words and the man in French Renaissance literature, Lexington, French Forum, 1983, p. 27-43.

Bowen, Barbara C., « Geofroy Tory's Champ Fleury and Its Major Sources », Studies in Philology, LXXXVI, January 1979, p. 13-27.

Catach, Nina, L’Orthographe française à l’époque de la Renaissance, Genève, Droz, 1968.

Chamard, Henri, « Tory (Geoffroy) », Dictionnaires des lettres françaises. Le XVIe siècle, Paris, Fayard, 2001, p. 1127-1128.

Cohen, Gustave, « Un grand imprimeur humaniste au XVIe siècle. Geoffroy Tory de Bourges et son Champ-fleury », Annales de l’université de Paris, VII, 1932, p. 209-222.

Cordier, Pierre, « Geoffroy Tory et les leçons de l’Antique », Anabases [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 01 mai 2012. URL : https://anabases.revues.org/3551

Dauphiné, James, « De l’esthétique dans Champ Fleury de Geoffroy Tory », Lettere e Arti nel Rinascimento, Firenze, 2000, p. 313-316.

Defaux, Gérard, « "Vivre je veulx pour l'honneur de la France". Marot, Tory, Rabelais, et le cas d'Étienne Dolet », Lyon et l’illustration de la langue française à la Renaissance, Lyon, ENS éditions, 2003, p. 417-449.

Deloignon, Olivier, « Une variation autour de Vitruve. L’"esthétique architecturante" des milieux curiaux français sous François 1er », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVIII | 2011, mis en ligne le 28 mai 2011. URL : https://etudesanciennes.revues.org/336.

Deloignon, Olivier, « "… De vous en faire à tous ung present…" », Le Champ fleury comme reflet de l’imaginaire du don et du contre-don à l’aube de la Renaissance française », Le Verger, bouquet 2, juillet 2012, URL : http://cornucopia16.com/wp-content/uploads/2014/07/Verger2_DELOIGNON.pdf.

Deloignon, Olivier, « Le plomb et la plume : la figure du "Libraire & autheur dudict livre" dans les pages liminaires du Champ Fleury », Seizième siècle, n° 10, 2014, « Genèses éditoriales », p. 161-174, URL : https://www.persee.fr/doc/xvi_1774-4466_2014_num_10_1_1098.

Demonet-Launay, Marie-Luce, « L’architecture morale de Geoffroy Tory », Bulletin de l’Association d’étude sur l’humanisme, la réforme et la renaissance, n° 31, 1990, p. 17-33. URL : http://www.persee.fr/doc/rhren_0181-6799_1990_num_31_1_1740.

Demonet, Marie-Luce, « Physionomie de la lettre dans le Champ fleury », Geoffroy Tory de Bourges. Humanisme et arts du livre à la Renaissance, dir. R. Jimenes, Bourges, Bibliothèque de Bourges, 2019, p.106-109.

Dubois, Claude-Gilbert, « "la parole est pennigère". Une interprétation du rôle de Mercure de la "fable d’Io" (sur un texte de Geoffroy Tory) », Mercure à la Renaissance, Paris, Société française des seiziémistes, 1988, p. 85-94 et p. 157-160.

Dubois, Claude-Gilbert, « Corps de la lettre et sexe des nombres. L'imagination de la forme dans le traité de Geoffroy Tory sur la "Vraye proportion des Lettres" », Revue des sciences humaines, n° 179, Lille, Juillet-Septembre 1980, p. 77-91. Rééd. Id., Mots et règles, jeux et délires. Études sur l’imaginaire verbal au XVIe siècle, Caen, Paradygme, 1992, p. 37-51.

Dubois, Claude-Gilbert, «"Vice de Innovation" et "Escumeurs de Latin" : quelques aspects du mélange des langues dans ses rapports avec la création littéraire en France au XVIe siècle », Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance, n° 15, 1982, Les rapports entre les langues au XVIème siecle, Actes du colloque de Sommières, 14-17 septembre 1981, tome II, p. 19-36.

Dubois, Philippe, « Le corps et la lettre à la Renaissance (Analyse du Champ Fleury de Geoffroy Tory) », Rhétorique du corps, dir. P. Dubois et Y. Winkler, Bruxelles, De Boeck-Wesmael, 1988, p. 125-152.

Exposition Bnf sur Geoffroy Tory http://expositions.bnf.fr/tory/visite/index.htm.

Fontaine, Marie-Madeleine, « Entre art et technique : les innovations "à la française" d’un fervent visiteur de l’Italie, Geoffroy Tory. À propos d’une exposition du Musée de la Renaissance d’Écouen », Bulletin Monumental, tome 171, n° 2, année 2013, p. 141-147.

Geoffroy Tory, imprimeur de François Ier, graphiste avant la lettre, commissaires de l’exposition S. Deprouw, O. Halévy, M. Vène, Paris, Réunion des musées nationaux-Grand Palais, 2011.

Giehlow, Karl (auteur), Raybould, Robin (traduction et notes), The Humanist Interpretation of Hieroglyphs in the Allegorical Studies of the Renaissance, Leiden / Boston, Brill, 2015.

Gros, Gérard, « Pour une renaissance de la langue. De la "vraie proportion des lettres" à la belle prononciation picarde, d’après le Champfleury de Geofroy Tory (1529) », La Renaissance ? Des Renaissances ? (VIIIe-XVIe siècles), dir. M.-S. Masse, Paris, Klincksieck, 2010, p. 279-298.

Halévy, Olivier, « Des règles poétiques à la norme linguistique », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 21 | 2011, mis en ligne le 10 mai 2014. URL : https://crm.revues.org/12448

Hallowell, Robert E., « L’Hercule Gallique : expression et image politique », Lumières de la Pléiade, dir. R. Antonioli, R. Aulotte, M.-E. Balmas, préface P. Mesnard, Paris, J. Vrin, 1966, p. 243-253.

Ivins, William M., « Geoffroy Tory », Bulletin of the Metropolitan Museum of Art, vol. 15, n° 4, April 1920, p. 79-86.

Lapacherie, Jean-Gérard, « Conversation et mise en page. Les exemples de Champ Fleury de Geoffroy Tory et La Manière de bien traduire d'une langue en une autre. D'avantage, de la ponctuation de la langue française. Plus d'accents d'icelle de Estienne Dolet », La Conversation, dir. G. Lahouati, Pau, Publications de l'Université de Pau, p. 23-29.

Laurent, Pierre, Une Source retrouvée du « Champ fleury » de Geoffroy Tory, Paris, Boivin, 1940.

Milhe-Poutingon, Gérard, « Les notes marginales dans le "Champfleury" de Geoffroy Tory, des auxiliaires de visibilité », La Licorne, n° 67, 2004, p. 67-82.

