Navigation – Plan du site

AccueilNuméros462. Le graphisqme dans la mondiali...Rire du nucléaire au Japon : le d...

2. Le graphisqme dans la mondialisation

Rire du nucléaire au Japon : le dessin dans la presse quotidienne de Hiroshima à Fukushima

Laughing at Nuclear Power in Japan: Drawing in the Daily Press from Hiroshima to Fukushima
原子力を風刺する – 広島から福島までの新聞漫画
Tino Bruno
p. 93-128

Résumés

Plusieurs caricatures françaises se moquant de la catastrophe nucléaire de Fukushima ont provoqué un scandale au Japon. Bien que souvent considérée comme sensible dans l’archipel, la question atomique a pourtant, dès l’après-guerre, était détournée par de nombreux dessinateurs de presse japonais. À travers l’examen des caricatures et mangas en quatre cases des quotidiens Asahi, Mainichi et Yomiuri à sept dates clés de l’ère nucléaire, du bombardement atomique sur Hiroshima (1945) jusqu’à l’accident nucléaire de la centrale Fukushima Daiichi (2011), cet article vise à analyser la manière dont le dessin de presse a su apporter un regard original sur l’actualité nucléaire au Japon.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Rire du nucléaire
Rire sérieux et dessin de presse
Le dessin dans la presse quotidienne japonaise
Définition du corpus et résultats quantitatifs
De Hiroshima (1945) à Tōkaimura (1957) : renaissance et âge d’or du dessin de presse
Les accidents nucléaires américain et soviétique : de la satire sociale à la satire politique
Tōkaimura et Fukushima : industrie nucléaire et satire sur le déclin ?
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

En septembre 2013, deux caricatures de Cabu et de Mougey, publiées dans Le Canard enchaîné, ont provoqué un scandale diplomatique entre la France et le Japon. Les deux dessins, qui avaient en commun de rire de l’attribution des Jeux olympiques 2020 à Tokyo, deux ans à peine après l’accident nucléaire de Fukushima, montraient des athlètes déformés ou contraints de porter une combinaison de protection nucléaire. Le caractère incisif de ces satires peut expliquer l’ire qu’elles ont suscitée au Japon, d’autant plus qu’elles critiquaient le danger du nucléaire à une époque où les Jeux étaient synonymes de reconstruction (fukkō) et de communion nationale, et où le gouvernement avait une propension à qualifier les visions alarmistes, à juste titre ou non, de « préjudices causés par la rumeur » (fūhyō higai). En outre, l’humour étant avant tout affaire de connivence entre émetteur et récepteur, il doit, pour opérer efficacement, s’appuyer sur un ensemble de codes culturels et su...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tino Bruno, « Rire du nucléaire au Japon : le dessin dans la presse quotidienne de Hiroshima à Fukushima »Extrême-Orient Extrême-Occident, 46 | 2023, 93-128.

Référence électronique

Tino Bruno, « Rire du nucléaire au Japon : le dessin dans la presse quotidienne de Hiroshima à Fukushima »Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 46 | 2023, mis en ligne le 02 janvier 2026, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/2861 ; DOI : https://doi.org/10.4000/extremeorient.2861

Haut de page

Auteur

Tino Bruno

est lecteur à l’université Kyōto Sangyō (Japon). Après une thèse consacrée aux représentations médiatiques de l’énergie nucléaire dans la presse quotidienne japonaise d’après-guerre (Lyon 3, 2017), il poursuit des recherches sur la médiatisation du nucléaire au Japon, avec une perspective aussi bien nationale que locale. Il s’intéresse également à la manière dont les manifestations antinucléaires japonaises sont couvertes à travers le monde, ainsi qu’à l’humour sur le nucléaire et à sa réception au Japon.is lecturer at Kyōto Sangyō University (Japan). Following a PhD dissertation on media representations of nuclear energy in the post-war Japanese daily press (Lyon 3, 2017), Tino Bruno’s research focuses on the media coverage of nuclear power in Japan, through both a national and local perspective. Tino Bruno is also interested in the media coverage of Japanese anti-nuclear protests around the world, looking also into humorous takes on nuclear energy and their reception in Japan.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search