Navigation – Plan du site

AccueilNuméros461. Interpréter l'iconographie sat...L’humour dans les peintures corée...

1. Interpréter l'iconographie satirique dans la peinture classique

L’humour dans les peintures coréennes de tigre et pie à la fin du Chosŏn

Humour in Tiger and Magpie Korean Paintings in Late Chosŏn
조선후기 까치호랑이 그림의 전개와 희화양상 연구
Okyang Chae-Duporge
p. 57-92

Résumés

Transmis par la dynastie chinoise des Ming vers la fin du xvie siècle, le thème de tigre et pie a été au départ pratiqué en Corée par les peintres au service du gouvernement avec une représentation réaliste. Au fur à mesure, il s’est coréanisé par l’ajout de certains traits, comme la représentation hybride du pelage du tigre et de la panthère, la préférence pour le pin par rapport au bambou, et surtout l’importance donnée au rôle de la pie. Objet de terreur, le tigre était l’un des plus grands dangers mortels et le rôle essentiel de sa représentation était depuis longtemps sa fonction apotropaïque. Mais la présence de cet oiseau auprès du félin a stimulé la personnification de ces animaux. Dans ce processus, la représentation caricaturale du tigre transparaît aussi bien dans une forme de détournement conjuratoire, par un procédé de dérision, qu’à des fins satiriques à l’encontre de l’aristocratie (yangban). Mais, loin d’être une critique cuisante, il s’agit d’un humour caché avec une double facette, satirique et comique. Cet aspect caricatural et humoristique a joué un rôle essentiel dans la popularité presque nationale du thème de tigre et pie dans la Corée contemporaine.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Tigre et pie, un thème de la « peinture populaire » (minhwa) ?
L’origine du thème de tigre et pie
Détournement conjuratoire
L’interaction entre le tigre et la pie
Une interprétation satirique
Conclusion

Aperçu du texte

Parmi les peintures coréennes décoratives de style populaire de la fin du Chosŏn (1392-1897), le thème le plus abordé est sans aucun doute celui du tigre et pie, que les Coréens appellent aujourd’hui kkach’i horangi ou hojakto. Les peintures sont principalement composées d’une trilogie tigre-pie-pin, avec un tigre assis ou en mouvement sous un pin, ainsi qu’une pie perchée sur une branche de l’arbre. Le nombre d’animaux représentés dans les compositions varie : le tigre est parfois accompagné de ses petits (les peintures prennent alors l’appellation de yuhodo ou chamohodo)et il peut y avoir plusieurs pies. Au départ, ce genre de peinture fut pratiqué sous le Chosŏn par les peintres du Bureau de la peinture (Tohwasŏ hwawŏn), qui étaient sélectionnés sur concours pour le service du palais royal. Au fil des siècles, le style associé à ce thème se diffusa dans toutes les classes sociales en se « coréanisant » progressivement. Pour reprendre les termes du catalogue Nostalgies coréennes d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Okyang Chae-Duporge, « L’humour dans les peintures coréennes de tigre et pie à la fin du Chosŏn »Extrême-Orient Extrême-Occident, 46 | 2023, 57-92.

Référence électronique

Okyang Chae-Duporge, « L’humour dans les peintures coréennes de tigre et pie à la fin du Chosŏn »Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 46 | 2023, mis en ligne le 02 janvier 2026, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/2846 ; DOI : https://doi.org/10.4000/extremeorient.2846

Haut de page

Auteur

Okyang Chae-Duporge

est maîtresse de conférences à l’université Bordeaux Montaigne et membre de l’équipe de recherche D2iA (Dynamiques, Interactions, Interculturalités asiatiques). Docteure de l’université Paris-Sorbonne avec une thèse sur l’œuvre de Lee Ufan, elle a aussi enseigné l’histoire de l’art coréen à l’Institut national des langues et civilisations orientales de Paris ainsi qu’à l’université Paris-Diderot. Ses travaux de recherche s’étendent de l’art bouddhique à l’art contemporain en passant par la peinture coréenne décorative de la fin du Chosŏn. Outre de nombreux articles, elle a notamment publié Lee Ufan, Espaces non-agis (2017) et sa traduction anglaise Lee Ufan, Untouched Space (2017) aux Éditions Cercle d’Art à Paris, ainsi que Trésors de Corée. Bulguksa et Seokguram (coauteure, 2016) chez le même éditeur. Elle a obtenu le Prix culturel France-Corée 2017.is Associate Professor at Université Bordeaux Montaigne and member of the research team D2iA (Dynamics, Interactions, Interculturalities of Asia). She got her PhD on Lee Ufan’s artwork at Université Paris-Sorbonne and also taught Korean art history at Inalco and Université Paris-Diderot. Her research interests range from Buddhist art to contemporary art and late Chosŏn decorative painting. Next to a number of articles, she has published Lee Ufan, Espaces non-agis (2017) and its English translation Lee Ufan, Untouched Space at Éditions Cercle d’Art in Paris and Trésors de Corée. Bulguksa et Seokguram (co-author, 2016) with the same editor. She won the France-Korea Cultural Prize of 2017.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search