Pfister, Max, « Parodie der französischen Gelehrtensprache bei Geoffroy Tory und François Rabelais », Renatæ litteræ: Studien zum Nachleben der Antike und zur europäischen Renaissance August Buch zum 60 Geburstag a, 3.12.1971 dargebracht von Freunden und Schülen, éd. K. Heitmann et E. Schrœder, Frankfurt-am-Maine, Athenäeum Verlag, 1973, p. 193-205.

Rigolot, François, « D’un libraire à l’autre : Marot, de Tory à Dolet via Montmorency », Les poètes français de la Renaissance et leurs « libraires », Actes du Colloque international de l’Université d’Orléans (5-7 juin 2013), éd. D. Bjaï et F. Rouget, Genève, Droz, 2015, p. 311-335.

Rigolot, François, « La figure de la lettre : graphisme et paradigmatisme à l’aube de la Renaissance », Revue des Sciences humaines, 51, 1980, p. 47-59.

Roudaut, François, Le livre au XVIe siècle. Élément de bibliologie matérielle et d’histoire, Paris, Honoré Champion, 2003, spé. p. 23-24 et 66-67.

Settekorn, Wolfgang, « "... mettre & ordonner la Lãge Francoise par certaine Reigle". Überlegungen zur Genes des sprachnormativen Diskurses in Frankreich », Festschrift für Rupprecht Rohr zum 60. Geburtstag, dir. W. Bergerfurth, E. Dieckmann, O. Winkelmann Heidelberg, Groos, 1979, p. 495-513.

Trudeau, Danielle, Les inventeurs du bon usage (1529-1647), Paris, Les Éditions de minuit, 1992.

Vitu, Auguste, « Histoire pittoresque de la typographie », dns Musée des familles : lectures du soir, volume 13, Bureaux du Musée des Familles, 1846, p. 372-377.

Werdet, Edmond, Histoire du livre en France depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1789, partie 3, tome 2 : Les Didot. Leurs devanciers et contemporains. 1500-1789, Paris, E. Dentu, 1861-1864, p. 4-26.

Haut de page

Notes

1 Thierry Crépin-Leblond, Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Magali Vène, Geoffroy Tory, imprimeur de François Ier, graphiste avant la lettre, Paris, Réunion des musées nationaux-Grand Palais, 2011 « Introduction », p. 13-15.

2 Auguste Bernard, Geoffroy Tory, peintre et graveur, premier imprimeur royal, réformateur de l'orthographe et de la typographie sous François 1er, Paris, Tross, 1865 (rééd. 1963).

3 Thierry Crépin-Leblond, Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Magali Vène, op. cit.

4 Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des lettres attiques, ou antiques, autrement dictes romaines, selon le corps et visaige humain, avec l’instruction et maniere de faire chiffres et lettres pour bagues d’or, pour tapisserie, vitres et painctures, Paris, Vivant Gaultherot, 1549, f. 3v.

5 Geoffroy Tory, Champ Fleury ou l’art et science de la proportion des lettres, éd. G. Cohen, Genève, Slatkine reprints, 1973, « Avant-propos », p. ii.

6 Henri Chamard, « Tory (Geoffroy) », Dictionnaires des lettres françaises. Le XVIe siècle, Paris, Fayard, 2001, p. 1127-1128, spéc. p. 1127.

7 Filippo Beroaldo (1453-1505) : « Humaniste. Professeur de littérature ancienne à Bologne. Éditeur intellectuel de la littérature classique. Surnommé par Pic de la Mirandole "Bibliothèque vivante" » (notice d’autorité de la Bnf).

8 Giovanni Battista Pio (147.-1540?) : « Philologue humaniste, éditeur des classiques latins. Professeur de rhétorique et de poésie » (notice d’autorité de la Bnf).

9 Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des lettres attiques, ou antiques, op. cit., livre III, f. 100v.

10 Stéphanie Deprouw, « De Bourges à Paris en passant par l’Italie », Geoffroy Tory, imprimeur de François Ier, graphiste avant la lettre, éd. citée, p. 18-29.

11 « Imprimé pour J. Petit par G. de Gourmont : marque de J. Petit au titre et de G. de Gourmont à la fin. Édité par G. Tory, auteur de la dédicace », note de la notice relative à cette œuvre, consultable en ligne : http://bp16.bnf.fr/ark:/12148/cb41873987j/. Voir également : Brigitte Moreau, Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle d’après les manuscrits de Philippe Renouard, tome I : 1501-1510, Paris, Imprimerie municipale, 1972, p. 247. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5839131f/f8.item.r=pomponius

12 Ibid., p. 340. Notice en ligne : http://bp16.bnf.fr/ark:/12148/cb41874427j/

13 Ibid., p. 335. Notice en ligne : http://bp16.bnf.fr/ark:/12148/cb418744026/

14 Ibid., p. 352. Notice en ligne : http://bp16.bnf.fr/ark:/12148/cb41874475d/

15 C’est une fonction que lui attribue Charles Weiss : « On lui doit la révision de plusieurs impressions de Henri Estienne ». Biographie universelle, ou Dictionnaire historique contenant la nécrologie des hommes célèbres de tous les pays, tome 6 : TAB-ZYR, dir. Charles Weiss, Paris, Furne, 1841, « Tory (Geoffroy) », p. 129. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36711m/f134.item.r=Tory

16 G. Cohen, dans Geoffroy Tory, Champ Fleury, éd. citée, « Avant-propos », p. iii.

17 Auguste Bernard, op. cit., p. 12.

18 L’art et science de la vraye proportion des lettres attiques, éd. citée., livre II, f. 42r.

19 Ibid., livre I, f. 6v.

20 Auguste Bernard, op. cit., p. 13.

21 Henri Chamard, « Tory (Geoffroy) », Dictionnaires des lettres françaises. Le XVIe siècle, art. cité, p. 1127.

22 « He must have been in Rome between 1512 and 1517 ». Karl Giehlow (auteur), Robin Raybould (traduction et notes), The Humanist Interpretation of Hieroglyphs in the Allegorical Studies of the Renaissance, Leiden / Boston, Brill, 2015 p. 119, note 32.

23 Stéphanie Deprouw, « De Bourges à Paris en passant par l’Italie », Geoffroy Tory, imprimeur de François Ier, graphiste avant la lettre, éd. citée, p. 18-29, spéc. p. 24.

24 Marie-Madeleine Fontaine, « Entre art et technique : les innovations "à la française" d’un fervent visiteur de l’Italie, Geoffroy Tory. À propos d’une exposition du Musée de la Renaissance d’Écouen », Bulletin Monumental, tome 171, n° 2, année 2013, p. 141-147, spéc. p. 141.

