Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Corps, maladie, écriture chez tro...

Corps, maladie, écriture chez trois auteurs japonais du début du xxe siècle : Nakae Chômin, Masaoka Shiki, Natsume Sôseki

Body, Illness, and Writing by Three Japanese Authors at the Start of the 20th Century: Nakae Chômin, Masaoka Shiki, and Natsume Sôseki
エマニュエル・ロズラン。20世紀前半における身体、病、随筆 - 中江兆民、正岡子規、夏目漱石の場合。
Emmanuel Lozerand
p. 21-46

Résumés

L’étude s’attache à trois œuvres singulières publiées entre 1901 et 1911, élaborées à partir d’une situation de maladie. Nakae Chômin, atteint d’une tumeur cancéreuse à la gorge, se lance en toute hâte dans Un an et demi, la durée même du temps que les médecins lui accordent à vivre ; Masaoka Shiki, souffrant d’une tuberculose osseuse douloureuse et invalidante, donne jour après jour, au quotidien Nihon, Une goutte d’encre depuis son Lit de malade [de] six pieds de long ; Natsume Sôseki, rescapé d’une hémorragie gastrique, publie en feuilleton, dans le journal Asahi, Choses dont je me souviens pour garder la mémoire des sensations complexes qui furent les siennes dans les semaines écoulées. Tous trois refusent la métaphorisation de la douleur, qu’elle soit stigmatisation ou esthétisation, et inventent des écritures quasi humorales, pour ouvrir depuis leurs corps malades des fenêtres sur le monde.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

corps, maladie, Japon

Index by keyword:

corps, maladie, Japon

Schlagwortindex:

corps, maladie, Japon

Indice de palabras clave:

corps, maladie, Japon
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sontag 1980 : 9.
  • 2 Karatani 2015 : 146-147.
  • 3 En 1902, 82 559 Japonais moururent de cette maladie (sur une population de 45 millions d’habitants (...)
  • 4 Tokutomi 1938/1912. Premier roman japonais par ailleurs à être traduit en français, sous le titre P (...)
  • 5 Hori 1991/1993 et Kaneko 1996/2009.

1En 1978, dans un ouvrage qui fit date1, Susan Sontag dénonçait « l’encom­brant appareil de la métaphore » plaqué sur certaines maladies, comme le cancer. Deux ans plus tard, prolongeant cette analyse, Karatani Kôjin2 avançait qu’au Japon on n’avait jamais vu la maladie revêtir ce genre de signification, ou, plus exactement, qu’il avait fallu attendre la fin du xixe siècle pour que la tuberculose3 se charge de la signification nouvelle de témoigner explicitement d’une « nouvelle attitude par rapport au moi ». Un roman à succès de l’époque, Le Coucou (Hototogisu) de Tokutomi Roka, paru de 1898 à 19004, bornerait de manière exemplaire cette mutation des sensibilités, des discours et des consciences. Et il est bien certain en effet que toute une littérature de la tuberculose s’inscrit dans ce courant, avec des ouvrages comme Le vent se lève (Kaze tachinu) de Hori Tatsuo en 1936-1937 ou Histoire spirituelle du désespoir (Zetsubô no seishinshi) de Kaneko Mitsuharu en 19655.

  • 6 Karatani 2015 : 149-150.
  • 7 Benjamin 2000 : 432-433.

2Pour souligner la dimension « perverse » de cette métaphorisation de la maladie, Karatani remarquait qu’à la même époque un autre écrivain, Masaoka Shiki, refusait d’assigner un sens particulier à son mal. Bien que tuberculeux lui-même, Shiki se contente en effet de reconnaître la souffrance comme souffrance, la laideur comme laideur6. Cette observation de Karatani, qui n’insiste pas outre mesure, nous intéresse tout particulièrement. Elle suggère en effet qu’il existerait à côté des « modernes » comme Roka, dont le critique cherche à caractériser « l’origine », d’autres écrivains, d’une autre veine. Mais s’ils ne sont pas des « modernes », qui sont-ils au juste ? Faut-il les considérer comme des conservateurs, simples vestiges d’un passé qui peine à mourir ? Ou comme des réactionnaires, « anti-modernes », c’est-à-dire une catégorie particulière de modernes ? Il me semble qu’en réalité ils explorent d’autres voies de la modernité que celles désignées par l’histoire des vainqueurs. Car la modernité, on l’oublie trop souvent, n’est pas une. Elle comporte des chemins de traverse, qui n’ont peut-être guère eu de suites, mais qui ont pourtant été frayés, et que l’on peut tenter de faire revenir à la lumière en essayant de « brosser l’histoire à rebrousse-poil7 ».

  • 8 Pour un regard général sur les liens entre maladie et littérature, voir Danou 1994.
  • 9 Sur l’affirmation de la singularité individuelle chez ces auteurs, voir Lozerand 2014b.

3C’est à certains de ces auteurs japonais, « autrement modernes », du début du xxe siècle, ayant tressé dans leurs œuvres des rapports fascinants entre corps, maladie et écriture, que nous consacrerons cette étude8. Ils ont nom Nakae Chômin, Masaoka Shiki et Natsume Sôseki9.

Trois écrivains malades

4Nakae Chômin est né en 1847. Après un séjour en France de 1872 à 1874, il devient une figure importante de la vie intellectuelle du milieu de l’ère Meiji. Il propose la première traduction japonaise du Contrat social de Rousseau (Min.yaku yakkai, 1882), ou encore celle de l’Esthétique d’Eugène Véron (Wi-shi bigaku, 1883-1884). Sa Discussion entre trois ivrognes sur la conduite des affaires (Sansuijin keirin mondô, 1887) est demeurée fameuse. Engagé dans le mouvement pour la liberté et les droits civiques, il est élu à la première Diète, en 1890, mais en démissionne rapidement. En avril 1901, alors qu’un peu oublié du public il s’est fourvoyé dans des investissements hasardeux à Hokkaidô, un médecin lui découvre une tumeur cancéreuse à la gorge et lui donne « un an et demi à vivre ». En juin et juillet, il écrit à très grande vitesse un ouvrage intitulé précisément Un an et demi (Ichinen yûhan) qu’il remet à son disciple Kôtoku Shûsui venu le visiter le 4 août. L’ouvrage, que l’auteur avait imaginé posthume, paraît ainsi de son vivant, le 2 septembre. Chômin trouve l’énergie d’écrire une Suite (Zoku Ichinen yûhan), publiée le 15 octobre, avant de mourir le 19 décembre 1901.

  • 10 Sur le rapport de Shiki à la tuberculose, voir Vincent 1996.

5Masaoka Shiki est né en 1867. Se sachant tuberculeux10 dès 1889, il abandonne ses études à l’université de Tôkyô pour entrer au journal Nihon, d’où il va initier la réforme du haiku. Bien que sa maladie s’aggrave à partir de 1895, attaque son squelette et le condamne à la souffrance et à l’immobilité, il ne ralentit pas le rythme de son activité et entreprend de réformer le waka, puis la prose. Dans les ultimes années de sa vie, depuis son lit de malade, il donne au journal Nihon d’étonnantes chroniques quotidiennes : Une goutte d’encre (Bokujû itteki), du 16 janvier au 2 juillet 1901, et Un lit de malade six pieds de long (Byôshô rokushaku), du 5 mai au 17 septembre 1902. Il meurt le 19 septembre 1902, moins d’un an après Nakae Chômin, dont il avait vertement critiqué Un an et demi.

  • 11 Notons que le 21 février 1911, il refusa le titre de docteur ès Lettres que le gouvernement se prop (...)

6Natsume Sôseki, né lui aussi en 1867, et grand ami de Shiki depuis leurs années d’université, fut connu d’un large public grâce au succès inattendu de Je suis un chat (Wagahai wa neko de aru) en 1905. En 1907, il cesse d’enseigner la littérature anglaise à l’université de Tôkyô pour devenir feuilletoniste au quotidien Asahi shinbun où il publie Les Coquelicots (Gubijinsô, 1907), Le Mineur (Kôfu, 1908), ainsi que la trilogie Sanshirô, Et puis (Sorekara), La Porte (Mon). Alors qu’il vient d’achever ce dernier récit, le 12 juin 1910, il est hospitalisé à cause d’un ulcère. Le 31 juillet, il part en convalescence à Shûzenji dans la péninsule d’Izu, où une violente hémorragie gastrique le terrasse le 24 août. De retour à Tôkyô, dans l’hôpital même qu’il avait quitté quelques semaines plus tôt, il commence à rédiger une sorte de relation de ces événements, qui paraît quotidiennement dans le journal Asahi du 29 octobre 1910 au 20 février 1911 sous le titre Choses dont je me souviens (Omoidasu koto nado11).

7S’il est certain que Le Coucou de Tokutomi Roka fut un des best-sellers de l’ère Meiji, il ne faut pas croire que les auteurs ni les textes que nous venons de présenter rapidement aient eu une audience confidentielle. Un an et demi connut un grand succès, Shiki touchait par le biais de Nihon un public passionné, et Sôseki publiait dans un des plus grands quotidiens de l’époque. Ces entreprises ne sont donc pas marginales, même si l’histoire littéraire éprouve quelques difficultés à les ranger dans des cases bien définies.

Écrire la maladie

  • 12 Origas 2008 : 171-184.
  • 13 C’est-à-dire constitués d’un mélange riche et subtil, à chaque fois unique, d’alcools d’âges différ (...)

