Navigation – Plan du site
II. Où le statut fluctue – Status in Flux

Le couple dans la famille guerrière durant la seconde moitié de l’époque d’Edo (xviiie-xixe siècle) : la question du mariage et du concubinage

The Couple in Samurai Families during the Second Half of the Edo Period (18th-19th Century) : About Mariage and “Mekake
近世後期(18〜19世紀)の武家における男女の関係―婚姻と妾について
Segawa Yūta
Traduction de Sarah Vallette d’Osia
p. 119-152

Résumés

À l’époque Edo, deux formes d’union entre homme et femme coexistent dans la société guerrière : d’un côté le mariage, liant deux époux dans une relation officielle et agréée par les autorités, et de l’autre le concubinage, unissant un maître et une concubine dans une relation strictement privée. Les concubines étant généralement issues d’une classe inférieure, le concubinage constituait dès lors une union qui dépasse les statuts. Cette union résulte d’une intention particulière des deux parties, en lien avec le désir, l’amour, ou l’argent… Nous analysons le couple dans la famille guerrière en lien avec la question du statut social.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Recherches antérieures et problèmes concernant les notions de mariage, polygamie et monogamie
Vision du mariage et des concubines par les Occidentaux
Analyse du statut de concubine à travers la critique de deux guerriers : Ogyū Sorai et Buyō Inshi
Concubine et enfant illégitime dans le fief d’Oshi (seconde moitié de l’époque d’Edo)
Pourquoi faire le choix du concubinage ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

***

Quelques années après la restauration de Meiji, entre 1874 et 1875, Mori Arinori écrit dans la revue Meiroku (L’An 6 de Mei[ji]) :

Le maintien du lignage est un aspect important de la morale occidentale. Or, ce n’est pas toujours le cas en Asie. Par exemple, notre pays (le Japon) n’accorde pas particulièrement d’importance à la préservation des liens du sang. Pour cette raison, l’idée d’une « voie du mariage » impliquant que les relations sexuelles soient exclusivement réservées au couple marié, n’existe pas chez nous. De ce fait, l’éthique propre à l’Occident nous échappe.

Selon Mori, qui a effectué un voyage d’étude aux États-Unis entre 1865 et 1868, « les étrangers considèrent le Japon comme l’un des pays les plus débauchés du monde », renvoyant au fonctionnement interne de la maisonnée guerrière ainsi qu’aux coutumes maritales qui prévalaient alors. C’est dans l’optique de pallier cette vision que Mori va décréter la nécessité d’une législation sur le mariage. Par ce biais, il ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Segawa Yūta, « Le couple dans la famille guerrière durant la seconde moitié de l’époque d’Edo (xviiie-xixe siècle) : la question du mariage et du concubinage », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 41 | 2017, mis en ligne le 23 novembre 2019, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/710 ; DOI : 10.4000/extremeorient.710

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page