25 Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Magali Vène, « À l’enseigne du pot cassé. Des livres d’heures d’un genre nouveau », Geoffroy Tory, imprimeur de François Ier, graphiste avant la lettre, éd. citée, p. 32-67, spéc. p. 32.

26 Exposition Bnf sur Geoffroy Tory : http://expositions.bnf.fr/tory/visite/album.htm

27 Paul-Marie Grinevald, Art et science de la vraie proportion des lettres, Paris, Bibliothèque de l’image, 1998, « Préface », p. 7.

28 Guillaume Berthon, « La "Briefve doctrine" et les enjeux culturels de l’orthotypographie : Tory et les autres. » [Communication au colloque « Geoffroy Tory : arts du livre et création littéraire (15231533) » organisé par Olivier Halévy (Paris 3-Sorbonne nouvelle) et Michel Jourde (ENS de Lyon) le 10 juin 2011]. Archives ouvertes HAL, fichier p. 6-7.

29 Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Magali Vène, « À l’enseigne du pot cassé. Des livres d’heures d’un genre nouveau », Geoffroy Tory, imprimeur de François Ier, graphiste avant la lettre, éd. citée, p. 35.

30 Ibid., p. 34-35.

31 À son sujet, l’on pourra consulter l’ouvrage suivant : Marie-Blanche Cousseau, Étienne Colaud et l’enluminure parisienne sous le règne de François Ier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

32 Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Magali Vène, « À l’enseigne du pot cassé. Des livres d’heures d’un genre nouveau », Geoffroy Tory, imprimeur de François Ier, graphiste avant la lettre, éd. citée, p. 41 et 33 pour l’illustration (fig. 14) que l’on peut également admirer sur le site de l’exposition BnF « Geoffroy Tory, graphiste avant la lettre » : http://expositions.bnf.fr/tory/grand/2006.htm.

33 Marie-Madeleine Fontaine, art. cité, p. 142-143.

34 Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Magali Vène, op. cit., p. 46.

35 Ibid. p. 57 sur l’édition « à la moderne » de 1527 et celle de 1531.

36 Ibid.

37 Magali Vène, « Imprimeur du roy. Une consécration au service du français », Geoffroy Tory, imprimeur de François Ier, graphiste avant la lettre, éd. citée, p. 117 (p. 108-121).

38 La commissaire de l’exposition sur G. Tory explique que « La faveur royale ne s’est jamais démentie pour Geoffroy Tory. Après sa nomination comme imprimeur du roi (une charge honorifique, mais pas encore un office rémunéré), il a sans doute souhaité accéder au statut de libraire juré de l’Université de Paris, qui restait la référence pour les métiers du livre. Depuis 1488, le nombre de ces libraires était fixé à vingt-quatre : après avoir "juré" serment au recteur, ils devenaient suppôts de l’Université et profitaient de substantielles exonérations d’impôts, forme déguisée de rétribution. Tory bénéficia d’une nomination exceptionnelle, sur intervention expresse du roi (comme le souligne bien ce registre universitaire) et devint le 22 février 1533 un éphémère vingt-cinquième libraire-juré. Après sa mort survenue à l’automne, le collège des libraires de l’Université fut ramené à son effectif officiel de vingt-quatre ». http://expositions.bnf.fr/tory/visite/album.htm

39 Voir à son sujet la notice d’autorité de la Bnf : http://data.bnf.fr/14474680/olivier_mallard/

40 Nina Catach, L’Orthographe française à l’époque de la Renaissance, Genève, Droz, 1968, p. 36.

41 Nina Catach, op. cit., p. 43.

42 C. Beaulieux, Essai sur l’histoire de la prononciation du Latin en France, Revue des Etudes Latines, t. II, Paris, 1927, p. 24-25.

43 Susan Baddeley, L’orthographe française au temps de la Réforme, Genève, Droz, 1993, chapitre V : « Les Évangéliques et les réformes linguistiques à Paris 1530-1540 », p. 138.

44 Nina Catach, op. cit., p. 44.

45 Ibid.

46 Ibid., p. 46.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 44.

49 Ibid., p. 47.

50 Guillaume Berthon, « La "Briefve doctrine" et les enjeux culturels de l’orthotypographie : Tory et les autres. », art. cité, p. 7-8.

51 Ibid., p. 7.

52 « L’homme est […] une créature des collèges, à Bourges d’abord, où il reçoit sa formation, et à Paris ensuite, où il enseigne en qualité de régent au collège du Plessis, peut-être aussi au collège de Bourgogne. De sa formation à Bourges témoigne l’édition, en 1510, chez Josse Bade, d’un elegiacum carmen composé par Guillaume de Rycke, l’un de ses anciens maîtres. Son professorat parisien, quant à lui, est illustré par les éditions de Henri Estienne : Cosmographia de Pie II en 1509, Itinerarium d’Antonin en 1512. » Ibid., p. 7-8

53 Ibid., p. 4.

54 Ibid., p. 7.

55 Sur les liens entre Vitruve et Tory, l’on pourra consulter : Olivier Deloignon, « Une variation autour de Vitruve. L’"esthétique architecturante" des milieux curiaux français sous François 1er », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVIII | 2011, mis en ligne le 28 mai 2011, http://journals.openedition.org/etudesanciennes/336.

56 M. Vitruvvii De Architectura libri decem, s. l., s. n., 1523, liber III, caput I : « De sacrarum ædium compositione et symmetriis et corporis humani mensura », f. 45v. Ce passage est ainsi traduit par Jean Martin : « Or n’y a il ne Temple ny autre edifice qui puisse avoir grace de bonne structure sans symmetrie et proportion, et si la convenance n’est gardée en toutes ses parties aussi bien qu’en un corps humain perfectement formé », Architecture ou Art de bien bastir, de Marc Vitruve Pollion Autheur romain antique : mis de latin en français par Jan Martin [...], Paris, On les vend chez Jacques Gazeau, 1547, livre III, chap. I : « De la composition des maisons sacrées, ensemble des symmetries du corps humain », f. 27v.

57 Ibid. Trad. Jean Martin : « Ce corps humain a esté composé de la Nature par un tel artifice, que depuis le bout de son menton jusques au plus hault de son front, où est la racine de ses cheveux, cela faict une dixieme partie de son estendue ».

58 Op. cit., f. 46v.

59 Ibid. et suiv.

60 Pierre Cordier, « Geoffroy Tory et les leçons de l’Antique », Anabases [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 01 mai 2012, § 10. URL : http://anabases.revues.org/3551

61 Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française des origines à nos jours, II. Le XVIe siècle, Paris, Armand Colin, 1967, p. 35.

62 Ce traité est un texte de quatre cents lignes transmis par une dizaine de manuscrits. Pascale Hummel, De Lingua Græca, Bern, Peter Lang, 2007, chapitre III : « Grammaire et philologie », p. 49.