8Un an et demi de Nakae Chômin, Une goutte d’encre et Un lit de malade six pieds de long de Masaoka Shiki, Choses dont je me souviens de Natsume Sôseki sont des œuvres singulières par leur forme et par leur style. On les qualifie volontiers d’« essais au fil du pinceau » (zuihitsu). Cette catégorie, dont les contours sont flous, est en effet souvent utilisée pour rassembler des textes dont la caractéristique première serait… de ne point en avoir. Jean-Jacques Origas a tenté de proposer une définition plus précise et constructive du genre12, mais il faut souligner que l’utilisation de cette catégorie – presque toujours a posteriori, et pour répondre à des logiques éditoriales ou d’histoire littéraire – a fréquemment quelque chose d’abusif. Donner à des textes ce genre d’étiquette conduit souvent à oublier qu’ils pouvaient avoir pour objectif explicite d’échapper au système des genres constitués, et qu’ils présentent un à un des caractéristiques formelles singulières qu’on ne prend pas toujours la peine de définir. On pourrait presque dire qu’ils sont « hors de genre », comme on dit de certains alcools qu’ils sont « hors d’âge13 ».

  • 14 Nakae 1995 : 10 / 2011 : 33. Nous renvoyons toujours à l’original japonais, puis, quand elle existe (...)
  • 15 Nakae 1995 : 19 / 2011 : 36.
  • 16 Nakae 1995 : 76 / 2011 : 82.
  • 17 Nakae 1995 : 77 / 2011 : 83.
  • 18 Nakae 1995 : 101 / 2011 : 102.
  • 19 Nakae 1995 : 76 / 2011 : 82.

9Essayons donc de cerner au plus près la démarche suivie dans chacune de ces œuvres. Au moment où il prend le pinceau pour composer Un an et demi, Nakae Chômin n’écrit plus beaucoup14. N’espérant que quelques mois de répit, il décide de les consacrer à deux choses : « mener à bien ses projets » (nasu), et « profiter de moments agréables15 » (tanoshimu). Sa volonté est de participer aux affaires publiques, par la seule arme qui lui reste, la critique. Comme il est « d’ordinaire mécontent de la société de Meiji », il ne cesse de l’attaquer (kôgeki) et de l’insulter16 (kôba), « jusqu’à la mort17 ». Il consacre donc la moitié de son énergie à « cracher sur toutes les couches de la société18 ». Quant aux plaisirs, s’il énumère à l’occasion trois d’entre eux : lire le journal, écrire Un an et demi, manger19, il faut y ajouter un quatrième, le plus important, qui est celui d’aller au théâtre. L’œuvre est ainsi constituée d’une série de paragraphes assez brefs, alternativement consacrés à des considérations souvent agressives sur l’état du Japon de l’époque et à des évocations apaisées de moments heureux. Le style, vif, rapide, plein d’alacrité, est dense, très écrit, unifié, profondément marqué par le sino-japonais.

10La situation de Masaoka Shiki est toute différente. L’évolution de la maladie l’a conduit dans un état où il ne peut plus avoir aucun projet littéraire au sens habituel du terme. Il explique le 24 janvier 1901 :

  • 20 Masaoka 1999 : 10-11.

En dehors des douleurs locales qui me font souffrir depuis des années, les douleurs du flanc gauche sont devenues plus fortes l’année dernière, si bien qu’à présent je ne peux plus prendre le pinceau pour écrire. Je garde ainsi ce que je pense enfermé en moi et j’éprouve aussi des douleurs morales. Cela ne vaut donc plus la peine de vivre. Comment me distraire de l’ennui où me laisse mon lit de malade ? Tandis que je m’enfonçais dans ces sombres pensées, je me suis dit finalement que j’allais écrire ces « gouttes d’encre ». Elles feront vingt lignes pour les plus longues, et dix pour les plus courtes, ou cinq, ou deux, ou une. Guettant les répits que me laisse la maladie, je noterai tout ce qui surgit en moi, sans faire le tri, et ce sera toujours mieux que de ne pas écrire. Mais je ne souhaite pas particulièrement publier ces choses puériles pour vous les faire lire, mes amis. Simplement, chaque matin, dans mon lit de malade, quand j’ouvre le journal, je me console un peu moi-même en voyant les textes que j’ai pu écrire20.

  • 21 Lozerand 2006.

11L’écriture constitue donc ici une sorte de perfusion inverse, de drainage. Humorale, elle sourd directement du corps, auquel elle apporte apaisement et soulagement. L’entreprise inaugurée par Shiki emprunte aux formes les plus variées : journal intime, lettres (reçues ou envoyées), listes, poèmes (haiku, waka, sino-japonais, occidentaux), récits de souvenir, de rêve, saynètes, descriptions, débats et polémiques, critiques, essais et réflexion, en utilisant des registres de langue variés, passant sans crier gare de la langue classique à la langue moderne, d’un texte à l’autre, parfois à l’intérieur d’une même livraison. Elle aborde les sujets les plus divers, traitant du monde extérieur, du plus proche au plus lointain, et en particulier de la nature (fleurs, poissons, oiseaux21), du passé, dans sa variété et sa profondeur, des arts (peinture, théâtre, musique, littérature), des gens (des intimes aux ennemis, en passant par les anonymes).

  • 22 Natsume 2013 : 14-22 / 2000 : 24-36.
  • 23 Principalement ce qui s’est passé entre le 28 août et le 11 octobre.
  • 24 Natsume 2013 : 22 / 2000 : 36.

12Choses dont je me souviens de Sôseki déploie une structure complexe sur laquelle l’auteur s’explique d’ailleurs en partie22. Pris d’un désir de faire revenir les événements douloureux des trois derniers mois23, ainsi que les sensations qu’ils ont suscitées en lui, il entend également donner à lire le type d’écriture qu’il a pratiqué avec bonheur pendant sa guérison : la composition de haiku et de poèmes chinois. Si Choses dont je me souviens paraît quotidiennement dans le journal Asahi, l’œuvre constitue ainsi une véritable parenthèse dans son travail de feuilletonniste. Elle veut évoquer sur un ton suranné la pause paradoxalement heureuse24 que lui a offerte la maladie, à l’écart de la vie réelle.

13Chez ces trois auteurs, il s’agit donc d’écritures « du » corps malade – non pas « sur », mais bien « à partir de » – qui, sans le moindre « appareil métaphorique », ouvrent sur la possibilité d’expériences particulières, avec leurs limites et leurs possibles.

L’espace de la maladie

  • 25 Masaoka 2000 : 7.
  • 26 Masaoka 1999 : 61-62.
  • 27 Masaoka 2000 : 83-84.
  • 28 Jean-Jacques Origas parle de « littérature de la fenêtre ouverte » (Origas 2008 : 176).

14La maladie change le rapport des corps à l’espace. Shiki commence par voir son monde se réduire : « Un lit de malade, six pieds de long, voilà le monde qui est le mien25. » Cette perte douloureuse de tout plaisir et de toute liberté26 débouche même parfois sur une sorte d’angoisse claustrophobique27. Mais, étonnamment, le malade échappe à tout repli sur lui-même, garde son envie de mouvement. Il commence par transfigurer le réel proche grâce à l’observation minutieuse qu’il en mène. Et s’il ne peut plus approcher directement le dehors, il conserve son élan vers lui et y accède par l’intermédiaire de toute une série de truchements : langagiers (récits oraux, lettres, livres, journaux et périodiques), mais aussi iconiques (peintures, dessins, originaux ou reproduits). Le lit de malade n’est pas une prison, il se fait fenêtre28 sur un monde qui se développe en cercles concentriques : de la chambre du malade à l’échelle de la planète, en passant par la maison, le jardin, le quartier, la ville, la région, le Japon.

  • 29 Natsume 2013 : 64 / 2000 : 93.
  • 30 Natsume 2013 : 8 / 2000 : 14.
  • 31 Natsume 2013 : 16 / 2000 : 26-27.
  • 32 Natsume 2013 : 108-109 / 2000 : 154.
  • 33 Natsume 2013 : 83 / 2000 : 120.
  • 34 Natsume 2013 : 100 / 2000 : 142.
  • 35 Natsume 2013 : 66 / 2000 : 95.

15Sôseki, qui se trouvait à Londres pendant les deux dernières années de son ami, connaît à son tour, dans l’auberge de Shûzenji, puis à l’hôpital à Tôkyô, l’expérience de l’immobilité, du confinement dans un espace restreint29, loin de son domicile. Il décide d’en faire sa « seconde demeure » (daini no ie30). Mais chez lui aussi cette limitation du mouvement entraîne une ouverture sur le dehors, qu’il s’agisse de paysages « chinois » imaginaires, sans aucun lien avec la réalité31, de paysages quittés et retrouvés32, du ciel33 ou des fleurs34. Se dessine ainsi toute une dialectique du mouvement et de l’immobilité qu’exprime parfaitement l’image récurrente dans son œuvre de la tension immobile des lutteurs de sumô en plein effort35.

  • 36 Nakae 1995 : 78 / 2011 : 83.
  • 37 Nakae 1995 : 102 / 2011 : 101.
  • 38 Nakae 1995 : 33 / 2011 : 47.
  • 39 Nakae 1995 : 52 / 2011 : 63.
  • 40 Nakae 1995 : 21-22 / 2011 : 38-39.
  • 41 Nakae 1995 : 51 / 2011 : 62-63.

