Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Partie III. Identité religieuse e...Communalisation religieuse et plu...

Partie III. Identité religieuse et hiérarchie interne

Communalisation religieuse et pluralité nationale

L’accueil des migrants par les Églises protestantes en Corée du Sud
Religious Communalization and National Plurality. The Reception of Migrants by Protestant Churches in South Korea
종교적 공동체화 국적의 다양성 : 한국 개신교회의 이주민 수용
Kim Hui-yeon
p. 177-202

Résumés

En Corée du Sud, le nombre croissant de migrants n’entraîne pas forcément une pluralité religieuse. La présence de ces étrangers incite, en revanche, les Églises protestantes à ajuster leur pratique religieuse en accueillant des migrants dans des communautés de différentes nationalités créées en leur sein. Une communalisation religieuse semble avoir lieu entre les fidèles coréens et ces étrangers, grâce au partage supposément égalitaire de la même foi. Cependant, la confrontation des différences suscite également l’affirmation d’une identité ethnique de la part des Coréens comme des migrants étrangers en provoquant une ethnicisation réciproque. Cet article analyse ces processus à travers l’étude du cas de l’Église presbytérienne Onnuri afin de mieux comprendre comment les membres nationaux et étrangers de cette Église se les approprient.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Une Église engagée auprès des migrants
Une communalisation religieuse au sein du Centre de mission Onnuri d’Ansan
Être protestant du monde
Une ethnicisation réciproque entre Coréens et migrants
Un réseau religieux comme capital social, entre Corée et Cambodge
Conclusion

Aperçu du texte

Le pluralisme religieux renvoie à des réalités et des significations diverses, mais la distinction entre le pluralisme comme un fait ou comme une valeur, théorisée notamment par James A. Beckford, permet d’en analyser les contenus. Le constat du pluralisme religieux se réfère à une réalité empirique se rapprochant de la diversité religieuse ; considéré comme une valeur, il désigne un système politique et social apportant une réponse spécifique et idéologique à cette diversité. En Corée du Sud, la pluralité religieuse est garantie par la Constitution, dans la mesure où « tout citoyen jouit de la liberté de religion. Aucune religion d’État ne peut être reconnue ». Elle semble faire partie du paysage religieux, si l’on s’en tient à la coexistence d’églises protestantes et catholiques, de temples bouddhiques et de mosquées, sans compter les lieux de culte de toutes les nouvelles religions coréennes. Cette garantie constitutionnelle permet une cohabitation sans trop de heurts mais l’acc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kim Hui-yeon, « Communalisation religieuse et pluralité nationale »Extrême-Orient Extrême-Occident, 45 | 2022, 177-202.

Référence électronique

Kim Hui-yeon, « Communalisation religieuse et pluralité nationale »Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 45 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/2743 ; DOI : https://doi.org/10.4000/extremeorient.2743

Haut de page

Auteur

Kim Hui-yeon

Kim Hui-yeon est maîtresse de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco, Paris). Elle a obtenu son doctorat en sociologie à l’École des Hautes Études en Sciences Humaines et Sociales (EHESS). Elle est actuellement directrice-adjointe de l’Institut français de recherche en Asie de l’Est (IFRAE). Ses sujets de recherches concernent la religion et la migration, l’influence sud-coréenne en Asie du Sud-Est, l’immigration des travailleurs peu qualifiés et leur intégration en Corée du Sud.
Kim Hui-yeon is Associate Professor at Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco, Paris). She obtained her PhD in sociology from École des hautes études en sciences humaines et sociales (EHESS, Paris). She is currently vice-director of the Institut français de recherches en Asie de l’Est (IFRAE, Paris). Her research interests include religion and migration, South-Korean influence in Southeast Asia, low-skilled migrant workers and their integration in South Korea.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search