63 Ibid., p. 10.

64 « Pleust à Dieu que peussions ainsi faire » [f. 9v-10r].

65 Danielle Trudeau, Les inventeurs du bon usage (1529-1647), Paris, Les Éditions de minuit, 1992, chap. I : « À la recherche du français originel », p. 28.

66 Ibid., p. 27.

67 Ibid.

68 Pierre Cordier, art. cité, § 15.

69 Sur cette métaphore : Perrine Galand-Hallyn, Le Reflet des fleurs. Description et métalangage poétique d’Homère à la Renaissance, Genève, Droz, 1994.

70 Danièle Duport, Le Jardin et la nature, Genève, Droz, 2002, « Du traité d’agriculture à une poétique agricole », p. 277.

71 Michel Simonin, « "Poësie est un pré", "Poëme est une fleur" : métaphore horticole et imaginaire du texte à la Renaissance », L’encre et la lumière : quarante-sept articles (1976-2000), Genève, Droz, 2004, p. 256 (p. 253-263).

72 Paola Cifarelli, « Le "Preambule du translateur" du Livre de la police humaine de Jehan Le Blond (1546) », Corpus Eve [En ligne], mis en ligne le 18 octobre 2013, § 54. DOI : https://doi.org/10.4000/eve.626.

73 Sur ce point, voir Olivier Deloignon, « "… De vous en faire à tous ung present…" », Le Champ fleury comme reflet de l’imaginaire du don et du contre-don à l’aube de la Renaissance française », Le Verger, bouquet 2, juillet 2012, URL : http://cornucopia16.com/wp-content/uploads/2014/07/Verger2_DELOIGNON.pdf. O. Deloignon montre comment le Champ fleuy peut être vu comme un appel au mécénat de François Ier (p. 10) appelé à soutenir les adeptes des bonnes lettres et non ceux qui s’avèrent incapables d’aider le royaume en échange des bénéfices qu’ils perçoivent (p. 11), lui-même se posant en modèle de transmission désintéressée (p. 12).

74 Marie-Luce Demonet-Launay, « L’architecture morale de Geoffroy Tory », Bulletin de l’Association d’étude sur l’humanisme, la réforme et la renaissance, n° 31, 1990, p. 17 (p. 17-33). URL : www.persee.fr/doc/rhren_0181-6799_1990_num_31_1_1740

75 Olivier Halévy, « Des règles poétiques à la norme linguistique », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 21 | 2011, mis en ligne le 10 mai 2014, § 1 / p. 265. URL : http://crm.revues.org/12448

76 Ibid., § 5 / p. 267.

77 Pierre Fabri, Le Grand Et Vrai Art de Pleine Rhetorique, éd. A. Héron, Rouen, Impr. E. Cagniard, 1890, p. 116.

78 Olivier Halévy, ibid., § 6 / p. 267-268.

79 Claude-Gilbert Dubois, «"Vice de Innovation" et "Escumeurs de Latin" : quelques aspects du mélange des langues dans ses rapports avec la création littéraire en France au XVIe siècle », Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance, n° 15, 1982, Les rapports entre les langues au XVIème siecle, Actes du colloque de Sommières, 14-17 septembre 1981, tome II, p. 19 (p. 19-36). http://www.persee.fr/docAsPDF/rhren_0181-6799_1982_num_15_2_1305.pdf

80 Ibid.

81 François Rabelais, Le second livre des faits et dits heroïques du bon Pantagruel, dans Les œuvres de Me François Rabelais, docteur en médecine. Contenans cinq livres, de la vie, faicts, et dits heroïques de Gargantua, et de son Fils Pantagruel, Lyon, Jean Martin, 1558, chap. VI : « Comment Pantagruel rencontra un Limosin qui contrefaisoit le Langage François », p. 198. http://bit.ly/Rabelais_Pantgruel

82 Ibid., p. 198 et p. 199.

83 Ibid., p. 200.

84 Myriam Marrache-Gouraud, « Hors toute intimidation » : Panurge ou la parole singulière, Genève, Droz, 2003, chap. I : « La langue en question », p. 26.

85 L’expression « lesche du jour » – signifiant « tranche mince » (selon le dictionnaire Huguet) soit, ici, « raie de lumière » – se trouve également dans le discours du l’écolier Limousin (François Rabelais, Le second livre des faits et dits heroïques du bon Pantagruel, op. cit., p. 198).

86 Myriam Marrache-Gouraud, op. cit., p. 28.

87 Une recherche lexicale via le Grand Corpus des dictionnaires Garnier numérique ou le Dictionnaire du Moyen Français (DMF) le confirme.

88 Op. cit., p. 99 et suiv.

89 « À la recherche des pères : la liste des auteurs illustres à la fin du Moyen Age », MLN, vol. 116, n° 4, 2001, p. 636 (p. 630-643).

90 « [C]ette fréquence des listes d’auteurs aboutit à la formation d’un canon qui s’institue véritablement dans les Arts de seconde rhétorique. » Ibid., p. 637-638.

91 Ibid., p. 638.

92 Ibid., p. 643.

93 Sur la liste proposée dans le Champ Fleury, l’on pourra lire l’intéressante étude que propose Olivier Halévy (art. cité, notamment § 11 et suiv.), consacrée à la « signification linguistique » que G. Tory donne à son inventaire.

94 Ibid.

95 Selon la notice d’autorité Bnf : http://data.bnf.fr/12076519/pierre_de_saint-cloud/

96 Christine Ruby, « Jean le Nevelon », Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge, dir. Geneviève Hasenohr et Michel Zink, Paris, Librairie générale française, 1992, p. 807.

97 « Pierre de Saint-Cloud est un interpolateur cité dans certains manuscrits (il se présente comme l’auteur dans une version de la plainte d’Antiochus) et Jean Le Nevelon est un continuateur cité au v. 39 de la Vengeance ». Olivier Halévy, « Des règles poétiques à la norme linguistique », art. cité, note 21.

98 Jean-Marie Fritz, « Chrétien de Troyes », Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge, op. cit., p. 266-280.