16Chômin enfin, « contraint d’errer à une centaine de lieues de chez lui36 », d’auberge en clinique, et alors même que sa maison est rongée par les dettes comme son maître par la maladie37, est encore plus déraciné. Après avoir changé plusieurs fois de logement en quelques semaines, il trouve asile à Sakai chez le généreux M. Ôue38. S’il lui arrive de temps à autre d’évoquer son pays natal de Tosa à Shikoku, généralement à propos de nourriture39, il profite cependant de son séjour forcé dans la région d’Ôsaka pour aller fréquemment écouter du gidayû au théâtre de marionnettes40, mais aussi pour découvrir des lieux inattendus comme le « jardin de la résidence de Sakai41 » ou la plage de Hamadera :

  • 42 Nakae 1995 : 39-40 / 2011 : 52.

Le paysage de Hamadera, à Sakai, est magnifique. Des pins poussent en désordre sur la plage, et il faut absolument aller se promener à leur ombre pour y prendre le frais : le site ressemble vraiment à celui de Suma, ou à celui de Hiratsuka sur la Route des mers de l’est. Au bord de l’eau se trouve un restaurant nommé Ichiriki, qui accueille aussi des voyageurs pour la nuit ; c’est un bel édifice, et quand on s’appuie sur le parapet pour profiter du panorama, là où ciel et mer se confondent on peut deviner Kôbe ou Awaji. Un soir, alors que je marchais avec mon épouse, nous avons débouché sur la plage. Il se mit brusquement à pleuvoir, de noirs nuages recouvrirent le ponant, les vagues battirent la côte, avec un fracas qui exalte l’âme ou la plonge au contraire dans une profonde mélancolie42.

17La maladie change donc le rapport des individus à l’espace, de différentes manières, imposant ses contraintes certes, mais permettant aussi d’expérimenter des points de vue renouvelés, des explorations insoupçonnées.

Le temps de la maladie

18Plus encore peut-être qu’à l’espace, la maladie modifie le rapport des corps au temps. Ce phénomène est particulièrement évident chez Masaoka Shiki, à cause de la nature même de la tuberculose osseuse sans doute, maladie dont l’évolution complexe implique une expérience du temps aiguë et paradoxale. Le temps tel que le vit Shiki est à la fois raccourci et distendu, orienté et riche d’inconnu (de surprises heureuses et malheureuses), répétitif et discontinu. Ne pouvant dans le cadre de cet article exposer ces différents aspects en détail, je me limiterai à deux exemples. Le premier est celui de notations d’une nuit d’insomnie :

Dans les courtes nuits qui sont les miennes en ce moment, quand mon corps malade se refuse au sommeil, je regarde fixement le réveil sous la lanterne et le temps me paraît infini.

1 h du matin : le bébé des voisins pleure.

2 h du matin : on entend un coq au loin.

3 h : une locomotive à vapeur passe, solitaire.

4 h du matin : par un interstice du mur sur lequel on a collé du papier, le jour commence à poindre, les oiseaux de la cage posée au dehors pépient doucement. Et bientôt les moineaux, et bientôt les corbeaux.

5 h : Bruit des portes qui s’ouvrent ; de l’eau que l’on puise ; de tous côtés, peu à peu le monde s’emplit de bruits.

  • 43 Masaoka 1999 : 137-138.

6 h du matin : Bruits de chaussures, bruits de vaisselle, voix de parents qui grondent, battements de mains, voix du Bien, voix du Mal, mille et mille voix qui résonnent à l’infini et finissent par ensevelir la voix de ma douleur43.

Le second exemple correspond à la centième livraison d’Un lit de malade, six pieds de long :

  • 44 Masaoka 2000 : 154-155.

Un lit de malade, six pieds de long en est à sa centième livraison. Si l’on admet qu’il y en a eu une par jour, cela signifie que cent jours ont déjà passé depuis le début : c’est une durée restreinte, certes, mais cela me donne le sentiment que dix années ont déjà passé. Cela ne serait peut-être pas vrai pour d’autres personnes, mais, prenant conscience qu’il me faut un peu de temps pour ce que j’ai à accomplir, je me fais d’emblée du souci pour savoir jusqu’à quand cela va durer. Ce n’est pas grand-chose, mais, quand j’écris cette chronique, pour l’envoyer chaque jour au journal il me faut la glisser dans une enveloppe et écrire l’adresse : c’est embêtant, alors j’ai demandé à la société éditrice du journal de me faire imprimer des enveloppes avec l’adresse. Avec une telle demande, je craignais intérieurement que l’on ne se moque d’un malade qui voit trop loin en avant, mais à quoi ont-ils pensé ? Toujours est-il que ces enveloppes dont on avait commandé une centaine, ils m’en ont fait imprimer trois cents. Ce chiffre m’a étonné. À supposer que j’en envoie une par jour, il y en a assez pour dix mois. Mais rien n’est moins certain que l’état dans lequel je serai dans dix mois, me disais-je inquiet en mon for intérieur. Or, de manière inattendue, vers le mois de mai ou juin, mon état s’est amélioré et, à ma grande surprise, j’ai utilisé une centaine de ces enveloppes. Mon bonheur d’avoir ainsi traversé cette longue période de cent jours, nul ne peut le comprendre. Mais il en reste encore deux cents. Deux cents enveloppes, c’est deux cents journées. Cela fait plus d’une demi-année. Plus d’une demi-année, cela nous emmène à l’époque où les pruniers fleurissent. Les yeux d’un malade verront-ils les pruniers en fleurs44 ?

19Comme on le constate, le temps shikien est distordu, en métamorphose. L’écriture prend une dimension barométrique puisque, dans sa matérialité même, elle répercute les ondulations de la conscience temporelle de l’écrivain, auxquelles le lecteur a le sentiment de participer presque en direct, dans leurs moindres oscillations.

  • 45 Nakae 1995 : 9 / 2011 : 33.
  • 46 Nakae 1995 : 18-19 / 2011 : 36.
  • 47 Nakae 1995 : 76 / 2011 : 81-82.
  • 48 Nakae 1995 : 102-103 / 2011 : 101-102.

20La situation est différente, et d’une certaine manière très simple, pour Nakae Chômin. Celui-ci sait sa fin proche45, « un an et demi à vivre, deux ans au mieux », selon le médecin. Il se donne quant à lui « six mois », mais ajoute aussitôt que ces durées objectives n’ont guère de sens, « comparées à l’infini que représente la mort ». Il décide alors que cette année supplémentaire va être « la plus riche de sa vie46 ». Le temps nakaéen est donc unidimensionnel. La tumeur cancéreuse progresse à son rythme, jouant le rôle d’un métronome dont le tempo s’accélère au fur et à mesure qu’elle grossit, au risque que l’œsophage ne se bouche, que la gorge ne se serre47. « Il me faut donc presser le pas », écrit Chômin, « sans jamais paresser », « pour conspuer un peu plus chaque individu, démolir un peu plus chaque théorie48 ».

  • 49 Il se réfère d’abord au moment où il a recommencé à écrire après son hémorragie, puis à son premier (...)
  • 50 Natsume 2013 : 14-15 / 2000 : 24-25.
  • 51 Natsume 2013 : 9-10 / 2000 : 17-18.
  • 52 Natsume 2013 : 25 / 2000 : 41.
  • 53 Natsume 2013 : 53-54 / 2000 : 77-78.
  • 54 Natsume 2013 : 72-74 / 2000 : 104-107.
  • 55 Natsume 2013 : 23-24 / 2000 : 38-39.
  • 56 Natsume 2013 : 24 / 2000 : 40.
  • 57 Natsume 2013 : 25 / 2000 : 41.
  • 58 Natsume 2013 : 107-108 / 2000 : 152.

21Chez Sôseki également, le rapport au temps est extrêmement élaboré. La structure chronologique générale de Choses dont je me souviens est elle-même très subtile, puisque l’œuvre s’inscrit à la fois dans le présent de cet hôpital de Tôkyô où l’écrivain est revenu le 11 octobre 1910, dans des analepses successives remontant chaque fois plus haut dans le passé49 et dans la narration diachronique des faits survenus depuis ce 24 août fatidique. La perception du temps constitue en outre un des thèmes majeurs d’une œuvre riche en expériences psychologiques sophistiquées : qu’est-ce que vivre au jour le jour dans un état critique50 ? être un survivant51 ? être déclaré mort par erreur52 ? avoir connu l’expérience intime de la mort53 ? Sôseki s’attarde par exemple longuement sur un passage où Dostoïevski explique ce qu’est « revenir de justesse à la vie » après un simulacre d’exécution, connaître en moins d’une heure « trois tournants abrupts » : avancer de la vie vers la mort, faire demi-tour, revenir à la vie54. Et s’il se remémore avoir découvert les techniques de longue vie au hasard de ses lectures55, il dit avoir renoncé à l’idée de vivre longtemps56 et trouver merveilleux d’avoir un ou deux jours à vivre57. Il se déclare enfin sensible aux paradoxes de l’attente, expliquant que, même face à un événement tant espéré (quitter l’Angleterre, ou l’hôpital), quand celui-ci paraît sur le point de survenir, on peut avoir envie de s’attarder dans l’état même que l’on désirait pourtant fuir58 !

