Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Partie III. Identité religieuse e...« Dix mille courants, une seule r...

Partie III. Identité religieuse et hiérarchie interne

« Dix mille courants, une seule racine »

Le syncrétisme de Deguchi Onisaburō dans la première moitié du xxe siècle
“Ten Thousand Teachings, One Root”. Deguchi Onisaburō’s Syncretism during the First Half of the Twentieth Century
万教同根-二十世紀前半における出口王仁三郎の諸教混淆的教義
Édouard L’Hérisson
p. 147-176

Résumés

À travers un jeu d’échelles croisant les niveaux microscopique et mésoscopique, le présent article met en lumière la construction de la doctrine syncrétique de Deguchi Onisaburō, le cofondateur du nouveau mouvement religieux Ōmoto, au cours des années 1920. Il s’emploie avant tout à saisir les enjeux et les limites de ce syncrétisme en contexte impérial. En effet, malgré une ambition universelle et la constitution d’un réseau transnational fondé sur l’idée d’harmonie religieuse internationale, le discours syncrétique du leader ne s’en appuie pas moins sur un postulat particulariste qui place le Japon au sommet de la hiérarchie mondiale et souligne le statut de messie universel du cofondateur détenteur de la vérité divine transmise par les divinités shintō. Le credo d’Ōmoto apparaît dès lors comme un syncrétisme stratégique agissant tel un véritable colonialisme spirituel à même de soutenir l’entreprise impérialiste du Japon moderne.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Les « Incidents Ōmoto », tournants religieux de la première moitié du xxe siècle
Bahaïsme et Daoyuan : le premier pas vers le syncrétisme mondial
Conquérir la Mongolie : une tentative d’appropriation du bouddhisme tibétain
Dix mille courants, une seule racine
Construire le réseau transnational d’une religion mondiale
Conclusion
Hégémonie syncrétique, circulation religieuse et impérialisme

Aperçu du texte

Les années 1920 marquent un tournant dans l’histoire du mouvement religieux japonais Ōmoto. Ce groupe, fondé en 1892 par Deguchi Nao (1838-1918), est centré sur la doctrine du Fudesaki (« À la pointe du pinceau ») qui a été rédigée par la fondatrice sous la possession de la divinité Ushitora no Konjin. C’est aussi l’une des communautés religieuses les plus dynamiques du Japon de l’ère Taishō (1912-1926), avec près de trois cent mille fidèles en 1921. Mouvement radical prônant un idéal révolutionnaire, Ōmoto subit une vaste campagne de répression menée par les autorités en 1921. Cet épisode dépasse le cadre de la secte : il s’agit d’une rupture dans l’histoire religieuse moderne japonaise tant l’action est de grande ampleur. La société japonaise, qui fonctionnait jusqu’alors selon un paradigme religieux combinatoire centré sur l’interpénétration des divers systèmes religieux de l’archipel, apparaît alors comme un lieu où sont menées des politiques visant le contrôle, voire l’éradicat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Édouard L’Hérisson, « « Dix mille courants, une seule racine » »Extrême-Orient Extrême-Occident, 45 | 2022, 147-176.

Référence électronique

Édouard L’Hérisson, « « Dix mille courants, une seule racine » »Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 45 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/2738 ; DOI : https://doi.org/10.4000/extremeorient.2738

Haut de page

Auteur

Édouard L’Hérisson

Édouard L’Hérisson est docteur en études japonaises de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco, Paris) et membre de l’axe « Histoire et sociologie du fait religieux » de l’Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est (IFRAE). Ses travaux portent sur les activités et les pensées des leaders shintō impliqués dans le processus de construction de la Mandchourie japonaise, mais également sur la propagation du shintō en Asie durant les périodes moderne et contemporaine, la nature politico-religieuse des doctrines shintō, et le lien entre arts martiaux et religieux dans le Japon moderne. Il est l’auteur de L’Expédition en Mongolie de Deguchi Onisaburō. Avec Ueshiba Morihei (Paris, Cénacle de France, 2017) ; et « Traduire l’invisible au cœur de la crise. Femmes chamanes et crises cosmiques dans le Japon moderne et contemporain » (Chroniques du çà et là, no 17, 2020 : 31-47).
Edouard L’Hérisson holds a PhD from Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Inalco, Paris) and is a member of the “History and Sociology of the Religious Fact” research team of the French Institute of Research on East Asia (IFRAE). His research interests include the activities and thoughts of shintō leaders taking part in the building process of Japanese Manchuria, as well as the process of propagation of shintō during the modern and contemporary periods, the politico-religious nature of shintō doctrines, and the relationship between martial arts and religion in modern Japan. He has published L’Expédition en Mongolie de Deguchi Onisaburō. Avec Ueshiba Morihei (Deguchi Onisaburō’s Expedition in Mongolia. With Ueshiba Morihei) (Paris, Cénacle de France, 2017), and “Traduire l’invisible au cœur de la crise. Femmes chamanes et crises cosmiques dans le Japon moderne et contemporain” (Translate the Invisible Within the Crisis. Female Shamans and Cosmic Crisis in Modern and Contemporary Japan) » (Chroniques du çà et là, no. 17, 2020 : 31-47).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search