99 Sylvie Lefèvre, « Huon de Méry », ibid., p. 707-708.

100 Alexandre Micha et Francis Bar, « Raoul de Houdenc », ibid., p. 1235-1238.

101 Olivier Halévy, « Des règles poétiques à la norme linguistique », art. cité, § 19 / p. 272. Nous citons d’après Olivier Halévy n. 18 : « Que Dieu y mène Huon de Méry, qui a mis toute sa peine à écrire ce livre parce qu’il n’osait pas cueillir comme il le désirait, librement, le beau français. Ceux qui ont écrit avant lui en ont en effet cueilli le meilleur. Voilà pourquoi cette œuvre est de moindre valeur, et elle a été plus pénible à mener à bien. J’ai pris beaucoup de peine pour esquiver les récits de Raoul et de Chrétien, car jamais aucun chrétien n’a parlé aussi bien qu’eux. Mais lorsqu’ils écrivaient, ils empoignaient le français à pleines mains, tel qu’il s’offrait à eux, de sorte qu’ils n’ont rien laissé. Malgré tout, chaque fois que j’ai trouvé quelque épi après le passage de ces moissonneurs, je l’ai glané bien volontiers. » Huon de Méry, Le tournoi de l’Antéchrist, texte établi par G. Wimmer et traduit par S. Orgeur, Orléans, Paradigme, 1994, p. 259-260.

102 Alexandre Micha et Christine Ruby, « Demoiselle a la mule », Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge, éd. citée, p. 376.

103 Raymond Lebègue et Elisabeth Lalou, « Mystère des Actes des Apôtres », ibid., p. 1047-1048.

104 Omer Jodogne, « Mystère de la Passion, d’Arnoul Gréban », ibid., p. 1036-1040.

105 « Mort près d’un siècle avant la naissance du dramaturge français, Dante n’a absolument pas pu faire "honorable mention" d’Arnoul Gréban. Comment donc expliquer une telle confusion ? Sans doute par une lecture fautive d’un passage linguistique de la Divine comédie. Dans le Purgatoire, Dante fait en effet un éloge appuyé du troubadour provençal Arnaut Daniel (Purg., XXVI, v. 115-148, c’est la fin du chant). Après l’avoir présenté comme un modèle linguistique ("fu miglior fabbro del parlar materno/ du parler maternel fut meilleur maître", Purg., XXVI, v. 115-117), il combine quelques courts extraits de ses textes pour le faire parler dans sa langue, en occitan. Or le grand troubadour prend la parole en ne donnant que son prénom "Arnaut" ("Ieu sui Arnaut…", Purg., XXVI, v. 142). Il est donc possible que Macé, puis Tory, incapables de situer chronologiquement les auteurs, aient identifié cet Arnaut (Daniel) inconnu au célèbre Arnoul (Gréban) ». Olivier Halévy, art. cité, note 21.

106 Selon la notice d’autorité Bnf : http://data.bnf.fr/11917560/pierre_de_nesson/

107 Zenon Kaluza, « Alain Chartier », Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge, éd. citée, p. 29-32.

108 Gillette Tyl-Labory et Sylvie Lefèvre, « Georges Chastellain », ibid., p. 510-512.

109 Le manuscrit est disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9061728r

110 Selon la notice d’autorité Bnf : http://data.bnf.fr/11898153/guillaume_cretin/

111 Olivier Halévy, « Des règles poétiques à la norme linguistique », art. cité, § 8-9 / p. 269.

112 Nous la citons d’après Olivier Halévy, ibid. § 9 / p. 269 : « Hé ! Chastelain et Maistre Alain Chartier / Ou estes vous ? Il me fust bien mestier / Avoir de vous quelque bonne leçon ; / Simon, Greban, qui fustes du mestier, / Que n’avez vous laissé pour heritier / Ung Meschinnot, ung Milet, ung Nesson […] ». Guillaume Crétin, Déploration sur le trespas de feu Okeghem, v. 265-270, Œuvres poétiques, éd. K. Chesney, Genève, Slatkine Reprints, 1977, p. 68.

113 Olivier Halévy, « Des règles poétiques à la norme linguistique », art. cité, § 10 / p. 269.

114 Ibid., § 29 / p. 278.

115 François Grudé La Croix du Maine, Premier volume de la Bibliothèque du sieur de La Croix Du Maine, qui est un catalogue général de toutes sortes d'autheurs qui ont escrit en françois depuis cinq cents ans et plus jusques à ce jour d'huy..., Paris, A. L’Angelier, 1584, p. 125. Consultable sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k125590p/f170.image.r=Tory.langFR.

116 Leon Battista Alberti, De re ædificatoria [princeps 1485], 6, 1, 92r cité et traduit par Martine Furno, Une « fantaisie » sur l’antique. Le goût pour l'épigraphie funéraire dans l'Hypnerotomachia Poliphili de Francesco Colonna, Genève, Droz, 2003, p. 119.

117 Selon la Bnf : http://expositions.bnf.fr/carolingiens/grand/grec_437_123v-124.htm

118 Les œuvres de Me François Rabelais, docteur en médecine, éd. citée, livre I, chap. XIV, p. 48.

119 D’après la notice d’autorité Bnf : http://data.bnf.fr/11926029/guillaume_tardif/

120 D’après la notice d’autorité Bnf : http://data.bnf.fr/11997454/alain_de_lille/

121 Les œuvres de Me François Rabelais, docteur en médecine, éd. citée, livre I, chap. XIV, p. 47.

122 D’après la notice d’autorité Bnf : http://data.bnf.fr/12142193/jean_de_garlande/

123 D’après la notice d’autorité Bnf : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb125156549

124 D’après la notice d’autorité Bnf : http://data.bnf.fr/12536245/alexandre_de_villedieu/

125 Les œuvres de Me François Rabelais, docteur en médecine, éd. citée, livre I, chap. XIV, p. 48.

126 Claude Fauchet, Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, ryme et romans, Paris, Mamert Patisson, 1581, livre I, p. 9.

127 Ibid., f. 41.

128 Dans ses Antiquitez, C. Fauchet raconte que les Gaulois ont conquis une aire géographique large puisqu’Ambigatos, roi gaulois, a envoyé ses deux neveux conquérir de nouveaux espaces, dont la Germanie. Il en conclut que les Français viennent des Francs qui eux-même viennent des Gaulois. Claude Fauchet, Recueil des Antiquitez Gauloises et Françoises, Paris, Chez Jacques du Puys, 1579.

129 Ovide, Les Métamorphoses, livre I, 568-746.

130 L’Ovide moralisé proposait une lecture allégorique chrétienne, dans laquelle Argus signifie les cent tentations du monde qui assaille la pécheresse (Io bestialisée), tandis que Mercure représente la grâce des sermons qui la ramène sur le droit chemin de la sagesse : « Et grâce et vertu li donna / De relenquir sa foloience / Mercurius, c’est la loquence / Des sermons et des precheïs » (I, v. 3992-3995) « Au monde, ou il l’abandonna / Lors tôt Argus en sa baillie. / Argus le monde senefie, / Ou delis a plus de cent paire. » (3936-3939). C’est une autre lecture, humaniste, que Tory propose ici, où les sermons ne se heurtent pas à la tentation, mais la science à l’ignorance.