  • 59 Voir l’étude de Hashimoto et Kuriyama sur la « naissance du retard » (Hashimoto et Kuriyama 2001), (...)
  • 60 Pour éviter tout malentendu, précisons que je n’accorde aucun crédit à l’idée d’un prétendu « prése (...)
  • 61 Natsume 2013 : 13-14 / 2000 : 21, 23.

22Précisons enfin qu’une des caractéristiques de la modernité, au Japon comme ailleurs, tient à la mise en place d’un temps mécanique, qui ne se réduit pas à l’introduction des computs et calendriers occidentaux, mais comprend aussi l’adoption du temps mesuré et mesurable des horloges comme norme d’un grand nombre d’activités sociales59. Par contraste, les trois rapports au temps sommairement présentés ici, bien que tous très différents les uns des autres, reposent fondamentalement sur l’expérience de la durée vécue60, ce que conforte une remarque de Sôseki exprimant son immense bonheur de découvrir – via A Pluralistic Universe de William James – l’œuvre d’Henri Bergson dont il mentionne la traduction anglaise de l’Essai sur les données immédiates de la conscience, parue sous le titre Time and Free Will en 190961.

Corps malades, corps souffrants

  • 62 Masaoka 2000 : 182-185.

23La souffrance est une donnée première, incontournable, de l’état de maladie. Masaoka Shiki, par exemple, la décrit et l’analyse finement, dans ses manifestations et ses degrés. Il en distingue différentes facettes : physiques, spirituelles et morales ; il en caractérise les rythmes : cycles, répits, émergences ou intensités soudaines, sans oublier le crescendo effrayant des derniers jours de septembre 190262. Pour lui, la souffrance ne mérite pas de fausses réponses, comme celles que propose la religion, mais elle peut être atténuée, par la morphine ou différentes distractions et consolations, toujours fragiles, dont les vertus peuvent s’épuiser.

  • 63 Nakae 1995 : 17, 50, 76, 101-102 / 2011 : 35, 61, 81-82, 101.

24Chez Chômin, la douleur est un point de départ. Elle s’accompagne de fatigue. Elle est surtout l’indice d’une évolution de la maladie, donc d’une approche de la mort, et plusieurs notations viennent préciser la manière dont est ressentie la progression de la tumeur cancéreuse63. Mais elle ne fait pas l’objet d’autres discours.

25Sôseki quant à lui observe la souffrance comme un phénomène. Il est sensible aux sensations qu’elle procure, en particulier quand la situation s’aggrave et que les douleurs abdominales deviennent intolérables :

Sans cesse, depuis l’aube jusqu’à la tombée du jour, j’avais envie d’arracher au plus vite cette partie de mon corps et de la lancer aux chiens. […]

  • 64 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 51.

[…] C’était comme si l’on fouaillait à l’intérieur de ma poitrine avec un bâton pour mélanger tout ce qui s’y trouvait, ou encore comme si mes entrailles, cherchant à remonter à la surface, formaient à grand fracas des vagues monstrueuses et désordonnées64.

  • 65 Natsume 2013 : 35 / 2000 : 54.

Quand les mots que j’aurais voulu dire traversaient ma gorge, c’était comme si mille aiguilles me râpaient65.

  • 66 Lozerand 2014a : 286.
  • 67 Masaoka 1999 : 92.

26Aucun d’entre eux ne met en scène une quelconque dramaturgie de la douleur : ni héroïsme, ni pathos, ils ne sont ni christiques, ni morbides. Cette remarque est importante, car dans le regard exotique sur les corps japonais (et plus largement « orientaux ») l’idée que ceux-ci entretiennent un rapport particulier avec la douleur, et la violence, supportées ou infligées, est fondamentale. Elle a été largement amplifiée depuis la fin du xixe siècle, par exemple dans l’insistance mise à décrire suicides par éventration (le célèbre « hara-kiri ») et supplices chinois66 pour mieux déshumaniser les « Orientaux ». Or, ces trois auteurs ne sont pas insensibles à la douleur : il arrive parfois qu’elle les submerge, mais, s’ils ne songent pas à la nier, ils ne lui donnent jamais sens. Elle n’est prétexte ni à l’exercice de sa propre maîtrise ou grandeur d’âme, ni à quelque rédemption que ce soit, ni à aucune exploration du négatif. Comme l’écrit Shiki, « ce qui fait mal fait mal, mais ce qui est beau est beau67 ».

27Bien que ces trois auteurs soient atteints de maladies graves, la question des soins occupe dans leurs textes une importance toute relative. Les médecins y sont d’ailleurs très en retrait. Dans Un lit de malade six pieds de long, Shiki commence par relater la visite du médecin de famille qui vient annoncer son départ de Tôkyô et prendre congé. On ne reverra pas un seul de ses confrères jusqu’à la fin de l’œuvre. Chez Sôseki, le personnel médical est plus présent, mais les praticiens qui viennent examiner le malade n’ont que peu de traitements à lui proposer, sinon d’attendre la guérison. Leur présence peut même être étouffante. Chômin, quant à lui, reçoit un diagnostic de cancer, accompagné d’un pronostic vital peu optimiste. Il refuse l’ablation de la tumeur, mais accepte ensuite une trachéotomie de confort. Il ne témoigne cependant d’aucun rapport suivi et approfondi avec quelque médecin que ce soit.

  • 68 Nakae 1995 : 102-103 / 2011 : 102.
  • 69 Nakae 1995 : 24-25 / 2011 : 40-41.
  • 70 Lozerand 2016.

28Plus intéressante est la question des soins quotidiens à la personne, du care, dirait-on aujourd’hui. Ces soins peuvent être assurés par des amis, mais le sont le plus souvent par les femmes de la maison. Quand Chômin explique qu’il a trois alliés dans la lutte contre la maladie, sa femme, ses enfants et son pinceau, il rend hommage au rôle important joué par sa famille proche68, mais il minimise celui joué par ses amis et oublie que ses enfants ont été, au moins partiellement, tenus dans le secret, ce qu’il avait pourtant expliqué un peu plus tôt69. Masaoka Shiki, à l’inverse, insiste sur le rôle joué par ses compagnons, qui se relayaient effectivement pour assurer un tour de veille à son chevet, mais il occulte presque complètement le rôle joué par les deux personnes qui veillent pourtant nuit et jour sur lui : sa mère et sa sœur70. De manière singulière et étonnante, il développe aussi une véritable réflexion sur la nature des soins dont peut avoir besoin un malade :

  • 71 Masaoka 2000 : 106-107.

29Quand on est triste et seul en particulier, il suffit que des personnes présentes à vos côtés prennent bien soin de vous, autrement dit qu’elles s’accordent à votre humeur et vous soulagent habilement, pour que vous en veniez à oublier presque complè­tement vos souffrances71.

  • 72 Masaoka 2000 : 120.

30Il est ainsi amené à prendre conscience du manque d’éducation des filles, et plus largement des charges qui pèsent sur elles, comme la cuisson du riz72. L’expérience de la maladie combine chez lui, de manière inextricable, quelque chose d’insupportablement égocentrique et une mutation du regard de l’écrivain sur les femmes. Il découvre ce qu’il ignorait auparavant, imagine d’autres manières de vivre.

  • 73 Natsume 2013 : 19-20, 28 / 2000 : 32-33, 44-45.
  • 74 Natsume 2013 : 76-77 / 2000 : 109-110.

31Sôseki est lui aussi très entouré par sa famille et ses amis, à qui il multiplie les hommages et remerciements73. Il consacre en outre un remarquable développement aux « blouses blanches74 », ces infirmières qui se mettent en action comme par magie, anticipant ses besoins avec une telle précision que celle-ci en devient effrayante.

32La maladie est ainsi saisie chez nos trois écrivains au ras du quotidien, dans ses dimensions vécues, loin de tout embellissement comme de toute stigmatisation.

Corps vivants : plaisirs et désirs

  • 75 Nakae 1995 : 25 / 2011 : 41.

33Ces trois textes ne nient en rien, on l’a vu, les nombreux inconvénients de la maladie, mais ils sont pourtant traversés, chacun à sa manière, par une certaine énergie, une forme de bonheur, de vitalité, une paradoxale jubilation des corps. Chômin l’exprime de manière très simple : « Ce séjour s’est déroulé dans la gaieté75. »

  • 76 Masaoka 1999 : 13.

34Être malade, c’est pourtant, comme l’explique lumineusement Shiki, vivre un processus convergent de suppression des plaisirs et des libertés, mais aussi de réduction des désirs76. Shiki écrit ainsi le 15 mars 1901 :

  • 77 Masaoka 1999 : 61-62.

Plaisir de la promenade, du voyage, plaisir d’assister à du nô ou à du kabuki, plaisir d’aller écouter les conteurs, de regarder attractions et spectacles forains, plaisir d’aller voir une exposition, plaisir d’observer les cerisiers, la lune ou la neige, plaisir d’aller prendre des bains chauds avec son épouse, plaisir des quartiers réservés et de l’alcool, de poser sa tête sur les genoux d’une beauté, plaisir d’organiser une session de haiku dans un pavillon de thé de Meguro et de se frapper la panse pleine de riz aux châtaignes, plaisir de contempler les vastes étendues de Musashino depuis le mont Dôkan-yama, et de mordiller des kakis dans un salon de thé de Gakehana. Liberté de marcher, liberté de s’asseoir et de s’étendre, liberté de se retourner sur sa couche, de déplier ses jambes, liberté de rendre des visites, de participer à une réunion, liberté d’aller aux cabinets, liberté de chercher des livres, liberté de sortir se calmer quand on s’est mis en colère, liberté de foncer au dehors quand un incendie ou un tremblement de terre menacent. Tous les plaisirs, toutes les libertés m’ont été arrachés et seuls demeurent, fragiles, un unique plaisir et une unique liberté : le plaisir de boire et de manger, la liberté d’écrire. Mais à présent les douleurs locales sont violentes et la liberté d’écrire m’a presque entièrement quitté ; estomac et intestins ont fini par s’affaiblir et je me vois privé de la plus grande part de mon plaisir de manger. Ah ! quel plaisir peut-il bien me rester dans les jours et les mois à venir77 ?

