Navigation – Plan du site
II. Où le statut fluctue – Status in Flux

Prêtre shintō à l’époque d’Edo : un statut, des réalités

Shintō Priests of the Edo Period: One Status, Several Realities
近世における神職 ― 実態を反映しえない身分
Yannick Bardy
p. 69-92

Résumés

Qu’est-ce qu’un « prêtre shintō » pendant la période d’Edo (1600-1868), dans un contexte de syncrétisme shintō-bouddhique ? Pour en discuter, nous montrerons d’abord la diversité des sanctuaires shintō et de leurs prêtres au sein d’un village. Puis nous discuterons de la nature des différents types de prêtres rencontrés et de leur place au sein du sanctuaire et des villages. Enfin, nous traiterons du système de contrôle et d’organisation des prêtres mis en place par le shogunat et de ses limites.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Sanctuaires ruraux
Une diversité de sanctuaires
Les desservants des sanctuaires
Prêtres et villageois
Nature des prêtrises
Rôle, pouvoir et influence
Prêtrise du shintō
Le système officiel et ses limites
Le développement des grands réseaux de prêtres
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’organisation sociale au sein des villages de l’époque d’Edo (1600-1868) est le résultat d’un équilibre complexe entre différentes forces en présence, parmi lesquelles les héritiers de la notabilité foncière de la fin de l’époque médiévale qui s’efforcent de maintenir à leur avantage les structures de gestion communautaire (assemblées de sanctuaire) que leurs ancêtres avaient fondées. Les officiers villageois jouent également un rôle important dans ces agglomérations : souvent issus de ladite notabilité, ils s’appuient sur leur nomination comme premier administrateur du village par les autorités seigneuriales, pour tenter de conserver ou d’accroître leurs possessions et leur influence, parfois au détriment des anciennes assemblées qui empiètent sur leurs prérogatives. Enfin, la marchandisation de la société enrichit une partie de la population grâce à la plantation, à la fabrication ou au commerce de produits à forte demande, et dans la deuxième moitié du xviiie siècle, une nouvell...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Bardy, « Prêtre shintō à l’époque d’Edo : un statut, des réalités », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 41 | 2017, mis en ligne le 23 novembre 2019, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/704 ; DOI : 10.4000/extremeorient.704

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page