131 À ce sujet, l’on pourra consulter l’article suivant : Claude-Gilbert Dubois, « "La parole est pennigere". Une interprétation du rôle de Mercure dans la "fable d’Io" (sur un texte de Geoffroy Tory) », Mercure à la Renaissance, Paris, M.-M. de La Garanderie, 1988, p. 85-94.

132 Jean Collart, Varron grammairien latin, Paris, 1954, p. 52 rapportée par Louis Holtz, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical. Étude et édition critique, Paris, Éditions du CNRS, 1981, p. 58.

133 Ibid.

134 D’après le TLFi sur le Portail lexical du CNRTL.

135 Pierre Fabri, Le grant et vray art de pleine Rhetorique. Nous citons d’après l’édition [Paris], Jean Longis, 1534, livre II, « Des termes et mots barbares », f. 50v. https://books.google.fr/books?id=MqFXAAAAcAAJ&pg=PP5&dq=fabri+grant+et+vray+art&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwicvt37yZ7mAhUOzhoKHYORBmYQ6AEIOTAC#v=onepage&q=fabri%20grant%20et%20vray%20art&f=false. Cette définition se retrouve chez Gratien du Pont, Art et Science de rhetoricque metriffiée, éd. Véronique Montagne, Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 277, avec toutefois une variante finale : « et aultre parler non congneu, ou partial, comme "Malachias, Malachie", "Gardez vous bien dame des troncz", "mer de levant", "mer de vertus", etc. »

136 Pierre Fabri, op. cit., II, f. 55r, également repris par Gratien du Pont, op. cit., p. 282-283.

137 Marie-Luce Demonet-Launay, « L’architecture morale de Geoffroy Tory », art. cité, p. 18.

138 Charles-Louis Livet explique que « L’emploi de l’i pour l’a à ce temps du verbe est de règle dans les patois du Berry, de l’Anjou, etc. », La Grammaire française et les grammairiens du XVIe siècle, Genève, Slatkine Reprints (1859), 1967, p. 40, note 3.

139 Marie-Luce Demonet-Launay, art. cité, p. 18.

140 Claude-Gilbert Dubois, La poésie du seizième siècle, Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, 1999, « L’espace culturel du seizième siècle français », p. 27.

141 Ibid., p. 28.

142 Pour son étude spécifiquement chez Tory, l’on pourra se reporter également à Olivier Deloignon qui dégage les sources de Tory, mais également son apport et la façon dont il adapte la représentation d’Hercule à l’image de François Ier afin de diffuser le modèle d’un roi libéral. O. Deloignon, « "… De vous en faire à tous ung present…" », Le Champ fleury comme reflet de l’imaginaire du don et du contre-don à l’aube de la Renaissance française », Le Verger, bouquet 2, juillet 2012, URL : http://cornucopia16.com/wp-content/uploads/2014/07/Verger2_DELOIGNON.pdf.

143 Marc-René Jung, Hercule dans la littérature du XVIe siècle, de l’Hercule courtois à l’Hercule baroque, Genève, Droz, 1966, « Un hercule national : l’Hercule Gaulois », p. 73.

144 Lucien de Samosate, Luciani Samosatensis Saturnalia, Cronosolon, id est, Saturnalium legum lator, Epistolæ saturnales, De luctu, Abdicatus, Icaromenippus seu Hypernephelus, Toxaris sive Amicitia, Alexander seu Pseudomantis, Gallus seu Somnium, Timon seu Misanthopus, Pro tyrannicida declamatio, Erasmi declamatio, Lucianicæ respondens, de iis qui mercede conducti degunt, Dialogi XVIII. Hercules gallicus, Eunuchus seu Pamphilus, De sacrificiis, Convivium seu Lapithæ, De astrologia. Des Erasmo Roterod. interprete. Aliquot item ex eodem commentarii, Thoma Moro interprete, quos in calce hujus libri numeratos reperies. Quibus si græce scripta, quæ propediem, diis propiciis adjicientur, conferat studiosus lector, facile cognoscet, arbitror, cujusmodi res sit peregrinam linguam, ut in aliam quamvis, ita in latinam bene ac fideliter vertere, trad. Érasme et Thomas More, Basileae apud Jo. Frob. An. M. D. XXI. Robert E. Hallowell, évoque une édition de 1506 dont nous n’avons pas trouvé la référence exacte (« L’Hercule Gallique : expression et image politique », in Pierre Mesnard, Lumières de la Pléiade, Paris, J. Vrin, 1966, p. 244).

145 Voir à ce sujet : Paola Cifarelli, art. cité, § 47-48.

146 André Alciat (Andrea Alciato), Livret des emblèmes de maistre André Alciat mis en rime françoyse, trad. Jean Le Fèvre], Paris, C. Wechel, 1536 (1ère traduction française, édition princeps latine : Emblematum liber, Augsburg, Heinrich Steyner, 1531 et Emblematum libellum, Paris, Wechel, 1534 pour la 1ère édition latine en France). Lien vers l’emblème de l’édition princeps : https://www.emblems.arts.gla.ac.uk/alciato/emblem.php?id=A31a092.

147 Raoul Le Fèvre, Le Recueil des hystoires de Troyes (1464).

148 Berosus Babilonicus [auteur supposé Giovanni Nanni] de his quæ præcesserunt inundationem terrarum. Item. Myrsilus de origine Turrenorum. Cato in fragmentis. Archilocus in epitheto de temporibus. Metasthenes de judicio temporum. Philo in breviario temporum. Xenophon de equivocis temporum. Sempronius de divisione Italiæ. Q. Fab. Pictor de aureo seculo & origine urbis Romæ. Fragmentum itinerarii Antonini Pii. Altercatio Adriani Augusti & Epictici, 1498.

149 « D’après Joannes Annius, Hercule quitta la Lybie, alla en Gaule et se maria avec Galatée, fille du roi des celtes. De cette union naquit Galateus, fondateur de la dynastie gauloise. Se rapportant sans cesse au pseudo-Bérose comme source authentique, Jean Lemaire de Belges, dans son Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, fut à même de prouver l’"extraction Herculéenne et Troyenne de la nation Gallicane et Françoyse" ». Robert E. Hallowell, op. cit. p. 247.

150 Ibid.

151 Ibid., p. 244.

152 Ibid.

153 Ibid. p. 243.

154 Ibid. p. 244. Robert E. Hallowell renvoie sur ce point à une étude d’Edgar Wind, « Hercules and Orpheus : Two Mock-Heroic Designs by Dürer », Journal of the Warburg Institute, II, (1938-39), p. 206-218 : « Edgar Wind a observé que l’Hercule gallique avait commencé au début du seizième siècle à remplacer Orphée en tant que symbole des aspirations des humanistes : "L’attrait d’Orphée, poète lyrique, céda devant celui d’Hercules Gallicus, dieu de l’éloquence judiciaire. L’acheminement du poète inspiré au puissant orateur figure d’avance le changement de la poésie mystique de Politien et Pic de la Mirandole au pragmatisme didactique d’Érasme" ».