35Malgré tout, désirs et plaisirs subsistants sont comme portés à incandescence. Chômin, on l’a vu, se jette ainsi à corps perdu dans la critique de ses contem­porains et dans l’éloge des chanteurs de gidayû ; Sôseki profite de la maladie pour jouir de l’idéal du détachement lettré (fûryû) ; Shiki, comme on l’a rapidement suggéré, se tourne vers le monde avec avidité.

  • 78 Lozerand 2011. La question des désirs sexuels est quasi absente. Pour Shiki, voir néanmoins Lozeran (...)
  • 79 Nakae 1995 : 76 / 2011 : 82.

36Au cœur de cette thématique des désirs et des plaisirs, peut-être peut-on placer la question de l’appétit78. Malgré la tumeur à la gorge et la trachéotomie, qui provoque des difficultés de déglutition et le force à réduire les quantités ingérées, Chômin garde l’« appétit d’un ogre de l’enfer79 ». Il évoque ainsi avec des accents de pure félicité deux épisodes particulièrement marquants. À la suite de la promenade à Hamadera, dont nous avons déjà cité un extrait, il poursuit :

  • 80 Nakae 1995 : 40 / 2011 : 52.

Ce soir-là, j’ai dit à ma femme en riant qu’elle avait déjà passé les quarante ans et qu’elle n’avait aucune chance de se remarier après ma mort, je lui ai donc proposé de se jeter dans la mer avec moi pour aborder ensemble au pays sans souci. Nous avons bien ri et, en chemin, nous avons acheté un potiron et une barquette d’abricots, puis nous sommes rentrés à la maison. Il était exactement neuf heures du soir80.

  • 81 Nakae 1995 : 101 / 2011 : 101.

37Une autre fois, alors que son fils adolescent est allé lui pêcher quelques coquillages, il évoque sa soupe de palourdes quotidienne « avec laquelle même celle du Café anglais de Paris ne saurait rivaliser81 ».

38Shiki est encore plus vorace. Il parle souvent de ce qu’il mange, comme dans cet extrait à la manière d’une page de journal :

— 29 juillet mardi. Temps couvert.

Vers neuf heures, après être passé à la selle, je souffre, et comme d’habitude je prends des anesthésiques. Avant même que les médicaments n’aient fait leur effet, je me sens déjà joyeux. […]

Un bol de lait et un peu de pain. […]

Pour le déjeuner, des sushis à la lie de tôfu. Il s’agit d’un mélange de chair de poisson avec des résidus de caillé de soja laxatif.

Nouvelle sieste. À mon réveil, je bois de la soupe sucrée de haricots rouges en poudre. […]

  • 82 Masaoka 2000 : 131-132.

Dîner. Trois bols de riz, grillades, patates douces, aubergines, pois, légumes confits aux trois condiments. Tout me paraît délicieux82.

39Dans les pires moments, manger est pour lui le signe et le moyen même du retour à la vie. Le 15 mai 1902, par exemple, alors qu’il est au plus mal, il compose ce qu’il croit être son dernier verset.

Par ce geste, je voulais dire que, si je m’endormais ainsi, ce serait mon poème d’adieu, mais, comble du ridicule, l’après-midi j’oubliai peu à peu ma douleur et, tout réjoui de me souvenir que c’était aujourd’hui la fête à Negishi, je changeai complètement d’état d’âme, je me régalai de caillé de soja et bus une coupe de saké pour célébrer l’événement : ces derniers temps, je me suis complètement fourvoyé, mais finalement cela se termine bien ; comme il reste encore quinze jours en mai, je me demande comment je vais bien pouvoir les occuper.

— Le 15 mai, c’était la fête au sanctuaire Mishima de Kami Negishi et ce jour-là, comme chaque année, il s’est mis à pleuvoir. Cependant avec un bouillon au caillé de soja, de jeunes pousses en sauce, le tout accompagné d’un verre de vin, ce fut un plaisir sans mélange :

Pousses de bambous

Et bourgeons en sauce

  • 83 Masaoka 2000 : 20-21.

C’est la fête83 !

40De manière plus fondamentale encore, manger, découvrir avec bonheur des plats nouveaux, est un moyen de prolonger la vie, comme il l’explique avec humour en relatant son festin du 28 février 1901 :

Aujourd’hui est prévu un festin de grande cuisine dans le style de la cérémonie du thé. […]

  • 84 Oka Fumoto 岡麓 (1877-1951), poète de waka et calligraphe. Disciple de Masaoka Shiki.

Vers les cinq heures, on sert le repas. Fumoto joue le rôle du maître de maison84. Voici le menu :

– La soupe est un miso de Mikawa filtré, aux chrysanthèmes sauvages. J’en reprends deux fois.

– Le plat vinaigré est une carpe au vinaigre doux. Il paraît que c’est un assaisonnement secret. Je mange tout, sauf le raifort râpé, mais prenant conscience de la règle qui veut que dans ce genre de cuisine on aille jusqu’au bout des plats, sans rien laisser, je commence soudain à hésiter, et je mélange le raifort dans la soupe pour l’absorber. Éclat de rire général.

  • 85 Masaoka 1999 : 43-45.

[…] Je mange à volonté riz et soupe, mais pour le saké, je dois me limiter, et quand on en sert avec les daurades, j’en bois à petites gorgées, entre deux bouchées de riz. […] Le repas terminé, on verse de l’eau salée dans un pot et on nous en sert. Comme c’est mon premier festin dans le style de la cérémonie du thé, ma vie va être prolongée de soixante-dix jours, et pour m’en souvenir je le consigne par écrit85.

41Envers et contre tout, Masaoka Shiki est donc un homme d’appétence. Bien qu’il soit frappé par une terrible maladie, qui ne cesse de gagner du terrain, limite férocement ses possibilités de vivre et de manger, son avidité gourmande n’est jamais altérée.

42Les choses sont plus délicates dans le cas de Sôseki. Chez ce dernier en effet, à cause de la nature même de la maladie dont il souffre (un ulcère à l’estomac ayant provoqué une hémorragie gastrique), l’appétit est atteint dans ses fondements :

Une vieille femme venait trois fois par jour prendre commande de mes repas, mais j’avais beau lui demander quelque mets susceptible de me plaire, dès que mon regard se tournait vers les assiettes disposées sur la petite table, sans que je sache d’où cela venait, je me sentais envahi de dégoût pour toute cette nourriture et n’arrivais même pas à toucher aux baguettes. Puis j’ai eu un haut le cœur.

  • 86 Natsume 2013 : 32-33 / 2000 : 49-50.

D’abord je vomis en abondance un liquide jaunâtre qui ressemblait à une décoction86.

  • 87 Natsume 2013 : 50, 57 / 2000 : 73, 83.
  • 88 Natsume 2013 : 87-90 / 2000 : 125-128.

43Sôseki décrit avec un luxe de détails les différents aspects de ses vomissures, et plus particulièrement du bloc de sang visqueux et fétide rejeté lors de son hémorragie gastrique87, mais il relate aussi son lent réapprentissage de l’alimentation, le modeste retour de l’appétit à partir d’une modeste tisane de fécule88. Un haiku vient témoigner de cette difficile renaissance :

Le goût du gruau

Que le printemps goutte à goutte

  • 89 Natsume 2013 : 90 / 2000 : 128.

Verse sur mes entrailles89.

  • 90 Barthes 2002 : 302.

44Chômin, Shiki et Sôseki semblent donc être dans la lignée de ces corps qu’évoquait Roland Barthes à propos de Jules Michelet90, corps toujours affamés d’une certaine manière, bien que souffrants, comme l’illustrait le grand historien français lui-même, toujours douloureux, jamais rassasié.

45De manière peut-être plus fondamentale encore, chez Shiki et Sôseki en tout cas (Chômin reste malgré tout plus intellectuel), le corps est rendu à une forme de trivialité, qui se traduit par une importance extrême accordée aux gestes les plus simples, aux perceptions les plus élémentaires. Chez Shiki, les fonctions physiologiques essentielles sont présentes, comme le sommeil (endormissement, réveil, insomnie). Manger ne peut être séparé de l’évocation du transit intestinal, et en particulier des difficultés à déféquer, et donc des lavements. L’hygiène corporelle, le changement des bandages (Shiki a plusieurs abcès purulents) ne sont pas rejetés hors champ. Le grand problème n’est donc pas celui de la vie et de la mort, mais d’un quotidien qu’il faut organiser.

  • 91 Natsume 2013 : 6-7 / 2000 : 12-13.
  • 92 Natsume 2013 : 50-51 / 2000 : 74.
  • 93 Natsume 2013 : 98-99 / 2000 : 140-141.
  • 94 Natsume 2013 : 37-40 / 2000 : 57-60.
  • 95 Natsume 2013 : 75-76 / 2000 : 108-109.
  • 96 Natsume 2013 : 12 / 2000 : 20.
  • 97 Natsume 2013 : 18-22 / 2000 : 91-93.