155 John Palsgrave, L’Éclaircissement de la langue française (1530), éd. S. Baddeley, Paris, Honoré Champion, 2003, « Epître de l’auteur à sa majesté de le Roi », [l’épître est adressé à « Henry huitième,… Roi d’Angleterre et de France »], p. 318.

156 Robert Estienne, Dictionaire Francoislatin, contenant les motz & manieres de parler Francois, tournez en Latin, Paris, Robert Estienne, 1539. Sur ce texte, Sabine Lardon, « Les préfaces du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne (1539 et 1549) », Corpus Eve [En ligne], mis en ligne le 18 octobre 2013, consulté le 27 juin 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/eve.680.

157 Il en annonce le projet dans l’épître « Au Lecteur » de La Maniere de bien traduire d'une langue en aultre : dadvantage. De la punctuation de la langue Francoyse. Plus des accents d'ycelle, Lyon, Étienne Dolet, 1540 : « Ly, et puis juge : ne juge toutesfois devant que d’avoir veu mon Orateur Francoys, qui (possible est) te satisfaira quant aux doubtes, où tu pourras encourir lisant ce Livre. » https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k106073c/f2.image.

158 Cette présentation ne possède pas de titre dans l’édition de 1549. Dans le Champ fleury, en 1529, la présentation s’ouvrait sur la mention ajoutée « Ce toutal Œuvre est divisé en Trois Livres ».

159 Conférence : rapprochement.

160 Cadeaux : grandes lettres placées en têtes des actes ou des chapitres dans les manuscrits en écriture cursive.

161 Bâtardes : lettres employées dans les imprimés en français.

162 Torneures : lettres majuscules gothiques des manuscrits et imprimés nommées ainsi à cause de leur forme gracieuse.

163 Ensuivant : ensuite.

164 Tartariennes : nom donné à la langue des Tartares (actuellement Turco-mongols), habitants du pays que l’on appelait Tartarie, un territoire qui recouvre les pays d’Asie centrale.

165 Chaldaïques : nom donné à la langue des Chaldéens, peuple de la Babylonie, ancienne contrée au Sud de la Mésopotamie et au Nord du golfe Persique.

166 Goffe : lettres goffes ou lettres lourdes est le nom donné à une sorte de majuscules gothiques dans le commencement du XVIe siècle.

167 Finablement : finalement.

168 Fleuries : capitales ornées de fleurs.

169 Dans l’édition de 1529, cette présentation initiale est précédée de la mention « Ce toutal Œuvre est divisé en Trois Livres » et suivie du privilège du Roi (absent de l’édition de 1549) que nous reproduisons à la fin du texte.

170 Compiler : composer.

171 Diligence : soin empressé.

172 Office : fonction.

173 Vigile : veille.

174 Aucuns : certains.

175 Démouvoir : détourner.

176 Caiet : cahier.

177 Fors : excepté.

178 λυνκούριον [lunkourion]

179 Fétuz : brin de paille.

180 Musser : cacher, dissimuler.

181 Glout : avide, glouton.

182 Oncques : jamais, à aucun moment.

183 Méchantement : méchamment, cruellement.

184 Fient : excrément, fumier.

185 Taulette : tablette de cire sur laquelle l’on écrivait.

186 Patent : exposé à la vue.

187 D’aucuns : certains.

188 Raouleaux : banderolles, phylactères.

189 Esquels : contraction de « en » avec « lesquels ».

190 Aune : ancienne unité de longueur.

191 Item : de même, et aussi.

192 Sus : au-dessus, sur.

193 Les Îles Moluques : Archipel d’Indonésie où l’on trouve la plante « moluque », une espèce de mélisse. Ces îles ont été découvertes en 1511 par les portugais qui s’en emparèrent sous la conduite de Francisco Serano.

194 D’aucuns : certains.

195 Iceluy : celui-ci.

196 Simplesse : stupidité, faiblesse d'esprit.

197 Omission corrigée d’après l’édition de 1529.

198 Lacédémoniens : Habitants de Lacédémonie, ancien nom donné à Sparte.

199 Bailler : donner.

200 Sainture : ceinture.

201 Assemblure : jointure.

202 Incontinent : aussitôt, immédiatement.

203 Comprendre « qu’il ». À l’époque « qu’il » se prononce [ki], ce qui entraîne une confusion graphique fréquente entre qu’il et qui.

204 Poste : coursier à cheval, messager.

205 Centurie : découpage en cent chapitres.

206 Centene : centaine, ensemble d’éléments au nombre de cent.

207 Chiliade : nom donné dans l'Antiquité à des recueils de vers, divisés par sections de mille vers. Le terme désigne ensuite plus généralement un ensemble de choses réunies mille par mille. Ici, Geoffroy Tory fait référence aux trois milles adages écrits en latin par Érasme, réunis sous le titre de Chiliades Adagiorum dont les publications s'étalèrent de 1515 à 1523. Texte disponible sur Les Bibliothèques Virtuelles Humanistes : http://www.bvh.univ-tours.fr/Consult/index.asp?numfiche=199

208 Taulete : tablette de cire sur laquelle l’on écrivait.

209 Sentence : phrase.

210 Bailler : donner.

211 Superfluité : chose superflue, ajout inutile.

212 D’aucuns : certains.

213 Écumeurs : employé ici péjorativement puisqu’il désigne, selon le Littré « les corsaires littéraires, les plagiaires » (Littré, Dictionnaire de la langue française, 1872-1877).

214 Jargonneurs : personne qui s’exprime en jargon.

215 Deciser : Couper, découper.

216 Meschantement : méchamment, cruellement.

217 Jaçoit que : quoique.

218 Correction d’après 1529, « V » dans 1549.

219 « Herbe » dans 1549 corrigé d’après 1529.

220 Couleur : Prétexte.

221 Manieres dans le texte.

222 Ruffian : débauché.

223 Qui pour qu’il.

224 Encornimatibulé, et emburelicoqué : « Emburelucoquer, troubler, remplir l’esprit de chimères, verbe qu’on rencontre souvent chez Rabelais (l. I, ch. VI, et passim) et qui lui est antérieur. (…) Encornimatibulé, embarrasser, est uniquement attesté par Tory. Les éléments constitutifs en paraissent être encorni, dur (comme la corne) et mantibulé, mandibule (forme fréquente au XVIe siècle), dont matibule serait une réduction : l’acceptation primordiale pourrait être "embarrassé d’une infirmité de la mandibule"». Lazare, Sainean, La langue de Rabelais, E. de Boccard, Paris, 1923, Chapitre I : « Courants linguistiques », p. 99.

225 Mirlifique : ornement superflu, bagatelle.

226 Triquedondaines : futilités.

227 Gringuenaudes : ordures.

228 Fatrouiller : travailler.

229 Odoriférant : qui répand une odeur agréable.

230 Concoction : digestion.

231 Fantasier : imaginer, inventer.

232 Icelle : cette.

233 Volant : voulant.

234 Aucunement : en quelque façon.

235 Aucuns : certains.

236 Desmouvoir : écarter, éloigner qqn.

237 Glout : avide, vorace.

238 Mordre : critiquer.

239 Sandail : autre forme de « Cendal », taffetas de soie léger.

240 Ferir : frapper.

241 Revolver : tourner.

242 Ambagineux : pleins de replis.

243 Mordre : critique.

244 Noter : blâmer.

245 Cuider : croire à tort, s'imaginer.

246 Aucuns : certains.

247 Laire : être loisible, permis.

248 Utilz : outils.

249 Et ne lairray : et je ne manquerai pas.

250 Designer : dessiner.

251 Ce dans le texte.

252 Facond : qui a une élocution facile et abondante, éloquent.

253 Préfation : préambule, avant-propos.

254 Chanuz : chenus.

255 Aumailles : bétail.

256 Rapine : vol, enlèvement.

257 Abas : partie inférieure.

258 Carcan : collier de fer servant à attacher un condamné au pilori.

259 Jaçoit que : bien que.

260 Marri : triste, abattu.

261 Absolument : sans contrainte.

262 Oraison : éloquence.

263 Facondité : éloquence.

264 Caligineux : brumeux, obscur, trouble, corrompu.

265 Face : fasse.

266 Facondité : éloquence.

267 Agues : tranchantes.

268 sus : sur.

269 Facundité : éloquence.

270 Inepte : inexact.

271 Quantes fois : chaque fois.

272 Indiscretz : ignorants.

273 Jaçoit que : bien que.

274 René Macé de Vendôme.

275 Qui pourroit finer de : qui pourait se procurer.

276 Moult : beaucoup.

277 Fient : excrément d’animal.

278 Aucunes : certaines, quelques.

279 Aulcunes fois : quelquefois.

280 Piéça : il y a un certain temps.

281 Chaldées : de la Chaldée (ancienne région située entre les cours inférieurs de l'Euphrate et du Tigre), chaldéen.

282 Excogiter : imaginer, inventer.

283 Cuydoit : croyait (à tort).

284 Bailla : donna.

285 Ne : et.

286 Paravant : auparavant.

287 Mètres : vers.

288 Mussées : cachées.

289 Iceulx : ces.

290 Battista Spagnoli.

291 Bledz : blés.

292 Il s’agit de κύκνος.

293 Si : qu’il.

294 Ébattre : distraire.

295 Aldin : qui se rapporte aux Alde, imprimeurs italiens des XVe et XVIe s.

296 Cheopine : mesure d'une demi-pinte pour les liquides, spécialement le vin.

297 Pinte : mesure de capacité pour les liquides. Autrefois en France, cette mesure valait un peu moins d’un litre, (mais mesure variable selon les régions).

298 Lettres de forme et bastarde : grosse écriture gothique.

299 Faire monstre : exposer.

300 Celer : cacher.

301 Couvertement : secrètement, discrètement, en cachette.

302 Incontinent : aussitôt, immédiatement, sur le champ.

303 Pourmener : tourmenter, maltraiter qn.

304 Tect : abri.

305 Chalumeau : flûte rustique faite d'un roseau percé de trous.

306 Paravant : qu’auparavant.

307 Tantost : aussitôt.

308 Braquemart : courte épée à lame large à deux tranchants.

309 Sadoyer : faire la cour à.

310 Pariant : caressant.

311 Jà longtemps a : pendant longtemps.

312 Incontinent que : aussitôt que.

313 Signifié dans le texte.

314 Indocte : ignorant.

315 Lire « Parrhisiens ».

316 Exaulcement : fait d’élever en dignité.

317 Panses : Parties arrondies et centrales de certaines lettres, prolongées par la haste ou la queue.

318 « à » dans le texte.

319 Bonoigne la grasse : Boulogne-la-Grasse (commune des Hauts-de-France).

320 « à » dans le texte.

321 « à » dans le texte.

322 Mussée : cachée.

323 S’esbatoit : s’amusait.

324 En sus : dessus.

325 Dolent : qui exprime la souffrance morale.

326 Esus : aux extrémités

327 ι ̃ρις : « arc-en-ciel, halo, iris [plante], partie colorée de l'œil », selon le CNRTL.

328 Glaieul : du lat. Gladiolus.

329 Si : qu’il.

330 La gravure est en fait sur la page qui précède dans l’édition de référence.

331 Pastoure : bergère.

332 Attemprance : modération, pondération.

333 Usurpée : employée.

334 Chaufaux : Échafaudage, scène d'un théâtre.

335 Suader : persuader.

336 Avoir couleur : avoir prétexte, occasion.

337 Lairray : laisserai.

338 Ce privilère figure en tête de l’édition de 1529.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, f. 67v.
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k52553f/​f167.item
URL http://journals.openedition.org/eve/docannexe/image/1788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende « Lettres fleuries », Champ Fleury, Paris, 1529, f° LXXVIIIv
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k50961p/​f172.highres
URL http://journals.openedition.org/eve/docannexe/image/1788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Livret des emblèmes de maistre André Alciat mis en rime françoyse (1536), vue 189, NP.
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k52132c/​f189.item.r=embl%C3%A8mes%20d'alciat
URL http://journals.openedition.org/eve/docannexe/image/1788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques (1549), f. 7r.
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k9415030r/​f52.item
URL http://journals.openedition.org/eve/docannexe/image/1788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques (1549), f. 20v.
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k52553f/​f73.item
URL http://journals.openedition.org/eve/docannexe/image/1788/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Geoffroy Tory, L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques, ou Antiques (1549), f. 70r.
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k52553f/​f173.item
URL http://journals.openedition.org/eve/docannexe/image/1788/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Pénot, « L’art et science de la vraye proportion des Lettres Attiques de Geoffroy Tory (1549) : défense et codification de la langue française  », Corpus Eve [En ligne], Domaine français, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/eve/1788

Haut de page

Auteur

Alexandra Pénot

Alexandra Pénot est docteure en littérature française de la Renaissance. Elle a soutenu, à l’université de Lyon – Lyon 3, Jean Moulin, une thèse sur le Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans de Claude Fauchet et travaille sur l’histoire de la langue et la défense du français au XVIe siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Savoie
  • Logo Université Jean Moulin - Lyon 3
  • Logo ILCEA
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search