46Le monde de Sôseki se caractérise, de son côté, par le rôle qu’y jouent les perceptions les plus aiguës : odeurs91, lumière92, sons comme ceux du tambour93 ou de la pluie94. Les remarques proprioceptives – c’est-à-dire sur la perception, consciente ou non, de la position des différentes parties du corps – y sont nombreuses et subtiles, à propos du dog sleep95 par exemple, ce type de sommeil très particulier qui suit l’hémorragie, ou bien d’un état de faiblesse tel que lire lui devient impossible parce qu’il ne peut pas tenir un livre au bout de ses bras96, ou encore des décalages que la maladie produit entre activités du corps et de la tête97.

47Ce sont bien sûr les contraintes qui sensibilisent Shiki à l’importance des actes en apparence les plus naturels, donc les moins dignes d’attention, et les transformations du corps qui rendent Sôseki plus attentif à certains états, comme il l’exprime dans ce beau haiku :

Froid du matin

Mes os vivants

  • 98 Natsume 2013 : 65 / 2000 : 98.

Ne peux mouvoir98.

48Quelques remarques conclusives :

  • 99 Masaoka 1999 : 62.
  • 100 Natsume 2013 : 12 / 2000 : 21.

491. Les trois auteurs dont nous venons d’étudier le rapport à la maladie sont ouvertement matérialistes, non seulement parce que les questions religieuses ou spirituelles sont formellement absentes de leurs univers, mais aussi parce que le corps est chez eux le lieu et le moyen d’un enracinement fondamental. Ce matérialisme n’a toutefois rien de réducteur, car le corps n’est pas pour eux un point d’arrivée, mais bien un tremplin à partir duquel se tourner vers le monde. Ce matérialisme peut être affirmé explicitement, sous la forme d’une doctrine philosophique comme chez Nakae Chômin dans Un an et demi, suite, ou d’un rejet explicite de la religion chez Masaoka Shiki99, ou bien encore d’une référence, chez Sôseki, au pragmatisme de William James et à son principe de « s’appuyer envers et contre tout sur des réalités concrètes100 ».

  • 101 Il y a bien chez Shiki par exemple une reconnaissance d’une attitude qu’il désigne à l’aide du verb (...)
  • 102 Masaoka 2000 : 7.

502. Il ne faut pas se méprendre sur ce qu’on appelle souvent en Occident la « résignation » orientale. Le fait d’accepter101 les limites de la condition humaine, s’il interdit toute révolte métaphysique, ne conduit pas pour autant à un refus de la vie, ni à une mystique de la mort. On peut sans doute appliquer à chacun de nos trois auteurs cette belle formule de Masaoka Shiki : « chercher un faible sentier de vie sur le chemin de la mort102 ».

  • 103 Voir Canguilhem 2005.
  • 104 Natsume 2013 : 78 / 2000 : 112.
  • 105 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 28, 31-32.
  • 106 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 30, 35.
  • 107 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 97.
  • 108 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 84.
  • 109 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 100.
  • 110 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 102.

513. Le rapport de la maladie à la santé, la définition même de la santé, sont choses délicates103. Sôseki sur ce point se distingue de ses deux confrères. Pour lui, en effet, la vie malade se distingue nettement de la vie quotidienne, et d’une manière en apparence toute paradoxale. La vie malade, lui permettant d’échapper aux pesanteurs insupportables d’un monde réel aride et étriqué104, fait de contraintes, de mesquineries, d’hostilités, est profondément heureuse105. La maladie fonctionne du coup comme un point de vue critique sur la modernité, véritable paravent lui permettant d’échapper aux contraintes106 et à la solitude107, de trouver l’apaisement : l’insouciance108, la joie109, l’extase110. Un autre écrivain que nous aurions pu examiner ici, le poète Ishikawa Takuboku, est allé jusqu’à écrire dans son Journal en alphabet latin (Rômaji nikki), le samedi 10 avril 1909 :

« Je suis las. Je cherche la paix. Quelle paix ? Où la trouver ? Mon cœur pur de naguère, qui ignorait la souffrance, je ne le retrouverai plus jamais, même dans 100 ans. Où trouver la paix ?

“ J’aimerais tant être malade. ” Ce désir, longtemps, est demeuré caché en moi. Malade ! Ce mot que les gens haïssent, résonne doucement à mon oreille comme le nom des montagnes de mon pays natal. Ah ! Une vie libre, débarrassée de toute responsabilité ! Le seul chemin qui nous le permette, c’est la maladie.

“ S’ils pouvaient tous être morts ! ” Mais aucun ne meurt. “ S’ils pouvaient tous être mes ennemis ! ” Mais personne ne m’en veut particulièrement. Mes amis compatissent tous à mon sort. Ah ! Mais pourquoi suis-je ainsi aimé ? Pourquoi est-ce qu’ils ne me détestent pas tous viscéralement ? D’être ainsi aimé, c’est une honte insupportable.

  • 111 Ishikawa 2005 32-33.

Je suis fatigué. Je suis un faible111. »

52Par contraste Shiki et Chômin, même malades – faut-il dire : « surtout malades » ? –, sont plus que jamais au monde, monde dont ils refusent absolument de se couper, comme en témoigne leur rapport frénétique aux journaux quotidiens. La maladie, de ce fait, devient pour Chômin une forme de radicalisation de son rapport fondamental à la vie, qui se trouve comme condensé, ramené à l’essentiel. Quant à Shiki, la vie avec la maladie n’a rien de particulier pour lui, elle n’est jamais présentée dans une différence par rapport à une autre manière de vivre. C’est tout simplement « sa vie ». Au-delà de ces différences assez sensibles entre les trois écrivains reste l’idée que la vie malade n’est pas une sous-vie, ni une vie héroïque, mais un régime de vie parmi d’autres possibles.

  • 112 Nakae 1995 : 78 / 2011 : 83.

534. Les corps dont nous parlons ici sont-ils « japonais » ? Ils sont certes ceux d’individus nés et grandis au Japon, vivant dans l’archipel : mais qu’est-ce à dire ? À une certaine époque – c’est-à-dire du milieu du xixe siècle jusqu’aux années 1950 environ –, on aurait volontiers dit « ces gens-là sont des asiatiques (ou des jaunes), donc… » : donc ils supportent mieux la douleur que nous, par exemple. Et aujourd’hui encore, le stéréotype reste vivace. Mais cette obsession du national fait proliférer les angles morts. Pour ma part, je dirais volontiers que « ce sont des Japonais de l’ère Meiji certes, et d’ailleurs » – d’ailleurs ils partagent certaines caractéristiques communes avec leurs compatriotes de l’époque –, mais surtout « ce sont des Japonais certes, et alors ? », ou mieux encore « ce sont des Japonais certes, mais surtout » : mais surtout ce sont des corps singuliers, profondément individualisés, plus encore : qui s’individualisent, à partir de l’expérience de leur corps malade, par l’écriture, devant le public, par le biais des médias de masse (journaux, édition). Chômin va même jusqu’à dire : « C’est là mon moi authentique (shinga)112. »

545. Les textes ici étudiés sont tous des textes non fictifs, menés du point de vue d’une première personne, d’un sujet de l’énonciation assimilé à l’auteur, d’une part, au sujet de l’énoncé, d’autre part. Or, chacun sait qu’il existe en japonais plusieurs termes possibles pour désigner cette inscription du sujet dans la langue. Celui que retiennent nos trois auteurs, yo, n’est pas le plus fréquent, ni le plus connu, et il n’a pas subsisté en japonais contemporain. Son histoire, en revanche, remonte haut dans l’histoire de la langue japonaise, jusqu’à l’époque de Heian. Il n’a pas eu le même usage selon les périodes. Il était ainsi relativement fréquent à l’époque d’Edo, dans des textes variés, qu’il faudrait définir avec plus de précision : zuihitsu, préfaces, annotations, journaux de voyage par exemple. Il est ainsi utilisé par Bashô dans La Sente étroite du Bout-du-Monde (Oku no hosomichi). Il semble permettre au sujet de se dire en dehors de toute hiérarchie sociale, dans une forme de solitude. Ce serait une erreur de le considérer comme un archaïsme dans ce Japon du début du xxe siècle, sous prétexte qu’il n’a guère survécu à cette période. Mais quelle est ici sa nuance particulière, par rapport à wata(ku)shi ou à jibun, par exemple, qui s’affirmèrent à cette époque et passent pour avoir parfaitement exprimé le fameux « moi moderne », mentionné sous la plume de Karatani au début de cette étude ?

55Formulons une hypothèse : et si les trois œuvres considérées ici établissaient justement, à partir de ce yo renouvelé, un autre moi moderne, minoritaire, qui n’eut sans doute qu’un temps, et qui, tout en incarnant une puissante affirmation de la singularité individuelle, ne privilégiait ni l’introspection réflexive, ni le détachement par rapport au social, mais la spécificité d’un point de vue sur le monde ? Il se pourrait alors que la maladie, affirmant la prééminence irréductible du corps souffrant, ait pu constituer un truchement privilégié de cette expérimentation. C’est ce dont témoignent en tout cas avec éloquence ces quelques exemples de ce qu’on pourrait appeler une « littérature du yo », dont le périmètre exact demeure à déterminer et à laquelle il faudra consacrer d’autres recherches.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, Roland (2002). Michelet par lui-même (1954), t. 1. In Œuvres complètes. Paris, Seuil.

Benjamin, Walter (2000). Sur le concept d’histoire (Über den Begriff der Geschichte, 1940). In Œuvres, III, tr. fr. Gandillac, Maurice (de) et Rush, Pierre. Paris, Gallimard, « Folio ».

Canguilhem, Georges (2005). Le Normal et le Pathologique (1966). Paris, PUF, « Quadrige ».

Danou, Gérard (1994). Le Corps souffrant. Littérature et médecine. Paris, Champ Vallon.

Fukuda, Mahito 福田真人 (1995). Kekkaku no bunkashi. Kindai Nihon ni okeru yamai no imêji 結核の文化史―近代日本における病のイメージ. Nagoya, Nagoya daigaku shuppankai.

Fukuzawa, Yukichi 福沢諭吉 (1978, 1996). (Shintei) Fukuô jiden 新訂福翁自伝 (1901). Tôkyô, Iwanami bunko. Tr. fr. Tellier, Marie-Françoise (2007), La Vie du vieux Fukuzawa racontée par lui-même. Paris, Albin Michel.

Hashimoto, Takehiko 橋本毅彦 et Kuriyama, Shigehisa 栗山茂久 (2001). Chikoku no tanjô. Kindai nihon ni okeru jikan ishiki no keisei 遅刻の誕生―近代日本における時間意識の形成. Tôkyô, Sangensha.

Hori, Tatsuo 堀辰雄 (1991). Kaze tachinu 風立ちぬ (1936-1937). Tôkyô, Shûeisha bunko. Tr. fr. Struve, Daniel (1993). Le vent se lève. Paris, Gallimard.

Ishikawa, Takuboku 石川啄木 (1977, 2005). Romazi nikki (Rômaji nikki) ローマ字日記 (1909). Tôkyô, Iwanami bunko.

Johnston, William (1995). The Modern Epidemic : A History of Tuberculosis in Japan. Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Kaneko, Mitsuharu 金子光晴 (1996). Zetsubô no seishinshi 絶望の精神史 (1965). Tôkyô, Kôdansha bungei bunko. Tr. fr. Grévin, Benoît (2009). Histoire spirituelle du désespoir. Paris, Éditions Rue d’Ulm.

Karatani, Kôjin 柄谷行人 (2015). Teihon Nihon kindai bungaku no kigen 定本日本近代文学の起源 (1980). Tôkyô, Iwanami bunko.

Lozerand, Emmanuel (2006). « Le canari de Shigeeko. Masaoka Shiki, le réel, l’écriture ». Japon Pluriel 6. Actes du sixième colloque de la Société française des études japonaises. Arles, Picquier : 127-139.

Lozerand, Emmanuel (2011). « Manger et souffrir. Expériences du corps dans la littérature japonaise moderne ». In Kober, Marc et Zekri, Khalid (dir.), Itinéraires. Littérature, textes, cultures, « Récit du corps au Maroc et au Japon ». Paris, L’Harmattan : 103-116.

Lozerand, Emmanuel (2014). « “Il n’y a pas d’individu au Japon.” Archéologie d’un stéréotype ». Ebisu, vol. 51 : 273-302, mis en ligne le 11 novembre 2014 (http://ebisu.revues.org/1495).

Lozerand, Emmanuel (2014). « Figures de l’individu dans la littérature japonaise moderne ». In Lozerand, Emmanuel (dir.), Drôles d’individus. De la singularité individuelle dans le Reste-du-Monde. Paris, Klincksieck : 513-545.

Lozerand, Emmanuel (à paraître, 2016). « Genre, écriture et maladie chez Masaoka Shiki ». Ebisu, vol. 53.

Masaoka, Shiki 正岡子規 (1984, 1999). Bokujû itteki 墨汁一滴(1901). Tôkyô, Iwanami bunko.

Masaoka, Shiki 正岡子規 (1984, 2000). Byôshô rokushaku 病床六尺 (1902). Tôkyô, Iwanami bunko. Tr. fr. Lozerand, Emmanuel (à paraître, 2016), Un lit de malade, six pieds de long. Paris, Les Belles Lettres.

Nakae, Chômin 中江兆民 (1995). Ichinen yûhan. Zoku ichinen yûhan 一年有半.続一年有半 (1901). Tôkyô, Iwanami bunko. Tr. fr. Jourdan, Romain (2011), Un an et demi. Paris, Les Belles Lettres.

Natsume, Sôseki 夏目漱石 (2013). Omoidasu kotonado 思い出す事など (1910-1911). Tôkyô, Iwanami bunko. Tr. fr. Suetsugu, Elisabeth (2000), Choses dont je me souviens. Arles, Picquier.

Origas, Jean-Jacques (2008). La Lampe d’Akutagawa. Paris, Les Belles Lettres.

Sontag, Susan (1980). La Maladie comme métaphore (Illness as Metaphor, 1978), tr. fr. Paloméra, Marie-France (de). Paris, Christian Bourgois.

Tokutomi, Roka (Kenjirô) 徳富蘆花(健次郎) (1938). Hototogisu 不如帰 (1898-1890). Tôkyô, Iwanami bunko. Tr. fr. le Paladin, Olivier (1912), Plutôt la mort, roman japonais. Paris, Plon-Nourrit.

Vincent, J. K. (1996). « Masaoka Shiki to yamai no imi » 正岡子規と病の意味. Hihyô kûkan, vol. II. 8 : 160-187.

Haut de page

Annexe

Glossaire

akirameru 諦める

Asahi shinbun 朝日新聞

Awaji 淡路

Bashô 芭蕉

Bokujû itteki 墨汁一滴

Byôshô rokushaku 病牀六尺

daini no ie 第二の家

Dôkan-yama 道灌山

fûryû 風流

Futabatei Shimei 二葉亭四迷

Gakehana 崖端

gidayû 義太夫

Gubijinsô 虞美人草

haiku 俳句

Hamadera 浜寺

Higan sugi made 彼岸過迄

Higuchi Ichiyô 樋口一葉

Hiratsuka 平塚

Hori Tatsuo 堀辰雄

Hototogisu 不如帰

Ichinen yûhan 一年有半

Ishikawa Takuboku 石川啄木

jibun 自分

Kami Negishi 上根岸

Kaneko Mitsuharu 金子光晴

Karatani Kôjin 柄谷行人

Kaze tachinu 風立ちぬ

kôba 詬罵

Kôbe 神戸

Kôfu 坑夫

kôgeki 攻撃

Kunikida Doppo 国木田独歩

Masaoka Shiki 正岡子規

Min.yaku yakkai 民約訳解

Mishima 三島

Mikawa 三河

miso 味噌

Mon 門

Musashino 武蔵野

Nakae Chômin 中江兆民

nasu 為す

Natsume Sôseki 夏目漱石

Negishi 根岸

Oku no hosomichi 奥の細道

Omoidasu koto nado 思い出す事など

Ôsaka 大阪

Ôue 大上

Rômaji nikki ローマ字日記

Sakai 堺

Sanshirô 三四郎

Sansuijin keirin mondô 三酔人経綸問答

Shikoku 四国

shinga 真我

Shûzenji 修繕寺

Sorekara それから

Suma 須磨

Takayama Chogyû 高山樗牛

tanoshimu 楽しむ

Tokutomi Roka 徳富蘆花

Tôkyô 東京

Tosa 土佐

Wagahai wa neko de aru 吾輩は猫である

waka 和歌

wata(ku)shi わた(く)し/私

Wi-shi bigaku 維氏美学

yo 余

Zetsubô no seishinshi 絶望の精神史

Zoku - Ichinen yûhan 続・一年有半

zuihitsu 随筆

Haut de page

Notes

1 Sontag 1980 : 9.

2 Karatani 2015 : 146-147.

3 En 1902, 82 559 Japonais moururent de cette maladie (sur une population de 45 millions d’habitants environ). Elle tua de nombreux écrivains comme Higuchi Ichiyô, morte en 1896 à 24 ans, Takayama Chogyû, mort en 1902 à 31 ans, Kunikida Doppo, mort en 1908 à 37 ans, Futabatei Shimei, mort en 1909 à 45 ans, ou Ishikawa Takuboku, mort en 1912 à 26 ans. Pour plus de détails sur l’histoire culturelle de la tuberculose, voir Fukuda 1995 et Johnston 1995.

4 Tokutomi 1938/1912. Premier roman japonais par ailleurs à être traduit en français, sous le titre Plutôt la mort, par un énigmatique Olivier Le Paladin, en 1912. Le titre, Le Coucou, s’explique parce que cet oiseau est réputé, quand il ouvre son bec, montrer un fond de gorge vermeil, évoquant les crachats sanguins des tuberculeux. Le terme japonais hototogisu peut être noté de plusieurs manières. Les trois sinogrammes ici retenus – 不如帰 (négation/comme/revenir à la maison) – évoquent une anecdote où un personnage transformé en coucou après sa mort, apprenant la destruction de son pays, aurait chanté « rien ne vaut de revenir [à la maison] ».

5 Hori 1991/1993 et Kaneko 1996/2009.

6 Karatani 2015 : 149-150.

7 Benjamin 2000 : 432-433.

8 Pour un regard général sur les liens entre maladie et littérature, voir Danou 1994.

9 Sur l’affirmation de la singularité individuelle chez ces auteurs, voir Lozerand 2014b.

10 Sur le rapport de Shiki à la tuberculose, voir Vincent 1996.

11 Notons que le 21 février 1911, il refusa le titre de docteur ès Lettres que le gouvernement se proposait de lui accorder, qu’en août il fit une importante tournée de conférences dans le Kansai qui occasionna une rechute, et qu’il ne se remit à l’écriture romanesque, avec À l’équinoxe et au-delà (Higan sugi made), qu’en janvier 1912.

12 Origas 2008 : 171-184.

13 C’est-à-dire constitués d’un mélange riche et subtil, à chaque fois unique, d’alcools d’âges différents.

14 Nakae 1995 : 10 / 2011 : 33. Nous renvoyons toujours à l’original japonais, puis, quand elle existe, à une traduction française, même si nous avons presque toujours retraduit nous-mêmes.

15 Nakae 1995 : 19 / 2011 : 36.

16 Nakae 1995 : 76 / 2011 : 82.

17 Nakae 1995 : 77 / 2011 : 83.

18 Nakae 1995 : 101 / 2011 : 102.

19 Nakae 1995 : 76 / 2011 : 82.

20 Masaoka 1999 : 10-11.

21 Lozerand 2006.

22 Natsume 2013 : 14-22 / 2000 : 24-36.

23 Principalement ce qui s’est passé entre le 28 août et le 11 octobre.

24 Natsume 2013 : 22 / 2000 : 36.

25 Masaoka 2000 : 7.

26 Masaoka 1999 : 61-62.

27 Masaoka 2000 : 83-84.

28 Jean-Jacques Origas parle de « littérature de la fenêtre ouverte » (Origas 2008 : 176).

29 Natsume 2013 : 64 / 2000 : 93.

30 Natsume 2013 : 8 / 2000 : 14.

31 Natsume 2013 : 16 / 2000 : 26-27.

32 Natsume 2013 : 108-109 / 2000 : 154.

33 Natsume 2013 : 83 / 2000 : 120.

34 Natsume 2013 : 100 / 2000 : 142.

35 Natsume 2013 : 66 / 2000 : 95.

36 Nakae 1995 : 78 / 2011 : 83.

37 Nakae 1995 : 102 / 2011 : 101.

38 Nakae 1995 : 33 / 2011 : 47.

39 Nakae 1995 : 52 / 2011 : 63.

40 Nakae 1995 : 21-22 / 2011 : 38-39.

41 Nakae 1995 : 51 / 2011 : 62-63.

42 Nakae 1995 : 39-40 / 2011 : 52.

43 Masaoka 1999 : 137-138.

44 Masaoka 2000 : 154-155.

45 Nakae 1995 : 9 / 2011 : 33.

46 Nakae 1995 : 18-19 / 2011 : 36.

47 Nakae 1995 : 76 / 2011 : 81-82.

48 Nakae 1995 : 102-103 / 2011 : 101-102.

49 Il se réfère d’abord au moment où il a recommencé à écrire après son hémorragie, puis à son premier vomissement de sang « deux semaines » avant le 24 août, puis à la période encore précédente, quand il est arrivé à Shûzenji.

50 Natsume 2013 : 14-15 / 2000 : 24-25.

51 Natsume 2013 : 9-10 / 2000 : 17-18.

52 Natsume 2013 : 25 / 2000 : 41.

53 Natsume 2013 : 53-54 / 2000 : 77-78.

54 Natsume 2013 : 72-74 / 2000 : 104-107.

55 Natsume 2013 : 23-24 / 2000 : 38-39.

56 Natsume 2013 : 24 / 2000 : 40.

57 Natsume 2013 : 25 / 2000 : 41.

58 Natsume 2013 : 107-108 / 2000 : 152.

59 Voir l’étude de Hashimoto et Kuriyama sur la « naissance du retard » (Hashimoto et Kuriyama 2001), ainsi que le témoignage autobiographique de Fukuzawa Yukichi (Fukuzawa 1996).

60 Pour éviter tout malentendu, précisons que je n’accorde aucun crédit à l’idée d’un prétendu « présentisme » de la culture japonaise, chère à Katô Shûichi 加藤周一, Mizubayashi Akira 水林章 ou Augustin Berque.

61 Natsume 2013 : 13-14 / 2000 : 21, 23.

62 Masaoka 2000 : 182-185.

63 Nakae 1995 : 17, 50, 76, 101-102 / 2011 : 35, 61, 81-82, 101.

64 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 51.

65 Natsume 2013 : 35 / 2000 : 54.

66 Lozerand 2014a : 286.

67 Masaoka 1999 : 92.

68 Nakae 1995 : 102-103 / 2011 : 102.

69 Nakae 1995 : 24-25 / 2011 : 40-41.

70 Lozerand 2016.

71 Masaoka 2000 : 106-107.

72 Masaoka 2000 : 120.

73 Natsume 2013 : 19-20, 28 / 2000 : 32-33, 44-45.

74 Natsume 2013 : 76-77 / 2000 : 109-110.

75 Nakae 1995 : 25 / 2011 : 41.

76 Masaoka 1999 : 13.

77 Masaoka 1999 : 61-62.

78 Lozerand 2011. La question des désirs sexuels est quasi absente. Pour Shiki, voir néanmoins Lozerand 2016.

79 Nakae 1995 : 76 / 2011 : 82.

80 Nakae 1995 : 40 / 2011 : 52.

81 Nakae 1995 : 101 / 2011 : 101.

82 Masaoka 2000 : 131-132.

83 Masaoka 2000 : 20-21.

84 Oka Fumoto 岡麓 (1877-1951), poète de waka et calligraphe. Disciple de Masaoka Shiki.

85 Masaoka 1999 : 43-45.

86 Natsume 2013 : 32-33 / 2000 : 49-50.

87 Natsume 2013 : 50, 57 / 2000 : 73, 83.

88 Natsume 2013 : 87-90 / 2000 : 125-128.

89 Natsume 2013 : 90 / 2000 : 128.

90 Barthes 2002 : 302.

91 Natsume 2013 : 6-7 / 2000 : 12-13.

92 Natsume 2013 : 50-51 / 2000 : 74.

93 Natsume 2013 : 98-99 / 2000 : 140-141.

94 Natsume 2013 : 37-40 / 2000 : 57-60.

95 Natsume 2013 : 75-76 / 2000 : 108-109.

96 Natsume 2013 : 12 / 2000 : 20.

97 Natsume 2013 : 18-22 / 2000 : 91-93.

98 Natsume 2013 : 65 / 2000 : 98.

99 Masaoka 1999 : 62.

100 Natsume 2013 : 12 / 2000 : 21.

101 Il y a bien chez Shiki par exemple une reconnaissance d’une attitude qu’il désigne à l’aide du verbe akirameru, mais cette « acceptation » ne signifie pas « résignation » ou « renoncement ».

102 Masaoka 2000 : 7.

103 Voir Canguilhem 2005.

104 Natsume 2013 : 78 / 2000 : 112.

105 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 28, 31-32.

106 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 30, 35.

107 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 97.

108 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 84.

109 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 100.

110 Natsume 2013 : 33 / 2000 : 102.

111 Ishikawa 2005 32-33.

112 Nakae 1995 : 78 / 2011 : 83.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Lozerand, « Corps, maladie, écriture chez trois auteurs japonais du début du xxe siècle : Nakae Chômin, Masaoka Shiki, Natsume Sôseki »Extrême-Orient Extrême-Occident, 39 | 2015, 21-46.

Référence électronique

Emmanuel Lozerand, « Corps, maladie, écriture chez trois auteurs japonais du début du xxe siècle : Nakae Chômin, Masaoka Shiki, Natsume Sôseki »Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/481 ; DOI : https://doi.org/10.4000/extremeorient.481

Haut de page

Auteur

Emmanuel Lozerand

Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de lettres modernes, professeur de langue et littérature japonaises à l’Inalco. Membre du Centre d’Études Japonaises (CEJ) et co-directeur de la « Collection Japon » aux éditions Les Belles Lettres. A publié Les Tourments du nom (Maison franco-japonaise, 1994), Littérature et génie national (Les Belles Lettres, 2005), ainsi qu’un choix de récits historiques de Mori Ôgai : Vengeance sur la Plaine du temple de Goji-in (Les Belles Lettres, 2008). A également dirigé ou codirigé plusieurs ouvrages collectifs : Le Japon après la guerre (Picquier, 2007, Routledge, 2011), La Famille japonaise moderne (Picquier, 2011), Drôles d’individus (Klincksieck, 2014).Alumnus of the École normale supérieure of Saint-Cloud, holder of the “Agrégation de Lettres modernes” (higher teacher’s diploma in Modern Literature), professor of Japanese Language and Literature at Inalco. Member of the Center for Japanese Studies (CEJ), he is the co-director of the “Japanese Collection” at Les Belles Lettres. He published The Torments of the Name (Maison franco-japonaise, 1994), Literature and National Essence (Les Belles Lettres, 2005), and translated an anthology of Mori Ôgai’s historical novels : The Revenge on the Plain of Goji-in Temple (Les Belles Lettres, 2008). He also edited or co-edited : Japan’s Postwar (Picquier 2007, Routledge 2011), The Modern Japanese Family (Picquier, 2011), Funny individuals (Klincksieck, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search